Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Constances et circonstances

Chapitre III : quels projets pour quelles pratiques ?

Texte intégral

« L’acte d’imagination, (nous venons de le voir) est un acte magique. C’est une incantation destinée à faire apparaître l’objet auquel on pense, la chose qu’on désire de façon qu’on puisse en prendre possession ».
J. P. Sartre. L’imaginaire.

1Désir, Magie, Possession. Trois étapes dans l’appropriation symbolique d’un objet. Trois étapes que l’on pourrait à nouveau identifier dans son appropriation réelle si le réel voulait bien, comme l’imaginaire, apparaître grâce à une « incantation ».

2La relation aux biens culturels et singulièrement à la lecture est une relation où réel et imaginaire se fondent. Les dispositions (personnelles ou sociales) que l’on a à l’abord d’un texte comptent autant que le texte lui-même. La demande que l’on a à l’égard d’un lieu compte autant que la connaissance du lieu lui-même. L’ordre que l’on introduit dans le désordre de l’abondance (ici documentaire, ailleurs autre) se formalise par des choix qui n’ont rien de naturels puisqu’ils sont si différents d’un individu à l’autre, ni de fortuits puisqu’ils sont source d’usages et de profits tellement divers.

  • 1 Sartre (Jean-Paul). — L’imaginaire. — Gallimard. 1970.

3Un projet, à ce titre, est un pré-savoir. De diverses façons ; il élimine un choix : on sait pourquoi on vient, ou sur quel type de produit ou de sujet on veut centrer son attention. On a, en fait, un peu d’inconnu en moins, un peu de connu en plus. On a déjà sélectionné, on a déjà éliminé. On ne vient pas pour tout, on vient pour une partie. Sartre, toujours dans L’imaginaire, parle alors de « souvenirs d’idées » : « On sait que Descartes distingue les idées et les souvenirs d’idées. Le savoir est en quelque sorte un souvenir d’idées. Il est vide, il implique des compréhensions passées et futures, mais lui-même n’est pas une compréhension. Il est évident que, lorsque Flach donne des mots à comprendre à ses sujets, la compréhension s’opère à partir de ce savoir : elle s’accomplit comme le passage à l’acte de ce savoir »1.

4Souvent, plus un projet est précis, plus le pré-savoir est grand, plus il peut mettre en œuvre une conscience réflexive. Plus il est familier de celui qui le porte, plus il revêt des formes de préconnaissance, plus il permettra à l’amont une anticipation des contenus des documents consultés et à l’aval une accumulation et une diversification des connaissances ou des plaisirs du texte. Savoir ce que l’on veut savoir, c’est déjà savoir ce savoir.

5Non que d’un projet on puisse déduire un comportement, moins encore un choix de document, moins encore un choix de texte ou tel ou tel type d’acuité à le saisir. Mais ces intentions diverses sont autant de disparités entre les individus, disparités ayant leur source tant dans la conscience individuelle de chacun que dans son être social qui le rendent face au texte virtuose ou démuni. Du déchiffrage au plaisir du texte (ou du son) la route est longue...

6Avant donc d’étudier les usages, il convient d’en identifier les fonctions et les destinataires. On a distingué deux publics : ceux qui estimaient avoir un projet en venant en salle d’actualité et ceux qui disaient y venir sans idée particulière. Le public de la salle d’actualité se partage de façon presque égale entre ces deux possibilités.

1. La venue sans projet

7Elle est fréquente : c’est le cas de 44 % des usagers. On pense tout de suite aux touristes entrant là par hasard, dans le cadre d’une visite familiale et/ou dominicale de la « raffinerie ». Mais rappelons que les nouveaux (qui ne sont pas tous des touristes) ne représentent qu’ 1/5e du public. Le nombre de « non motivés » est double. On s’autorise à venir sans savoir ce qu’on va faire ou parce qu’on n’a rien à faire. Que l’on soit nouveau ou habitué, on peut se laisser aller à ne pas justifier sa venue d’un but, d’une finalité. On peut dire qu’on vient pour passer un moment, pour « tuer le temps », pour occuper du vide, par impulsion, par envie.

« Je suis allé voir l’exposition Eluard et je suis entré pour voir ce que c’est une salle d’actualité ».
Homme, environ 25 ans, touriste canadien. n° 10.

« On fait un tour, on regarde »
Homme, 20 ans, pâtissier à Paris.
Avec un ami. Déjà venu plusieurs fois. n° 6.

« Je viens ici pour me promener parce que je n’habite pas très loin. Quand je viens ici, je regarde un peu n’importe quoi ».
Etudiant, 20 ans. n° 28.

« Je viens comme ça, pour passer le temps ».
Educateur spécialisé. n° 22.

« Je viens pour ne pas être seule. Je lis avec les autres ».
Femme de 40 ans environ, vient très souvent. n° 3.

« Je viens ici pour me ressourcer ».
Un étudiant lecteur d’un quotidien régional.

« Je viens ici pour me détendre ».
Un étudiant auditeur de disques.

« Souvent je viens ici un quart d’heure avant de monter ».
Un étudiant.

8Du « n’importe quoi » au « temps perdu », à la « promenade », au « temps passé », à la conjuration de la solitude, l’éventail est large, d’une curiosité à un besoin de délassement dans un lieu culturel, et à une recherche de sociabilité. Tous ici expriment en tout cas des besoins que la liberté d’accès du lieu autorise et qui dépassent de beaucoup la simple pratique utilitaire, la simple consommation d’un bien. S’il ne s’était agi que de cela (un approvisionnement) beaucoup auraient pu rester chez eux, se « nourrir » en privé. La volonté de participer à une offre publique et partagée avec d’autres est ici première.

9Plus on est habitué plus on vient avec le sentiment qu’on se laissera tenter par un journal, un livre, un disque, plus on est prêt à s’engouffrer dans une vacance, sans vouloir la déterminer au préalable.

2. La venue avec une intention précise

10Elle est le fait de 51,5 % du public.

11L’ordre des préoccupations est le suivant :

  • Lire la presse
  • Trouver une information sur un sujet
  • Ecouter des disques
  • Trouver un document précis
  • Voir les derniers livres parus

12Cet ordre fait arriver en tête l’écrit et largement en tête de l’écrit, la presse. Les nouveautés du livre, qui sont un élément central de l’offre institutionnelle n’arrivent qu’en dernière position. Force est de constater ce décalage, force est de constater cette distance entre les projets des concepteurs et les préoccupations conscientes des utilisateurs.

« J’avais juré de ne jamais venir à Beaubourg... »
« Je viens chercher un document précis sur Jérusalem et Tel Aviv... »
Etudiante en commerce international. 25 ans, 1ere visite. n° 12.

« Je vais à la bibliothèque ou au musée, puis je passe voir les revues et de temps en temps je m’y accroche ».
Québécois en France depuis 3 mois. Vient pour la 3e fois. n° 13.

« Je viens voir les revues ».
Etudiant. 24 ans. Venu 7 ou 8 fois. n° 16.

« Je viens regarder les journaux et les revues ».
Homme, environ 25 ans. Vient plusieurs fois/semaine à la BPI et en SA. n° 15.

« Nous sommes venues pour voir l’exposition sur le « Time » et voir l’architecture du Centre. Voir si c’était aussi horrible qu’on le dit à la télévision ».
Deux femmes, environ 35 ans, 1re visite.

« On regarde l’actualité, la musique ».
Homme pupitreur en informatique. 20-25 ans. Vient tous les 2 jours. n° 24

« Je voulais écouter des disques, il était trop tard ».
Femme. 20-25 ans. Vient pour la 2e fois. n° 26

« Je viens pour consulter toutes les nouveautés en matière de livres ».
Homme. Environ 35 ans. Publicitaire. Vient souvent, plutôt le week-end. n° 27.

« Je viens pour lire ”Autrement” ».
Lycéen de terminale. Environ 18 ans. Vient souvent. n° 29.

« Je suis venu pour écouter un disque ».
Manutentionnaire intérimaire. Environ 20 ans. Vient environ 1 fois/mois. n° 30

« Je suis venue lire un article sur un bouquin et faire voir Beaubourg à ma fille ».
Femme avec un enfant. Vient parfois. n° 33

« Je viens pour les derniers mensuels, les magazines ».
Femme agent administratif. Environ 25 ans. Vient parfois. n° 36

« Quand j’ai deux heures de libres, je viens à Beaubourg. Je viens ici 5-10 minutes, pour voir les revues ».
Femme, professeur d’éducation physique. Environ 30 ans. Vient souvent.

« Je viens ici presque tous les jours. C’est pratique pour les revues, les mensuels et les hebdos. Je lis. Je les suis semaine par semaine ».
Homme, professionnel du livre. 30-35 ans. n° 40

3. Les destinataires

  • 2 Cf. : L’invention du quotidien, op. cit.

13Le destinataire, réel ou symbolique, c’est celui à qui l’on offre ce que l’on fait. C’est celui à la pensée duquel on met sur pied son projet, on le conçoit, on le modifie. Selon cette destination et les valeurs qu’on lui accorde, on choie ou on brade la réalisation de ce projet, on le mitonne ou on l’exécute, on y cherche sa vérité ou le discours de l’autre, la complaisance ou la remise en cause. Michel de Certeau2 souligne ce type d’enchevêtrement dans les modes de lecture : « La lecture se situerait donc à la conjonction d’une stratification sociale (des rapports de classe) et d’opérations poétiques (constructions du texte par son pratiquant)... »

14Que le destinataire soit soi-même ou un autre n’induit pas directement le mode de réalisation de ce projet. Mais c’est un signe. A la salle d’actualité, le destinataire premier des pratiques, c’est soi-même. Quand on vient sans projet, on vient « pour rien »... c’est-à-dire « pour soi ». L’expression est ici riche de sens pour les hiérarchies de valeur. Venir pour soi = venir pour rien. L’expression de soi c’est rien. Réhabilitation du rien ou refus de soi ? Les deux cas de figures cohabitent.

15Les destinataires déclarés des visiteurs « à projet » sont à nouveau eux-mêmes : 37 % viennent par intérêt ou par curiosité personnelle. Seuls 14 % des projets sont destinés à un « autre », employeur, professeur, etc. Sur 52,5 % ayant une intention préalable viennent :

16Avant même d’avoir peut-être pour corollaire un mode de lecture l’intérêt personnel mis en avant témoigne d’une disposition d’esprit qui autorise (nous l’avons vu dans les interviews citées plus haut) une certaine vacuité, qui s’arrange mieux d’inclinations que de centres d’intérêt précis et immuables.

17C’est une des différences fondamentales entre la bibliothèque et la salle d’actualité. A la bibliothèque, la nécessité scolaire ou universitaire est la raison première des venues. Bien avant d’opposer ou de distinguer des personnes, bibliothèque et salle d’actualité distinguent des états d’esprits.

4. De quelques différences secondaires dans les projets et leurs destinataires

  • 3 Cf. en annexe tableau 46.

18Moins on est familier de la salle d’actualité, moins on a de projets. Plus on est habitué, plus on a décidé de ce qu’on voulait faire avant de venir. Mais cette relation n’est pas absolue : presque 1/4 des nouveaux ont un projet, ce qui confirme une fois de plus qu’ils ne sont pas tous des touristes hagards ; plus d’1/4 des assidus viennent encore, après plus de 50 visites, sans projet, persuadés donc qu’ils se laisseront tenter par une des possibilités offertes3.

19Dans l’ensemble, la familiarité joue un rôle essentiel dans la détermination des projets, dans le ciblage des objectifs. Mais elle peut être aussi source d’une certitude d’intérêt qui ne nécessite pas la préméditation obligée d’usage d’un bien.

  • 4 Cf. en annexe tableau 47.

20Les circonstances de visite ne sont pas étrangères à la motivation. Des gens seuls ont plus souvent un projet précis que ceux qui viennent accompagnés4 : 59,5 % des personnes qui sont seules viennent dans un but précis, alors que 29,5 % des personnes qui sont accompagnées viennent dans un but précis.

21Est-ce parce qu’on a un intérêt précis qu’on vient seul ? Ou parce qu’on vient seul qu’on est obligé de se donner un but de venue ? Les deux coexistent dans un contexte de venue qui est de toutes façons majoritairement solitaire. La venue en groupe, entre amis, en famille est souvent une première visite. Elle est plus souvent porteuse de déconcentration, de flânerie, elle procède par repérages : on vient voir, on vient confirmer ou infirmer les idées qu’on a. « On est venu voir si c’était aussi laid que ce qu’on dit à la télévision », « On regarde ». Plus la visite est familiale, plus l’absence de projet explicite est grande. On a plus besoin de se donner des objectifs, des bornes, quand on vient en solitaire.

22De même qu’un livre ne vit que par des multiplicités de lecture, une bibliothèque ne vit que par la diversité de ses usages et de ses usagers. Certains viendront pour un lieu social, d’autres pour un document. Certains viendront pour eux-mêmes, d’autres pour un autre. Certains y voudront se détendre, d’autres y voudront travailler. Beaucoup auront un jour une raison, le lendemain une autre. Et en aucun cas une absence d’intention précise, ne peut être amalgamée à une absence de motivation et stigmatisée comme telle. Quand à « l’absence de motivation », elle est bien souvent mère de curiosité, donc d’usages.

Notes

1 Sartre (Jean-Paul). — L’imaginaire. — Gallimard. 1970.

2 Cf. : L’invention du quotidien, op. cit.

3 Cf. en annexe tableau 46.

4 Cf. en annexe tableau 47.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access