Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Constances et circonstances

Chapitre II : un public d’habitués

Texte intégral

« Des abonnés passent leurs journées entières à lire, à prendre des notes, à écrire. Plusieurs apportent leur déjeuner, surtout dans la saison rigoureuse ». Cité par F. Parent-Lardeur.

1. Une fréquentation ancienne et intensive

1L’affluence constatée à la salle d’actualité est indéniable. Elle peut être aussi source de fausses images. Cette affluence est-elle le fait d’un public « touristique » sans cesse renouvelé, présent ici comme il aurait pu l’être dans un autre espace du Centre Pompidou ou cet espace est-il investi par des fidèles ? Question qui n’est pas sans importance lorsqu’on cherche à cerner l’usage de l’offre et le type d’appropriation qui en est fait. A-t-on affaire à un public de circonstance ou à un public d’assidus ?

  • 1 Cf. en annexe tableaux 44.

2Le processus de fidélisation est largement dominant : 61 % des usagers viennent depuis plus d’un an, un quart depuis l’ouverture1. Le nombre de nouveaux venus représente 1/5e (22 %) du public. C’est plus qu’à la bibliothèque (1/10e), c’est moins qu’au Centre (25,5 %). L’intégration au Centre Pompidou explique pour une part que chaque jour plus de 700 personnes nouvelles découvrent cet espace. L’absence de formalités à effectuer pour pouvoir entrer dans la salle explique aussi que la salle d’actualité et la bibliothèque aient, neuf ans après leur ouverture, un taux de renouvellement sans doute plus fort qu’aucune bibliothèque publique.

3Cette absence de formalités autorise les pratiques anonymes; on peut entrer dans le lieu, sans pour autant signer un contrat avec l’institution : contrat de reconnaissance où chacun donne son identité à l’autre, contrat de fidélisation où le visiteur s’engage par la déclinaison de son identité à revenir et à faire partie d’un groupe : les lecteurs d’une bibliothèque. Qui a peur de l’institution ou se sent par trop étranger à cette affiliation et à ses adeptes, ne prendra pas un tel « engagement ». Ici, on peut dans certaines limites, entrer sur un « coup de tête », une « impulsion », sans avoir à justifier à soi-même ou aux autres, par une déclaration, sa propre décision : pas de papier d’identité pour passer la frontière.

4Autre indice de familiarité : la fréquence de venue. Elle permet de distinguer quatre types de publics : les nouveaux (viennent pour la première fois), les apprentis (sont venus 2 à 10 fois), les habitués (sont venus 11 à 50 fois), les assidus (sont venus plus de 50 fois).

5La part de public qui a dépassé le stade de la ou des premières visites de reconnaissance (de 1 à 5 fois) s’élève à 60 %.

  • 2 Cf. en annexe tableaux 44 et 44 bis.

6Mettre en rapport la fréquence de venue et l’ancienneté donne d’autres renseignements. On peut venir depuis peu de temps mais assidûment, ou depuis l’ouverture mais une fois par an : les apprentis sont-ils des compagnons de route épisodiques ou de futurs habitués ? Les assidus sont-ils l’objet d’une passion aussi forte que brève ou sont-ils de vieux fidèles ? Reverra-t-on les nouveaux ?2

  • Les apprentis dans leur majorité sont plutôt des « compagnons de route ». En effet, si le tiers qui vient depuis moins de six mois est sur la pente de l’habitude, en voie de devenir des habitués, les deux autres tiers sont adeptes de la visite épisodique : provinciaux, étrangers ou parisiens venant au Centre pour des expositions temporaires et faisant un détour à la salle d’actualité.
  • Les habitués le sont de longue date : 49,5 % d’entre eux viennent depuis les premières années d’ouverture. On notera qu’on peut aussi devenir rapidement un habitué : 14,5 % d’entre eux viennent depuis moins de six mois.
  • C’est chez les assidus que cette fidélité est la plus répandue : 72 % d’entre eux, presque les 3/4, viennent depuis 1979 ou avant.

7La part réelle de ces différents groupes dans l’ensemble du public ne contredit pas nos premiers constats : aux deux extrêmes les nouveaux (22 %) et les pionniers conquis de longue date (21 %), cependant que les habitués venant depuis plus de trois ans représentent 11 % du public global. Au total, près du tiers du public vient assidûment depuis les premières années d’ouverture.

2. Quelques profils : des nouveaux aux assidus

8Les profils socio-démographiques des différents groupes (nouveaux, apprentis, habitués, assidus) ne sont pas radicalement différents les uns des autres ou différents du public d’ensemble. Mais on constate quelques différences.

Les nouveaux

9Ainsi alors que la majorité du public de la salle d’actualité est originaire de la région parisienne, les nouveaux sont prioritairement originaires de province ou de l’étranger. La part des touristes étrangers double. La part des femmes y augmente ainsi que celle des très jeunes (14-19 ans) et des classes dominantes. Les nouveaux sont plus nombreux à n’avoir jamais visité d’autres départements du Centre ou au contraire à en visiter beaucoup le même jour, et particulièrement le musée, les expositions temporaires, mais aussi la librairie Flammarion. On reconnaît bien là le type de visites circulaires des « touristes », qui explique aisément cette sur-représentation des provinciaux et des étrangers. Celle des usagers des classes dominantes suit une autre logique : l’accumulation des pratiques culturelles. Plus nombreuses dans les musées, les monuments historiques, etc. et à la salle d’actualité que la plupart des autres groupes sociaux, elles diversifient leurs pratiques une fois de plus en venant au Centre Pompidou, mais n’en font pas leur seul lieu de loisirs culturels. Le poids des femmes, par contre, est encore relativisé par cette apparence forte au groupe des nouveaux : chez elles, la fréquentation de la salle d’actualité reste une visite et ne devient pas une pratique. Les plus jeunes (14-19 ans) se révèleront attirés souvent par les disques ou les bandes dessinées. C’est un autre type de nouveaux qui n’est plus dans une logique touristique mais déjà dans le cadre d’une visite à projet (suivie vraisemblablement d’autres).

10Mais tous les nouveaux ne sont pas des touristes, loin de là : un quart d’entre eux a déjà eu l’occasion de venir dans un des espaces du Centre, plus encore connaissent déjà la bibliothèque du deuxième étage. Une partie des nouveaux est donc formée d’explorateurs de nouvelles ressources.

Les assidus

11Ce sont presque toujours des banlieusards ou des parisiens domiciliés particulièrement dans les arrondissements contigus. Pour ces derniers, la salle d’actualité représente un équipement de quartier dont ils usent abondamment. Ce sont plus souvent des hommes selon la logique d’exclusion des femmes mentionnée plus haut.

12Les assidus ont pour la plupart eu l’occasion lors de leurs venues de visiter d’autres espaces du Centre. Ils sont donc beaucoup moins nombreux que les autres à faire un parcours interdisciplinaire lors de chaque venue. Mais ils sont moins nombreux que les autres à n’avoir jamais visité certains espaces. Cependant un tiers n’a jamais été à la librairie, ni au Musée d’art moderne et 16 % n’ont jamais vu d’exposition. On rencontre aussi chez les assidus une forte tendance à la fréquentation exclusive de la salle d’actualité sur laquelle nous reviendrons plus longuement en étudiant les relations avec la bibliothèque.

13Surtout, un certain nombre de groupes sociaux ou ethniques qui ne font pas partie des groupes majoritaires à la salle d’actualité sont sur-représentés parmi les assidus. Ce sont les étrangers résidant en France, les classes populaires, les chômeurs et surtout les retraités.

Les apprentis et les habitués

14Les caractéristiques socio-démographiques des apprentis et des habitués les situent bien entre les nouveaux et les assidus. Plus la fréquentation de la salle d’actualité se fait intensive, plus le public est composé de parisiens et de personnes qui connaissent les autres départements du Centre Pompidou.

  • 3 N’oublions pas que les employés et ouvriers forment en France le groupe le plus nombreux.
  • 4 Images en bibliothèques, images des bibliothèques. Op. cit.

15Autant les pratiques culturelles extérieures clivent le public de la salle d’actualité en reproduisant les habituelles inégalités sociales, autant la fréquentation de la salle d’actualité a tendance à fonctionner de manière inverse : les couches sociales moins « cultivées » y viennent plus assidûment, les plus « cultivées » (surtout les usagers originaires des classes dominantes) sont plus distantes. De là à conclure au rôle de « démocratisation » joué par un tel lieu, il n’y a qu’un pas que nous nous garderons bien de franchir. En effet, cette assiduité est le fait d’usagers de couches sociales sous-représentées. C’est l’assiduité de la minorité d’une majorité3 en cela atypique par rapport à son groupe social d’origine. On ne peut donc réellement parler d’une démocratisation qui par définition serait censée toucher l’ensemble de ces couches sociales. Mais le fait mérite d’être noté et on peut parler avec J. C. Passeron4 du rôle de « compensation culturelle » des bibliothèques en ce cas.

16Du mondain à l’explorateur, du fouineur au vacancier, autant de comportements, autant de motivations que recouvre une première visite.

17De l’intellectuel à l’autodidacte, du passionné de reggae au passionné de littérature, autant de personnes, autant d’intérêts que recouvrent des visites répétées.

18A un degré de familiarité égal correspondent des individus différents, à un degré d’inexpérience égale aussi. Les individus ne perdent pas la mémoire en passant la porte de la salle d’actualité. Ils y pénètrent au contraire armés (ou non) d’acquis, de pré-savoirs (en forme de pré-connaissance sur un sujet, de maîtrise de la recherche documentaire, des modes de lecture, de précision du projet, d’aisances diverses...). Ils y sont habillés de toutes ces inégalités dans les habitudes de lecture ou de pratiques culturelles publiques ou privées.

19C’est donc au confluent de ces deux influences, l’une interne, la familiarité avec un lieu, l’autre externe, la familiarité avec un type de bien culturel, que vont se dessiner les choix et usages des personnes.

Notes

1 Cf. en annexe tableaux 44.

2 Cf. en annexe tableaux 44 et 44 bis.

3 N’oublions pas que les employés et ouvriers forment en France le groupe le plus nombreux.

4 Images en bibliothèques, images des bibliothèques. Op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable