Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Constances et circonstances

Chapitre I : des visiteurs aux campeurs : la durée de visite

Texte intégral

  • 1 L’œil à la page. op. cit.

1On ne connaît guère les durées des séjours sur place des usagers de bibliothèques municipales. Du lycéen qui vient entre deux cours, au retraité qui lit quotidiennement son journal local, à la mère de famille qui passe entre deux courses s’approvisionner en lectures diverses, les temps de visite sont certainement très divers. Les auteurs de L’oeil à la page1 ont, à l’occasion de leur étude sur l’implantation de l’audiovisuel dans sept bibliothèques municipales, distingué les « séjourneurs » des « passants », les premiers ayant des profils et des comportements très différents des seconds.

2Ici donc, pas d’équivoque. Nous n’avons à faire qu’à des « séjourneurs » puisqu’aucune possibilité d’emprunt, d’appropriation matérielle à l’extérieur n’existe : on ne peut rien emporter, pas même des traces ou des substituts tels que les photocopies comme à la bibliothèque. Place seule est faite aux souvenirs, aux réminiscences mentales, à l’immatériel : une musique écoutée, une lecture obsédante, des phrases qui résonnent.

3On ne diffère pas sa pratique, ou son plaisir, on le consomme, on le consume tout de suite, sur une durée souvent décidée d’avance. « Je viens toujours une demi-heure » dit un habitué, durée qu’on laisse parfois s’accroître avec plaisir. « Quand il y a quelque chose qui m’intéresse énormément, je peux rester toute l’après-midi » précise la même personne. Les temps de séjour sont pourtant très variables, révélant là les différences d’objectifs, de stratégies mis en place par les usagers. Parmi les visites brèves ou les visites éclair, on peut distinguer :

  • la visite de reconnaissance des néophytes par immersion dans des eaux inconnues et pratiques de repérage du lieu, de ses sollicitations, de ses habitants;
  • la visite ciblée, ponctuelle, rapide : consultation d’un journal, voire d’une rubrique, renseignements pratiques dans « L’officiel des spectacles » ou les journaux de télévision, relevé d’un titre de livre, coup d’oeil au résumé de la quatrième de couverture ou à une exposition;
  • la visite infructueuse : par fourvoiement (entrée dans un lieu que l’on croyait autre), par insuccès (trop de monde aux disques, journal, revue indisponibles etc.).

4Les visites plus longues ou visites séjour entraînent souvent la lecture de tout ou partie d’un livre, la consultation d’un ou plusieurs périodiques, l’écoute de disques, l’association d’activités diverses, ces visites séjour pouvant durer d’une heure à plus de quatre heures.

  • 2 Cf. en annexe tableau 45.

5Ce sont plutôt, semble-t-il, des visites assez brèves qu’escomptaient les créateurs de la salle d’actualité quand ils parlaient de « feuilleter », « consulter », »regarder » et « d’information rapide ». Il faut pourtant se défier de l’apparent aspect « hall de gare » que peut revêtir parfois la salle d’actualité. C’est un effet de foule et non un mode de comportement. La durée moyenne des visites est de 55 minutes. 36 % restent moins d’un quart d’heure, 37,5 % d’un quart d’heure à une heure, 24,5 % plus d’une heure. La durée des séjours varie peu entre la semaine et le weed-end. Le phénomène de la visite dominicale et familiale se manifeste plus par une augmentation de l’affluence que par une diminution flagrante des temps de visites. Si le nombre des visites brèves est à peu de choses près le même en semaine et le weed-end, les séjours de plus de quatre heures (très peu nombreux de toutes façons) doublent le weed-end : 1 % de visite de plus de deux heures en semaine, 2,5 % le samedi/dimanche2. Ces temps de séjour sont beaucoup moins longs qu’à la bibliothèque où la durée moyenne de séjour est d’environ deux heures, les visites de moins d’un quart d’heure n’étant le fait que d’une personne sur dix et les visites de plus de quatre heures au contraire de 14 % du public.

Notes

1 L’œil à la page. op. cit.

2 Cf. en annexe tableau 45.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access