Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Portraits d’amateurs

Chapitre III : un public aux pratiques culturelles diversifiées

Texte intégral

1Identifier le profil socio-professionnel du public ne suffit pas. Il faut aussi connaître l’ensemble de ses habitudes culturelles et particulièrement ses habitudes de lecture, hors l’institution considérée, les comparer à celles de l’ensemble des Français et les mettre en rapport avec les comportements, les choix observés en salle d’actualité. On sait par les enquêtes menées sur les pratiques culturelles des Français que ces pratiques sont cumulatives : les différents loisirs culturels ne sont pas exclusifs les uns des autres mais au contraire solidaires, cumulatifs. Un fort lecteur sera généralement assidu au cinéma, au théâtre, au musée, aux expositions. Seule la télévision fait exception à cette règle : les plus forts usagers d’offres culturelles regardent moins systématiquement la télévision que les autres. Il convient donc de cerner la familiarité plus ou moins grande qu’entretiennent les usagers avec les bibliothèques en général, la lecture de presse, de livres, l’écoute musicale, les institutions culturelles diverses.

1. Le recours à d’autres bibliothèques

2Les usagers de la salle d’actualité sont de forts utilisateurs des bibliothèques : 40,5 % y vont fréquemment, 16,5 % occasionnellement. Mais pour 37,5 % d’entre eux la salle d’actualité (associée ou non à la bibliothèque) est le seul lieu public de lecture de livres fréquenté. On a donc juxtaposition de deux phénomènes contradictoires, le cumul et l’exclusive.

  • 1 Jean-Claude Passeron, Michel Grumbach, et al... (dans L’œil à la page : enquête sur les images et (...)

3Qui cumule cette fréquentation de la salle d’actualité à celles d’autres bibliothèques, et qui ne vient qu’ici ? Question essentielle pour mesurer l’éventuelle percée de la salle d’actualité auprès d’un public non usager des bibliothèques, pour savoir si elle participe d’un mouvement de démocratisation culturelle, ou à tout le moins d’un mouvement de « compensation culturelle »1.

  • 2 Cf. en annexe tableau 68.
  • 3 Cf. en annexe tableau 69.

4La fréquentation des bibliothèques oppose, outre les étudiants et scolaires, les couches intellectuelles et dominantes, public habitué des bibliothèques aux classes populaires et chômeurs dont la majorité n’est pas usagère d’autres bibliothèque2. L’intensité de fréquentation confirme et renforce cette opposition. Le plus fort taux d’usage est caractéristique des étudiants, des professions intellectuelles, des classes dominantes. Témoin enfin des différences entre le public de la salle d’actualité et celui de la bibliothèque, le type de bibliothèque fréquentée : dans la seconde ce sont les bibliothèques universitaires qui viennent en tête, dans la première les bibliothèques municipales3.

5Alors que la salle d’actualité représente pour les étudiants et pour les usagers des couches intellectuelles et dominantes un instrument supplémentaire de pratiques de lecture, elle est pour une majorité d’usagers des couches populaires et des chômeurs le seul lieu public où ces pratiques s’effectuent. La tendance au cumul est donc caractéristique des premiers, alors que l’exclusive serait plus typique des seconds.

2. La lecture et l’achat de livres

  • 4 D’après Pratiques culturelles des Français, op. cit.

6Tous les Français ne sont pas gros lecteurs, loin s’en faut : un Français sur quatre ne lit aucun livre en une année. Un sur cinq en lit moins de quatre par an4. Au sein de notre public, seuls 7 % n’ont pas lu au cours des trois derniers mois, 67 % soit presque sept sur dix ayant lu plus de quatre livres, un tiers ayant lu plus de dix livres. On peut considérer que, face à la lecture, les usagers de la salle d’actualité, sont l’exact opposé de l’ensemble des Français.

  • 5 Cf. en annexe tableau 64.

7Ce profil d’ensemble n’empêche pas l’inégalité de taux de non-lecteurs suivant les différentes couches sociales5 : on compte six fois plus de non-lecteurs chez les chômeurs que chez les classes dominantes (14 % chez les premiers, 2,5 % chez les seconds). La non-lecture suit très exactement la courbe de la fréquentation des bibliothèques :

  • minimun chez les classes dominantes, les couches intellectuelles, les étudiants ;
  • croissante chez les classes populaires, les retraités, les chômeurs.
  • 6 Cf. en annexe tableau 63.

8L’achat de livres prolonge et renforce les oppositions observées quant à leur lecture, entre les usagers de la salle d’actualité et l’ensemble des Français d’une part et entre les différents groupes sociaux présents simultanément à la salle d’actualité d’autre part6. Presque un Français sur deux n’achète dans l’année aucun livre : ce n’est le cas que d’un usager de la salle d’actualité sur dix. Un usager de la salle d’actualité sur deux a acheté des livres plus de dix fois : ce n’est le cas que de deux Français sur dix.

9Etudiant la circulation des livres et à ce titre le mode d’approvisionnement en livres des inscrits en bibliothèques municipales, F. Porto-Vasquez distingue trois sources d’approvisionnement : les emprunts et prêts privés, les achats, les emprunts en bibliothèque. Il indique que c’est l’emprunt en bibliothèque, plus encore que l’achat, qui est le plus fortement lié à l’intensité de lecture. Mais « cet emprunt public est en même temps associé préférentiellement aux deux autres sources d’approvisionnement, c’est-à-dire qu’il est complémentaire et de l’emprunt privé et de l’achat de livres ». On ne sera donc pas étonné ici d’être en présence d’un public à la fois gros lecteur et gros utilisateur de bibliothèques.

  • 7 F. Porto-Vasquez : Trois études sur la lecture. Paris ; Groupe inter-universitaire de documentatio (...)

10« A l’encontre de l’idéologie de la gratuité et du désintérêt des pratiques culturelles, la description du système de corrélation montre qu’un bénéfice implique des contre-parties, dans ce commerce comme dans les autres, et qu’ici, comme ailleurs, l’accès à un avantage particulier (l’emprunt privé, l’achat) n’entraîne pas de renoncement altruiste aux services publics (gratuits) »7. Ce qui est vrai ici, pour l’ensemble des usagers de la salle d’actualité, l’est plus encore pour les plus privilégiés d’entre eux.

3. La lecture et l’achat de presse

  • 8 Cf. en annexe tableau 65.

11Les usagers de la salle d’actualité lisent plus et plus régulièrement la presse que la moyenne des Français, qu’il s’agisse des quotidiens, des revues d’actualité et plus encore des revues spécialisées8. Une seule exception à cette règle : la lecture de magazines (magazine pratique, familial ou de loisirs).

  • 46 % des Français lisent un quotidien chaque jour ou presque ; à la salle d’actualité, ils sont 54,5 % ;
  • 13 % des Français lisent régulièrement des revues d’actualité ; à la salle d’actualité il sont 38 %, soit trois fois plus ;
  • 11,5 % des Français lisent régulièrement une revue spécialisée (littéraire, scientifique, historique) ; ils sont presque un sur deux à la salle d’actualité (41,5 %) ;
  • 20 % des Français lisent régulièrement un magazine familial et seulement 18 % des usagers de la salle d’actualité.

12Les usagers de la salle d’actualité, non contents de lire intensément la presse, cultivent la lecture des revues les moins lues, aux tirages les moins forts : plus la revue se spécialise, plus l’écart est fort entre ses habitudes et celle de l’ensemble des Français. Ce sont des signes et des éléments d’une distinction. A l’inverse, ils lisent moins la presse de grande diffusion (presse de loisirs, presse familiale). Double distinction donc : l’une par excès, l’autre par défaut.

13L’intensité de lecture des différents types de revues oppose comme la lecture de livres les différents groupes sociaux, mais d’une façon nouvelle :

  • les usagers des couches dominantes sont les plus forts lecteurs de presse exception faite précisément des magazines familiaux et de loisirs. Ils se séparent en cela de tous les autres groupes sociaux, y compris les usagers des couches intellectuelles qui viennent en deuxième position pour la lecture de presse ;
  • les étudiants et les scolaires qui faisaient le plus souvent partie des forts acheteurs et forts lecteurs de livres, sont moins lecteurs de presse que la moyenne des usagers de la salle d’actualité. Est-ce parce que leurs lectures sont des lectures scolaires de travail et que la lecture de presse n’en serait pas une? Est-ce un effet de génération? On sait que les jeunes lisent moins les quotidiens que leurs aînés, ce qui est confirmé ici ;
  • les retraités sont les plus faibles lecteurs de toute la presse mais forts lecteurs de quotidiens. On sait qu’il s’agit là encore d’un effet de génération, attachés qu’ils sont à cette formule régnante avant l’ère de l’audiovisuel.

4. L’écoute musicale

14L’écoute de disques ou de cassettes oppose une fois encore les usagers de la salle d’actualité à la moyenne des Français : seuls 8 % des premiers n’écoutent jamais de disques ou d’enregistrements. C’est le cas de 24,5 % des seconds. Dans la plupart des cas, cette écoute est intensive.

  • 9 Cf. en annexe tableau 66.

15L’achat de ces documents sonores est répandu, mais il existe une proportion non négligeable de non acheteurs, aussi importante que celle des très gros acheteurs. Le nombre de non acheteurs est particulièrement grand chez les retraités et dans une moindre mesure chez les chômeurs et les classes populaires, alors que les plus gros acheteurs sont les couches techniciennes et administratives et les classes dominantes9.

5. La télévision

  • 10 Op. cit.
  • 11 Jean-François Barbier-Bouvet. De la scène au petit écran. Paris, Ministère de la Culture, 1977.
  • 12 Cf. en annexe tableau 67.

16C’est la seule pratique boudée par le public de la salle d’actualité qui la regarde beaucoup moins souvent que l’ensemble des Français. Effet d’âge, de milieu social et d’origine géographique : on sait par l’enquête sur les pratiques culturelles des Français10 que la télévision est moins regardée chez les 20-24 ans, les parisiens, les cadres supérieurs, professions libérales et diplômés de l’enseignement supérieur. Ne retrouve-t-on pas là les caractéristiques de bien des usagers de la salle d’actualité ? On sait aussi que la ligne de partage n’est pas dans le fait de regarder la télévision, mais dans la capacité qu’on a de l’arrêter, donc de choisir ce qu’on y regarde. On sait enfin que l’intensité d’écoute TV suit une courbe inverse de celle des autres pratiques culturelles : forte chez ceux chez qui ces dernières sont faibles, faibles là où elles sont fortes11. Ici12 les retraités sont, de très loin, les plus assidus devant la télévision. Les couches dominantes et intellectuelles se séparent, les premières ayant un taux d’écoute quotidienne légèrement supérieur à la moyenne, les secondes étant le groupe le plus détaché de cette pratique.

17L’étude des choix culturels du public de la salle d’actualité établit donc de grandes distances avec la moyenne française : s’il regarde moins souvent la télévision, il lit et achète plus de livres, de revues, de quotidiens, il écoute et achète plus de disques témoignant ainsi d’une accumulation et d’une diversification de ces « inclinations ». L’achat de livres plus encore que leur lecture les différencie de la moyenne française.

18Une observation plus attentive montre que derrière cette unanimité se cachent des différences. Même ici les usagers des couches populaires et les chômeurs lisent moins, achètent moins, écoutent moins de disques, vont moins en bibliothèque alors que les usagers des couches intellectuelles et des couches dominantes sont toujours les premières au hit-parade des pratiques. Ces dernières (cadres supérieurs et industriels) se distinguent de toutes les autres couches sociales par un très fort taux de lecture de presse quotidienne et d’actualité.

19Mais surtout, autant les usagers des couches intellectuelles et dominantes sont typiques de leurs classes qui au niveau national aussi se distinguent par un fort taux de pratiques culturelles, autant les usagers des couches populaires et chômeurs en sont différents, ont un comportement atypique par rapport à leur groupe social. Les premières se situent donc dans un contexte de reconnaissance, les seconds dans une différenciation par rapport à leur groupe social d’origine.

Notes

1 Jean-Claude Passeron, Michel Grumbach, et al... (dans L’œil à la page : enquête sur les images et les bibliothèques, op. cit.) constatent que les différents services des bibliothèques municipales ont des publics très différents : le plus traditionnel, l’emprunt des livres étant le seul où les classes populaires sont plus nombreuses que les classes supérieures, est le seul où « s’affirme nettement la fonction de compensation culturelle ».

2 Cf. en annexe tableau 68.

3 Cf. en annexe tableau 69.

4 D’après Pratiques culturelles des Français, op. cit.

5 Cf. en annexe tableau 64.

6 Cf. en annexe tableau 63.

7 F. Porto-Vasquez : Trois études sur la lecture. Paris ; Groupe inter-universitaire de documentation et d’enquêtes sociologiques : (GIDES). Mai 1981.

8 Cf. en annexe tableau 65.

9 Cf. en annexe tableau 66.

10 Op. cit.

11 Jean-François Barbier-Bouvet. De la scène au petit écran. Paris, Ministère de la Culture, 1977.

12 Cf. en annexe tableau 67.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access