Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Portraits d’amateurs

Chapitre II : profil de l’usager-type de la salle d’actualité

Texte intégral

1Ouvrir un lieu culturel sans formalité, c’est aussi vouloir participer d’un mouvement de démocratisation culturelle. L’idée reste fréquente qu’il suffit d’offrir des activités culturelles à tous pour que tous en usent. Or, les inégalités sociales ne s’évanouissent pas comme par enchantement. Sources de pratiques culturelles différentes et de représentations différentes des lieux culturels, elles préexistent à ceux-ci et déterminent pour une large part l’usage ou le non usage qui en est fait.

1. Les étudiants et les autres : la reproduction sociale

2Le public de la salle d’actualité est marqué par deux caractéristiques dominantes et apparemment contradictoires.

  • 1 Pour les catégories socio-professionnelles, voir les développements faits par J.F. Barbier-Bouvet (...)

3Il comporte une majorité d’actifs : toutes catégories socio-professionnelles confondues, les actifs représentent 51,5 % du public1. En tête sont les visiteurs des classes populaires, 14,5 %, où ouvriers et employés de bureau ou de commerce sont présents presque également. Les usagers des couches techniciennes et administratives des classes moyennes et des couches intellectuelles des classes moyennes et dominantes, représentent chacune 12 % du public. Les premières sont essentiellement composées de techniciens et de cadres administratifs moyens. Les secondes sont regroupées ici parce qu’elles ont en commun d’avoir, de par leur profession, un rapport particulier à la « culture » dont elles sont reproductrices et/ou productrices : y sont inclus les enseignants, des instituteurs aux professeurs du supérieur, les journalistes, les écrivains, les artistes et les diverses professions intellectuelles. Les usagers originaires des classes dominantes représentent 9 % du public : la moitié est formée par les cadres administratifs supérieurs. Certaines catégories telles les gros commerçants, les industriels, moins nombreuses dans la population française, et caractérisées souvent par un fort capital économique presque plus que par un fort capital culturel, sont très peu présentes à la salle d’actualité. D’autres catégories telles les cadres supérieurs, les ingénieurs, les professions libérales, caractérisées par un fort capital culturel, presque plus que par un fort capital économique et plus nombreuse dans la population française sont plus nombreuses aussi en salle d’actualité.

4Le groupe des étudiants/scolaires est la catégorie la plus importante. A lui seul, il représente 34,5 % du public. Les étudiants sont très nettement plus nombreux (28,5 %) que les scolaires (6 %).

5Les autres « inactifs » sont formés de trois catégories très disparates et inégalement présentes : les chômeurs (7 %), les retraités (4 %), les femmes au foyer (2 %).

  • 2 Cf. tableau D

6Ce public semble donc très différent de celui de la bibliothèque2. Le nombre d’étudiants est deux fois plus important à la bibliothèque du 2e étage, 60 %, contre 34,5 % à la salle d’actualité. Ce n’est pas le premier chiffre qui doit étonner mais le second. Que beaucoup d’étudiants trouvent la bibliothèque à leur convenance est clair ; qu’un grand nombre d’étudiants viennent aussi (voir seulement) en salle d’actualité est un fait d’importance : pas plus que l’habit ne fait le moine, le statut ne fait la personne. Les étudiants ne sont pas seulement ceux qui étudient mais des individus qui aiment à fréquenter les bibliothèques dans un but non universitaire. Voilà qui pourrait questionner bien des bibliothèques universitaires à la recherche d’une dimension plus accueillante et plus globale.

Tableau D : Comparaison des publics de la bibliothèque et de la salle d’actualité.

Tableau D : Comparaison des publics de la bibliothèque et de la salle d’actualité.

7Les différentes catégories d’actifs sont chacune multipliées par deux : il y a proportionnellement deux fois plus de chacune des autres professions en salle d’actualité. La comparaison des catégories socio-professionnelles non étudiantes dans l’un et l’autre lieu, indique en fait une répartition presque identique des différentes professions et couches sociales, c’est-à-dire globalement une même reproduction des mêmes inégalités.

  • 3 Cf. en annexe tableau 37.

8Car, pas plus qu’à la bibliothèque la présence quasi égale d’usagers originaires des classes dominantes, des couches intellectuelles et des classes populaires n’est synonyme d’une représentativité égale. Le poids réel de ces différentes couches dans la population globale française n’est en effet pas le même. Comme à la bibliothèque, au Centre Pompidou et dans de nombreux autres établissements culturels, les usagers originaires des couches populaires sont en fait sous-représentés par rapport à leur poids dans la population réelle : trois fois moins d’ouvriers, deux fois moins de personnel de service et moins aussi d’employés. Les retraités sont également sous-représentés (beaucoup plus que parmi les inscrits en bibliothèque municipale)3 : ils sont quatre fois moins nombreux que dans la population française. Mais ce sont avant tout les femmes au foyer qui sont les grandes absentes de la salle d’actualité : elles sont plus de cinq fois moins nombreuses que dans la population nationale, ce qui situe la salle d’actualité à l’exact opposé de ce que l’on constate en bibliothèque municipale.

  • 4 Douglas Waples « Research memorandum on social aspects of reading in the depression » (1937) et «  (...)

9Les chômeurs, en revanche, sont en proportion plus nombreux qu’ils ne le sont dans la population française, fait tout à fait inhabituel dans une institution culturelle. Le fait que les chômeurs aient « du temps libre » n’entraîne pas comme par miracle qu’ils soient habitués des bibliothèques. Les conditions d’accès à la salle d’actualité (liberté d’accès, gratuité) ne sont sans doute pas étrangères à cette forte présence. Doit-on aller plus loin, s’interroger avec le chercheur Douglas Waples4 analysant la crise de 1929 et voir dans la lecture un indice de la capacité des différentes couches sociales à « résister à l’effet dépressif de la crise » ? Seule une étude spécifique sur cette catégorie sociale et des entretiens particuliers sur leurs rapports à la lecture pourraient être éclairants.

10Les usagers originaires des autres couches sociales sont par contre sur-repré- sentés. Les cadres moyens (où l’on inclue les instituteurs, les cadres administratifs moyens, les techniciens, les professions intellectuelles diverses, les services médicaux et sociaux) sont deux fois plus nombreux à la salle d’actualité que dans la population française. Surtout, les couches dominantes formées des professions libérales et cadres supérieurs (comprenant aussi les professeurs, ingénieurs et professions littéraires et scientifiques) sont trois à quatre fois plus nombreuses que dans la population française. Seuls les patrons de l’industrie et du commerce sont moins nombreux à la salle d’actualité que dans la population française.

11Cette comparaison entre le public de la salle d’actualité et la population nationale confirme bien qu’un lieu ouvert n’est pas un lieu où tous entrent. On peut entrer à la salle d’actualité comme on veut, aucune limite (si ce n’est celle entraînée par la saturation du lieu) n’est imposée, aucune condition n’est requise autre que celle de disposer d’un peu de temps pour vouloir venir écouter un disque, feuilleter un livre, un journal. Et on le voit, tous n’utilisent pas leur disponibilité de la même manière. Les pas des disponibles les mènent dans des lieux divers, étrangers les uns aux autres : des stades de foot à la salle d’actualité, il ne s’agit pas seulement d’intérêt pour le sport, ou d’intérêt pour le livre, moins encore de dons, moins encore de hasards. Le public se choisit un lieu à son image, le lieu frappe les yeux de ceux qui lui ressemblent.

12Mais, toutes les institutions culturelles n’entraînent pas les mêmes types d’exclusion : la composition de la salle d’actualité et celle des bibliothèques municipales, par exemple, diffèrent. Si l’offre culturelle en lecture et audition musicale est privilégiée dans les deux cas et explique certaines ressemblances (la sur-représentation des couches sociales privilégiées), les conditions spécifiques d’accès (gratuité, libre accès au lieu et aux documents) et le mode d’usage particulier (sur place, immédiat sans possibilité d’être différé comme en bibliothèque municipale par l’emprunt) proposés à la salle d’actualité introduisent des différences. La consultation sur place notamment modifie le sentiment que l’on entretient avec la gestion de ce temps de loisir et influe par là sur les motivations de venue autant que sur le mode d’usage du lieu.

13Ce qui est en jeu dans ces différenciations sociales, ce sont aussi toutes ces images, ces représentations qu’évoquent, dans le quotidien de chacun, tel ou tel lieu culturel.

2. Un tiers des usagers d’origine étrangère

  • 5 Source : Atelier Parisien d’Urbanisme.

14Presqu’un tiers du public est d’origine étrangère (32,5 %). Mais il existe deux types d’étrangers : ceux qui résident à l’étranger (les touristes) et ceux qui résident en France (les résidents). La plupart des étrangers ne sont pas des touristes mais des résidents en France (22,5 %). A titre de comparaison, signalons que la part d’étrangers sur l’ensemble de la population parisienne est de 16,5 % (d’après le recensement de 19825. Le taux d’étrangers étant plus fort à Paris que dans le reste de la France, il est clair que les étrangers sont très nettement sur-représentés à la salle d’actualité. Ils le sont également à la bibliothèque, mais dans des proportions différentes : deux fois plus de touristes étrangers à la salle d’actualité qu’à la bibliothèque.

  • 6 Cf. : en annexe tableau 42.

15Les touristes étrangers sont presque exclusivement originaires d’Europe de l’Ouest (parfois du Proche Orient). Les étrangers résidents en France sont avant tout originaires du Proche et Moyen Orient et d’Europe de l’Ouest6. Venant de pays différents, les touristes et les résidents n’ont pas non plus le même profil social. Si les étudiants restent majoritaires dans les deux sous-groupes :

  • les classes dominantes et les couches intellectuelles forment le gros des touristes étrangers,
  • les classes populaires sont assez nombreuses chez les résidents en France (15,5 %), plus nombreuses que dans l’ensemble du public7. Les immigrés, classes populaires et chômeurs étrangers résidant en France, représentent 22 % des résidents en France, 150 personnes par jour, soit 5 % de la population totale de la salle d’actualité.

3. Une majorité d’habitants de la région parisienne

16Les 3/4 des usagers de la salle d’actualité viennent de la région parisienne. Le quart restant vient soit de province (14 %), soit de l’étranger (10,5 %).

Graphique 15 : Potentiel d’attraction géographique de la salle d’actualité.

Graphique 15 : Potentiel d’attraction géographique de la salle d’actualité.
  • 8 Ils disposent déjà d’un réseau de lecture publique très privilégié puisque : « Il y a actuellement (...)

17L’offre spécifique de la bibliothèque et de la salle d’actualité sont pour beaucoup dans cette forte présence d’habitants de la région parisienne. Peu viennent voir plusieurs fois la même exposition, beaucoup viennent continuer un livre, en consulter d’autres, lire la presse chaque jour, ou au moins de temps en temps. A une offre par définition démultipliée et plus mouvante correspond un usage plus intensif autorisé évidemment aux seuls parisiens et banlieusards8. Mais la salle d’actualité et la BPI sont peut-être les seules bibliothèques en France que les étrangers et les provinciaux visitent ou dont ils usent quand ils sont à Paris.

  • 9 Source APUR op. cit.

18Les visiteurs originaires de la région parisienne viennent pour 1/3 de la banlieue et pour les 2/3 de Paris même. Les arrondissements les plus représentés sont ceux qui regroupent la majorité de la population parisienne : les arrondissements ici appelés périphériques (par rapport au Centre Pompidou) regroupent plus de la moitié des usagers parisiens de la salle d’actualité. Mais, la propension à venir est en fait plus forte chez ceux qui sont domiciliés plus près du Centre : presque la moitié des usagers parisiens de la salle d’actualité sont domiciliés dans les quartiers contigus ou limitrophes alors que ceux-ci n’abritent que le quart des parisiens9.

19Cette tendance à être un « établissement de quartier » est un peu plus forte qu’à la bibliothèque. Le public de la salle d’actualité est en effet plus proche et plus lointain. Plus lointain : plus de provinciaux, plus d’étrangers dont la présence est en partie due à la situation de la salle d’actualité dans le Centre : située au rez-de-chaussée, s’ouvrant sur l’espace du « forum », espace de circulation obligé pour tous les visiteurs pénétrant dans Beaubourg. Plus proche : la présence d’usagers domiciliés dans le quartier (notamment les retraités) est plus importante et l’offre elle-même, et singulièrement la lecture de la presse, est particulièrement appréciée par des visiteurs dont le domicile n’est pas trop éloigné du Centre.

4. La moitié du ciel ? La salle d’actualité, un univers masculin

« Il faudrait que l’écriture et même la lecture fussent interdites à toutes les femmes. Ce serait le moyen de resserrer leurs idées et de les circonscrire dans les soins utiles du ménage, de leur inspirer du respect pour le premier sexe qui serait instruit de ces mêmes choses avec d’autant plus de soin que le deuxième sexe serait négligé ».
Restif de la Bretonne.

  • 10 Rappelons que dans la population française, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hom (...)
  • 11 Cf. en annexe tableau 38.
  • 12 Alors qu’il y a d’après M. Pinçon-Chariot et P. Rendu (op. cit.) plus d’un million de femmes « ina (...)

20En bibliothèques municipales, 62 % des inscrits sont des femmes. La salle d’actualité, elle, est un univers masculin. Les femmes n’y sont que 27 % de l’ensemble10. Encore cette exclusion touche-t-elle différemment les femmes suivant les couches socio-professionnelles auxquelles elles appartiennent. Toujours moins nombreuses que les hommes quelles que soient les professions considérées, leur profil professionnel d’ensemble est quelque peu différent. Les étudiantes11 représentent près de la moitié des femmes (42,8 %) ce qui minimise encore le poids des autres couches socio-professionnelles. Deux fois moins de femmes que d’hommes des classes dominantes, moins de femmes que d’hommes des classes populaires, moins de chômeuses déclarées. Les femmes présentes, hors les étudiantes, font donc plus souvent partie des classes moyennes que les hommes. Mais, ce sont au premier chef les femmes au foyer qui sont les grandes absentes : elles ne représentent que 2 % du public12, soit 60 femmes au foyer sur plus de 3 000 personnes par jour, alors qu’elles forment presque 20 % des inscrits en bibliothèques municipales.

21C’est que l’emprunt de livres ou leur lecture sur place ne touchent pas toujours les mêmes publics. Même en bibliothèques municipales, les femmes sont nombreuses dans le groupe des emprunteurs, peu nombreuses dans le groupe des lecteurs sur place, assignées là comme ailleurs dans un rôle de fournisseuses de biens (culturels ou alimentaires). Lorsqu’une femme emprunte en bibliothèque pour qui le fait-elle ? Pour elle seule ou aussi pour le reste de sa famille ? Lire sur place demande d’avoir du temps ou de se sentir autorisé à s’en donner, suppose de s’absenter de chez soi : c’est toute la construction du budget temps des femmes au foyer qui est ici en cause, comme sont en question les relations qu’elles établissent entre l’espace du dehors (les activités extérieures au domicile) et celui du dedans (les activités à la maison).

5. Les jeunes en tête des usagers

22Le public de la salle d’actualité est jeune : six utilisateurs sur dix ont moins de 30 ans. C’est un public beaucoup plus jeune que la moyenne française. Cette jeunesse s’explique bien sûr par la présence assez importante des étudiants/ scolaires ; elle constitue un élément de plus pour contredire une nouvelle fois les discours aussi inexacts qu’inépuisables sur la non lecture des jeunes.

  • 13 Cf. en annexe tableau 39

23Le nombre de jeunes légèrement supérieur encore à la bibliothèque s’explique par la présence importante d’étudiants. Par contre, le nombre de retraités et personnes âgées de plus de 60 ans, s’ils reste inférieur à la moyenne nationale, est deux fois plus important à la salle d’actualité qu’à la bibliothèque. La moyenne d’âge des femmes est inférieure à celle des hommes13 : les jeunes filles (14-19 ans) sont deux fois plus nombreuses à venir que les jeunes gens, ce qui témoigne d’une très nette sur-représentation des scolaires dans le groupe des femmes. Les 25-39 ans femmes sont très nettement moins nombreuses que les hommes du même âge. La faible présence des femmes constatée plus haut s’accroît donc d’une perte de pratique quand elles quittent l’école ou l’université et qu’elles sont face au travail et/ou à l’éducation des enfants.

6. Le niveau scolaire : 75 % de bacheliers

  • 14 Cf. en annexe tableau 40

24Le public de la salle d’actualité est, comme celui des bibliothèques en général et de la BPI en particulier, surdiplômé par rapport à la moyenne nationale14. Les trois-quarts ont des diplômes égaux ou supérieurs au bac (74 %), presque un sur deux (42 %) des diplômes égaux ou supérieurs à la licence, presque un sur cinq des diplômes supérieurs à la maîtrise. Dans la population française, âgée de 15 ans et plus, la hiérarchie est exactement inverse et 81 % de la population n’a pas le baccalauréat.

25Les « actifs », surdiplômés par rapport à la population française sont cependant moins diplômés que les étudiants : 30 % (soit le double des étudiants) n’ont pas le bac, 49 % le baccalauréat ou moins, alors que 69,5 % des étudiants ont plus que le baccalauréat. Cet écart déjà considérable ne pourra aller qu’en s’accentuant puisque le capital scolaire des premiers est déterminé, alors que celui des seconds peut encore s’accroître.

  • 15 Cf. en annexe tableau 41

26Les profils scolaires des « actifs » opposent nettement deux groupes15 :

  • le premier formé des usagers des classes dominantes, des professions intellectuelles, techniciennes et administratives est dans l’ensemble possesseur de diplômes supérieurs au baccalauréat ;
  • le second formé des usagers des classes populaires, chômeurs, retraités, est possesseur de diplômes inférieurs au baccalauréat.

27Minoritaires dans leur couche sociale et en cela intéressants parce qu’atypiques, on peut signaler l’existence de plusieurs groupes :

  • les « self-made men » : 11 % des classes dominantes ont à peine le baccalauréat ;
  • les « déclassés » : 17 % des ouvriers et employés (classes populaires) ont des diplômes supérieurs au baccalauréat ;
  • les « nouveaux chômeurs » : 38 % des chômeurs ont au moins le baccalauréat.

28Dans l’ensemble, le public de la salle d’actualité est aussi porteur de l’accroissement du niveau de diplômes de la population française au cours du siècle : un retraité sur deux n’a pas le baccalauréat, ce n’est plus le cas que d’un usager sur quatre.

Notes

1 Pour les catégories socio-professionnelles, voir les développements faits par J.F. Barbier-Bouvet dans le livre un et en annexe les tableaux. Nous avons effectué les mêmes recoupements des différentes catégories socio-professionnelles, sur la base des travaux de Pierre Bourdieu.

2 Cf. tableau D

3 Cf. en annexe tableau 37.

4 Douglas Waples « Research memorandum on social aspects of reading in the depression » (1937) et « What reading does to people » (1940). Cité par J. Leenhardt et Pierre Jozsa dans Lire la lecture. Le Sycomore, 1982.

5 Source : Atelier Parisien d’Urbanisme.

6 Cf. : en annexe tableau 42.

7 Cf. en annexe tableau 43.

8 Ils disposent déjà d’un réseau de lecture publique très privilégié puisque : « Il y a actuellement sur le territoire d’Ile-de-France (y compris Paris) 243 bibliothèques municipales et 250 bibliothèques de comité d’entreprise, sans compter les autres types de bibliothèques soit près d’un quart de l’ensemble du réseau national ». Source : Association des Bibliothécaires Français (ABF)

9 Source APUR op. cit.

10 Rappelons que dans la population française, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes et que cette différence prend une nette ampleur au centre de Paris où l’on compte 120 femmes pour 100 hommes. (Source : Les femmes d’Ile-de-France dans l’espace des équipements collectifs : des inégalités cumulées, par Monique Pinçon-Chariot et Paul Rendu. Economie et statistique, n° 162, janvier 1984).

11 Cf. en annexe tableau 38.

12 Alors qu’il y a d’après M. Pinçon-Chariot et P. Rendu (op. cit.) plus d’un million de femmes « inactives » dans la seule Ile-de-France, et que c’est dans le centre de la capitale qu’elles ont la plus forte proportion de diplômes d’études supérieures.

13 Cf. en annexe tableau 39

14 Cf. en annexe tableau 40

15 Cf. en annexe tableau 41

Table des illustrations

Titre Tableau D : Comparaison des publics de la bibliothèque et de la salle d’actualité.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Graphique 15 : Potentiel d’attraction géographique de la salle d’actualité.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access