Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Portraits d’amateurs

Chapitre I : entrée libre

Texte intégral

1. 3 450 personnes chaque jour

1A la salle d’actualité, comme à la bibliothèque, l’accès est libre et gratuit : pas de carte de lecteurs, aucune formalité, les entrées et les sorties se font au gré des décisions des entrants. La gratuité et l’accès libre sans formalité veulent supprimer les barrières économiques et sociales à l’entrée dans un lieu culturel. La première réponse des usagers, ici, leur présence nombreuse, semble témoigner du succès de tels principes.

  • 1 Cf. en annexe tableau 36.

2Plus d’un million d’entrées par an, soit environ 90 000 par mois, plus de 3 450 par jour, soit le tiers de ce que reçoit la bibliothèque du deuxième étage et ce régulièrement depuis plusieurs années, tel est le « score » de la salle d’actualité. Si l’affluence avait été le seul fait de l’événement architectural créé par le Centre Pompidou, ou d’un attrait de l’inconnu, ce nombre eut dû décroître peu à peu. Il n’en est rien. De 1977, année d’ouverture, à 1978, la moyenne quotidienne est passée de 3 195 à 3 445. Depuis 1978, elle s’est stabilisée autour de 3 450 personnes (3 457 en 1983)1. La curiosité ou le tourisme circulaire sont loin d’être les seuls motifs de venue. La salle d’actualité reçoit plus de monde qu’aucune des autres salles du rez-de-chaussée et presque autant que le Musée national d’art moderne qui s’étend, lui, sur 17 325 m2. Si le nombre d’entrées quotidiennes n’augmente plus, c’est, au contraire, que les capacités d’accueil de la salle sont dépassées : on ne compte plus les heures, les jours, où une longue file d’attente se presse aux portes de cette salle où la possibilité d’entrer des uns est directement liée à la décision de sortir des autres. L’encombrement créé par cette affluence, s’il témoigne bien que la présence du public n’est pas due au hasard mais à des choix, pose des problèmes aux gestionnaires, comme aux usagers : nécessité de contrôler le flux et difficulté de maintenance des lieux et documents pour les premiers, modifications des modes d’appropriation, des types et stratégies de venue pour les seconds.

  • 2 Cité par R. Baillon. L. Amar, A. Grandjean dans Le parc de la Villette, un espace public à invente (...)

3On voit ainsi s’élaborer parmi les uns ou les autres et entre les uns et les autres, des « compromis », compromis territoriaux ou intellectuels du type de celui opéré par le directeur du parc national de Kennermerduinen en Hollande qui devait « concilier deux objectifs en apparence contradictoires : accueillir en une quinzaine de jours des mois d’été 700 000 visiteurs et faire en sorte que les 1 400 hectares de dunes constituant le parc soient le moins possible fréquentés »2. Si les contradictions entre la conservation et la communication sont moins fortes à la salle d’actualité, les intérêts en présence donnent lieu à des négociations comparables.

  • 3 Cf. le livre un de cet ouvrage : Le savoir-faire et la ruse…

4On peut aussi questionner l’architecture du Centre Pompidou dans ce sens : relations dehors / dedans, piazza / bâtiment, relations rez-de-chaussée forum / étages, relations escalators / espaces d’expositions. Beaubourg est un endroit qui, par son architecture, autorise « qu’on l’utilise sans s’en servir », c’est à dire qu’on y soit dans une visite de « monument » sans recourir obligatoirement à un des services. On sait toutes les possibilités de farniente ou de dérive qui sont alors loisibles3.

2. Les saisons, les jours et les heures

5L’affluence devant les portes du Centre entre 11 h 45 et 12 h, avant l’ouverture, l’empressement à y entrer, voire la course dans les escalators pour arriver qui le premier aux vidéos, qui le premier au laboratoire de langues, qui le premier aux journaux de la salle d’actualité, est un véritable spectacle quotidien.

6Cette affluence ne se dément pas : été comme hiver, le seuil des 3 000 personnes est dépassé ; légèrement moins nombreux entre mai et fin juillet, les usagers affluent particulièrement en avril, octobre, février mais aussi au mois d’août et ils sont plus nombreux encore le samedi ou le dimanche qu’en semaine.

7Cette affluence est constante : les variations horaires existent, mais dans la journée non plus on ne peut parler véritablement de « période creuse ». Les heures de moindre affluence sont, en semaine comme le week-end, les débuts et fins de journée, les heures de pointe sont l’après-midi de 14 h à 16 h et surtout de 16 h à 18 h.

8Beaucoup d’habitués chosissent leurs jours et heures de venues. « Pour trouver des revues, il faut venir avant 14 h 30 ou après 19 h » dit l’un d’entre eux.

Notes

1 Cf. en annexe tableau 36.

2 Cité par R. Baillon. L. Amar, A. Grandjean dans Le parc de la Villette, un espace public à inventer. — Paris ; Laboratoire d’économétrie de l’école polytechnique. CNRS. 1983. p. 64.

3 Cf. le livre un de cet ouvrage : Le savoir-faire et la ruse…

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access