Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Livre deux. La salle d'actualité, ou la recherche de l'imprévu

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cité par Françoise Parent-Lardeur : Lire à Paris au temps de Balzac : les cabinets de lecture à Pa (...)

« Le titre de ce nouveau journal définit son objet. Nous nous sommes proposés de faire une véritable bibliothèque, pleine de variété et d’utilité, en embrassant tous les genres de connaissance, abondamment fournie de documents d’une haute importance et d’une piquante nouveauté, offrant des analyses complètes et fidèles de tout ce qui paraît de neuf et d’intéressant dans le vaste domaine des lettres et des sciences ; enfin, présentant par des extraits d’un choix sévère, la meilleure substance de la presse périodique ».
Éditorial du premier numéro de la revue
« Le cabinet de lecture »1

1Le rez-de-chaussée du Centre Georges Pompidou, première occasion de rencontre entre les usagers et l’offre culturelle est constitué d’une multiplicité d’espaces et de salles qui entourent et s’ouvrent sur une zone de circulation surplombant elle-même le grand « forum ». Ces salles ont nom : atelier pour enfants, galerie contemporaine, salle d’animation, librairie, salle de documentation, salle d’actualité. Chacune d’elles se veut être en quelque sorte une antenne des différents départements du Centre pendant que le « forum » est tour à tour le lieu d’expression de l’un, de l’autre ou de tous. Ces salles visent à présenter l’offre spécifique de chacun des départements et à en ébaucher une image qui seront développées dans les étages supérieurs. La cohabitation à ce rez-de-chaussée affirme d’emblée la conception interdisciplinaire du Centre Pompidou. Offre interdisciplinaire qui veut permettre à ses usagers un parcours qui le soit tout autant.

  • 2 Un descriptif plus complet sera présenté dans le corps de l’ouvrage lors de l’étude de chacun des (...)

2Ainsi, la salle d’actualité est-elle en quelque sorte la « vitrine » de la Bibliothèque publique d’information2. Disposant d’un espace public de 600 m2, elle a pour fonction primordiale de présenter au public, en consultation sur place, sans possibilité d’emprunt :

  • les nouveautés françaises du livre,
  • les nouveautés du disque distribuées en France,
  • un panorama de la presse française et étrangère.

3La collaboration gracieuse des éditeurs permet d’offrir environ 3 500 titres de livres et 1 650 disques. Ces documents restent en rayon un an. Un ensemble représentatif de quotidiens nationaux et étrangers, une sélection de magazines et revues permettent d’offrir environ 580 titres de périodiques dont seul le dernier numéro est mis en rayon. La salle d’actualité propose également un fonds de livres de référence et d’information d’environ 2 000 titres et organise des expositions et des débats.

4L’idée d’une salle d’actualité est présente dès les premiers projets des concepteurs. Elle est décrite comme une « galerie permanente de l’édition française » ou une « librairie galerie où on ne vend pas » et veut s’inspirer de la Kulturhuset de Stockolm. On la place sous le signe de « l’actualité, l’information rapide, la détente ». Elle doit permettre au visiteur de « trouver des informations (...), suivre les nouvelles productions (...), consulter les quotidiens (...), feuilleter les périodiques (...), utiliser des ouvrages de référence (...), regarder des expositions (...) ».

5On veut aussi lui voir jouer un rôle d’incitation à la lecture auprès du « grand public » : « grâce à la nouveauté de ses moyens de présentation et à la variété de ses activités, elle facilitera à un large public la connaissance par le livre des sujets d’actualité ».

6Enfin, elle doit orienter vers « la bibliothèque à proprement parler, les lecteurs désireux d’approfondir un sujet ».

7La salle d’actualité a donc deux référents : les librairies et les bibliothèques. Une librairie de nouveautés qui ne disposerait pas de stocks et ne pratiquerait pas la vente, mais qui offrirait simultanément quatre supports, quatre sources d’information (livres, disques, presse, expositions). Une bibliothèque qui est explicitement décrite comme différente : la salle d’actualité est conçue comme un espace de « consultation », de « feuilletage », de « détente ». Les documents d’archives que nous avons consultés n’emploient jamais le terme de lecture. La lecture se fera plutôt (« on pourra approfondir ») dans l’espace pour lequel elle joue un rôle d’incitation : la bibliothèque « à proprement parler », celle du deuxième étage.

  • 3 Au sens de : qui vient pour travailler en bibliothèque et non au sens de la catégorie sociale.

8Une librairie qui n’est pas une librairie, une bibliothèque qui n’est pas vraiment une bibliothèque destinée à un public dont les pratiques et la composition seraient différentes de celui de l’autre bibliothèque : il feuillette mais ne lit pas et il est « composé de visiteurs plus que de travailleurs »3. La salle d’actualité est donc conçue comme originale mais dépendante : sa spécificité, c’est l’actualité des documents permettant une consultation rapide. Mais on ne la conçoit pas sans sa « grande sœur », vers qui elle doit orienter.

9C’est bien sur une certaine opposition des pratiques et des valeurs qu’elles sous-tendent, qu’est bâti le projet de la salle d’actualité : entre l’actualité et la permanence, entre la détente et le travail, entre le feuilletage et la lecture, entre les visiteurs et les travailleurs. Valeurs basées sur la croyance (l’illusion ?) pédagogique : une offre créera une pratique, un lieu de détente, d’information rapide habituera à une bibliothèque plus classique, le feuilletage formera le futur lecteur, le contact avec des livres créera la lecture, le visiteur deviendra usager. Dans cette optique, la salle d’actualité devait être composée d’un public en constant renouvellement : public de touristes, de nouveaux, de passants, qui une fois séduits par le type d’offre deviendraient des habitués... de la bibliothèque du deuxième étage.

  • 4 Cf. la méthodologie commune à l’enquête auprès des usagers de la BPI en annexe.

10Nous avons voulu étudier les réactions des usagers à cette offre, à cette mise en œuvre et en particulier ce qu’il advient d’un projet culturel empreint d’un certain didactisme lorsqu’il est mis à l’épreuve des faits, c’est-à-dire livré aux pratiques du public. L’enquête ici présentée a été effectuée sous forme de questionnaires, auprès de 1 550 personnes4. Ils ont été complétés en janvier 1983 par une trentaine d’interviews qui avaient plus particulièrement pour but de cerner les relations qu’établissaient les usagers, dans leurs pratiques ou dans leurs représentations, entre la salle d’actualité et la bibliothèque ; de mesurer la perception que les usagers avaient de cette salle et les modes d’appropriation qu’ils y mettaient à l’œuvre.

11Cette recherche se veut à la fois monographique et générale : monographique pour ce qu’elle apprend sur le public d’un lieu particulier ; générale pour ce qu’elle permet de comprendre des pratiques sociales dans un lieu culturel public.

Notes

1 Cité par Françoise Parent-Lardeur : Lire à Paris au temps de Balzac : les cabinets de lecture à Paris, 1815-1830. — Paris : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1982.

2 Un descriptif plus complet sera présenté dans le corps de l’ouvrage lors de l’étude de chacun des supports. Cf. aussi en annexe la description de la salle d’actualité.

3 Au sens de : qui vient pour travailler en bibliothèque et non au sens de la catégorie sociale.

4 Cf. la méthodologie commune à l’enquête auprès des usagers de la BPI en annexe.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable