Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Troisième partie. Le libre accès : le savoir-faire et la ruse

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’affichage et la signalétique de renvoi sont implantés dans tous les espaces de circulation du Ce (...)

1Accumulation d’objets, accumulation de messages. Le Centre Pompidou n’est certes pas le premier établissement culturel à concentrer des biens symboliques : tout musée, toute bibliothèque sont voués au stockage culturel. Mais ce qui frappe le visiteur, c’est l’omniprésence dans l’espace de cette prolixité, le caractère immédiatement perceptible de cette pléthore. Tout est fait pour montrer partout le plus grand nombre de choses, et pour rappeler en quelque point où on se trouve ce qui est proposé ailleurs1.

2La Bibliothèque publique d’information constitue d’une certaine manière l’apogée de cette sur-occupation de l’espace par les messages. Elle provoque une incoercible impression de surabondance. Non pas tant en raison de son encyclopédisme ou du nombre de documents qu’elle possède, qu’en raison de la présence effective, dans les salles de consultation, de l’intégralité de ce qu’elle détient. Point de réserves ici. Tout est à la fois appréhendable visuellement (on a tout sous les yeux) et préhensible tactilement (on peut tout prendre en main, feuilleter, manipuler).

  • 2 A. Toffler : Le choc du futur. - Paris : Denöel ; 1972. — 539 p.

3Le visiteur qui franchit le seuil de la bibliothèque se trouve donc — physiquement autant qu’intellectuellement — confronté à ce qu’on pourrait appeler, pour reprendre l’expression d’A. Toffler, un hyperchoix,2. La multiplication des possibles rend plus complexe encore la maîtrise des documents, et augmente le nombre des décisions et des micro-décisions qu’il devient nécessaire de prendre pour aboutir à l’information ou à l’œuvre.

  • 3 M.F. Lanfant : Les théories du loisir. — Paris ; presse universitaires de France, 1972. — 252 p.

4Le terme qui conviendrait le mieux pour qualifier la BPI est sans doute celui d’encombrement. Au double sens d’abondance des biens (les messages, les objets, les appareils) et d’affluence des personnes (le public). Les théoriciens du loisir3 ont montré que l’on s’acheminait paradoxalement vers un encombrement croissant du temps : le nombre d’activités différentes effectuées par unité de temps s’accroît, bien que globalement le temps libre tende à augmenter. Transposons dans l’espace : le nombre d’informations rencontrées par unité de lieu s’est multiplié dans des proportions considérables, pour une « capacité d’absorption » individuelle qui reste nécessairement limitée.

5La BPI d’une certaine manière reflète bien l’évolution de la société toute entière. L’avantage n’est plus à qui sait accumuler des informations mais à qui sait en perdre ; non plus à qui s’efforce d’emmagasiner des savoirs mais à qui sait rechercher un renseignement particulier à travers un savoir total. Bergson disait « savoir, c’est se souvenir », on dirait plus volontiers désormais « savoir, c’est savoir trouver » ; et être capable d’éviter de se retrouver dans la situation de ce petit garçon qui inscrivait sur sa fiche pédagogique en rendant à sa bibliothèque un livre sur les pingouins : « ce livre m’a appris plus de choses sur les pingouins que je n’avais besoin d’en savoir ».

6Toutes les démarches ne sont pas, loin s’en faut, des démarches de recherche d’information. Nous avons vu dans les chapitres précédents à quel point les projets des utilisateurs pouvaient êtres divers, voire leur absence de projet délibérée. Reste que, quelle que soit leur motivation, ils se trouvent immergés dans le même bain de sollicitations culturelles au sein duquel ils doivent peu ou prou, par construction ou par élimination, opérer des choix.

  • 4 J.C. Passeron : Images en bibliothèque, images de bibliothèques. Op. cit.

7Face à cette masse d’informations, d’œuvres, de documents, de médias offerts tous ensemble pour être choisis un par un, offerts tous en même temps pour être consultés l’un après l’autre, les comportements des visiteurs vont se révéler radicalement différents. « Le libre accès dont le but idéal est l’autonomie de la demande n’en est pas le moyen magiquement efficace : son succès exige des usagers, à défaut de la connaissance de la carte, celle du territoire ; à défaut du capital culturel, inégalement réparti on le sait, un capital de familiarité indigène avec le lieu et les choses, différemment mais inégalement réparti lui aussi »4.

Notes

1 L’affichage et la signalétique de renvoi sont implantés dans tous les espaces de circulation du Centre.

2 A. Toffler : Le choc du futur. - Paris : Denöel ; 1972. — 539 p.

3 M.F. Lanfant : Les théories du loisir. — Paris ; presse universitaires de France, 1972. — 252 p.

4 J.C. Passeron : Images en bibliothèque, images de bibliothèques. Op. cit.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable