Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Les pratiques : la guerre des médias n'aura pas lieu

Chapitre IV : le multimédia

Texte intégral

1Il existe une expression d’origine américaine pour désigner les supports audio, visuels et audio-visuels : les « non-livres » (non-books). Le terme est fréquemment employé dans les revues professionnelles les plus officielles et y a acquis une forme de légitimité.

2Son caractère général le dispute à son caractère hégémonique. Général, il confond dans la même catégorie trois supports documentaires (le disque, la photographie, le film) qui ont peu à voir entre eux tant par la forme que par le contenu. Hégémonique, le livre reste la référence de ce qui n’est pas le livre. On conviendra que définir un objet par ce qu’il n’est pas est une forme de conceptualisation un peu paradoxale.

3Autre expression tout aussi courante, bien française celle là : les « nouveaux médias ». Nouveaux par rapport au livre, bien sûr : la référence est toujours la même ; s’y ajoute simplement une dimension temporelle. On est surpris de cette persistance à vouloir qualifier de nouveaux des supports qui ont été inventés l’un en 1878 (le phonographe), l’autre en 1816 (la photographie), le troisième en 1895 ou en 1923 (selon que l’on considère le film ou l’image électronique).

4De telles dénominations en disent long sur la hiérarchie, implicite ou explicite, qu’établissent certains entre le livre et « tout le reste », et sur la crainte qu’ils éprouvent de voir de nouvelles formes d’information et de création prendre la place des anciennes. La Bibliothèque publique d’information offre à l’observateur un terrain d’analyse idéal pour rapporter les affrontements théoriques des professionnels de la diffusion culturelle aux pratiques réelles des usagers, dans une situation où ces derniers sont confrontés à toutes les formes de messages. Suffit-il de leur proposer le mélange des supports pour qu’ils pratiquent le mélange des genres ?

5La présentation des documents à la BPI obéit à un principe délibéré : priorité au sujet. Concrètement le regroupement côte à côte sur les rayons, et cote à cote sur les catalogues, de documents de matérialité différente sur des sujets identiques vise explicitement, dans l’esprit des concepteurs de la BPI, à favoriser les pratiques multimédia.

6Nous avons déjà examiné média par média l’utilisation qui est faite du livre, du périodique, de la photo, du film et du disque. L’enquête permet maintenant de gravir un échelon dans l’analyse de la complexité des usages sociaux, et de faire apparaître non plus seulement l’impact de tel ou tel support, mais toutes les formes d’association — et d’exclusion — des supports entre eux.

7Pour cela, nous avons croisé systématiquement toutes les pratiques entre elles, au sein d’un tableau dont les intersections nous donnent la proportion de personnes ayant utilisé, au cours de la même visite, à la fois des diapo et des livres, des disques et des revues, des films et des disques, etc.

Tableau Β : Association des supports documentaires.

8On attendait de ce tableau qu’il nous permette de mesurer les pratiques multimédia, de repérer les utilisateurs éclectiques de plusieurs sources d’information. Et voilà que la première catégorie d’utilisateurs qu’il fait apparaître est celle des non-utilisateurs. Nous guettions les « touche à tout », nous découvrons les « touche à rien ».

1. « Touche à tout » et « touche à rien »

9Les « touche à rien » ne constituent pas un groupe minoritaire ou une catégorie anecdotique : 16,5 % des visiteurs de la BPI ne feuillettent ni livres, ni périodiques, ne regardent ni photos, ni films, n’écoutent pas de disques. Pour être exact, il faut décompter parmi eux ceux qui ne viennent que pour la médiathèque de langues et repartent dès leur leçon terminée, et ceux qui se limitent à la visite de l’exposition à l’entrée. Restent 10 %, un visiteur sur dix, plus de mille personnes par jour, qui pénètrent à la Bibliothèque publique d’information, y séjournent (parfois durablement) au milieu des livres, des visionneuses, des appareils vidéo, sans se fixer sur aucun.

  • 1 Total supérieur à 100 %, certains visiteurs ayant utilisé plusieurs supports documentaires.

10Deux explications viennent immédiatement à l’esprit de qui connaît un peu Beaubourg : ce seraient des clochards, installés là pour la journée, et qui ne cherchent qu’un endroit tranquille et à l’abri d’où ils ne seront pas délogés ; ou alors ce seraient des touristes qui, dans le cadre de leur visite générale du Centre Pompidou, font un tour à la bibliothèque pour s’assurer qu’ils sont bien passés partout mais ne s’y arrêtent pas : la crainte d’avoir pu manquer quelque chose — ou phantasme d’exhaustivité — est un des moteurs qui, à Beaubourg comme dans tous les grands établissements culturels, guide les stratégies de visite totale.1

  • 2 Comptages effectués sur une semaine type, en février 1983.

11En réalité les « clochards », pour autant qu’on puisse les identifier à la conjonction de signes extérieurs de pauvreté et de postures apparentes de sédentarité, ne dépassent jamais quelques dizaines de personnes. Nous l’avons systématiquement vérifié2. Ils occupent incontestablement une place considérable dans la perception courante de la BPI. Elle se fonde d’une part sur leur extrême visibilité — tout ce qui tranche est surévalué —, d’autre part sur les désagréments réels qu’ils peuvent occasionner à leurs voisins — un petit nombre de personnes suffit à en incommoder un grand nombre —. Mais cette place dans la perception ne correspond en aucun cas à leur poids statistique dans la fréquentation. Les clochards alimentent toute une série de récits qui se transmettent d’autant mieux que leur caractère anecdotique les rend propres à alimenter la rumeur, et que le renversement des valeurs qu’ils représentent par rapport aux normes sociales des espaces culturels réveille des appréhensions collectives. Ces multiples anecdotes sont la matière même d’un début de « tradition orale » sur le Centre Pompidou.

12— Voyons alors les touristes. Ceux qui viennent pour la première fois au Centre Pompidou peuvent être tentés d’entrer à la bibliothèque regarder « à quoi cela ressemble », sans pour autant avoir l’intention de s’en servir. On les trouve en effet parmi ceux qui se contentent de parcourir l’exposition avant de repartir aussitôt vers d’autres cimaises. Mais parmi nos 10 % de « touche à rien », seuls 1,5 % venaient pour la première fois, et pouvaient être raisonnablement assimilés à des touristes. La majorité d’entre eux se recrutaient parmi les visiteurs déjà familiers de la bibliothèque, voire parmi les habitués et les assidus. L’analyse des durées de visite confirme cette information : la plupart de ces usagers sans usages sont restés plus d’un quart d’heure, c’est-à-dire plus de temps qu’il n’en faut pour faire le tour de la BPI sans y rien consulter (le tiers d’entre eux y sont même restés plus d’une heure).

13L’explication par les clochards et les touristes n’est donc pas dénuée de fondement, mais elle tend à prendre la partie pour le tout. La fréquentation sans utilisation de la BPI correspond aussi, outre ces deux groupes spécifiques, à trois autres démarches culturelles :

  • Les « déçus ». Ils sont entrés pour quelque chose de précis. C’est cette précision même qui les expose à ne pas trouver satisfaction : soit qu’ils viennent pour un document particulier ou sur un sujet pointu et qu’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent (la raison peut en être que la BPI ne possède pas le document, qu’il est déclassé, ou que quelqu’un est en train de le consulter) ; soit qu’ils viennent exprès pour l’audiovisuel (faire un heure de labo de langues, écouter des disques, voir des films) et qu’ils ne trouvent plus de place. Dans les deux cas, leur demande est à ce point exclusive qu’ils ne se reportent pas, si la recherche est infructueuse sur d’autres sujets ou d’autres documents, comme le font souvent les autres visiteurs (3 %).
  • Les « bernard-l’hermite ». Ce sont des utilisateurs d’un genre un peu particulier, qui s’installent dans l’espace de la BPI sans intention d’en utiliser les ressources. Il s’agit de personnes qui viennent pour travailler sur leurs propres documents. Elles utilisent la bibliothèque non pour son offre, mais pour son espace. Pas n’importe quel espace cependant : la BPI n’est pas choisie uniquement parce qu’elle met à disposition gratuitement des tables et des chaises, mais parce qu’elle propose en même temps un environnement documentaire. Même si on ne compte pas en avoir soi-même l’usage, cet environnement marque le lieu et les personnes que l’on y côtoie. On adopte la BPI comme espace d’accueil ou d’étude afin de soutenir sa propre pratique en l’inscrivant dans des pratiques de même famille.

14A parasite, parasite et demi. Dans la réalité, sur les 9 % de visiteurs qui affirment venir avec l’intention de travailler sur leurs dossiers, la grande majorité d’entre eux ne se tiennent pas à leur résolution. Soit ils complètent leur recherche sur le même sujet avec des documents de la BPI, soit ils profitent de leur présence pour regarder autre chose sur d’autres sujets. Les « vrais » bernard-l’hermite ne sont que 3,5 %.

15— Les « agoraphiles ». Ce sont les plus caractéristiques. Une fois ôtés les touristes, les déçus et les bernard-l’hermite (et les clochards), il reste encore parmi les « touche à rien » 2 % de personnes dont la présence relève d’une autre logique. Si nous disons qu’il s’agit des plus caractéristiques, ce n’est pas en raison de leur poids statistique (encore que 200 personnes par jour ne soient pas négligeables), mais parce que ces visiteurs portent à son point extrême un comportement très largement partagé par les autres utilisateurs de la bibliothèque de Beaubourg : la consommation de l’espace compte tout autant que la consultation de l’information et des œuvres dans le rapport de la BPI. A la limite, le spectacle des autres, la liberté d’aller et venir, la disponibilité du lieu peuvent devenir à eux seuls le motif principal de fréquentation. Il ne s’agit plus de consulter quelque chose, mais tout simplement d’être là. Ce n’est pas parce qu’il y a offre de médias qu’il y a nécessairement pratique de ces médias ; même si et surtout si ces médias sont extrêmement présents : ils sont consommés en tant qu’environnement, non en tant que messages.

16Investir un lieu culturel hautement socialisé comme lieu de rencontre, comme zone de repos, comme salle de spectacle ou comme incitation à la promenade est tout autre chose que ne pas l’utiliser. N’y rien consulter n’est pas n’y rien faire. Le non-usage des biens et services proposés par un espace public est en réalité une des modalités de l’usage de cet espace.

2. Les formes du multimédia

17L’utilisateur multimédia, celui qui associe dans une même recherche le texte et l’image, le texte et le son, l’image et le son, est un peu comme l’Arlésienne. On l’attend depuis le début de cet ouvrage, la pièce a manifestement été écrite pour lui, et il n’a toujours pas fait son apparition sur la scène. Il est temps de lui ménager son entrée.

18Déjà son existence ne fait aucun doute : on a vu que, si l’on additionne les pourcentages de lecteurs de livres, de lecteurs de presse, de spectateurs d’images, etc, ce total est supérieur à 100 %. Signe évident que certains d’entre eux se livrent à plusieurs activités à l’occasion de la même visite à la bibliothèque.

19Cette association de plusieurs supports documentaires ne se fait bien évidemment pas au hasard. Certains rapprochements sont plus fréquents que d’autres, et en sens inverse certaines exclusions ont un caractère quasi général. D’autre part, la pratique multimédia n’a pas la même signification culturelle, ni la même portée documentaire, selon les contenus ainsi rapprochés.

20Le terme est au fond assez trompeur. Alors qu’on dispose d’un grand luxe de vocabulaire pour qualifier chaque variante de la pratique de chaque média (lire, feuilleter, consulter, parcourir, etc.), on ne dispose que d’une expression passe- partout pour qualifier toutes les formes de rapprochement de tous les types de supports. Il y a un certain paradoxe à unifier ainsi par le vocabulaire la combinatoire complexe de formes de consultations diversifiées.

21On rencontre non pas une mais plusieurs pratiques multimédia. Elles s’organisent et prennent sens à partir de deux lignes de clivage très nettes :

  • la première est une distinction de matérialité, entre ce qu’on pourrait appeler le multimédia apparié — rapprochement de deux supports de même famille : livre et périodique, photo et film —, et le multimédia hétérogène — rapprochement de deux supports de famille différente : texte et image, texte et son, etc.
  • la seconde est une distinction de complémentarité entre le multimédia associatif, qui consiste à consulter des documents de nature différente sur le même sujet, et le multimédia consécutif, qui porte sur des sujets n’ayant rien à voir l’un avec l’autre.

22— Le multimédia apparié

23• Première forme d’association : le rapprochement texte à texte. La consultation conjointe de livres et de périodiques est une pratique classique dans les bibliothèques d’étude ou les bibliothèques universitaires. Qu’en est-il à la Bibliothèque publique d’information ?

2419 % du public, soit près d’une personne sur cinq, a consulté des livres et des périodiques au cours de la même visite. De tous les rapprochements de supports possibles, c’est de loin le plus fréquent ;

25Ce n’est pas pour autant une pratique symétrique : une majorité parmi les lecteurs de périodiques (les 3/4) lisent aussi des livres ; une minorité parmi les lecteurs de livres (1/4) lisent aussi des périodiques. La lecture de livres apparaît plutôt comme une consultation autonome, tandis que la lecture de presse apparaît plutôt comme une consultation conjointe.

26• A la différence du rapprochement texte à texte le rapprochement image à image, c’est à dire le visionnement — complet ou partiel — au cours de la même visite de photographies et de films, est d’une part très minoritaire, d’autre part dans une relation symétrique :

27Minoritaire, car il n’est pratiqué que par 2,5 % du public. Peu de visiteurs passent d’un écran vidéo à un écran diapo. Les « gloutons optiques » qui avalent coup sur coup de l’image fixe et de l’image animée sont relativement rares : les deux formes de pratique de l’image tendent à s’exclure ;

28Symétrique, car cette exclusion se fait dans les mêmes proportions dans les deux sens : un quart des spectateurs de vidéo regardent aussi des diapos ; un quart des spectateurs de diapos regardent aussi des vidéos.

29On peut déjà, à partir de ces deux séries d’analyses, dégager une première tendance de la consultation des médias dans une bibliothèque de libre accès : le texte renvoie souvent au texte, l’image renvoie rarement à l’image.

30Mais le texte renvoie-t-il à l’image ?

31— Le multimédia hétérogène

  • 3 A.M. Bassy parle d’une « élite technicienne » in La BPI : bilan d’une expérience culturelle, op. c (...)

32Vieux débat... Faux débat peut-être : à guetter avec appréhension pour les uns, avec enthousiasme pour les autres, l’émergence d’un homme nouveau, un éclectique de l’information qui passerait avec virtuosité du texte à l’image, de l’image au document sonore3 on en oublie qu’une telle démarche est depuis longtemps la chose la mieux partagée du monde : la pratique quotidienne des messages par chacun, tant dans l’espace domestique (le foyer), que dans l’espace professionnel ou dans l’espace collectif (la rue, les lieux publics...) n’est ni plus ni moins une pratique multimédia permanente. Il n’y a guère que les espaces documentaires qui y échappaient encore... Chacun associe constamment chez lui la lecture de journaux, l’écoute de la télévision et celle de la radio, et à l’extérieur la lecture des affiches et messages urbains et l’exposition aux messages sonores, commerciaux ou autres, etc. Choisis ou subis, la redondance, le télescopage, la superposition des messages font la trame de la vie de tous les jours.

33La vraie question n’est pas de savoir si un comportement nouveau va émerger, mais si une pratique courante va s’investir dans un lieu — la bibliothèque — traditionnellement voué à la séparation des formes et à la classification des genres. Beaucoup de bibliothèques, publiques et privées, ne proposent encore à leurs utilisateurs que des documents imprimés, livres, et revues. Les autres, quand elles offrent une plus grande diversité de supports, attribuent à chacun un espace bien délimité : il y a le coin (ou la salle) des périodiques, des disques, de l’audiovisuel, etc. A la BPI, tout est mélangé — le mot n’est sans doute pas trop fort quand on est confronté à la réalité physique du rangement des documents — par grandes disciplines.

34Venons-en aux chiffres : l’analyse croisée de toutes les pratiques de consultation de chacun des visiteurs de notre échantillon permet de conclure que 13 % d’entre eux se livrent à une activité multimédia, au sens de multimédia hétérogène : lisent un livre et regardent un film, écoutent un disque et feuillettent une revue, etc. (cf. graphique 13).

3513 % seulement serait-on tenté de dire ; c’est se donner beaucoup de mal — car l’organisation matérielle de la mise à disposition côte à côte de tous les médias est complexe et contraignante — pour un bien maigre résultat.

36Rappelons d’abord qu’il faut toujours à Beaubourg se méfier des petits chiffres. Il dissimulent de gros bataillons : 13 %, cela représente quand même un visiteur sur six, soit plus de 1 300 personnes par jour.

  • 4 Cf. la comparaison entre l’enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 1974, et (...)

37Plus profondément, on sait que les évolutions de la fréquentation des équipements culturels se font très lentement. Les bibliothèques, comme les musées, les théâtres, les maisons de la culture, etc. accroissent et renouvellent leur public essentiellement au sein des catégories où se recrutaient déjà leurs utilisateurs habituels4. La diversification de leur audience ne s’opère réellement qu’aux marges ; elle ne se manifeste qu’en réponse à des propositions nouvelles de l’institution : proposition de « produits » culturels nouveaux ou mieux encore comme ici association nouvelle de produits déjà familiers, dans un lieu où cette association n’est généralement pas pratiquée. Même si tous ceux qui se livrent au multimédia ne sont pas pour autant des nouveaux venus dans les établissements culturels.

Graphique 13 : les pratiques multimédia (association de supports documentaires).

Graphique 13 : les pratiques multimédia (association de supports documentaires).

38Enfin, l’impact d’une offre culturelle ne se mesure pas qu’en termes de pratiques, mais aussi en termes de représentations : l’existence du multimédia est pour beaucoup dans l’image sociale de la Bibliothèque publique d’information. La possibilité virtuelle de le pratiquer joue autant que la pratique réelle qu’on en a. L’effet peut d’ailleurs aussi bien être positif, s’il favorise le premier contact de publics peu familiers avec ces « cathédrales du savoir », que négatif s’il exerce une dissuasion auprès d’autres publics plus savants que dérange la cohabitation des supports, et la cohabitation des personnes qu’elle entraîne.

3. Loi d’association, loi d’exclusion

39Qui dit association de supports documentaires chez les uns dit exclusion chez les autres. La mise en évidence de « ce qui ne va pas ensemble » est un bon moyen d’aborder, en creux, la logique des pratiques multimédia.

40La propension à autonomiser l’usage de chaque média est éminemment variable :

  • 14 % seulement parmi les auditeurs de musique et de documents enregistrés n’utilisent aucun autre support ;
  • 40 % des spectateurs d’image (vidéo ou diapo) restent devant leurs écrans ;
  • 80 % des lecteurs de textes (livre ou presse) se limitent aux documents imprimés.

41La tendance à se limiter à l’utilisation d’un seul support suit donc une loi de progression très nette. Elle croît du son (autonomisation mimum, association maximum) à l’image, et de l’image au texte (autonomisation maximum, association minimum).

42Passons en revue la nature de ces associations de médias :

  • 5 Cf. en annexe tableau 26.

43— La lettre et la note. L’écoute de disques ou de cassettes est presque toujours associée à une autre activité, en l’occurrence la lecture : soit avant, soit après, soit le plus souvent pendant. En situation d’écoute, la vacance d’un sens (la vue) normalement accaparé par de l’information est souvent ressentie comme manque, et appelle compensation. D’où la généralisation de la lecture simultanée de livres et de presse.5 Il n’en va pas autrement chez soi, où toutes les enquêtes montrent que l’écoute de la radio ou de disques accompagne presque toujours une autre activité (ménage, travail, lecture, etc.). Les statisticiens ont même créé un terme pour qualifier cette pratique : « l’écoute secondaire ».

44Remarquons d’autre part que les auditeurs de disques sont plus portés que la moyenne à regarder des films ou des diapositives. L’audio et le visuel, bien qu’ils ne se complètent en rien — la plupart des documents visionnés ne portent pas sur la musique — sont volontiers associés par les mêmes visiteurs.

  • 6 Source : statistiques du SNE (Syndicat national de l’édition).

45— Le texte et l’image. Le rapport image/texte est très souvent présenté abusivement, nous le rappelions au début de ce chapitre, comme un rapport concurrentiel sinon conflictuel : cette conception commune des choses connaît, selon les circonstances, une variante synchronique et une variante diachronique. Variante synchronique : il y aurait exclusivité d’une pratique par rapport à l’autre : on est amateur d’image ou on est amateur de livre (cf. les expressions courantes : « les enfants ne lisent que des bandes dessinées », « les gens qui regardent la télévision ne lisent pas », « on ne sait plus lire, on ne sait que regarder »,...). Variante diachronique : l’image tendrait progressivement à se substituer à l’écrit, un peu comme « la mauvaise monnaie chasse la bonne », pour reprendre une formule classique de l’analyse économique. Là aussi, le discours dominant sur la télévision en est une bonne illustration : « à cause de la télévision, on lit de moins en moins ». Ouvrons ici une parenthèse pour rappeler que cette dernière affirmation doit pour le moins être nuancée : la courbe de production de l’édition française n’a cessé de croître, en titres et en nombre d’exemplaires, pendant les vingt années où les foyers français se sont progressivement équipés de téléviseurs, alors que la logique de substitution aurait voulu au contraire qu’elle décroisse6. Si l’essor de la télévision s’est fait au détriment d’autres pratiques, c’est beaucoup plus des pratiques de sociabilité que des pratiques de lecture.

46Cette représentation des rapports image/texte en termes de concurrence repose sur une conception sous-jacente d’ordre normatif selon laquelle l’image aurait « par nature », indépendamment des motivations qui président à son usage le privilège de la « facilité ».

47La réalité des rapports de l’image et du texte à la Bibliothèque publique d’information est complexe. Le schéma ci-dessous présente toutes les formes d’association et d’exclusion entre les médias écrits et visuels, telles que les visiteurs de la BPI en toute liberté les effectuent. Pour la commodité de la représentation graphique, les quatre cercles sécants qui figurent chacun un média sont de taille égale bien qu’ils soient d’effectifs différents.

Graphique 14 : association du texte et de l’image.

Graphique 14 : association du texte et de l’image.

48On trouve des visiteurs qui se limitent à l’imprimé (66 %), voire même à une seule catégorie d’imprimé, le livre (45,4 %) ou les périodiques (4,7 %). On trouve aussi, beaucoup moins nombreux, des visiteurs qui se limitent à l’image (7 %). On rencontre enfin des visiteurs qui associent textes et images sous toutes leurs formes (livre+vidéo, périodique+diapo, périodique+vidéo, livre+vidéo+diapo, etc.). La variété des comportements (il y a treize « cas de figure ») et l’accumulation des chiffres qui en rendent compte ne doivent pas nous masquer l’essentiel. Il est des cas où un pourcentage peut en cacher bien d’autres. L’essentiel, c’est le caractère fondamentalement dissymétrique de l’exclusion de l’image par les tenants du texte, comparée à l’exclusion du texte par les tenants de l’image. Parmi tous les lecteurs de livres et de périodiques (71 %) un peu moins d’un sur huit a regardé par la même occasion des images ; alors que parmi les spectateurs de diapositives et de films (17 %) plus d’un sur deux a lu également des textes.

49Oublions les chiffres et retenons les tendances : une minorité seulement de lecteurs sont aussi spectateurs, et une majorité de spectateurs sont aussi lecteurs.

50L’image ne tend pas à se substituer au texte ; bien au contraire et paradoxalement ce sont les utilisateurs d’images qui se révèlent avoir la pratique la plus diversifiée et la plus associative, et les tenants du livre qui se montrent le plus manifestement rétifs au mélange des genres.

51Revenons pour terminer à la distinction que nous avons établie au début de ce chapitre entre les différentes formes de multimédia. Nous connaissons la fréquence des associations de support, leur combinatoire, et leur public. Reste à en connaître la nature et le contenu.

  • 7 L’analyse est malheureusement limitée par le caractère trop général des questions de l’enquête. El (...)

52Qui dit pratique multimédia ne dit pas nécessairement complémentarité des documents. On peut très bien avoir consulté au cours de la même visite un ouvrage sur les locomotives et des diapositives sur la Chine. Ou l’inverse. Or une des idées fondatrices de la BPI est que le visiteur qui s’intéresse aux locomotives puisse, en cherchant un livre sur le sujet, tomber sur la revue « la vie du rail », être tenté par un panier de diapositives sur les gares, et compléter son information par un film sur la condition des cheminots. Il importe donc de savoir sur quoi ont porté exactement les consultations multimédia7.

53Quand il y a association entre livres et périodiques, elle se fait dans la majorité des cas au sein du même domaine : 60 % de ceux qui ont lu à la BPI à la fois des livres et des revues les ont lus dans le même domaine de la connaissance (sans qu’on ait l’assurance qu’ils concernaient le même sujet). Certaines disciplines y prêtent plus que d’autres : les sciences et techniques sont les plus concernées ; les revues sont utilisées conjointement au livre par plus du quart des lecteurs de ces derniers ; ils y trouvent les derniers développements du secteur qui les intéressent, que les ouvrages de parution plus espacée ne peuvent donner. Les sciences sociales et humaines, et les arts, sports, loisirs restent assez sollicités ; dans ces domaines un utilisateur de livres sur cinq consulte également un ou plusieurs périodiques. Par contre en histoire/géographie, en philosophie/religion, et en littérature la tendance est très forte à se cantonner aux livres, c’est-à-dire souvent, dans le dernier cas, aux œuvres.

54Quand il y a association entre texte imprimé et image, elle se fait dans la majorité des cas dans des domaines différents. Le rapport est pratiquement inverse de celui que nous constations pour le multimédia apparié (livre/périodique) : 64 % de ceux qui ont à la fois lu des textes et regardé des images, l’ont fait dans des domaines qui n’avaient rien à voir entre eux. Le changement de support s’accompagne d’un changement de sujet : le registre attribué à l’image n’est pas le même que celui attribué au texte. Rupture de fond et rupture de forme vont le plus souvent de pair.

55L’association de l’écoute de disques de musique et de lecture de livres sur la musique, ou de partitions, reste minoritaire.

56Tout a été fait pourtant pour favoriser cette pratique. La discothèque est implantée au milieu des livres, des revues et des partitions de musique, dans un espace clairement délimité. Musique pour l’œil et musique pour l’oreille n’en restent pas moins deux pratiques généralement disjointes. Certes la plupart des auditeurs de musique en profitent pour regarder des ouvrages ou des journaux, mais ceux qui lisent ainsi en écoutant leur disque lisent neuf fois sur dix des choses qui n’ont rien à voir avec la musique.

57Dans une bibliothèque qui rapproche dans le même lieu et dans le même temps tous les médias et tous les domaines, on a vu apparaître une pratique multimédia dont le ressort essentiel n’est ni la concurrence, ni la complémentarité, mais la consécutivité.

58La concurrence — au sens fort du terme, celle qui se traduit par de l’exclusion — ne s’exerce pas tant entre le texte et l’image, ou le texte et le son, qu’entre l’image et l’image, le disque et le disque, à cause de la rareté obligée des appareils de visionnement et d’écoute. Tel est le paradoxe, voire la contradiction majeure, de l’adjonction de nouveaux supports d’information dans les grands établissements culturels à fréquentation massive : cette diversification des médias s’accompagne d’une limitation de leur usage dès lors que l’on sort des plus traditionnels d’entre eux, les médias imprimés.

59La complémentarité ne joue pas tant entre le texte et l’image, le texte et le son, qu’au sein même de l’imprimé entre le livre et les périodiques. C’est là une des constantes de toutes les bibliothèques d’étude, et la BPI ne fait pas exception à la règle.

60Finalement la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou a essentiellement favorisé, outre la possibilité de multiplier ses centres d’intérêt, le développement de formes d’appropriation des documents où le changement de média s’accompagne presque toujours d’un changement de sujet.

Notes

1 Total supérieur à 100 %, certains visiteurs ayant utilisé plusieurs supports documentaires.

2 Comptages effectués sur une semaine type, en février 1983.

3 A.M. Bassy parle d’une « élite technicienne » in La BPI : bilan d’une expérience culturelle, op. cit.

4 Cf. la comparaison entre l’enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 1974, et celle réalisée en 1982. op. cit.

5 Cf. en annexe tableau 26.

6 Source : statistiques du SNE (Syndicat national de l’édition).

7 L’analyse est malheureusement limitée par le caractère trop général des questions de l’enquête. Elles ne permettent pas de descendre finement jusqu’à l’énoncé des sujets, mais se limitent à dix-huit « familles » de disciplines. On ne peut parler, quand on compare deux consultations de supports différents qui portaient sur la même discipline, que de présomption de complémentarité. Cf. résultats détaillés en annexe, tableau 25.

Table des illustrations

Légende Tableau Β : Association des supports documentaires.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Graphique 13 : les pratiques multimédia (association de supports documentaires).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 14 : association du texte et de l’image.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/359/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable