Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Les pratiques : la guerre des médias n'aura pas lieu

Chapitre III : domaines, disciplines et sujets

Texte intégral

1En même temps qu’elle propose à ses visiteurs une multiplicité de supports documentaires, la Bibliothèque publique d’information leur offre une multiplicité de centres d’intérêt. On n’y trouve certes pas tous les documents qui existent sur chaque sujet — ce n’est pas la bibliothèque de Babel dont parle Borges —, mais on y trouve des documents sur tous les sujets : c’est une bibliothèque encyclopédique.

  • 1 Bulletin de prêt, bulletin de réservation, bulletin de demande de communication...

2La mise en libre accès direct de la totalité de ce savoir encyclopédique et de ces œuvres a pour effet non seulement de permettre la consultation, mais de l’autoriser : la consultation ne laisse pas de traces, puisqu’elle n’implique pas de bulletin1. Symboliquement et socialement prendre un livre n’engage pas celui qui l’a choisi ; ce geste ne le signale pas au regard de l’institution et de son personnel comme le ferait l’emprunt ou la demande de communication d’un ouvrage en réserve (il faut alors remplir une fiche, la faire viser par un bibliothécaire, etc.). Tous les sujets, tous les domaines s’en trouvent ramenés à égalité de statut d’usage. Cela vaut bien sûr pour les documents dont la connotation morale est forte. On peut par exemple choisir un ouvrage de sexologie sans être obligé de le faire savoir. Mais cela vaut aussi pour tous les choix qui font rupture avec les normes du groupe social ou culturel auquel on appartient. Le visiteur peu assuré de son bagage scolaire n’a pas à redouter d’être sommé de donner son avis sur le livre apparemment trop savant qu’il a envie de regarder ; l’intellectuel patenté peut se plonger dans la lecture d’ouvrages réputés faciles ou indignes dans son milieu sans crainte de déroger publiquement. Il ne faut pas sous-estimer en effet la contrainte intériorisée de conformité sociale que représente pour un individu l’obligation d’exhiber ses choix.

3De la même manière que le visiteur de la BPI peut passer d’un livre à un film, d’une revue à un disque, il peut passer d’une discipline à l’autre, d’un sujet à un autre. Il circule librement à travers des savoirs accumulés, organisés par grands domaines de la connaissance : le premier étage de la bibliothèque est réservé à la philosophie et la religion, aux arts, sports et loisirs, et à la littérature. Le second propose les périodiques généraux et les ouvrages d’information sur l’information (bibliographies, encyclopédies, annuaires et répertoires, bibliothéconomie...). Quant au troisième étage, il offre les sciences et techniques, les sciences sociales (sociologie, économie, droit, etc.) et l’histoire-géographie.

4Il faudrait suivre nos visiteurs tout au long de leur parcours pour reconstituer sans erreur l’ensemble de leurs consultations. A défaut de pouvoir accompagner ainsi les 3 350 personnes de notre échantillon... nous avons dû nous contenter pour cette recherche de poser directement la question aux intéressés lors de leur sortie : sur quoi portaient les documents qu’ils avaient lus ou parcourus, regardés, écoutés ? Ce que le questionnaire permet de gagner en exactitude sur les caractéristiques des personnes, il le fait perdre en exhaustivité et en précision sur les caractéristiques des documents. Il n’est pas possible de demander à chacun les titres de tous les documents consultés. Il a fallu se contenter des thèmes, avec les risques d’approximation qui en découlent.

5Notre analyse ne peut donc rester ici que globale, compte tenu de la nature du corpus recueilli : nous étudierons les pratiques de la bibliothèque par grands domaines de la connaissance (correspondant aux principales divisions de la classification décimale universelle), et nous irons pour certains d’entre eux jusqu’à une décomposition par disciplines (soit au total dix-huit rubriques). Mais il n’est pas possible de travailler plus finement au niveau des sujets. La conséquence en est qu’on regroupera par exemple dans la même catégorie (littérature) le lecteur d’un roman et l’utilisateur d’un livre de linguistique, ou qu’on rapprochera sous un même intitulé (sciences exactes) celui qui s’intéresse à l’astronomie et celui qui s’intéresse à la chimie, le lecteur d’un ouvrage général de vulgarisation et le lecteur d’un ouvrage spécialisé sur un sujet « pointu ».

6Cette limite, imposée par la technique d’enquête adoptée, n’est pas contour- nable par d’autres méthodes statistiques. Nous avons bien pensé au comptage « objectif » des documents qui sont utilisés. N’importe quelle bibliothèque de prêt peut se livrer à un tel dénombrement sur la base de ses fiches d’emprunt. Pas la Bibliothèque publique d’information. Paradoxalement la BPI, qui est la bibliothèque la plus fréquentée de France, est certainement celle qui connaît le moins bien la circulation de son fonds. Toutes les bibliothèques de libre accès en sont là certes, mais à des degrés moindres. L’hyperfréquentation de la BPI et l’ampleur du dérangement qui en résulte chaque jour interdisent que soient enregistrés systématiquement au moment du rangement quotidien ou du reclassement mensuel, les titres de chaque ouvrage déplacé. Quant au récolement général, qui à défaut de permettre le pointage des utilisations quotidiennes permettraient l’enregistrement des disparitions définitives, on l’attend toujours.

7Faute de mieux, nous avons même songé à prendre l’usure comme indicateur d’usage ; mais c’est un indicateur bien imparfait, autant lié à la solidité variable de la reliure qu’au nombre de prises en main. Sans compter que cela ne nous donnerait des indications que sur les best-sellers (ou plutôt les best-readers) non sur l’ensemble du fonds.

8Même sous une forme générale, à partir de découpages relativement grossiers du champ intellectuel, l’analyse des domaines les plus consultés par le public de la BPI nous apporte des informations intéressantes :

1. Le hit-parade des choix

9Tous les domaines de la connaissance ne rencontrent pas, on s’en doute, la même audience. En regroupant l’ensemble des consultations, prises en main, lectures, écoutes, visionnements de tous les documents de la bibliothèque, quel qu’en soit le support (écrit, audio, visuel), on voit se dégager une hiérarchie très nette des préférences, un hit-parade des domaines en quelle sorte :

10Première information : un domaine se distingue nettement de tous les autres par la faiblesse de son audience : la philosophie/religion. 4,2  % seulement des usagers de la BPI y font porter leur choix. On ne saurait attribuer cet impact à des causes « mécaniques » simples : il y aurait moins d’utilisateurs parce qu’il y aurait moins de documents que dans d’autres secteurs. Le « 1/2 », pour parler le jargon de la classification décimale universelle, est peut-être moins fourni que le « 3 » (sciences sociales), mais pas dans des proportions telles qu’elles expliqueraient les écarts de consultation. On retrouve en fait là tout simplement le reflet de la faible diffusion de ces disciplines dans la société, dont témoignent tant les chiffres de l’édition que ceux des emprunts en bibliothèque universitaire (liés au petit nombre d’étudiants dans ces disciplines) et en bibliothèque de lecture publique. A quoi s’ajoute un phénomène spécifique : la quasi totalité des documents proposés en philosophie et religion sont des documents écrits. La matière ne se prête guère à photos, à films ou à disques... Par la force des choses, le « 1/2 » est pratiquement le seul domaine de la BPI où il n’y ait quasiment pas de sollicitation multimédia, le seul domaine où finalement la BPI ressemble à une bibliothèque traditionnelle.

  • 2 Cette échelle visualise une structure d’audience (sur 100 visiteurs de la BPI., on compte X % d’ut (...)

Graphique 12 : répartition des consultations par domaines, tous supports cumulés2.

Graphique 12 : répartition des consultations par domaines, tous supports cumulés2.

11Seconde information : sur le plan strictement quantitatif, on voit apparaître parmi les autres domaines un regroupement autour de deux structures d’audience :

  • trois secteurs rencontrent un succès particulièrement marqué. Ils sont consultés chacun par environ 20 % du public (ce qui, rappelons le, signifie plus de 2 000 personnes par jour...). Parmi ces secteurs les plus prisés et les plus encombrés on trouve le « 7 » (arts, sports, loisirs) et le « 3 » (sciences sociales) qui sont les véritables « locomotives » de la BPI. Les sciences et techniques (« 5/6 ») les suivent de près ;
  • trois secteurs touchent un public important quoique moins fourni (environ 15 % chacun). Ce sont le « O » (généralités, presse d’information), le « 8 » (littérature), et un peu en retrait le « 9 » (histoire-géographie).

12Troisième information enfin, moins apparente mais non moins importante : la perméabilité des pratiques d’un domaine à l’autre. Faisons les comptes : si l’on additionne le public de chaque domaine, on trouve non pas 100 % mais...111 %. A vrai dire ce n’est même pas 100 % que l’on devrait trouver mais seulement 87 %, qui correspond à la proportion de visiteurs de la BPI qui ont effectivement utilisé des documents, les autres s’étant contentés d’un petit tour rapide, ou s’étant limités à la visite de l’exposition. On voit que l’écart entre les deux chiffres est considérable. C’est tout simplement l’indication qu’un nombre important de nos utilisateurs ont consulté, à l’occasion de la même visite, des documents dans plusieurs domaines. Nous savions déjà que notre public, stimulé par le multimédia, associait parfois plusieurs supports. Il est clair maintenant que, stimulé par l’encyclopédisme, il associe aussi plusieurs sujets.

13Ce « glissement de sujet » peut correspondre au comportement de personnes qui sont venues avec plusieurs projets distincts. Mais il correspond surtout à deux démarches que nous connaissons bien : une démarche de saisie de l’« occasion », apprentissage dans l’errance ou déambulation en état d’attention flottante, sans définition préalable d’une intention documentaire ; et une démarche de « dérive », fréquentation pour un projet bien précis qui se déporte ensuite, au gré des sollicitations du lieu, vers d’autres disciplines.

2. Le médium et le message

14La répartition des choix des usagers de la bibliothèque permet de se représenter globalement la dispersion et la concentration des pratiques dans l’espace culturel.

15On ne saurait en rester à cette première approximation. Il est bien évident que, selon les sujets, les visiteurs de la BPI vont plus volontiers privilégier l’imprimé, l’image, ou le son. Par ailleurs, l’offre de documents écrits, visuels et audiovisuels est inégalement abondante selon les domaines.

16D’où la nécessité d’examiner d’un peu plus près comment s’organisent les choix, support par support : sont-ce les mêmes domaines qui l’emporte pour le livre, pour la presse, pour le film et pour la diapositive ?

Le livre

17Le livre est le premier support documentaire de la Bibliothèque publique d’information. Il est consulté, parcouru, lu, feuilleté par 71 % de nos visiteurs.

18La hiérarchie des consultations de livres par domaines ne contredit pas fondamentalement la hiérarchie générale de consultation par domaine tous supports confondus. Nettement en tête on trouve les sciences sociales (« 3 »), qui sont manifestement le point de concentration majeur des pratiques « livresques » à la BPI. Puis les sciences et techniques (« 5/6 ») et les arts, sports, loisirs (« 7 »), rejoints par le « 8 » : littérature oblige, le livre est ici bien placé. L’histoire-géographie (« 9 ») occupe une position plus en retrait que pour les autres supports. Quant aux généralités (le « 0 »), elles sont reléguées en bas de l’échelle. Il est vrai que la plupart des consultations dans ce domaine sont des consultations de presse et non de livres.

CONSULTATION DES LIVRES

  • 3 Cf. en annexe tableau 32.

19Il y a plus intéressant encore que cette comparaison entre le livre et l’ensemble des documents de la BPI ; c’est la comparaison entre l’usage du livre dans chaque domaine de la connaissance, et l’offre de livres correspondante : y-a-t-il des domaines à la disposition du public ? Le rapprochement entre l’importance du fonds et la fréquence de son usage n’est pas réellement possible de manière univoque et totalement rigoureuse, puisqu’on dispose d’un côté du nombre d’ouvrages possédés par domaines, et de l’autre du nombre de consultants dans ces mêmes domaines, qu’ils aient utilisé un ou plusieurs ouvrages à la fois. Reste que si en valeur absolue les chiffres ne portent pas sur la même unité, en valeur relative leur ordre d’une part, et leurs écarts d’autre part, ont une signification comme indicateurs d’usage3 :

  • Un domaine est manifestement sur-consulté : les sciences sociales. Le taux de circulation du fond y est considérable ;
  • deux domaines sont relativement sur-consultés, mais dans des proportions qui n’atteignent pas celles des sciences sociales et humaines : ce sont les arts, sports, loisirs et les sciences et techniques ;
  • le domaine le plus sous-consulté, eu égard au nombre d’ouvrages disponibles, n’est pas la philosophie/religion, qui se situe dans la moyenne tout comme l’histoire/géographie, mais bien la littérature. Il est clair que l’obligation de lire sur place, si elle ne nuit pas à la consultation d’ouvrages littéraires pour les étudier, ne favorise pas la lecture de plaisir qui aime à s’accompagner d’une appropriation plus complète du livre, et à s’accomplir ailleurs que dans des espaces publics contraints.

20Le constat de non-correspondance de l’offre et de la pratique n’entraîne pas nécessairement qu’il faille réviser la politique d’acquisition de la BPI, et que le but à atteindre soit l’égalisation relative de l’offre et de la demande dans chaque domaine. Le débat est aussi ancien que les bibliothèques. Un fonds encyclopédique doit-il être proportionnel à la production éditoriale, c’est à dire au nombre de documents publiés sur chaque sujet, ou proportionnel à la demande, avec une concentration sur les sujets ou les titres les plus prisés ? ou, troisième voie possible, ne doit-il pas avant tout exprimer une politique de diffusion qui ne se réduit ni à refléter l’un, ni à se soumettre à l’autre, mais vise à favoriser tel ou tel domaine au nom d’une certaine conception de la complémentarité des formes et des lieux d’accès à l’information et aux œuvres.

21C’est bien semble-t-il la position adoptée par la BPI : la bibliothèque est un lieu de disponibilité, où doivent figurer potentiellement des réponses à toutes les demandes, mêmes minoritaires, et des œuvres sur tous les genres. Tout en évitant les ouvrages trop spécialisés sur les sujets trop « pointus ». Rude dialectique, où les arbitrages procèdent à la fois de principes théoriques et d’ajustements empiriques. En même temps, la BPI a délibérément choisi de ne pas suivre la demande la plus forte et de ne pas multiplier les acquisitions dans les domaines qui, comme les sciences sociales, attirent essentiellement les étudiants. Il s’agit d’éviter de se transformer progressivement en bibliothèque universitaire comme y pousserait la pente naturelle de la fréquentation actuelle ; en espérant que cela puisse inciter les étudiants à se reporter sur les équipements culturels qui leur sont spécifiquement consacrés.

Les périodiques

22La comparaison entre l’offre et l’usage est plus difficile à faire pour les périodiques. On connaît bien le nombre de titres que la bibliothèque possède — c’est à dire le nombre d’abonnements —, et dans quels domaines ; mais cela ne nous dit rien sur leur disponibilité réelle en volume : le nombre de documents physiquement en rayon dépend pour chaque titre de sa périodicité d’une part (de trois ou quatre numéros par an pour certaines revues à plus de 300 pour un quotidien), et de la politique de conservation de la BPI d’autre part (selon les titres, on ne garde les journaux qu’un mois, ou qu’un an, ou on en propose la collection complète rétrospective).

23La hiérarchie des périodiques consultés par domaines diffère très sensiblement de la hiérarchie des livres : la caractéristique principale de l’usage des périodiques à la BPI est le succès considérable des journaux et revues d’information à caractère général : quotidiens, hebdomadaires d’actualité, magazines. La zone qui leur est réservée au deuxième étage ne désemplit pas. C’est une consultation multiforme. On y rencontre à la fois :

  • un public qui vient s’informer des dernières nouvelles du jour ou de la semaine. La grande bibliothèque remplit alors la même fonction que la salle d’actualité, qui propose le dernier numéro disponible de chaque titre et permet à chacun de se faire s’il le veut sa revue de presse en passant d’un titre à l’autre ;
  • un public qui en profite pour faire une consultation rétrospective sur courte période (les derniers numéros d’un quotidien, les hebdomadaires de tous le mois, etc.) ;
  • et enfin un public qui trouve là les jalons d’une plongée dans le temps. Public composite où l’on rencontre aussi bien des chercheurs qui travaillent sur une période, que des visiteurs qui prennent plaisir à raviver à travers les vieux Paris-Match ou autres illustrés, les souvenirs d’événements dont ils ont été les contemporains, ou à découvrir dans un quotidien publié le jour de leur naissance les « autres » événements qui ont marqué le monde...

CONSULTATION DES PERIODIQUES

24Les périodiques spécialisés, plus particulièrement consacrés à telle ou telle activité, telle ou telle discipline, font des scores beaucoup plus faibles. Les plus utilisés sont les périodiques scientifiques et techniques, et les revues de sociologie, économie, droit, etc. les moins consultés sont les périodiques d’histoire/géographique, de littérature, et de philosophie/religion.

L’image

25La répartition des consultations de l’image selon les domaines doit être interprétée avec circonspection. D’abord parce que les résultats portent sur des effectifs plus réduits que l’imprimé, donc sur un échantillon moins important ; ensuite parce que la pratique de l’image correspond à la fois à des choix (certains spectateurs ont demandé à voir spécialement tel film ou telle série), à des opportunités (images saisies en passant sur les appareils d’autres visiteurs) et à une programmation proposée par la BPI elle-même.

  • 4 Les trois téléviseurs disposés dans chacun de ces domaines tournent en continu, et diffusent donc (...)

26Les deux domaines qui arrivent en tête pour la pratique de l’image sont les arts, sports, loisirs et l’histoire/géographie. Les sciences et techniques et les sciences sociales n’occupent que la 3e et 4e position. Ecart particulièrement intéressant pour la vidéo, quand on sait que le nombre de films effectivement diffusés dans ces quatre grands domaines est à peu de choses près identique4. La différence provient de la proportion variable de visiteurs qui « attrapent au vol » les vidéo en cours de projection. Elle révèle le pouvoir d’attraction relatif non de l’image en soit, mais de l’image de certains thèmes.

27Mais l’établissement de ces scores d’audience des supports visuels et audiovisuels reste entaché d’un autre type d’incertitude. Il est apparu évident aux enquêteurs que, quand il s’agissait de films, nombre de personnes interrogées ont spontanément classé en « histoire » des films politiques ou sociologiques sur la période récente et les mouvements sociaux ; et que, quand il s’agissait de photographies, une erreur du même type a été fréquemment effectuée à propos des diapositives consacrées à des pays, proposées en « tourisme » mais spontanément attribuées à la « géographie ». Les classements spontanées du public ne recouvrent pas toujours les classements savamment pesés des spécialistes. Or le film ou le panier de diapositives, pris en cours de projection, n’exhibent pas leur cote à la différence du livre ou du périodique récupérés sur un rayon ; l’image plus encore que l’imprimé prête donc à la confusion des genres.

Notes

1 Bulletin de prêt, bulletin de réservation, bulletin de demande de communication...

2 Cette échelle visualise une structure d’audience (sur 100 visiteurs de la BPI., on compte X % d’utilisateurs de chaque domaine) et non une structure de circulation (sur 100 documents consultés on en compte X  % relevant de chaque domaine). Le nombre de documents utilisés par un individu peut être très variable. Cf. résultats détaillés en annexe, tableau 30.

3 Cf. en annexe tableau 32.

4 Les trois téléviseurs disposés dans chacun de ces domaines tournent en continu, et diffusent donc chaque jour un nombre de film pratiquement équivalent, les quelques écarts qui peuvent exister correspondant à la durée inégale des films projetés.

Table des illustrations

Titre Graphique 12 : répartition des consultations par domaines, tous supports cumulés2.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende CONSULTATION DES LIVRES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende CONSULTATION DES PERIODIQUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access