Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Les pratiques : la guerre des médias n'aura pas lieu

Chapitre II : le texte, l’image et le son

Texte intégral

1Lorque s’est ouverte le Bibliothèque publique d’information, les augures nous ont promis une belle bataille entre le texte et l’image, entre le livre et les supports audiovisuels. Une bataille « à la loyale », puisque livres, revues, photos, films, disques étaient enfin offerts à la consultation sans restrictions ni hiérarchies apparentes.

2Tout est prêt pour la rencontre : comme dans la tragédie classique, on a à la fois l’unité de lieu — tous ces médias sont regroupés dans le même espace —, l’unité de temps — ils sont proposés simultanément à la manipulation —, et à défaut de l’unité d’action, l’unité d’acteurs — ce sont les mêmes personnes qui sont confrontées à l’ensemble des médias —.

3Et c’est au sociologue qu’on va demander de compter les points. Avec ses sondages. Les sondages sont souvent le dernier avatar — et le dernier recours — de l’aspiration à l’objectivité dans les situations d’arbitrage.

4Le problème ainsi énoncé en termes conflictuels peut paraître bien mal posé. Il l’est effectivement. Mais puisque les prophètes de la modernité comme les Cassandre de la culture écrite, en désaccord sur tout sauf sur la certitude qu’ils s’opposent, l’évoquent généralement sous cette forme, il n’est pas inutile de partir de là.

1. La hiérarchie des outils de communication

5De tous les médias mis à la disposition du public de la bibliothèque du Centre Pompidou, le livre continue à être le plus consulté, de très loin (cf. graphique 10) :

    • 1 dont 66 % consultent des ouvrages, et 20 % des usuels, dictionnaires, encyclopédies ou annuaires, u (...)

    71 % des visiteurs de la bibliothèque, soit plus de deux sur trois, consultent un ou des livres à un moment ou à un autre de leur visite1 ;

    • 2 dont 11 % consultent des quotidiens ou des magazines d’information générale ou d’actualité, et 17 % (...)

    derrière viennent les périodiques, avec 24,5 %, soit un visiteur sur quatre2 ;

  • puis les images : l’image fixe (diapositives) et l’image animée (vidéo) obtiennent d’ailleurs à peu près le même score : respectivement 9,5 % et 10 %, soit chacune un visiteur sur dix ;

  • enfin les disques touchent 4,5 % du public, soit un peu plus d’un visiteur sur vingt.

  • 3 Déjà comptabilisés dans les 24,5 % d’utilisateurs de périodiques.

6A cette hiérarchie générale des supports, il faut ajouter les micro-documents. Ce ne sont pas à proprement parler des supports, mais plutôt des reports : report sur microfiches ou sur microfilms de textes imprimés, le plus souvent de périodiques, afin d’en faciliter la conservation et d’en réduire l’encombrement : ils sont consultés par 2 % du public ...3.

  • 4 Tous ces pourcentages sont les pourcentages d’individus utilisateurs, c’est-à-dire des proportions (...)

Graphique 10 : échelle d’impact des supports4.

Graphique 10 : échelle d’impact des supports4.

7Mentionnons enfin deux activités tout à fait spécifiques de la Bibliothèque publique d’information :

    • 5 Le laboratoire de langues a déjà fait l’objet d’une étude approfondie à laquelle nous renvoyons le (...)

    Le laboratoire de langues (médiathèque), qui propose en libre accès plus de 90 langues, sous forme de méthodes et de documents audiovisuels. Il touche 7,5 % du public5

    • 6 Les expositions ont également fait l’objet de recherches particulières, quantitatives, qualitatives (...)

    les expositions : situées à l’entrée de la BPI, elles touchent un public considérable : en moyenne 18 % des visiteurs par jour. Ce chiffre varie bien évidemment selon le moment : il est plus important dans les jours qui suivent l’ouverture de l’exposition, et plus faible à la fin. Il varie également selon le thème ; mais même les plus austères ne descendent pas en dessous de 14 %.6.

  • 7 Nous y consacrerons le chapitre IV.

8Revenons à l’usage des supports documentaires, texte, image et son. Et constatons d’abord que le total des utilisateurs de livres, de revues, de films, de photos et de disques est supérieur à 100 %. En d’autres termes, un certain nombre de gens consultent à la fois du texte et de l’image, de l’image et du son, bref pratiquent le multimédia7.

9Une question se pose devant la hiérarchie des supports, établie par la pratique des visiteurs eux-mêmes. S’agit-il d’un phénomène purement conjoncturel, ou d’une structure de consultation stable ? Une comparaison avec l’enquête effectuée quatre ans plus tôt, soit peu de temps après l’ouverture de Beaubourg, montre que la position relative des supports les uns par rapport aux autres est restée pratiquement identique : on constate entre l’ouverture de la BPI et aujourd’hui une légère augmentation de la consultation de tous les médias, à effectifs de visiteurs constants. Cette augmentation se fait pratiquement dans les mêmes proportions pour tous les supports ce qui ne modifie en rien la hiérarchie initiale. Seule évolution notable : l’impact plus important rencontré par les films vidéo (qui passe de 6 % en 1977 à 10 % en 1982).

10Cette permanence de la hiérarchie des usages amène une autre question, infiniment plus complexe : quelle en est l’origine ? d’où vient le maintien de la prééminence du livre, la place relative des différents médias audiovisuels ?

    • 8 C’est à dire, selon notre définition, ceux parmi les étudiants et les élèves qui sont venus pour un (...)

    La première explication à laquelle on pense est une explication par la motivation : puisque la majorité des utilisateurs de la BPI sont des étudiants ou des élèves, et que le livre est encore le support le plus adapté pour préparer un exposé ou faire un devoir, il est normal de constater la prééminence de l’écrit. Certes l’enquête montre effectivement que les « studieux »8 sont les plus gros utilisateurs de livres (84 % d’entre eux en consultent). Mais elle révèle aussi que l’audience du livre est très forte également dans le reste du public (61 % des autres visiteurs en consultent). Au total, l’ordre des consultations par support est identique dans les deux types de publics (en tête le livre suivi des périodiques, puis des diapositives, des films, et enfin des disques) : seule change l’amplitude des écarts de l’un à l’autre, dûe en particulier à l’impact plus important des médias audiovisuels sur le public non-étudiant.

  • On se tourne alors vers un autre type d’explication : l’explication par les conditions de l’offre. La Bibliothèque publique d’information possède un nombre de documents très différent selon les médias : 380 000 livres, 15 000 disques et cassettes, 2 100 titres de périodiques, 1 800 films, 1 600 carrousels de photographies. Il serait normal que la répartition des consultations reflète grosso modo la répartition du fonds.

11L’une n’est bien évidemment pas sans effet sur l’autre. Mais il suffit de rapprocher les deux séries de chiffres pour voir immédiatement que le poids des usages ne reproduit pas directement et proportionnellement le poids des stockages. Il s’agit d’une hiérarchie construite (par la pratique) et non d’une hiérarchie induite (par le volume des documents).

12L’effet de l’offre joue ailleurs, en termes de disponibilité et non en termes de quantité ; les conditions de consultation des documents à la BPI sont ici déterminantes : le libre accès théorique à tous les documents quelle qu’en soit la nature se heurte à la fois à des contraintes d’encombrement, liées à la surfréquentation de la BPI, et à des contraintes techniques, liées à la manipulation même des supports.

13Pour le livre, comme pour le périodique, il suffit de se servir directement sur les rayons et de s’installer où on veut (où on peut) pour les consulter. Pour le film, la vidéo ou pour le disque, encore faut-il trouver une place libre.

14L’encombrement n’est pas un problème nouveau dans les bibliothèques. Mais il revêt ici une signification radicalement nouvelle.

15Il ne s’agit plus de l’encombrement des supports documentaires eux-mêmes (les messages audiovisuels occupent infiniment moins d’espace que les messages écrits et l’introduction du vidéodisque, après celle des bases de données, va rompre définitivement le lien qui existait encore entre l’abondance du savoir accumulé et son volume physique), mais de l’encombrement des utilisateurs : tout visionnement de photos ou de films, toute écoute de disque nécessite, à la différence de la lecture de livres ou de presse, le recours à un appareil. On ne peut donc satisfaire simultanément plus de demandes qu’il n’y a de postes d’écoute ou de visionnement : en d’autres termes, si on dispose par exemple de 20 magnétoscopes, 20 utilisateurs vont à eux seuls bloquer les 1 800 films de la BPI (puisque le 21e ne pourra être servi). Alors que 20 lecteurs de livres n’immobilisent jamais que 20 ouvrages, il en restera encore 379 980 à disposition ; ne seront pénalisées que les personnes qui auraient éventuellement voulu lire le même livre. Dans un espace public d’accumulation et de diffusion des messages qui propose des documents audiovisuels ou des systèmes télématiques d’accès aux données, la disponibilité — ou la rareté comme on voudra — n’est plus proportionnelle au fonds, mais proportionnelle aux dispositifs de consultation.

  • 9 Babel à Beaubourg, op. cit.

16Le problème s’est posé de manière aiguë à la discothèque, où on s’est vite aperçu que les amateurs de musique de jazz, de rock ou de variété, plus nombreux ou en tout cas plus disponibles pour faire la queue que les amateurs de musique classique, tendaient à occuper progressivement toutes les places de la discothèque, interdisant du même coup l’accès aux autres. D’où la nécessité de créer deux espaces d’écoute distincts, le premier réservé au classique, le second à tous les autres genres musicaux. Le laboratoire de langues avait déjà rencontré cette contradiction : les utilisateurs des méthodes d’anglais, de français, d’allemand et d’espagnol ne laissaient guère de place à ceux qui souhaitaient étudier l’une des 90 autres langues disponibles à la médiathèque ; il a fallu ouvrir un deuxième laboratoire de langues réservé exclusivement aux langues plus rares, pour sauvegarder leur consultation9.

17L’abandon du principe du « premier arrivé, premier servi » avec la création de deux filières étanches de consultation ne supprime pas ce phénomène d’exclusion des uns par les autres, mais a pour effet de préserver la diversité des demandes. Plus exactement, il permet de déplacer cette exclusion de manière volontariste en la faisant porter sur tel ou tel groupe d’usagers, même si on peut à l’évidence contester ce renversement de perspective qui consiste, en situation de rareté, à ajuster la demande à l’offre et non l’offre à la demande.

  • 10 On peut également en demander la consultation à la « banque d’images » qui centralise actuellement (...)

18La consultation de l’image suit un régime un peu particulier. Un régime à deux vitesses. Les visiteurs peuvent sélectionner sur catalogue ou en rayon un film ou une série de diapositives, et demander au bibliothécaire de les diffuser sur le projecteur ad hoc (récepteur vidéo, visionneuse diapo). Mais la BPI propose aussi un certain nombre de « programmes fixes » : une présélection de films est diffusée en permanence dans trois petites salles de projection dont le programme change toutes les semaines ; ce sont soit des best-sellers très demandés, soit les dernières acquisitions de la bibliothèque. Et les diapositives sont regroupées par sujet sur des visionneuses réparties dans tout l’espace de la bibliothèque10.

19Ces divers aménagements n’empêchent pas que la demande d’image, en particulier vidéo, reste actuellement très nettement supérieure à l’offre. Même si, devant chaque écran, on trouve presque toujours plusieurs spectateurs.

20Ce caractère collectif de la pratique contrevient à la conception de la documentation qui est encore bien souvent dominante dans les bibliothèques, où l’on privilégie la démarche individuelle de l’utilisateur. Or à Beaubourg on a vu apparaître très vite des comportements qui s’éloignaient de ce modèle traditionnel, et qui s’en éloignaient différemment selon les types de supports :

  • la lecture de l’imprimé, livre ou revue, reste sauf exception une lecture privative : on lit rarement à deux, chez soi comme ailleurs ;

  • par contre, bien que cela n’ait pas été prévu à l’origine, la demande d’écoute à deux ou à plusieurs d’un disque (ou d’une cassette) n’est pas rare, et il a fallu y réserver des places ;

    • 11 R. Resendiz : L’image, l’imagé, l’imaginaire : l’usage de la diapositive à la BPI. — Mémoire de maî (...)

    avec les diapositives, le phénomène est encore plus net. Il n’est qu’à se promener dans les espaces de la BPI pour constater que la configuration la plus courante est la présence de deux personnes devant chaque projecteur, et cela malgré l’installation dissuasive d’un seul siège fixé au sol face à l’écran11 ;

  • quant aux films vidéo, ils provoquent la concentration maximum de public. A la place ou aux trois ou quatres places généralement prévues par récepteurs s’ajoutent souvent des spectateurs debout derrière qui suivent, sans casque donc sans le son, le fil des images. La BPI serait-elle le dernier centre de projection d’un cinéma « muet » ?

21Dans une situation de confrontation, au sein d’un espace public, de tous les médias sur tous les sujets, on constate donc une tendance générale qui va de la privatisation à la socialisation des usages, quand on passe des supports imprimés aux supports audio, des supports audio aux supports visuels, et des supports visuels aux supports audiovisuels.

2. Variations sociales de l’usage des médias

22Le panorama des utilisations des documents de la bibliothèque que nous venons de brosser est encore relativement grossier. A mettre sur le même plan tous les types de livres, ou tous les types de périodiques, ou tous les films, on confond des documents qui pour être de matérialité identique peuvent avoir un statut culturel très différent. A constituer en groupe les « lecteurs de livres », les « lecteurs de périodiques », les « spectateurs de films », on rassemble sous un vocable commun des utilisateurs aux démarches hétérogènes. L’emploi de termes univoques comme « livre » ou « lecteur » simplifie certes le diagnostic, mais brouille la compréhension des comportements réels profondément diversifiés des usagers de la Bibliothèque publique d’information.

  • 12 M. de Certeau : L’invention du quotidien. — Paris UGE 10/18, 1980. — 375 p.

23Ce n’est pas parce que des pratiques sont identiques qu’elles traduisent des démarches communes. Comme le dit M. de Certeau, l’utilisateur « ne saurait être identifié ou qualifié d’après les produits qu’il assimile. Entre lui (qui s’en sert) et ces produits (indices de l’ »ordre » qui lui est imposé) il y a l’écart plus ou moins grand de l’usage qu’il en fait »12.

24En sens inverse, la diversité manifeste des usages ne doit pas nous faire prendre de la variété pour de la différence : certains comportements apparemment éloignés, ou se rapportant à des objets de nature hétérogène, peuvent n’être que des manifestations contrastées d’une même démarche.

  • 13 On aurait scrupule à tant insister sur les fondements sociaux des variations observées si certaines (...)

25Le poids des habitudes sociales et des niveaux culturels, particulièrement évident dans l’inégale fréquentation de la BPI par les différents groupes sociaux, ne cesse pas de jouer une fois le seuil franchi ; une fois surmontée la réticence à entrer des uns, ou une fois satisfaite l’inclination à venir des autres13. En même temps vont s’ajouter à ces facteurs sociaux « classiques » d’autres types de déterminations, liées à l’habitude antérieure du lieu, à la motivation, etc. qui vont introduire des variations de comportement et d’attitude très sensibles.

26Nous allons passer en revue un à un les divers supports documentaires, en présentant pour chacun d’entre eux une échelle d’utilisation différentielle.

27Il nous faut expliquer ici rapidement ce choix. Pour comparer l’impact de chaque média dans les différentes couches sociales, nous avions le choix entre deux méthodes :

28la première consiste à comparer des tableaux de structure du public : sur 100 spectateurs de films vidéo, quelle est la proportion de visiteurs des classes supérieures, des classes moyennes, des classes populaires, des étudiants, etc. ; la seconde consiste à comparer des taux de pénétration : sur 100 visiteurs des classes supérieures, combien regardent des films ; et sur 100 visiteurs des classes moyennes, sur 100 étudiants, etc.

  • 14 On trouvera cependant les tableaux de structure du public, support par support en annexe tableau 23

29Nous n’avons pas retenu la première, qui paraît pourtant à première vue plus conforme à la manière classique de poser la question : « qui sont les utilisateurs de tel média ? ». En effet, la disproportion considérable des effectifs de chaque groupe social dans la composition du public d’ensemble de la BPI se répercute sur le public particulier de chaque support documentaire, et masque les différences relatives qui existent d’un support à l’autre. Pour prendre l’exemple le plus évident : quel que soit le support considéré, les étudiants sont toujours les plus nombreux au sein de son public14.

  • 15 Abréviations utilisées. Etud, sc. : étudiants et scolaires ; Cl. dom. : classes dominantes ; C.inte (...)

30La présentation des taux de pénétration fait ressortir au contraire sur chaque support documentaire l’inégal intérêt qu’il suscite d’une catégorie de visiteurs à l’autre (indépendamment des effectifs de ces catégories de visiteurs). On verra donc apparaître en haut de notre échelle d’utilisation non pas le groupe social le plus nombreux, mais le groupe social le plus concerné15.

  • 16 Nous y consacrerons le chapitre suivant.

31A tout seigneur tout honneur. Commençons par le livre. Contrairement à ce qu’on pouvait attendre, les écarts ne sont pas très sensibles entre des taux de consultation des visiteurs appartenant aux différentes catégories sociales. Seuls les étudiants et les élèves se distinguent radicalement des autres par leur usage plus intensif du livre. Première information donc : la propension à utiliser le livre, ou plutôt la propension à s’en passer, est à peu près identique chez les visiteurs d’origine populaire et chez les visiteurs des classes favorisées. Si nous préférons parler de propension à s’en passer, c’est que compte tenu de la diversité des niveaux, des genres et des sujets des livres, le non-usage est ici une dimension plus univoque que l’usage. Il s’agit là bien sûr d’un rapport global à l’outil de communication : la différenciation existe bien, mais elle apparaîtra au niveau du choix des sujets ou des domaines16.

LIVRE (taux de lecture moyen = 71 %

  • 17 Cf. en annexe tableau 27.

32Par contre, le niveau d’étude introduit des différences plus sensibles : la consultation du livre croît en raison directe du capital scolaire. Rappelons que le niveau d’étude ne se confond pas avec le niveau social : à statut équivalent, deux personnes peuvent avoir suivi des cursus très différents, et on sait que dans notre public nombre de visiteurs sont surdiplômés par rapport à la fonction qu’ils occupent17.

33Pour les périodiques, nous avons distingué entre la presse d’information générale (quotidiens, hebdomadaires d’information, magazines), et les revues spécialisées (scientifiques, techniques, de loisir, culturelles, etc. précisons qu’il ne s’agit pas nécessairement de revues « de spécialistes »).

34Les deux types de périodiques ne rencontrent pas les mêmes publics : les couches intellectuelles des classes moyennes et des classes dominantes arrivent en tête pour la lecture de revues spécialisées, et en dernier pour la presse d’information générale. Au contraire, les classes populaires arrivent en tête pour la première et en dernier pour la seconde. Quand aux visiteurs des couches techniciennes et administratives des classes moyennes, ils sont bien placés dans les deux cas.

PRESSE d’inf générale (taux de lecture moyen = 11 %)

REVUES spécialisées (taux de lecture moyen = 17 %)

35La comparaison des deux échelles d’utilisation donne aussi un autre renseignement : les écarts entre les taux de lecture sont moins importants du côté de la presse (quotidiens, magazines) que du côté des revues. En d’autres termes, la lecture de la presse d’information générale est socialement moins discriminante, ou mieux partagée, que la lecture des revues spécialisée. L’entrée par l’ »événement » est une des manières essentielles d’aborder un sujet. C’est peut-être le centre d’intérêt de la BPI socialement le mieux partagé....

  • 18 Cf. en annexe tableau 27.

36Les variations de la consultation des périodiques selon le capital scolaire des visiteurs confirment ici la tendance : faibles différences de la lecture des revues d’information selon le niveau d’étude, forte progression de la lecture des revues spécialisées au fur et à mesure que l’on s’élève dans l’échelle des diplômes18. Les deux types de presse ont un statut culturel radicalement différent.

37L’analyse du public des disques et des cassettes nous montre un regroupement des utilisateurs en deux ensembles nettement séparés : les auditeurs des classes populaires et les scolaires (que nous avons distingués ici des étudiants car leur comportement s’en écarte beaucoup) d’une part, les auditeurs de toutes les autres catégories de public d’autre part. Ches les premiers le taux d’écoute avoisine les 7 % ; chez les seconds il varie entre 2 et 3,5 % soit deux fois moins.

DISQUES (taux d’écoute moyen = 4,5 %)

VIDEO DIAPO (taux de visionnement moyen 9,5 % = 10 %

38De toutes les pratiques des médias à la BPI, c’est l’écoute des disques qui attire en moyenne le public le plus jeune.

  • 19 pour un développement de l’analyse sur la vidéo, voir M. Poulain : Ni tout à fait mêmes, ni tout à (...)

39Le rapprochement des taux d’utilisation des diapositives et des films vidéo19 fait apparaître clairement à la fois la relative similitude de composition de leur audience, et certaines particularités propres à chaque support. Que ce soit pour l’image fixe ou pour l’image animée, la propension à utiliser les supports visuels atteint son maximum chez les employés et chez les ouvriers qui visitent la BPI. Plus inattendue est la place relative des visiteurs des classes dominantes, qui font eux aussi partie des principaux utilisateurs de l’image ; à l’autre extrême, on trouve les visiteurs appartenant aux couches intellectuelles des classes moyennes et les étudiants, les uns occupant la dernière place pour la vidéo, et les autres pour la diapo.

  • 20 Cf. en annexe tableau 27.

40Même variation marquée de l’usage de l’image selon le niveau d’étude20 : le public regarde et écoute d’autant moins les médias audiovisuels qu’il a un niveau d’étude élevé (ou d’autant plus qu’il a un niveau d’étude faible, comme on voudra). Cette relation n’est cependant pas linéaire : il y a un effet de seuil autour du baccalauréat : avant, la pratique est très forte, au-delà, elle chute pour rester ensuite constante — dans sa faiblesse — quel que soit le niveau d’étude des visiteurs.

41Dans ses grandes lignes, l’enquête sociologique semble donc conforter l’idée d’une plus grande accessibilité de l’image dans les milieux populaires ou les moins diplômés. Pourtant, encore une fois, la réalité est plus complexe.

42Il y a, on le sait, deux manières de regarder des images à la Bibliothèque publique d’information. Soit choisir soi-même un film ou une série de diapositives à partir du catalogue ou en rayon et demander leur visionnement au bibliothécaire, soit tout simplement prendre au vol des vidéo ou des diapositives en cours de projection, films ou photos choisis par d’autres ou programmes fixes proposés en continu. La spécificité de la pratique audioviduelle est que cette sélection « de seconde main » est de loin la pratique dominante de la BPI : sur les 10 % de spectateurs de films, 7 % l’ont trouvé en cours de projection ; sur les 9,5 % de spectateurs de diapositives, 6,5 % les ont trouvées déjà installées sur l’appareil. On notera la similitude des proportions.

  • 21 Cf. en annexe tableau 24.
  • 22 L’œil à la page. op. cit.

43Considérons donc, parmi nos visiteurs, ceux qui ont effectivement demandé à voir le film qu’ils regardent. Les choses changent sensiblement. Parmi les spectateurs appartenant aux couches intellectuelles des classes moyennes, un sur trois avaient choisi le film eux-mêmes. Parmi les spectateurs appartenant aux classes populaires, un sur dix seulement21. On retrouve là un profil de pratique qui rappelle celui observé par J.C. Passeron dans l’usage de l’image en bibliothèque municipale22. La familiarité que suppose le choix de films vidéo n’est pas tant une familiarité avec le support image lui-même, qu’avec l’institution qui le propose. Elle est liée à la maîtrise sociale différente qu’entretiennent les visiteurs avec les formes codifiées (consultation du catalogue) ou relationnelles (recours aux bibliothécaires) de recherche des documents.

44Résumons le paradoxe : la pratique de l’image est d’autant plus forte que l’on va vers les milieux les plus populaires et les moins diplômés ; mais l’initiative de l’accès à l’image croît exactement en sens inverse.

45Chaque type de document — livre, périodique, photographie, film, disque — a donc un public spécifique. Qu’on nous entende bien : nous ne voulons pas dire que chaque type de document a un public différent, les lecteurs de l’un peuvent être les spectateurs de l’autre, ou se recruter dans les mêmes groupes socioculturels. Les tendances observées sont toujours des tendances relatives. Mais pour être en partie commun, le public de chaque support a un centre de gravité qui le porte, ou le déporte, tantôt vers les catégories plus populaires, tantôt vers les catégories plus cultivées. Il n’y a pas à s’en étonner. La BPI ne crée pas de différenciation sociale, elle sanctionne les écarts qui trouvent leur racine ailleurs.

3. La familiarité culturelle

  • 23 Au sens que donne P. Bourdieu à ce terme : « capacité de produire des pratiques et des œuvres class (...)

46Dernière dimension fondamentale de l’usage des médias : la familiarité culturelle. C’est une notion relativement complexe. La prédisposition à la pratique culturelle que donne l’appartenance à un milieu socialement ou scolairement favorisé n’implique pas nécessairement une expérience antérieure de la BPI : un visiteur pénétrant à Beaubourg pour la première fois, mais ayant de par son habitus23 un long exercice des biens et services culturels, n’éprouvera aucune difficulté à aller de reconnaissance en reconnaissance, et non de découverte en découverte, dans son premier contact avec la bibliothèque.

47En quoi l’habitude de fréquentation de la BPI modifie-t-elle le plus ou moins grand usage que l’on y fait de chaque média documentaire ? A première vue le diagnostic paraît relativement simple : quiconque a travaillé quelque temps à la BPI vous dira que les habitués sont les plus gros utilisateurs de l’imprimé, en particulier du livre, tandis que les nouveaux venus (souvent qualifiés de « badauds ») se dirigent en priorité vers l’image.

48L’enquête confirme dans ses grandes lignes cette perception des choses. Mais elle la complète aussi : tout ne se résume pas à cette relation univoque. L’utilisation des supports documentaires à la BPI suit une triple loi de variation (graphique 11) :

Graphique 11 : consultation des supports documentaires selon l’habitude de la bibliothèque.

Graphique 11 : consultation des supports documentaires selon l’habitude de la bibliothèque.
  • 24 Sens de lecture du graphique : sur 100 nouveaux venus, 37 % lisent des livres, 23 % consultent des (...)

Note (34)24

  • Le recours aux supports imprimés croît avec l’habitude de fréquentation de la BPI : plus on y vient, plus on consulte des livres et des périodiques (le phénomène est plus net encore pour les premiers que pour les seconds) :

  • Le recours aux supports sonores est indépendant de l’habitude de fréquentation. On rencontre à peu près la même proportion d’utilisateurs à tous les stades de fidélité à la bibliothèque.

  • Le recours aux supports « visuels » diminue avec l’habitude de fréquentation : maximum chez les nouveaux venus, le visionnement de diapositives et de vidéo est moins fréquent chez les plus assidus. On peut faire l’hypothèse que ces nouveaux visiteurs transposent dans leur premier contact avec la BPI la même attitude que celle qui les guide dans leur découverte du reste du Centre : un premier tour « pour voir », un crochet par l’exposition, et quelques arrêts sur l’image à l’occasion de la rencontre d’une vidéo en cours de diffusion ou un programme fixe de diapositives. Les photos retiennent plus ici l’attention que les films, car elles n’imposent pas la continuité de la vision autant que la vidéo ; on peut les prendre et les laisser à tout moment sans avoir le sentiment de perdre du sens. Et elles ne suggèrent pas la posture sédentaire autant que la vidéo : on peut passer entre les images fixes, d’une visionneuse à l’autre, de la même manière que l’on circule entre les cimaises d’une exposition.

49La bibliothèque est perçue comme une immense sollicitation visuelle autant que comme un ensemble d’informations disponibles. La découverte culturelle passe par le primat du regard.

50La pratique de l’image ne se réduit cependant pas à la démarche touristique ou de découverte. Son attrait immédiat ne suffit pas à en expliquer l’usage persistant dans les autres catégories de public. Il subsiste un courant de consultation continu au-delà de la phase de découverte, triplement alimenté par un noyau de fidèles qui ne viennent à la BPI que pour voir des films et des photos, par un petit nombre d’usagers qui ont une pratique documentaire de l’image, et par les lecteurs pour qui l’image est une pratique de transition ou de pause au sein d’une consultation dont l’objet est ailleurs, un moyen — en changeant provisoirement à la fois de support et de sujet — de ménager des coupures dans son travail sans occasionner pour autant des ruptures dans sa démarche.

Notes

1 dont 66 % consultent des ouvrages, et 20 % des usuels, dictionnaires, encyclopédies ou annuaires, une partie d’entre eux (15 %) consultant à la fois les uns et les autres ;

2 dont 11 % consultent des quotidiens ou des magazines d’information générale ou d’actualité, et 17 % des revues spécialisées, une partie d’entre eux (3,5 %) consultant à la fois les uns et les autres.

3 Déjà comptabilisés dans les 24,5 % d’utilisateurs de périodiques.

4 Tous ces pourcentages sont les pourcentages d’individus utilisateurs, c’est-à-dire des proportions calculées sur des personnes (exemple : sur 100 visiteurs, 71 % consultent des livres), et non des pourcentages de documents utilisés, c’est à dire des proportions calculées sur des objets (exemple : sur 100 documents consultés, il y aurait X % de livres).

5 Le laboratoire de langues a déjà fait l’objet d’une étude approfondie à laquelle nous renvoyons le lecteur : Babel à Beaubourg, op. cit. Cf. aussi en annexe le tableau 23.

6 Les expositions ont également fait l’objet de recherches particulières, quantitatives, qualitatives et thématiques auxquelles on pourra se reporter : P. Coulaud : Fera-t-il beau demain ? Evaluation d’une exposition de vulgarisation scientifique. — Paris : BPI, 1984. — 126 p. E. Veron, M. Levasseur : Ethnographie de l’exposition : l’espace, le corps et le sens. — Paris : BPI, 1983. — 220 p. J.F. Barbier-Bouvet : Le système de l’exposition, in « Histoires d’expo » (Paris : Peuple et Culture, CCI, Centre Georges Pompidou, 1983. — 54 p.). Cf. aussi en annexe le tableau 23.

7 Nous y consacrerons le chapitre IV.

8 C’est à dire, selon notre définition, ceux parmi les étudiants et les élèves qui sont venus pour un motif scolaire ou universitaire.

9 Babel à Beaubourg, op. cit.

10 On peut également en demander la consultation à la « banque d’images » qui centralise actuellement les collections au 2e étage.

11 R. Resendiz : L’image, l’imagé, l’imaginaire : l’usage de la diapositive à la BPI. — Mémoire de maîtrise, université de Bordeaux III. — Paris BPI, service des études et de la recherche, 1980. — 80 p.

12 M. de Certeau : L’invention du quotidien. — Paris UGE 10/18, 1980. — 375 p.

13 On aurait scrupule à tant insister sur les fondements sociaux des variations observées si certaines analyses ne tendaient à les nier. (Cf. A.M. Bassy : La BPI : bilan d’une expérience culturelle, op. cit.)

14 On trouvera cependant les tableaux de structure du public, support par support en annexe tableau 23.

15 Abréviations utilisées. Etud, sc. : étudiants et scolaires ; Cl. dom. : classes dominantes ; C.intell. : couches intellectuelles des classes moyennes ; C.t.adm. : couches techniciennes et administratives des classes moyennes ; Cl. pop. : classes populaires. Sur le contenu de ces catégories, cf. tableau 6 en annexe.

16 Nous y consacrerons le chapitre suivant.

17 Cf. en annexe tableau 27.

18 Cf. en annexe tableau 27.

19 pour un développement de l’analyse sur la vidéo, voir M. Poulain : Ni tout à fait mêmes, ni tout à fait autres, profils et pratiques des usagers des films vidéo. — Paris : BPI, 1982. — 60 p.

20 Cf. en annexe tableau 27.

21 Cf. en annexe tableau 24.

22 L’œil à la page. op. cit.

23 Au sens que donne P. Bourdieu à ce terme : « capacité de produire des pratiques et des œuvres classables, et capacité de différencier et d’apprécier ces pratiques et ces produits » in : La distinction pp. 189 sq. op. cit.

24 Sens de lecture du graphique : sur 100 nouveaux venus, 37 % lisent des livres, 23 % consultent des périodiques, etc…

Table des illustrations

Titre Graphique 10 : échelle d’impact des supports4.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende LIVRE (taux de lecture moyen = 71 %
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende PRESSE d’inf générale (taux de lecture moyen = 11 %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende REVUES spécialisées (taux de lecture moyen = 17 %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende DISQUES (taux d’écoute moyen = 4,5 %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende VIDEO DIAPO (taux de visionnement moyen 9,5 % = 10 %
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 11 : consultation des supports documentaires selon l’habitude de la bibliothèque.
Légende Note (34)24
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access