Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Deuxième partie. Les pratiques : la guerre des médias n'aura pas lieu

Chapitre I : l’intention, l’occasion et la dérive

Texte intégral

1« À la Bibliothèque publique d’information, il y a les gens qui viennent pour travailler et ceux qui viennent pour se distraire ». Le diagnostic est péremptoire. Et généralisé : on l’entend aussi bien dans les discussions des professionnels que dans les conversations des visiteurs.

2Une telle distinction est trop belle pour être vraie, trop fonctionnaliste pour être innocente, en un mot trop réductrice. Qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit pas de nier que les démarches puissent s’organiser autour de l’un ou l’autre pôle : l’étudiant qui prépare un exposé, ou le groupe d’amis qui vient écouter de la musique, n’ont manifestement pas le même objectif. Mais il faut toujours se méfier quand des évidences partielles tiennent lieu de grille d’explication générale, quand des dichotomies se donnent à fois pour universelles (l’axe travail/distraction expliquerait tout) et pour exclusives (ce qui n’est pas travail serait distraction, et réciproquement).

3La distinction est donc à la fois exacte et inexacte. D’où notre embarras : on ne peut l’évacuer sous le prétexte — très réel — qu’elle est fortement imprégnée d’idéologie ; on ne peut la garder telle quelle — malgré sa pertinence relative — justement parce que sa connotation idéologique risquerait de lui faire dire autre chose que ce que nous voudrions y mettre.

4L’enjeu est suffisamment important pour mériter qu’on s’y arrête : il s’agit là en effet d’un des systèmes de représentation les plus prégnants de l’analyse des comportements culturels, dans les institutions culturelles en général et dans les bibliothèques en particulier.

5Le clivage travail/distraction s’alimente à plusieurs sources.

    • 1 Pour reprendre la terminologie à la mode du Centre de communication avancée (B. Cathelat).

    La principale est d’ordre normatif : l’opposition travail/distraction renvoie implicitement à une opposition entre une morale de l’effort et une (a)morale du plaisir ; surtout elle suppose une hiérarchie entre l’une et l’autre pratiques. On accorde généralement dans les bibliothèques une plus grande considération à ceux qui viennent travailler (le summum étant atteint pour ceux qui « font une recherche ») qu’à ceux qui viennent « seulement » se distraire. Conception janséniste de la culture et de l’accès méritoire à la connaissance ; à cette conception répond d’ailleurs depuis quelque temps une contre-conception hédoniste qui tend en sens inverse à valoriser plaisir et « recentrage » sur soi1. Ce qui est une représentation tout aussi normative des choses.

  • La seconde est d’ordre impératif : on vient pour travailler, ou pour se distraire. Qu’importe à la limite que ce soit pour l’un ou pour l’autre, c’est toujours « pour ». Ces démarches ont en commun qu’on leur présuppose une forme explicite de volontarisme. Une telle interprétation repose sur un « modèle de l’intentionnalité ». On verra plus loin que toutes les pratiques n’ont pas leur source dans un projet, et que les projets peuvent se trouver transformés par la pratique même du lieu qui les accueille.

  • La troisième est d’ordre typologique. De ce qu’il y a manifestement des gens qui travaillent et d’autres qui se distraient, on en infère une sociologie des différences ou les premiers sont généralement considérés comme plus cultivés, plus diplômés, etc. que les seconds. Déduisant les caractéristiques des personnes des caractéristiques de leurs pratiques, on bâtit une typologie qui assigne à chacun un profil social déterminé. Or, il ne s’agit que de types de comportements et non de types d’individus : la même personne peut être un jour studieuse et le lendemain disponible, voire même au cours de la même visite être d’abord concentrée sur un travail puis sollicitée par un divertissement. Pour ne rien dire de ceux qui prennent plaisir à travailler...

  • La dernière enfin est d’ordre quasi épistémologique. La tendance est grande en bibliothèque de qualifier les usagers à partir de ce qu’ils lisent ou utilisent, et de déduire les caractéristiques de leur démarche des caractéristiques des documents qu’ils consultent : les documentaires impliqueraient que qui s’en sert se documente, les bandes dessinées serviraient à se distraire, tout comme les romans (sauf les plus classiques, qui eux s’ »étudient »), etc. le mode de lecture découlant directement du type de livre lu. Les documents se trouvent alors répartis d’office en termes de niveau et de contenu, entre les faciles et les difficiles, les bons et les mauvais, etc. Cette hiérarchisation s’applique aussi aux supports : l’imprimé servirait essentiellement à travailler, et l’image (diapo, vidéo) à se distraire.

6Il est clair que l’invocation de la distinction entre travail et loisir, distinction apparemment opératoire et ostensiblement « objective », contribue très directement à marquer socialement l’image et l’usage de la bibliothèque.

1. Filières d’usages

7Partons des motivations déclarées des visiteurs. On peut dans un premier temps les regrouper en quatre catégories :

  • les besoins scolaires ou universitaires : recherche d’informations pour un travail écrit (devoir) ou oral (exposé), préparation d’examens et de concours, rassemblement de documentation pour un mémoire ou une thèse, lectures de complément dans le cadre d’un programme d’enseignement, etc. ;

  • les besoins professionnels : de la recherche de statistiques pour illustrer une étude de marché, à la vérification d’un texte législatif ou d’une jurisprudence professionnelle, en passant par la documentation des enseignants et des chercheurs ;

  • les besoins pratiques précis : catégorie particulièrement hétérogène où l’on rencontre aussi bien ceux qui préparent un voyage à l’étranger et ceux qui vérifient leurs droits avant de se lancer dans un procès, ceux qui cherchent des plans pour aménager un grenier et ceux qui s’interrogent sur la valeur marchande de leur automobile. Ces demandes ont toutes en commun de renvoyer à un enjeu explicite, et souvent immédiat ;

    • 2 Ces réponses sont extraites des interviews réalisées par J. Cot et M. Gaugain, op. cit.

    l’intérêt ou la curiosité personnels : dernière famille de motivations, elle se définit paradoxalement à la différence des trois autres par l’absence d’enjeu direct : la visite à la BPI s’inscrit dans une démarche d’information sur un sujet, d’appréciation d’une œuvre, qui n’est assortie d’aucune contrainte, et ne prépare à aucune décision ou à aucune action particulières. « Je m’intéresse à tout ce qui touche à la guerre d’Espagne », « Je viens voir ce qu’il y a sur Léonard de Vinci », « J’aime bien les livres d’astronomie »2, autant de réponses spontanées qui embarrassent le taxinomiste, mais qui renvoient chez ceux qui les expriment à des intérêts constitués parfaitement explicites. Les saisir par une enquête n’est pas simple : partagés entre le risque qu’il y a à prendre une catégorie de réponses pour une catégorie d’analyse, et la nécessité de recueillir l’information dans le langage où elle s’énonce, nous avons choisi finalement de garder en tant que telle cette notion pourtant hétérogène de centre d’intérêt personnel. Nous aborderons la complexité des contenus autrement, par l’analyse combinée des grandes catégories de motivation et des multiples pratiques concrètes qui les manifestent.

8Pour insatisfaisante qu’elle soit, cette première grille d’analyse a permis d’établir une hiérarchie des projets des usagers de la BPI. Ce sont ce que l’on pourrait appeler des filières d’usase :

  • 3 Rassurons nos lecteurs : nous verrons plus loin pourquoi le total ne fait pas 100 %.

Note (3)3

  • 4 Cf. en annexe tableau 21.

9La pratique studieuse l’emporte très largement sur toutes les autres. Rappelons qu’elle ne se confond pas avec la pratique étudiante : tous les étudiants ne sont pas là pour étudier, mais seulement un peu plus des deux tiers d’entre eux ; et tous ceux qui étudient ne sont pas étudiants : 5 % parmi les personnes qui ont dit venir pour un besoin scolaire ou universitaire utilisent en fait la BPI dans le cadre d’une formation permanente ou continue (soit plus de 500 personnes par jour)4.

10En seconde position, on trouve les démarches qui ne sont liées à aucune finalité immédiate, mais révèlent seulement un intérêt ou une curiosité personnels.

11Enfin, avec des scores relativement faibles, viennent les conduites qui visent à répondre à un besoin immédiat ou précis, de nature professionnelle ou, moins souvent, de type pratique.

  • 5 Cf. en annexe tableau 21.

12Les motivations des utilisateurs de la BPI varient sensiblement selon leur origine sociale et leur niveau culturel. On n’attribue pas à la bibliothèque les mêmes fonctions selon les milieux5 :

  • les visiteurs des classes populaires sont proportionnellement les plus nombreux à venir « pour eux-mêmes », sans enjeu explicite (36 % d’entre eux viennent par curiosité personnelle). Par contre, ils sont les moins nombreux à avoir un usage de la BPI lié à la résolution d’un problème immédiat, ou à l’acquisition de connaissances dont la restitution est exigée ailleurs (11 % viennent pour une formation, 9 % pour une raison professionnelle) ;

  • les visiteurs appartenant aux fractions intellectuelles des classes moyennes sont dans la situation exactement inverse : ils sont de loin les plus nombreux à venir dans une optique studieuse (17 %) et plus encore pour leur travail (34,5 % ; pour certains d’entre eux, comme les chercheurs, les deux peuvent d’ailleurs se confondre). Cela n’exclut pas les visites moins finalisées, mais dans des proportions bien moindres que les autres groupes sociaux (21 %) ;

  • les visiteurs des classes dominantes, et ceux des couches techniciennes et administratives des classes moyennes enfin ont une propension identique (environ 30 %) à fréquenter la BPI pour leur propre plaisir (même si leurs centres d’intérêt ne sont pas toujours les mêmes, nous y reviendrons). Par contre ils se distinguent nettement les uns des autres par l’usage finalisé qu’ils en font : les premiers l’utilisent moins pour la formation (11 %) que pour le travail (26 %) ; les seconds pratiquement autant pour les deux (17 % et 19 %).

13Le niveau de diplôme confirme tout à fait ces tendances : l’utilisation studieuse de la BPI, comme son utilisation professionnelle, croît avec le niveau de scolarisation ; l’utilisation pour un centre d’intérêt personnel est au contraire plus forte aux niveaux de scolarisation les plus faibles.

2. Profils de visite

  • 6 J.C. Passeron, F. Porto-Vasquez F. de Singly : Le questionnement et le silence, contribution à l’in (...)

14Revenons à la statistique générale des motivations. Elle nous donne le poids relatif des différentes filières d’usages de la BPI (dans l’ordre : les études, l’intérêt personnel, le besoin professionnel, le besoin pratique) ; mais à y regarder de plus près, elle nous révèle aussi que nombre de visites n’entrent dans aucune de ces quatre catégories. Certes, un des charmes des tableaux statistiques est de ne point toujours faire 100 %. Mais ici il manque 21,5 % de nos visiteurs ! Plus sérieusement, l’absence de réponse dans une enquête est, du point de vue sociologique, une des modalités de la réponse, et peut être analysée comme telle6. Surtout si, comme ici, cette absence de réponse a été explicitement sollicitée par la forme même de la question. Invités à préciser leurs motivations, 18 % ont affirmé être venus « sans idée préalable », et 3,5 % n’ont pas répondu du tout, ce qui est une autre manière, encore plus forte, de refuser d’envisager une programmation de la visite.

Le tableau complet des motivations devient donc :

Le tableau complet des motivations devient donc :

15L’absence de programmation de la visite est bien autre chose qu’une forme vide. Si certains usagers de la BPI peuvent affirmer qu’ils n’ont pas de projet précis, ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas d’attentes explicites. La distinction n’est pas entre quelque chose et rien. Elle est entre l’intention et l’occasion.

16La démarche d’intention suppose deux choses :

  • d’une part une représentation préalable de l’objet que l’on s’attend à trouver, c’est-à-dire une prévision liée à l’offre même de la BPI, à ce qu’elle contient. Cette prévision peut porter sur des supports (venir lire la presse du jour, consulter tel ouvrage) comme sur des sujets (voir « ce qu’ils ont sur... ») ; elle n’est pas nécessairement d’une grande précision ou d’une grande rigueur : on peut venir pour une catégorie de documents (par exemple « les films ») comme pour un titre précis ; on peut venir pour un sujet pointu comme pour un domaine entier ;

  • d’autre part une conscience préalable de son usage possible, c’est-à-dire d’une destination propre. La destination peut être selon les cas plus ou moins finalisée, plus ou moins utilitaire (depuis le visiteur qui vient pour préparer un voyage jusqu’à celui qui souhaite compléter « son information générale »).

17Cette double anticipation, anticipation de l’objet et anticipation de son usage, est fondamentale. Elle préexiste au contact avec le document.

18La démarche d’occasion se définit à l’inverse : le contact, physique ou visuel, avec le document est prépondérant, et surtout il est chronologiquement premier. Le livre trouvé en rayon ou sur une table, la pochette de disque, la revue, l’image projetée sur les écrans vidéo ou sur les carrousels de diapositives constituent autant de stimuli qui éveillent l’attention et entraînent la pratique. Passant devant, on « saisit l’occasion ».

  • 7 Extrait des interviews réalisées par J. Cot et M. Gaugain, op. cit.
  • 8 Cf. l’analyse de E. Panovski reprise et développée par P. Bourdieu dans : L’amour de l’art. Paris : (...)

19De là à dire qu’on tombe dessus par hasard, il y a un pas que franchissent allègrement tous ceux qui s’en tiennent à une observation superficielle des pratiques. Or l’occasion fait le lecteur comme ailleurs elle fait le larron : encore faut-il qu’elle rencontre un terrain favorable. Citons simplement ce visiteur qui raconte : « Nous avons trouvé toutes sortes de choses, et par hasard nous sommes passés devant des diapos sur le Pérou, où habitent plusieurs personnes de notre famille, ce qui nous a donné envie d’en savoir plus sur leur vie »7. Il est clair que sa curiosité est née de la conjonction d’un intérêt latent et d’une offre manifeste. Il n’y a pas de génération spontanée ; les variations mêmes des thèmes qui ont retenu l’attention selon l’âge, le sexe, le niveau culturel ou l’origine sociale montrent que ces rencontres sont tout sauf aléatoires. Toute sélection spontanée dans un ensemble d’informations ou d’œuvres s’appuie sur des schémas de reconnaissance minimum, ou sur des précognitions, quelle que soit l’impression de découverte éprouvée par l’intéressé8. L’occasion, c’est du hasard qui rencontre de la familiarité.

20La Bibliothèque publique d’information, espace ouvert qui conjugue le rapprochement des sujets et le libre accès aux supports, favorise plus que tout autre équipement culturel la pratique d’occasion. Nous avons vu plus haut que l’intention se définit par le fait qu’elle anticipe sur son objet. En réalité, l’occasion aussi est une pratique d’anticipation ; mais c’est une anticipation qui, au lieu de porter sur l’offre même de la BPI (je viens pour trouver tel livre ou des documents sur tel sujet), porte sur les conditions mêmes de l’offre : je suis assuré en entrant dans la bibliothèque d’y trouver de quoi m’informer, d’y visionner des images ou d’y feuilleter des livres et des revues sur des sujets « intéressants », d’y découvrir des œuvres littéraires ou des disques... même si je n’ai aucune idée à l’avance de ce que j’y cherche. Paradoxalement, c’est parce qu’ils prévoient cette incertitude que nombre d’usagers fréquentent la BPI. Et y consultent des documents : le visiteur qui dit venir à la bibliothèque « pour passer le temps » n’est généralement pas un visiteur désœuvré. Il investit sur une durée comme d’autres investissent sur un objet.

21On est loin des schémas de la documentation classique. S’il est vrai, comme on le dit parfois, que la BPI est un endroit où on ne trouve pas toujours ce que l’on cherche — ce qui fait sa faiblesse —, c’est aussi un lieu où on ne cherche pas toujours ce que l’on trouve — ce qui fait son originalité —. La documentation par inadvertance, si on peut créer ce concept, est une démarche tout aussi légitime et tout aussi réelle que la documentation intentionnelle.

22Une pratique sans projet n’est pas pour autant une pratique superficielle contrairement à ce que voudraient nous faire croire certains, pour qui hors de la définition préalable d’objectifs documentaires point de salut. Ce n’est pas parce que les gens « tombent sur » un document sans l’avoir vraiment cherché qu’ils le survolent. Ne confondons pas mode de choix et mode de lecture.

23La saisie de l’occasion est une démarche typique de la visite effectuée « sans idée préalable ». Pourtant les glissements de sujet (passage d’un domaine à un autre, d’un thème à un autre) et les glissements de support (passage du texte à l’image, de l’image au texte) qui l’accompagnent généralement peuvent aussi être le fait de ceux qui sont arrivés à la BPI avec une intention bien précise. Venus pour préparer un examen, pour compléter un dossier professionnel, pour relire une œuvre aimée, les voilà confrontés à une multitude de messages qui sont autant de sollicitations à élargir l’objet de leur visite.

24L’enquête a permis de vérifier que le mélange des genres entraîne bien la diversification des pratiques : le tiers des visiteurs venus explicitement pour quelque chose en a profité pour faire autre chose. Non pas à la place, mais en plus. Nous avons appelé cette pratique la dérive, pour la distinguer de l’occasion.

25Au total, on peut représenter schématiquement l’utilisation de la Bibliothèque publique d’information à partir d’une distinction qui ne soit ni instrumentale (études, profession, besoin pratique, centre d’intérêt), ni normative (cf. l’opposition traditionnellement invoquée entre « les gens qui viennent pour travailler » et « les gens qui viennent pour se distraire »), mais qui se fonde sur l’anticipation que les visiteurs font de l’objet de leur visite :

Graphique 8 : mode de fréquentation de la bibliothèque.

Graphique 8 : mode de fréquentation de la bibliothèque.

26On pourrait faire l’hypothèse que la dérive est plus fréquente chez ceux qui viennent pour satisfaire une curiosité personnelle que chez ceux qui ont à résoudre précisément un problème, ou à préparer un examen ou un exposé : en d’autres termes, que la sensibilité aux sollicitations extérieures est d’autant plus forte que la finalité de la visite est moins contraignante. En fait, et paradoxalement, il n’y a pas ou peu de corrélation. Dans les quatre grandes filières d’usage on retrouve toujours approximativement la même proportion de dérive : entre 25 et 30 %. La dérive n’est donc pas propre à tel ou tel type de visite ou d’utilisation de la BPI ; elle est induite par le lieu.

27Le terme de lieu est ici employé à dessein : l’espace est la dimension centrale tant de la démarche d’occasion que de la démarche de dérive ; la circulation physique dans la connaissance objectivée (passer entre les rayons chargés de documents) est tout autre chose que la circulation intellectuelle dans la connaissance nommée (feuilleter les catalogues, les fichiers, les bibliographies). Ce type de rencontre est produit par les conditions de mise à disposition, autant que par le contenu de ce qui est mis à disposition.

3. Constantes et variantes

28Il est bien évident que les différents types de documents — texte, image et son — n’ »accrochent » pas de la même manière la démarche d’intention, la démarche de dérive et la démarche d’occasion.

Graphique 9 : Classement des supports documentaires les plus utilisés selon le mode de fréquentation de la bibliothèque.

Graphique 9 : Classement des supports documentaires les plus utilisés selon le mode de fréquentation de la bibliothèque.

INTENTION Sans dérive (sur 100 personnes)

INTENTION avec DERIVE (sur 100 personnes)

OCCASION (sur 100 personnes)

29Le livre est consulté par la grande majorité des personnes qui sont venues avec un projet en tête, qu’elles s’y soient limité ou qu’elles aient ensuite dérivé vers autre chose — auquel cas c’est la presse qui constitue le plus souvent leur pôle secondaire d’attraction.

30Il n’occupe pas la même place, on s’en doute, parmi les visiteurs qui disent venir sans idée préalable particulière : moins de la moitié d’entre eux ont lu ou feuilleté des livres. Par contre, c’est chez eux que les supports audio-visuels font les scores les plus élevés : les disques comme les films et les photographies.

31Il faut d’ailleurs introduire une distinction entre les deux types d’images, l’image fixe (diapositive) et l’image animée (vidéo) : le carrousel de diapositives, construit autour d’un discours de juxtaposition (regroupement de photos sur un thème) se prête plus que le film vidéo, construit autour d’un discours de démonstration (déroulement linéraire de séquences), à une utilisation fragmentaire, à un visionnement « en passant » qui ne soit pas ressenti comme partiel ou tronqué et qui ne génère pas nécessairement la frustration qui naît de l’impossibilité de poursuivre.

32Le type de consultation adopté par nos visiteurs est manifestement lié à la familiarité qu’ils ont avec la Bibliothèque publique d’information.

  • 9 Cf. en annexe tableau 20.

33La pratique d’occasion, celle qui n’est pas fondée sur un projet précis, est typiquement une démarche de découverte : près de 60 % de ceux qui entrent pour la première fois à la BPI viennent sans préjuger de ce qu’ils y feront. A l’inverse, la pratique d’intention est typiquement une démarche d’habitués ou d’assidus : la majorité d’entre eux viennent pour une raison particulière et s’y tiennent9.

34L’enquête ne fait pas que confirmer cette relation prévisible. Elle laisse apparaître aussi trois phénomènes moins attendus qui certes pèsent statistiquement moins lourd dans la fréquentation globale de la BPI mais n’en sont pas moins significatifs ; l’arbre des causes premières ne doit pas nous cacher la forêt des pratiques contradictoires qui lui coexistent :

  • La pratique sans programme, visite en toute disponibilité d’esprit, persiste même chez les utilisateurs les plus familiers de la BPI. Leur expérience du lieu leur a appris que point n’est besoin de savoir ce qu’on y cherche pour trouver (10 % des habitués et des assidus continuent à pratiquer la démarche d’occasion).

  • A l’opposé, on rencontre un nombre important de personnes dont la première visite à la BPI repose déjà sur un projet ou un besoin précis. Avant même d’y avoir pénétré, elles prévoient explicitement le service que peut leur rendre cette bibliothèque (plus du tiers des nouveaux venus ont une pratique d’intention).

  • Enfin, la dérive augmente avec l’habitude : plus on fréquente la BPI plus on tend volontiers à sortir de ce qui vous y a fait venir, pour passer à d’autres sujets ou consulter d’autres types de documents. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, il n’y a pas saturation, pas de seuil au-delà duquel les usagers estimeraient « avoir fait le tour » de ce que la bibliothèque pouvait leur offrir d’imprévu. Mais bien plutôt, au fil des visites, apprentissage de la disponibilité.

  • 10 Cf. en annexe tableaux 18 et 19.

35Au total, s’il existe de nombreuses motivations à la fréquentation de la BPI (les études, le travail, un besoin précis un centre d’intérêt personnel), toutes ces motivations sont elles-mêmes des variantes — certes très différentes — d’une même logique de comportement : la démarche intentionnelle. Or il en est deux autres, qui occupent une place importante dans la visite des établissements culturels, bien que les analyses traditionnelles des publics tendent soit à en ignorer l’existence, soit à en dévaluer la portée : l’occasion et la dérive. Elles sont socialement situées : la démarche d’occasion — fréquentation de la BPI sans autre projet explicite que de construire sa visite au gré des sollicitations — et d’autant plus courante que l’on va vers les niveaux de scolarisation les moins élevés, et que l’on descend dans l’échelle sociale10 ; la démarche de dérive — pratique qui a débordé de son projet initial — se rencontre au contraire plus souvent quand le niveau d’étude s’élève, et dans les couches favorisées de la population. Il semble bien que l’occasion soit une modalité plus spécifiquement populaire, et la dérive une modalité plus spécifiquement cultivée, d’appropriation de la bibliothèque de Beaubourg.

Notes

1 Pour reprendre la terminologie à la mode du Centre de communication avancée (B. Cathelat).

2 Ces réponses sont extraites des interviews réalisées par J. Cot et M. Gaugain, op. cit.

3 Rassurons nos lecteurs : nous verrons plus loin pourquoi le total ne fait pas 100 %.

4 Cf. en annexe tableau 21.

5 Cf. en annexe tableau 21.

6 J.C. Passeron, F. Porto-Vasquez F. de Singly : Le questionnement et le silence, contribution à l’interprétation des non-réponses. — Paris : documents du GIDES, 1981. — 85 p.

7 Extrait des interviews réalisées par J. Cot et M. Gaugain, op. cit.

8 Cf. l’analyse de E. Panovski reprise et développée par P. Bourdieu dans : L’amour de l’art. Paris : Editions de Minuit, 1969. — 248 p.

9 Cf. en annexe tableau 20.

10 Cf. en annexe tableaux 18 et 19.

Table des illustrations

Légende Note (3)3
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Le tableau complet des motivations devient donc :
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 8 : mode de fréquentation de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 9 : Classement des supports documentaires les plus utilisés selon le mode de fréquentation de la bibliothèque.
Légende INTENTION Sans dérive (sur 100 personnes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende INTENTION avec DERIVE (sur 100 personnes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende OCCASION (sur 100 personnes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access