Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Le public : ouverture à tous et différenciation sociale

Chapitre III : le rapport au temps

Texte intégral

1. Evolution de la fréquentation

1Au cœur de tous les débats sur l’impact des grands établissements culturels on retrouve la même question : le public a-t-il évolué au fil des années ?

2Au fond, cette interrogation renvoie à la préocupation qui traverse toute analyse de fréquentation : la démocratisation de l’accès. Mais elle y renvoie dans sa dimension diachronique et non synchronique. On s’est demandé jusqu’ici dans quelle mesure la BPI avait touché toutes les couches de la population, et si elle se distinguait en cela des autres institutions culturelles ; il s’agit maintenant de savoir si elle a modifié son audience au fil des ans ; en d’autres termes si l’élargissement du public est affaire d’apprentissage, d’apprivoisement, de diffusion par contiguités successives.

3Le phénomène est d’autant plus intéressant à étudier à Beaubourg qu’il s’agit d’un établissement culturel dont l’histoire est récente mais mouvementée, avec des périodes très marquées : création ex nihilo, événement d’affluence dès l’ouverture, stabilisation progressive de la fréquentation à la limite du seuil de saturation.

4Les enquêtes sociologiques en France repassent rarement deux fois sur le même terrain et encore plus exceptionnellement avec les mêmes instruments de mesure et d’évaluation ; cela rend très difficile les analyses comparatives.

  • 1 Enquête sur la fréquentation de la Bibliothèque publique d’information. Novembre 1977/mai 1978. Ré (...)
  • 2 Cf. comparaison détaillée en annexe, tableau 12.

5La BPI a la chance de bénéficier ici d’un point de référence solide : une première enquête avait été menée en 1978, soit un peu plus d’un an après l’ouverture, auprès d’un échantillon représentatif de 4 000 visiteurs1. On est frappé par l’étonnante stabilité de la composition du public de la bibliothèque2 :

  • c’est vrai pour le sexe : la répartition est la même à un pour cent près. Le déséquilibre statistique entre les hommes et les femmes n’est pas un phénomène conjoncturel ;
  • c’est vrai pour l’âge : les deux pyramides des âges se superposent presque à l’identique tout au long des générations, et l’âge moyen du public n’a pratiquement pas évolué ;
  • c’est vrai enfin pour les étudiants et les élèves : leur poids dans l’ensemble de la fréquentation est d’une constance remarquable. Ils représentent toujours, bon an mal an, six visiteurs sur dix. Tout au plus remarque-t-on, à l’intérieur de ce groupe, une baisse relative des scolaires (-2,5 %) au profit des étudiants (+4,5 %).

6Il est encore trop tôt pour dire si ce mouvement risque de se poursuivre. Par contre, on peut d’ores et déjà répondre à l’appréhension des responsables de la BPI : la bibliothèque va-t-elle être progressivement envahie par les étudiants au détriment des autres lecteurs ? Il semble qu’on ne s’achemine pas vers une monopolisation de la BPI par les étudiants ou les élèves. Le rapport entre eux et les autres lecteurs s’est fixé dans une relation statique et non dynamique : les premiers ne tendent pas plus à élargir leur emprise que les seconds à renoncer à leurs habitudes. Leur coexistence n’est pas le fruit de la stabilisation provisoire de poussées contradictoires, mais le produit de la constance de deux demandes indépendantes. Coexistence généralement pacifique, même si les étudiants sont parfois perçus comme envahissants par les autres lecteurs...

7En ce qui concerne l’impact géographique de la BPI, et son audience auprès des étrangers, les choses sont plus complexes :

  • l’attraction territoriale de la bibliothèque n’a pas changé. En 1978 et en 1982, on retrouve à quelques nuances près la même répartition de parisiens, de banlieusards, de provinciaux et de visiteurs venus d’autres pays ;
  • par contre, une évolution sensible s’est dessinée selon la nationalité : la proportion d’étrangers dans le public de la BPI a nettement augmenté au cours de ces dernières années : de 27,5 % en 1978, ils sont passés à 34,5 % en 1982, soit une progression de 7 % en 4 ans.

8Cet accroissement ne peut être attribué à la fréquentation touristique puisque, nous venons de le voir, celle-ci est restée pratiquement constante dans la même période. La totalité de l’écart provient des étrangers résidant sur le territoire français, et plus précisément des étudiants étrangers, de plus en plus nombreux dans les trois étages de la bibliothèque. Il y a là un phénomène d’acculturation et d’appropriation manifeste. Les étudiants étrangers ont plus que les autres étudiants tendance à délaisser les bibliothèques universitaires pour la bibliothèque de Beaubourg. Celle-ci leur offre, outre ses documents, un espace de rencontre et de sociabilité à la fois ouvert par l’accès et diversifié par les usagers côtoyés, véritable agora de la connaissance et de la communication.

9Revenons pour terminer aux critères de statut socio-culturel, les plus significatifs pour mesurer l’éventuel déplacement de l’assiette sociale du public de la BPI par conquête progressive de nouveaux visiteurs.

10On ne note aucune évolution notoire du niveau de scolarisation, pris comme indicateur de capital culturel. Il y a toujours aussi peu d’usagers de niveau inférieur au baccalauréat (voire même un peu moins), et toujours autant d’usagers du niveau de la licence ou au-delà (voire même un peu plus).

11Sur le critère de la catégorie socio-professionnelle, pris comme indicateur d’appartenance sociale, les déplacements sont également très faibles, sauf pour un groupe tout à fait spécifique : les chômeurs. Ils font un véritable bond, passant de 1,5 % à 4,5 % du public. Pour rester minoritaires, ils n’en sont pas moins en progression considérable : leur nombre a triplé en valeur absolue, alors que dans le pays, pendant la même période, il ne faisait « que » doubler (si l’on peut dire). L’évolution des autres catégories socio-professionnelles est beaucoup moins marquée, à la limite du seuil de signification statistique. Cependant, dans la mesure où le mouvement semble aller à chaque fois dans le même sens, il est probable qu’il correspond bien à un mouvement réel de la fréquentation, quoique ténu. Ce sens est celui d’une diminution de la place des cadres supérieurs et professions libérales, d’un maintien des cadres moyens et techniciens, et d’une légère augmentation de la place des employés et ouvriers.

  • 3 L. Boltanski : L’encombrement, ou la maîtrise des biens sans maître, in Actes de la recherche en s (...)

12En ce qui concerne les cadres supérieurs et professions libérales, on peut évoquer les hypothèses de L. Boltanski à propos de la « maîtrise des biens sans maître », et en particulier des équipements collectifs3 : il met en évidence le caractère dissuasif de l’encombrement sur les membres des classes dominantes, moins enclins que les autres à partager des espaces, en particulier culturels, où ils n’occupent plus de position distinctive et ne parviennent pas à préserver la rareté de l’accès.

  • 4 Le cas est un peu différent dans les équipements qui servent essentiellement à l’approvisionnement (...)

13L’évolution encore plus faible du nombre des employés et des ouvriers incite à la prudence quant à une interprétation directe en terme d’élargissement du public. Par contre, il faut souligner avec force à quel point le maintien de la fréquentation populaire représente un gain par rapport à nombre d’autres équipements culturels. Dans la plupart de ceux qui impliquent une pratique sur place en effet — salles de spectacles, centres culturels, musées etc.4 — quand un groupe social est durablement minoritaire alors qu’un autre occupe à lui tout seul l’essentiel du terrain (c’est le cas ici des étudiants), les premiers ressentent à ce point leur différence qu’ils finissent par s’auto-exclure d’eux-mêmes. Or à la BPI employés et ouvriers, pour rester peu représentés, n’ont vu aucunement leur nombre diminuer depuis l’ouverture.

14Finalement, la Bibliothèque publique d’information n’a pas conquis progressivement son public, mais l’a trouvé dès l’ouverture. Ceux à qui elle était la plus « destinée » se sont immédiatement reconnus en elle, et il n’y a pas réellement eu apprivoisement progressif par des catégories sociales initialement réticentes, et graduellement acquises.

15Est-ce à dire que ce sont toujours les mêmes personnes qui y vont ? Gardons-nous de confondre ici l’élargissement du public, qui effectivement n’est guère sensible, et le renouvellement du public, qui est constant depuis la création du Centre Pompidou. Les deux phénomènes ne sont contradictoires qu’en apparence. D’autres individus fréquentent aujourd’hui la BPI que ceux qui ont « fait l’ouverture » ; mais ils se recrutent à peu près de la même manière que les premiers. Plus précisément, 64 % des personnes qui fréquentaient la bibliothèque en 1982, période de la seconde enquête, ne la fréquentaient pas encore en 1978, période de la première enquête. Or, nous l’avons vu, le poids relatif de chaque classe sociale, de chaque niveau culturel est resté le même dans les deux cas. C’est dire à quel point les principes de reconnaissance culturelle et de familiarité sociale qui guident les comportements ne relèvent pas de « goûts et de couleurs » aléatoirement distribués, donc susceptibles d’être facilement redistribués.

2. Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

16Une autre manière de poser le problème de la démocratisation du public est d’observer non plus son évolution dans la durée, mais ses variations selon le moment. Le Centre Pompidou et la Bibliothèque publique d’information restent ouverts quand les entreprises, les bureaux et les commerçants sont fermés : le soir jusqu’à 22 heures, le samedi, le dimanche, les jours de fêtes. L’indisponibilité des gens est souvent invoquée pour expliquer la moindre fréquentation des équipements culturels par les personnes qui travaillent. Cela est difficilement niable ; mais la réciproque ? L’occasion nous est donnée de vérifier l’effet direct de la levée de ces verrous temporels sur la fréquentation des nocturnes et des week-ends.

Les visiteurs du soir

17Jusqu’à la dernière seconde, les salles de la bibliothèque sont occupées par des lecteurs, des auditeurs, des spectateurs qui n’abandonnent qu’à regret leur place lorsque retentit l’appel sonore annonçant la fermeture. Difficile, à les regarder sortir, de juger s’il s’agit de « travailleurs » ou de gens qui disposent de tout leur temps. L’enquête supplée ici avantageusement à l’intuition défaillante.

18Les premiers résultats sont décevants. Si on analyse la composition du public qui quitte la BPI après 20 heures on retrouve à peu de choses près la même proportion d’étudiants et de non-étudiants que pendant le reste de la journée. Mais mesure-t-on bien là ce qu’on croyait saisir ? Ces visiteurs tardifs ne sont pas tous en réalité des visiteurs du soir. Un croisement avec la durée de visite montre qu’il y a parmi eux une proportion importante de personnes qui prolongent tout simplement un séjour commencé dans l’après-midi. Ils partent tard, mais ils sont arrivés tôt.

  • 5 Cf. en annexe tableau 16.

19Les vrais « visiteurs du soir », ce sont ceux qui sont arrivés tard. Effectivement, l’analyse du public entré à la bibliothèque après 18 heures, et plus encore après 20 heures, donne de tout autres résulats. Ainsi défini, le public des nocturnes présente un profil particulier par rapport au public moyen5 :

  • certes les étudiants restent majoritaires à n’importe quelle heure de la nuit, comme à n’importe quelle heure du jour,
  • mais on observe un déplacement du centre de gravité vers les actifs : de 29 % en moyenne, ces derniers passent à 43,5 % parmi les visiteurs entrés après 20 heures,
  • parmi ces actifs, les usagers originaires des couches techniciennes et administratives des classes moyennes, et des classes populaires, connaissent la progression la plus importante (de 6,5 % en moyenne à 12,5 % pour les premiers ; de 8,9 % à 14,5 % pour les seconds)

20Au total donc, s’il n’y a pas de renversement de tendances — l’ordre relatif des différentes fractions du public dans la fréquentation globale reste inchangé — il y a bien un effet propre des nocturnes : les étudiants, et dans une moindre mesure les visiteurs favorisés par le capital économique ou le capital culturel (classes dominantes, fractions intellectuelles des classes moyennes) répartissent leurs visites dans le temps, tandis que les membres des classes moyennes et les classes populaires les concentrent dans le temps, et profitent plus volontiers de la possibilité qui leur est donnée de venir le soir.

Les week-ends

  • 6 Cf. en annexe tableau 16.

21On attend des week-ends un effet analogue à celui des nocturnes. Or les « temps libres » ne s’équivalent pas. Le week-end n’a pas le même statut, et n’entraîne pas le même type de sociabilité, que la soirée. On reviendra dans la troisième partie sur la dimension collective des pratiques. Arrêtons-nous simplement ici aux données de fréquentation pour constater deux phénomènes6 :

  • Le déplacement de la fréquentation va dans le même sens que pour les nocturnes : celui d’une diversification des publics ;
  • mais l’amplitude de ce déplacement est sensiblement moins important : le rapport étudiants/non-étudiants fléchit relativement peu (de 60 % en moyenne, les étudiants passent à 58 % le samedi et 55 % le dimanche) ; et parmi les actifs, la redistribution des origines sociales au profit des classes moyennes et populaires est moins marquée que le soir.

22Cette relative stabilité de la fréquentation du week-end par rapport à celle de la semaine contredit l’impression directe, visuelle, que l’on peut avoir sur place : impression d’un perpétuel brassage de visiteurs d’un autre type.

23On est volontiers porté à prendre une redistribution des pratiques pour une redistribution des publics : il y a beaucoup plus de monde le week-end qu’en semaine, et l’ambiance même de la bibliothèque s’en trouve modifiée. Partout des gens sont debout, circulent, ou au contraire sont installés dans les coins et recoins les plus incongrus, faute de trouver une place assise. D’autre part un certain nombre d’entre eux viennent à plusieurs, accompagnés d’amis ou de membres de leur famille.

24Mais s’ils viennent autrement, ils ne sont pas forcément différents. Du point de vue de la composition sociale — c’est la question que nous posions au début de ce chapitre — il ne fait aucun doute que « l’effet nocturne » est plus important que l’ »effet week-end ». Au week-end correspond un comportement plus varié ; aux nocturnes un recrutement plus diversifié.

3. Rythmes et cycles

25Le temps est une dimension fondamentale de la pratique culturelle comme de toute pratique individuelle ou sociale. Au-delà de ce truisme général, et de l’évidence particulière que la fréquentation de la bibliothèque obéit à des cycles et intervient à des moments qui ont leur logique propre, il faut essayer de décomposer plus précisément cette matière complexe dont est tissé le cœur des comportements.

  • 7 Pour une analyse plus approfondie du rapport au temps, en particulier dans une situation d’apprent (...)

26Le temps n’est pas que de la durée, c’est aussi de la répétition, c’est aussi du rythme, c’est aussi de l’intensité. La complexité du rapport au temps, temps vécu de l’usage d’un établissement culturel, nous semble pouvoir être analysée à partir de trois dimensions élémentaires7 :

  • la fréquence c’est-à-dire le nombre de contacts antérieurs avec le BPI. On la considèrera comme un indicateur de familiarité,
  • l’ancienneté, c’est-à-dire la période qui s’est écoulée depuis le premier contact avec la BPI. Cette notion ne se confond pas avec celle de fréquence (on peut venir depuis longtemps mais rarement ; ou depuis peu de temps mais souvent). On la considèrera comme un indicateur de fidélité,
  • la régularité, c’est-à-dire le caractère plus ou moins systématique de l’assiduité à la BPI. Il s’agit d’une dimension indépendante (à nombre de visites égal, on peut venir de manière ponctuelle, ou au contraire aléatoire). On la considèrera comme un indicateur d’organisation de la pratique.

27S’ajoute à cela une quatrième dimension, la durée de la visite. Dimension d’une autre nature : il ne s’agit plus du fil temporel qui relie les visites entre elles, mais de la continuité de chaque visite.

28• La durée de visite est une notion extrêmement ambivalente. A durée égale, on peut rencontrer des comportements radicalement différents. Tel visiteur qui restera dix minutes fera un tour général de découverte de la BPI ; tel autre, lui aussi resté dix minutes, sera allé directement chercher un renseignement précis et sera parti dès qu’il l’aura trouvé. A durée inégale plus encore...

29Or, la caractéristique des usages de la bibliothèque est justement cette inégalité. Il existe une durée moyenne de fréquentation (2 heures 08 minutes pour être précis), mais cette moyenne ne correspond pas à un mode. Traduisons la formulation statistique : cette moyenne est un artefact de calcul, non une norme partagée par le plus grand nombre. La fréquentation se disperse entre des durées extrêmement hétérogènes, qui vont de la visite ultra courte (10 % des usagers restent moins d’un quart d’heure) au séjour de longue durée (13,5 % des usagers restent plus de quatre heures) ; les plus acharnés de ces sédentaires peuvent passer toute la journée à la BPI, plus longtemps encore que les bibliothécaires qui y travaillent... Les situations intermédiaires s’échelonnent avec des effectifs décroissants au fur et à mesure que la durée s’allonge.

Graphique 5 : durée de visite de la bibliothèque.

Graphique 5 : durée de visite de la bibliothèque.
  • 8 Afin d’éviter ce biais lors de l’enquête, on n’a pas demandé aux gens combien de temps ils étaient (...)

30La durée de visite est aussi une notion extrêmement ambigüe. Donnée apparemment objective, mesurable en heures, minutes, voire même secondes si on voulait pousser l’obsession de précision jusqu’à l’entomologie, elle est en réalité vécue de manière totalement subjective, et surtout mesurée par les intéressés eux-mêmes de manière complètement élastique. L’expérience prouve qu’à demander aux visiteurs leur durée de visite, on obtient généralement soit des réponses imprécises (des fourchettes : « je suis resté environ une demi-heure ou une heure »), soit de la fausse précision, avec une préférence marquée pour les chiffres ronds. Affirmer « je suis resté dix minutes », ou « deux heures » revient en fait à donner, derrière une formulation apparemment quantitative, une appréciation qualitative : « dix minutes » ne veut rien dire d’autre que « peu de temps » et « deux heures », « longtemps »8.

31Ce décalage entre temps perçu et temps réel ne concerne pas tous les visiteurs. Mais quand il se manifeste il est le signe d’un type d’investissement culturel particulier où la durée n’a plus d’importance instrumentale ; elle n’est plus le produit d’une construction volontariste, mais l’effet d’une soumission tacite aux sollicitations du lieu. Ceux qui ne savent pas depuis combien de temps ils sont là sont perdus dans le temps comme d’autres sont perdus dans l’espace ; perdus au sens positif du terme, au sens délibéré de la démarche : de même que, à Beaubourg comme ailleurs (les musées, les sites urbains, etc.) nombre de personnes négligent le fléchage des espaces, choisissant de se laisser guider au gré de leur cheminement, fût-ce au prix de détours et d’erreurs, de même certains visiteurs choisissent d’ignorer le temps qui s’écoule pour profiter sans contraintes de l’instant présent.

32• L’ancienneté. Le premier contact avec la BPI peut remonter à une période déjà lointaine. Au moment de l’enquête de fréquentation, le Centre Pompidou était ouvert depuis plus de cinq ans. On trouve effectivement dans le public une grosse minorité de « pères fondateurs » (plus du quart des usagers) qui montaient déjà la garde à la porte de la bibliothèque au printemps 1977. Ces utilisateurs « historiques » sont peut-être bien les vrais dépositaires de la mémoire collective de la bibliothèque.

  • 9 Cf. en annexe tableau 17.

33Sans remonter jusqu’à ces extrêmes, quatre usagers sur dix fréquentent la bibliothèque depuis plus d’un an. Le phénomène de fidélisation est donc très important9.

34• La fréquence de visite. De tous les indicateurs temporels de la pratique, c’est le plus important. Il permet de saisir précisément le capital de familiarité que les visiteurs apportent avec eux quand ils pénètrent dans la bibliothèque. Ce capital de familiarité, tout autant que la capital culturel — dont il dépend en partie mais auquel il ne se réduit pas — va jouer on le verra un rôle déterminant dans la manière d’user du lieu et de ses ressources.

35On peut découper le public en catégories, selon une échelle des fréquences dont les frontières arithmétiques sont certes arbitraires, mais dont la réalité typologique est indéniable.

  • 10 Enquête générale de fréquentation 1983. op. cit.

36La « récidive », si l’on peut qualifier ainsi la réitération de la pratique, est le mode prédominant de fréquentation de la BPI : au total, près de 90 % des personnes qui franchissent chaque jour le seuil de la bibliothèque y étaient déjà venues. Avec des intensités variables comme le montre la distinction entre « les apprentis », « les habitués » et « les assidus », mais avec une constance qu’on ne rencontre à ce point dans aucun des autres départements du Centre Pompidou (Musée, salles d’exposition). A l’inverse, les nouveaux visiteurs, plus nombreux à Beaubourg (23 %)10 ne sont ici qu’une minorité (12 %).

Nombre de visites à la BPI :

Nombre de visites à la BPI :
  • 11 Cf. en annexe tableau 17.

37La fidélité à la BPI (mesurée par l’ancienneté) et l’assiduité de son usage (mesurée par la fréquence)) sont bien sûr dans une relation de dépendance. De dépendance mais non d’équivalence : logiquement, on devait constater une corrélation directe entre la pérennité de la fréquentation et le nombre de visites effectuées — plus on vient depuis longtemps, plus on est venu souvent, et inversement —. Si telle est effectivement la tendance générale on découvre également des situations qui semblent défier cette proportionnalité11. C’est le cas en particulier :

  • des « compagnons de route » : vieux utilisateurs de la BPI (ils l’ont découverte il y a plusieurs années), ils en ont une pratique extensive : intermittente, épisodique, avec parfois de longues éclipses ; ils totalisent finalement peu de visites ;
  • et des « néophytes zélés » : nouveaux venus à la BPI, ils ne la fréquentent que depuis quelques semaines mais en ont une pratique intensive, répétitive ; ils accumulent les visites.

38Revenons pour finir sur les nouveaux. Ils sont peu nombreux en proportion (12 %), mais non en valeur absolue (plus de mille personnes par jour). C’est par eux que la bibliothèque peut assurer le renouvellement et l’extension de son public.

39Encore faut-il que cette première visite ne soit pas la dernière, qu’elle constitue un point de départ et non un point d’arrivée. L’ »effet Beaubourg » qui l’alimente en partie est à double tranchant. Certains parmi les nouveaux deviendront progressivement des « apprentis », des « habitués », voire des « assidus ». Mais pas tous. Le Centre Pompidou (comme le Louvre, Versailles, etc.) fait partie de la catégorie des unica, ces lieux sans équivalent qu’il faut voir — c’est-à-dire qu’il faut avoir vu —. Ayant sacrifié une fois à ce rite de la légitimité culturelle, on peut s’en tenir quitte. Non qu’on ait épuisé les ressources de la BPI, mais on en a épuisé l’attrait, qui tient à la découverte : il n’y a qu’une « première fois ».

40Démêler la fin d’une attente du début d’une fidélité n’est pas chose facile du point de vue de l’analyse : on ne peut demander directement aux gens qui viennent pour la première fois s’ils reviendront : on sait que la réponse à de telles questions n’a guère de signification comme prédicteur de comportement. On ne peut non plus demander à ceux qui reviennent leur état d’esprit lors de leur découverte de la BPI. Cette reconstitution des premières impressions ne peut être que reconstruction à la lumière de l’expérience des fréquentations ultérieures.

41Il faut donc procéder par hypothèses successives :

42Parmi les nouveaux, on trouve une majorité de personnes (près de 60 %) qui habitent en province ou à l’étranger, c’est-à-dire hors de la « zone de chalandise » immédiate de Beaubourg. Ce sont à n’en pas douter des touristes de passage, qui s’ils reviennent ne pourront le faire que de manière épisodique, à l’occasion d’un nouveau séjour à Paris. Restent 40 % des nouveaux qui habitent pour moitié à Paris et pour moitié en banlieue dans un rayon qui permet, en cas de séduction par cette première incursion, la réitération de la visite.

  • 12 Cf. en annexe tableaux 14 et 15.

43Deuxième indice : le niveau socio-culturel. La répartition des nouveaux visiteurs tant par le niveau d’étude que par la catégorie socio-professionnelle fait apparaître qu’ils ne se recrutent pas exactement dans les mêmes couches que les utilisateurs patentés de la BPI. D’abord les étudiants y sont moins nombreux ; ensuite et surtout ces visiteurs sont dans l’ensemble moins diplômés et d’un statut social moins élevé, que la moyenne du public12. La découverte est socialement moins discriminante que l’habitude.

44Cette meilleure représentation des catégories moins favorisées n’est pas à elle seule le gage d’un renouvellement « par le bas » du public. On sait que la composition du public évolue finalement peu d’une année sur l’autre, ce qui signifie que l’essai est moins souvent transformé en milieu populaire qu’en milieu plus diplômé. Mais au moins la permanence de cet apport, dont une partie ira quand même grossir les rangs des habitués, assure la bibliothèque contre le risque de « colonisation » par d’autres fractions mieux implantées de son public.

4. Flux sans reflux

45Le Centre Pompidou respire comme un immense poumon qui aspirerait et refoulerait inlassablement le flux des publics. Brassage sans mélange de ceux qui entrent et de ceux qui sortent. De ceux qui vont partout et de ceux qui n’aboutissent nulle part. Des visiteurs du musée, des expositions ou de la bibliothèque, et des promeneurs de l’escalator.

46— Brassage dans l’espace : l’irrigation de chaque département par le public de tous les autres a toujours été une des préoccupations majeures des responsables du Centre Pompidou — pluridisciplinarité des activités et transparence de l’architecture obligent —.

47De ce point de vue, la bibliothèque les désole : il semble qu’elle attire un public spécifique, — et quel public : la moitié des entrées du Centre ! — qui ne viendrait que là, et ne profiterait pas des autres activités de Beaubourg. Les enquêtes ont largement contribué à étayer cette idée que la BPI constitue une sorte d’enclave : à prendre les chiffres au pied de la lettre — si l’on ose dire —, une minorité seulement de nos usagers met à profit sa présence au Centre pour fréquenter le musée ou une exposition, alors que la grande majorité repart sans avoir rien visité d’autre : sur 100 personnes qui pénètrent chaque jour à la bibliothèque 15 seulement iront voir autre chose par la même occasion, 85 se limiteront à la BPI.

48L’erreur de perspective est flagrante. La dimension spatiale est à ce point prégnante au Centre Pompidou qu’on en oublie que les visites ne s’inscrivent pas seulement dans l’espace mais dans le temps ; que le Centre rapproche des activités qui ne diffèrent pas seulement par la nature des objets qu’elles proposent mais par les rythmes d’utilisation qu’elles supposent : du bâtiment qu’on ne découvre qu’une fois, aux nouvelles expositions qui relancent l’intérêt à chaque fois, et à la bibliothèque qu’on peut consulter quotidiennement. Cycles d’usage qui se croisent sans se confondre : on « épuise » une exposition thématique en une seule visite, parfois deux, rarement plus, alors que la norme de fréquentation d’une bibliothèque encyclopédique est au contraire la répétition.

49Ce décalage des fréquences fait qu’un usager de la BPI qui vient un jour donné a très probablement regardé l’exposition lors d’une de ses visites antérieures. Mesuré sur moyenne période, on s’aperçoit qu’en réalité la plupart de nos visiteurs profitent aussi des autres activités du Centre. Il faut finalement distinguer entre :

  • 13 Cf. en annexe tableau 4 l’analyse détaillée de la complémentarité des visites. La duplication la p (...)

50L’usage réellement exclusif de la Bibliothèque publique d’information est l’exception et non la règle ; les visiteurs de la BPI sont peut-être en réalité les plus « pluridisciplinaires » de tous13

51— Brassage dans le temps : la fréquentation de la Bibliothèque publique d’information, comme celle du Centre Pompidou, connaît des évolutions, suit des variations. Evolution au fil des années, variations selon les saisons, les jours, les heures, qui rythment la vie du plus grand établissement culturel de France :

Evolution

52Tous les observateurs sont frappés par le même phénomène : Beaubourg approche de son dixième anniversaire et ne désemplit toujours pas, la bibliothèque pas plus que les autres départements. On attendait une retombée de la fréquentation après l’effet-découverte de la première année. Il n’est pas venu. On attend régulièrement une chute du nombre des entrées aux périodes « creuses », quand il n’y a pas de grandes expositions thématiques à contempler ; on n’enregistre que des fléchissements.

53La fréquentation générale du Centre n’a cessé de croître entre 1977 et 1981 et après s’être quelque peu stabilisée, semble avoir repris son ascension, avec 8 400 000 entrées en 1984 (soit en moyenne 25 000 entrées par jour).

  • 14 Sur ces entrées quotidiennes 1 400 sont communes aux deux espaces de la BPI, les mêmes personnes f (...)

54La fréquentation de la BPI a suivi un cours quelque peu différent, tout en restant inscrite dans la tendance générale : elle a atteint son point de stabilisation dès la troisième année en 1979, pour se maintenir depuis à des chiffres dont la constance d’une année sur l’autre est remarquable : autour de 3 200 000 entrées par an (soit en moyenne plus de 10 000 entrées par jour). A quoi il faut ajouter la fréquentation de la salle d’actualité, qui approche dans la même période 1 000 000 d’entrées par an (3 400 par jour)14.

  • 15 Cf. statistiques détaillées en annexe, tableau 2. Cf. aussi l’analyse de C. Ballé : la fréquentati (...)

55Les fluctuations générales de la fréquentation du Centre ne tiennent donc pas tant à celles particulières de la BPI, encore moins à celles du Musée national d’art moderne (qui connaît un tassement sensible depuis 1979) qu’à celles des grandes expositions présentées au dernier étage. Les plus visitées ont été Salvador Dali (qui a battu tous les records avec 840 000 entrées), Magritte et de Chirico pour les expositions monographiques, et la série des Paris-Berlin, Paris-Moscou, Paris-Paris et Vienne pour les expositions thématiques15.

Graphique 6 : Evolution de la fréquentation annuelle du Centre Pompidou. (Unité : nombre d’entrées).

Graphique 6 : Evolution de la fréquentation annuelle du Centre Pompidou. (Unité : nombre d’entrées).

56L’importance de ces chiffres donne le vertige : plus de 3 millions d’entrées par an pour la seule bibliothèque, cela signifie que la BPI a accueilli son vingt-cinq millionnième visiteur début 1985 (et le Centre Pompidou son soixante millionnième...).

57Maniées sans précaution — et Dieu sait si elles le sont — ces statistiques laisseraient à penser que Beaubourg a reçu en huit ans plus que la population de la France toute entière. On a beau savoir que dans ce flot de visiteurs il faut compter une proportion non négligeable d’étrangers de passage, la mariée paraît un peu trop belle.

58C’est qu’on confond volontiers nombres d’entrées et nombre d’entrants ; la même personne revenant à plusieurs reprises au cours de l’année sera recomptée à chaque fois comme visiteur supplémentaire. Le phénomène est d’autant plus sensible à la BPI que la fréquentation réitérée y est la norme de comportement la plus répandue.

  • 16 On trouvera le mode de calcul dans l’annexe méthodologique.

59Nous disposons désormais, à partir de l’enquête, d’un moyen d’évaluer la quantité de visiteurs différents effectivement touchés au cours d’une année16 : le nombre moyen de visites par an est de 14,5 (avec une dispersion considérable autour de la moyenne puisqu’elle va des visiteurs qui entrent pour la première fois aux « piliers de la bibliothèque » qui viennent plusieurs fois par semaine, pendant plusieurs mois de l’année). Rapporté à l’ensemble de la fréquentation, ce coefficient permet d’évaluer à environ 230 000 à 250 000 le nombre de personnes distinctes touchées par an par la Bibliothèque publique d’information. Le même calcul donne environ 1 150 000 pour l’ensemble du Centre Pompidou.

  • 17 Si on y ajoute les usagers de la salle d’actualité, l’ensemble de l’entité BPI représente au total (...)

60On voit à quel point l’évaluation du public réel, au lieu des entrées comptables, modifie les rapports de proportion entre les usagers de la BPI et les usagers du reste du Centre. La Bibliothèque publique d’information du deuxième étage représente à elle seule (non compris la salle d’actualité) 40 % des entrées du Centre ; mais comme la propension à revenir est beaucoup plus élevée chez les premiers que chez les seconds, sur une année les usagers de la bibliothèque ne représentent en réalité que 20 % des entrants17.

Variations

61Le thème est désormais connu : une relative stabilité de la fréquentation. Restent les variations...

62Les phénomènes culturels obéissent au rythme des saisons, comme les phénomènes naturels. Il n’est pour s’en convaincre que de suivre la courbe des entrées tout au long d’une année (cf. graphique 7a). Elle affecte la forme d’un sinusoïde, avec un creux et deux crêtes. La BPI connaît son étiage en été (juin/juillet), et ses hautes eaux en automne (novembre) et au printemps (mars/avril).

  • 18 Cf. en annexe tableau 5.

63La fréquentation de l’ensemble du Centre Pompidou suit un cycle relativement différent de celui de la BPI18. On retrouve là aussi un creux et deux crêtes, mais répartis de manière décalée : le creux se situe en automne-hiver (d’octobre à février), période au contraire relativement chargée en bibliothèque ; les crêtes se situent l’une au même moment que la BPI, en mars-avril, l’autre à l’opposé, en été (août). L’autonomie relative de la bibliothèque est donc assez nette. Outre l’effet de la fréquentation estudiantine (rentrée universitaire, examens), la BPI semble plus sensible aux petites vacances — période de disponibilité et de déplacements limités —, et le Centre Pompidou aux grandes — période de tourisme et de voyages —.

Graphique 7 : Evolution de la fréquentation de la BPI.

a) Variations saisonnières.

a) Variations saisonnières.

b) Variation hebdomadaires.

b) Variation hebdomadaires.

c) Variations horaires.

c) Variations horaires.

64La répartition des entrées selon les jours de la semaine est fortement tributaire des rythmes de la vie sociale, et de la distribution du temps hebdomadaire entre travail (professionnel ou scolaire) et hors-travail. Le week-end s’oppose au reste de la semaine par une fréquentation plus élevée.

65Cette opposition principale se double de deux oppositions secondaires. A l’intérieur du week-end le dimanche connaît une affluence plus importante que le samedi. A l’intérieur de la semaine, le mercredi (congé des écoles, et lendemain de la fermeture du Centre) une affluence plus importante que les autres jours. La prégnance du rythme hebdomadaire ne s’atténue que pendant l’été, au moment des vacances. La distinction s’estompe alors entre temps forts et temps faibles. Seul reste, principe de répérage intangible au sein d’un temps indifférencié, le mercredi. La fréquentation y connaît toujours son maximum, compensation du « manque à fréquenter » de la veille (cf. graphique 7b).

Dernier principe de variation du flux des visiteurs : le cycle diurne

66Dès l’ouverture, la bibliothèque est investie par ses lecteurs, parfois même au pas de course pour être sûrs d’arriver les premiers. La cavalcade à travers les escalators dans les secondes qui suivent l’ouverture des portes est spectaculaire. Jusqu’à la fermeture, elle est occupée par ceux qui ne peuvent se résoudre à la quitter avant d’y être contraints. Entre les deux, la courbe des entrées se distribue en affectant grosso modo la forme prévisible d’une cloche : cloche légèrement irrégulière, déportée vers le début de l’après midi en semaine ; cloche flanquée de clochetons — si on peut dire — le week-end, avec trois sommets : un petit avant le repas, deux plus importants en début (14/15 heures) et en fin (17/18 heures) d’après-midi.

67Le mascaret, point d’inversion entre le flux montant et le flux descendant, en deçà duquel on compte plus d’entrées que de sorties, au-delà plus de sorties que d’entrées, se situe entre 16 heures et 17 heures.

68La constance de ces variations, d’un jour sur l’autre, d’une semaine sur l’autre, d’une saison sur l’autre, permet de parler de véritables cycles de fréquentation. La somme des micro-décisions individuelles de visite aboutit à des lois collectives stables de périodisation des pratiques.

Notes

1 Enquête sur la fréquentation de la Bibliothèque publique d’information. Novembre 1977/mai 1978. Résultats non publiés. Une synthèse en a été présentée par A.M. Bassy : La BPI : bilan d’une expérience culturelle. op. cit.

2 Cf. comparaison détaillée en annexe, tableau 12.

3 L. Boltanski : L’encombrement, ou la maîtrise des biens sans maître, in Actes de la recherche en sciences sociales, février 1976. n° 1.

4 Le cas est un peu différent dans les équipements qui servent essentiellement à l’approvisionnement en biens culturels dont l’usage sera différé dans le temps et dans l’espace (par exemple les bibliothèques publiques, dont les livres sont emportés pour être lus plus tard, chez soi).

5 Cf. en annexe tableau 16.

6 Cf. en annexe tableau 16.

7 Pour une analyse plus approfondie du rapport au temps, en particulier dans une situation d’apprentissage ; cf. J.F. Barbier-Bouvet : Babel à Beaubourg : l’autodidaxie linguistique à la BPI. — Paris : BPI, 1981. — 245 p.

8 Afin d’éviter ce biais lors de l’enquête, on n’a pas demandé aux gens combien de temps ils étaient restés mais à quelle heure ils étaient arrivés. L’enquêteur notait parallèlement l’heure de sortie, c’est à dire l’heure de l’interview puisque le questionnaire était passé aux portes de la BPI, et la différence nous donnait directement le temps passé. La mémorisation par les visiteurs de leur heure d’entrée ne leur a généralement pas posé de problème, car elle renvoie à un mini-événement précisément situé dans la journée.

9 Cf. en annexe tableau 17.

10 Enquête générale de fréquentation 1983. op. cit.

11 Cf. en annexe tableau 17.

12 Cf. en annexe tableaux 14 et 15.

13 Cf. en annexe tableau 4 l’analyse détaillée de la complémentarité des visites. La duplication la plus forte se fait avec les expositions temporaires ; elle est moindre avec le Musée national d’art moderne.

14 Sur ces entrées quotidiennes 1 400 sont communes aux deux espaces de la BPI, les mêmes personnes fréquentant successivement dans la même journée la bibliothèque et la salle d’actualité.

15 Cf. statistiques détaillées en annexe, tableau 2. Cf. aussi l’analyse de C. Ballé : la fréquentation du Centre Pompidou de 1977 à 1981, éléments de réflexion sur les méthodes d’analyse. — Paris : centre de sociologie des organisations, 1982. — 23 p.

16 On trouvera le mode de calcul dans l’annexe méthodologique.

17 Si on y ajoute les usagers de la salle d’actualité, l’ensemble de l’entité BPI représente au total 30 % des entrants pour 55 % des entrées du Centre Pompidou.

18 Cf. en annexe tableau 5.

Table des illustrations

Titre Graphique 5 : durée de visite de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Nombre de visites à la BPI :
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6 : Evolution de la fréquentation annuelle du Centre Pompidou. (Unité : nombre d’entrées).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre a) Variations saisonnières.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre b) Variation hebdomadaires.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre c) Variations horaires.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/354/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access