Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Le public : ouverture à tous et différenciation sociale

Chapitre II : appartenance sociale et pratiques culturelles

Texte intégral

1L’analyse de la composition sociale du public des équipements culturels constitue généralement le morceau de résistance des enquêtes sociologiques.

2Il y a d’ailleurs plusieurs manières de s’y livrer : l’énumération de l’infinie variété des situations professionnelles alimente les commentaires sur la diversité des publics. Nous avons ainsi rencontré des employés de banque, des éducateurs spécialisés, des médecins, des infirmières, des chefs d’entreprises, des permanents syndicaux, des sociologues (pour une fois obligés de répondre aux enquêtes des autres), des contremaîtres, des professeurs d’université, des assureurs, des ingénieurs en informatique, des experts-comptables, et même un archimandrite et un plongeur sous-marin...

3Par contre, l’énoncé de la proportion exacte d’ouvriers ou de cadres supérieurs, sous la forme inévitable de pourcentages, de préférence assortis de quelques décimales après la virgule pour attester la scientificité de la chose, ferait pour un peu figure d’indicateur de gestion au même titre que les données budgétaires ; et il alimente abondamment le discours sur la nécessaire démocratisation de l’action culturelle, ou sur l’incontournable reproduction des pratiques sociales, selon qu’on en fait une lecture volontariste ou une lecture désabusée.

4Il est vrai que la tentation est grande de résumer une situation complexe — la position sociale — par un indicateur univoque et quantifiable — la catégorie socio-professionnelle (CSP) — ; et confondant proportions et propensions, de déduire directement de la répartition statistique des CSP dans le public la hiérarchie sociologique des usages culturels.

5Nous utiliserons ici la catégorie socio-professionelle telle que la définit l’INSEE mais en l’enrichissant de données sur ce que P. Bourdieu appelle le « capital culturel ». Combiné au capital économique, il produit la complexité des pratiques et des performances des différentes classes et fractions de classes sociales.

  • 1 P. Bourdieu : « Les trois états du capital culturel », in Actes de la recherche en sciences sociale (...)

6Bourdieu distingue plus précisément trois états du capital culturel : le capital culturel à l’état institutionnalisé, c’est-à-dire « son objectivation sous forme de titres, et en particulier de titres scolaires », le capital culturel à l’état objectivé « sous la forme de la possession de biens culturels, tableaux, livres, instruments, etc... », et le capital culturel à l’état incorporé, « sous la forme de dispositions durables de l’organisme »1. En termes d’enquête, cela signifie que nous analyserons successivement les caractéristiques du public selon son niveau d’étude, selon sa plus ou moins grande détention de biens culturels, selon ses habitudes de fréquentation d’autres équipements culturels, et selon ses habitudes d’usage d’autres biens culturels.

7C’est au prix de ce détour par la complexité que l’on pourra répondre à des questions apparemment aussi simples que « qui vient à la bibliothèque du Centre Pompidou ? », ou « touche-t-on un nouveau public ? ».

1. La catégorie socio-professionnelle

8Les catégories socio-professionnelles sont devenues, depuis leur création dans les années 1950 pour les besoins du recensement, la pierre angulaire de la vulgate sociologique. Elles se sont imposées très vite comme une orthodoxie de la recherche empirique et, quelque jugement que l’on puisse porter sur leur caractère simplificateur, ou sur les impasses théoriques d’une nomenclature purement descriptive, son caractère d’outil d’usage généralisé en a rendu l’emploi nécessaire dans toute enquête à visée comparative.

9Nous l’avons donc utilisée ici, afin de pouvoir comparer la composition et les pratiques de notre public à la composition d’autres publics culturels et aux pratiques moyennes de la population française, telles que les décrivent de nombreuses enquêtes réalisées au cours de ces dernières années.

10Le public de la Bibliothèque publique d’information présente un profil particulièrement intéressant. On y retrouve à la fois les tendances classiques des publics des établissements culturels, et un certain nombre de caractéristiques propres à la BPI.

11Pour s’en tenir dans un premier temps aux grandes composantes de la fréquentation, trois lignes de force se dégagent :

12• Première constatation, d’évidence : la présence massive des étudiants et des élèves : à eux seuls, ils représentent 60 % du public de la Bibliothèque publique d’information. Si on y ajoute les enseignants, ce sont près des deux tiers des utilisateurs de la BPI qui appartiennent, par une extrémité ou par une autre si on peut dire, au système d’enseignement.

13Dans cet investissement imprévu de la BPI par l’Education nationale, école et université occupent des places relatives très différentes : les étudiants sont sept fois plus nombreux que les élèves (étudiants : 53 % ; élèves : 7 %).

14On comprend que certains aient pu qualifier la bibliothèque de Beaubourg de « première bibliothèque universitaire de France.

15Si l’assertion est manifestement exacte, il faut une fois de plus éviter de s’arrêter aux évidences.

16D’abord se garder de prendre la partie pour le tout, et de réduire le public de la BPI à sa composante principale. On entend trop souvent dire « le public de la bibliothèque, c’est des étudiants » (sic) pour ne pas rappeler que passent chaque jour plus de 4 000 personnes qui ne sont ni à l’école, ni à l’université. 4 000 personnes, soit... exactement la fréquentation totale escomptée pour la bibliothèque dans les prévisions qui étaient faites avant l’ouverture.

  • 2 On trouvera en annexe un tableau complet (tableau 6) de la répartition socio-professionnelle du pub (...)

17Ensuite, se garder de confondre le statut et la motivation : ce n’est pas parce qu’ils sont étudiants qu’ils sont nécessairement là pour étudier. Un croisement plus fin avec la raison de la visite montre clairement qu’il faut opérer une distinction entre les étudiants (ou scolaires) et les « studieux ». Les seconds, les seuls qui utilisent en réalité la BPI comme une bibliothèque universitaire (ou scolaire) représentent finalement moins de la moitié du public (42,5 %). Les autres (17,5 %) en ont un usage qui relève des mêmes types de motivations que le reste des usagers2.

  • 3 Couches intellectuelles des classes moyennes et dominantes. Total : 8,6 %

Tableau A : composition sociale du public de la bibliothèque3.

Tableau A : composition sociale du public de la bibliothèque3.
  • 4 Cf. en annexe tableau 21.

Note 204

18• Seconde constatation, d’apparence : l’égale fréquentation des classes supérieures et des classes populaires — environ 9 % du public chacun —, tandis que les classes moyennes occupent une place un peu plus importante — 12 % —.

19Certains ont pu parler à ce propos de fréquentation « équilibrée » (voire même de fréquentation « harmonieuse »).

  • 5 Cf. en annexe tableau 9.

20Cet équilibre local — si tant est que le mot équilibre ait ici un sens — est en réalité le reflet d’un déséquilibre fondamental : ces trois groupes sociaux ont, dans l’ensemble de la population française un poids très différent. En conséquence, les classes supérieures sont proportionnellement 2,7 fois plus nombreuses dans le public de la BPI que dans la population française, les classes moyennes 1,5 fois plus, tandis que les classes populaires y sont 2,3 fois moins nombreuses5. Les statistiques de fréquentation sont donc parfois trompeuses ; il ne faut pas prendre l’équivalence des chiffres pour l’égalité des chances. La propension à fréquenter la Bibliothèque publique d’information reste, selon les milieux sociaux, extrêmement inégale.

21• Troisième constatation, d’absence : la très faible place occupée dans le public par les « inactifs », et plus précisément par les retraités (1,8 %) et par les femmes au foyer (1,3 %).

22Nous retrouvons là l’effet des réticences liées aux représentations qu’on se fait du Centre Pompidou, et l’effet des abstentions liées au caractère cumulatif de la raréfaction des pratiques. Nous les avons analysés plus haut à propos de l’âge et du sexe.

23Prédominance des étudiants et des élèves, place identique mais impact relatif différent des classes supérieures, moyennes et populaires, sous-représentation des inactifs, ces trois tendances lourdes de la fréquentation de la BPI ne résument pas à elles seules la variété des publics. Il faut examiner maintenant plus finement les composantes particulières de chacune de ces catégories d’usagers.

24• Commençons par les plus nombreux : étudiants et élèves ne forment bien évidemment pas un groupe homogène ; ils se distinguent à la fois par la filière et par le niveau.

  • Distinction de filière : « littéraires » et scientifiques » ont une relation très différente à la bibliothèque. Les premiers (sciences sociales et humaines, art, histoire-géographie, littérature, philosophie) y sont trois fois plus nombreux que les seconds (mathématiques, physique, chimie, médecine, sciences appliquées, techniques, etc.).

    • 6 Cf. en annexe tableau 10.

    Distinction de niveau : la bibliothèque recrute ses lecteurs à tous les stades du cursus universitaire. On y rencontre aussi bien des étudiants frais émoulus du baccalauréat que des thésards chevronnés. Comme en faculté, ils se côtoient sans se mélanger, mais se retrouvent parfois en concurrence pour les mêmes ouvrages. Et comme en faculté, les effectifs se raréfient au fur et à mesure que l’on va vers les niveaux les plus élevés, selon une progression quasi continue6.

25La politique d’acquisition de la BPI, depuis son ouverture a toujours été de privilégier les documents d’information générale, ou d’information spécialisée relativement abordables, au détriment des thèses, des ouvrages réservés aux spécialistes ou des documents trop « pointus » ; on a considéré que ces documents relevaient des bibliothèques universitaires et non d’une bibliothèque d’information de type encyclopédique, et s’adressaient à des spécialistes et non au « grand public ».

26Manifestement la limitation de l’offre n’a pas suffi à entraîner la raréfaction de la demande, comme en témoigne la place relative qui reste importante des étudiants au cursus prolongé. Il était tout à fait illusoire d’imaginer que les spécialistes ne consultent que des ouvrages spécialisés, ou les étudiants avancés des ouvrages de haut niveau. D’autre part, la disponibilité immédiate des documents et l’accessibilité de la bibliothèque constituent un moteur plus puissant à la fréquentation estudiantine que l’absence de certains documents n’en constitue un frein. En comparaison, les conditions d’accès à la plupart des bibliothèques universitaires sont à ce point moins favorables (horaires, inaccessibilité des documents, etc.) que l’on peut se demander si l’affluence des étudiants n’est pas autant générée par le caractère dissuasif des BU, que par le caractère attractif de la BPI.

27S’ajoute à cela que la bibliothèque du Centre Pompidou ne sert pas seulement à étudier. Elle offre la possibilité immédiate de changer de support (de passer du texte à l’image, ou au son) et de changer de sujet (de passer du droit au tourisme, de la chimie à l’architecture, etc.). Bref, au cours de la même visite, de passer de la consultation studieuse à la consultation « pour soi ». Enfin, elle offre beaucoup plus que ce qu’elle contient : un espace de disponibilité, un espace de sociabilité.

28• Revenons maintenant plus en détail aux « autres », c’est-à-dire à la répartition du public non-étudiant. La lecture attentive du tableau des catégories socioprofessionnelles fait apparaître trois « concentrations » qui pour être statistiquement minoritaires, n’en sont pas moins significatives.

29— Au sein des classes moyennes et supérieures, un groupe social occupe une place particulière : il est constitué des personnes qui exercent une profession intellectuelle. Non pas les « intellectuels », au sens courant du terme, mais tous ceux qui exercent leur activité dans le secteur de la reproduction sociale (en particulier le système d’enseignement), ou contribuent directement à la production et à la diffusion de biens, de services, et de messages culturels : enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur, animateurs socio-culturels, bibliothécaires, chercheurs, journalistes, artistes, etc.

  • 7 5,6 % seulement des français exerçant une activité professionnelle selon le dernier recensement gén (...)

30Ils représentent à eux seuls 8,5 % du public total de la BPI et 28 % du public exerçant une activité professionnelle, soit beaucoup plus que le poids de ces mêmes couches sociales dans la population active française7.

  • 8 P. Bourdieu : La distinction, critique sociale du jugement. Paris : éditions de Minuit, 1979. — 670 (...)

31Cette sur-représentation des fractions intellectuelles des classes moyennes et supérieures n’est pas incompatible avec les déclarations d’hostilité au Centre Pompidou ou à la BPI que l’on entend parfois proférer dans les même milieux. Le déni de la pratique est chez certains un signe de reconnaissance sociale, au même titre que la pratique chez les autres. P. Bourdieu a bien mis en évidence, parmi les stratégies de distinction, cette stratégie de la négation8. Il est de bon ton, pour marquer à la fois son appartenance au milieu intellectuel, et l’irréductibilité de sa pratique personnelle à la pratique commune, d’afficher de manière ostentatoire son rejet du Centre Pompidou, quitte à le fréquenter quand même. L’important n’est pas de ne pas y aller, mais de le faire savoir.

  • Au sein des classes populaires, les « cols blancs » c’est-à-dire tous ceux qui travaillent dans des administrations ou des bureaux, l’emportent en nombre sur les « cols bleus », ceux qui travaillent dans les usines, sur les chantiers ou dans les exploitations agricoles : les premiers représentent 5 % de la fréquentation, les seconds 4 %.

    • 9 Pourcentage rapporté à la population âgée de 15 ans et plus.

    Parmi les inactifs enfin, catégorie fourre-tout, il faut isoler ceux qui le sont à leur corps défendant : les chômeurs. Au moment de l’enquête, ils pesaient exactement du même poids dans le public de la bibliothèque, et dans l’ensemble de la population française 4,5 %9.

32Ce chiffre, ou plus exactement cette équivalence des deux chiffres, peut étonner. Elle contredit en tout cas une affirmation courante, selon laquelle la BPI attirerait tout particulièrement les personnes sans travail. La BPI offre tous les outils nécessaires à un recyclage des connaissances, à l’approfondissement d’une formation ou à l’élargissement d’une compétence. Il paraît donc « logique » qu’elle attire nombre de gens qui se trouvent en situation de recherche d’emploi ou de reconversion professionnelle.

  • 10 Cf. en annexe tableau 21.

33Cette idée que la spécificité d’une offre culturelle entraîne nécessairement la manifestation de la demande qui lui est la mieux ajustée repose sur une conception essentiellement fonctionnaliste de la diffusion culturelle, Or, ce n’est pas parce qu’un lieu est adapté à un usage qu’il sera principalement adopté pour cet usage. Et réciproquement. Là aussi, l’enquête permet une vérification directe. Seul un chômeur sur cinq parmi ceux qui fréquentent la BPI en utilise les documents dans une perspective explicitement professionnelle : poursuite d’étude, formation permanente, recyclage, etc.10.

34Dans la majorité des cas, la présence des chômeurs n’est donc pas liée à la poursuite d’une stratégie professionnelle ; ni à l’inverse ne traduit pas une attitude totalement passive, une simple occupation des lieux. Comme les autres ils s’informent de l’actualité, consultent les documents sur leurs centres d’intérêt, s’aventurent dans des domaines moins explorés. Ce qui importe, au-delà de la raison précise qui a motivé leur venue, c’est leur venue même ; c’est-à-dire la possibilité pour eux de continuer à inscrire une activité, quelle qu’elle soit, dans un espace institutionnel. Et la possibilité de continuer à la partager avec d’autres, sur le mode de la cohabitation à défaut de le faire sur le mode de la collaboration.

35La Bibliothèque publique d’information se prête particulièrement bien à cette recherche d’un maintien de la continuité de la vie sociale chez ceux qui veulent éviter que l’inactivité professionnelle ne s’accompagne d’un repli sur les activités domestiques, ou que l’absence d’insertion dans les échanges sociaux ne s’accompagne d’une exclusion des échanges symboliques, c’est-à-dire d’un retrait des circuits d’information.

36Au terme de cette analyse de la composition socio-professionnelle du public de la bibliothèque deux comparaisons s’imposent : avec le public des autres bibliothèques de lecture publique d’abord, avec le public de l’ensemble du Centre Pompidou ensuite.

  • 11 Cf. en annexe tableau 7.

37La différence la plus importante avec les bibliothèques municipales se situe du côté des étudiants et des élèves. Quoique nombreux dans le public de ces dernières, ils y occupent une place moins dominante (un peu plus du quart des inscrits) : il est évident que les bibliothèques municipales sont moins adaptées que la BPI pour satisfaire des besoins studieux. Autre différence significative : la forte présence des retraités et des autres inactifs en bibliothèque municipale, alors qu’ils ne représentent qu’une part très faible de la fréquentation de la BPI11.

38Mais le point le plus significatif de la comparaison n’est pas de l’ordre de la différence mais de la ressemblance : en valeur relative, la proportion d’utilisateurs originaires des classes supérieures, des classes moyennes et des classes populaires, hors les étudiants et les inactifs, est sensiblement identique dans les deux types de lieux. Paradoxalement, la modification des conditions de l’offre de biens et services culturels n’a pas tant eu ici pour effet de modifier l’impact social de la bibliothèque, que de modifier la manière de s’en servir : nous y consacrerons la seconde et la troisième partie du livre I.

39Le rapprochement avec le public de l’ensemble du Centre Pompidou révèle que là aussi les étudiants et les élèves se concentrent préférentiellement à la bibliothèque (ils y sont trois fois plus nombreux que dans les autres espaces du Centre : 60 % contre 20 % ailleurs). Ils ne sont pas les seuls. Les chômeurs également s’y retrouvent plus volontiers que dans les autres départements, pour les raisons que nous avons déjà évoquées.

  • 12 Cf. en annexe tableau 8.

40Chez les actifs, toutes les catégories sociales sont quantitativement mieux représentées dans les autres espaces du Centre que dans la seule BPI, où le poids des étudiants, oblitère — en valeur absolue — leur présence. Mais en valeur relative, c’est-à-dire rapportée à la seule fraction du public exerçant une activité professionnelle, la BPI a une structure de fréquentation plus « démocratique » que le Centre lui-même. Les classes populaires y pèsent d’un poids un peu plus important (30,5 % contre 25 %), les classes moyennes plus encore (39 % contre 29 %) tandis que les classes dominantes y sont moins nombreuses (30,5 contre 46 %).12

  • 13 Enquête générale de fréquentation du Centre Pompidou, 1983, op. cit.

41On pourrait faire une géographie sociale du Centre Pompidou : le public s’y distribue d’un département à l’autre selon des lignes de clivages et avec des concentrations relativement constantes. On a pu dire, par boutade, que le niveau social montait avec l’escalator. En bas, dans le Forum, on rencontre le public le plus hétérogène (ce qui ne signifie pas qu’on y trouve « n’importe qui », comme on l’entend dire souvent ; simplement le public est là à son maximum de diversité) A mi-hauteur, à la bibliothèque, les étudiants occupent la première place tandis que parmi les autres usagers les classes moyennes sont bien représentées. En haut, au Musée national d’art moderne et dans les grandes expositions, les membres des classes dominantes sans être majoritaires atteignent leur score le plus élevé13.

42En réalité, la boutade n’est pas tout à fait exacte puisque l’on retrouve au sommet, sur les terrasses panoramiques, le même public que dans le Forum du rez-de-chaussée. L’architecture du bâtiment est totalement structurée par son axe ascendant/descendant, l’escalator.

43Cette surdétermination de l’espace a deux effets : le premier, c’est de favoriser la visite pour le haut, pour la vue ; le second, plus inattendu, est de favoriser la visite par le haut : nombre de personnes, surtout quand il s’agit d’une première visite, commencent leur découverte du Centre en gravissant d’une traite tous les étages ; ensuite seulement ils entament leur exploration des expositions, du musée ou de la bibliothèque en redescendant au fil des étages.

44L’espace de Beaubourg reste, malgré les apparences, un espace social fortement stratifié.

2. Le niveau de scolarisation

45Les caractéristiques culturelles des visiteurs de la bibliothèque ne se laissent pas plus facilement saisir que ses caractéristiques socio-économiques. Nous tenterons d’en passer en revue les différentes composantes, mais l’une d’entre elles apparaît d’ores et déjà comme déterminante : le niveau de scolarisation.

  • 14 Cf. en annexe tableau 10.

46La BPI est ouverte à tous, mais elle ne touche pas pour autant tout le monde. Presque tous ses utilisateurs sont bacheliers. Précisons : 83 % du public de la bibliothèque possède un diplôme égal ou supérieur au baccalauréat, alors que dans la population française ce taux n’atteint que 22 %14. L’écart est considérable, de l’ordre de un à quatre.

47On ne saurait imputer cet écart aux seuls étudiants. Il est exact que, majoritaires dans le public, et ayant par définition achevé avec succès leurs études secondaires, ils pèsent fortement sur la moyenne. Mais les autres, ceux qui ont terminé depuis longtemps leur cursus scolaire, n’en sont pas moins confortablement pourvus de diplômes. Parmi eux on trouve encore près de 75 % de bacheliers, dont 56,5 % ne se sont pas arrêtés en si bon chemin et ont fait des études supérieures.

48Le public de la BPI est donc « sur-diplômé ». Le terme doit être pris ici en évitant un contresens courant : il ne signifie pas que la majorité des utilisateurs de la bibliothèque a fait des études très longues (cinq au-delà du bac ou plus), mais que la moyenne des niveaux d’étude est très supérieure à la moyenne française.

  • 15 Enquête sur l’expérience et l’image des bibliothèques municipales, op. cit.

49La situation n’est pas propre à la PBI ; elle se retrouve dans la plupart des équipements culturels y compris, quoique à un degré moindre, dans les autres bibliothèques de lecture publique15.

50Poussons maintenant l’analyse, et rapprochons niveau de scolarisation et catégorie socio-professionnelle. La corrélation entre les deux est, on s’en doute, assez forte : plus le niveau social des visiteurs est élevé, plus grande est la probabilité qu’ils aient fait des études longues.

  • 16 Cf. en annexe tableau 10.

51L’intérêt de ce rapprochement est ailleurs ; il est dans le caractère sensiblement décalé vers le haut de la corrélation : une proportion importante de cadres moyens ou de techniciens ont fait des études supérieures longues, et un nombre non négligeable d’employés et d’ouvriers possèdent le baccalauréat, voire même un diplôme plus élevé16.

52On peut faire l’hypothèse que la Bibliothèque publique d’information attire plus particulièrement une population qui se trouve en situation de déclassement social relatif. Surdiplômée par rapport à la place qu’elle occupe, ou sous-insérée par rapport aux diplômes qu’elle possède, comme on voudra, cette population tend d’autant plus à transférer ses stratégies de valorisation et ses recherches de gratification sur le champ culturel qu’elle n’est pas reconnue autant que ses études lui permettaient de l’espérer dans le champ professionnel et économique.

53Tout dans l’évolution actuelle de la société française (multiplication des diplômes, allongement de la durée des études sans que les chances d’insertion professionnelle à un niveau plus élevé augmentent pour autant) laisse à penser que ce type de phénomène, qui profite aussi à la fréquentation d’autres équipements culturels, ira en se développant.

3. Les habitudes culturelles

54La variation des pratiques culturelles selon les milieux sociaux ou le niveau de scolarisation ne joue pas de manière aussi déterministe et univoque qu’une interprétation littérale des chiffres pourrait le laisser croire. Pour prendre deux cas extrêmes, il n’est pas indifférent de savoir si les ouvriers qui constituent la minorité du public de Beaubourg sont les mêmes que ceux qui constituent la minorité du public d’autres équipements culturels, auquel cas on peut paradoxalement parler de reconduction culturelle alors même que l’on touche un public populaire ; ou si parmi les cadres supérieurs que l’on rencontre à la BPI il en est qui jusqu’ici n’ouvraient jamais un livre, auquel cas on peut paradoxalement parler d’élargissement culturel alors même que l’on touche un public favorisé.

55Pour faire cette analyse, il faut introduire ici d’autres éléments constitutifs du capital culturel des individus. Nous avons donc incorporé à l’enquête des questions portant sur les pratiques habituelles d’achat et de lecture de livres et de presse, ou d’écoute de disques, c’est-à-dire de biens culturels homologues à ceux qu’on trouve à la BPI ; sur la fréquentation des musées, des monuments historiques et des expositions, c’est-à-dire d’équipements culturels homologues au Centre Pompidou ; sur l’écoute de la télévision, c’est-à-dire d’un média généralement considéré comme concurrent de la lecture ou de la sortie culturelle ; et enfin sur la fréquentation d’autres bibliothèques.

56Si l’on se réfère aux moyennes nationales, il y a manifestement de la part de notre public une sur-consommation de biens et de services culturels. Se trouve confirmée ici la tendance bien connue au cumul des pratiques culturelles : les individus sont portés à diversifier d’autant plus leurs consommations cuturelles qu’ils en effectuent déjà beaucoup. La pratique entraîne la pratique.

  • 17 Cf. en annexe tableau 13.

57Comparons les « scores » du public de la BPI à ceux de l’ensemble de la population française17 : les usagers de la Bibliothèque publique d’information sont de plus gros lecteurs de livres que la moyenne des français. Ils en sont également de plus gros acheteurs, ce qui confirme une fois de plus que la pratique des bibliothèques n’entre pas en concurrence avec la fréquentation des librairies, mais bien au contraire que les deux types d’approvisionnement en livres — marchand et non-marchand — se renforcent mutuellement. Ils sont enfin des auditeurs de musique plus fervents, des spectateurs plus assidus dans les salles obscures, et des habitués des équipements culturels.

58Finalement, ils ne sont en retrait que sur un seul point : l’écoute de la télévision. Mais cette réserve ne doit pas être interprétée trop vite comme un refus :

    • 18 Cf. les enquêtes du Centre d’études d’opinion (Médiamétrie).

    elle reflète un effet de génération tout à fait classique : la majorité du public de la BPI a entre 18 et 25 ans ; or c’est à cet âge que, dans tous les milieux, la consommation de la télévision est la plus faible. Provisoirement, car elle était plus forte avant, et elle le redeviendra après18 ;

    • 19 20 % seulement ne la regardent jamais.

    d’autre part, elle traduit une consommation plus sélective : la télévision reste très présente dans les pratiques de notre public19 ; c’est son écoute systématique, c’est-à-dire tous les jours, qui est rejetée.

59Sachant qu’étudiants et élèves ont de façon générale des comportements de sur-consommation, l’ »activisme » culturel de notre public pourrait n’être que le reflet statistique de l’activisme propre à sa fraction la plus nombreuse.

60Le rapprochement de la catégorie socio-professionnelle et des questions sur les pratiques culturelles montre qu’il n’en est rien. Toutes les catégories de public ont des taux de consommation culturelle supérieurs à la moyenne. Mais en même temps, nos visiteurs sont inégalement représentatifs des pratiques de leur milieu d’origine.

61Rentrons un peu dans le détail car l’analyse est complexe : nous connaissons, par l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, les taux de consommation des principaux biens culturels (livres, disques, cinéma, musées, etc.) par chaque catégorie sociale. En gros, ils augmentent avec le niveau socio-économique. Nous connaissons aussi, par notre enquête, les taux de consommation correspondants des visiteurs de la BPI selon leur catégorie sociale. Ils sont plus forts que les premiers, et ils augmentent eux aussi avec le niveau socio-économique. Mais ils n’augmentent pas dans les mêmes proportions : à un extrême, les cadres supérieurs qui fréquentent la BPI ont des pratiques culturelles assez proches des pratiques des autres cadres supérieurs (91 % lisent plus d’un livre par mois contre 74,5 % en moyenne). A l’autre extrême, les ouvriers qui fréquentent la BPI ont des pratiques culturelles sensiblement différentes de celles des autres ouvriers (78 % lisent plus d’un livre par mois contre 37,5 % en moyenne).

Graphique 4 : Ecart des pratiques de lecture par catégorie sociale, dans le public de la bibliothèque et dans la population française.

Graphique 4 : Ecart des pratiques de lecture par catégorie sociale, dans le public de la bibliothèque et dans la population française.

62L’écart entre les pratiques du public et celles de la moyenne des Français se creuse de plus en plus quand on va vers les catégories les plus populaires. Nous l’avons Figuré graphiquement pour la lecture des livres, mais il s’agit d’une loi générale qui vaut aussi bien pour la lecture des revues, la fréquentation du cinéma, des monuments historiques, des musées, etc.

  • 20 J.C. Passeron, M. Grumbach et al. : l’œil à la page, enquête sur les images et les bibliothèques, P (...)

63La sur-pratique culturelle du public de la BPI n’est pas qu’un effet de la sur-représentation en son sein des catégories sociales les plus pratiquantes. Il est renforcé par la sur-représentation des plus actifs parmi les membres des catégories sociales les moins pratiquantes. D’une certaine manière, nos visiteurs sont d’autant moins représentatifs des comportements culturels de leur milieu d’origine qu’ils appartiennent à des catégories sociales plus populaires. Comme le dit J.C. Passeron, qui parle de « sur-sélection relative » des visiteurs des classes populaires, « il faut des propensions plus intenses ou un profil culturel particulier pour se retrouver là où ne mènent pas les pentes et les frayages les plus forts » de son groupe social20.

64Et les autres bibliothèques ? Il est essentiel pour nous de savoir si le public de la BPI les fréquente conjointement, ou si nous avons affaire à un public différent, voire à un « nouveau public ».

65Dans l’ensemble, nos visiteurs sont déjà familiers de ce type d’établissement culturel : 46 % y vont fréquemment et 21 % occasionnellement, soit au total près des trois quarts du public de la BPI. Seuls un peu plus d’un sur quatre restent totalement en dehors du circuit des bibliothèques.

66Toutes les bibliothèques n’ont pas le même pouvoir d’attraction. La fréquentation de certaines se combine plus facilement que d’autres avec la fréquentation de la BPI :

67Compte tenu de la proportion élevée d’étudiants et d’élèves dans notre public, la duplication entre les bibliothèques universitaires et scolaires d’une part, et la BPI d’autre part, n’est pas surprenante. Est-ce à dire pour autant qu’elle était prévisible ? On pourrait tout aussi bien imaginer une BPI fréquentée par des étudiants qui délaisseraient pour elle leur bibliothèque universitaire, qu’une BPI utilisée par les étudiants concurremment à celle de leur faculté.

68C’est la deuxième hypothèse qui se révèle finalement la bonne : six étudiants et élèves sur dix qui fréquentent la BPI continuent à fréquenter leur bibliothèque d’établissement, profitant conjointement des spécificités de chacune, tandis qu’une minorité importante (quatre étudiants et élèves sur dix) a fait de la BPI son seul terrain de chasse aux documents.

  • 21 76 % des cadres supérieurs et 62 % des cadres moyens vont aussi dans d’autres bibliothèques ; 49 % (...)

69La familiarité que les visiteurs non-étudiants entretiennent avec les bibliothèques — il s’agit alors principalement de bibliothèques de lecture publique — varie considérablement d’un groupe social à un autre. Parmi les visiteurs des classes favorisées, c’est la pratique de complémentarité qui domine ; parmi les visiteurs des classes populaires, c’est au contraire la pratique d’exclusivité qui l’emporte21. Il y a sans doute parmi ces exclusifs des personnes qui utilisaient une autre bibliothèque auparavant et l’ont abandonnée au profit de celle-ci ; il s’agit alors d’une pratique de substitution. Mais même s’il ne s’agit pas pour tous d’une découverte du monde des bibliothèques, il est évident que la bibliothèque du Centre Pompidou étend le champ de la lecture publique à des lecteurs qui ne lui étaient pas acquis.

Notes

1 P. Bourdieu : « Les trois états du capital culturel », in Actes de la recherche en sciences sociales, novembre 1979.

2 On trouvera en annexe un tableau complet (tableau 6) de la répartition socio-professionnelle du public, qui permet une analyse plus fine de chaque catégorie et la comparaison avec d’autres enquêtes établies sur la base de nomenclatures différentes.

3 Couches intellectuelles des classes moyennes et dominantes. Total : 8,6 %

4 Cf. en annexe tableau 21.

5 Cf. en annexe tableau 9.

6 Cf. en annexe tableau 10.

7 5,6 % seulement des français exerçant une activité professionnelle selon le dernier recensement général de la population.

8 P. Bourdieu : La distinction, critique sociale du jugement. Paris : éditions de Minuit, 1979. — 670 p.

9 Pourcentage rapporté à la population âgée de 15 ans et plus.

10 Cf. en annexe tableau 21.

11 Cf. en annexe tableau 7.

12 Cf. en annexe tableau 8.

13 Enquête générale de fréquentation du Centre Pompidou, 1983, op. cit.

14 Cf. en annexe tableau 10.

15 Enquête sur l’expérience et l’image des bibliothèques municipales, op. cit.

16 Cf. en annexe tableau 10.

17 Cf. en annexe tableau 13.

18 Cf. les enquêtes du Centre d’études d’opinion (Médiamétrie).

19 20 % seulement ne la regardent jamais.

20 J.C. Passeron, M. Grumbach et al. : l’œil à la page, enquête sur les images et les bibliothèques, Paris : BPI, 1985. 345 p.

21 76 % des cadres supérieurs et 62 % des cadres moyens vont aussi dans d’autres bibliothèques ; 49 % des employés et 65 % des ouvriers ne vont qu’à la BPI.

Table des illustrations

Titre Tableau A : composition sociale du public de la bibliothèque3.
Légende Note 204
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphique 4 : Ecart des pratiques de lecture par catégorie sociale, dans le public de la bibliothèque et dans la population française.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access