Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Le public : ouverture à tous et différenciation sociale

Chapitre I : la foule au singulier

Texte intégral

1. Une pyramide des âges originale

1Partons du phénomène qui frappe immédiatement l’observateur, même non averti, et ne requiert apparemment ni le sociologue ni sa batterie compliquée de questionnaires et d’échantillons pour être diagnostiqué : la jeunesse du public. Studieux ou baladeurs, seuls ou en groupe, garçons ou filles, les jeunes sont partout à la bibliothèque, dans les expositions, sur l’escalator... Mais de quels jeunes s’agit-il ? et puisqu’ils n’occupent tout de même pas la totalité du terrain, qui sont les autres visiteurs ?

  • 1 Nous avons rejeté en annexe autant que faire se peut les tableaux de données et les développements (...)

2La pyramide des âges du public de la bibliothèque présente une allure tout à fait originale, et totalement déséquilibrée par rapport à la structure de référence que constitue la pyramide des âges de l’ensemble de la population française : une classe d’âge occupe à elle seule une place dominante, les 20-24 ans ; au-delà, les effectifs chutent dans des proportions considérables. Quant à l’âge moyen, il s’établit à 27 ans1.

3Au total, plus de la moitié du public a moins de 25 ans (52 %), et près des trois-quarts moins de 30 ans (74,5 %). Chacun placera la barre de la jeunesse où il le veut...

4Cette forte concentration du public sur une génération n’exclut pas la présence des extrêmes. Il n’est pas rare de rencontrer des nourrissons — accompagnés il est vrai — à la Bibliothèque publique d’information ; et le visiteur le plus âgé que nous ayons interrogé lors de l’enquête avait 91 ans. Reste que la place extrêmement réduite occupée par les plus de 60 ans (2 % du public) fait problème. Pour mieux comprendre ce qui se passe à la BPI, ou plutôt qui n’y passe pas, voyons ce qu’il en est ailleurs.

  • 2 Source : Pratiques culturelles des Français. Enquête du ministère de la Culture. — Paris : Dalloz 1 (...)
  • 3 Source : L’expérience et l’image des bibliothèques municipales. — ARCmc, ministère de la Culture, S (...)

5De manière générale, la fréquentation des équipements culturels (musées, monuments historiques, salles des spectacles, maisons de la culture, etc.) diminue avec l’âge, pour atteindre son minimum au-delà de 60 ans, les personnes les plus âgées ayant tout naturellement tendance à privilégier les loisirs à l’intérieur du domicile (lecture, télévision, etc.) plutôt qu’à l’extérieur2. Jusque là, rien que de très évident : sauf que ce sont les bibliothèques qui résistent généralement le mieux à ce mouvement : sur 100 inscrits en bibliothèque municipale, on compte en moyenne 20 % de lecteurs de plus de 60 ans3.

Graphique 1 : pyramide des âges du public de la bibliothèque.

Graphique 1 : pyramide des âges du public de la bibliothèque.
  • 4 Source : N. Heinich : Enquête générale de fréquentation du Centre Pompidou. 1983, 105 p.

6Les chiffres relevés à la BPI sont donc très différents. En réalité, ils sont proches non pas de ceux des autres bibliothèques, mais de ceux du reste du Centre Pompidou ; on rencontre à Beaubourg seulement 4 % de visiteurs de plus de 60 ans4.

7La sur-représentation des jeunes est typiquement un « effet BPI » ; elle s’explique par l’usage prépondérant que font les étudiants de cette bibliothèque comme bibliothèque universitaire. Par contre la sous-représentation des plus âgés est essentiellement un « effet Beaubourg ». Elle ne tient pas tant à la spécificité de cette bibliothèque qu’à sa présence dans l’ensemble du Centre Pompidou.

8Le Centre suscite de la part de beaucoup une réticence certaine. On pense bien sûr à la réticence vis-à vis d’une architecture dont la modernité peut être vécue comme une agression. Il ne s’agit pas d’une simple affaire de « goût » ; après tout, chez d’autres la même réticence provoque la curiosité. Il y a en fait pour les plus âgés une impossibilité à prendre ses repères, à rapporter l’expérience pratique de cet espace à l’expérience familière d’autres espaces. Réticence aussi vis-à-vis de la foule, de la présence incontrôlable des autres visiteurs.

2. Une fréquentation plus masculine que féminine

9La répartition par sexe réserve elle aussi des surprises : on compte 58,5 % d’hommes et seulement 40,5 % de femmes parmi les visiteurs de la Bibliothèque publique d’information, soit une sur-représentation masculine (ou une sous- représentation féminine comme on voudra) tout à fait considérable.

10Pour tenter de comprendre quelle en est l’origine, il faut sortir de l’approche réductrice qui consiste à considérer globalement « les femmes » comme s’il existait une sorte de téléologie sexuelle qui jouerait indifféremment pour toutes, quel que soit leur statut social, mais analyser plus précisément les principes de variation des conduites.

  • 5 Cf. en annexe tableau 11.

11Première distinction : selon la structure du public. Les étrangers y sont relativement nombreux, du moins les étrangers résidant de manière permanente en France (30 %). Or on sait qu’il s’agit, dans l’ensemble, d’une population à prépondérance masculine. Le rapprochement avec les données du recensement général de la population révèle que le public étranger de la BPI ne fait que refléter, dans sa composition démographique, le structure par sexe de la population étrangère de la région parisienne5. La bibliothèque reproduit une situation de fait, mais sans l’accentuer d’aucune manière. Le poids des étrangers ne suffit cependant pas à expliquer la totalité de l’écart entre les hommes et les femmes, même s’il pèse fortement sur les statistiques de fréquentation. La disproportion existe aussi chez les visiteurs français.

12Poussons donc plus loin l’analyse, et pour cela revenons à notre pyramide des âges. Outre son allure générale disproportionnée, elle présente un autre déséquilibre curieux, qu’on ne remarquait pas au premier abord : la place relative occupée par les hommes et les femmes varie sensiblement selon les générations.

13Chez les plus jeunes, les filles sont plus nombreuses que les garçons ; puis, chez les 20-24 ans, les uns et les autres s’équilibrent ; ce n’est qu’au-delà de 25 ans que la prépondérance masculine devient très forte, pour ne plus se démentir tout au long de l’échelle des âges. La tendance à la masculinisation (si l’on peut s’exprimer ainsi) de la fréquentation est donc progressive, et le déséquilibre des effectifs imputable à la seule fraction « adulte » de la population.

14La localisation précise de l’écart nous permet donc de proposer maintenant trois séries d’hypothèses. Les premières sont propres à la nature même de la Bibliothèque publique d’information ; les secondes sont imputables au Centre Pompidou dans son ensemble : les troisièmes relèvent du rapport global qu’entretiennent les femmes aux activités culturelles.

  • 6 Enquête sur l’expérience et l’image des bibliothèques municipales. Op. cit.

15• Comparons la situation de la BPI à la situation d’autres établissements culturels appartenant à la même « famille ». Nous avions déjà fait le même exercice à propos de l’âge. Là aussi, il faut bien constater une différence entre les scores de la Bibliothèque publique d’information et les scores des autres bibliothèques ; plus qu’une différence même, une contradiction. Dans les bibliothèques municipales, les proportions d’hommes et de femmes sont exactement inverses : 38 % d’hommes et 62 % de femmes6.

  • 7 Pratiques culturelles des Français. Op. cit.

16Cette prépondérance des femmes en bibliothèque municipale ne saurait être attribuée, comme on le croit souvent, à une pratique générale plus importante de la lecture chez les femmes que chez les hommes. Les enquêtes nationales réalisées récemment montrent que les différences de taux de la lecture entre les sexes sont relativement faibles7. De toutes façons, resterait à expliquer pourquoi la BPI ne reflèterait pas un phénomène que les bibliothèques municipales de leur côté répercuteraient.

  • 8 F. Porto-Vasquez, « La circulation des livres : sociabilité et sources d’approvisionnement ». dans (...)
  • 9 Pratiques culturelles des Français. Op. cit.

17C’est que dans les autres bibliothèques peuvent s’exprimer non seulement des pratiques de lecture, mais des pratiques d’approvisionnement ; pratiques qui sont la transposition, sur le terrain culturel, du rôle prépondérant rempli par les femmes dans l’approvisionnement du foyer ou du réseau de sociabilité en biens et services de la vie quotidienne. Le livre emprunté en bibliothèque est souvent emprunté pour d’autres que soi, et prêté à nouveau à des membres de la famille ou à des amis proches8. Rappelons aussi, pour rester dans le domaine du livre, qu’à taux de lecture égal les femmes achètent plus de livres que les hommes, en prêtent plus volontiers, et en empruntent plus souvent9.

18Or la Bibliothèque publique d’information est un lieu où l’on ne peut emprunter, ni pour soi, ni pour les autres. L’utilisateur de la BPI est le seul bénéficiaire direct des ouvrages qu’il a sélectionnés ; il ne peut que très difficilement diffuser à l’extérieur les documents consultés (photocopies, prise de notes). L’obligation de lire sur place interdit d’approvisionner d’autres personnes, ou d’irriguer d’autres lieux.

  • 10 Enquête réalisée par Cl. Fourteau, et N. Heinich auprès des correspondants du Centre Pompidou (docu (...)

19Un élément extérieur à la BPI conforte à contrario cette hypothèse de l’approvisionnement : il existe au Centre Pompidou des « correspondants ». Ce sont des personnes qui parviennent à faire acheter à un nombre suffisant d’amis ou de relations (au moins 10) une carte d’adhérent au Centre. Elles font partie de ce fait d’un petit cercle d’interlocuteurs privilégiés du Centre et ont droit à un certain nombre d’avantages ou d’informations particuliers. Or parmi ces correspondants, approvisionneurs s’il en est de leur foyer et de leurs amis, on compte cette fois une nette majorité de femmes10.

  • 11 Enquête générale de fréquentation, op. cit., et tableau 3 en annexe.

20• La sous-représentation des femmes dans le public n’est pas un phénomène propre à la bibliothèque. Il se répète, à des degrés divers, dans l’ensemble des espaces du Centre : au musée (43 % contre 57 %) comme dans les grandes expositions (42 % contre 58 %), dans les espaces communs (forum : 39 % contre 61 %), comme dans les espaces plus spécialisés (salle d’actualité : 27 % contre 73 %)11.

21Avant même que d’être un équipement culturel proposant des activités particulières le Centre Pompidou est d’abord un espace public à haute fréquentation. Ce n’est pas seulement un lieu d’exposition, c’est un lieu où l’on s’expose. Lieu ouvert, permissif, encombré, il est vécu par certaines comme un endroit incontrôlable, et surtout imprévisible. La meilleure preuve en est que les femmes qui fréquentent Beaubourg sont moins nombreuses à venir seules que les hommes, et plus nombreuses à venir accompagnées.

  • 12 J.F. Barbier-Bouvet : Le lien et le lieu : consultation à distance et consultation sur place à la B (...)
  • 13 Laurence Bardin : Images et usages de téléphone. DGT, 1979. — 171 p.

22Là aussi un élément conforte à contrario cette hypothèse : la BPI propose un service de réponses par téléphone, libre et gratuit, qui permet d’obtenir directement des renseignements ou des références dans tous les domaines. Alors que l’accès localisé à la bibliothèque est principalement masculin, son accès médiatisé (l’appel téléphonique) est principalement féminin (68 % des appels émanent de femmes, contre 32 % d’hommes) ; cela quelle que soit la raison de l’appel — professionnel, personnel, scolaire, etc — et le statut social de l’appelant12. On peut voir là un effet de la relation téléphonique, qui dispense de l’obligation de déplacement, c’est-à-dire finalement de l’obligation de partager en public sa pratique. L’appréhension devant l’inconnu ou l’immaîtrisable est contournée. Le téléphone permet d’accéder sans risque à un territoire téléphonique qui dépasse les limites des zones qui vous sont familières. Il créé une bulle protectrice où on est ici tout en étant ailleurs13.

23• Parmi les femmes qui fréquentent la Bibliothèque publique d’information, les inactives (au sens que les statisticiens donnent à ce terme : celles qui n’excercent pas d’activité professionnelle rémunérée) sont proportionnellement les plus mal représentées. Le phénomène cette fois n’est plus propre à la BPI, ni même au Centre Pompidou (encore qu’on constate dans les autres départements du Centre une situation analogue) mais bien à un certain nombre d’équipements d’action culturelle. Les conditions de l’insertion socio-économique sont ici déterminantes, et les lois d’accumulation des pratiques jouent dans les deux sens : on sait que, de manière générale, tout retrait entraîne d’autres retraits ; à l’inverse chaque pratique tend à être le support de toutes les autres, du fait d’une meilleure information, d’une plus grande initiative, d’un réseau étendu de relations, etc. Paradoxalement, ce sont les personnes les plus insérées dans les activités sociales et économiques et non pas les plus disponibles, qui ajoutent le plus volontiers de nouvelles activités à celles qu’elles avaient déjà.

3. L’attraction territoriale

24La Bibliothèque publique d’information se voit souvent reprocher son implantation. C’est un établissement culturel de plus, dans une ville qui en compte déjà une forte concentration. Nous n’entrerons pas dans la querelle de savoir si la création de la BPI s’est faite au détriment des bibliothèques de province, en des arbitrages budgétaires où tout ce qui est donné à l’un est pris à l’autre, ou s’il s’agit d’un effort supplémentaire qui s’est ajouté aux autres sans leur porter ombrage. Nous nous intéresserons plutôt au public qu’elle touche. S’agit-il essentiellement de parisiens, ou son audience s’étend-elle au-delà, jusqu’à la banlieue, la province, ou l’étranger ? Pour parler un langage « culturel » quel est son rayonnement ; et pour parler un langage commercial » quelle est sa zone de chalandise ?

  • 14 Recensement général de la population 1982.

25Plus de la moitié des utilisateurs de la bibliothèque (54 %) habitent Paris intra-muros (cf. graphique 2). Parmi eux, 7 % viennent des arrondissements contigus au Centre Pompidou (1er, 2e, 3e et 4e arrondissements). Le poids de la fréquentation de voisinage n’est faible qu’en apparence, si l’on veut bien se souvenir que ces mêmes arrondissements ne regroupent en fait, selon le dernier recensement, qu’un parisien sur 2014 alors qu’ici ils représentent un visiteur parisien sur 8. Il y a donc bien un effet « équipement de quartier ».

Graphique 2 : potentiel d’attraction géographique de la bibliothèque.

Graphique 2 : potentiel d’attraction géographique de la bibliothèque.

26La banlieue parisienne, pour sa part, fournit un nombre très élevé d’utilisateurs : près de 30 %. La Bibliothèque publique d’information joue manifestement le rôle d’un équipement régional, favorisé en cela par son exceptionnelle desserte en moyens de transport. Favorisé mais non provoqué : il existe de nombreux équipements culturels dans Paris, tout aussi bien desservis, qui ne connaissent pas le même rayonnement géographique.

  • 15 Dans l’ensemble du public du Centre, on compte 35 % d’étrangers de passage, 17 % de provinciaux, 14 (...)

27Quant au public de passage, il représente finalement une part très faible de la fréquentation : 10 % de provinciaux dont le nombre sont en fait des habitués fréquentant la Bibliothèque du Centre Pompidou à l’occasion de leurs déplacements à Paris, et 6,5 % de visiteurs résidant à l’étranger. Ces fameux touristes dont on parle tant à propos de Beaubourg, se révèlent être finalement moins nombreux à l’intérieur du bâtiment qu’à l’extérieur, et à l’intérieur de la Bibliothèque publique d’information qu’à l’intérieur des autres départements du Centre Pompidou, (Musée d’art moderne, grandes expositions)15.

28Au total, le public de la Bibliothèque publique d’information ne se réduit à aucune des images univoques que l’on se plaît généralement à en donner. Equipement culturel parisien dont les parisiens ne représentent que la moitié des entrées, la BPI est tout à la fois un équipement de quartier, un équipement de ville et un équipement régional. Tout en demeurant un pôle d’attraction national et international.

4. Français et étrangers

29Résidence et nationalité ne se confondent pas. La Bibliothèque publique d’information compte dans son public une proportion très importante d’étrangers : 34,5 %, soit plus du tiers des entrées. Etrangers par le passeport, mais non par le domicile : la plupart d’entre eux (29 %) résident en réalité de manière permanente en France ; seuls 5,5 % habitent effectivement à l’étranger.

30Cette répartition contredit une première affirmation courante, qui voit dans tout étranger rencontré à la bibliothèque un touriste en visite. Ce qui est souvent vrai pour le Centre Pompidou l’est rarement pour la BPI.

31Par contre, elle semble confirmer une seconde affirmation, tout aussi courante : la Bibliothèque publique d’information attirerait un nombre important de travailleurs immigrés, étrangers résidant en France s’il en fut. Et d’invoquer ici à nouveau le caractère permissif et démocratique des conditions d’accès : gratuité, ouverture en dehors des heures de travail, etc.

32La vérification sociologique donne malheureusement des résultats tout autres. En regroupant nationalité, résidence, et catégorie socio-professionnelle, on découvre que la plupart de ces étrangers domiciliés sont tout simplement des étudiants étrangers poursuivant leurs études en France. C’est-à-dire des gens qui, même si certains d’entre eux connaissent des difficultés financières passagères, sont pour la plupart issus de catégories sociales favorisées dans leur pays d’origine. Quant aux non-étudiants, il s’agit plus souvent d’ingénieurs, de commerçants, de professeurs, etc. que de « travailleurs immigrés ». Si on définit comme tels, en toute rigueur, les personnes qui résident de manière permanente en France et occupent des emplois d’ouvrier, de personnel de service ou d’employé, on n’en compte que 2 % parmi les utilisateurs de la bibliothèque.

Graphique 3 : Répartition du public de la bibliothèque par nationalité, résidence et catégorie sociale.

Graphique 3 : Répartition du public de la bibliothèque par nationalité, résidence et catégorie sociale.
  • 16 dont 1 % résident à l’étranger

Note 1716

33Nous reviendrons plus loin longuement sur les raisons de l’inégale fréquentation de la bibliothèque, comme de l’ensemble du Centre Pompidou, par les différentes catégories sociales. Mais on peut d’ores et déjà se poser ici la question du décalage manifeste qui existe entre ce qu’on entend généralement dire sur Beaubourg et la réalité des situations observées : les travailleurs immigrés, dont on invoque souvent la présence comme la manifestation évidente d’une démocratisation du public culturel, occupent dans les commentaires sur le Centre Pompidou une place tout à fait disproportionnée par rapport à celle qu’ils occupent dans les statistiques de fréquentation.

34Il faut voir là la conjontion — loin d’être fortuite — entre un effet de perception et un effet de discours.

35Effet de perception. Le phénomène est classique en psychologie. Il est fondé sur la visibilité différentielle des visiteurs. Certaines catégories de public sont d’autant plus repérables qu’elles tranchent extérieurement, par leur différence d’aspect ou par leur différence de comportement, avec la majorité des autres personnes présentes. Paradoxalement plus elles tranchent, donc plus elles sont minoritaires quantitativement et différentes qualitativement, plus elles tendent à occuper l’essentiel de l’attention, au détriment des catégories du public les plus nombreuses et les plus « conformes ».

36Effet de discours : les mécanismes de la perception sélective sont d’autant plus prégnants, et alimentent d’autant plus abondamment la sociologie spontanée qui fleurit sur le Centre Pompidou, qu’ils rencontrent un discours de principe abondamment répandu (ici : l’accès de tous à la culture) : ils fournissent au public des évidences propres à conforter ce qu’il entend affirmer partout, et ils fournissent à l’institution des éléments propres à alimenter les bilans et les célébrations.

Notes

1 Nous avons rejeté en annexe autant que faire se peut les tableaux de données et les développements méthodologiques, privilégiant l’analyse et le commentaire dans le corps du texte. Nous espérons éviter ainsi le reproche qu’Henri Poincaré faisait aux sciences humaines : être plus bavardes sur leurs méthodes que sur leurs résultats... Reste qu’un résultat ne vaut que s’il est rapporté à la manière dont il a été obtenu. Nous ne saurions donc trop recommander au lecteur de ne pas nous croire sur parole et de se reporter aux annexes ou, s’il souhaite plus de précisions encore, à l’étude intégrale comprenant l’ensemble des tableaux statistiques. Cette étude est disponible sur les rayons de la BPI.

2 Source : Pratiques culturelles des Français. Enquête du ministère de la Culture. — Paris : Dalloz 1982. — 438 p.

3 Source : L’expérience et l’image des bibliothèques municipales. — ARCmc, ministère de la Culture, Service des études et de la recherche. — 1980. — 273 p.

4 Source : N. Heinich : Enquête générale de fréquentation du Centre Pompidou. 1983, 105 p.

5 Cf. en annexe tableau 11.

6 Enquête sur l’expérience et l’image des bibliothèques municipales. Op. cit.

7 Pratiques culturelles des Français. Op. cit.

8 F. Porto-Vasquez, « La circulation des livres : sociabilité et sources d’approvisionnement ». dans Trois études sur la lecture. — Paris : Gides, 1981. —

9 Pratiques culturelles des Français. Op. cit.

10 Enquête réalisée par Cl. Fourteau, et N. Heinich auprès des correspondants du Centre Pompidou (document interne).

11 Enquête générale de fréquentation, op. cit., et tableau 3 en annexe.

12 J.F. Barbier-Bouvet : Le lien et le lieu : consultation à distance et consultation sur place à la BPI. — Paris : BPI, 1980. — 115 p.

13 Laurence Bardin : Images et usages de téléphone. DGT, 1979. — 171 p.

14 Recensement général de la population 1982.

15 Dans l’ensemble du public du Centre, on compte 35 % d’étrangers de passage, 17 % de provinciaux, 14,5 % d’habitants de la banlieue et 33,5 % des parisiens (chiffres redressés). Cf. tableau 3 en annexe.

16 dont 1 % résident à l’étranger

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : pyramide des âges du public de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 2 : potentiel d’attraction géographique de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 3 : Répartition du public de la bibliothèque par nationalité, résidence et catégorie sociale.
Légende Note 1716
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access