Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Première partie. Le public : ouverture à tous et différenciation sociale

Introduction

Texte intégral

1De toutes les grandes idées qui ont traversé depuis des décennies l’action culturelle, celle de l’élargissement des publics est certainement le plus vivace.

2Elle a pu prendre selon les périodes, et aussi selon la position institutionnelle de ceux qui l’exprimaient, des formes diverses. On en distinguera rapidement trois.

  • 1 Cf. la phrase célèbre d’André Malraux à propos de la diffusion d’une pièce d’Eschyle à la télévisi (...)

3— Le discours de l’efficacité culturelle. Il mesure le succès à l’aune des entrées. Les chiffres, de préférence pourvus d’un nombre respectable de zéros, lui sont l’indicateur tangible de la réussite, et la queue à la porte, la manifestation objective d’une rencontre avec les aspirations de la population. Ce discours s’investit aussi beaucoup sur la télévision, dont on attend une multiplication de l’audience des œuvres culturelles1.

4— Le discours de la démocratisation culturelle. Pour lui importe d’abord non le combien mais le qui, non le quantitatif mais le qualitatif. L’essentiel est de faire accéder aux œuvres ou aux établissements culturels ceux-là mêmes qui en étaient éloignés jusque-là (on citera alors généralement les ouvriers, ou les classes populaires, ou les gens de faible niveau d’étude, etc.). Un néologisme fut même forgé pour les besoins de la cause — et Dieu sait si la cause n’avait pas besoin de ça — : le non-public.

5Ce discours n’est d’ailleurs pas exclusivement un discours militant ou de promotion sociale. Il en existe une variante « réaliste » qui, à défaut de toucher tout le monde, se satisferait de toucher un microcosme du monde, un public où chaque fraction du corps social occuperait la place relative qui est la sienne dans l’ensemble de la population.

6— Le discours de la transmission culturelle enfin : élargissement non pas tant du public que de ses centres d’intérêt, multiplication non pas de la fréquentation mais des acquisitions (la compréhension, la mémorisation, la connaissance, etc.). Discours qualitatif lui aussi, comme le second, mais qui n’est plus d’ordre missionnaire, mais d’ordre messianique ; il y aurait des œuvres de qualité et d’autres médiocres, des niveaux supérieurs d’émotion ou de connaissance et de plus quelconques, et il s’agit de privilégier les premiers sur les seconds.

7Les enquêtes qui sont menées depuis de nombreuses années sur le public des musées, des monuments historiques, des maisons de la culture ou des bibliothèques, incitent à une certaine modestie : toutes constatent, à des degrés divers, l’écart considérable qui existe entre les catégories sociales (au sens large : classes d’âges, groupes professionnels, niveaux de scolarisation, etc.) qui fréquentent les équipements culturels et celles qui ne les fréquentent pas.

8Beaubourg, avec ses foules composites et ses files d’attente présente en comparaison des allures d’utopie réalisée. Chacun y côtoie apparemment tout le monde, à la Bibliothèque publique d’information comme dans le reste des espaces du Centre, et l’on a vite fait, par un glissement d’analyse mal contrôlé mais bien tentant, de déduire de la présence d’une masse de public la présence d’un public de masse.

9La réalité, on s’en doute, est infiniment plus complexe. L’irréductibilité de ce qui se passe à Beaubourg à la simple reproduction — à grande échelle — de ce qui se passe ailleurs n’entraîne pas pour autant que ce qu’on y observe déroge radicalement aux pesanteurs sociales et culturelles qui jouent en d’autres lieux. C’est de ces ressemblances et de ces différences qu’il sera question dans cette première partie, consacrée à la présentation des principales caractéristiques du public de la bibliothèque.

10L’interrogation est classique : qui vient à la BPI, ou au Centre Pompidou ? Nous la formulerions volontiers autrement : que se passe-t-il quand l’essentiel des barrières matérielles, auxquelles beaucoup imputent volontiers les inégalités des pratiques culturelles, sont levées ?

11Barrière de l’argent d’abord : le coût de certaines activités culturelles freinerait l’accès des plus modestes... Or ici l’accès est gratuit.

12Barrière du temps ensuite : il est impossible aux gens qui travaillent de fréquenter des établissements le plus souvent ouverts aux heures où eux-mêmes sont occupés... Or la bibliothèque est accessible le week-end, le soir jusqu’à 10 heures, pendant les vacances et même les jours fériés.

13Barrières de la relation enfin : l’obligation de passer par un spécialiste de la « culture » (bibliothécaire, animateur, présentateur, etc.) pour se procurer certains biens ou accéder à certains services dissuaderait ceux qui disposent d’un capital culturel ou d’un bagage scolaire plus faibles d’affronter ce qu’ils perçoivent comme un jugement... Or, l’utilisation de la bibliothèque se fait ici sur le mode du libre service et de la manipulation directe, sans inscription préalable ni recours imposé au personnel. Si l’on suit donc les tenants de ce qu’on pourrait appeler une « sociologie des obstacles » (par opposition à une « sociologie des niveaux » — ou de la reconnaissance culturelle — sur laquelle nous reviendrons dans la troisième partie), tout le monde d’une certaine manière pourrait aller à la bibliothèque de Beaubourg. Accessibilité réelle ou accessibilité virtuelle ?

14Pour la commodité de l’exposé, nous regrouperons les caractéristiques du public autour de plusieurs pôles :

  • les caractéristiques personnelles, c’est-à-dire essentiellement l’âge et le sexe ;
  • l’origine géographique, qui permet de définir le potentiel d’attraction de la bibliothèque ;
  • l’appartenance socio-culturelle, mesurée par les catégories socio-professionnelles classiques ainsi que par un certain nombre d’indicateurs de capital culturel (tels que le niveau de scolarisation, l’équipement culturel du foyer, la pratique d’autres lieux, ou l’usage d’autres biens culturels).

15Il est évident qu’un tel découpage est doublement artificiel. D’abord parce que qualifier de personnel un critère comme l’âge et de social un critère comme la catégorie socio-professionnelle, ne doit pas faire oublier les effets collectifs de l’appartenance à une génération, ou la relation particulière entretenue par chacun à son métier. Ensuite parce que tous ces critères jouent conjointement dans l’explication du comportement de chaque visiteur, alors que nous en ferons ici une présentation consécutive. Il s’agit d’une première approche descriptive. Nous retrouverons la complexité, c’est-à-dire la combinatoire de ces facteurs, dans les chapitres suivants.

Notes

1 Cf. la phrase célèbre d’André Malraux à propos de la diffusion d’une pièce d’Eschyle à la télévision : « cette œuvre a touché plus de spectateurs en un seul soir que depuis sa création ».

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access