Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Livre un. La bibliothèque, ou le savoir-faire et la ruse

Introduction

Texte intégral

« Beaubourg est un flipper. Si tu entres, c’est toi la boule ».
Graffiti anonyme

1« Le Centre Pompidou va fermer ses portes... »

2Dix heures du soir. L’annonce sonore est tombée comme un couperet, rappelant aux visiteurs l’imminence de leur éviction. Les bibliothécaires sillonnent les allées à la recherche des derniers occupants. Partout, des livres empilés sur les tables, des journaux ouverts à la page du jour, des écrans de télévision vides d’images mais encore allumés, témoignent du passage d’innombrables curieux. Comme des objets sur la grève quand la marée se retire, mais qui n’auraient pas été apportés par les flots. La vague des visiteurs n’apporte rien et n’emporte rien : tout était sur place, dans l’ordre ; tout reste sur place, dans le désordre. Et chaque matin avant l’ouverture, telle Pénélope reprenant son ouvrage, la bibliothèque rangera à nouveau ses documents.

3La métaphore de la marée n’est pas innocente. Avec 14 000 personnes par jour, et des pointes qui peuvent atteindre certains week-ends jusqu’à 18 000 ou 19 000 personnes, la caractéristique la plus apparente de cette bibliothèque n’est pas ce qu’elle propose, mais le nombre de gens qui en disposent.

4Aux 10 000 usagers quotidiens de la « grande » bibliothèque, située aux premier, second et troisième étages, viennent s’ajouter ceux de ses deux autres espaces : la salle d’actualité, qui présente au rez-de-chaussée les nouveautés du livre et du disque, et un panorama de la presse française et étrangère, et la bibliothèque des enfants. Elles voient passer respectivement 3 500 et 300 personnes par jour.

5Au total, la Bibliothèque publique d’information représente à elle seule plus de la moitié des entrées du Centre Pompidou. Pourtant, par un curieux paradoxe, l’espace le plus fréquenté de Beaubourg est le moins spontanément cité lorsqu’on en évoque les foules. Dans les représentations collectives, Beaubourg fait généralement l’objet d’une perception qu’on pourrait qualifier de métonymique : prenant la partie pour le tout, on l’assimile globalement à un musée, à un centre d’art contemporain, à un ensemble d’expositions. Et son public avec. Trois raisons à cela : la modernité de l’architecture du Centre favorise sans aucun doute l’assimilation du contenu au contenant ; les œuvres exposées au musée sont uniques et ne peuvent être contemplées que là, tandis que les documents proposés à la bibliothèque ne sont pas propres à ce lieu ; enfin l’actualité du Centre est relancée régulièrement par l’actualité de ses manifestations, principalement les grandes expositions : la presse, à ne mentionner que ce qui change, contribue à minorer ce qui perdure — au premier rang de quoi la bibliothèque —.

614 000 entrées par jour donc, soit près de quatre millions par an. Point n’est besoin de compteur à qui pénètre dans la Bibliothèque publique d’information pour éprouver physiquement la réalité de ce que traduisent platement ces chiffres.

7Pourquoi le cacher, vouloir faire la sociologie d’un tel public donne quelque peu le vertige. Du moins à qui en a reçu le mandat et fourbi les instruments. Car le public, lui, se livre avec constance et délectation à l’auto-analyse : le Centre Pompidou est une gigantesque machine à faire parler. Sa configuration organise la mise en scène du spectacle que le public se donne à lui-même : il n’est qu’à emprunter l’escalator qui conduit aux étages — dispositif d’observation réciproque où chacun croise lentement tout le monde au rythme continu du défilement mécanique — pour entendre la multitude de remarques échangées par les visiteurs sur « les gens », « le monde qu’il y a », « le type là-haut qui... », etc. Jusqu’à l’affichage lumineux à l’entrée du nombre de visiteurs présents dans les étages, objet d’une curiosité permanente : une des premières informations que le Centre délivre au public est une information... sur le public.

8Beaubourg, avant d’être objet de pratique est d’abord objet de discours. On le savait pour l’architecture : le commentaire sur le bâtiment reste, neuf ans après sa construction, le principal sujet de conversation des visiteurs ; on l’oubliait pour le public : le commentaire sur « les autres », fondé sur l’observation réciproque, est constant. Au fond, contrairement aux apparences, c’est ce commentaire-là qui est réellement nouveau et propre au Centre Pompidou : car notre-Dame, la tour Eiffel ou le château de Versailles attirent finalement autant d’appréciations sur leur architecture que Beaubourg, la surprise ou l’indignation en moins.

9Le Centre fait même partie de ces établissements culturels sur lesquels ont un avis circonstancié ceux-là mêmes qui n’y sont jamais allés et n’en manifestent pas l’intention. C’est dire si on ne saurait mesurer son impact à la seule aune de sa fréquentation, aussi considérable soit-elle.

10En cet espace où la sociologie spontanée du public par lui-même — la sociologie « sauvage » — est la chose la mieux partagée du monde, on ne peut éluder la question de la spécificité (et donc de la légitimité) de l’entreprise de sociologie « domestique » qui sous-tend notre propre recherche. Son ambition n’est-elle pas d’une certaine manière de parler de ce dont tout le monde parle ? Nous reviendrons longuement plus loin sur cette question.

11Mais il nous faut d’abord présenter les lieux. Et leur histoire.

  • 1 Sur les origines de la BPI, voir A.M. Bassy. — La BPI : bilan d’une expérience culturelle. — Paris (...)

12Comme toutes les idées neuves, la Bibliothèque publique d’information a une vieille histoire. Il n’y a pas plus de génération spontanée dans le domaine cuturel qu’ailleurs. C’est en 1868, il y a plus d’un siècle, que l’on voit apparaître l’ancêtre lointain de la BPI : la salle Β de la Bibliothèque nationale. C’est la première expérience de mise à la disposition de tous (sans conditions d’accès restrictives) des ouvrages les plus souvent demandés, et principalement des ouvrages récents et d’actualité. Cette salle connut au début un très grand succès ; elle vit ensuite sa fréquentation diminuer, particulièrement après la guerre de 1914 et sera fermée en 19331.

13Quand à nouveau le projet sera repris d’une grande bibliothèque au cœur de Paris, pour à la fois remédier à la pénurie flagrante d’équipements de consultation et intégrer sur de nouvelles bases d’autres moyens d’informations que le livre ou l’imprimé, c’est tout naturellement vers l’étranger que se tourneront les regards. Particulièrement vers les pays anglo-saxons : Grande-Bretagne (bibliothèque publique de Birmingham), Etats-Unis (Boston public library, Mid-Manhattan public library) ; Canada (bibliothèque de l’Université de Montréal, bibliothèque de l’Université de Laval, Metropolitan central library of Toronto), et vers les pays scandinaves (Stockholm’s stads bibliotek). Là existaient de vastes ensembles de lecture qui pratiquaient le libre accès total aux documents, proposaient des médias audiovisuels, ou mettaient en place des services de référence d’un genre nouveau. La France aussi expérimentait déjà dans ses bibliothèques les plus dynamiques telle ou telle de ces propositions nouvelles. Mais jamais à une telle échelle. Or, il est des seuils quantitatifs qui entraînent de véritables sauts qualitatifs.

14Et Beaubourg dans tout cela ? Alors que les premiers achats de la bibliothèque des Halles — c’était son nom — commencent, et que les grandes lignes directrices du projet sont arrêtées depuis déjà trois ans, il n’en est pas encore question : la future BPI est toujours fille de la BN. Au même moment, le Président Pompidou cherche un emplacement pour son futur musée de la Culture — c’était là aussi la dénomination de l’époque —. La pénurie de terrain fera le reste. Puisqu’il n’existe qu’une place pour deux projets, on élaborera un projet unique qui transformera, par leur rapprochement, la vocation des initiatives d’origine. Paradoxalement, la pluridisciplinarité tant invoquée du Centre Pompidou n’est pas le produit d’une intention initiale, mais le fruit de la rencontre entre deux entreprises jusqu’alors indépendantes.

15L’expérience prouvera qu’il est des « projets a posteriori » dont l’impact vaut bien celui de certaines utopies fondatrices.

16Cet impact est multiforme, complexe. Il procède du succès de telle ou telle activité — la bibliothèque, les expositions temporaires —, mais il l’excède. Il se manifeste par des formes d’occupation de l’espace culturel par le public dont on serait bien en peine de dresser la cartographie objective : les frontières des représentations spatiales des visiteurs ne recoupent pas toujours les limites des découpages architecturaux ; elles s’organisent autour d’autres dimensions, d’autres lignes de clivage : le centre et la périphérie, le dehors et le dedans, le haut et le bas, le permis et le défendu.

17La Bibliothèque publique d’information est implantée véritablement au cœur du Centre Pompidou, en son centre géométrique même. Cette situation, dans un cadre spatialement aussi marqué, au sein d’une telle abondance de propositions culturelles, n’est bien évidemment pas indifférente :

  • 2 Conformément à ce qui était demandé explicitement dans les cahiers des charges soumis aux architec (...)

18Le lieu d’abord : tout a déjà été dit et redit — et continue de l’être — sur l’architecture. Pour ou contre. Il n’est donc pas question ici d’apporter notre pierre (qui est d’ailleurs un des seuls matériaux que n’utilise pas le bâtiment du Centre) à ce débat. Mais seulement d’être attentif au débat lui-même. L’essentiel sur le plan sociologique est que Beaubourg n’est pas simplement un bâtiment mais un événement2 ; comme tel, il suscite une curiosité et génère une fréquentation qui possèdent une autonomie réelle par rapport aux activités culturelles proposées. Et à l’inverse, il suscite aussi un refus de principe d’y pénétrer chez certaines personnes dont les goûts et les habitudes culturelles donnaient pourtant à croire qu’elles se classeraient parmi les utilisateurs potentiels.

  • 3 On trouvera en annexe une présentation détaillée de l’organisation et de l’ensemble des activités (...)

19La pluridisciplinarité ensuite : la Bibliothèque publique d’information (BPI) n’est que l’une des quatre entités distinctes qui constituent le Centre Pompidou, avec le Musée national d’art moderne (MNAM), le Centre de création industrielle (CCI) et l’Institut de recherche et de coordination acoustique musique (IRCAM). Elle n’est d’ailleurs pas statutairement un département du Centre, mais un « organisme associé ». Pour le public, qui n’a que faire de ces subtilités juridiques et y substitue les distinctions de sa propre pratique, l’essentiel est qu’il trouve dans un même bâtiment des collections permanentes d’art contemporain, des expositions temporaires de toutes tailles et de toutes natures, un vaste complexe documentaire comprenant une grande bibliothèque mais aussi ses prolongements (bibliothèque des enfants, salle d’actualité) et deux centres de documentation spécialisés (celui du CCI et celui du MNAM), et enfin des activités ponctuelles sans cesse renouvelées : débats, spectacles, concerts, etc.)3. Sans compter tout ce qui ne se réduit à aucune offre précise de la part du Centre, c’est-à-dire une animation et une circulation permanentes dont le visiteur est à la fois le spectateur et l’acteur. Beaubourg offre une illustration exemplaire de cette arithmétique sociale qui veut que le tout ne soit jamais égal à la somme des parties : le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, CNAC pour les initiés, Centre Pompidou ou Beaubourg pour le plus grand nombre, et « Pompidou » tout court pour les habitants du quartier (on pourrait presque faire une étude des variations sociales de la dénomination du Centre) est beaucoup plus que l’addition de ses quatre départements, ou que la juxtaposition de ses offres culturelles.

20De la même manière, la Bibliothèque publique d’information est beaucoup plus que la somme de ce qu’elle contient ; nous plaçant du point de vue de la sociologie des usages, nous pourrions dire qu’elle est la somme de ce qu’elle propose et des conditions dans lesquelles elle le propose.

21Ses cinq caractéristiques essentielles sont :

22— l’encyclopédisme. Aucun domaine de la connaissance n’est absent de la bibliothèque : on y trouve des documents dans toutes les disciplines, et sur tous les sujets : de la philosophie platonicienne au bricolage domestique, de l’astronomie à l’astrologie, de la peinture au sport, du roman à la théorie... du roman.

23Il faut bien distinguer ici l’encyclopédisme de l’exhaustivité. Si la BPI possède des documents à peu près sur tout, elle ne possède pas tout. Certes aucune bibliothèque n’est jamais complète, et l’exhaustivité renvoie manifestement plus à un idéal de compilateurs qu’à un besoin d’utilisateurs. Reste que les principes qui président aux choix des acquisitions sont déterminants. Ils sont ici explicites : les collections de la BPI excluent les documents trop spécialisés (comme par exemple les thèses) et privilégient les ouvrages plus généraux, sans s’y limiter. D’autre part, la BPI a pour mission essentielle de mettre à disposition et non d’accumuler ; elle vise à faire le point des connaissances, à présenter le dernier état d’une question, plutôt qu’à être le dépositaire de l’état des connaissances antérieures. C’est en ce sens que la Bibliothèque publique est dite « d’information », par opposition à « conservation » ;

24— le multi-média. Si le mot d’information est particulièrement bien choisi, celui de bibliothèque est lui tout à fait inadéquat. Il s’agit ici d’une médiathèque et non d’une bibliothèque. Ce dernier terme ne renvoie en toute rigueur étymologique qu’au livre, ou au mieux à l’écrit. Or si on trouve bien des livres à la BPI, en abondance, on y trouve aussi des périodiques — quotidiens, magazines, revues spécialisées... — et des médias audiovisuels : le disque (ou la cassette sonore), l’image fixe (diapositives) et a l’image animée (films vidéo).

25Plus qu’un état, le multimédia est un principe : proposer simultanément, à égalité d’offre (au moins virtuelle) les supports imprimés et les supports audiovisuels. Et les proposer en accordant, dans la mise en espace comme dans la mise en code, la priorité au sujet et non au support.

26Mise en espace : l’usager trouvera au même endroit tous les livres, les revues, les films, les disques et les photos qui concernent un même domaine : le disque des enregistrements des discours de de Gaulle voisinera donc avec le texte de ses livres au rayon histoire, les photos sur le soufflage du verre avec les ouvrages spécialisés au rayon sciences et techniques, et les films sur le Chili d’Allende seront disponibles au rayon politique. Cette disposition est relativement originale ; elle s’oppose au regroupement technique — tous les disques d’un côté, les livres de l’autre, un espace vidéo séparé, etc. — qui prévaut ailleurs.

27Mise en code : la cote d’un document est celle du sujet dont il traite : un film et un livre consacrés au même thème recevront exactement la même cote ; conséquence logique, le catalogue général de la bibliothèque renvoie indifféremment à tous les documents, quels qu’en soit le support ; le lecteur qui y cherche, par exemple, des livres sur les Antilles tombera par la même occasion sur les références de séries de photographies, et éventuellement de disques de musique locale. A sa façon, la Bibliothèque publique d’information redouble, par la pluridisciplinarité de son offre propre (encyclopédique et multimédia) la pluridisciplinarité du Centre Pompidou qui l’abrite ;

  • 4 Sans compter 63 000 microfilms, 18 000 microfiches, et 4 000 cartes de géographie.

28— le libre accès. La bibliothèque propose à ses visiteurs environ 320 000 ouvrages, 2 100 titres de périodiques différents, 200 000 diapositives, 15 000 disques et 1 800 films4. Ces chiffres, pour importants qu’ils puissent paraître, ne sont pas en soi exceptionnels : les ouvrages par exemple ne représentent en quantité que l’équivalent d’une grosse bibliothèque (à titre de comparaison, la bibliothèque municipale de Lille par exemple, propose 300 000 volumes, la bibliothèque Sainte-Geneviève 2,8 millions, et la Bibliothèque nationale plus de 7 millions). Si abondance de documents il y a, sa réalité est ailleurs que dans les chiffres : ce qui caractérise le fonds de la BPI n’est pas tant son importance que sa présence physique dans l’espace, ou si l’on préfère la matérialisation en volume de ses volumes. La plupart des grandes bibliothèques n’exhibent dans les salles de lecture qu’une partie de leurs collections ; le reste n’est repérable que par consultation du fichier ou du catalogue. La BPI n’a ni réserve, ni magasins ; elle donne à voir directement la totalité de son fonds, tel un iceberg de la connaissance dont toutes les parties seraient émergées. Dans cette dialectique de la trace et de la place, propre à tout lieu de conservation du savoir, la bibliothèque de Beaubourg représente un pôle extrême où la place peut tenir lieu de trace, le parcours dans les rayons peut tenir lieu de catalogue.

  • 5 Sauf bien sûr pour la consultation de documents audiovisuels qui nécessitent une manipulation déli (...)

29Le libre accès aux documents est le corollaire de leur mise en espace : chacun peut se servir directement sur les rayons, sans passer par aucun intermédiaire, ni matériel (remplir une fiche), ni personnel (demander à un(e) bibliothécaire)5. On peut à loisir repérer, feuilleter, reprendre et remettre sans formalités, et sans avoir à s’en justifier d’aucune manière. Tous les outils bibliographiques (catalogues, bases de données, bibliographies, répertoires) et toutes les compétences (bibliothécaires répartis aux bureaux d’information par spécialité) sont à la disposition du public pour faciliter ses recherches. Mais c’est là un recours qui se veut délibérément facultatif, et non un point de passage obligé. Le lecteur garde l’initiative ;

30— l’ouverture. La Bibliothèque publique d’information ne met aucune condition restrictive à sa fréquentation. On y rentre et on en sort « comme dans un moulin », pour reprendre une expression souvent utilisée par les visiteurs ; doutant qu’ils aient une grande expérience des moulins nous dirions plus volontiers, et plus rigoureusement, comme dans un grand magasin, lieu qui n’est pas sans analogies avec la BPI ; et en tout cas comme dans le reste du Centre Pompidou (musée et grandes expositions payantes exclus). Pour y pénétrer, il n’est besoin de se justifier d’aucune qualité (étudiant, habitant du quartier, ou autre) ; il n’est besoin de se plier à aucune formalité, ni administrative (inscription), ni pécuniaire (paiement d’un droit), ces préalables qui pour rapides et légers qu’ils puissent être, sont parfois vécus dans les établissements culturels comme autant de barrières symboliques, et font de l’entrée un seuil.

31Prises isolément, ces caractéristiques se retrouvent sous une forme ou une autre dans de nombreuses bibliothèques, centres de documentation, ou autres lieux d’accumulation du savoir. L’originalité de la Bibliothèque publique d’information tient finalement moins à chacun de ses attributs qu’à leur conjontion, en un même lieu et en un même temps.

32Reste une dimension, fondamentale pour comprendre la nature des comportements culturels des visiteurs de la BPI : l’obligation de consulter sur place. Qu’il s’agisse de lire un livre, de parcourir des journaux, de visionner un film ou d’écouter un disque, aucune sortie de document n’est autorisée à l’extérieur, aucune possibilité même provisoire d’en privatiser l’usage.

33L’espace de la pratique se confond avec l’espace de l’approvisionnement.

34Comment rendre compte de tous les publics et de tous les comportements, dans un lieu aussi complexe et aussi multiforme ?

35Il ne suffit pas de regarder pour voir ; et ce qui est le plus voyant n’est pas forcément le plus significatif. La réalité ne « parle » pas d’elle-même, si ce n’est dans l’ordre de l’anecdotique. Pour en faire l’expérience il suffit d’observer, « sans idée préconçue » comme on dit, les comportements des utilisateurs de la bibliothèque : on est vite submergé par les impressions les plus contradictoires, sans être capable d’établir une hiérarchie entre elles, et encore moins d’avancer des explications autres qu’immédiates : ici un vieux monsieur feuillette depuis une heure le même ouvrage, debout entre les rayons ; là trois jeunes commentent à haute voix une projection de diapositives sur la Chine ; plus loin à une table un garçon (un étudiant  ?) prend soigneusement des notes, tandis que derrière lui un visiteur arpente les allées le regard en alerte, manifestement à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose.

36Tout cela donne des idées, pas des hypothèses, et encore moins une analyse.

37Le passage du « bon sens » à l’hypothèse pose le problème non de l’objectivité mais du contrôle : le propre de l’analyse scientifique est d’expliciter les conditions de sa propre production, à la différence de l’observation « d’évidence », qui ne se donne pas les moyens de contrôler ses biais du fait même qu’elle les nie.

38L’interposition d’un cadre systématique de recueil de l’information est ici indispensable. Condition épistémologique nécessaire, qui permet de disposer d’un corpus de données susceptibles de recevoir un traitement systématique, mais non condition suffisante : ces données — les mal nommées : elles ne sont pas données mais construites — ne valent que par les choix qui ont présidé à leur définition.

  • 6 C. Cot., M. Gaugain. – Contribution psychosociologique à rétablissement d’une étude des stratégies (...)

39Nous avons choisi délibérément une approche quantitative. Non sans investigation qualitative préalable : une première enquête, de type non directif (entretiens centrés) avait permis d’identifier certaines composantes des démarches des utilisateurs de la bibliothèque6. Et non sans observations systématiques ultérieures, qui se sont poursuivies parallèlement au traitement statistique des résultats.

  • 7 et 1 500 visiteurs de la salle d’actualité.
  • 8 On trouvera une présentation de la méthodologie en annexe.

40Evitons tout de suite les malentendus : qui dit enquête quantitative ne dit pas nécessairement « chiffres ». Le corpus principal certes est quantitatif : 3 400 visiteurs de la bibliothèque7, strictement échantillonnés par sondage, se sont vus poser un questionnaire précis d’une cinquantaine de questions ; soit au total plus de 170 000 informations qui ont été dépouillées par ordinateur, et soumises aux traitements mathématiques de l’analyse des données8. Pourtant le résultat n’est pas de l’ordre des pourcentages ; ce serait confondre l’outil et la démarche, la sociographie et la sociologie. L’objet d’une enquête n’est pas de produire du chiffre mais du sens.

41Mais pas n’importe quel sens. L’intérêt généralement porté à tout ce qui est « nouveau » en est une bonne illustration : la découverte d’un comportement jusque là ignoré, l’impact d’une technologie expérimentale, etc. retiennent souvent plus l’attention des lecteurs d’une enquête que tout autre résultat. Il faut pourtant se garder de prendre nécessairement l’inattendu pour le fondamental, et encore moins la nouveauté pour la préfiguration de l’avenir : certains phénomènes ne sont en réalité qu’épiphénomènes, voire effets de mode ; d’autres sont des modalités nouvelles de démarches classiques ; d’autres enfin sont effectivement porteurs de dynamiques différentes. On voit bien ici que le rôle de la recherche n’est pas seulement de les identifier, mais de les hiérarchiser.

42La mise en garde se justifie doublement au seuil d’une étude qui porte sur un lieu (la Bibliothèque publique d’information) dont la nouveauté est le caractère le plus apparent, et qui s’inscrit dans un champ (l’accès à l’information) où règne actuellement sans discernement le discours de la grande mutation : on y annonce des « révolutions de la communication » comme d’autres annoncent des « hold-up du siècle », tous les six mois...

43Ce va-et-vient permanent entre un lieu et un champ sera au principe même de notre recherche. Au fond, on pourrait dire en poussant à l’extrême que la bibliothèque n’est pas l’objet réel de l’enquête ; elle n’en est que le terrain. L’objet est bien l’analyse des usages sociaux de l’information, et l’analyse de l’impact des institutions culturelles.

44Une telle démarche nous paraît légitime à un double titre.

  • Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un lieu particulier que son étude relève nécessairement de la monographie. L’observation locale vaut ailleurs que localement. On atteint parfois plus sûrement à la généralité en menant une investigation systématique en un point précis de l’espace et du temps, qu’en multipliant les considérations dites « générales » sur une grande variété de situations.
  • Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un lieu unique en son genre que ce qu’on y observe est propre à ce lieu. Parce que la BPI n’est pas une bibliothèque comme les autres, et propose virtuellement tous les supports d’information à tous les publics, on peut justement y observer une infinité de « cas de figure » ou plus exactement de cas de lecture, qui incluent dans leur variété ceux qu’on observe dans d’autres bibliothèques, dans la vie professionnelle, ou au foyer ; auxquels s’ajoutent bien sûr des comportements spécifiques à un espace multi-média en libre accès, situé au cœur du Centre Pompidou.

45Il n’est qu’à reprendre les cinq caractéristiques fondamentales de la BPI, telles que nous les avons énumérées plus haut, pour voir qu’elles débouchent sur des interrogations qui dépassent largement le cadre de cette bibliothèque.

46Ainsi de « l’ouverture à tous » (gratuité, absence de formalité, horaires étendus). Elle réalise les vœux d’une certaine sociologie de la fréquentation, qui voit dans la dissuasion matérielle un des éléments essentiels de l’inégal accès aux institutions culturelles. Ici ces obstacles sont levés. Y-a-t-il pour autant parmi les visiteurs une égale répartition de toutes les couches sociales ? Et si des différences perdurent, à quoi attribuer les constantes de l’absence (quelles sont les populations qui s’excluent, physiquement et symboliquement, de ce type d’institution culturelle ?), et les variations de la présence (parmi ceux qui fréquentent, quels sont les usages socialement différenciés d’une offre identique pour tous ?).

47On rejoint ici une réflexion plus générale sur le rapport à l’information et aux œuvres. Le « libre accès » et l’abondance perceptible sont ici des révélateurs : comment, face à des propositions qui excèdent largement leurs capacités d’assimilation, les individus parviennent-ils, ou renoncent-ils, à introduire leur ordre dans l’ordre de l’information offerte ? Ce n’est plus ici la sociologie de la fréquentation, mais la pédagogie des acquisitions, qui se trouve parfois mise en cause par les comportements des lecteurs.

  • 9 J.C. Passeron : « Images en bibliothèque, images de bibliothèques », Bulletin des Bibliothèques de (...)

48Quant au « multi-média » et à « l’encyclopédisme », ils permettent de poser en vraie grandeur, c’est-à-dire à partir des pratiques effectives du public, les interrogations classiques des sciences dites de l’information : y a-t-il des effets propres aux différents supports documentaires — texte, image et son — ? Et, puisqu’ici tous ces supports sont présents simultanément, y a-t-il entre eux complémentarité ou opposition ? Plus généralement, suffit-il de proposer des dispositifs différents pour voir apparaître des pratiques nouvelles ? L’interrogation est centrale, car « lorsqu’il s’agit de biens culturels, la manière d’offrir est partie intégrante de ce qui est offert. Le sens des messages culturels, qui se fonde toujours sur un symbolisme social de la culture, ne saurait en effet être dissocié des conditions concrètes de leur délivrance »9.

49On ne séparera donc pas l’analyse du rapport que les visiteurs entretiennent avec l’information et les œuvres proposées par la bibliothèque de l’analyse de leur rapport à l’espace, de leur rapport au temps, et de leur rapport aux autres visiteurs dans leur quête de documentation et de sensations.

  • 10 On trouvera en annexe (bibliographie) la liste des autres recherches effectuées sur la BPI.

50Sans prétendre pour autant à l’exhaustivité, la Bibliothèque publique d’information propose trop de services différents pour vouloir les épuiser tous ici. Certains d’entre eux ont d’ailleurs déjà été étudiés ; nous renvoyons nos lecteurs aux ouvrages correspondants dont nous ne reprendrons ici que les conclusions principales10.

51Sans prétendre non plus à la totalité. Jusqu’où doit aller l’investigation ? Jusqu’à « rechercher inlassablement l’identité cachée de chacun, le noyau dur qui le rend irréductible à l’autre », ainsi que le propose J. Malaurie en parlant de l’enquête ethnologique ? Pourtant, cette diversité n’est ni absolue, ni aléatoire : relative, elle laisse apparaître un certain nombre de régularités, d’une personne à l’autre, d’un comportement à l’autre, qui tel le filigrane derrière le dessin ne se donne à voir que sous certaines conditions d’observation ; déterminée, sa disparité apparente même obéit à un certain nombre de principes de variations identifiables, dont la combinatoire produit cette mosaïque de pratiques de consultation, d’appropriation, voire même de jeu, qui frappent tout observateur pénétrant à la BPI.

52Certes l’individu est le point ultime, la plus petite unité des sciences dites humaines, comme le paysage lui-même serait le point ultime de la cartographie, la carte à l’échelle 1. Mais le prix à payer pour se guider dans la connaissance des modes de manipulation de la connaissance, comme pour se guider dans une contrée mal connue, est bien de renoncer — provisoirement — à l’ambition de tout nommer. Et d’adopter un angle de représentation. Ce qu’on perd en fidélité, on le compense en intelligibilité. D’autres approches que l’approche sociologique feraient sans doute apparaître d’autres dimensions, non pas contradictoires mais complémentaires. Et à nouveau celles-ci nous en feraient pressentir d’autres encore, nous rappelant le mot de Jean Paulhan : « Les gens gagnent à être connus, ils y gagnent en mystère ».

Notes

1 Sur les origines de la BPI, voir A.M. Bassy. — La BPI : bilan d’une expérience culturelle. — Paris ; Bibliothèque publique d’information, 1979. — 43 p. (ronéo).

2 Conformément à ce qui était demandé explicitement dans les cahiers des charges soumis aux architectes.

3 On trouvera en annexe une présentation détaillée de l’organisation et de l’ensemble des activités de la BPI et du Centre Pompidou.

4 Sans compter 63 000 microfilms, 18 000 microfiches, et 4 000 cartes de géographie.

5 Sauf bien sûr pour la consultation de documents audiovisuels qui nécessitent une manipulation délicate : films vidéo, disques, microfilms.

6 C. Cot., M. Gaugain. – Contribution psychosociologique à rétablissement d’une étude des stratégies de lecture à l’intérieur de la BPI, l’espace de la BPI et ses différents modes d’appropriation. – Paris, BPI, 1979. – 137 p. et 66 p.

7 et 1 500 visiteurs de la salle d’actualité.

8 On trouvera une présentation de la méthodologie en annexe.

9 J.C. Passeron : « Images en bibliothèque, images de bibliothèques », Bulletin des Bibliothèques de France, tome 27, n° 2, 1982. —

10 On trouvera en annexe (bibliographie) la liste des autres recherches effectuées sur la BPI.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access