Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Annexes

Annexe IV. Catégorisations des types de sites Internet

Texte intégral

1Dans le chapitre II de la première partie, les tableaux 21 à 24 se fondent sur une catégorisation des sites Internet donnée par les usagers en réponse ouverte aux questions 11 (Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, dans quel(s) but(s) ?) et 12 du questionnaire (Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, citez deux sites qui vous viennent à l’esprit). La méthode de classement et de catégorisation des réponses s’est basée sur deux tris. Dans un premier temps, les sites de messageries, les moteurs de recherche ou les sites dédiés à des renseignements pratiques – qui les uns comme les autres ne posent aucun problème majeur de classement – ont été d’abord isolés ; la summa divisio passe donc par ces sites et les « Autres sites ».

2Les tableaux auraient ainsi pu se contenter d’opposer les sites pratiques d’un côté et les « Autres sites » de l’autre. Nous avons choisi d’affi ner ce découpage binaire (pour le tableau 21, Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF, par exemple, en 5 catégories) afin de rendre compte du positionnement différent des actifs et des étudiants face à ces ensembles. Ainsi pour le tableau 2, cette summa divisio oppose d’un côté les catégories « découvertes », « messagerie », « renseignements pratiques » et de l’autre « usages documentaires » et « usages ciblés, d’approfondissement et d’évaluation ».

3La distinction entre usage documentaire et usages ciblés d’une part et usages d’approfondissement et d’évaluation de l’autre n’a pas été établie a priori en fonction de la « nature » du site ou de sa réputation. Le principe retenu a été le suivant : pour les « Autres sites » les usagers qui répondent à la question en donnant plusieurs sites (en principe au moins deux comme il était demandé), donnent des réponses homogènes (appartenant à une même catégorie, les plus souvent aux « Autres sites » et placent presque systématiquement les sites où ils vont chercher une simple information documentaire en seconde position. Nous avons pu nous en assurer en confrontant certains questionnaires remplis et les entretiens réalisés à la BnF ou à Grenoble. Les enquêtés hiérarchisent spontanément les réponses en indiquant en premier les sites les plus « rares » de leur point de vue ou à tout le moins ceux qui ont demandé un travail de repérage ou qui leur ont été recommandés. En outre, les enquêtés qui donnent une seule réponse, livrent presque tous des réponses appartenant à la première catégorie (les sites dits « pratiques »).

4On trouve ainsi en première position, dans la catégorie « Autres sites » (les premières réponses, lorsqu’il y a réponses multiples), un ensemble qui a fait l’objet d’une attention particulière de la part des usagers. Pour cette partie nous avons utilisé l’expression « site d’approfondissement ou d’évaluation ». En outre, on retrouve la plupart des noms de site dit « d’approfondissement ou d’évaluation » dans les entretiens, pour les sites qui sont l’objet d’un commentaire particulier (quant à la qualité et la nature des informations recueillies ou à propos du travail de recherche qu’a supposé leur découverte).

5L’intérêt d’un tel classement tient au fait qu’il est ici tenu compte de la façon dont les usagers classent les sites, les hiérarchisent et leur attribuent un sens. Les risques surinterprétatifs d’une catégorisation établie a priori sont suffisamment évidents pour qu’on fasse l’effort de prendre en compte le jugement porté par les pratiquants sur leurs pratiques.

6Sans constituer une liste interminable (comme nous l’avons noté, les remémorations de noms de sites ont été proportionnellement rares), la liste des sites appartenant à ces différentes catégories n’offre pas d’intérêt en soi ; aussi nous ne la donnerons pas de manière extensive. Les sites pratiques (comme Anpe, Météo France, ugc, Intel) forment une longue liste ; les moteurs de recherche (Yahoo, Altavista, Wanadoo, Excite, Voilà, Metacrowler, etc.), bien que souvent cités forment une liste moins longue, au même titre que les sites de messagerie (comme Hotmail, Caramail, France-mail, mail-Yahoo).

7La liste des « Autres sites » ne livre pas toujours les justifications objectivables d’une différence de « nature » entre « approfondissement » et « simple documentation », à la lecture des intitulés de ces différentes adresses. Dans un certain nombre de cas néanmoins, on s’accordera à trouver certains sites plus rares que d’autres (Nytimes, Nybooks, New Scientist, University of Chicago, Bibliothèque du congrès, cnam, etc.).

8Nous avons appliqué une démarche similaire à celle qui vient d’être exposée pour le traitement des buts poursuivis lors de la consultation d’Internet (tableau 23. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF, par les étudiants et les actifs et assimilés).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable