Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Annexes

Annexe II. Protocole d’observation

Cédérom Michel-Ange

Texte intégral

1Le choix du cédérom analysé s’est finalement porté sur le cédérom d’Index + Michel-Ange. Les observations ont été réalisées à Paris et à Grenoble (N = 96). Parmi la liste de cédéroms consultables dans le Haut-de-jardin de la BnF, il était, au moment de l’enquête, le seul à présenter à la fois une structuration de l’information suffisamment synthétique pour autoriser l’analyse des cheminements des enquêtés et un moteur de recherches par mots-clés. Ce cédérom était également disponible dans les bibliothèques de Grenoble.

2La dernière page du protocole présente l’arborescence de ce cédérom et distingue différents « niveaux d’information », ceci afin de faire la part de ce qui, dans une consultation, relève davantage de la navigation « pure » (sommaires, listes, etc., bref d’écrans devant amener l’utilisateur à faire des choix) ou de la « lecture » d’informations (fiches, notices de description des œuvres, récits).

3La phase 1 concerne une période de libre consultation du cédérom dont l’enquêteur garde des traces (historique de la consultation).

4La phase 2 est une reconstitution de l’exploration du cédérom en aménageant un retour sur les séquences sur lesquelles l’enquêté souhaite revenir.

5La phase 3 est fondée sur un entretien semi-directif dont on présente ensuite le plan de codage.

6Conçus pour compléter les dispositifs d’analyse statistique et d’ethnographie quantifiée, 41 entretiens repartis sur les quatre villes de l’étude (7 à Cavaillon, 8 à Miramas, 12 à Grenoble et 14 à Paris) ont été conduits durant la phase d’enquête. Ces entretiens ont eu pour but de préciser les logiques individuelles et les représentations organisant l’usage ou le non-usage de l’offre multimédia des bibliothèques choisies auprès de leurs publics. Pour ce faire, nous avons choisi de décliner chacun de ces entretiens sous l’angle des trois axes suivants :

  • Usages et représentations de la bibliothèque.
  • Usages et représentations de l’offre multimédia.
  • Représentations des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

7Nous avons cherché à éviter de présenter l’enquête essentiellement sous l’aspect des usages d’Internet et des nouvelles technologies afin de ne pas nous priver d’une grande partie des usagers des bibliothèques ne se sentant pas a priori aptes à s’exprimer sur ce sujet ou peu concernés.

8Il nous importait essentiellement de recueillir les logiques personnelles, propres à la personne interviewée et non pas de collecter des idées générales sur Internet et les nouvelles technologies. C’est pour cette raison que l’on a débuté la discussion, pour chacune des trois thématiques, en proposant aux enquêtés de raconter leur activité par l’aspect pratique, concret et en réservant les questions (Pourquoi ? Comment cela s’explique ?) les invitant à se justifier, à « théoriser » leur pratique pour la fi n des entretiens.

9De même, il était important d’éviter d’induire des catégories qui n’auraient pas été celles des personnes interrogées. Il en était par exemple ainsi de la distinction entre Internet et les cédéroms, qui pouvait ne pas être pertinente aux yeux de certains usagers des bibliothèques ; on a donc toujours commencé par parler des ordinateurs et des services qu’ils proposent en prenant soin de reprendre les dénominations suggérées par les enquêtés : On disait ainsi Savez-vous à quoi servent ces ordinateurs là bas ? plutôt que Avez-vous déjà utilisé Internet ou les cédéroms dans cette bibliothèque ?

10D’une manière générale, et en accord avec la ligne directrice de cette étude, les entretiens ont porté autant sur ce qui conditionne l’usage que le non-usage des services multimédias. Lorsque les questions ayant pour objet l’offre multimédia ne trouvaient pas ou peu de réponses, on s’est intéressé à l’univers des interviewés : Entretiennent-ils un rapport distancié à l’image (photos, BD, magnétoscope, cinéma) ? à la technique (sont-ils ou non intéressés par l’aspect technique de ces objets, etc.) ? En outre, il a été jugé primordial de ne pas négliger les éventuelles négociations entre applications multimédias et d’autres supports de communication. Là encore, on s’est abstenu de susciter des comparaisons qui pouvaient n’avoir aucun sens pour la personne interrogée ; en revanche, lorsqu’il était fait référence au livre, au cinéma, etc., on en a profité pour pointer la comparaison et orienter la conversation sur l’aspect concret de cette ressemblance ou de cette différence.

11Afin de limiter les risques de généralisation et de constitution de catégories ou de profils d’usagers arbitraires ou peu contrôlées, l’analyse de ces entretiens n’a été effectuée qu’une fois les principales lignes de l’étude définies à l’aide des traitements statistiques.

Phase n°1 : consultation libre (15 min.)

Phase n°1 : consultation libre (15 min.)

Phase n°2 : sélection d’incipits

Phase n°2 : sélection d’incipits

Phase n°3 : entretien semi directif

Phase n°3 : entretien semi directif

Table des illustrations

Titre Phase n°1 : consultation libre (15 min.)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Phase n°2 : sélection d’incipits
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Phase n°3 : entretien semi directif
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access