Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Conclusion

Texte intégral

1Une enquête sur les technologies de la communication, lancée à chaud, en une période où s’installent et s’usinent les dispositifs d’usage commun, n’est-elle pas fatalement aventureuse ? À l’aube du xxie siècle, les offres et les pratiques évoluent en ce domaine avec rapidité. En quelques mois, on peut craindre que tout ait changé et que les mesures patientes, prises au cours d’une observation méticuleuse, aient perdues toute validité. De fait, les risques s’accroissent encore lorsque l’observateur décide de s’accorder le temps d’une réflexion. Le recul qui convient aux entreprises intellectuelles se pensant plus volontiers dans la durée semble être un luxe qui se conjugue mal avec le mouvement apparemment effréné des « révolutions numériques ».

2Pourtant, les constats et les analyses menées durant les deux années de cette enquête n’ont pas dû être continûment réactualisés pour s’accorder avec un paysage numérique en forte mutation. Certes, durant cette période, le décor a changé plus d’une fois : une forte croissance s’est d’abord imposée, avec une installation, bruyamment relayée par les médias, conduisant, en France, à une visibilité de plus en plus grande d’Internet ; puis l’explosion apparente a été suivie de la crise que nous connaissons aujourd’hui. Pas seulement boursier, ce que nous appelons le premier « choc numérique » est venu, très rapidement, relativiser les excès d’optimisme de la plupart des commentateurs des « révolutions numériques ».

3Les premiers constats, plutôt déflationnistes, qui nous ont sauté aux yeux dès le début de notre enquête (faiblesse de l’intérêt pour les TIC dans les bibliothèques dotées de collections de cédéroms et de terminaux, faiblesse des usages et absence d’esprit de suite chez ceux qui avaient passé le pas), pouvaient apparaître déroutants en une période où la croissance forte des dotations et l’intense battage médiatique semblaient révéler un intérêt collectif pour les « nouvelles » technologies. En un lieu – les bibliothèques – où les publics peuvent, en toute liberté financière, expérimenter et chercher à domestiquer les nouveaux outils lancés sur le marché, la faiblesse des explorations aventureuses des nouveaux médias ne pouvait que faire contraste avec l’ambiance générale dans laquelle baignaient alors les Français.

4Ce hiatus est à l’origine de quatre interrogations, fatalement mêlées, que nous croyons majeures.

  • En premier lieu, les résultats un peu décevants – au regard des attentes enchantées propres à l’air du temps – que nous collectons sont-ils liés aux incertitudes d’une période d’incubation des « révolutions numériques » ? À la singularité de nos prélèvements ?
  • Il faut bien admettre que les formes matérielles que revêtent les « nouveaux outils technologiques » – placées dans la filiation des ordinateurs personnels ne doivent pas être prises comme une donnée intangible : tous les outils numériques sont aujourd’hui soumis à une épreuve pratique, les dispositifs technologiques peuvent très vite se modifier.
  • Faut-il qualifier de naïve, d’enchantée et d’irréaliste la position des médias (de la télévision à la presse écrite) tenant pour acquise la conversion de tous aux TIC sans vérifications empiriques préalables ?
  • Enfin, pour quelles raisons les travaux empiriques et les analyses critiques élaborées sont-elles si rares, singulièrement en langue française, alors que la « pression » de la demande semble être maximale ?

5On ne s’attardera pas longuement sur la première question qu’il n’est pas possible aujourd’hui de trancher. Il est en définitive moins important de savoir si des changements profonds interviendront dans les décennies qui viennent grâce à l’usage domestique d’Internet et / ou des cédéroms que de se demander sur quels types d’usages, sous quelles formes d’appropriations pourront déboucher ces éventuels changements. Dans tous les cas, les pronostics – qu’ils pêchent pas excès ou par défaut – peuvent toujours être désavoués quelques décennies plus tard et les médias comme les universitaires qui se lancent dans des envolées prophétiques prennent des risques. On peut simplement craindre aujourd’hui que la définition actuelle du multimédia soit trop fortement marquée par le règne de l’écrit pour se diffuser sans entrave. L’analyse des logiques d’usages observables en bibliothèques témoigne tout au moins du fait selon lequel les habitudes et les curiosités littéraires font varier les attentes et les modes de consultation des produits multimédias ; les usagers qui entretiennent les rapports les plus intimes avec la chose écrite paraissant, on l’a dit, être ceux qui sont le plus à même de donner un sens à l’utilisation des nouvelles technologies.

  • 1 « Retournement de tendance en 2005 », PC Magazine, mars 2000, n° 142, p. 39.
  • 2 Op. cit.

6La deuxième question nous arrêtera plus longtemps. Au plus général, c’est bien sûr le statut de l’ordinateur personnel qu’on doit interroger. Il est loin d’être certain que cet outil ait changé d’image ces dernières années. Perçu comme appartenant au monde savant, l’ordinateur semble avoir conservé le même statut d’objet « rare », « complexe » et dévolu à des opérations savantes depuis qu’on le nomme « poste multimédia ». Sans doute sa pénétration a-t-elle augmentée dans les familles comprenant de jeunes enfants, en raison de ses potentialités pédagogiques ; mais, pour l’essentiel, l’ordinateur reste mieux implanté dans les milieux déjà dotés préalablement. C’est sans doute la raison pour laquelle les prospectives commerciales privilégient de plus en plus les supports les plus variés – portables, câble / satellite, consoles de jeu – comme voies d’accès à Internet pour les années à venir. Au demeurant, cet état de fait permet de mieux comprendre la place qu’occupe aujourd’hui le cédérom. Une partition oppose une définition pour laquelle ces outils sont des objets transitionnels, des passerelles entre une Toile perçue comme complexe et un peu inquiétante et une perception selon laquelle ils ne seraient que de simples outils de stockage et / ou didactiques. Ce support possède ainsi une identité singulière pour les usagers des petites bibliothèques. Même si nous n’avons pas les moyens de savoir si les attentes et les anticipations de ces usagers sont à l’image d’attitudes plus largement partagées hors des bibliothèques, on peut supposer qu’ils ne sont sans doute pas les seuls à manifester ce type de perception. Dans son ensemble, la population française ne plébiscite pas ce support, au moins par ses achats. Ainsi, selon le panéliste GfK le nombre de périphériques accédant à Internet passerait de 3 millions en 1999 à 40 millions en 20051. Néanmoins, dans cette perspective, la ventilation des périphériques serait profondément modifiée, passant de 93,4 % pour les micro-ordinateurs, 0,3 % pour les téléphones mobiles et 6,2 % pour les consoles de jeux en 1999 à respectivement 20 %, 42 %, 30 %, auxquels viendraient s’ajouter d’autres types de périphériques. La prospective, exercice difficile et aléatoire, intègre ici une donnée qui possède une résonance singulière pour notre propos : le micro-ordinateur, outil intellectuel en ses commencements, manipulant l’écriture, l’image et le son, resterait, pour cette projection, un instrument communiquant relativement marginal (passant de 3 millions de connexions à seulement 8 millions). On voit poindre ici un réalisme tempéré sur le registre des modalités d’application – comment la nouvelle communication sera-t-elle concrètement administrée ? – d’une évolution projetée. Au demeurant, on peut ajouter que ce réalisme s’accompagne de quelques approximations. Selon l’enquête « Les usages de loisirs de l’informatique domestique » du DEP du ministère de la Culture2, un foyer sur 5, soit 20,5 % (5 millions de foyers) était équipé en 1999 d’au moins un ordinateur. Mais seulement 1/5 des foyers équipés d’ordinateurs, soit 1 million de foyers, disposait d’un accès Internet. Le différentiel très sensible entre les 3 millions du panéliste GfK et ce nombre tient évidemment à un mode de calcul différent : ce sont les périphériques qui sont recensés et non les foyers. Néanmoins, le choix des modes de calcul n’est pas sans impact sur la représentation qu’on se fait de la pénétration des nouveaux instruments de communication. Ainsi, les auteurs des « usages de loisirs de l’informatique domestique » soulignent qu’entre juin 1997 et le premier trimestre 1999, seul un accroissement léger (2 % en plus) du nombre de foyers équipés vient faire écho au très grand nombre d’ordinateurs vendus durant cette période et que les campagnes publicitaires ont fait largement connaître. Un marché de renouvellement s’est mis en place, qui vient ainsi atténuer l’impression de raz-de-marée qu’entretenait la croissance apparemment forte du marché durant cette période.

  • 3 S’il peut être risqué de prétendre que la puissance critique d’un organe de presse est fonction di (...)
  • 4 Daniel Schneidermann, Les Folies d’Internet, Paris, Fayard, 2000.
  • 5 On peut se référer notamment, entre autres, à un article publié par Nicolas Colin, ingénieur des t (...)

7La troisième question appelle de plus longs développements. Nous avons vu quelles étaient les difficultés d’instauration d’une critique des nouveaux médias ; nous avons constaté que les instances culturelles – observatoires officiels, institutions diverses œuvrant dans le domaine de la culture – ne manifestaient qu’un engagement critique limité. Nous pouvons également remarquer que la recherche universitaire – au moins pour les publications les plus diffusées – n’a eu que faiblement recours à l’analyse circonstanciée des dotations et des usages, pour Internet notamment. Il serait donc excessif de faire à nouveau le procès des médias qui semblent jouer à l’unisson avec les mondes intellectuels. On pourrait même dire qu’en certains cas la distance critique se rencontre plus nettement dans une certaine presse écrite que dans les livres écrits par les spécialistes du domaine. Ainsi, durant l’année 2000, le journal Le Monde a joué avec subtilité de la contradiction qui travaille toute prise de parole publique en distinguant dans ses colonnes, grâce à l’habile découplage qui y est institué, entre les prises de positions (fatalement plus engagées, militantes ou à tout le moins situées) de ses pages Horizon-débats3 et les analyses toujours assez prudentes développées dans les autres rubriques et fondées sur des sources extérieures (rapports d’activités et d’enquêtes, résultats économiques, comptes rendus d’ouvrages, etc.). De même, l’ouvrage de D. Schneidermann, Les Folies d’Internet4 est-il d’abord paru, sous forme de dossiers d’été, dans les pages Horizon-débats. Considérant Internet comme un grand livre culturel, dont chacun pourrait éprouver les frontières et les horizons, l’auteur y développe une vision culturaliste d’Internet. D’emblée, une qualification livresque révèle l’identité supposée de l’outil. Il n’y a donc pas lieu de décrire la façon dont se métissent et se déclinent les pratiques antérieures et perspectives nouvelles propres au média ; chacun peut en avoir une évaluation directe et quasi expérimentale en choisissant de faire d’Internet un objet spéculatif dont on pourrait explorer l’extension et l’être actuels. Cette lecture très située, comme les engagements fervents et militants d’un ingénieur en télécommunication5, de tel ou tel opérateur ou promoteur d’une start-up sont ainsi présentées comme des témoignages, des positions prises par les acteurs engagés sur le terrain.

  • 6 C’est sans doute dans le domaine des pratiques musicales savantes qu’une telle analyse peut être d (...)

8De fait, la tension entre l’importance culturelle accordée à Internet par les médias et les passages à l’acte, singulièrement dans les affaires privées (nouvelle citoyenneté, « braconnages » culturels, sollicitation du « grand livre » d’Internet notamment) tient sans doute à un fait : les nouveaux outils électroniques, comme, au reste, les pratiques culturelles savantes sont plus le fait d’une élite que d’une upper middle class6. Si l’on s’accorde avec ce point de vue, la tension que nous venons de souligner change de nature. Des médias comme Le Monde accordent une grande place aux TIC parce que ces dernières jouent un rôle de premier plan à la fois dans les secteurs économiques et dans les pratiques de quelques minorités. L’on retrouve dans nos échantillons et dans nos entretiens – singulièrement à la BnF – la trace de cette activité marginale. Loin de s’étendre à l’ensemble des fractions les plus formées et les plus aisées qui constituent une grande partie des publics de bibliothèques, la domestication des TIC semble ainsi être régie par un mouvement qui doit beaucoup à l’activité de quelques cercles (ceux que nous avons qualifiés dans les chapitres précédents de philonéistes notamment, mais aussi, et de manière plus inattendue, les individus ayant eu l’opportunité de se mouvoir géographiquement). La confusion qui, longtemps, en matière de culture aura généralisé aux « groupes supérieurs » ce qui singularise quelques-unes de ses marges est donc au fondement d’une lecture mécaniste des fonctionnements sociaux.

9Cet état de fait permet de comprendre, pour conclure sur notre quatrième question, la raison pour laquelle les résultats des enquêtes existantes sont si difficiles à interpréter. À prendre au mot les espoirs dont se bercent nombre de commentateurs, on prend le risque de vouloir vérifier, évaluer et jauger là où il faudrait sans doute lancer des explorations centrées sur quelques pratiques minoritaires. Cette enquête n’échappe pas à ce type de critique. Elle l’assume pourtant, pour considérer qu’une évaluation frontale est sans doute la seule façon d’exorciser les incantations entêtantes qui circulent aujourd’hui.

10On a constaté que les enquêtes sur les pratiques sont rares, au moins si l’on s’attache à une définition restrictive de ce que signifie enquêter pour le domaine singulier des TIC. Si l’on pose qu’il importe de mettre en place des dispositifs quasi expérimentaux afin de faire apparaître les variations engendrées par l’usage de moyens inédits par rapport aux pratiques passées, les travaux qui répondent à cette exigence ne sont pas légion. Cette enquête s’inscrit dans ce cadre. Répondant à un appel d’offres aux attendus fatalement extérieurs aux chercheurs qui la réalisent, de telles entreprises ne supposent pas que ces derniers soient en désaccord avec la visée expérimentale qui est à son principe. S’il y a sans doute quelque naïveté à envisager une explication causaliste, fondée sur la croyance en une mécanique sociale (où les techniques joueraient un rôle de premier plan), il est de même réducteur de privilégier l’observation de processus sociaux, de dynamiques où l’action humaine tient la première place sans essayer de décrire la fonction catalytique – mais non fatalement première – d’un certain nombre d’innovations. Cette position n’interdit pas l’alliance entre l’intelligibilité que procurent les approches structurales – où les groupes ou les fractions sociales, ainsi que les savoirs, les techniques et les outils qu’ils contrôlent peuvent jouer un rôle dans l’explication – à la plasticité typologique des théories de l’action. Un tel cahier des charges est contraignant et l’on peut aisément comprendre la difficulté que nous avons eue à trouver des études répondant à la posture que nous venons d’évoquer.

  • 7 Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith, « Des caméras dans un conseil municipal : portée et limit (...)
  • 8 Op. cit., p. 150.
  • 9 Selon Pratiques culturelles des Français, 1989 (op. cit.), 58 % des professions intellectuelles su (...)

11C’est sans doute là une des raisons qui nous fera saluer le grand intérêt et la proximité avec nos préoccupations du travail réalisé par Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith à propos d’un conseil municipal interactif dont l’auteur explore l’aventure7. Fondé sur un patient travail d’enquête, sur une durée permettant une investigation détaillée, cette recherche est sans doute aujourd’hui l’une des plus conséquentes réalisée en un contexte particulier – autour d’une activité remodelée par l’introduction des TIC et non dans la généralité de pratiques sorties de leur contexte. On peut s’accorder avec les auteurs pour constater que « l’expérience de retransmission télévisée du conseil municipal par le câble (avec possibilité pour les téléspectateurs d’intervenir durant la tenue de ce conseil) menée à Issy-les-Moulineaux depuis 1997, constitue un exemple emblématique » pouvant éclairer les débats que suscite la constitution d’un espace public local, à partir de l’utilisation des TIC. De fait, deux dimensions sont particulièrement bien éclairées dans l’article ; d’une part, l’implication et le rôle de certains groupes, plus engagés dans « l’action citoyenne », d’autre part, les modulations – souvent significatives de la perception de ce que sont et font les responsables politiques ainsi que la façon dont ces derniers s’expliquent en public. Ainsi, la traduction directe de ces évolutions s’est concrétisée par la nécessité de rendre accessibles des dossiers complexes au public (budget, urbanisme notamment), par la meilleure et progressive domestication des outils de communication par les responsables politiques et par une relative pacification des oppositions partisanes. On peut sans doute discuter le constat selon lequel les citoyens, concernés par ces conseils municipaux interactifs se recruteraient plutôt au sein des « professions intermédiaires et nouvelles classes moyennes en tête8 », puisqu’ils se caractérisent également par une tendance à avoir une activité associative et que cette dernière est – tendanciellement – le fait de professions intellectuelles supérieures, puis des professions intermédiaires. Quoi qu’il en soit ce point de détail ne gomme pas le constat principal selon lequel l’implication citoyenne et technologique – et donc l’usage privilégié des TIC dans le cadre de ces conseils municipaux interactifs – est le fait d’une minorité active et agissante. On ne peut être que frappé par la proximité des résultats de cette enquête et de celle qui nous a occupée dans ces pages. Ainsi, le bilan que dressent Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith est-il en demi-teinte : « Au total, si tous les acteurs (élus et citoyens) insistent sur le fait que l’existence du CMI (conseil municipal interactif) est bonne pour la démocratie et donne une certaine visibilité aux élus, nombreux sont ceux qui soulignent cependant la nécessité d’encadrer l’expérience par une intervention plus importante dans la commune, par des réunions citoyennes (conseil de quartier). L’expérience, si elle sert de vitrine à la ville et permet d’injecter du sens dans la communauté, ne favorise pas vraiment la participation : la vie locale ne s’en trouve pas profondément bouleversée et les résultats ne sont pas à la hauteur des espoirs. Elle n’apparaît donc pas exclusive d’autres formes de relation encore à inventer et à revivifier9. »

  • 10 Nicholas Garnham, « La Théorie de la société de l’information en tant qu’idéologie », Réseaux, (...)
  • 11 Cf. notamment, La Société en réseaux, Paris, Fayard, 1998 (L’Ère de l’information ; tome I).
  • 12 Roger Chartier, « Le texte entre auteur et éditeur », in Le Livre en révolutions, op. cit., p. 47- (...)

12Ces espoirs déçus nous ramènent à notre dernière question et l’on peut sans doute imputer pour partie le caractère limité de l’engagement critique qui caractérise à la fois les recherches universitaires et la position des observatoires officiels et des institutions culturelles aux aspects idéologiques que revêt le débat sur l’influence des nouvelles technologies. Ce dernier est en effet essentiellement alimenté par de très nombreux articles et rapports analysant les différents types d’enjeux liés à l’émergence des nouvelles technologies. Ce terme d’« enjeux » a son importance dans la mesure où il traduit très souvent une référence implicite à la théorie de la société de l’information. Dans la critique qu’il dresse des travaux de Manuel Castells, Nicholas Garnham10 observe précisément que le recours au terme de « société de l’information » s’impose trop souvent dans les milieux politiques et universitaires comme un préalable à toute analyse, sans qu’il soit jugé nécessaire de revenir sur la validité des constructions théoriques auxquelles renvoie cette expression. Pourtant, les écrits de Manuel Castells11 partagent avec la plupart des études traitant des relations entre techniques et société le travers de ne s’intéresser centralement qu’à l’innovation et à l’émergence de nouvelles techniques. Faute de mesurer l’influence de ces dernières à l’aune des techniques anciennes ayant pénétré le social avec plus d’ampleur, ce type d’analyse est presque toujours condamné à qualifier de platement nouvelles ou révolutionnaires des évolutions qui gagneraient pourtant à être comprises dans la longue durée. Ce n’est donc pas un hasard si les contributions les plus heuristiques du débat sur l’influence des nouvelles technologies nous paraissent à ce jour devoir être plutôt cherchées du coté d’historiens tels que Roger Chartier, peu enclins à céder aux facilités prophétiques. On trouve ainsi chez ce dernier un éclairage intéressant sur le thème du respect des droits d’auteur dans les œuvres multimédias12 : en montrant que le problème de l’immatérialité du texte s’est posé dès le xviiie siècle aux communautés de libraires et d’éditeurs, Roger Chartier nous fait comprendre que les possibilités de manipulation et de détournement offertes par le texte électronique ne font que reposer avec plus d’acuité des questions pour lesquelles un certain nombre de réponses ont déjà été trouvées.

  • 13 Voir à ce propos l’ouvrage de David F. Noble, The Religion of Technology, New York, Penguin Books, (...)
  • 14 David Edgerton, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques (...)

13Mais, si l’on admet qu’un grand nombre de recherches portant sur les communications électroniques voient leur intérêt minoré par une inscription trop forte dans ce que l’on pourrait appeler une « modernité immédiate », on n’en comprend cependant pas mieux le caractère récurrent de cet engagement idéologique malgré les appels à la prudence lancés par de nombreux chercheurs. Sans aller jusqu’à user du terme de religion13 pour qualifier ces attitudes technicistes, David Edgerton considère que « les récits de techniques centrés sur l’innovation et sur les savoirs formels sont essentiels dans la culture du xxe siècle14 ». Le fait que la plupart des gouvernements des grands pays industrialisés consacrent la majeure partie des budgets de recherche portant sur l’étude des techniques à l’innovation plutôt qu’à l’usage ou à la diffusion des techniques n’est qu’une des multiples facettes de la préférence que nos sociétés semblent marquer pour le futur. Il n’est donc pas totalement surprenant dans un tel contexte de constater que les études se donnant le temps d’effectuer des mesures patientes et d’élargir leurs champs d’investigation restent rares. En fait, dès lors que l’on prend pour acquis le fait que nos sociétés sont entrées, ou tout au moins sont en passe d’entrer, dans un « nouvel âge numérique », une ère de l’information dans laquelle les structures économiques, politiques, sociales et culturelles verraient leurs évolutions déterminées par une série d’innovations techniques, on considère comme effectifs des ruptures ou des changements qui ne se trouvent encore pour la plupart qu’à l’état de potentialités.

Notes

1 « Retournement de tendance en 2005 », PC Magazine, mars 2000, n° 142, p. 39.

2 Op. cit.

3 S’il peut être risqué de prétendre que la puissance critique d’un organe de presse est fonction directe des hauts faits imputables à certains de ses journalistes (cf. la réputation du Washington Post après le Watergate et la lecture qu’en fait Michael Schudson, dans The Power of News, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1995), on peut penser que les dispositifs mis en place dans la « formule » et le style rédactionnel d’un journal (recours aux archives du journal ou, comme ici, distinction de registres d’intervention, auxquels il n’est pas donné le même poids) confèrent une autorité et une crédibilité accrues à un organe de presse. Il est du reste piquant que, dans le cas du Monde, ce dispositif rédactionnel ait été la cible de l’analyse légitimiste de Pierre Bourdieu (l’introduction de prises de positions dues à des intellectuels, des acteurs de la vie politique et culturelle étant assimilée par l’auteur à un mouvement de vulgarisation, motivé par la recherche d’audience et érodant le pouvoir critique et distancié des journalistes du Monde). Cf. Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Liber, 1996 ; voir également la lecture que Cyril Lemieux fait de cet ouvrage dans un chapitre du Travail sociologique de Pierre Bourdieu, op. cit., p. 205-229, ainsi que la note critique de Jean-Louis Fabiani, Emmanuel Ethis, et Emmanuel Pedler, « À propos de Sur la télévision de Pierre Bourdieu », Genève, Revue européenne des sciences sociales, n° 109, p. 167-170.

4 Daniel Schneidermann, Les Folies d’Internet, Paris, Fayard, 2000.

5 On peut se référer notamment, entre autres, à un article publié par Nicolas Colin, ingénieur des télécommunications, « Démythifier la fracture numérique », Le Monde, 19 septembre 2000.

6 C’est sans doute dans le domaine des pratiques musicales savantes qu’une telle analyse peut être développée. De fait, rien ne permet d’affirmer, comme cela a souvent été fait, que les pratiques savantes sont les pratiques dominantes des groupes dominants.

7 Éric Maigret et Laurence Monnoyer-Smith, « Des caméras dans un conseil municipal : portée et limites de l’expérience d’Issy-les-Moulineaux », Hermès, n° 26-27, 2000, p. 141-158. La place des TIC est tout à fait centrale dans le dispositif puisque l’implication des citoyens se traduisait autant par une participation téléphonique, que par la rédaction d’e-mail ou de fax et que les conseils étaient retransmis par le câble.

8 Op. cit., p. 150.

9 Selon Pratiques culturelles des Français, 1989 (op. cit.), 58 % des professions intellectuelles supérieures ont participé à une association, contre 47 % pour les professions intermédiaires et 25 % chez les ouvriers non qualifiés. Selon la version de 1997 de la même étude, ces chiffres passent respectivement à 48 %, 45 % et 20 %, soit des écarts plus restreints. Cependant, les individus déclarant participer à une association syndicale ou politique se recrutent de façon beaucoup plus nette chez les membres des professions intellectuelles supérieures (17 % en 1997) que chez leurs homologues des professions intermédiaires (11 % en 1997). On peut donc penser que les citoyens concernés (et câblés) forment un échantillon au sein duquel les professions intermédiaires sont majoritaires, sans que ce fait signale une surtendance propre à ce groupe.

10 Nicholas Garnham, « La Théorie de la société de l’information en tant qu’idéologie », Réseaux, n° 101, 1999, p. 53-91.

11 Cf. notamment, La Société en réseaux, Paris, Fayard, 1998 (L’Ère de l’information ; tome I).

12 Roger Chartier, « Le texte entre auteur et éditeur », in Le Livre en révolutions, op. cit., p. 47-73.

13 Voir à ce propos l’ouvrage de David F. Noble, The Religion of Technology, New York, Penguin Books, 1999.

14 David Edgerton, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », in Des Sciences et des techniques : un débat, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998, p. 259-287.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access