Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Deuxième partie. Le tête à tête entre usagers et dispositifs multimédias

Chapitre I. Des représentations aux pratiques

Texte intégral

1Pour être exploré de manière conséquente et comme un en-soi, l’univers des représentations appelait un tout autre dispositif que celui qui a servi à analyser dans la présente enquête les comportements et les pratiques des nouvelles technologies dans quelques bibliothèques françaises. En revanche, l’orientation des protocoles et la conception de l’enquête permettent sans trop de difficultés d’analyser les relations et les interférences entre représentations et pratiques. En outre, si les entretiens réalisés dans chaque site livrent un matériau discursif qui, bien que redondant parce que stéréotypé, apparaît comme tout à fait exploitable (chapitre suivant), c’est grâce aux protocoles permettant d’observer les cheminements des usagers confrontés à des sites multimédias que l’on peut répondre le plus complètement à la question du va-et-vient entre attentes, anticipations et passage à l’acte.

  • 1 Marc Angenot, Ce que l’on dit des juifs en 1889 : antisémitisme et discours social, Montréal, ciee, (...)

2De fait, les idées, les attentes et les anticipations concernant des instruments nouvellement mis en circulation se propagent à un niveau international pour être diversement acclimatés localement. Les cheminements et les parcours de ce que Marc Angenot appelle des « idéologèmes1 » pourrait constituer en soi une recherche portant sur la société dans son ensemble. Sur ce plan, remarquons que Marc Angenot traite toute « la chose écrite » en langue française sur une année, afin de comprendre comment émerge ou réémerge un discours particulier – ici sur l’antisémitisme –, dans quels cercles il prend racine, et quelles transmutations il subit en traversant diverses strates sociales. Il va sans dire que, dans le domaine des discours sur la technique, ce cadre général nous échappe et qu’il n’est possible d’en restituer quelques fragments qu’en se référant à une histoire des idéologies techniques. Pris isolément les discours des usagers ou des bibliothécaires se caractérisent, pour l’essentiel, par une a-référencialité de leurs énoncés. Ces derniers ne visent pas, en effet, un outil particulier (cédérom, poste multimédia, site singulier d’Internet), mais des ensembles aux contours flous (les nouvelles technologies, Internet) conférant aux discours une généralité et une portée que l’on peut dès lors qualifier d’idéologique, c’est-à-dire constitués d’énoncés qui ne sont susceptibles de ne subir aucune épreuve de réalité. Loin d’être des témoignages, rendant compte d’expériences singulières, ces discours sont avant tout des prises de position globales qui renvoient à d’autre positions de même type et qui circulent dans « l’air du temps ».

3Ces positions peuvent être étudiées de deux manières possibles : d’un côté en les référant à l’évolution récente des idéologies techniques dont Philippe Breton et Serge Proulx ont dressé une histoire depuis les années quarante, de l’autre en étant situées – tous les acteurs ne tiennent pas les mêmes discours stéréotypés – grâce aux cadres tendanciels de l’enquête statistique que nous avons réalisée et qui réfèrent les positions prises par les enquêtés à leurs appartenances sociales et culturelles.

4À l’état brut, les discours enchantés, réservés, opposés ou ambivalents recueillis dans l’enquête mettent en évidence une image confuse des représentations propres aux usagers des bibliothèques. La liste, à la Prévert, des positions prises dans les entretiens par la grande majorité des usagers de l’enquête (cf. infra, chapitre II) ne permet pas de comprendre comment et sous quelle forme les représentations jouent un rôle dans les comportements et les pratiques. Cette liste n’offre pas de grandes surprises et la présentation de quelques extraits fortement contrastifs les uns par rapport aux autres (que nous utilisons dans ces pages, cf. deuxième partie, chapitre I, description du cédérom) donne un aperçu de la nature de ce matériau. Sans doute est-ce la figure de l’ambivalence ou de l’indécision qui prend la plus grande place dans les quelques 40 entretiens recueillis durant les passations réalisées entre novembre 1998 et février 1999.

Représentations des nouvelles technologies : médias, acteurs publics et usagers

  • 2 Roger Chartier, Le Livre en révolutions : entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Éditions Textuel, 199 (...)

5L’apparition des nouvelles technologies dans les bibliothèques a fait resurgir les ambitions universalistes, les rêves d’une bibliothèque idéale, proposant à ses lecteurs un accès encyclopédique à tous les savoirs : avec les réseaux numériques, il deviendrait potentiellement envisageable de faire accéder un public élargi à la consultation de bien plus de documents que la bibliothèque n’a les moyens d’en conserver. La mise en réseaux des bibliothèques et l’offre multimédia rejoignent en fait le mouvement amorcé après-guerre dans les bibliothèques municipales qui a vu, comme le souligne Roger Chartier « l’application du modèle américain : la lecture publique suppose que la bibliothèque sorte des murs, aille à la rencontre des lecteurs, avec les bibliobus, avec les bibliothèques de prêt installées dans les quartiers, avec les bibliothèques dans les entreprises2 ». En proposant un accès en ligne à des documents numérisés, les bibliothèques municipales renouvellent cet effort engagé depuis de nombreuses années. Il reste qu’il faut informer les lecteurs de ces nouvelles possibilités et les convaincre de transformer pour partie leurs habitudes de lecture, ou tout au moins les intéresser aux possibilités que leur offrent les nouvelles technologies.

6Dans les bibliothèques, les démarches entreprises pour valoriser l’offre multimédia semblent bien souvent prendre les formes détournées du prosélytisme dans la mesure où certains dispositifs sont mis en place dans la perspective de convertir le plus grand nombre aux nouvelles technologies. Les avantages que semblent procurer ces nouvelles techniques documentaires aux professionnels de la lecture sont tels qu’il leur paraît utile, voire urgent, de former le plus grand nombre à leur utilisation. Le désintérêt de certains publics à l’égard de l’offre multimédia est alors essentiellement interprété comme relevant d’une méconnaissance des potentialités des nouvelles technologies ou, plus fréquemment, d’un manque de formation.

7Le désir bienveillant de mettre en place des stages de formation au sein des bibliothèques est renforcé par la demande même de certains groupes d’usagers déjà convaincus des enjeux liés à la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Lorsque ces discours se traduisent en actes et que le cercle des adeptes de l’utilisation d’Internet ou des cédéroms s’élargit, il est courant d’interpréter le mouvement de diffusion qui en découle comme devant être exponentiel et démocratique, transférant en fait les potentialités des nouvelles technologies (perçues, on l’a dit comme ayant un caractère révolutionnaire et universel) aux cercles des publics susceptibles d’être concernés. Nous avons vu plus avant que les usagers les plus réceptifs à l’offre multimédia proposée dans les bibliothèques de l’enquête présentent pourtant un certain nombre de particularités sociales qui contredisent pour partie l’idée selon laquelle les usages des nouvelles technologies sont susceptibles de mobiliser tous les types de publics de ce genre d’institutions.

8Il n’est bien entendu pas question d’affirmer ici que les premiers « convertis » au maniement d’Internet ou des cédéroms se recrutent tous dans une seule et même élite culturelle mais bien de relativiser la représentativité de certains adeptes présentant tous les traits de l’autodidaxie et dont le parcours a de grandes chances de ne pouvoir être généralisable à l’ensemble du groupe dont ils sont issus. En revanche, il n’y a rien d’étonnant à constater que ceux qui militent dans les bibliothèques en faveur de la diffusion des nouvelles technologies s’appuient régulièrement sur ces profils atypiques pour illustrer la vigueur avec laquelle se diffusent les nouvelles technologies. Quelques entretiens réalisés auprès des médiateurs présents dans les bibliothèques nous ont ainsi permis de recueillir des commentaires affirmant que l’« on rencontre même des personnes âgées qui s’intéressent à Internet » ou encore que « toutes les classes sociales sont intéressées ; les chômeurs, ceux qui vivent dans la précarité sont également très demandeurs ».

  • 3 Jean-Claude Passeron, « Figures et contestations de la culture », in Le Raisonnement sociologique, (...)

9En proposant, dans Le Raisonnement sociologique, une synthèse des orientations idéologiques entre lesquelles balance toute politique culturelle Jean-Claude Passeron a déjà souligné ce trait particulier aux militants du secteur culturel : « L’illusion de toute militance, peut-être plus trompeuse encore dans le cas du militantisme culturel que dans le cas du militantisme politique ou religieux, c’est pour les militants de se croire représentatifs des masses sur lesquels ils entendent agir ; ou plus précisément, de croire représentatifs des masses à conquérir les premiers cercles d’adeptes qu’ils ont pu mobiliser3. »

10Il est d’autant plus tentant de penser que la très grande majorité des usagers des bibliothèques sera amenée à se convertir à l’usage des nouvelles technologies que l’analyse des entretiens effectués auprès de publics très divers témoigne d’un discours dominant relativement conciliant à l’égard de l’informatique. Ainsi, l’idée selon laquelle « il faudra bien se mettre à l’informatique » semble partagée par un grand nombre d’enquêtés (cf. infra, chapitre II). Ce type de propos semble pourtant devoir être mis davantage sur le compte de l’idée fort répandue selon laquelle le progrès technique suit aujourd’hui une marche inexorable plutôt que sur un désir nécessairement partagé de suivre une formation à l’informatique.

11La référence au progrès technique n’est pas, dans l’esprit des enquêtés, sans ambivalence. De fait, les enjeux attachés aux nouvelles technologies ou à l’informatique en général sont parfois interprétés de manières contradictoires : on hésite à considérer l’informatique sous ses aspects positifs (les ordinateurs soulagent les travailleurs, permettent d’augmenter les temps de loisirs ; les nouvelles technologies contribuent au développement de la démocratie et de la tolérance ou de l’esprit des droits de l’homme, etc.) ou au contraire négatifs (menace pour les emplois incarnée par les risques de substitution de l’homme par la machine ; thème du contrôle étatique des réseaux, menaces pesant sur la vie privée).

12Il est du reste intéressant de constater que cette ambivalence est loin de n’être le fait que des non-usagers de l’informatique : on trouve parmi les « internautes » des individus aussi méfiants à l’égard des risques totalitaires du fichage informatique que les non-usagers hostiles à l’informatique (cf. infra, chapitre II, entretiens 4 et 15, par exemple). Inversement, certains individus se déclarent peu intéressés par l’informatique pour eux-mêmes mais témoignent de leur optimisme pour les générations à venir.

13D’une manière générale, il semble que les usagers comme les non-usagers des nouvelles technologies éprouvent des difficultés à se représenter clairement les apports de ces dernières. Les comparaisons aux autres supports documentaires se multiplient généralement pour parler des avantages ou des désavantages que leurs usages comportent et il est bien souvent fait référence à l’avenir lorsqu’il s’agit de peser les « pour » et les « contre » de leur diffusion.

14S’il paraît compliqué pour les usagers des bibliothèques d’identifier clairement les différentes applications des nouvelles technologies, il faut également rappeler que tous les supports n’ont pas la même visibilité aux yeux des publics des bibliothèques. Ainsi, certains visiteurs ne considèrent pas les postes multimédias comme étant des instruments spécifiquement destinés aux lecteurs. C’est, par exemple, le cas de Michelle, 47 ans, résidant à Cavaillon, qui déclare : « Moi je ne sais pas comment on utilise ces ordinateurs. Les gens de la bibliothèque, eux, ils font ça sans arrêt alors forcément, si je leur demande de me trouver un livre, ils vont me le trouver beaucoup plus facilement ! L’informatique, c’est surtout à eux que ça sert… Les ordinateurs sont là pour eux. »

15L’attitude qui consiste à se détourner de tous les postes informatiques pour privilégier d’autres moyens de repérage et d’accès au livre, si elle ne prend pas toujours cette forme extrême, apparaît cependant assez répandue comme en témoigne la synthèse des résultats à la question « Lorsque vous devez chercher un ouvrage précis, par quel moyen le trouvez-vous plutôt ? » (cf. tableau 1).

Tableau 1. Moyen préférentiellement utilisé pour repérer un ouvrage précis. Comparaison BnF / Miramas / Cavaillon / Grenoble

Tableau 1. Moyen préférentiellement utilisé pour repérer un ouvrage précis. Comparaison BnF / Miramas / Cavaillon / Grenoble
  • 1 Les réponses classées sous ce terme font référence à l’informatique de manière plus précise que pou (...)

Note *1

Le dispositif

Le protocole

16Les quelques 96 passations réalisées à partir d’un protocole d’observation mis en place sur trois sites renferment une somme imposante d’informations de natures diverses. Réactions verbales par lesquelles les enquêtés commentent, interprètent et analysent la « visite » effectuée sur un cédérom (Michel-Ange), ethnographie quantifiée des cheminements et des temps d’exploration constituent les matériaux de base pour cette partie de l’enquête.

17Il s’est agi, dans un premier temps, d’observer les consultations des enquêtés pour une période de quinze minutes. Précisons que cette durée n’était pas indiquée aux enquêtés. En effet, il leur a simplement été demandé de consulter le cédérom et, après la durée impartie, c’est l’enquêteur lui-même qui mettait fin à l’expérience. Le choix de masquer la durée a principalement été orienté par la volonté de minimiser les risques de « fébrilité » de la part d’enquêtés ayant peur de manquer de temps pour mener à bien leur consultation, sachant qu’ils auraient à répondre à quelques questions par la suite.

18Les écrans consultés ont été notés dans l’ordre de leur apparition sur l’arborescence schématique (cf. page suivante) et les temps passés devant chacun d’entre eux scrupuleusement relevés.

19Durant la seconde phase du protocole, les impressions générales des enquêtés au sujet de la courte consultation venant à peine de se conclure ont été recueillies. Nous avons également cherché à évaluer le nombre et la nature des écrans ayant particulièrement retenu leur attention : en plus de commentaires cette fois attachés à la description, voire à l’analyse d’un seul écran à la fois, il devenait possible d’accumuler des informations sur les tactiques adoptées par les enquêtés pour repérer précisément un écran (utilisation de l’outil de recherche ou non ; accès direct ou détours compliqués, marqués d’essais et d’erreurs).

20La dernière phase du protocole, prenant la forme d’un entretien semi-directif, devait enfin permettre de préciser les attitudes des individus face à Internet ou à la lecture.

Graphique 1. Le protocole

Graphique 1. Le protocole

Description du cédérom

21Quelques mots sur la philosophie d’ensemble du cédérom.

22Le cédérom Michel-Ange s’ouvre sur un sommaire où une roue découpée en quatre quarts sert de table d’orientation. Le premier quart est dévolu aux récits, le second aux œuvres, le troisième aux personnages et le quatrième aux lieux.

23La construction arborescente du cédérom engage à distinguer des niveaux. Le niveau 1 étant la grille d’ouverture, le niveau suivant apparaissant à la suite d’une première manipulation (clic sur une des zones réactive du disque). On doit remarquer que le sommaire est conçu en sorte que, dans certains cas, deux types de bifurcations soient possibles, à partir de la grille initiale : soit lancer la lecture de fiches singulières (consacrée à un personnage, un lieu), soit choisir une catégorie (pour les lieux d’exposition, la catégorie utilisée est celle de la ville où ils se trouvent, etc.). Cette nuance complique quelque peu la formalisation qu’il est possible de réaliser à partir de la table d’orientation qu’est le sommaire, puisqu’une décision d’approfondissement ne passe pas toujours par le filtre des catégories (mais cela n’est le cas que pour les personnages et les lieux).

24Dans tous les cas, les cheminements s’effectuent soit verticalement par la « descente » vers des niveaux souterrains, soit horizontalement par un déplacement contigu qui, à partir du niveau 2, permet de passer des récits aux personnages, de ces derniers aux œuvres, des œuvres aux lieux. Pour accéder à ce niveau 2, il suffit de cliquer sur la circonférence de chacun des quarts, où apparaissent soit des dates (pour les récits), ou des vignettes (pour les personnages, œuvres et lieux).

25Pour une plongée en niveau 3, il suffit donc de cliquer sur les dates (ce qui permet d’accéder aux différents récits) ou sur les vignettes.

26Les récits du niveau 3 s’articulent autour d’une séquence d’images animées, placée au centre de l’écran qui se déroule sur un fond musical et l’accompagnement d’un commentaire. Ayant visionné la séquence, le visiteur peut cliquer sur une flèche pour enclencher le récit précédent ou le récit suivant. Pour chaque écran – et donc pour chaque récit –, à la fin du visionnement, une icône indique que l’on peut accéder aux notes. À ce stade (niveau 4), l’écran se compose d’un texte simple déroulant. Sur le côté des écrans de niveau 4, apparaissent des « boutons » en surbrillance, grâce auxquels le visiteur peut se déplacer horizontalement, vers les lieux, les œuvres ou les personnages.

27On saisit ici l’intérêt d’une telle architecture qui est de nature à permettre l’objectivation des trajectoires empruntées par les visiteurs. Ces derniers peuvent choisir en effet des plongées simples (que l’on nommera ici paradigmatiques, car elles déclinent un champ sémantique particulier, les récits, les œuvres, etc.), décider des parcours horizontaux qui épuisent la déclinaison syntagmatique des significations associées entre elles, autour d’une toile ou d’une sculpture.

28Pour les sommaires (quarts) consacrés aux œuvres, aux personnages et aux lieux, l’architecture est équivalente à celle que nous venons de décrire pour les récits. Pour les œuvres, quatre catégories sont proposées à l’intérieur de la circonférence du sommaire. En s’enfonçant d’un niveau à partir des sculptures par exemple, on aboutit à un écran de niveau 3 où apparaît une liste des œuvres, chacune étant figurée par une vignette titrée. Un clic permet alors de voir en grand écran la pièce choisie. À ce stade, il est encore possible d’effectuer un zoom sur un des points de la toile – grâce à une « main » qui se déplace sur l’image. À ces niveaux, l’accès à une notice contenant un texte d’accompagnement de l’œuvre, permet d’approfondir l’exploration de l’image.

29À ces derniers stades, il est toujours possible, comme précédemment, de bifurquer directement vers les récits, les personnages ou les lieux.

30Pour les personnages, la visite s’arrête au niveau trois. Aucun approfondissement particulier n’est offert.

31Enfin pour les lieux, le nom des villes figure sur des vignettes placées à la circonférence de la grille de départ. Les quatre villes (niveaux 2) intégrées dans le site conduisent à de nombreux lieux singuliers (où sont conservées ou exposées les œuvres). En cliquant sur le nom d’une ville, un texte de commentaires apparaît. On peut encore accéder à la carte de cette ville. Sur ces cartes, les différents sites sont figurés (niveau 4).

32Comme précédemment, on peut alors bifurquer vers les récits, les œuvres ou les personnages.

  • 4 Florence Lethurgez, Fonctions et usages des médiations paratextuelles des œuvres musicales, thèse d (...)
  • 5 Emmanuel Pedler, « Au frontière du regard, la sociologie de la réception et ses territoire », Revue (...)

33Le protocole mis en place et la conception de l’enquête s’inspirent de différents travaux réalisés autour de la réception des œuvres et singulièrement d’une recherche engagée auprès des discothèques de prêt (Aix-en-Provence) qui a donné lieu à une thèse soutenue à l’EHESS4 et à un article paru dans la Revue européenne des sciences sociales5.

34Ce protocole, d’une construction assez austère, s’était donné pour but de détailler les gestes, les actes d’exploration d’un fonds de disques compacts présentés directement dans des bacs mis à la disposition du public. Il s’agissait d’un fonds de musiques savantes. Seule la phase délibérative, avant le choix – qui était connu et analysé – a donné lieu à une analyse très précise. La séquence de lecture des premières de couverture, des quatrièmes, le feuilletage des livrets et l’emprunt ne duraient pas plus de sept minutes en moyenne. Durant cette brève délibération, de nombreuses opérations ont pu être observées : distinction entre intérêt finalisé – exploration tournée vers un emprunt – et curiosité – explorations après le dernier emprunt ; degré de sélectivité des usagers ; ampleur et nature des intérêts musicaux. C’est sans doute autour des notions de « curiosités documentaires » et de « curiosités délibératives » qu’une transposition peut s’établir afin d’analyser les « visites » des arborescences du cédérom Michel-Ange.

  • 6 Op. cit., p. 183.

35Les curiosités documentaires se laissent définir à partir d’indicateurs de comportements : « (1) On peut chercher à isoler les modes d’exploration des emprunteurs, c’est-à-dire à isoler les parcours systématiques. L’emprunteur tire souvent le fil d’une pelote alphabétique, ou plus fréquemment encore adopte un parti pris thématique en recherchant des musiques pour chœurs ou pour telle formation instrumentale. Dans ce cas, la consultation se déroule mécaniquement. Dans d’autres, les cheminements sont heuristiques et font alterner différentes postures de recherches, (2) on peut décrire les attitudes et les postures de celui qui explore. Et là encore, il faut opposer les approches très studieuses où la consultation évolue avec constance, où le regard est absorbé par les pochettes offertes d’attitudes plus adaptables qui se traduisent souvent par des pauses délibératives6. »

36Au titre des constats les plus importants dressés à la suite de l’étude, on peut compter : (1) la curiosité documentaire des moins diplômés, (2), au titre de « l’effet paradoxal du niveau de diplôme » selon lequel les effets de l’inculcation scolaire, de ses valeurs et catégorisations, ne se réalisent pas de manière linéaire – la croissance des effets corrélant l’augmentation des niveaux de formation : les diplômés de l’enseignement supérieur court s’adonnant à des choix très ascétiques (pour des périodes réputées difficiles, comme le Moyen Âge, la Renaissance ou le xxe siècle ; pour des réalisations musicales plus austères, instrumentales et non vocales). Enfin le troisième constat (3) soulignait les comportements sélectifs d’un groupe d’amateurs particuliers, les « pratiquants exclusifs » (qui ne déployaient aucune curiosité musicale éclectique, en dehors du domaine savant).

37Pour l’enquête qui nous occupe deux indicateurs sont apparus comme très sensibles et réactifs. Le temps et la répartition des durées dans l’exploration (la gestion des temps hétérogènes consacrés à des types variables de visite étant la forme la plus proche d’une « visite sélective » au sens de l’enquête ci-dessus) ainsi que les déplacements à l’intérieur des « syntagmes » et « paradigmes » de l’arborescence.

Le nombre d’écrans consultés : de l’économie de gestes à la dépense de curiosité

38À propos des temps de stationnement par écran, il faut distinguer ici deux types d’opérations. D’un côté s’observent des accélérations qui, réalisées à grande vitesse, ne permettent pas de lire l’ensemble des informations contenues dans une page et qui poursuivent d’autres finalités, comme découvrir la logique du cédérom, faire le tour du domaine avant de déterminer les parties les plus intéressantes pour une exploration plus posée. De l’autre, ce que l’on peut appeler les lectures complètes, toutes entières dévolues à la lecture intégrale ou même partielle d’un écran, constituent un autre mode d’accès.

39Ainsi peuvent s’opposer à partir de ce critère deux entretiens, E. 32 et E. 17 (cf. pages suivantes), dont le premier s’ouvre sur une vision rapide de l’ensemble de l’offre (les vingt premiers écrans ont ici été consultés en un peu moins de six minutes), avec un balayage par plongées « paradigmatiques » pour évoluer, dans un deuxième temps, vers des lectures complètes, de notices, notamment. Le second (E. 17) a connu un déroulement uniformément lent (quinze minutes, quinze écrans), ne manifestant aucune tactique de visite. Il s’agissait dans ce cas d’un homme âgé qui, dérouté par cet instrument inhabituel pour lui, affirmera à la fi n de l’entretien qu’il aurait préféré visionner à la télévision une émission comme Palettes, plutôt que de perdre son temps avec un cédérom.

40L’analyse des cheminements de cet individu dans le cédérom témoigne en fait de sa difficulté à évaluer la nature et la quantité des informations accessibles ; ses choix ne pouvant être référés à cette évaluation ont donc donné lieu à de longues délibérations et à une série d’allers retours ne faisant pas sens à ses yeux : « Quand je lis un livre sur ce genre de sujet, je commence par regarder la table des matières avant de lire ce qui m’intéresse… Là ce n’est pas possible et cela m’a gêné », nous a-t-il dit en fi n de consultation.

41L’individu n° 32, quant à lui, a également déclaré dans la phase d’entretien semi-directif avoir l’habitude de lire des ouvrages en sautant des pages ou en les commençant par la fin, par la table des matières (son statut d’étudiant de troisième cycle lui rend certainement ces compétences indispensables), mais la manière avec laquelle il a abordé la visite du cédérom lui a sans doute donné, mieux que pour l’individu n° 17, la possibilité d’évaluer la logique d’organisation des informations propres au cédérom Michel-Ange. De fait, passée une phase d’adaptation et d’évaluation, on constate bien que ces déplacements se cantonnent à des parties restreintes de ce produit, précisément celles qui contiennent des informations en quantité satisfaisante à ses yeux (les écrans de niveau 3 et 4 sont précisément ceux qu’il a choisi de commenter en phase deux du protocole, les jugeant « bien faits et intéressants parce que ce sont les seuls sur lesquels on apprend quelque chose… »).

42Tous les individus n’adoptent cependant pas des comportements aussi extrêmes puisque le nombre moyen d’écrans consultés par l’ensemble des enquêtés se rapproche davantage du chiffre de 39 que des quelques 15 ou au contraire 51 écrans visionnés par nos deux exemples précédents. On peut cependant bien différencier deux attitudes forts différentes qui consistent, dans un cas, à détailler attentivement le contenu de chaque écran avant de faire des choix et, dans l’autre, à faire alterner les phases délibératives et les phases proprement destinées à la « lecture » des écrans. Dans le premier type de navigation, l’attention relativement plus longue accordée aux écrans quels qu’ils soient conduit à en voir moins que lorsque l’on accepte de « sacrifier » la lecture intégrale d’un écran au profit de celui qui doit suivre.

Graphique 2. Protocole n° E. 17

Graphique 2. Protocole n° E. 17

Graphique 3. Protocole n° E. 32

Graphique 3. Protocole n° E. 32

43À ce jeu, les individus ayant suivi une formation scolaire moyenne se distinguent par des attitudes scolaires et ascétiques les rangeant plutôt dans le premier type de navigation que nous qualifierons d’appliquée et de prudente ; transposé au livre, ce type d’attitude pourrait correspondre à l’attitude qui consiste à ne jamais sauter une ligne ou une page dans un texte afin de ne pas risquer d’en brouiller le sens, là où des lecteurs pratiquant davantage des formes de lectures extensives se permettront davantage de liberté. L’observation du nombre moyen d’écrans consultés durant les quinze minutes que dure la phase un du protocole (cf. tableau 2) révèle bien un effet paradoxal du niveau de diplôme dont les implications se rapprochent sans doute de celles évoquées plus haut au sujet des discothèques de prêt puisque les individus aux formations scolaires courtes ou longues témoignent d’une plus grande « liberté de mouvements » que ceux qui ont bénéficié d’enseignements de niveaux intermédiaires.

Tableau 2. Nombre moyen d’écrans consultés au total selon le niveau de diplôme

Tableau 2. Nombre moyen d’écrans consultés au total selon le niveau de diplôme

44Parmi les variables les plus efficaces sur ce point, on compte également celle qui oppose le groupe des actifs de celui des étudiants qui, si elle va dans le même sens que les variables d’âges (les individus les plus âgés consultent en moyenne moins d’écrans que les autres) ou de sexe (les femmes se montrent plus « économes » que les hommes), maximalise les écarts constatés de groupes à groupes (cf. tableau 3).

Tableau 3. Nombre moyen d’écrans consultés au total. Comparaison actifs / étudiants

Tableau 3. Nombre moyen d’écrans consultés au total. Comparaison actifs / étudiants

45Si les actifs paraissent être plus curieux que les étudiants de découvrir le contenu informatif de chaque écran en opérant des stations longues, ils semblent par contre moins enclins à faire défiler les écrans pour : 1. Évaluer l’organisation de l’ensemble du cédérom avant de l’explorer partie par partie et 2. Cibler des informations de plus en plus précises en effectuant des circulations paradigmatiques. En d’autres termes, ils consultent en moyenne moins d’écrans que les étudiants mais l’analyse de leurs déplacements dans l’arborescence du protocole permet de ne pas attribuer cette économie de gestes à des curiosités s’exprimant moins fortement que pour les étudiants mais bien à plus de difficultés à mettre au point une stratégie de choix.

De la lecture experte à l’auto-évaluation

Lectures transversales et lectures d’approfondissement

46De fait, les actifs aux curiosités moins ciblées que les étudiants et qui sont plus nombreux à s’intéresser aux cédéroms documentaires dont le titre Michel-Ange fait partie, semblent faire preuve d’une moindre sélectivité dans leurs choix de navigation, ce qui se traduit par des retours plus fréquents aux sommaires et des cheminements « paradigmatiques » moins fréquents que pour leurs homologues étudiants (cf. tableau 4).

  • 7 Voir plus haut l’arborescence du cédérom Michel-Ange explicitant la répartition de ces types d’écra (...)

Tableau 4. Répartition des types d’écrans consultés sur le cédérom Michel-Ange7 pour les étudiants et les actifs et assimilés

Tableau 4. Répartition des types d’écrans consultés sur le cédérom Michel-Ange7 pour les étudiants et les actifs et assimilés

47Il semble bien que, pour les actifs, la part d’écrans de sommaires ou de listes, proposant en fait peu de contenu informatif et beaucoup de possibilités de choix, soit légèrement surreprésentée dans leurs types de navigation par rapport à celles qu’adoptent les étudiants, plus circonspects lorsqu’il s’agit de déterminer la partie du cédérom qu’ils souhaitent consulter.

48Ainsi, l’exploration approfondie à partir d’un seul paradigme, jusqu’à la lecture des notices, est-elle une figure qui se rencontre fréquemment chez les étudiants et qui révèle une posture de curiosité qui ne se laisse pas influencer par les « contaminations » de proche en proche, conduisant plutôt à balayer l’axe syntagmatique. Si les actifs se montrent plus curieux, répartissant leur temps de consultation de manière plus uniforme sur l’ensemble du cédérom, ils semblent également moins sélectifs dans leurs choix et accèdent à des informations n’ayant pas souvent grand rapport entres elles puisqu’elles sont plus souvent consultées sur un mode paradigmatique, sans approfondissement.

49Cette capacité à obtenir efficacement des informations ciblées, d’un niveau de généralité moins grand que pour les écrans de niveau 1 à 3, se trouve être plus répandue chez les forts lecteurs, plus nombreux en moyenne à consulter les écrans consacrés aux notes, aux notices ou aux zooms sur les œuvres (cf. tableau 5).

Tableau 5. Nombre moyen d’écrans de niveau 4 (notes, notices, zoom) consultés selon l’intensité de lecture

Tableau 5. Nombre moyen d’écrans de niveau 4 (notes, notices, zoom) consultés selon l’intensité de lecture

50Il nous faut alors supposer qu’ici l’intensité de lecture traduit des niveaux de compétences différents : les forts lecteurs parviennent à s’orienter dans le cédérom de telle manière qu’ils obtiennent des informations précises en plus grand nombre. La tentation d’explorer les écrans de manière transversale se fait peut-être moins pressante pour ces derniers dans la mesure où leurs lectures les habituent à manier sommaires et index de façon à accéder aux passages les plus intéressants pour eux, sans nécessairement chercher à reconstruire l’intégralité du sens du texte dans sa linéarité.

Les évaluations portées par les enquêtés eux-mêmes sur leur consultation

51Pour autant, comme le laissent apercevoir les entretiens semi-directifs placés à la fin du protocole, même dans ces cas les plus favorables où l’exploration est engagée dans un esprit d’ouverture, les attentes peuvent être déçues.

52On retrouve ces tensions entre pratiques et discours, à propos des jugements et des remarques que suscitent la découverte de ce cédérom. La présence des jugements généraux, non spécifiques – qui, pour un livre, amènerait des remarques sur la mise en page, la qualité du papier, plutôt que sur le texte que l’on vient de découvrir – est la figure que l’on rencontre le plus souvent. C’est ainsi que les remarques les plus fréquentes, tous groupes sociaux confondus, ont la forme suivante : « Les images sont trop petites, elles pourraient être plus grandes (E. 1) » ou encore, toujours pour le E. 1. : « Étant donné les moyens actuels, le vignettes sont trop petites. » Les jugements portant sur la qualité de réalisation reviennent presque toujours : « Le sommaire est bien mis en page (E. 18) » ou « C’est bien fait, c’est bien organisé. Les images sont sympas (E. 2) », ou encore, « Les images sont très bien, il y a des problèmes de chevauchements. Les récits s’enchaînent parfaitement. Au moment où le récit change, on entend du clavecin. C’est comme pour les livres cassettes avec la clochette pour tourner la page (E. 6) ».

53Les jugement de fonds sont donc très rares et lorsqu’ils apparaissent, la référence au livre prévaut le plus souvent. En fait, interrogés sur la façon dont ils se sont repérés dans le cédérom, les enquêtés déclarent dans leur ensemble, à l’image de l’individu n° 17, être séduits par l’habillage graphique des écrans mais gênés par le fait de ne pas pouvoir évaluer, au moment des choix, la quantité d’informations dont ils pourront disposer dans les parties suivantes. Les références au livre sont alors invoquées pour expliciter cette gêne : « Le problème avec le sommaire, c’est qu’on n’a pas du tout idée du nombre de pages qui suivent (E. 45) » ou « C’est bien fait mais par exemple il n’y pas vraiment d’index. Quand j’ai cherché à trouver des choses sur la chapelle Sixtine, eh bien je n’ai pas pu le faire comme dans un livre, en allant directement sur les bonnes pages. L’écran de recherche m’a donné les écrans qui correspondaient mais justement tous, même ceux avec juste une vignette ! (E. 87) ».

54Dans un ouvrage papier, en effet, il est relativement aisé d’évaluer le nombre de pages consacrées à tel ou tel sujet, simplement en lisant la table des matières, ce qui apparaît impossible lors de la consultation des cédéroms documentaires. Inversement, le fait qu’il soit possible à tout moment de retourner au sommaire ou d’explorer des liens hypertextes s’avère assez déroutant aux yeux de certains usagers qui peinent à donner un sens, une logique à leur consultation : « Avec tout ça, je me suis un peu perdue… Je retournais toujours au même écran. Je n’ai pas dû bien comprendre comment ça marchait mais au bout d’un moment, ça lasse… (E51) » « Je n’arrive pas à me faire une idée de ce que l’on veut me raconter sur la longueur. Quand on prend un livre c’est plus simple ! On commence par un bout et on arrive quelque part. Là j’ai trouvé ça très confus… (E. 39) »

55Les écrans présentant les étapes de la vie de Michel-Ange sous la forme de récits ont par contre connu plus de succès : « Là, d’accord, on a une petite histoire qui a un sens. Ok, il faut prendre la peine d’entendre la fi n mais au moins on apprend un peu des choses, des petites anecdotes… (E. 12) » ou « J’ai bien aimé les petits écrans animés parce qu’ils ne vont pas dans tous les sens, pas comme moi ! ».

56La mise en forme diégétique de la narration dans ses écrans, proche de celle rencontrée au cinéma, donne aux enquêtés des références à partir desquelles ils se sentent en mesure de porter un jugement sur le contenu même de ce qu’ils ont vu et non plus sur la simple mise en forme des informations : « Les informations m’ont parues justes, bien documentées. C’est à partir de là que je suis vraiment rentrée dans le cédérom (E. 61) » ; « On se rend bien compte ici de ce que pouvait être le travail d’un artiste de l’époque, avec toutes les petites intrigues autour de lui, la relation au mécène, ce genre de choses. Ce genre d’anecdotes ne seraient pas aussi bien montrées dans un livre… Au cinéma peut-être mais je ne pense pas qu’un réalisateur oserait faire un film sur la vie de Michel-Ange aujourd’hui ! (E. 25) ».

57La mise en scène narrative des informations de ces écrans, si elle fait l’objet d’attention particulière par certains enquêtés, en déçoit d’autres par son contenu anecdotique, trop éloigné de ce que pourraient proposer des livres d’arts ou une émission comme Palettes dont on a vu qu’elle s’imposait souvent à l’esprit des enquêtés lorsqu’il leur était demandé de comparer ce cédérom à d’autres supports développés sur le même sujet : « C’est bien, j’aime bien, mais on n’apprend pas grand chose sur la manière dont Michel-Ange travaillait, sur ce qu’il voulait faire passer dans ses œuvres. Pourtant, il me semble qu’un cédérom pourrait faire ça très bien parce que là on n’a pas forcément besoin d’avoir un point de vue d’auteur sur la question. Je veux dire, faire quelque chose d’analytique aurait été bien (E. 48). »

58Nous touchons ici à une question importante, que nous aurons l’occasion de développer plus complètement dans le chapitre suivant, qui tient aux attentes généralement affectées au cédérom en tant qu’objet de médiation culturelle : si pour certains il paraît bien adapté à la mise en scène narrative des informations qu’il contient, d’autres enquêtés expriment davantage leur envie d’accéder par ce biais à des informations précises, ciblées, de manière pratique.

59Il semble bien, en regard des commentaires recueillis lors du protocole, que le cédérom Michel-Ange n’échappe pas à cette ambiguïté, étant tour à tour évalué dans ses aspects pratiques (« Là on accède très rapidement aux photos classées par thèmes, c’est beaucoup plus rapide que dans un livre » [E. 9] ou narratifs, cf. extraits page précédente).

Notes

1 Marc Angenot, Ce que l’on dit des juifs en 1889 : antisémitisme et discours social, Montréal, ciee, 1984. Voir également, du même auteur, Glossaire pratique de la critique contemporaine, Hurtubise hmh, 1979.

2 Roger Chartier, Le Livre en révolutions : entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Éditions Textuel, 1997, p. 123.

3 Jean-Claude Passeron, « Figures et contestations de la culture », in Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 313.

4 Florence Lethurgez, Fonctions et usages des médiations paratextuelles des œuvres musicales, thèse de 3e cycle, 1993.

5 Emmanuel Pedler, « Au frontière du regard, la sociologie de la réception et ses territoire », Revue européenne des sciences sociales, tome xxxiv, 1996, n° 103, p. 175-193.

6 Op. cit., p. 183.

7 Voir plus haut l’arborescence du cédérom Michel-Ange explicitant la répartition de ces types d’écrans.

Notes de fin

1 Les réponses classées sous ce terme font référence à l’informatique de manière plus précise que pour la catégorie « ordinateur » en regroupant les réponses « fichier informatique », « catalogue informatique » ou « bases de données ». Cette catégorie circonscrit donc bien des individus ayant recours à l’informatique pour repérer un document précis.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Moyen préférentiellement utilisé pour repérer un ouvrage précis. Comparaison BnF / Miramas / Cavaillon / Grenoble
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 1. Le protocole
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Graphique 2. Protocole n° E. 17
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Graphique 3. Protocole n° E. 32
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Tableau 2. Nombre moyen d’écrans consultés au total selon le niveau de diplôme
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 3. Nombre moyen d’écrans consultés au total. Comparaison actifs / étudiants
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 4. Répartition des types d’écrans consultés sur le cédérom Michel-Ange7 pour les étudiants et les actifs et assimilés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 5. Nombre moyen d’écrans de niveau 4 (notes, notices, zoom) consultés selon l’intensité de lecture
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access