Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Première partie. Mesure et analyse des pratiques du multimédia en bibliothèque

Chapitre II. Cultures générationnelles, genres et pratiques du multimédia

Texte intégral

1La place importante occupée par les étudiants dans les bibliothèques de l’enquête semblerait pouvoir justifier à elle seule un traitement leur accordant un rôle d’analyseur privilégié des différenciations à l’œuvre dans la constitution d’une culture du multimédia. Mais les risques d’une telle entreprise sautent immédiatement aux yeux. Les grandes oppositions (statut social, appartenances générationnelles, formations scolaires, opposition Paris / province) qui ne manquent pas d’être révélées par tout échantillon prélevé en France, en des points contrastifs de l’espace social, sont de nature à alimenter un commentaire sans fin, reproduit à partir d’une interprétation immuable des pratiques culturelles, dès lors que l’on ne se donne pas les moyens d’évaluer les transformations qui, dans le temps ou dans la recomposition des sphères de pratiques, affectent cet espace. Les dispositifs de l’enquête sur laquelle repose le présent ouvrage ne permettant pas d’accéder à des coupes longitudinales ou à des affinements dans l’exploration des pratiques culturelles les plus quotidiennes, il pourrait ainsi apparaître judicieux de ne pas revenir sur ces thématiques analysées de manières trop systématiques ces dernières années, si plusieurs approfondissements, permis par la diversité des échantillons prélevés, n’offraient la possibilité, par comparaison avec d’autres enquêtes réalisées récemment, de renouveler l’approche qu’il est possible d’avoir des variables classiques en ce domaine, notamment en ce qui concerne l’appartenance générationnelle, le sexe, les appartenances de milieu.

2Sur un premier plan, la présence, pour un site – Cavaillon – d’une population lycéenne suffisamment nourrie pour lancer diverses comparaisons donne quelques ouvertures permettant d’explorer certains aspects des transmissions générationnelles. Bien que, pour tous les sites, l’appartenance à un milieu social supérieur ou la possession de diplômes universitaires soit corrélée directement à différentes pratiques (avoir manipulé un ordinateur, en posséder un chez soi, emprunter des cédéroms en bibliothèque, etc.), il est assez facile de montrer que ces comportements ne résultent pas d’un simple mécanisme de reproduction entre générations qui tendrait à faire, par exemple, que les enfants de groupes supérieurs manipuleraient plus que les autres les nouveaux outils. Ces transmissions semblent fonctionner de manière plus contournées, loin de l’osmose supposée des échanges entre parents et enfants. La familiarité, presque native, des nouvelles générations avec les instruments électroniques les plus divers – télévision, consoles de jeu, téléphones portables, walkmen, chaînes hi-fi et multimédia – semble en effet changer les conditions d’accès à l’information et à divers savoirs.

  • 1 Contrairement aux pronostics les plus fréquents et les plus visibles lancés ces dernières années ( (...)

3Pour autant, les observations que nous avons réalisées ne permettent pas d’affirmer que s’initie, grâce aux nouvelles technologies, une voie radicalement nouvelle dans les apprentissages et la domestication des instruments polymorphes – voués aux loisirs mais également à la conservation et à la diffusion des savoirs – inventés durant ces dernières décennies. De fait, si les écrans vidéo, les consoles de jeux et les ordinateurs représentent, pour les plus jeunes, des outils familiers, plus familiers qu’ils ne le sont pour leurs aînés, on ne constate pas pour autant que l’intimité native avec ces instruments soit de nature à produire un rapport entièrement renouvelé face aux savoirs que ces derniers sont capables de véhiculer. Ainsi les usagers les plus proches des pratiques savantes et lettrées – les gros lecteurs par exemple – sont également ceux qui manipulent quotidiennement les ordinateurs et les instruments multimédias. Les « cultures jeunes » ne semblent pas pour autant se caractériser par le règne sans partage d’une « communication par l’image1 ». La radio, les enregistrements sonores ou – quelquefois – le concert semblent exercer une plus grande emprise que l’image sur les fractions les plus jeunes, déterminant du même coup un certain rapport au multimédia. Bref, sans qu’il soit possible de détecter l’influence miraculeuse des nouvelles technologies sur les pratiques – notamment culturelles – des nouvelles générations, on ne peut pour autant conclure qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil et que le monde se reproduit à l’identique, sans sauts générationnels significatifs.

4Dans le même sens, pour les groupes les plus jeunes, les « valeurs savantes » privilégiées par les sphères scolaires et culturelles ne sont plus aussi prégnantes qu’il y a quelques décennies. En marge de l’espace homogène, formant un « marché » structuré, sur lequel se confrontent des valeurs hiérarchisées où se concentrent les « pratiques de sorties », selon l’expression consacrée, se sont installées des pratiques qui débordent ces catégories, tout en traversant l’espace domestique (comme regarder une série télévisée) pour atteindre un espace public, encore proche des sphères privées, (les discothèques par exemple) sans devoir être confrontées au « marché des biens symbolique » et aux hiérarchies qu’il suppose. Posséder une formation scolaire longue et appartenir à une famille privilégiée ne débouchent pas fatalement sur cette conversion qui conduisait il y a quelques décennies les étudiants à découvrir et à survaloriser les références savantes dans les domaines artistiques ou culturels – fût-ce de manière lointaine et / ou velléitaire – et à les constituer comme valeurs de référence.

5Mais l’axe générationnel n’est pas le seul terrain en évolution. Les différences entre sexes, très sensibles dans le rapport aux valeurs inculquées par le système scolaire, font entrevoir également l’atténuation de différenciations pourtant très attendues. En se basant sur les chiffres qui circulent à propos des différences entre hommes et femmes dans leurs rapports aux nouvelles technologies, on devrait s’attendre à observer dans les bibliothèques des comportements sexuellement très contrastés, quant à la découverte, l’emprunt et la manipulation des nouveaux supports et dispositifs. Tel n’est pourtant pas le cas. Si les femmes ont, en Occident, moins investi la Toile que les hommes, l’observation de leurs comportements, de leurs attentes et de leurs cheminements dans le maniement et la domestication des nouvelles technologies, ménage quelques surprises.

  • 2 Développement culturel, n° 130, octobre 1999, op. cit.

6On peut ajouter que, sur l’essentiel, les résultats qu’on obtient ici ne font que prolonger et affiner les constats déjà dressés à propos des pratiques domestiques du multimédia2. Ils permettent néanmoins de revenir et d’interroger les catégorisations qui se sont progressivement imposées dans l’analyse du multimédia : posé comme « un objet culturel comme les autres » l’ordinateur domestique, doté de facettes multiples, se voit attribuer de manière quelque peu unilatérale une identité unique.

7Il faut s’habituer à penser les instruments dits « culturels » comme des objets sans maître dont la trajectoire est susceptible d’être constamment réorientée par les usages dont ils font l’objet.

8Enfin, on peut chercher à explorer d’autres caractéristiques étant au principe de comportements philonéistes et curieux à l’égard des nouveaux instruments mis en circulation grâce aux nouvelles technologies. Sans prétendre révolutionner les grilles traditionnelles d’analyse en usage dans les descriptions sociodémographiques, il est possible d’avancer quelques pistes, d’explorer des perspectives qu’il pourrait être intéressant de creuser à l’avenir. Quelques résultats à propos des usagers les plus mobiles – n’ayant pas passé l’essentiel de leur vie dans un même département – permettront dans ces pages d’esquisser quelques hypothèses stimulantes.

L’implication ambivalente de l’âge sur les pratiques du multimédia

9Lorsqu’on interroge les usagers des différentes bibliothèques de notre enquête sur les contacts qu’ils ont eu durant leur vie avec l’informatique (« avez vous déjà utilisé un ordinateur ou une console de jeux ? »), sur leurs contacts avec Internet, un résultat massif apparaît pour tous les sites : ces pratiques sont d’autant plus fréquentes que les enquêtés sont plus jeunes. Constat banal dira-t-on, et qui recoupe une idée très largement répandue. Mais cette liaison perd de sa netteté, voire s’inverse en certains cas, lorsqu’on explore les modalités et les intensités de ces fréquentations. Les plus jeunes sont familiers des nouveaux outils, mais les usages qu’ils développent sont encore flottants.

10La présence d’un pic, concentrant autour de la classe d’âge où se trouvent le plus d’étudiants – nés entre 1975 et 1979, qui avaient au moment de l’enquête entre 20 et 25 ans –, voire de lycéens, le plus d’usagers ayant déjà manipulé des instruments numériques est la seule aspérité qui vienne altérer la croissance presque linéaire du nombre d’usagers ayant eu un contact avec un ordinateur ou une console de jeu, en fonction inverse de l’âge (cf. tableau 5). Il est également remarquable que ce résultat soit constant pour tous nos sites. Aucune autre variable de notre enquête ne fait s’opposer aussi fortement et linéairement les usagers qui ont eu un contact avec les instruments électroniques.

  • 3 Développement culturel, n° 130, octobre 1999, op. cit., p. 4.

Tableau 5. Fréquence d’utilisation à domicile des ordinateurs3

Tableau 5. Fréquence d’utilisation à domicile des ordinateurs3

11Pour autant – et le résultat est inattendu, au moins si l’on se fi e aux interprétations communes des effets de la familiarisation avec divers instruments – la fréquence d’utilisation de ces instruments révèle que les pratiques sont encore peu ancrées pour les groupes les plus jeunes. Allant dans le même sens, l’enquête « Les usages de loisir de l’informatique domestique » analyse la fréquence d’utilisation à domicile des ordinateurs pour montrer que les pratiques du multimédia les plus structurées sont le fait des groupes les plus âgés. L’enquête fait en effet apparaître que, pour les français de 10 ans et plus vivant dans un foyer équipé, l’utilisation régulière (4 fois par semaine à une fois par mois) est d’autant plus forte que les enquêtés sont jeunes, mais que l’utilisation quotidienne – ou presque quotidienne – n’est pas aussi linéairement croissante en raison inverse de l’âge, comme on le voit sur le tableau suivant (cf. tableau 6).

  • 4 Ibid.
  • 5 Cf. tableau synoptique donné en annexes (annexe III).
  • 6 Rappelons-le, les chiffres données dans le texte sont calculés hors non-réponses.

12Les auteurs de l’étude commentent ce résultat de la manière suivante : « Posséder et plus encore utiliser un ordinateur au-delà de 50 ans est le fait d’une minorité (4,5 % des foyers dont le chef de famille a 65 ans ou plus sont équipés d’un ordinateur alors que ce chiffre atteint 33 % dans les foyers dont le chef de famille a entre 35 et 49 ans). Les 50 ans et plus comptent néanmoins un nombre significatif de passionnés très investis dans l’informatique4. » On peut remarquer que la fréquence élevée d’usagers « investis » dans la pratique parmi les classes d’âge allant de 45 ans à 65 ans et au-delà se retrouve dans le cas des bibliothèques. Le phénomène est même accentué pour la plupart des sites de notre enquête5. Il reste à se demander quelles sont les raisons de cette accentuation. La première explication, assez mécanique, met en avant le fait qu’un usage quotidien ou presque d’ordinateurs suppose qu’on dispose d’un poste à domicile. En premier lieu, les populations d’usagers des bibliothèques sont suffisamment sursélectionnées – par un mécanisme bien connu d’auto-sélection – par rapport à la population française pour que, en moyenne et selon les sites de l’enquête, le taux de dotation domestique soit très élevé et oscille entre 54 % et plus de 72 % (pour les usagers de la BnF)6. La distance pratique à ces outils est encore atténuée pour les plus jeunes par l’accès à des lieux ressources, comme l’école ou la bibliothèque, qui viennent dans certains cas pallier les manques domestiques. Mais une explication mécanique est peu crédible pour une autre raison : si l’on compare, dans notre enquête, les chiffres de fréquence d’usage et de dotation, il n’apparaît aucune liaison évidente. Dans le cas de Cavaillon, par exemple, la courbe des dotations fait apparaître deux pics alors que la courbe des usages est linéaire (cf. annexe III).

Tableau 6. Pratiques du multimédia selon l’âge (échantillon de Cavaillon, N = 280)

Tableau 6. Pratiques du multimédia selon l’âge (échantillon de Cavaillon, N = 280)
  • 7 La variable que nous utilisons tient compte à la fois des usages domestiques et professionnels. El (...)

13On rencontre le même écart dans le cas de Grenoble. Quant aux usagers de la BnF, ils se distinguent plus par l’utilisation quotidienne d’ordinateurs7 – qui augmente pour ce site, en raison directe de l’âge – que par les dotations en postes domestiques. Ce qui conduit à une seconde explication qui corrobore de nombreuses remarques faites dans ces pages à propos du caractère « savant » souvent attaché aux pratiques de l’ordinateur domestique : dans l’espace libre – d’expérimentation et de découverte – qu’est la bibliothèque, les usages non ludiques de l’ordinateur sélectionnent les populations les plus âgées qui ont une plus grande expérience du travail de recherche et d’exploration intellectuelles. Du reste, on retrouve cet état de fait lorsqu’on croise l’âge par l’intensité de lecture (cf. tableau 7) : les plus gros lecteurs augmentent en fonction directe de l’âge. Il faut bien sûr entendre ces remarques en ayant à l’esprit que les pratiques ici comparées sont domestiques (lecture dans l’année, chez soi et ailleurs, usage d’un ordinateur domestique) mais que la population dont nous commentons les pratiques a été sélectionnée d’une façon singulière : on aurait ainsi des résultats différents, comme nous venons de le constater (cf. tableau 5), en s’intéressant à toute la population française.

Tableau 7. Intensité de lecture selon l’âge (site de Cavaillon, N = 280)

Tableau 7. Intensité de lecture selon l’âge (site de Cavaillon, N = 280)
  • 8 Comme le constate J.-F. Hersent, commentant les résultats de l’enquête « Les Français et Internet  (...)
  • 9 D’une manière générale il faut s’assurer encore que, dans les bibliothèques de l’enquête à tout le (...)

14Dans le même sens, la possession d’un ordinateur chez soi – comme le fait d’être connecté à Internet – ne suit pas une courbe linéaire, en raison inverse de l’âge (cf. annexe III). Pour notre enquête, le croisement entre les niveaux de revenus familiaux ou les niveaux de diplômes obtenus avec ces variables montre, à l’inverse, comme on pouvait s’y attendre, que posséder un ordinateur chez soi ou une connexion à Internet est tendanciellement corrélé au milieu d’appartenance mesuré ici à partir des niveaux de revenus. Ainsi, plus on est diplômé, plus on a de chance de posséder un ordinateur chez soi et d’être connecté à Internet8. Les résultats déjà cités sur les usages domestiques de l’informatique corroborent cette remarque9.

15On peut encore mieux asseoir notre analyse du rapport entretenu par les usagers les plus jeunes au multimédia en s’interrogeant sur les types d’ouvrages et de support sélectionnés en fonction de l’âge. La prise en compte de la catégorie des lycéens (dans le cas de la bibliothèque de Cavaillon qui comprend un ensemble de lycéens plus important que dans les autres échantillons) nous donne sur ce point matière à une analyse plus détaillée. Les BD, magazines et disques audio étant les types de supports ou d’ouvrages plus volontiers consultés par les lycéens qui, en outre, se distinguent encore des actifs et des étudiants par une propension à posséder plus de logiciels éducatifs que les autres groupes de l’enquête ; les actifs étant plus dotés en logiciels de traitement et applications ou en cédéroms « culturels ». D’autre part, on observe, pour les sites de l’enquête, une polarisation entre les lieux, les pratiques les plus lettrées se rencontrant plus massivement à la BnF qu’à Cavaillon ou Miramas : dans tous les cas une opposition s’impose entre, d’un côté, les sites urbains de Paris et de Grenoble et, de l’autre, les sites de Cavaillon et de Miramas. Cette partition se retrouve lorsqu’on fait varier l’intensité des proximités au multimédia, plus nette pour les grands pôles urbains, qu’elle soit mesurée par le taux d’ordinateurs possédés ou l’ampleur des « collections » personnelles de cédéroms.

Les pratiques de l’ordinateur et du multimédia, des « pratiques culturelles comme les autres » ?

  • 10 Op. cit., p. 5.

16Les auteurs de l’étude « Les usages de loisirs de l’informatique domestique », se fondant sur le fait que « les personnes vivant dans un ménage équipé ont, dans l’ensemble, des pratiques culturelles d’un niveau supérieur à la moyenne10 », qualifient l’usage des équipements informatiques comme étant « une pratique culturelle de plus ». La question est donc posée de l’identité – à tout le moins dominante – de ces nouveaux outils.

17La liaison indiscutable qui apparie l’utilisation de l’informatique à domicile et certaines pratiques culturelles d’un niveau supérieur à la moyenne est un élément important qui peut justifier une telle qualification. Mais quelques objections peuvent réduire le poids d’un tel argument : 1. Les pratiques polymorphes (écriture, consultations documentaires, etc., mais aussi jeu, cyber-sexe ou cyber-sociabilités) qui se cachent derrière l’ensemble apparemment unitaire que constitue le poste multimédia à usage domestique ne forment pas un tout ; 2. Les pratiques culturelles s’inscrivent-elles dans un ensemble homogène, dans un marché unique, dont le « sens social » serait univoque ? 3. Les pratiques « de sortie » – dans le cas présent, aller au musée, au cinéma, fréquenter les équipements culturels, avoir des pratiques amateurs, sortir le soir quelle qu’en soit la raison et certaines pratiques médiatiques – visionner des cassettes vidéo plusieurs fois par semaine, écouter quotidiennement des disques et cassettes – sont ainsi opposées aux activités domestiques censées être moins « nobles » – comme regarder régulièrement et longtemps la télévision et / ou lire de manière quotidienne un journal. Peut-on maintenir ce cadre analytique à propos de pratiques qui n’existaient pas au moment où ce schème d’analyse a été proposé et sans expliciter les choix méthodologiques qui le sous-tendent ?

  • 11 Paris, puf, 1992.
  • 12 Paris, Seuil, 1999.

18Nombre d’auteurs, dans une analyse comparée des significations attachées à différentes sphères culturelles ou de loisirs ont cherché à ne pas inscrire leurs interprétations dans des découpes opposant trop mécaniquement pratiques « nobles » et « vulgaires ». Roger Establet et Georges Felouzis dans un ouvrage de 1992, Livre ou Télévision : concurrence ou interaction 11, Christian Baudelot, Marie Cartier et Christine Detrez dans Et pourtant ils lisent 12 ont ainsi, à chaque fois, insisté sur le caractère ouvert des associations et des interférences existant entre ces sphères d’activité. Il existe ainsi une tradition universitaire d’analyse à laquelle on peut préférer se rattacher pour tenter de mieux comprendre comment s’agencent et s’articulent des activités qui, dans tous les cas, se présentent toujours à l’observateur comme un ensemble hétérogène et multiforme et que seules des pratiques singulières assemblent selon des formules variables selon les individus, les lieux et les époques.

19En définitive, l’interprétation de ce que l’on peut appeler des « pratiques de cumul » dont nous avons repéré à plusieurs reprises la trace dans notre enquête (lire beaucoup de livres, de BD, manipuler quotidiennement un ordinateur, se connecter régulièrement sur Internet) ou, à l’inverse, des comportements culturels « dissociés », dépend avant tout de la capacité que possède l’analyse à distinguer des registres de pratique et à repérer des associations concrètes entre ces registres. Nous avons jusqu’ici insisté sur l’identité relative et circonstancielle d’objets comme l’ordinateur domestique ou le cédérom. À n’en pas douter la signification que prennent ces outils varie directement en fonction des associations et des contextes dans lesquels ils interviennent.

Pratiques culturelles et usages du multimédia chez les plus jeunes

20On peut d’abord remarquer que la plupart des études citées ci-dessus isolent un nuage d’activités régulièrement associées dans les pratiques. L’enquête du Département des études et prospectives du ministère de la Culture (DEP), comme on le voit dans le graphique recomposé qui suit, isole cinq activités souvent appariées.

Graphique 3. Pratiques culturelles et médiatiques des Français de 15 ans et plus équipés d’un ordinateur à domicile (d’après le graphique 2, p. 5 de l’enquête ISL Médiamétrie / DEP)

Graphique 3. Pratiques culturelles et médiatiques des Français de 15 ans et plus équipés d’un ordinateur à domicile (d’après le graphique 2, p. 5 de l’enquête ISL Médiamétrie / DEP)
  • 13 L’absence d’annexes qui auraient pu nous éclairer sur le sens et la façon dont les différentes que (...)

21Pour les groupes les plus jeunes, l’enquête réalisée par Ch. Baudelot et son équipe propose une mesure judicieuse de ce que peuvent être des associations quotidiennes, le temps d’un week-end – celui qui a précédé l’enquête – entre activités de loisirs13. L’on retrouve, ici encore, des ensembles qui composent des sphères souvent en association, comme écouter de la musique, écouter / voir la télévision, voir des amis, lire des livres, etc.

Tableau 8. La hiérarchie des loisirs à la fi n de l’enquête (4e année, 96) (proportion d’élèves ayant pratiqué l’activité le week-end précédant l’enquête)

Tableau 8. La hiérarchie des loisirs à la fi n de l’enquête (4e année, 96) (proportion d’élèves ayant pratiqué l’activité le week-end précédant l’enquête)
  • 14 Et pourtant, ils lisent…, op. cit., p. 57.

22Plusieurs indicateurs de notre enquête recoupent les registres dont il est question dans les enquêtes que nous venons d’évoquer : lecture de livres durant l’année écoulée, suivi de séries télévisées (au travers d’une des modalités de l’écoute de la télévision), sorties en boîtes de nuit (qui est une des formes de la sociabilité amicale), pratique de jeux vidéo, d’une part et les sorties au concert (quel qu’il soit) et au cinéma d’autre part. Ils correspondent respectivement aux items 7, 3, 2, 8 de la grille proposée dans l’enquête dirigée par Ch. Baudelot14.

23Les indicateurs que nous avons retenus sont les indices partiels d’un ensemble plus vaste qui permettent le marquage d’un espace et le repérage d’une topographie des pratiques quotidiennes dont seules, au reste, les précieuses enquêtes « Emplois du temps » de l’INSEE permettent une appréhension fidèle.

24La première remarque qui s’impose concerne l’absence d’un indicateur dans notre enquête sur l’écoute quotidienne de la musique qui est pourtant la première activité pour les fractions les plus jeunes. Cet « oubli » est significatif et souligne l’effet normalisateur de la centration sur les « pratiques de sorties » ou sur l’écoute de la télévision dans la plupart des enquêtes disponibles. La cloche de verre des catégorisations préétablies exerce une influence bien réelle, y compris chez ceux qui tentent de se défendre de son influence. Pour corriger cet oubli peu justifiable, notre seule façon d’appréhender le phénomène est de noter la place, dans les pratiques de sorties, pourtant rares et sélectives, de la musique et, plus singulièrement, du concert.

  • 15 Sur ce registre il est important de pouvoir observer et comparer cette forme bien singulière de ra (...)

25Ainsi, lorsqu’on repère la place occupée par les différents domaines artistiques, on constate que, sur ce chapitre encore, l’espace socioculturel français est plus complexe qu’il y paraît15. Si l’on met de côté la place centrale occupée par le cinéma – absent remarqué de la liste des dix premières activités déclarées durant le week-end précédant l’enquête dirigée par Ch. Baudelot –, le concert – sous toutes ses formes – se situe à la seconde place, tous groupes confondus, pour Miramas, et à la dernière pour les usagers de la BnF, ce qui signale l’importance que revêt le domaine musical – tous genres confondus – pour les populations les moins sursélectionnées. Du reste, cette remontée nette de l’ordre musical pour les pratiquants ordinaires est encore plus manifeste lorsqu’on fait intervenir le critère de l’âge.

Tableau 9. Rangs occupés par les pratiques de sorties (Miramas, Cavaillon, Grenoble, Paris)

Tableau 9. Rangs occupés par les pratiques de sorties (Miramas, Cavaillon, Grenoble, Paris)

26À l’inverse, pour les « pratiques de sorties » les plus savantes, et plus précisément pour les offres patrimoniales, les corrélations entre statut (de lycéen, d’étudiant, d’actif) s’inversent. La sortie au musée est ainsi, tendanciellement le fait des actifs (cf. tableau 10).

  • 16 L’opposition entre lycéens et actifs ne se trouve pas invalidée par le faible effectif des étudian (...)

Tableau 1016 Sortie au musée durant l’année écoulée (échantillon des usagers de Cavaillon, N = 280)

Tableau 1016 Sortie au musée durant l’année écoulée (échantillon des usagers de Cavaillon, N = 280)
  • 17 Op. cit., p. 56.

27On trouve ensuite une activité placée haut dans la hiérarchie des pratiques ordinaires : la sortie dans des boîte de nuit. Commentant l’évolution dans le temps entre les deux moments extrêmes de l’enquête, les auteurs de l’étude dirigée par Ch. Baudelot soulignent que « quatre années après [la première phase de l’enquête longitudinale], la hiérarchie s’est modifiée. La place accordée par les lycéens à leurs amis est devenue primordiales (82 %) [contre 75,4 % quatre années plus tôt] suivie par la télévision (80 %) ; la lecture de magazines (51 %), le sport (39 %)17 ».

28Pour notre enquête, la comparaison entre quelques pratiques culturelles ordinaires et « extra » ordinaires permet de constater un ordonnancement synoptique qui s’inscrit dans un continuum qui oppose en ses deux extrêmes l’écoute de séries télévisées, à la sortie au musée, passant par les degrés intermédiaires que sont la pratique des jeux vidéo, la sortie au cinéma et la lecture. L’exemple pris ici (échantillon de Grenoble) permet de bien faire apercevoir deux hiérarchies croisées, l’une propre aux étudiants et scolaires, l’autre aux actifs (cf. tableau 11).

29Il est symptomatique que, dans cette topographie cursive, la lecture joue un rôle pivot et que la sortie au musée apparaisse comme la pratique la plus lettrée ; la sortie en boîte de nuit s’insérant dans une position transitionnelle, entre espace public et espace domestique.

30Et les nouveaux instruments électroniques dans tout cela ? En 1999, au moment de la réalisation de l’enquête qui a servi de base à notre analyse, l’ensemble de ces outils, exceptés les jeux vidéo, se trouvait hors champs, par leur rareté relative, et il n’est pas sûr que les choses aient significativement changées aujourd’hui. On peut ajouter qu’une description des formes d’usage du multimédia domestique supposerait à n’en pas douter l’éclatement du poste domestique en fonction de ses registres de fonctionnement : jeux vidéo d’un côté et fonctions savantes (traitement de texte, recherches documentaires et d’approfondissement) de l’autre.

Espace domestique et cultures émergentes

31Pour conclure sur ce point, il convient de souligner combien l’existence d’un marché unique, sur lequel se confronteraient les objets culturels les plus divers, anciens ou nouveaux – qui dès lors entreraient les uns avec les autres en concurrence, appelant des évaluations comparatives et une hiérarchisation opposant formes vulgaires et savantes – est sujette à caution. L’histoire des genres dits « mineurs », comme le music-hall par exemple, nous invite plutôt à penser que les espaces d’intégration, de confrontations font souvent défaut. Longtemps les music-halls, de province notamment, ne se sont pas inscrits dans une économie d’échanges accédant à la confrontation entre « valeurs » artistiques venues de sphères très différentes les unes des autres. Une nouvelle économie des spectacles, s’imposant dans l’immédiat après-guerre, après une gestation de quelques décennies a, peu à peu, imposé un format pour lequel les spectacles-événements sont devenus des biens rares dotés d’une identité forte et d’une valeur d’échange, remplaçant une économie d’abondance et de quotidienneté, dont seule la télévision nous donne aujourd’hui un équivalent. La concurrence entre artistes, l’émulation qui mobilise et stimule les prétendants a accompagné dès lors, dans la nouvelle économie des spectacles, une compétition entre des offres qui, se raréfiant, ont gagné, en tant que telles, une notoriété inédite.

Tableau 11. Tableau comparatif entre quelques pratiques culturelles (en %) (échantillon des usagers de Grenoble, N = 596).

Tableau 11. Tableau comparatif entre quelques pratiques culturelles (en %) (échantillon des usagers de Grenoble, N = 596).

32Les spectacles vivants contemporains, héritiers de cette réorientation par laquelle le flux continu de l’offre a été remplacé par des manifestions qui ont vocation à faire date, à marquer les mémoires et à s’inscrire sur le livre d’or des événements d’une histoire officielle, offrent un contraste saisissant face aux économies plurielles des spectacles et des offres culturelles. Devenues franchement sélectives, les « pratiques de sortie » présentent aujourd’hui un profil très homogène : les spectacles de variété, de jazz, des « musiques autres » – pour conserver le purgatoire catégoriel dans lequel les musiques les plus diverses sont aujourd’hui classées – ou les concerts classiques, contemporains ou lyriques sélectionnent de manière brutale un public rare, urbain, aisé et diplômé qui recoupe, pour une part, le public des bibliothèques.

33En se raréfiant et en s’autonomisant comme objets dignes d’une attention bien spéciale, le spectacle contemporain a laissé en chemin une partie de son public que l’on retrouve devant les écrans de télévision, dans les boîtes de nuit ou, pour une part seulement, dans les salles de cinéma.

34L’analyse du positionnement des fractions les plus jeunes face aux offres culturelles en leurs diversités ne peut évidemment qu’être évoquée dans ces pages : la place occupée par les références littéraires classiques dans la constitution symbolique de l’univers mental et culturel des plus jeunes générations, et notamment les formes de réception des offres patrimoniales, offrent sans doute une prise plus frontale pour traiter de cette question que l’entrée qui nous occupe dans ces pages. Il reste qu’il n’est pas possible d’ignorer que de nouvelles formes de curiosité, télévisuelles ou filmiques se constituent qui seront peut-être les références de demain.

35Ainsi, il n’est pas indifférent que les étudiants parisiens amateurs de séries télévisées reportent l’essentiel de leurs curiosités sur les titres les plus récents, du type X-Files, Le Caméléon ou bien encore NYPD blues, qui proposent une forme de narration novatrice, combinant à la fois les traits de la série classique et du feuilleton pour former un genre spécifique qualifié de serial et que, corollairement, les séries, les sitcoms ou les feuilletons qui sont moins originaux que les précédents, retiennent quant à eux moins directement leur l’attention. Ajoutons que la simple hiérarchie de ces genres, tous groupes confondus, telle qu’elle apparaît dans la marge du tableau 12 confère une place minoritaire aux formules les moins innovantes.

Tableau 12. Genre de séries préférées pour les actifs et les étudiants de la BnF (N = 981)

Tableau 12. Genre de séries préférées pour les actifs et les étudiants de la BnF (N = 981)

36Ce comportement télévisuel n’est pas isolé pour autant. Ainsi, contrairement aux autres fractions d’usagers des bibliothèques de l’enquête, les étudiants (pour le site de la BnF) ne se contentent pas de jouer sporadiquement aux jeux vidéo puisqu’ils se montrent très nombreux à déclarer en faire un usage majoritaire à domicile : 44 % des étudiants utilisent ainsi leur ordinateur domestique principalement à des fi ns ludiques, contre seulement 19 % des actifs et assimilés. On sait que le marché des jeux vidéo constitue l’un des secteurs les plus en pointe de l’informatique puisqu’il engendre de très nombreuses innovations dans les modes de programmation, connaît une concentration rapide des principales entreprises qui y officient – en raison notamment de l’augmentation des budgets nécessaires au développement des titres les plus à même de rencontrer un succès notable – et impose à une grande partie du parc informatique un rythme de renouvellement accéléré (évolution des processeurs et des cartes vidéo gérant les modes graphiques qui sont régulièrement remaniés et améliorés par les concepteurs de jeux vidéo). En privilégiant fortement les logiciels qui émanent de ce secteur, les étudiants de nos échantillons accordent, comme dans le domaine des séries télévisées, une attention toute particulière aux productions les plus récentes de l’offre multimédia en son versant ludique.

37Cette activité, qui laisse une place réduite aux autres applications, relègue pourtant les consultations d’Internet à la troisième place avec seulement 20 % des réponses. Même si l’on tient compte du fait que les réponses à la question « En dehors de vos activités professionnelles, à quoi consacrez-vous le plus de temps sur votre ordinateur personnel ? » risquent de renvoyer davantage au temps passé devant l’écran qu’à des fréquences d’usages et de pénaliser ainsi les références aux usages d’Internet dans un marché où les longues durées de connexions se paient au prix fort (du moins si l’on ne choisit pas d’investir dans un accès câblé) en faveur d’activités très gourmandes en temps telles que la pratique des jeux vidéo, on ne manquera cependant pas de constater que les actifs parisiens placent quant à eux Internet en seconde position, avec près de 27 % de réponses (cf. tableau 13).

Tableau 13. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les actifs et les étudiants (site de la BnF, N = 981)

Tableau 13. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les actifs et les étudiants (site de la BnF, N = 981)

38Même dans le cas le plus favorable des étudiants et lycéens parisiens aux profils sursélectionnés, l’investissement conséquent de cette frange d’usagers des bibliothèques dans la consommation des offres culturelles émergentes ne se traduit pas réellement par une diversification des curiosités mais bien plutôt par la constitution de pôles d’intérêts centrés autour de valeurs plutôt proches de la quotidienneté des pratiques télévisuelles que du caractère exceptionnel et spectaculaire des pratiques de sorties traditionnelles. En effet, même si elles se rapportent aux secteurs les plus innovants des marchés audiovisuels et informatiques, leurs attirances en ce domaine ne semblent guère correspondre aux incitations scolaires ou aux productions issues des domaines lettrés et « savants ». Ainsi, la manipulation de textes grâce aux logiciels de bureautique, si elle occupe la seconde place dans les usages domestiques de l’informatique des étudiants parisiens avec 21 % des réponses, ne représente cependant même pas la moitié des effectifs se rapportant aux jeux vidéo. Si l’on ajoute que plus d’un tiers des étudiants parisiens affirment utiliser leur ordinateur quotidiennement à des fi ns non professionnelles et que plus de 48 % l’utilisent aux mêmes fins au moins une fois par semaine, on comprend beaucoup mieux que l’informatique et les applications occupent dans l’éventail de leurs pratiques culturelles une place assez voisine de l’offre télévisuelle et en tout cas éloignée du caractère exceptionnel que peuvent revêtir les spectacles vivants ou bien encore les visites patrimoniales.

39Dans quel cadre peut-on inscrire l’opposition qui se dessine entre les jeunes générations et celles qui les ont précédées ? S’inscrit-on dans un mouvement dialectique ou au contraire dans un renouvellement qui, sans exclure les valeurs les plus anciennes, en relativise la place ? Dans tous les cas, les postures des plus jeunes et des plus anciens ne se définissent pas de la même façon.

40Plus distants à l’égard des séries télévisées et des jeux vidéo, les actifs de nos différents échantillons révèlent en fait des attitudes à l’égard des nouvelles technologies beaucoup plus contrastées que celles observées dans les groupes scolaires et étudiants. Ainsi, tout laisse à penser que les usages que ces derniers groupes font des nouvelles technologies dans le cadre domestique oscillent fortement entre applications pratiques, ludiques et lettrées. Le tableau précédent (cf. tableau 13) laisse en effet apparaître l’importance relative de la bureautique dans l’utilisation que font les actifs parisiens de leur ordinateur domestique (31 % des réponses), quand bien même il ne s’agit pas de travailler à des documents relatifs à leur profession. Les consultations d’Internet ne sont pas, comme chez les étudiants, très nettement distancées par l’application principale puisqu’elles sont citées par 27 % des enquêtés de ces groupes. En revanche, on peut renouveler un constat proche de celui effectué au sujet des usages ludiques chez les étudiants puisque ceux qui déclarent jouer aux jeux vidéo affirment dans les mêmes proportions en faire un usage principal (19 % des usages domestiques de l’ordinateur personnel).

41De leur côté, les actifs grenoblois, qui sont de forts lecteurs, ne se distinguent de leurs homologues parisiens que par le sort différentiel qu’ils réservent aux applications liées à Internet, aux jeux vidéo et aux logiciels spécialisés (retouches d’images principalement, utilitaires divers et, très marginalement, logiciels de programmation). En effet, si la bureautique vient en tête des usages domestiques cités avec 33 % des réponses, les usages ludiques et pratiques (logiciels spécialisés) de l’informatique domestique sont ici plus fortement présents puisqu’ils représentent tous deux 23 % des réponses. Il faut sans doute partiellement imputer la moindre place occupée par les consultations Internet (13 % des réponses) au fait que les enquêtés grenoblois disposent moins souvent d’un abonnement Internet que ceux prélevés sur le site de la BnF (cf. annexe III). Mais il nous semble moins important de relever ces différences que de souligner ici la diversité des attitudes de ces groupes à l’égard des applications domestiques de l’informatique : en fait, il ne paraît pas possible de les rassembler très clairement en pôles unifiés comme dans le cas des groupes étudiants. La variabilité de leurs attitudes à l’égard de l’informatique domestique peut ainsi être illustrée en fonction de l’intensité de lecture, ce qui n’apparaît pas de manière aussi nette chez les étudiants dont on a vu que les réponses se concentrent majoritairement autour des jeux vidéo, peu sensibles à une telle variable (cf. tableau 14). On retrouve, du reste, la dispersion des attitudes des actifs sur d’autres terrains : comme nous l’avons vu, lorsque les groupes d’actifs s’intéressent aux séries télévisées ou aux jeux vidéo, ils semblent le faire de manière moins univoque, de façon beaucoup moins entière que les étudiants.

Tableau 14. Usages domestiques de l’ordinateur personnel selon l’intensité de lecture pour les actifs grenoblois (N = 230)

Tableau 14. Usages domestiques de l’ordinateur personnel selon l’intensité de lecture pour les actifs grenoblois (N = 230)

Les ambiguïtés du retrait féminin face aux offres multimédias

42Les positionnements respectifs des hommes et des femmes au regard des nouvelles technologies dans leurs usages culturels actualisent une tension, voire une contradiction, qu’il est intéressant d’analyser : les femmes, plus fréquemment lectrices et inscrites dans les bibliothèques, sont néanmoins souvent moins familières des outils électroniques et ont la réputation d’être plus réservées face à l’engouement qu’ils suscitent.

43Le sexe ratio est en outre une des caractéristiques pertinentes et effi caces dont l’influence est souvent manifeste dans le croisement avec d’autres variables. Il est donc bon d’avoir à l’esprit les proportions entre hommes et femmes dans les différentes bibliothèques de notre dispositif. C’est ainsi que la part des hommes dans les échantillons prélevés permute l’ordre le plus fréquemment rencontré jusque-là (Miramas, Cavaillon, Grenoble et Paris étant régulièrement placés sur un continuum et dans cet ordre) comme on le voit sur le tableau 15.

Tableau 15. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête

Tableau 15. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête

44Nous avons eu l’occasion de remarquer l’intérêt que revêt l’analyse de la variation des proportions entre hommes et femmes dans les bibliothèques françaises – comme nous le notons plus haut, le différentiel entre hommes et femmes est très net. Dans la population française de plus de quinze ans, sur 100 femmes 21 sont inscrites dans une bibliothèque municipale contre 14 hommes sur 100. Dans les bibliothèques de notre échantillon, nous rencontrons une situation comparable.

45Nous avons également souligné la grande sensibilité du sexe ratio aux caractéristiques de la demande : la place occupée par les étudiantes – proportionnellement plus présentes dans les premiers cycles – est, en définitive, une des données qui permet de comprendre les variations locales du sexe ratio dans différentes bibliothèques (cf. tableau 16).

Tableau 16. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête pour les actifs seulement

Tableau 16. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête pour les actifs seulement
  • 18 La première analyse de ce type a été proposée dans Rapport pédagogique et communication, par Pierr (...)
  • 19 Une actualisation de cette analyse a été proposée par Jean-Claude Passeron, dans un chapitre du li (...)

46Il suffit de ne s’attacher qu’à la population active pour se rapprocher du classement des bibliothèques le plus fréquemment rencontré jusque-là, à une variation près qui place Cavaillon dans la position de la bibliothèque qui comprend le moins d’hommes, comparativement aux autres. Sur ce plan – qui ne classe pas en absolu les bibliothèques entre elles, mais à partir d’un seul principe – l’ordre obtenu correspond assez bien à la hiérarchisation classique des « sursélections scolaires »18. La présence d’un groupe important de lycéens sur le site de Cavaillon peut être considérée comme un indice selon lequel cette bibliothèque – pour des raisons qui peuvent être diverses, structure de la population, image de la bibliothèque – serait moins sélective que celles de Miramas ou de Grenoble. Comme dans le système scolaire où les formations supérieures les plus courues restent les plus « masculines »19, les bibliothèques se laissent classer selon leurs niveaux en fonction du sexe ratio : dans le cas d’espèce que nous traitons, la bibliothèque de Miramas à laquelle les usagers confèrent pour partie une fonction de bibliothèque universitaire se rapproche du profi l des deux sites grenoblois. En outre, on ne s’étonnera pas de la position extrême de la BnF, bibliothèque qui reste la plus sélective, en dépit d’une pénétration accrue des étudiants lors du passage de la rue de Richelieu au site Tolbiac.

47Corrélativement, l’effet de sursélection masculine propre aux actifs ne joue pas pour les étudiants qui sont, le plus souvent, moins nombreux que les étudiantes.

48Par sa place médiane – partagée par Miramas –, l’exemple de Grenoble est ici singulier ; la position de pointe de Grenoble dans les dotations électroniques venant accentuer l’intérêt d’une exploration comparée des attentes et des postures masculines et féminines. Les usages d’ordinateurs, de consoles de jeux, de connexions Internet (qui correspondent aux items suivants du questionnaire : « Avez-vous déjà utilisé un ordinateur ou une console de jeux ? » ou « Disposez-vous d’un ordinateur individuel chez vous ? » ou encore « Possédez-vous un abonnement Internet ? ») déterminent une ligne de partage entre usages (de la télévision, sociabilité amicale) et dotations en outils électroniques (possession d’ordinateur ou connexions à Internet) (cf. tableau 17). C’est ainsi que la pratique des jeux vidéo discrimine faiblement hommes et femmes en dépit du caractère technique et interactif de ces jeux.

Tableau 17. Variations des attitudes à l’égard du multimédia selon le sexe à Grenoble

Tableau 17. Variations des attitudes à l’égard du multimédia selon le sexe à Grenoble
  • 20 Nous rejoignons ainsi les constats opérés par les auteurs des Pratiques culturelles des Français q (...)
  • 21 Dans l’étude précitée sur les Usages domestiques de l’ordinateur, il est noté : « Par ailleurs, l’ (...)

49C’est donc l’opposition entre usage et dotation20 qui est pertinente. Ainsi les fréquences d’usage pour les échantillons prélevés en bibliothèque ne permettent pas de distinguer hommes et femmes, sauf pour les plus hautes fréquences d’utilisation21. Les curiosités pourtant variées des femmes s’attachent à des applications qui s’inscrivent moins souvent dans le cadre de pratiques quotidiennes.

Tableau 18. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les hommes et les femmes (Grenoble)

Tableau 18. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les hommes et les femmes (Grenoble)

50Lorsqu’on s’intéresse aux applications domestiques de l’ordinateur personnel, on ne peut pas davantage conclure que les femmes utiliseraient des logiciels moins complexes que ceux valorisés par leurs homologues masculins (cf. tableau 18). S’il est vrai qu’elles se montrent deux fois moins nombreuses que les hommes à être intéressées par les logiciels spécialisés permettant d’accomplir des opérations les plus techniques et pratiques (13 % des femmes grenobloises contre 24 % d’hommes), on ne manquera cependant pas de constater que les secteurs les plus innovants du marché informatique (jeux vidéo et Internet) aimantent aussi bien les curiosités féminines que masculines et ne signalent que des permutations légères – et dans les deux sens – des priorités accordées aux différentes applications domestiques de l’ordinateur.

51De fait, alors que les hommes privilégient les aspects ludiques de l’informatique domestique (ils sont 31 % à manipuler essentiellement des jeux vidéo contre 24 % de femmes), l’usage d’Internet s’avère être plutôt féminin (17 % contre 14 % pour les hommes). Ce dernier constat n’est d’ailleurs pas anodin lorsque l’on se souvient que la possession d’un abonnement Internet se rencontre plus rarement chez les femmes de l’échantillon grenoblois : ainsi, lorsque ces dernières ont décidé de se connecter à Internet, elles sont plus nombreuses que les hommes à utiliser principalement leur ordinateur personnel à cette fin.

52Dans l’ensemble, ces faibles écarts dans les usages, que l’on retrouve très légèrement amplifiés chez les usagers de la BnF, doivent nous rendre prudents lorsqu’on cherche à interpréter les taux de pénétration du multimédia en direction des hommes et des femmes (les études internationales qui s’attachent à les décrire signalent, y compris aux États-Unis et en Europe, un retrait sensible de la part des femmes).

53De fait, on retrouve un écart marqué entre comportements masculins et féminins dès lors qu’on s’intéresse aux populations actives sous-sélectionnées, dans le cas des actifs, usagers de la bibliothèque de Cavaillon, par exemple. Ce résultat tendrait à signifier que la pénétration des outils multimédias est fonction directe non d’une quelconque attitude féminine à l’égard des outils électroniques, mais des niveaux moyens – de PCS, de revenus, de formation scolaire – des groupes féminins.

54Ici encore, on aperçoit que dès lors que l’on choisit de ne pas considérer l’utilisation de l’ordinateur comme une pratique unifiée, la question de la proximité des différents groupes d’usagers face à la chose informatique prend des contours changeants et incertains.

De l’espace domestique aux bibliothèques

  • 22 Bernard Lahire, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998, p. 186.

55L’acte qui consiste à se rendre dans une bibliothèque ne peut pas être appréhendé comme étant uniforme, équivalent pour toutes les catégories d’usagers et il y a donc fort à parier que les rapports différentiels qu’entretiennent les composantes des publics d’un même lieu avec l’offre documentaire considérée dans son ensemble orientent pour une part l’usage des nouvelles technologies. L’étude d’une pratique ne se réduit pas à l’observation des actes individuels ou collectifs engagés « sur le moment » mais consiste bien à analyser ce que Bernard Lahire appelle « les différentes formes de réflexion qui agissent dans différents types d’action22 ». Pour les analyses qui vont suivre, il est d’abord utile de distinguer les différentes formes d’usages qui peuvent être faits des cédéroms. Ce faisant, nous ne chercherons nullement à opposer des fi gures d’usagers aux compétences inégales caractérisés pour les uns par une maîtrise « savante » des postes de consultation multimédias et pour les autres par un rapport « profane » aux nouvelles technologies, mais plutôt à distinguer des programmes d’action différents, programmes qui peuvent tout aussi bien être conçus avant même l’utilisation des postes mais également durant la consultation.

56On conçoit aisément que les cédéroms pratiques et encyclopédiques, bien que forts différents dans leurs contenus ainsi que dans les modes de navigation qu’ils proposent, rapprochent en fait leurs utilisateurs par un impératif commun : il est nécessaire, pour s’en servir, de formuler une interrogation avant d’en engager la consultation. C’est ce qui rapproche l’encyclopédie la plus perfectionnée de l’annuaire téléphonique le plus frustre : ni l’un ni l’autre ne sont a priori d’une quelconque utilité si leurs lecteurs ne « programment » pas leurs recherches à l’avance.

57Les cédéroms bibliographiques ou encyclopédiques devraient donc concerner en premier lieu des publics fréquentant les bibliothèques dans une perspective d’études et de recherches, publics qui ont toutes chances de se trouver plus investis dans l’utilisation d’un support documentaire leur permettant une économie de gestes – et plus généralement de « travail » – importante par rapport aux équivalents imprimés. Les étudiants, par exemple, valorisent fortement les aspects pratiques des cédéroms et d’Internet en insistant du reste, avant tout, sur le gain de temps que ces supports leur permettent d’obtenir dans leurs recherches universitaires. Plus généralement, le niveau de diplôme des enquêtés corrèle directement les réponses les plus déflationnistes en la matière. Les plus diplômés se distinguent ainsi des autres groupes en relativisant la portée du cédérom qui perd à leurs yeux un peu de sa capacité à raconter des histoires, présenter les positions d’un auteur ou présenter de nombreuses informations. Lorsqu’il s’agit pour eux de trouver de nombreuses informations les usagers ayant effectué des études supérieures préfèrent le recours à Internet à l’usage d’un cédérom (cf. tableaux 19 et 20).

  • 23 Les valeurs les plus faibles sont soulignées en gras.

Tableau 19. Moyenne des notes sur 6 attribuées au cédérom pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme23

Tableau 19. Moyenne des notes sur 6 attribuées au cédérom pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme23
  • 24 Les valeurs les plus faibles sont soulignées en gras.

Tableau 20. Moyenne des notes sur 6 attribuées à Internet pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme24

Tableau 20. Moyenne des notes sur 6 attribuées à Internet pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme24

58La formation scolaire et universitaire conduit à ancrer, on le voit, la perception du caractère pratique et dépersonnalisé de la présentation des informations sur les nouveaux supports documentaires. Les plus diplômés tendent généralement à décrire les cédéroms ou Internet comme des « outils » aujourd’hui incontournables plutôt que comme des médias comparables au livre ou au cinéma. Dans cette perspective, les nouvelles technologies tirent principalement leur caractère « révolutionnaire » ou à tout le moins « novateur » dans les germes de changements qu’elles portent en matière de traitement de l’information bien plus que dans leur capacité à modifier la nature des communications. En définitive, les principaux usagers des applications encyclopédiques attendent moins d’elles des changements dans les modes d’apprentissages ou de présentation des savoirs qu’une plus grande facilité, un plus grand confort dans l’accès à l’information.

59Plus que des niveaux de compétences différents, ces résultats révèlent semble-t-il ici des attentes profondément divergentes : alors que les plus diplômés tendent à l’économie des gestes, à réduire dans leurs rapports au livre le champ des possibles, à se montrer sélectifs dans leurs choix de documents, les usagers les moins formés attendent au contraire des nouvelles technologies qu’elles leur ouvrent des possibilités jusqu’alors inconnues, qu’elles élargissent l’horizon de leurs curiosités (nos entretiens tendent à montrer combien les thèmes d’universalité et d’accès aux savoirs étendus sont principalement abordés par des individus aux niveaux de formation scolaire moyens).

  • 25 Francis Marcoin, « Quelques paradoxes sur la lecture étudiante », in Les Étudiants et la lecture, (...)

60Alors que l’école et les formations universitaires de premier cycle valorisent le goût pour la lecture en incitant à une lecture extensive, on sait au contraire que les études supérieures, par l’apprentissage de « méthodes de lecture » ou la diffusion de bibliographies visent au contraire à enseigner aux étudiants les moyens de parvenir seuls à sélectionner les ouvrages ou documents les plus pertinents dans l’accomplissement de leurs recherches : « Traditionnellement, les arts de lire sont des arts de lire peu, même si l’érudition, le goût pour les lettres sont chantés25. » Il n’y a donc rien de surprenant à constater ces différences dans l’usage des nouvelles technologies en parcourant le spectre qui va des bibliothèques municipales à la BnF. Ainsi les utilisations de cédéroms à des fins de renseignements pratiques ou documentaires, majoritaires en région, cèdent à la BnF le pas aux explorations ciblées, portant sur un sujet, un auteur, un domaine précis.

61Ce type de résultats doit être confronté aux dispositifs de l’offre propres à une bibliothèque d’étude qui met à la disposition de ses lecteurs une multitude d’encyclopédies interactives et de bases de données sur cédéroms sans réellement proposer de guides ou manuels pratiques interactifs. Cependant, dans la mesure où les bases de données bibliographiques ou les encyclopédies compilées sur cédéroms (que l’on trouve dans la catégorie « autres ») proposent bien souvent à leurs utilisateurs des dispositifs de consultation et d’indexation fort variables de l’une à l’autre, il convient de prendre en compte le fait que leur manipulation requiert, pour obtenir un degré de précision suffisant dans le traitement des réponses, des compétences quelque peu différentes de celles qu’exigent les cédéroms pratiques ou documentaires. En ce sens, la prédominance de l’utilisation des cédéroms de ce type à la BnF nous paraît témoigner du fait que certains groupes d’usagers sont parvenus à domestiquer ces objets à des niveaux qui, sans doute, s’observent plus rarement ailleurs, le terme de « domestication » ne renvoyant pas, on l’a dit, à un niveau de maîtrise technique mais bien davantage à la mise en conformité des usages avec des attentes et plus généralement à des programmes d’action clairement déterminés.

62Certains cédéroms portant sur des sujets généraux, souvent liés à des curiosités élémentaires, se prêtent moins à ce type de domestication dans la mesure où ils voient leurs utilisations subordonnées à des curiosités moins ciblées et surtout à des logiques d’usages qui peuvent être potentiellement renégociées durant la consultation beaucoup plus fréquemment que dans le cas des cédéroms pratiques ou encyclopédiques. En effet, la consultation des cédéroms portant sur des thématiques très générales n’étant pas le plus souvent guidée par une interrogation précise, l’orientation des choix des utilisateurs a toutes les chances de répondre à des motivations très diverses, variables d’un moment à l’autre, et donc de déboucher sur des types de navigation que l’on nommera erratiques. Le principe d’interactivité mis en œuvre dans ce type de produits met constamment en demeure l’utilisateur de choisir le sens qu’il veut donner à sa consultation et rend par conséquent possible la renégociation permanente des motifs de l’action : il devient possible de passer d’une « lecture » anecdotique des informations à une consultation pratique ou encyclopédique, d’approfondir ses connaissances d’un sujet ou au contraire de se cantonner à des usages ludiques ou narratifs du cédérom. Bref, si le choix d’un titre de cédérom plutôt qu’un autre est interprétable en fonction des curiosités différentiellement portées par les groupes d’usagers sur l’ensemble de l’offre documentaire, il devient difficile à ce niveau d’analyse d’affirmer que la consultation des cédéroms portant sur des thématiques générales tire sa cohérence des comportements généraux adoptés dans le cadre de la bibliothèque.

63Internet semble également susciter des usages beaucoup moins stabilisés que les cédéroms encyclopédiques ou bibliographiques utilisés à la BnF, puisque l’on y voit réapparaître des utilisations à finalité pratique (consulter les programmes de cinéma ou les horaires de train, se renseigner sur les offres d’emplois ou s’inscrire à des concours, réserver une place d’avion, etc.). Dans le même ordre d’idées, on constate un tassement entre les usages d’Internet à des fins d’approfondissement (mener une recherche précise sur un sujet, constituer une bibliographie) ou évaluatives et ceux davantage tournés vers des curiosités documentaires (sur des sujets généraux tels que les jeux vidéo, les séries télévisées, le sport, les voyages, etc.) (cf. tableau 21).

  • 26 Réponses à la question : « Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, dans quel(s) bu (...)

Tableau 21. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF26

Tableau 21. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF26

64Cette tendance se trouve encore renforcée lorsque l’on demande aux usagers d’Internet d’indiquer les deux sites qui leur viennent immédiatement à l’esprit : cette fois, les sites documentaires occupent une place prédominante et les sites de renseignements pratiques voient leur importance s’accroître considérablement (cf. tableau 22).

  • 27 Réponses à la question : « Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, citez deux site (...)

Tableau 22. Caractéristiques des sites consultés à la BnF27

Tableau 22. Caractéristiques des sites consultés à la BnF27
  • 28 Certains entretiens menés auprès d’usagers d’Internet montrent par exemple des attitudes quelque p (...)

65Cet effritement de l’importance accordée aux applications bibliographiques par les usagers de la BnF témoigne avant tout de la façon dont les usages d’Internet en bibliothèques peuvent s’affranchir des contingences de l’offre et investir un espace de « braconnage » en marge des utilisations initialement prévues par les bibliothécaires. De fait, contrairement à la consultation de cédéroms pour laquelle l’usager est contraint de faire son choix parmi une liste de titres répondant aux orientations des politiques de collections, l’utilisateur des postes Internet reste par définition libre de ne pas limiter ses pérégrinations aux sites indexés sur la page d’accueil de la bibliothèque. Il devient alors possible de consulter les critiques du fi lm programmé le soir même dans son cinéma de quartier ou bien encore de transformer pour un instant sa place de bibliothèque en un petit coin bureau d’où correspondre avec ses proches par le biais des sites d’hébergement gratuits de boîte à courrier électronique. La place occupée par l’utilisation de messageries telle qu’elle apparaît dans les déclarations d’usages d’Internet à la BnF (dans les questionnaires) nous semble d’ailleurs plutôt sous-évaluée : les observations réalisées sur place nous ont de fait, permis de constater que, très souvent, une grande partie du temps passé par les usagers devant les postes de consultation d’Internet lui étaient consacrée. On peut peut-être expliquer cette minoration dans les déclarations d’usages par le fait que, d’une part, le recours à la messagerie a été interdit à la BnF comme dans de nombreuses autres bibliothèques et qu’il s’agit, d’autre part, d’une activité toujours mal évaluée par les utilisateurs des postes Internet et consommant comparativement beaucoup de temps28.

66C’est surtout autour d’Internet que l’on constate les plus grandes différenciations d’usages au sein de nos populations d’enquêtés, et d’abord entre les étudiants et les actifs, précisément parce que la curiosité dont font preuve ces derniers à l’égard des livres imprimés ou des moyens audiovisuels traditionnels trouve dans l’éventail des consultations rendues possibles par ce type de dispositif des moyens de s’exprimer beaucoup plus étendus que dans les collections majoritairement encyclopédiques et bibliographiques des cédéroms. Ainsi, s’il est vrai que les étudiants sont légèrement plus nombreux à consulter Internet (44 % contre 42 % pour les actifs), il n’en demeure pas moins que c’est parmi le groupe des actifs que s’y recrutent le plus d’usagers réguliers : ces derniers sont en effet 21 % à l’utiliser au moins une fois par semaine contre 17 % d’étudiants.

67L’examen détaillé de la structure des usages d’Internet confirme l’orientation tendanciellement bibliographique des consultations engagées par les étudiants sur les postes mis à leur disposition à la BnF (cf. tableaux 23 et 24). Même lorsque l’on s’intéresse aux noms de sites effectivement consultés plutôt qu’aux déclarations génériques d’usages, l’emploi d’Internet apparaît plus souvent tourné vers des applications ciblées, précises et motivées par des curiosités scolaires ou universitaires chez les populations étudiantes de la BnF.

Tableau 23. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés

Tableau 23. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés

Tableau 24. Caractéristiques des sites consultés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés

Tableau 24. Caractéristiques des sites consultés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés
  • 29 (cf. tableau 25). Pour le principe de classement retenu, voir la note relative au tableau 22.

Tableau 25. Usages de l’ordinateur à la BnF29

Tableau 25. Usages de l’ordinateur à la BnF29

68Il nous faudra revenir sur le fait que les étudiants se montrent beaucoup plus nombreux à citer des moteurs de recherche, laissant penser que leurs consultations d’Internet sont moins mémorables que chez les actifs. Gardons pour l’instant à l’esprit le fait que ces derniers semblent plus investis que les actifs dans les consultations ciblées, contrairement aux actifs qui se montrent plus nombreux à manipuler les postes Internet à des fins pratiques. Lorsque l’on élargit le champ d’analyse aux usages des ordinateurs de la BnF pris dans leur ensemble, on aboutit en fait à des conclusions relativement similaires. Ainsi, il est possible de recatégoriser les réponses de nos enquêtés à la question « Si vous avez déjà utilisé un ordinateur dans cette bibliothèque, dans quel(s) but(s) l’avez-vous fait principalement ? » en distinguant parmi quatre grandes orientations : les consultations exploratoires, correspondant aux déclarations du type « par curiosité, pour découvrir, pour me familiariser », d’autres types de consultations que nous qualifierons de « libres » pour qualifier les usages d’Internet à des fins de messageries, de surf « pour le plaisir » ou « pour se divertir » ou encore de messagerie, et enfin des usages documentaires (visionner un film, écouter un document sonore, consulter la presse sur Internet, etc.) et bibliographiques (trouver les références d’un document, mener une recherche précise, etc.). Le groupe des actifs montre sur ce point un éventail des utilisations de l’informatique en bibliothèque beaucoup plus ouvert que chez les étudiants pour lesquels les consultations à des fi ns bibliographiques demeurent les plus fréquentes (cf. tableau 25).

69On peut donc admettre que les applications d’Internet ou des cédéroms préférentiellement utilisées par nos enquêtés correspondent à des logiques d’usages cohérentes face à l’ensemble des possibilités des outils informatiques à leur disposition dans les salles de lecture de la bibliothèque, logiques qui s’insèrent à leur tour dans des séries de comportements adoptés à l’égard de l’offre documentaire en général et qui, de ce fait, diffèrent très nettement de celles qui président à l’utilisation de l’ordinateur dans l’espace domestique.

70Ces logiques d’usages n’exercent cependant pas leurs prises avec la même force selon les individus et le caractère ouvert, renégociable des consultations Internet brouille considérablement les cartes. Le sort réservé aux moteurs de recherche par les étudiants dans le tableau 24 ne se laisse donc pas aisément interpréter : l’attitude qui consiste à nommer le site qui permet d’engager les consultations d’Internet peut désigner des usagers accoutumés à mener toutes sortes de recherches précises – et pour qui le moteur le plus efficace compte plus que les sites trouvés, toujours différents – mais peut tout aussi bien être le fait d’internautes dont les consultations prennent un caractère anecdotique, peu mémorable, les laissant peu enclins à nommer un site précis, du moins lorsqu’ils s’en montrent capables. Si l’on constate que l’attitude des actifs dans le cadre domestique trouve sa continuité dans les bibliothèques en révélant des attitudes contrastées, oscillant entre usages pratiques, curieux et lettrés, il faut remarquer que les étudiants présentent des attitudes ambivalentes, hésitant parfois à répondre aux incitations scolaires et universitaires qui justifient leur présence dans les salles de lectures pour renouer avec les curiosités qui animent leurs utilisations de l’ordinateur personnel.

71On entend souvent dire que les usages ludiques de l’ordinateur, par les processus de familiarisation avec l’informatique qu’ils sont censés autoriser, ouvrent une porte vers le maniement « savant » des nouvelles technologies (explorations ciblées et usages culturels d’Internet) : or, les populations les plus jeunes, dont on a vu qu’elles étaient plus investies que les autres dans la manipulation des jeux vidéo, privilégient de façon notable l’utilisation de la messagerie ou les consultations documentaires au détriment des explorations. L’examen détaillé des sites regroupés dans la catégorie « documentaires » pour ces populations ne laisse d’ailleurs que peu de doutes sur leurs motivations : la recherche d’extraits musicaux, d’informations sur les jeux vidéo, sur différents logiciels multimédias ou sur les séries télévisées dominent largement les sujets généraux en prise avec la culture scolaire (la peinture en général, par exemple).

72De même, la consultation de sites de courrier électronique gratuits est deux fois plus fréquente chez les plus jeunes, répondant sans doute au désir d’entretenir leurs réseaux de sociabilité, désir qui semble devoir s’inscrire plutôt dans la quotidienneté, dans l’ordinaire des échanges amicaux, plutôt que dans l’étrangeté des relations avec des inconnus, distants culturellement ou géographiquement (nos observations dans les salles de lecture de la BnF nous conduisent à penser que la messagerie y est plus répandue que le chat, plus proche de la messagerie télématique, dont les messages s’adressent davantage à des individus anonymes, inscrits à des groupes de discussion par l’intermédiaire de pseudonymes).

73Ainsi, l’espace public, ouvert, que constitue la bibliothèque autorise la cohabitation de plusieurs logiques d’usages des nouvelles technologies chez les plus jeunes, témoignant d’une prise de distance respectueuse à l’égard des valeurs scolaires et universitaires. Tous, cependant, ne se permettent pas les mêmes « écarts » et c’est sans doute sur ce point qu’il faut constater l’influence la plus manifeste des différences sexuelles. De fait, si dans le cadre domestique, les différenciations de comportements des hommes et des femmes sont, on l’a vu, plutôt limitées, il n’en va pas de même dès lors que l’on franchit les portes des salles de lecture puisque les fractions féminines de l’échantillon parisien, sans doute plus soumises aux influences de la culture scolaire, asservissent majoritairement les ordinateurs mis à leur disposition à des fi ns bibliographiques (cf. tableau 26).

Tableau 26. Usages de l’ordinateur à la BnF selon le sexe

Tableau 26. Usages de l’ordinateur à la BnF selon le sexe

74Il reste que, pour l’essentiel, le profil sociodémographique que nous venons de décliner à partir de trois catégories (appartenance générationnelle, nature et intensité des pratiques culturelles et sexe ratio) reste très mécaniquement lié aux caractéristiques « classiques » de la sociologie de la culture. La cloche de verre des catégories selon lesquelles on type les pratiques, les propensions à pratiquer et les orientations culturelles exerce ainsi une infl uence tout à fait sensible sur les études réalisées dans ce domaine. Pourtant, comme on va le voir au travers d’une opposition assez inattendue entre usagers selon qu’ils sont plus ou moins mobiles géographiquement – c’est-à-dire qu’ils ont ou non vécu une grande partie de leur vie dans un autre département que celui de résidence –, il est possible de s’aventurer sur quelques nouvelles pistes en matière d’analyse des pratiques multimédias.

La mobilité géographique, une variable explicative ?

75Parmi les sites de notre enquête l’exemple de Miramas offre, de la manière la plus lisible, quelques résultats qui peuvent faire penser que la mobilité géographique est de nature à objectiver un certain nombre de positionnements et d’attentes suffisamment caractéristiques pour mettre à jour des corrélations entre attitudes philonéistes et mobilité. Les résultats obtenus à la BnF ou à Grenoble, vont dans le même sens, tout en étant un peu moins tranchés. Tout laisse néanmoins penser que la relative instabilité de cette caractéristique (les résultats pour Cavaillon sont plus incertains) trahit la présence de variables cachées dont elle offre un « résumé » relativement pertinent.

  • 30 On peut noter l’existence de travaux de recherche qui soulignent les relations entre vie professio (...)

76À n’en pas douter, être mobile, au sens où nous l’entendons ici, ne saurait constituer un trait socioculturel bien défini30. On peut assez aisément conjecturer à propos des variables susceptibles d’interférer sur ce plan : les familles placées en « ascension sociale » (dont le chef de famille possède un PCS plus élevée que celle de ses père et mère) sont sans doute susceptibles de plus de sacrifices professionnels que les autres et, partant, peuvent mieux assumer ou provoquer une mobilité ; le degré de solidarité au sein de la famille élargie est également une donnée qui peut, en l’affaire, jouer un rôle non négligeable. Or on connaît dans ce dernier cas, par exemple, l’impact d’une forte solidarité sur le positionnement politique et le vote. Sans qu’il soit possible de pousser l’analyse très loin, il y a fort à parier que s’actualise, au travers de la mobilité géographique, des postures et positionnements que les enquêtes ultérieures pourraient avoir avantage à objectiver. L’appartenance générationnelle, la formation scolaire, le sexe, le revenu ou la résidence ne sont pas, à n’en pas douter, les seules données qui jouent un rôle dans le positionnement favorable, curieux et entreprenant vis-à-vis des outils technologiques récemment mis en circulation.

77Quoi qu’il en puisse être, quelques résultats collectés à partir des données recueillies sur le site de Miramas peuvent nous donner matière à conclure – sans clore – un chapitre sur lequel il convient avant tout de mesurer les limites actuelles des balises sociodémographiques qui permettent aujourd’hui de penser de manière globale et générale les pratiques culturelles, les usages et les comportements en matière de communication.

78Si les usagers actifs de la médiathèque de Miramas ne comptent que très peu d’individus vivant dans d’autres départements (moins de 2 %, provenant de départements limitrophes), la part de ceux d’entre eux nés ou / et de ceux ayant vécu en dehors du département n’est pas négligeable (cf. tableau 27).

Tableau 27. Lieu de résidence durant la plus grande partie de sa vie (usagers de la bibliothèque de Miramas ; échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 27. Lieu de résidence durant la plus grande partie de sa vie (usagers de la bibliothèque de Miramas ; échantillon de Miramas, N = 483)

79Des différences sensibles dans les attentes et les comportements culturels se font jour si l’on oppose les quelques 20 % qui ont vécu récemment dans des départements parfois éloignés aux 80 % qui ont passé la plus grande partie de leur vie dans le département.

80L’effet de cette mobilité, dans le cas de Miramas, est à la fois plus homogène sur un nombre notable de comportements (lecture, formes d’intérêts pour le livre, rapport aux nouvelles technologies, etc.) et plus clairement linéaire que l’effet de la formation scolaire, des revenus ou de la profession. Les caractéristiques fortes des deux populations ainsi découpées n’apparaissent pas dans les croisements effectués à partir des principales variables d’état. Ainsi la population mobile n’est pas significativement plus diplômée que la population plus sédentaire. Pourtant les groupes s’opposent distinctement, notamment à partir de comportements classiquement associés à l’opposition entre pratique cultivée et pratique ordinaire. On le mesure nettement à propos de la lecture (cf. tableau 28) qui est nettement plus fréquente chez les usagers mobiles ou sur une question qui révèle la proximité ou l’éloignement face au multimédia (cf. le tableau 29 concernant l’utilisation d’un ordinateur). Dans ce dernier tableau, on constate que les actifs les moins mobiles ont nettement moins souvent manipulé un ordinateur.

Tableau 28. Nombre d’ouvrages lus ces douze derniers mois selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 28. Nombre d’ouvrages lus ces douze derniers mois selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 29. Utilisation d’un ordinateur selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 29. Utilisation d’un ordinateur selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)

81Ces résultats appellent plusieurs remarques. La mobilité géographique n’est pas, on l’a dit, une variable classique en sociologie de la culture. Elle peut, néanmoins, ouvrir des horizons intéressants si l’on veut bien restreindre et relativiser son assise. En premier lieu, l’infl uence des changements de lieux de vie n’est assurément pas la même selon qu’on se situe à l’intérieur d’un grand centre urbain ou dans une zone rurale ou une ville périphérique et lorsque les circulations se font de ville à ville ou entre village et ville. Quel que soit le sens des circulations, elle n’a pas le même sens pour les usagers de la BnF ou de Grand-Place à Grenoble, si l’on suppose qu’est déterminante l’appartenance durable à un pôle stable peu confronté aux circulations pour distinguer des modes de vie tendanciellement sédentaires ou mobiles. Elle prend donc un sens singulier dans les cas de Miramas et de Cavaillon, en raison de l’environnement et de l’offre culturelle existante.

82C’est ainsi que, sur ce plan, Miramas s’oppose à Cavaillon qui ne révèle que faiblement les effets liés à cette variable et dont la population mobile est de 34 % contre 21 % à Miramas. Pour autant, des effets significatifs de la variable s’enregistrent pour trois sites sur quatre (Miramas, Grenoble et BnF). Résultat suffisant pour qu’on s’arrête un instant sur les questions qu’il pose et qui justifie qu’on se propose de l’analyser plus amplement dans des travaux ultérieurs.

83En troisième lieu, la puissance de la variable tient avant tout aux comportements des actifs qui, par la mobilité ou, au contraire, par la sédentarité, acquièrent un certain nombre de dispositions singulières ; les étudiants, même mobiles, correspondant d’assez près aux valeurs culturelles de leur « milieu familial ». On peut ainsi constater que, sur les quatre sites, les corrélations entre les attitudes « philonéiste » et le statut professionnel (être actif ou étudiant) s’affaiblissent dans les cas où l’on isole les étudiants. Le fait est d’autant plus remarquable que comme on peut s’y attendre, les étudiants sont, en moyenne, toujours plus formés que les actifs pour tous nos échantillons.

84Ces trois remarques permettent d’expliquer les répartitions assez singulières des corrélations entre « philonéisme » ou curiosité pour la chose écrite dans les quatre sites de notre enquête. Ainsi, dans l’ensemble, le cas de Cavaillon est le plus singulier. Les corrélations y sont faibles, les actifs étant sous sélectionnés (43 % ayant été mobiles, contre 27 à Miramas, 32 % à Grenoble et 32 % pour l’Île-de-France). Dans le même sens, les corrélations observées pour les usagers de la BnF restent fortes, mais s’établissent de manière non linéaire – la présence d’étrangers expliquant une partie du phénomène. En définitive, le profil le plus « pur » peut être dégagé pour les usagers de la bibliothèque de Miramas.

85D’une manière générale, l’effet lié à la mobilité peut être expliqué par le fait que cette dernière rend possible des expériences singulières qu’accumulent des individus sociaux qui se structurent grâce à l’expérience directe de la relativité des mondes qu’ils ont traversés. Il se peut également que diverses influences – familiales, scolaires, notamment – s’expriment plus complètement lorsque les individus sont appelés à faire l’expérience de cette relativité. Dans tous les cas, des attitudes comme le philonéisme, la curiosité et le désir d’expérimenter des formules et des objets nouveaux sont manifestement directement liées à cette forme d’expérience sociale.

  • 31 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1995.

86On peut ajouter que si la mobilité n’est pas, comme nous l’avons déjà souligné, une variable classique dans le domaine de la sociologie de la culture, elle possède une place singulière chez les linguistes par exemple, qui la prennent en compte pour définir l’évolution dynamique d’une langue, l’évolution vers une balkanisation dialectale ou, au contraire, vers l’uniformisation linguistique. L’opposition classique chez F. de Saussure entre « esprit de clocher » d’un côté et « force intercourse » s’inscrit directement dans cette perspective. Comme le dit avec force F. de Saussure : « La propagation des faits de langue est soumise aux mêmes lois que n’importe quelle habitude, la mode par exemple. Dans toute masse humaine deux forces agissent sans cesse simultanément et en sens contraires : d’une part l’esprit particulariste, “l’esprit de clocher” ; de l’autre, la force d’ “intercourse”, qui crée les communications entre les hommes ». Une communauté linguistique restreinte reste fidèle « aux traditions qui se sont développées dans son sein » grâce à la première force qui, si elle agissait seule produirait des particularités allant à l’infini ». Mais leurs effets sont corrigés par l’action de la force opposée. « Si l’esprit de clocher rend les hommes sédentaires, l’intercourse les oblige à communiquer entre eux. C’est lui qui amène dans un village des passants d’autres localités, qui déplace une partie de la population à l’occasion d’une fête ou d’une foire, qui réunit sous les drapeaux les hommes de provinces diverses, etc. En un mot, c’est un principe unifiant, qui contrarie l’action dissolvante de l’esprit de clocher31. »

87Il faut ajouter qu’en soulignant le parallélisme entre deux comportements culturels, l’un manifesté envers le livre, l’autre objectivant le rapport entretenu en direction des nouvelles technologies, les deux derniers tableaux confirment, une fois encore, que l’usage cumulé d’outils anciens et nouveaux constitue bien le droit commun des pratiques. On trouve néanmoins ici la manifestation d’une forme singulière de curiosité et d’ouverture qu’on avait tendance à associer un peu mécaniquement aux niveaux de formation scolaire. Parmi les indicateurs dont nous disposons, rares sont ceux de nature à mettre en évidence des attitudes générales vis-à-vis du savoir et des instruments dont on se sert pour le diffuser et le renouveler ; il ne faut pas néanmoins en conclure que cette liste est définitivement close.

88Il faut encore noter qu’au sein des pratiques culturelles, et notamment des pratiques culturelles de sorties pour lesquelles nous disposions d’indicateurs dans l’enquête, la lecture se dissocie, au moins relativement, des « pratiques culturelles de sortie » à laquelle on l’associe souvent. La variable de mobilité géographique possède sur ce registre une moindre efficacité par rapport aux niveaux de revenus ou à la formation scolaire.

89On peut ajouter une dernière remarque intéressante : cette variable n’exerce pas d’influence réelle sur la dotation domestique en cédéroms, les usagers ayant passé la plus grande partie de leur vie hors du département n’étant qu’une fois et demi plus nombreux à en emprunter. Ce constat paraît d’autant plus surprenant qu’en ce qui concerne Internet, si l’on ne note pas de différence dans les usages d’Internet en bibliothèques, il apparaît que les usagers les plus mobiles sont proportionnellement deux fois plus nombreux à posséder un abonnement (cf. tableau 30).

Tableau 30. Effets de la mobilité géographique sur la possession d’un abonnement Internet (échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 30. Effets de la mobilité géographique sur la possession d’un abonnement Internet (échantillon de Miramas, N = 483)

Tableau 31. Effets de la mobilité géographique sur l’activité principale exercée sur l’ordinateur personnel

Tableau 31. Effets de la mobilité géographique sur l’activité principale exercée sur l’ordinateur personnel

90Ce traitement différencié d’Internet et des cédéroms peut-il être interprété à partir de l’hypothèse, déjà évoquée, selon laquelle ces derniers seraient régulièrement utilisés, dans les bibliothèques de proximité notamment, comme un outil propédeutique, sorte de passage obligé avant l’expérience directe d’Internet ? Si tel était le cas, l’attrait plus faible manifesté par les usagers les plus mobiles pour le cédérom devrait se lire, révélant en creux leur plus grande proximité à l’égard d’Internet.

91À domicile, en revanche, on observe bien les effets de la mobilité géographique sur les usages de l’informatique. En effet, la curiosité et le désir d’expérimenter des applications nouvelles qu’elle stimule font s’élargir le spectre des activités pratiquées sur l’ordinateur personnel (cf. tableau 31).

92Pour le reste, il n’est pas possible d’affirmer que cette plus grande ouverture des intérêts pour les applications informatiques s’accompagne d’un niveau de fréquences d’utilisation ou de formation supérieures dans le domaine technique : aucune des variables construites sur la base des questionnaires pour distinguer ces niveaux (fréquences d’usages de l’ordinateur à des fi ns professionnelles ou non, ancienneté de ces pratiques ou bien encore types d’applications professionnelles) n’apparaît significativement orientée par la mobilité géographique.

93Il est en revanche intéressant de s’attarder sur le système catégoriel que révèle le tableau 31 : la pratique de logiciels spécialisés, l’usage d’Internet, d’un côté, l’usage des jeux vidéo de l’autre apparaissent comme des usages qui distinguent bien les groupes entre eux (qu’on les oppose à l’aide du critère de mobilité ou d’autres encore), en revanche deux catégories ne donnent pas matière à distinctions, la bureautique et les cédéroms. C’est seulement lorsqu’on recherche précisément les types de cédéroms consultés et mémorisés qu’une différence très nette apparaît entre ces deux populations. Ainsi le choix des actifs ayant vécu la plus grande partie de leur vie dans le département se porte sur un ensemble plus important de titres (14 contre 8 pour les actifs mobiles). Les cédéroms mémorisés sont au deux tiers des volumes pratiques (Guitar Hits, Guitare, Kodak Photo, Aménager sa maison), ou portant sur des thèmes scolaires élémentaires (Les baleines, Le lion, New York, Voyages, Les Antilles, Tim, Tom et Zoé). Seuls quatre titres concernent des thèmes moins courus (Le Louvre, Gaudi, Le monde, Divers peintres). Au contraire, chez les actifs ayant vécu la plus grande partie de leur vie hors du département, cette dernière catégorie absorbe la moitié des citations (Michel-Ange, Les impressionnistes, Architecture, Les premiers explorateurs), les thèmes scolaires élémentaires couvrent le reste des choix (L’Inde, Larousse du corps humain, Apprendre l’espagnol), à une exception près (Dictionnaire des prénoms).

94Les cédéroms possèdent donc, pour ces deux groupes, un statut contrastif. D’une manière plus générale, l’ensemble des usagers des bibliothèques assigne, collectivement, par leur attraction ou, au contraire, leur indifférence, une place bien singulière à ce nouvel outil.

Notes

1 Contrairement aux pronostics les plus fréquents et les plus visibles lancés ces dernières années (voir notamment Régis Debray, Introduction à la médiologie, Paris, PUF, 2000), les fractions les plus jeunes sont loin d’apparaître comme façonnées par une « pensée par l’image ».

2 Développement culturel, n° 130, octobre 1999, op. cit.

3 Développement culturel, n° 130, octobre 1999, op. cit., p. 4.

4 Ibid.

5 Cf. tableau synoptique donné en annexes (annexe III).

6 Rappelons-le, les chiffres données dans le texte sont calculés hors non-réponses.

7 La variable que nous utilisons tient compte à la fois des usages domestiques et professionnels. Elle est issue de la recomposition des questions portant sur les fréquences d’usages domestiques et professionnels.

8 Comme le constate J.-F. Hersent, commentant les résultats de l’enquête « Les Français et Internet », étude Médiangles / Conseil supérieur de l’audiovisuel, novembre 1999 : « Hormis leur forte masculinisation qui les oppose à un lectorat fortement féminisé, les internautes réguliers présentent un certain nombre de caractéristiques communes avec les forts lecteurs : des variables sociodémographiques telles que la propension à appartenir aux professions intellectuelles ou à résider dans une grande ville et en région parisienne par exemple en sont les indices les plus flagrants. D’un autre côté, le profi l des internautes diffère sensiblement de la moyenne de la population française sous au moins quatre aspects essentiels : l’âge (avec une) forte surreprésentation des jeunes (18-24 ans) et des jeunes adultes, le sexe

– deux internautes sur trois sont des hommes, la profession – ; forte surreprésentation des étudiants, des cadres et professions intellectuels, des professions intermédiaires, le lieu de résidence (enfin, avec une) forte surreprésentation de la région parisienne. » (J.-F. Hersent, note interne, dll, 1999.)

9 D’une manière générale il faut s’assurer encore que, dans les bibliothèques de l’enquête à tout le moins, le contact plus fréquent des groupes de jeunes avec les nouvelles technologies ne dérive pas d’une sursélection de ces populations. La répartition des revenus familiaux par classes d’âge permet de répondre à cette interrogation par la négative. Si les étudiants et lycéens de la BnF appartiennent plutôt à des milieux plus aisés les plus jeunes des autres échantillons font plutôt partie des milieux les moins aisés. Les contacts avec les instruments électroniques, la curiosité qu’ils suscitent croissent ainsi pour les générations qui sont nées avec eux.

10 Op. cit., p. 5.

11 Paris, puf, 1992.

12 Paris, Seuil, 1999.

13 L’absence d’annexes qui auraient pu nous éclairer sur le sens et la façon dont les différentes questions ont été posées interdit néanmoins de savoir si la question se fondait sur une liste fi nie, ouverte ou de qualifications proposées par les enquêtés.

14 Et pourtant, ils lisent…, op. cit., p. 57.

15 Sur ce registre il est important de pouvoir observer et comparer cette forme bien singulière de rapport à la culture qui se traduit par des déplacements en des lieux consacrés, par la participation aux rituels propres aux différents spectacles et mises en scène d’une offre pourtant réputée sélective.

16 L’opposition entre lycéens et actifs ne se trouve pas invalidée par le faible effectif des étudiants : ces derniers occupant une position médiane, assez proche de la marge.

17 Op. cit., p. 56.

18 La première analyse de ce type a été proposée dans Rapport pédagogique et communication, par Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et Monique de Saint-Martin (Mouton, 1965) pour distinguer les composantes de populations étudiantes prélevées dans différentes universités. On peut penser notamment aux effets liés au sexe ratio ou à la sursélection des rares étudiants de milieu « populaire » qui se retrouvaient dans les universités parisiennes.

19 Une actualisation de cette analyse a été proposée par Jean-Claude Passeron, dans un chapitre du livre Histoire des universités en France, Privat (Bibliothèque historique), sous la direction de Jacques Verger, 1986. « 1950-1980 : l’Université mise à la question : changement de décor ou changement de cap ? » (p. 323-420). L’ouvrage plus récent de Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992, donne une analyse très contextualisé des positionnements relatifs des garçons et des filles dans le système scolaire.

20 Nous rejoignons ainsi les constats opérés par les auteurs des Pratiques culturelles des Français qui signalent que l’utilisation quotidienne de l’ordinateur à des fins non professionnelles concerne 24 % des hommes contre 7 % des femmes, écart qui se réduit considérablement lorsque l’on étudie les usages hebdomadaires avec 25 % d’hommes et 24 % de femmes.

21 Dans l’étude précitée sur les Usages domestiques de l’ordinateur, il est noté : « Par ailleurs, l’idée est largement répandue que les hommes sont plus nombreux que les femmes à utiliser un ordinateur. S’il est vrai que ces dernières sont plus souvent non-utilisatrices au sein des ménages équipés, les résultats indiquent que les différences de comportements liées à l’appartenance sexuelle sont surtout sensibles au niveau des usages très fréquents : 65 % des utilisateurs quotidiens (tous les jours ou presque) sont des hommes, alors qu’ils ne représentent que 56 % de l’ensemble des utilisateurs » (p. 4). La sélection singulière des populations en bibliothèque explique sans doute que ces différences déjà ténues se trouvent encore diminuées dans le cadre de notre enquête.

22 Bernard Lahire, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998, p. 186.

25 Francis Marcoin, « Quelques paradoxes sur la lecture étudiante », in Les Étudiants et la lecture, sous la dir. d’Emmanuel Fraisse, Paris, puf 1993, p. 102.

26 Réponses à la question : « Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, dans quel(s) but(s) l’avez-vous fait principalement ? » Sur le principe de classement retenu ici, cf. note suivante.

27 Réponses à la question : « Si vous avez consulté Internet dans cette bibliothèque, citez deux sites qui vous viennent à l’esprit. » Pour le détail du traitement des réponses, cf. annexe IV.

28 Certains entretiens menés auprès d’usagers d’Internet montrent par exemple des attitudes quelque peu ambivalentes par rapport à l’usage effectivement réalisé par ces derniers lorsqu’il est jugé en regard des potentialités perçues ou vantées de ce « nouveau média ».

29 (cf. tableau 25). Pour le principe de classement retenu, voir la note relative au tableau 22.

30 On peut noter l’existence de travaux de recherche qui soulignent les relations entre vie professionnelle et mobilité. Cf. par exemple, Chantal Brutel, Maryse Jegou et Carole Rieu, « La mobilité géographique et la promotion professionnelle des salariés : une analyse par aire urbaine », Économie et statistique, n° 336, 2000-6, p. 53-68.

31 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1995.

Notes de fin

23 Les valeurs les plus faibles sont soulignées en gras.

24 Les valeurs les plus faibles sont soulignées en gras.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. Fréquence d’utilisation à domicile des ordinateurs3
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 6. Pratiques du multimédia selon l’âge (échantillon de Cavaillon, N = 280)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Tableau 7. Intensité de lecture selon l’âge (site de Cavaillon, N = 280)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique 3. Pratiques culturelles et médiatiques des Français de 15 ans et plus équipés d’un ordinateur à domicile (d’après le graphique 2, p. 5 de l’enquête ISL Médiamétrie / DEP)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 8. La hiérarchie des loisirs à la fi n de l’enquête (4e année, 96) (proportion d’élèves ayant pratiqué l’activité le week-end précédant l’enquête)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 9. Rangs occupés par les pratiques de sorties (Miramas, Cavaillon, Grenoble, Paris)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 1016 Sortie au musée durant l’année écoulée (échantillon des usagers de Cavaillon, N = 280)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau 11. Tableau comparatif entre quelques pratiques culturelles (en %) (échantillon des usagers de Grenoble, N = 596).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Tableau 12. Genre de séries préférées pour les actifs et les étudiants de la BnF (N = 981)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 13. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les actifs et les étudiants (site de la BnF, N = 981)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 14. Usages domestiques de l’ordinateur personnel selon l’intensité de lecture pour les actifs grenoblois (N = 230)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 15. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 16. Sexe ratio dans les différents sites de l’enquête pour les actifs seulement
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tableau 17. Variations des attitudes à l’égard du multimédia selon le sexe à Grenoble
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 18. Rangs occupés par les applications domestiques de l’ordinateur pour les hommes et les femmes (Grenoble)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 19. Moyenne des notes sur 6 attribuées au cédérom pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme23
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 20. Moyenne des notes sur 6 attribuées à Internet pour chaque catégorie selon le niveau de diplôme24
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 21. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF26
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 22. Caractéristiques des sites consultés à la BnF27
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 23. Types d’usages d’Internet déclarés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 24. Caractéristiques des sites consultés à la BnF par les étudiants et les actifs et assimilés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 25. Usages de l’ordinateur à la BnF29
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 26. Usages de l’ordinateur à la BnF selon le sexe
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 27. Lieu de résidence durant la plus grande partie de sa vie (usagers de la bibliothèque de Miramas ; échantillon de Miramas, N = 483)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 28. Nombre d’ouvrages lus ces douze derniers mois selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 29. Utilisation d’un ordinateur selon la mobilité géographique des usagers de la bibliothèque de Miramas (échantillon de Miramas, N = 483)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 30. Effets de la mobilité géographique sur la possession d’un abonnement Internet (échantillon de Miramas, N = 483)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 31. Effets de la mobilité géographique sur l’activité principale exercée sur l’ordinateur personnel
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/307/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access