Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Première partie. Mesure et analyse des pratiques du multimédia en bibliothèque

Chapitre I. Dispositifs et orientations de l’enquête

Texte intégral

  • 1 Ce taux étant calculé par un indice synthétique prenant les bibliothèques publiques comme référent. (...)
  • 2 Le taux de non-retour a été contrôlé en comparant le nombre de questionnaires diffusés (à tous les (...)

1L’enquête mise en place en 1998-1999 afin d’observer les usages des nouvelles technologies dans les bibliothèques publiques en France se fonde sur un prélèvement partiel, à partir de sites appartenant à trois pôles régionaux : l’Île-de-France, la région Rhône-Alpes et la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Le choix des bibliothèques a été orienté par deux considérations : saisir les pratiques et les usages dans leur diversité et ce à partir d’implantations en des contextes culturels et sociaux différenciés. En somme, il s’agissait de ne privilégier ni exclusivement les pratiques communes ni les comportements les plus rares en prêtant attention aux pratiques et aux usages émergents. C’est ainsi que le couloir géographique privilégié par l’enquête – croissant orienté du nord au sud – répond, comme on le verra plus loin, à toutes les conditions requises. Situé dans des zones à fort lectorat1, ce croissant fait alterner des bibliothèques aux profils singuliers : cas de la BnF, médiathèques de Miramas ou de Cavaillon, bibliothèques municipales de Grenoble. Pour autant, l’enquête n’a pas souhaité faire la part trop belle aux « virtuoses » des nouvelles technologies. Le recours à un comptage systématique des usagers présents dans chaque site sélectionné permet à chaque fois d’évaluer l’importance numérique de chaque groupe distingué par l’enquête2.

2Nos analyses s’élaborent donc à partir d’une description sociodémographique de cinq bibliothèques publiques et de leur comparaison. L’image contrastive que permettent les prélèvements se fonde sur deux principes : opposition entre d’une part, les bibliothèques de prêt qui accueillent tous les publics (pour la région PACA et Grenoble) et la Bibliothèque nationale (Île-de-France) dont la vocation privilégie le monde de l’enseignement et de la recherche (étudiants, universitaires, chercheurs) ; puis, à l’intérieur de ce cadre, opposition entre deux pôles régionaux dont l’un est crédité, par contraste, d’un fort dynamisme culturel et d’une plus grande ouverture face aux nouvelles technologies (Grenoble).

3Certains des chiffres bruts présentés dans ces pages sont de nature à heurter les convictions philonéistes et prophétiques auxquelles personne ne reste vraiment insensible et selon lesquelles les nouvelles technologies seraient de nature à bouleverser immédiatement et radicalement les comportements culturels des Français. Mais il faut les lire avec prudence : la faible pénétration des outils multimédias chez les usagers des bibliothèques (par l’usage sur place, l’emprunt ou la dotation domestique) n’est, on l’a dit, qu’une mesure provisoire d’une histoire qui suit son chemin sous nos yeux. Du reste le dispositif d’enquête mis en place dans la présente enquête ne cherche pas à mesurer directement ou indirectement la pénétration dans les bibliothèques ou dans les foyers des technologies de l’information et de la communication, mais plutôt à évaluer les anticipations et les postures qu’elles suscitent ou qu’elles sont susceptibles d’actualiser. Que, dans la décennie qui vient, les outils multimédias connaissent ou non un profil de pénétration comparable à ceux de la télévision ou du téléphone filaire (qui ont presque saturé les 23 millions de foyers français) ou, au contraire, de la télévision à péage (câble et antennes satellitaires qui ne couvrent en 1999 qu’un tout petit tiers de ces derniers) n’affecte donc pas le propos. Il s’agit de comprendre, grâce aux indicateurs mis en place, quels cheminements risquent de suivre dans les années qui viennent les usages du multimédia, en se fondant sur les résultats observés sur le terrain expérimental et privilégié qu’est la bibliothèque.

4Espace préservé, la bibliothèque se présente en effet comme une configuration particulièrement intéressante pour évaluer le travail de domestication qu’effectuent les usagers qui découvrent ou complètent la panoplie instrumentale à laquelle ils accèdent quotidiennement à domicile. Ces fractions sociales qui franchissent la porte des bibliothèques ne sont pourtant pas le reflet de la population française : plus diplômées et plus jeunes que la moyenne nationale, elles ne se recrutent pas de manière proportionnelle dans toutes les catégories socioprofessionnelles. Pourtant, les balbutiements de leurs découvertes, de leurs hésitations, de leurs réserves ou de leurs inhibitions offrent un raccourci intéressant pour topographier une « prise de langue » engagée dans des conditions presque expérimentales.

  • 3 L’Explosion de la communication, nouvelle édition, Paris, La Découverte / Boréal, 1993.

5Sociodémographie mise à part, les conditions de contact dans les bibliothèques avec les nouvelles technologies ne sont pas, en effet, aussi neutres qu’on pourrait le croire : l’attrait pour ces dernières et pour leurs fonds ne peut apparaître comme désintéressé que pour autant qu’on oublie ou neutralise les effets du filtrage que mettent en œuvre les bibliothécaires en limitant l’offre (interdiction ou limitation de l’usage des e-mails, pratiques d’Internet sous contrôle temporel ou moral, exclusion des jeux qui font pourtant l’ordinaire du plus grand nombre des possesseurs d’ordinateurs, etc.) et en affichant, dans quelques cas, un engagement presque militant pour les nouvelles technologies. À ce sujet, Philippe Breton et Serge Proulx3remarquaient que dans l’enseignement et dans quelques institutions publiques ont aujourd’hui cours les discours prophétiques armés par les ingénieurs dans les années quatre-vingt, ces derniers ayant aujourd’hui choisi d’autres lunes à qui se vouer. Bien que les situations idéologiques soient variables d’un site à un autre, nous avons retrouvé cette orientation philonéiste dans un certain nombre de cas et constaté ses effets.

6D’autres séries de résultats affineront ces constats grâce à l’approfondissement que permet la comparaison entre différents groupes d’usagers distingués par l’enquête au sein de chaque bibliothèque du dispositif ; les sites de Miramas, Cavaillon, Grenoble ou de Paris permettant de saisir, cas par cas, combien sont variables et distinctes les attentes et les pratiques à l’intérieur même d’une population qu’il est commode de rassembler sous le label ambigu, car apparemment unifié, des « usagers » d’une bibliothèque publique.

7En son plus simple appareil l’enquête aurait pu s’en tenir à des entretiens. Les résultats présentés dans la seconde partie en montrent pourtant à la fois les limites et les richesses. Une pratique émergente, escortée d’une cohorte de discours militants ne laisse en effet que peu de place à l’auto-évaluation des pratiques. Les questionnaires, pour leur part, n’ont que trop tendance à n’objectiver que l’armature structurelle et oppositive des pratiques : à ne manier que des catégories abstraites, on risque d’en oublier le monde bariolé des choses, la diversité des situations et des processus auxquels on n’accède, dès lors, que par inférence. Les protocoles d’observation – sortes de zooms permettant de décrire les cheminements et explorations les plus intimes d’un usager confronté à un site multimédia – constituent sans doute un complément essentiel au raisonnement, qu’illustrent ensuite différents entretiens aux profils contrastés.

  • 4 Paris, Nathan, 1991.

8Il faut en effet assigner une place à part aux entretiens présentés dans le chapitre II de la seconde partie du présent ouvrage. De fait, on ne soulignera jamais assez les graves risques de surinterprétation inhérents à la présentation exclusive d’entretiens (précédés d’une identification sociodémographique, qui fait référence à une catégorisation sociodémographique). Dans la hiérarchie de l’administration de la preuve – ou plutôt des commencements de preuve – dans les sciences sociales, l’entretien utilisé en dehors de toute contextualisation sociodémographique est l’outil qui présente le plus de risques puisqu’il suggère au lecteur qu’il peut généraliser ce cas singulier (toutes les institutrices à la retraite sont à l’image de la personne dont on commente l’entretien). Comme le montre Jean-Claude Passeron dans le Raisonnement sociologique4, la formule des extraits d’entretien est la plus risquée de toutes les démonstrations (ou monstrations) ; elle exerce en outre ses pouvoirs de manière insidieuse et masquée puisqu’il n’est jamais dit nulle part que « toutes les institutrices à la retraite » sont à l’image de l’exemple fourni. En outre, la présentation d’entretiens ne peut jamais permettre de pointer des « pratiques émergentes » puisqu’on ne connaît jamais le poids sociodémographique des exemples cités. Les entretiens utilisés dans la seconde partie de ce texte ont donc, avant tout, une portée illustrative : ils tendent à montrer comment des individus assemblent et articulent des comportements et des caractéristiques isolés par l’enquête quantifiée.

9Pour cette dernière, seront explorées des pistes moins « classiques » et moins courues que celles qui, traditionnellement, donnent lieu à commentaires dans les études sociographiques portant sur le domaine culturel. En privilégiant le plus souvent des variables (diplôme, appartenances générationnelles, sexe, etc.) ces études axent leur grille d’analyse sur des variables peu spécifiques, qui permettent tout autant de commenter l’inégalité devant les accidents de la route, de la maladie que la dotation en outils multimédias. Il est donc intéressant d’explorer d’autres pistes à propos de variables – comme celle de la mobilité géographique testée à la fin de la premier partie de ce volume – sans pour autant prétendre à leur validité universelle.

  • 5 Il est pour l’instant difficile d’établir des rapprochements entre les mesures hétérogènes qui sont (...)

10On ne peut, enfin, pour clore ces remarques méthodologiques liminaires, passer sous silence la question préjudicielle de la validité des prélèvements effectués dans l’enquête. Il n’est pourtant pas utile d’analyser longuement ce point. Les questionnaires auto-administrés peuvent, bien sûr, être à l’origine de biais susceptibles d’affecter les pourcentages absolus recueillis, mais les chiffres utilisés ici ne sont qu’indicatifs : même en augmentant sensiblement les valeurs citées – et les biais de prélèvement ne provoquent que très rarement de grosses différences – le constat d’un usage faible dans le cadre domestique – hors du milieu professionnel donc – des nouvelles technologies pour les usagers de bibliothèques devrait être maintenu. Il faut encore ajouter que la convergence des chiffres obtenus sur différents sites laisse supposer qu’une sous-évaluation dans chacun des cas serait quelque peu miraculeuse. En outre, la déclaration d’une pratique aujourd’hui très valorisée – et, au reste, portée tendanciellement par les groupes supérieurs – devrait plutôt être surévaluée que l’inverse. Enfin, il est de bonne politique de privilégier les mesures dont nous disposons – et ce de manière provisoire – au détriment des évaluations communes ou professionnelles qui ont tendance à ériger des exemples singuliers en règle générale, et cela jusqu’à preuve du contraire ou jusqu’à la présentation d’évaluations réalisées par les organismes offi ciels de statistiques démographiques5.

11Dans une première partie, nous présentons assez sommairement les options principales du traitement statistique et les choix d’observation, pour nous étendre ensuite sur les grandes caractéristiques sociodémographiques et culturelles des sites choisis. Pour chacun des sites, on s’attachera à décrire les dotations électroniques qui constituent l’offre multimédia des bibliothèques de notre enquête.

Le choix des indicateurs : les options de traitement statistique et analytique

12Le moment où l’on rassemble les résultats et où l’on établit les conclusions que l’on espère pertinentes apparaît comme l’heure de vérité à laquelle les choix tactiques mis en place à l’origine de l’enquête sont confrontés aux résultats obtenus. Avec les quelques cent variables isolées à partir du questionnaire, les quelques 2 343 questionnaires recueillis, les protocoles d’observation sur informatique, l’ensemble du dispositif n’était pas des plus légers et des plus simples à manipuler.

13L’option qui est au principe de l’enquête et qui a présidé au choix des indicateurs se décline facilement. Les instruments de communication et de culture que choisissent les individus ne se présentent pas comme autant d’options faciles à hiérarchiser et à catégoriser : regarder à la télévision des séries télévisées, écrire des textes sur un micro-ordinateur, aller au théâtre et lire des livres sont des actes qui n’occupent aucune place clairement assignée a priori dans l’univers des pratiques quotidiennes. On ne saurait prédire que certaines s’inscrivent dans la continuité d’autres ou, qu’au contraire, chacune doit être considérée comme une espèce séparée. C’est là un domaine où les conceptions et les pratiques orientent et structurent les catégories et les hiérarchies perçues.

14Dans une enquête, on compare artificiellement – et par force – les acteurs comme s’ils étaient confrontés aux mêmes offres. Ainsi on ne choisit et ne préfère une offre qu’en fonction des arbitrages possibles qui sélectionnent, à un moment donné – et souvent, du reste, successivement, en des moments disjoints les uns des autres –, tel ou tel type d’objet accessible et / ou désirable, en sorte que pour celui qui vit en province, en dehors des très grandes villes, l’accès au théâtre – tous genres confondus – est moins aisé que ne peut l’être l’accès à un concert – tous genres confondus. Il suit que tout regroupement catégoriel projeté à un niveau national et faisant peu de cas des structures d’offre et des pratiques construites localement, au travers de processus singuliers, risque d’être invalide ou à tout le moins fort risqué.

15Ce qui vaut pour les sorties que l’on assemble volontiers et arbitrairement pour les fondre dans une catégorie unique, vaut également pour tous les « actes culturels » délibérés comme emprunter des livres, explorer un cédérom, chercher une documentation, opter pour la télévision à péage, suivre une série télévisée, etc. Ces actes ou, au moins, certains d’entre eux sont portés par des acteurs qui leur attribuent une signification singulière dont il faut percer le secret. Ainsi l’on pourrait dire qu’un livre de sciences sociales n’est pas plus « naturellement » proche d’une encyclopédie que ne l’est un cédérom et ajouter que ce dernier possède une identité multiple de laquelle n’émerge pas « naturellement » celle d’être un instrument électronique. Seules les manipulations et les usages assemblent ou disjoignent les actes et les objets pratiqués dans la quotidienneté.

16On peut, au reste, étendre le raisonnement et soutenir que la chaîne des compétences et des apprentissages n’entretient pas un lien fixe avec les objets et les actes culturels qui leur sont communément associés : être bien formé dans le domaine informatique ne crée pas mécaniquement une proximité aux cédéroms ou à Internet. Il faut donc déconstruire les évidences les mieux assises pour observer la façon dont s’associent et s’assemblent entre eux les objets, les actes et les compétences.

17Il découle de ce préalable un certain nombre de conséquences sur le plan de l’enquête. En premier lieu, la topologie des offres revêt une importance capitale pour déterminer les sites les mieux adaptés à l’enquête et les indicateurs de pratiques sensés être les plus révélateurs. Ainsi, en se déplaçant d’une bibliothèque à une autre, on voit se transformer la structure des usagers, voire des pratiques typiques auxquelles ils s’adonnent. Il est donc raisonnable de rechercher la plus grande diversité des profils dans la limite des possibilités techniques de l’enquête.

18L’intérêt des comparaisons entre sites et entre composantes des publics rencontrés dans les bibliothèques de notre enquête réside donc dans la mise à plat des variables qui permettraient de répondre à cet impératif.

19On retiendra in fine au moins trois composantes statistiques bien dessinées qui mettent en évidence divers constats dont certains sont contre intuitifs et d’autres sont régulièrement mis en évidence dans le cadre de travaux déjà publiés. En premier lieu, il y a bien sûr les jeunes générations, lycéennes ou étudiantes, qui engagent une relation singulière avec l’ensemble des offres, en cultivant plus que les autres un intérêt pour les offres télévisuelles (les séries), les jeux vidéo ou les sorties en boîte, tout en pratiquant tout aussi intensément, sinon plus dans certains cas, les instruments anciens d’accès au savoir. En second lieu, et la conclusion est particulièrement intéressante, le constat que peuvent exister des « atmosphères » culturelles particulières, propres à telle ou telle ville s’est imposé, toutes choses étant égales par ailleurs et cela jusqu’à preuve du contraire – rien ne peut en effet prouver que n’existent pas des variables non objectivées qui expliqueraient l’essentiel du phénomène. Enfin, et plus marginalement, les sujets les plus mobiles géographiquement – ayant vécu le plus longtemps hors du département où ils résident actuellement – se sont signalés par des attitudes et des comportements culturels singuliers. Ont ainsi émergées quelques catégories inattendues. Encore ne s’agit-il là que d’une summa divisio qui ne tient pas compte de la façon dont ces bifurcations majeures interfèrent avec des oppositions beaucoup plus classiques comme l’opposition entre hommes et femmes ou entre habitués et occasionnels.

20Ceci étant, les choix de traitement et de codage de l’enquête ont été tout à fait classiques. D’abord par la préférence accordée aux catégories auto-déclarées par les enquêtés, comme on le constate sur le synopsis du questionnaire (cf. tableau 1) – plus d’une dizaine de variables sont de ce type et le travail considérable de « recatégorisation », provisoire et limité, à usage statistique ne nous a pas fait oublier la richesse des ces auto-qualifications. Par la hiérarchisation de variables et d’indicateurs, ensuite, qui ne parlent jamais le même langage : résider longuement dans les bibliothèques ou en fréquenter plusieurs n’a pas le même sens que de lire beaucoup ou peu de livres dans l’année ou encore de posséder un ordinateur personnel ; dans ces derniers cas, ce sont des attitudes plus fondamentales qui sont en jeu – quelle que soit l’ambiguïté du recueil de ce type d’information – et non des positionnements conjoncturels.

  • 6 Jean-Louis Fabiani, Lire en prison - une enquête en chantier, enquête n° 1, Marseille, Éditions Par (...)

21Le respect des catégories propres aux enquêtés passe également par la reconnaissance, toujours inconfortable lorsqu’on manie un questionnaire, des dimensions approximatives et souvent trompeuses des indicateurs les plus sollicités dans nos raisonnements. Ainsi, le simple indicateur d’intensité de lecture n’est pas aisé à manipuler. Dans un article paru en 19956, Jean-Louis Fabiani résumait ainsi les éléments qu’il convient de garder à l’esprit lorsque l’on manipule des données d’un tel ordre : « 1. la capacité différentielle de mobiliser les ressources de la mémoire, elle-même fondée sur des expériences sociales très diverses de ce qu’est un événement mémorable ; 2. la variation objective de la définition du livre […] ; 3. les diverses attitudes de bluff qui prennent acte de la légitimité de l’écrit pour proposer des estimations arrangées d’une pratique consacrée […]. »

22Revenus, résidence, PCS, diplômes sont des variables qui interagissent et qui font partie des facteurs faisant très fortement varier l’intensité et les types de nombreuses pratiques culturelles. Apparaissent néanmoins dans cette enquête, comme nous l’avons dit plus haut, des indicateurs comportementaux plus divers et dont les influences se croisent et permettent de penser sociologiquement les pratiques en évitant les généralisations trompeuses.

  • 7 L. André Vallet, « Quarante ans de mobilité sociale, 1953-1993 », Revue française de sociologie, 19 (...)

23Il faut avoir à l’esprit que, dans un contexte général où la fluidité sociale s’accroît, les frontières classiques de milieu familial ou d’appartenance de « classe » commencent à perdre de leur puissance7. Ainsi l’évolution de la mobilité sociale entre 1953 et 1993 selon le sexe fait apparaître que si, en 1953, 50,7 % des hommes possédaient la même PCS que leur père, ils n’étaient plus que 35,1 % en 1993. La même déperdition s’observe chez les femmes, de manière plus accentuée encore (47,6 % en 1953 pour 22,9 % en 1993).

24Pour autant, il serait excessif de diagnostiquer la disparition de logiques sociales dont la prégnance – au travers des groupes familiaux notamment – reste évidente et récurrente à la lecture d’enquêtes les plus diverses réalisées durant la dernière décennie du xxe siècle. C’est donc un va-et-vient constant qu’il convient de privilégier entre l’analyse de tendances très générales présentées dans la première partie du présent ouvrage (liées à l’âge, au sexe, à l’appartenance sociale, aux niveaux de formation scolaire, etc.) et la prise en compte d’attitudes et de postures induites par des appartenances plus « volatiles ».

25Les entretiens déjà menés, ainsi que le protocole d’observation d’ethnographie quantifiée qui sont venus s’ajouter aux quelques 2 343 questionnaires recueillis, nous donnent en fait les moyens de contextualiser les indicateurs d’intensité de pratiques (lecture, du multimédia, mais aussi utilisation des différents services des bibliothèques, usages privés de l’informatique, pratiques de sorties) en les référant d’abord aux catégories propres aux enquêtés. « La variation objective de la définition du livre » se mesure très concrètement dans les données traitées jusqu’à présent puisqu’elle se traduit par plus de 70 modalités pour la question « quel(s) type(s) d’ouvrage(s) consultez-vous le plus souvent dans cette bibliothèque ? ».

26Plus généralement c’est l’ensemble des catégories les plus manipulées lorsque l’on parle de « nouvelles technologies » que nous soumettons à la question. « Internet » est une notion qui ne possède aucun contenu fixe : ainsi, on peut se demander à partir de combien de sites visités, un individu est censé comprendre ce qu’est « Internet ». Les notions aussi vagues et générales que « livre », « cédérom » ne valent guère mieux et si nous aurons l’occasion de montrer que la formule du cédérom, posée comme concurrente ou, à tout le moins, comme définissant un objet alternatif au livre, est souvent explorée et expérimentée comme une première étape, une propédeutique de l’exploration sur Internet, il est impossible de trancher afin de savoir quel statut culturel possèdent aujourd’hui ces outils. Même le label « poste multimédia » pose problème : outil voué à l’exploration de jeux vidéo ou centre de calcul, de traitement de l’information qu’elle soit chiffrée, écrite en langue naturelle, graphique ou sonore ? On le voit, seule la commodité nous amène à user de ces termes sans autre forme de procédé. C’est en parcourant les analyses qui suivent qu’apparaîtront, au fur et à mesure, les sens variables qu’il convient d’accorder à ces termes.

Les lieux de l’enquête : quatre villes, cinq sites

  • 8 En chiffres absolus.
  • 9 Les cartes qui suivent sont extraites d’un dossier : « La lecture publique et ses usagers », Élan R (...)

27Les quatre villes de notre enquête apparaissent comme fortement typées contrastivement. Si l’on se reporte à la carte suivante, qui recense le pourcentage de lecteurs rapporté à la taille de la population desservie, il apparaît que les quatre villes choisies s’inscrivent dans trois zones dotées de caractéristiques qui les différencient fortement entre elles et qui les distinguent des autres régions françaises. En premier lieu, le choix s’est porté sur les trois départements les plus dotés en lecteurs inscrits dans les bibliothèques8, comme on le voit sur la carte qui suit9.

28Ces trois régions sont également les régions les plus dotées en bibliothèques. Cependant, la densité des lecteurs inscrits relativement à la population desservie n’est pas équivalente dans les trois cas, comme on le voit ici :

Graphique 1. Lecteurs en France

Graphique 1. Lecteurs en France
  • 10 Sont seules prises en compte ici les bibliothèques publiques.

Graphique 2. Lecteurs inscrits dans une bibliothèque en France10

Graphique 2. Lecteurs inscrits dans une bibliothèque en France10

29On peut retenir de la comparaison des trois séries de données (nombre absolu de lecteurs, nombre de bibliothèques dans la région et densité des lecteurs inscrits par rapport à l’offre) que, dans la zone qui ici se distingue par un pourcentage supérieur à 20 % (gris foncé et noir), la région Rhône-Alpes occupe une place singulière. Très dotée en bibliothèques, comme la région Île-de-France, cette zone maintient un fort pourcentage d’inscrits. Grenoble, qui appartient à la région Rhône-Alpes, occupe dès lors une place remarquable de ce point de vue. Placées dans une zone caractérisée par une offre et une demande importantes, la région et Grenoble en particulier sont encore caractérisées par une forte densité de la population des lecteurs. À l’inverse, la région Île-de-France, sur dotée et forte de la population de lecteurs la plus importante, en chiffres absolus, ne jouit pas d’une très forte densité des lecteurs par rapport à la population desservie. C’est sans doute pour des raisons différentes – culturelles notamment – que la région PACA présente un profil comparable, sur ce plan, à la région Île-de-France.

30Ce cadre étant posé, il convient de noter que, dans chacun des cas, les bibliothèques choisies présentent des caractéristiques spécifiques qui échappent aux classements typologiques les plus courants, l’opposition entre bibliothèque universitaire et / ou de recherche et bibliothèque municipale, de proximité, par exemple. Ainsi la BnF, du fait de son histoire, de son implantation, est-elle à la fois un lieu fréquenté en masse par les étudiants, une bibliothèque qui sur sélectionne sa population étudiante du fait de son implantation parisienne et un site patrimonial qui, même pour son premier étage, plus ouvert que le rez-de-jardin réservé aux chercheurs, réussit à attiser la curiosité d’une population active ou post-active, dotée néanmoins, à 94 %, d’une formation post-baccalauréat.

31On pourrait singulariser tout autant les deux bibliothèques situées en région PACA, Miramas et Cavaillon, qui présentent des profils qui contrastent avec ceux rencontrés à Paris et à Grenoble. Ouvertes à un public non universitaire – composé d’élèves ou d’actifs –, elles se situent à l’une des extrémités de l’éventail de plus ou moins grande sélectivité des bibliothèques, caractérisée par la proximité variable des origines sociales des usagers à celle de la population française : si la BnF sur sélectionne – les employés forment 3 % de l’échantillon, Miramas et Cavaillon présentent un profil inverse avec 16 % d’employés contre 12 % à Grenoble.

  • 11 C’est pourtant dans ce sens que L’Amour de l’art (Pierre Bourdieu et Alain Darbel, Paris, Minuit, 1 (...)

32Il va sans dire que ces constats ne permettent en aucune manière de classer ces villes entre elles et de hiérarchiser les postures culturelles de leurs populations. Il semble par exemple qu’il y ait, à Grenoble, une partition nette des populations d’usagers – la bibliothèque centrale et les bibliothèques universitaires s’opposant aux autres alors que la bibliothèque de Miramas joue manifestement le rôle d’une bibliothèque multifonctions. En outre, les bassins démographiques des quatre villes sont incomparables et rien ne permet d’affirmer que les fractions sociales les plus mobilisables potentiellement fréquentent de la même façon, dans chacun des cas, les bibliothèques de leurs villes11.

33Ajoutons que si l’interprétation des données recueillies dépend directement des données contextuelles dont nous venons de discuter, dans chaque cas nous aurons à prendre la mesure des offres, de la variation des « contrats » noués entre bibliothèques et usagers et, partant, de la diversité des options choisies par les bibliothécaires pour répondre ou susciter des réactions de la part des usagers, dont la structure sociodémographique est, au demeurant, assez contrastée (cf. tableau synoptique 2).

La bibliothèque de Miramas

34La médiathèque intercommunale de la Ville Nouvelle de Fos propose la mise en réseau des ressources de quatre sites distincts répartis sur les communes de Miramas, Fos, Istres et Entressen. La médiathèque de Miramas s’impose comme le plus important de ces pôles par le nombre d’inscrits (6 710 en 1997 contre 6 430 à Istres, 3 679 à Fos et 584 à Entressen). En plus d’une section Jeunesse spécifique, la médiathèque de Miramas s’articule autour de cinq pôles répartis sur deux étages (arts et loisirs – arts plastiques et décoratifs, cinéma, photographie, musique, sports, jeux, etc. –, langues et littérature – romans, biographies, bandes dessinées, etc. –, société – sociologie, économie, droit, emploi-formation, etc. –, civilisation – encyclopédies générales, philosophie, psychologie, patrimoine, etc. – et sciences et techniques – y compris cuisine, jardinage et bricolage). Enfin, les banques de renseignements et d’emprunt occupent une place centrale dans ce rez-de-chaussée et l’on trouve, face à elles, deux premiers postes de consultations multimédias.

Tableau synoptique 2. Les principales caractéristiques sociodémographiques des usagers de Miramas, Cavaillon, Genoble et de la BnF

Tableau synoptique 2. Les principales caractéristiques sociodémographiques des usagers de Miramas, Cavaillon, Genoble et de la BnF
  • 12 (cf. tableau synoptique 2). Pour Miramas, Cavaillon et Grenoble, les données relatives au sexe rati (...)
  • 13 (cf. tableau synoptique 2). Dans le cas de la BnF, nous pouvons effectuer une comparaison avec une (...)

Note 1212
Note 1313

35Les cédéroms accessibles au prêt (environ 230 titres) sont disponibles dans toutes les sections et font l’objet d’un classement par discipline identique à celui des autres documents de la médiathèque. La consultation d’Internet est gratuite, mais limitée à une demi-heure maximum et à trois personnes par poste. Il est également possible de consulter Internet dans les salles de recherche, sur rendez-vous uniquement. Enfin, l’accès à la messagerie électronique n’est pas offert par la médiathèque de Miramas.

  • 14 Paris, La Documentation française, 1998.

36Répondant au profil des bibliothèques-médiathèques municipales – par son statut juridique, mais également par son recrutement local (88 % des usagers proviennent du département) –, la bibliothèque de Miramas recrute assez largement les publics de lycéens et d’étudiants. À ceci près, les caractéristiques des publics prélevés correspondent d’assez près au portrait statistique dressé dans les études spécialisées ou dans la dernière livraison de Pratiques culturelles de Français : enquête 199714, mais sont, dans certains cas, atténuées (pour le sexe ratio notamment).

Sexe ratio et classes d’âge

  • 15 Françoise Gaudet et Christophe Evans, « La BPI-Brantôme : un cas de restructuration des publics par (...)

37Ainsi la surreprésentation des femmes dans les bibliothèques, et singulièrement dans les bibliothèques municipales, se trouve atténuée dans le cas de Miramas. Il faut avoir à l’esprit que la répartition entre les sexes apparaît comme étant très réactive dans le cas des bibliothèques d’information et de recherche qui peuvent, comme dans le cas de la Bpi, passer d’une surreprésentation masculine au profil inverse en quelques années, du fait de l’arrivée plus massive des femmes dans les premiers cycles de l’enseignement supérieur. Il n’est donc pas curieux qu’une bibliothèque comme Miramas, à l’identité peu stable entre bibliothèque municipale et bibliothèque d’information et de recherche, soit traversée par un flux d’usagers au sexe ratio inattendu. Il faut également ajouter qu’il suffit de déplacer l’offre ou l’implantation géographique pour que l’équilibre démographique des usagers subisse des modifications sensibles, comme on le voit dans l’enquête réalisée à propos du déplacement temporaire du site de la Bpi durant la courte période de la rénovation du Centre Georges Pompidou15.

38Lorsqu’on s’intéresse à la ventilation des classes d’âges, on constate la surprésence des plus jeunes et un retrait corrélatif des groupes les plus âgés. Cet effet, tout à fait classique, est sans doute d’une ampleur moindre que celle qui se rencontre en moyenne dans les bibliothèques municipales.

  • 16 La plus longue station en bibliothèque chez les plus jeunes s’explique évidemment en partie par les (...)

39Si l’on s’intéresse à l’économie des circulations dans la bibliothèque, il apparaît que les moins de 25 ans sont ceux qui y séjournent le plus longuement. Inversement, les actifs de la classe d’âge intermédiaire – et singulièrement les femmes – sont plus nombreux à effectuer des passages courts dans la bibliothèque, le temps de réaliser les emprunts projetés (les plus âgés privilégiant les livres, les plus jeunes les enregistrements musicaux, les classes d’âges intermédiaires, les cédéroms). Deux attitudes sont liées à ces déambulations : le privilège accordé par ce groupe à l’emprunt familial, notamment de cédéroms – qui répond à l’incitation qui émane des sections Jeunesse et de leurs cédéroms ludo-éducatifs – et la consultation plus nombreuse de sites Internet chez les plus jeunes qui, consentant un plus long temps de séjour16(cf. tableau 3), acceptent sans doute avec plus de facilité le parcours allant de la prise de rendez-vous à l’exploration toujours coûteuse en temps d’Internet.

Tableau 3. Variations des durées de séjour en bibliothèque selon l’âge

Tableau 3. Variations des durées de séjour en bibliothèque selon l’âge

Les lycéens et les étudiants

  • 17 Il n’y a rien d’étonnant à cela puisque les moins de 20 ans forment 54 % du groupe des étudiants et (...)

40Chez les étudiants et les lycéens, la répartition entre les niveaux de formation n’offre pas de surprises et scinde clairement en deux cet ensemble. Près de la moitié d’entre eux ont, en effet, un niveau proche du baccalauréat et poursuivent des études secondaires, et seulement un peu plus de 30 % possèdent un diplôme universitaire17. Il faut également ajouter que, dans le cas de Miramas, les lycéens forment un groupe important et suffisamment étoffé – qu’on place le seuil à 16 ans, âge légal ou à 18 ans, âge auquel on termine en principe les études au lycée – pour qu’on l’étudie et le singularise, notamment dans son rapport au multimédia.

41Suivant une découpe générationnelle assez classique pour les bibliothèques municipales, Miramas accueille une population d’actifs et autres inactifs (hors étudiants) âgés de 25 à 54 ans qui constitue environ les deux tiers de l’échantillon. À peu près la même proportion de l’échantillon a suivi une formation au-delà du bac.

Cavaillon

42La médiathèque La Durance, de Cavaillon, présente une gestion de l’espace assez voisine de celle mise en œuvre à Miramas puisqu’elle organise ses collections autour de cinq espaces. La section Adultes se trouve au rez-de-chaussée et occupe deux salles distinctes : une première salle consacrée à l’actualité dans laquelle il est possible de consulter la presse, les bandes dessinées ainsi qu’une partie des livres et films documentaires pour adultes (fonds régional, pays et voyages, sports) ; une seconde salle destinée à la littérature, aux arts et au cinéma ainsi qu’à l’autre partie des livres et films documentaires.

43Au premier étage, on accède à la section Jeunesse (enfants de 18 mois à 14 ans) ainsi qu’à la salle d’études. Le second étage, enfin, est réservé à la musique et propose l’emprunt de livres, disques, partitions, cédéroms, revues ou films musicaux. Deux ordinateurs sont présents dans chacune des salles de la médiathèque sans être rassemblés dans un espace spécifique : le premier est généralement dédié au catalogue informatisé se présentant sous la forme d’une base de données alors que le second poste permet la consultation de cédéroms choisis selon la thématique de la salle. Il est ainsi possible de consulter le Dictionnaire des œuvres littéraires de langue française ou le cédérom consacré à la présentation de la Bibliothèque nationale de France dans l’espace consacré à la littérature, alors que l’on trouvera plutôt des cédéroms documentaires en salle d’actualité ou encore des dictionnaires en salle d’études. Les cédéroms accessibles en prêt (soit un peu plus d’une centaine de titres au moment de l’enquête) sont eux aussi organisés en cinq thématiques (sciences et techniques, arts et littérature, histoire et géographie, jeunesse, musique) et proposés sur des rayons proches des livres abordant des thèmes voisins.

44Précisons encore que lors de notre enquête, la consultation d’Internet n’était pas offerte aux usagers de la médiathèque de Cavaillon.

Les étudiants et les autres à la médiathèque La Durance de Cavaillon

  • 18 En définitive, si la proportion de scolaires (étudiants et lycéens) est plus importante à Miramas qu (...)

45Si les étudiants forment environ un tiers de l’échantillon prélevé au sein des usagers de la bibliothèque de Miramas, ils ne forment qu’un quart dans l’échantillon prélevé à Cavaillon. Ce trait recoupe une singularité de la population la plus jeune de l’échantillon prélevé à Cavaillon : si les lycéens y sont assez nettement représentés, le groupe accueille néanmoins une part importante d’étudiants de premiers cycles comme l’atteste la part faible des étudiants ayant engagé des études supérieures au-delà de bac + 218.

46Comme on pouvait s’y attendre, les actifs se distinguent sur plusieurs plans du groupe des étudiants. Plus fréquemment inscrits à la bibliothèque (92 % contre 80 % pour les étudiants), les actifs sont plus tournés vers la médiathèque de Cavaillon (16 % seulement fréquentent plusieurs établissements) que les élèves et étudiants qui sont, relativement, deux fois plus nombreux (39 %) à se rendre dans des bibliothèques universitaires environnantes (Avignon, Aix-en-Provence) ou dans les centre de documentation des lycées où ils sont inscrits. Très nettement féminin, le groupe des élèves et étudiants porte la marque de la présence d’étudiants de premiers cycles, en sciences humaines notamment.

47Les niveaux de revenus familiaux nous livrent une information qui va dans le même sens. À la différence de ce qu’on observe pour la BnF, les élèves et étudiants dont les parents ont des revenus élevés ne représentent pas un ensemble qui viendrait attester la présence d’une sursélection sociale des étudiants fréquentant la médiathèque de Cavaillon.

48Lorsqu’on s’intéresse à la mobilité géographique des usagers, on constate que l’échantillon prélevé de la médiathèque de Cavaillon signale la présence d’un public beaucoup plus stable, par son origine géographique, que ses homologues de Miramas ou de la BnF Les élèves et étudiants ne se distinguent pas sur ce plan. Les attitudes culturelles liées à la mobilité – singulièrement la plus forte curiosité manifestée à l’égard du multimédia –, et corollairement le plus grand « conservatisme » des moins mobiles doivent être analysés en tenant compte de ce trait.

Grenoble

49Il faut distinguer le cas des deux bibliothèques de Grenoble et le placer en dehors de l’ensemble fortement différencié formé par la BnF et les médiathèques de Miramas et Cavaillon afin de tenter de prendre en compte une dimension qui échappe aux caractérisations sociologiques traditionnelles : du fait d’une « culture partagée » ou supposée telle, l’agglomération grenobloise serait plus perméable à la nouveauté technologique. La présence de pôles industriels et de recherche autour de ce domaine, la place du monde universitaire dans la ville ou encore le dynamisme de la région Rhône-Alpes contribueraient à construire un environnement plus philonéiste qu’ailleurs.

50Le fait que le réseau des bibliothèques municipales ne soit pas organisé autour d’un seul site centralisant la plupart des moyens nous offrait diverses possibilités et nous avons choisi de sélectionner deux sites particulièrement ouverts socialement. Grand-Place et Abbaye-les-Bains se situent, en effet, pour la première dans un complexe qui comprend un centre commercial propice à ce type d’ouverture et pour la seconde dans un cadre légèrement excentré et socialement diversifié.

51Alors que la bibliothèque Abbaye-les-Bains, située à Grenoble, propose à ses usagers des dispositifs relativement proches de ceux observés à Miramas et Cavaillon (séparation des espaces Adultes, Actualité et Jeunesse, consultation de cédéroms thématiques et poste Internet proche de la borne de renseignements, consultable sur rendez-vous), le site de Grand-Place se distingue par une séparation plus nette des zones réservées à la consultation des bornes informatiques. En effet, dans cette médiathèque prenant place au cœur d’un important centre commercial, on trouve en fait quatre salles principales. Au rez-de-chaussée, outre le hall d’accueil comportant la borne d’inscription et d’emprunt, se situe une première salle essentiellement consacrée aux documents imprimés.

  • 19 Il nous faut en effet rappeler ici le rôle que jouent les femmes en tant que « médiateurs » vis-à-v (...)

52L’absence de section Jeunesse dans la bibliothèque Grand-Place infl échit de manière notable les emprunts de cédéroms de la part des femmes19. Ainsi, la surreprésentation des fractions masculines de l’échantillon dans les emprunteurs de cédéroms s’y observe de manière plus nette encore que dans une bibliothèque telle que celle de Miramas.

Les étudiants et les autres à Grand-Place et à Abbaye-les-Bains

53Pris dans leur ensemble, les usagers des deux bibliothèques grenobloises possèdent une formation scolaire assez poussée, à savoir un diplôme universitaire supérieur à bac + 2 pour un peu moins de la moitié d’entre eux (cf. tableau 4).

Tableau 4. Taux de diplômes universitaires au-delà de bac + 2 pour les cinq sites sélectionnés

Tableau 4. Taux de diplômes universitaires au-delà de bac + 2 pour les cinq sites sélectionnés

54Comme on le constate dans le tableau synoptique 2, cette situation ne place cependant pas Grenoble dans une position extrême : ville universitaire, Grenoble n’attire pas massivement au sein des deux bibliothèques que nous avons sélectionnées – et qui ne sont pas les plus sélectives – les fractions les plus formées de sa population. Les étudiants occupent néanmoins encore une place importante au sein des usagers. Pour autant, la part occupée par les étudiants à Grenoble, Miramas et Cavaillon reste dans une fourchette étroite. Sur ce plan, seule la BnF est dans une position extrême avec une population composée aux deux tiers par des étudiants.

55On peut enfin chercher à évaluer les différences qui existent entre actifs et élèves et étudiants en comparant les sexe ratios et les types de pratiques culturelles auxquelles s’adonnent ces deux groupes. Là encore, Grenoble se situe au sein du groupe formé par les bibliothèques de province ; les bibliothèques grenobloises sont, de par la plus forte représentation des hommes chez les actifs, des lieux qui, en province, « sursélectionnent » plus fortement leurs publics. On retrouve au reste cet effet dans l’équilibre entre les pratiques culturelles et, notamment, dans la place occupée par les sorties au musée, très sensibles aux effets de la sursélection.

La BnF

56Les salles de lecture des hauts-de-jardin de la Bibliothèque nationale de France occupent, dans le dispositif d’enquête, une place à part, d’abord, parce qu’elles présentent une offre documentaire davantage tournée vers l’étude et la recherche que cela n’est le cas pour les autres sites retenus. L’organisation et l’orientation des collections placent d’emblée le lecteur face à une série de dispositifs – genres d’ouvrages disponibles, signalétique, emplacement des rayonnages et des places assises, ouvrages uniquement consultables sur place – qui se rencontrent plutôt dans une bibliothèque universitaire que dans une médiathèque municipale de prêt. Les thématiques générales des différentes salles des hauts-de-jardins témoignent d’ailleurs de ce fait puisqu’à l’exception d’une salle d’Actualité (salle A) se rencontrant assez fréquemment dans les bibliothèques municipales, on observe une gestion de l’espace propre aux bibliothèques d’études avec une section consacrée aux sciences et techniques (salle C), au droit, à l’économie et à la politique (salle D), à la littérature et aux arts (salles E, F, G et H), à la philosophie, à l’histoire et aux sciences de l’homme (salle J), et enfin à l’audiovisuel (salle B).

57La BnF se singularise enfin par la présence massive des postes informatiques, accessibles dans toutes les salles et dans le déambulatoire (couloir central permettant l’accès à chacune des sections). Les postes permettent d’abord de consulter le catalogue BN-Opale.

58Les cédéroms bibliographiques occupent une place prépondérante dans les collections multimédias consultables dans les hauts-de-jardins puisqu’ils sont disponibles dans toutes les salles alors que les cédéroms d’actualité sont rassemblés en salle de presse et que les produits multimédias – type Musée d’Orsay ou Versailles – ne sont accessibles qu’en salle B – sur l’ensemble de cette collection, une vingtaine de titres était consultable en réseau lors de notre passage. Cette prédominance des cédéroms bibliographiques et encyclopédiques n’est pas sans importance pour les analyses qui suivront, dans la mesure où elle marque une profonde différence avec les collections multimédias offertes aux publics des bibliothèques de prêt retenues par l’enquête. En effet, l’étude du catalogue des cédéroms faisant l’objet de prêt à domicile sur les sites de Miramas ou de Cavaillon révèle une image en négatif de l’offre disponible à la BnF puisque les cédéroms encyclopédiques ou bibliographiques n’y dépassent guère 10 % des collections, la partie restante étant composée majoritairement de produits multimédias documentaires. Les cédéroms pratiques (type guide des vins ou carte routière), absents à la BnF, n’occupent, quant à eux, que 5 % environ des catalogues, même si, nous le verrons plus loin, ils sont surempruntés dans les bibliothèques de province.

59La BnF présente aux usagers des hauts-de-jardins une offre multimédia totalement intégrée au mobilier des salles : le dispositif encombrant constitué par l’écran, le clavier et l’ordinateur apparaît ici sous une forme beaucoup moins « invasive » que dans les autres bibliothèques de l’enquête, d’abord parce qu’il repose sur une banque spécialement prévue à cet effet et, d’autre part – et surtout –, parce qu’il n’occupe pas la place de dispositifs antérieurs. La BnF ayant ouvert ses portes au public en proposant, dès le premier jour d’ouverture, la consultation de postes multimédias, on ne se trouve pas ici dans une situation où les nouvelles technologies ont été « introduites » tardivement : la découverte qui en a été faite est donc contemporaine de l’exploration de l’ensemble des dispositifs offerts dans les salles de lecture.

Deux rapports à la culture : pratiques de sortie et comportements culturels émergents

  • 20 Voir en particulier Bernard Lahire (sous la dir. de), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu, d (...)
  • 21 Voir en particulier, Scott W. Haine, The World of the Paris Café, John Hopkins, 1996.

60Les résultats enregistrés dans l’enquête – et singulièrement ceux concernant la BnF, bien que le fait apparaisse, en soi, comme un paradoxe – confortent une observation récurrente dans diverses études sociologiques récentes20 selon laquelle l’indexation de l’ensemble des pratiques culturelles sur un continuum opposant valeurs savantes et vulgaires n’est qu’une hypothèse parmi d’autres qui renvoie à une thèse aujourd’hui discutée. Il est plus raisonnable de poser l’existence d’une diversité de « mondes » artistiques, culturels ou de loisirs qui ne se laissent pas aisément classer cursivement. Dans l’enquête qui nous occupe, deux économies de sortie s’inscrivent dans deux espaces symboliques incommensurables l’un par rapport à l’autre. Les pratiques de sorties au spectacle, d’un côté, qui sont restées des biens rares, comme on le constate depuis plus de vingt ans grâce aux chiffres publiés par le DEP depuis 1974, et sont marquées par les groupes supérieurs qui, tendanciellement sont plus nombreux à les pratiquer. Ces sorties concernent tous les secteurs – de la musique de chambre à la variété, en passant par le théâtre de boulevard – et il est illusoire d’imaginer qu’une frontière entre œuvres savantes et productions vulgaires puisse constituer une démarcation interne très pertinente à l’intérieur de ce domaine. Si une rupture peut être mise en avant, elle concerne, d’un autre côté, un autre univers qui allie pratique télévisuelle, jeux informatiques et sorties en boîtes de nuit. S’inscrivant dans une lignée qui relie les loisirs populaires longtemps alimentée par les cafés21 et cafés concerts et qui s’est tarie en grande partie avec la disparition du music hall à partir des années 1930, cet univers est aujourd’hui réinvesti en des circuits divers – où l’ancrage télévisuel s’allie aux sociabilités urbaines et festives. Seules certaines pratiques actuelles s’inscrivent encore – dans la discontinuité – dans cette lignée aujourd’hui fortement désarticulée. La sortie en boîte de nuit, la participation à des fêtes privées ou à des bals apparaissent aujourd’hui comme des restes de ce passé.

Les étudiants et les autres à la BnF : milieux d’appartenance

61La BnF joue sans doute pour les étudiants un rôle fonctionnel et est assignée à une visée pratique, à l’instar d’une bibliothèque universitaire, pour la préparation d’examens et la documentation d’un travail somme toute assez scolaire. Lorsqu’on examine la forme que prennent les pratiques de sorties chez les actifs et chez les étudiants, il apparaît que ces derniers se laissent facilement comparer, sur ce registre, au groupe des actifs. Les disparités observées dans les types d’ouvrages consultés ne sauraient donc être expliquées par des niveaux de compétences culturelles inégaux mais bien plutôt par des logiques d’usages différentes de la bibliothèque et de ses dispositifs.

62C’est sans doute lorsqu’on s’intéresse aux revenus familiaux et aux PCS des enquêtés que ce caractère très sélectif apparaît le mieux. On le voit sur le tableau synoptique 2, les revenus des familles auxquelles appartiennent les étudiants – par différence avec les actifs qui fréquentent la BnF – sont concentrés autour de deux tendances, l’une élevée (près d’un tiers d’entre eux appartient à des familles qui ont des revenus supérieurs à 20 000 F), l’autre se situe au-dessous de 5 000 F et concerne manifestement les revenus propres de ces étudiants (un quart de la population étudiante). Ce sont les revenus intermédiaires qui forment ici l’ensemble le plus contrastif, puisque les actifs fréquentant la BnF se situent tendanciellement dans cette tranche.

63Enfin, et pour terminer ce rapide portrait, on ne sera pas étonné de constater que le sexe ratio des deux sous-populations contraste vivement. Assez proche de l’équilibre démographique rencontré dans les lycées et les universités pour le premier groupe, le sexe ratio des actifs est, en revanche, nettement déséquilibré en faveur des hommes. Cette proportion n’est pas inattendue, la BnF restant un lieu sélectif.

Notes

1 Ce taux étant calculé par un indice synthétique prenant les bibliothèques publiques comme référent. Ainsi, le nombre de lecteurs inscrits dans les bibliothèques, ou le ratio de ce nombre rapporté à la population de la région livrent-ils des indications susceptibles de faire apparaître des disparités intéressantes à ce point de vue.

2 Le taux de non-retour a été contrôlé en comparant le nombre de questionnaires diffusés (à tous les usagers présents et entrants) avec celui des questionnaires remplis. Ce taux de non-retour reste très limité (moins de 15 % en moyenne sur les sites de Miramas, Cavaillon et Grenoble, 20 % à la BnF.). Dans tous les cas toutes les personnes présentes ont eu le questionnaire entre les mains, y compris à la BnF. Certaines ont choisi de ne pas le rendre ou d’y répondre partiellement (dans ce dernier cas, les questionnaires ont été retirés de l’échantillon).

3 L’Explosion de la communication, nouvelle édition, Paris, La Découverte / Boréal, 1993.

4 Paris, Nathan, 1991.

5 Il est pour l’instant difficile d’établir des rapprochements entre les mesures hétérogènes qui sont régulièrement publiées. La constitution d’une culture domestique faisant largement usage des nouvelles technologies ne dépend pas simplement du taux de pénétration des micro-ordinateurs dans la sphère privée ou des apprentissages liés à une inscription professionnelle qui, pourtant, constituent une source importante pour les premières expériences, grandeur nature, de ces nouveaux instruments. Pour penser le contraire, il faut supposer la présence d’outils, de schèmes de pensée, de procédures intellectuelles qui pourraient, grâce aux nouvelles technologies, entraîner la transformation radicale des modes d’être, d’appropriation et de développement des cultures savantes et lettrées, ce qui constitue un pari singulièrement risqué.

6 Jean-Louis Fabiani, Lire en prison - une enquête en chantier, enquête n° 1, Marseille, Éditions Parenthèses, 1995.

7 L. André Vallet, « Quarante ans de mobilité sociale, 1953-1993 », Revue française de sociologie, 1998.

8 En chiffres absolus.

9 Les cartes qui suivent sont extraites d’un dossier : « La lecture publique et ses usagers », Élan Rhône-Alpes, n° 29, 1999.

10 Sont seules prises en compte ici les bibliothèques publiques.

11 C’est pourtant dans ce sens que L’Amour de l’art (Pierre Bourdieu et Alain Darbel, Paris, Minuit, 1985) propose de hiérarchiser divers musées français selon le taux de diplômés de l’enseignement supérieur dans leurs publics réguliers.

12 (cf. tableau synoptique 2). Pour Miramas, Cavaillon et Grenoble, les données relatives au sexe ratio de notre enquête ont été confrontées aux données issues des fichiers d’inscrits dans ces bibliothèques. Nous n’avons pas relevé l’existence d’un différentiel significatif entre les deux sources.

13 (cf. tableau synoptique 2). Dans le cas de la BnF, nous pouvons effectuer une comparaison avec une autre enquête réalisée quelques mois plus tard (enquête SCP). Sur les chiffres donnés ici un écart de 8 % apparaît entre les pourcentages d’étudiants et élèves des deux enquêtes (76 % pour notre enquête et 84 % pour l’enquête SCP). Pour interpréter cet écart, il faut tenir compte du fait que notre enquête s’est déroulée peu après les examens de février alors que l’enquête SCP a été réalisée au cœur de la période des révisions universitaires. Si l’on peut créditer notre échantillon d’une sous-représentation des étudiants, on pourrait tout autant supposer que cette période de révisions a fait quelque peu gonfler leurs effectifs pour l’enquête SCP. Il faut ajouter que des écarts de quelques points entre des enquêtes effectuées selon des dispositifs différents n’ont rien d’inhabituel, nous en avons quelques exemples sur le terrain des pratiques culturelles. Enfin, les analyses développées dans le présent ouvrage concernent des comparaisons analytiques et différentielles entre des groupes : la population étudiante, qu’elle se monte à 76 % ou à 84 %, présente vraisemblablement les mêmes caractéristiques structurelles et s’oppose par certains traits à la population des actifs, comme nous le verrons plus loin.

14 Paris, La Documentation française, 1998.

15 Françoise Gaudet et Christophe Evans, « La BPI-Brantôme : un cas de restructuration des publics par l’offre ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 4, 1999.

16 La plus longue station en bibliothèque chez les plus jeunes s’explique évidemment en partie par les nécessités du travail scolaire sur place.

17 Il n’y a rien d’étonnant à cela puisque les moins de 20 ans forment 54 % du groupe des étudiants et lycéens et que la classe des 20-25 ans compose près de 34 % de ce même ensemble.

18 En définitive, si la proportion de scolaires (étudiants et lycéens) est plus importante à Miramas qu’à Cavaillon, au sein de ces populations la proportion des lycéens se révèle être plus conséquente à Cavaillon qu’à Miramas.

19 Il nous faut en effet rappeler ici le rôle que jouent les femmes en tant que « médiateurs » vis-à-vis de leurs enfants. De fait, la structure des emprunts de cédéroms de Cavaillon ou de la bibliothèque Abbaye-les-Bains montre clairement l’importance de ce facteur.

20 Voir en particulier Bernard Lahire (sous la dir. de), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu, dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1999 et, en particulier, la troisième partie portant sur la sociologie de la culture, ainsi que Musurgia, Musique et pratique musicale, numéro thématique sous la direction de F. Delalande et E. Pedler, décembre 1999.

21 Voir en particulier, Scott W. Haine, The World of the Paris Café, John Hopkins, 1996.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Graphique 1. Lecteurs en France
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 2. Lecteurs inscrits dans une bibliothèque en France10
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau synoptique 2. Les principales caractéristiques sociodémographiques des usagers de Miramas, Cavaillon, Genoble et de la BnF
Légende Note 1212Note 1313
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tableau 3. Variations des durées de séjour en bibliothèque selon l’âge
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4. Taux de diplômes universitaires au-delà de bac + 2 pour les cinq sites sélectionnés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access