Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Introduction

Les outils multimédias à la recherche de leur identité

Texte intégral

1À l’image de l’offre télévisuelle, du music-hall ou de la chanson, les domaines émergents des communications électroniques ne donnent pas lieu à des catégorisations savantes – issues de la critique – en « genres » qui en hiérarchiseraient la matière, les légitimeraient en permettant l’écriture d’une histoire de ces disciplines. Ces domaines sont encore, en outre, des terra incognita qui n’ont pas encore été balisées et structurées par les pratiques communes. Elles sont ainsi, d’un côté comme de l’autre, des lieux d’expérimentation d’une histoire à l’extrême présent en train de s’écrire.

2Considérée le plus souvent avec condescendance et qualifiée de « flux télévisuel », de « papier peint en mouvement », de « rubans de programmes », l’offre du petit écran présuppose la présence d’une écoute indifférenciée quel que soit le programme et quels que soient les spectateurs. De la même façon, les cédéroms ou les sites Internet n’ont pas encore trouvé un statut clair, que ce soit dans la critique ou dans les pratiques communes. À ce titre l’objection mi-savante la plus fréquemment émise en direction du multimédia souligne la dimension a-hiérarchique ou ouverte des offres qui s’y rattachent. Ce domaine constitue un continent encore vierge dont l’enquête – pilote, à bien des égards – sur laquelle repose ce travail, peut faire apercevoir quelques aspects émergents, quelques pratiques en voie de constitution.

  • 1 Jean Molino, « Pour une sémiologie des formes symboliques », in Approches sémiologiques dans les sc (...)
  • 2 C’est-à-dire susceptible de faire émerger des savoirs neufs, soit du fait de la récollection inédit (...)

3Pour reprendre les termes de Jean Molino1, nous pourrions dire qu’un texte – et la remarque vaut pour d’autres formes d’expression – apparaît sous deux formes : « sous forme de traces déposées et inscrites par l’activité humaine – et c’est le texte nu –, mais aussi sous forme “d’objets mentaux”, représentations, concepts et images et cela chez le créateur comme chez le récepteur de la réalité symbolique […] ». L’analyse d’une forme symbolique tente de décrire et de reconstituer les objets mentaux qui correspondent à un texte nu. La comparaison entre les productions issues des nouvelles technologies et les autres supports traditionnels de la culture permet d’esquisser un certain nombre d’hypothèses quant à ce que révèle la prise en compte plus ou moins directe du statut de l’auteur d’une œuvre par le récepteur : plus une œuvre est perçue comme étant signée (essais, romans, cinéma), plus elle renvoie à une configuration mentale – un pacte implicite – engageant le récepteur à interpréter l’œuvre qui lui est proposée (une histoire, un raisonnement) ; inversement, les cédéroms – et singulièrement ceux considérés par la critique comme étant les plus singuliers et les plus innovants2 – pourraient être nettement plus associés à une présentation dépersonnalisée de l’information dont l’auteur pourrait être interchangeable – il semble, au regard des commentaires recueillis sur le cédérom Michel-Ange, que cette constatation soit même assez fréquente. Sur ce plan, on peut comparer ces types de cédéroms aux romans policiers qui ont souvent, quant à eux, la réputation d’être interchangeables. Ils sont caractérisés, dans tous les cas, par une interface paratextuelle où l’aspect générique – policier – précède souvent le nom de l’auteur. La situation du roman policier place le lecteur dans une position qui ressemble à celle de l’usager de cédérom : tous deux doivent présumer, dans le pacte de réception qu’ils passent avec l’œuvre, que tous les faits qui leur sont présentés ont une logique qui les lie entre eux. La seule différence, de taille, entre les romans policiers et les cédéroms est que la recherche écran par écran de ces derniers se rencontre fréquemment dans le cas d’explorations qui ne poursuivent pas d’autres buts que la recherche d’une information ciblée et très circonscrite. Contrairement à la conjecture policière qui suppose la découverte d’un coupable, les liens du cédérom ou d’Internet peuvent être anecdotiques et ne sauraient – sauf exception d’une base de données, ou des cédéroms « documentaires », dotés d’une puissance synoptique incomparable – être présumés et instruire une véritable démarche exploratoire d’un cédérom à un autre, d’un site à un autre.

4Pour autant, les nouveaux supports bénéficient, comme la plupart des techniques avancées dans l’histoire du siècle et demi qui vient de s’écouler, d’une image valorisante. D’abord domestiqué par les groupes intellectuels supérieurs, le multimédia parcourt ainsi un cheminement social classique, comme on l’a souligné. De ce fait, qu’il donne lieu à ce que l’on peut appeler des « coups de chapeau » respectueux, mais indifférents de la part d’une grande partie de ceux qui en font l’expérience de manière rapide, au sein des bibliothèques, n’a rien pour nous étonner. Cette attitude par laquelle l’usager s’acquitte de l’obligation de « penser quelque chose » plutôt que rien des cédéroms ou d’Internet rappelle de nombreux comportements observés par les sociologues de la culture à propos des œuvres classiques du répertoire. Les entretiens présentés dans la deuxième partie du présent ouvrage témoignent de cette considération ambiguë dont jouissent les nouvelles technologiques.

5Les qualifications globalisantes et non spécifiantes des actes d’identification, grâce auxquelles les usagers nomment les instruments différenciés qui constituent le multimédia, attestent l’absence de reconnaissance de « genres » singuliers à l’intérieur de la nébuleuse des « outils électroniques de communication ». On retrouve le même constat à propos des cheminements à l’intérieur des cédéroms (protocoles analysés dans la seconde partie) par la présence de tactiques qui tendent à retrouver les repères synoptiques du livre (visite rapide et multidirigée dans l’arborescence du cédérom Michel-Ange afin de prendre ses « marques ») à l’intérieur d’une configuration dont la philosophie table sur l’ouverture, l’indétermination et la charge heuristique des connexions inattendues et évolutives.

6Ce mouvement de double retrait : « coup de chapeau » respectueux, mais peu concerné d’un côté, importation de vieux repères sur des objets neufs, à la recherche d’une identité de l’autre, n’est pas également mis en œuvre par tous les groupes qui composent la masse des usagers. Il faut admettre que ces attitudes, orientées vers la domestication d’un outil neuf, puissent être à la recherche d’une voie. Balbutiantes, inchoatives et inégalement portées par les fractions sociales qui se croisent dans les bibliothèques, elles se livrent aux travers de comportements qui ne paraissent pas fermement structurés. Les traitements statistiques de l’enquête le font apercevoir tout en dressant des lignes de partages souvent claires – entre actifs et étudiants, entre les pratiquants de cultures émergentes et les autres, etc. –, mais quelquefois plus fluctuantes. Ce n’est pas un hasard si, à l’image des usages coutumiers, les marques et les traces de cette domestication en marche ne se laissent pas lire comme un ensemble structurellement organisé et logiquement partagé selon les oppositions socioculturelles les plus classiques.

7En définitive un cadre contextuel doit être préalablement pris en compte avant de commenter les résultats propres de l’enquête. Deux dimensions seront plus singulièrement discutées ici : l’utopie de la communication généralisée qui, depuis l’après-guerre, traverse les sociétés occidentales et les catégorisations par la critique du multimédia.

L’utopie de la communication généralisée

8Dans la littérature spécialisée, l’idéologie de la communication apparaît le plus souvent sous deux formes. L’analyse des discours tenus par les promoteurs des nouvelles technologies, par les médias ou par certains groupes sociaux, comme les enseignants ou les bibliothécaires, sur la « société de l’information » en est la forme la plus manifeste. L’étude comparée visant à évaluer la place occupée par les différents médias dans l’histoire contemporaine, depuis un siècle environ, met au jour une autre dimension de cette idéologie qui n’est pas moins intéressante.

  • 3 Serge Proulx, « De l’utopie sociale à l’idéologie de la communication », in « Les Théories de la co (...)
  • 4 Ibid., p. 220 et 221.

9L’étude des discours qui circulent sur la « société de l’information » se doit d’abord de dépasser les amalgames selon lesquels les représentations ou les idéologies formeraient des ensembles agglomérés, transversaux, qui ne posséderaient ni histoire ni frontières géographiques. Serge Proulx3 a dressé la topographie des principaux états de l’idéologie technicienne des années quatre-vingt, suggérant ainsi la nécessité d’une approche généalogique, dressant la carte des compositions, fractionnements et circulations de ce que Marc Angenot nommerait, sur un autre terrain, des « idéologèmes ». « Pensons par exemple aux premiers mordus (hackers) californiens, en partie responsables de la naissance de la micro-informatique aux États-Unis vers 1975 ; aux technocrates de l’administration française comme Simon Nora ou Alain Minc qui ont publié, en 1978, un rapport décisif sur l’informatisation de la société ; ou encore à des essayistes sociaux comme l’Américain Alvin Toffler, le Français Jean-Jacques Servan Scheiber ou le Japonais Yoneji Masuda qui, tous trois, ont publié en 1980 des livres sur la “nouvelle révolution industrielle” qu’entraînerait l’informatisation. Cet ensemble de discours nous offrait une vision utopique de la société de l’avenir4. » Il convient ainsi de faire l’histoire de cette utopie, abandonnée et reprise sous d’autres formes par les acteurs directement impliqués dans l’action – de production de nouveaux objets techniques, de l’apprentissage ou de la diffusion des savoirs –, pour la confronter aux nouvelles vagues idéologiques des années quatre-vingt-dix.

10Ce mouvement a néanmoins réussi à s’implanter et à donner des gages d’efficacité dans des secteurs bien particuliers, économiques notamment, tout en lançant des ballons d’essai dans le domaine des communications domestiques. L’Internet domestique, qui s’oppose ici à l’Internet ou aux Intranets professionnels, les cédéroms puis, plus récemment, les DVD ont ainsi été donnés en pâture aux différents acteurs publics ou privés chargés de les faire entrer dans l’histoire de la vie privée ou de les écarter dans l’attente de nouveaux « produits ». Ainsi, bien que l’extrême présent pose problème à toute analyse distanciée, les cédéroms documentaires, après avoir bénéficié d’une vogue ces dernières années, n’ont jamais réussi à faire émerger une critique structurée et spécifique.

  • 5 Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 21.
  • 6 Sur ce plan, voir en particulier le chapitre II de l’ouvrage de E. Pedler, Sociologie de la communi (...)

11En analysant les retournements et l’expansion sans précédent du capitalisme mondial depuis le début des années soixante-dix, Luc Boltanksi et Ève Chiapello soulignent le rôle central des nouvelles technologies de communication qui « […] ont permis de gérer des commandes en temps réel au niveau de la planète, donnant les moyens d’une réactivité mondiale jusqu’ici inconnue. C’est un modèle complet du management de la grande entreprise qui s’est transformé sous cette poussée pour donner naissance à une manière renouvelée de faire des profits5 ». Parallèlement, aucun constat de même nature n’a pu être établi dans le domaine des communications privées, peu altéré jusque-là par l’arrivée des technologies de l’information et de la communication6. L’absence de réactions critiques de la part des principaux acteurs de la vie culturelle a conduit ces derniers à accepter de mettre en œuvre diverses opérations sans les faire précéder par des périodes d’essai et de mise à l’épreuve. Ainsi, les choix politiques ont progressivement imposé une généralisation de l’usage public des technologies de l’information et de la communication dans les domaines culturels et éducatifs sans qu’émergent d’amples réactions professionnelles et que soit affirmé, avant tout passage à l’acte, le principe de précaution conduisant à réserver les choix en absence de données précises et fiables concernant ces technologies.

  • 7 On se souvient qu’il y a quelques décennies l’obligation d’emprunt de textes documentaires et infor (...)

12Cette atonie critique, visible dans le monde éducatif, sensible dans la plupart des institutions culturelles, s’accompagne des clivages traditionnels qui, dans ces univers, travaillent les décisions et les choix opérés par les acteurs qui les dirigent. Dans le cas qui nous occupe, le monde des bibliothèques produit ainsi un lot de normes sociales et culturelles qui cohabitent ou luttent entre elles. L’édification ancienne des frontières dressées entre savoirs vulgaires et connaissances savantes a produit des réglementations qui entrent aujourd’hui en tension avec l’introduction – fatalement hasardeuse – des nouvelles technologies en leur sein7.

13Mais venons-en à l’histoire culturelle et comparée des médias, second domaine sur lequel s’est forgée l’analyse critique des technologies avancées, et à son pouvoir de contextualisation. La circulation ancienne des « nouveaux outils » de communication est de nature à objectiver et à relativiser le rôle et le poids actuels de leurs homologues contemporains.

14Explorer l’histoire des médias, en sa pluralité, conduit à s’interroger sur le statut évolutif des sphères que constituent les moyens de communication, sur leurs rapports et sur les acteurs qui les animent. De manière plus limitative, la question du devenir d’un média, des relations qu’il entretient avec ses médias concurrents et, corrélativement, de la constitution de ses publics, est au cœur de l’histoire sociale des communications. Cette histoire offre une perspective qui assigne, a posteriori, une place à des médias qui étaient souvent présentés comme susceptibles de révolutionner durablement le paysage des communications. La presse devait être définitivement supplantée par la radio, la télévision devait faire disparaître cette dernière et, de nos jours, les nouvelles technologies sont perçues comme étant susceptibles d’intégrer, voire d’absorber, les médias de l’écrit et de l’audiovisuel.

15Les problématiques des sciences sociales contestent ou relativisent le plus souvent les visées évolutionnistes qui entachent souvent les discours tenus à propos des médias. Et, partant, les propositions d’analyse issues de ces disciplines sont diverses et interrogent, à partir de questions singulières, les données nombreuses et souvent bien connues qui ont été accumulées à propos de l’histoire de l’imprimé, de la radio, d’Internet ou du téléphone. Les interrogations que posent ainsi anthropologues, sociologues et historiens dépendent des angles d’approche et des catégorisations qui recomposent le flux continu des faits et des événements. De fait, les frontières qui séparent les mondes de la communication ne prennent sens qu’au moment où elles se fondent sur l’analyse comparée des généalogies, des histoires, des formations et des carrières ou des genres journalistiques. De la même façon, en se plaçant d’un point de vue différent, en choisissant l’approche de l’acteur anonyme et polymorphe que constitue un lectorat ou un auditorat, on peut chercher à évaluer les positionnements évolutifs des lecteurs de la presse, par exemple aux débuts de la radio, afin d’évaluer, du point de vue des pratiques, la position occupée par ces médias, dès lors saisie au travers de leur identité différentielle. Plusieurs histoires se croisent ainsi selon des temporalités distinctes.

  • 8 Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des médias, nouvelle édition, Paris, Seuil, 2000.

16L’histoire plus récente de la radio présente à ce titre un grand intérêt. Dans les années soixante, au moment de l’essor – tardif si on le compare à la situation américaine – de la télévision, les pronostics les plus fréquents ne donnent pas cher de la radio. Par un rebond imprévu, la radio prend une nouvelle place. L’invention du poste à transistors, maniable et mobile, multiplie les récepteurs et les adapte à des situations où la télévision, encore faiblement implantée, n’a pas de prise quantitativement. Jean Noël Jeanneney8 note quelle influence eut la radio – servie par le talent gaullien – au moment des « barricades » d’Alger, en janvier 1960, sur le contingent en Algérie. Dans les années soixante-dix, un partage temporel s’organise entre télévision (active en soirée) et radio (qui domine la matinée, ce qui s’est maintenu aujourd’hui encore). De plus, la radio, devenue accessible aux plus jeunes, diversifie ensuite ses offres. Les radios libres des années quatre-vingt ancrent ce mouvement, conférant à ce média le rôle de média de proximité que quelques inventions techniques – l’autoradio et le baladeur notamment – affermiront.

17C’est ce même mouvement par lequel un instrument se voit investi ou réinvesti de missions inattendues qu’illustre l’histoire de la plupart des instruments modernes, du téléphone à Internet. Les premiers pas de la radio, qui ne commença à émettre pour un public collectif qu’après avoir imité le téléphone – la radio ayant servi d’abord à communiquer d’un point singulier à un autre –, sont là pour nous rappeler que les fonctions potentielles d’un outil sont incomparablement plus nombreuses que celles activées par les usages. L’imprimé n’échappe pas à la règle, et l’ancêtre le plus prestigieux des communications instrumentées possède une histoire récente qui, à bien des égards, présente des épisodes inattendus.

18Confronté à la concurrence d’autres médias, le redéploiement de la presse entre les deux guerres, puis dans les années soixante n’a pas été éphémère. En France, elle a su se maintenir jusqu’à nos jours, même si une érosion certaine a pu l’affecter durant ces dernières décennies. La presse sous toutes ses formes – et, au-delà, l’ensemble des offres radiophoniques, télévisuelles ou ludiques contribue à sculpter différentes facettes de pratiques culturelles passées et contemporaines. À ce titre, le diagnostic établi par les observatoires qui dépendent des ministères et selon lesquels on assiste à l’érosion, lente et inéluctable, semble-t-il, de la lecture de la presse durant ces dernières décennies, mérite discussion. Il est en effet contestable de séparer romans et magazines pour englober ces derniers dans un ensemble qui porte un label unique ; la presse quotidienne, nationale ou locale et les magazines formant un ensemble hétérogène. Aussi ne faut-il pas s’étonner que la « lecture de la presse » ainsi catégorisée suive, depuis 1967, une courbe que l’on peut lire à la baisse, bien qu’étant fluctuante, comme on le voit dans le tableau qui suit :

Tableau 4. Part des Français qui ne lisent jamais de journaux

Tableau 4. Part des Français qui ne lisent jamais de journaux

Source : Pratiques culturelles des Français, 1973-1981, 1997.

  • 1 Enquête INSEE de 1967.

Note *1

19Au sein de ce panorama complexe, les nouvelles technologies (cédéroms, Internet et postes multimédias, DVD) occupent une place singulière. On ne peut tirer aucune conclusion définitive de la faible place occupée aujourd’hui en France par le cédérom ou par Internet, les mouvements par lesquels se diffusent les nouveaux outils étant imprévisibles et heurtés, comme on peut l’apercevoir à partir de l’exemple de la très récente implantation des téléphones portables en France.

  • 9 Le cas des chaînes à péage qui, en France, n’ont jamais vraiment décollé illustre l’effet sélectif (...)

20On peut, en revanche, confronter utilement l’évolution récente du câble et du Minitel pour apercevoir l’impact de l’accès direct, par l’intermédiaire d’un appareillage en libre accès (Minitel gratuit de la première phase de l’opération), et le filtrage puissant que représente l’achat de terminaux ou leur location9. La contrepartie financière d’un accès à une offre télévisuelle plus importante ou à des services (comme Internet) ne va pas de soi pour tous. L’« ouverture » sur le monde, vantée par l’utopie de la communication généralisée, a un prix qu’une partie notable de la population ne semble pas prête à payer. Il est donc possible que l’usage des « technologies avancées » puisse rester – un temps au moins, si ce n’est plus – contingenté à un niveau professionnel (et, de façon corollaire, aux sphères scolaire et parascolaire).

21La communication généralisée constitue de nos jours encore une utopie. La critique, dans la presse comme dans les médias audiovisuels, n’arrive pas, du reste, à lui octroyer un statut singulier.

Les outils multimédias au regard de la critique

22À l’heure où le format des DVD est en train de concurrencer le cédérom, où ce dernier entre dans les catalogues des grands diffuseurs (Atlas), on peut se demander quel est le statut de ces nouveaux supports dans la critique, notamment pour ceux d’entre eux qui affichent une vocation à devenir des outils singuliers (les cédéroms, par exemple) au sein des offres traditionnelles.

23Une étude sur la critique appellerait une longue exploration qui nous éloignerait de notre propos et il suffit sans doute d’analyser rapidement la place occupée par la critique écrite des cédéroms au sein de la presse spécialisée consacrée à la télévision et au cinéma, y compris dans le cadre des suppléments parus dans la presse locale, régionale ou nationale.

  • 10 D’une manière générale, ce sont les instances critiques qui doivent être examinées afin de détermine (...)

24La lecture rapide de la presse locale ou régionale révèle un appareillage critique presque exclusivement tourné vers l’analyse générale des instruments multimédias. De la même façon, les hebdomadaires de télévision les plus largement diffusés, comme Télé7jours, ne traitent quasiment jamais, sous un mode critique ou à tout le moins descriptif, des nouvelles parutions de cédéroms. Télérama, revue au lectorat nettement plus diplômé, présente un profil inverse en livrant régulièrement des notes critiques à propos des cédéroms récemment mis sur le marché. Dans le même sens, des chroniques régulières paraissent dans la presse nationale – Le Monde Interactif du mercredi, les pages multimédias de Libération ou du Figaro – sous une forme qui imite les suppléments consacrés à la télévision, sauf pour Le Figaro qui y consacre chaque jour sa dernière page. La présence inégale et hiérarchisée de la critique de cédéroms contraste ainsi avec la présence plus générale de notes consacrées aux sites Internet. Dans tous les cas, elle semble n’apparaître que là où la critique de livre possédait une place, démentant en cela l’assimilation entre multimédia et télévision10.

25On préférera ainsi sélectionner un corpus au sein d’espaces homogènes – parutions de fin d’année des journaux de télévision qui recensent les « beaux livres », disques et autres supports offerts au moment des fêtes, suppléments de la presse nationale – afin d’évaluer la nature et les caractéristiques principales de la critique consacrée au multimédia.

26Ainsi, sur une année, les critiques de cédéroms dans Le Monde Interactif se tournent en majorité vers les jeux vidéo (18 critiques contre 11 consacrées à des cédéroms culturels ou éducatifs). Les critiques de cédéroms culturels se différencient assez nettement de celles se rapportant à l’univers des jeux vidéo par le fait que les références à des genres nettement établis – ou même plus simplement à des titres jugés équivalents – ont ici valeur d’exception. Tout se passe en fait comme si le choix des cédéroms culturels commentés répondait davantage à la volonté de décrire un produit dans sa singularité plutôt que de témoigner de ce que pourrait être l’état de la production dans ce secteur.

27Inversement, les critiques de cédéroms de jeux s’attachent plutôt à évaluer les apports ou les innovations de tel ou tel produit aux genres déjà existants : les références à l’histoire ou à l’univers des jeux vidéo se multiplient ici et laissent à penser que les lecteurs de cette rubrique disposent du minimum de savoirs communs leur permettant de les interpréter. Ainsi, l’exemple suivant tiré du Monde Interactif du 6 octobre 1999 au sujet de Prince of Persia donne la mesure de cette tendance : « Dans la courte et dense histoire du jeu vidéo, vous connaissez certainement quelques têtes. Ou plutôt quelques titres. Dans la catégorie “référence absolue”, mettons Nolan Bushnell derrière Pong – le tennis avec 8 pixels en 1972 – ou Alexey Pajitnov derrière Tetris – 8 pixels toujours, mais à emboîter dans les années quatre-vingt. Et Jordan Mechner ? Lui, c’est l’inventeur du célèbre Karateka, édité en 1984. Un jeu qui établit plusieurs normes de conception inédites jusqu’alors : des personnages évoluant sur des arrière-plans qui défilent, des scènes entrecoupées qui donnent un caractère spectaculaire. »

28En matière de jeux vidéo, les critiques du Monde Interactif ne se différencient donc guère de celles habituellement publiées dans les magazines spécialisés : la comparaison du jeu critiqué avec le titre phare du moment y est fréquente – tel titre est-il plus original que l’ambitieux Lara Croft ? Peut-on faire mieux que Starcraft ou Diablo ? etc. –, les problèmes techniques liés par exemple à l’utilisation d’un moteur 3D plutôt qu’un autre sont abordés de manière récurrente ; l’originalité des scénarios y est évaluée en regard de ce que d’autres entreprises de jeux vidéo proposent, la jouabilité ou encore la durée de vie du titre font l’objet de toutes les attentions, etc.

29Concernant les cédéroms culturels ou éducatifs, les références exploitées renvoient plus souvent au livre, au cinéma ou à la télévision qu’à d’autres cédéroms : les notions de genres semblent ici beaucoup moins affirmées que dans le cas des jeux vidéo et les catégorisations plus générales (on parle par exemple de « visite » ou de « promenade » virtuelle pour qualifier des cédéroms aux contenus et aux formes organisationnelles très variés, présentant en tous cas des écarts plus grands que les jeux habituellement classés dans des genres spécifiques).

  • 11 C’est le cas par exemple du cédérom Marcel Proust, de Jean-Yves Tadié, Le Monde Interactif, 15 déce (...)

30Lorsqu’il est tout de même question d’écriture interactive, les termes « d’adaptation » ou de « traduction interactive » apparaissent alors régulièrement. Il semble cependant que les produits multimédias se présentant sous la forme « d’œuvres numériques » ou « d’expériences multimédias » fassent exception puisqu’ils sont alors justement critiqués dans leur aspect singulier11. L’univers du discours employé semble alors se rapprocher davantage des textes rencontrés au sujet d’expositions d’art contemporain que des productions issues de la critique littéraire ou cinématographique : l’auteur cède ici la place à l’artiste et l’on s’attache à décrire ses intentions et le type d’expérience qu’il propose à ses spectateurs-usagers plutôt que de tenter de rapprocher sa production d’autres titres existants.

31De fait, les problèmes qui se posent aux critiques de cédéroms culturels semblent assez proches de ceux rencontrés par les journalistes opérant dans le milieu de l’art contemporain : comment faire partager au lecteur une émotion ou, de façon plus prosaïque, une expérience à chaque fois singulière et qui cherche en principe à s’affranchir des formes plus courantes de mise en représentation ou de mise en récit ?

32Au-delà du cas bien singulier des cédéroms culturels, les sites Internet devraient constituer l’objet central d’une nouvelle critique. Tel n’est pourtant pas le cas. La forme modale des commentaires paraissant dans la presse est constituée par des notules d’une dizaine de lignes, décrivant le propos et l’orientation du site choisi. Une version plus approfondie de ces notules est donnée par les chroniques presque quotidiennes du Monde qui consacre l’espace d’un article (environ 2 500 caractères) à chacun des sites choisis. Les titres de ces textes reprennent l’adresse des sites comme www.zeoknoledge. com ou www.napster.com (4 et 5 janvier 2000). Il est difficile de prétendre qu’une critique structurée, armée d’une tradition d’analyse en constitution, est là en train de s’élaborer, sinon par la nature des choix effectués. Sur la petite vingtaine d’articles de ce type publiés durant le mois de janvier 2000, plus de la moitié porte sur des initiatives et des protestations de communautés virtuelles en formation. Cette liste comprend un site pour la protection de la vie privée des internautes, un système d’échange d’enregistrements musicaux possédés par des particuliers, un réseau informel d’information et de mobilisation face à la marée noire consécutive au naufrage du pétrolier Erika près des côtes bretonnes, la publication électronique d’un livre blanc sur la spoliation des terres au Brésil, sur la création de communautés virtuelles, un webmagazine littéraire alternatif, ou de formules de contestation face à la protection commerciale des disques compacts ou des DVD (système de décryptage des DVD, MP3). On perçoit que se révèlent ici, sur le terrain neuf des sites Internet, des curiosités, des orientations et des priorités qui caractérisent ce journal. L’ouverture et la singularité de ces propositions contrastent avec les choix opérés par les internautes ordinaires (mais néanmoins fort diplômés et très souvent lecteurs du Monde), tels que nous les avons approchés en commençant ce chapitre. La chronique du Monde témoigne de l’existence de minorités actives, elle ne traduit pas – pas encore ? – l’adhésion massive à une société de communication généralisée.

33Le présent ouvrage se propose d’engager deux explorations complémentaires l’une de l’autre. La première, établie à partir de données quantifiées (première partie), vise à mesurer l’état – au moment de l’enquête – des contacts et des engagements face aux nouvelles technologies implantées dans les bibliothèques. Les instruments mobilisés à cette fi n chercheront essentiellement à évaluer la nature et l’intensité des pratiques, la diversité et l’implication des groupes que peut découper l’enquête quantitative, mais aussi à pointer les pratiques émergentes, encore instables et minoritaires. Outil irremplaçable sur ce plan, l’approche quantifiée sera complétée et illustrée dans une seconde partie. Pour l’essentiel cette dernière offrira l’occasion d’un approfondissement de l’observation du tête-à-tête entre quelques usagers des bibliothèques et un dispositif multimédia.

Notes

1 Jean Molino, « Pour une sémiologie des formes symboliques », in Approches sémiologiques dans les sciences humaines, Lausanne, Payot, 1994, p. 134.

2 C’est-à-dire susceptible de faire émerger des savoirs neufs, soit du fait de la récollection inédite d’éléments préalablement disponibles, soit pour la mise en œuvre de formes d’argumentation neuves.

3 Serge Proulx, « De l’utopie sociale à l’idéologie de la communication », in « Les Théories de la communication », CinémAction, mars 1992, p. 219-224.

4 Ibid., p. 220 et 221.

5 Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 21.

6 Sur ce plan, voir en particulier le chapitre II de l’ouvrage de E. Pedler, Sociologie de la communication, op. cit. Les développements de ce paragraphe sont inspirés de ce chapitre.

7 On se souvient qu’il y a quelques décennies l’obligation d’emprunt de textes documentaires et informatifs devait contrebalancer l’effet censé délétère des lectures romanesques. La BD ou la vidéo ont connu une trajectoire similaire et n’ont pénétré les bibliothèques qu’après avoir conquis leur légitimité. Aujourd’hui, le refus – avoué ou voilé – des jeux électroniques, principale activité des possesseurs d’informatique domestique, conduit à des arbitrages qui ne privilégient dans les bibliothèques que l’offre électronique la plus savante (logiciels didactiques, encyclopédiques, cédéroms culturels).

8 Jean-Noël Jeanneney, Une histoire des médias, nouvelle édition, Paris, Seuil, 2000.

9 Le cas des chaînes à péage qui, en France, n’ont jamais vraiment décollé illustre l’effet sélectif qui est attaché au principe du péage.

10 D’une manière générale, ce sont les instances critiques qui doivent être examinées afin de déterminer le statut du multimédia dans la presse : le choix de livrer une analyse ou une évaluation d’objets culturels les plus divers – du film à l’émission de télévision, en passant par les livres – n’est pas aussi neutre qu’il y paraît. Le discours critique disparaît en effet très fréquemment des notules paraissant dans les journaux télé. C’est ainsi le cas lorsque l’offre est très abondante, comme lorsqu’il s’agit de couvrir les offres du câble et du satellite. Un journal très diffusé comme Télécâble satellite partage ce sort avec Télérama câble satellite aujourd’hui disparu. Le discours critique ne rentre en scène qu’à certains moments.

11 C’est le cas par exemple du cédérom Marcel Proust, de Jean-Yves Tadié, Le Monde Interactif, 15 décembre 1999.

Notes de fin

1 Enquête INSEE de 1967.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. Part des Français qui ne lisent jamais de journaux
Légende Source : Pratiques culturelles des Français, 1973-1981, 1997.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable