Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Introduction

La pénétration sociale des outils intellectuels anciens et nouveaux

Texte intégral

  • 1 Enquête informatique sur un échantillon de 2 188 bibliothèques, cf. Marie-Claude Maddaloni, « L’inf (...)

1D’après les données apportées par la Direction du livre et de la lecture, en 1999, il est manifeste qu’un effort important est actuellement fourni par les bibliothèques municipales dans le secteur des documents électroniques, tant en ce qui concerne le volume de l’offre que sa diversité. Ainsi, en 19981, 651 bibliothèques municipales déclarent posséder des documents électroniques (logiciels et cédéroms) soit 24,5 % d’entre elles, contre 10,4 % en 1996.

  • 2 On nuancera néanmoins ce constat en rappelant que des villes telles que Paris voient, pour cette pé (...)

2Il faut ajouter que le nombre de bibliothèques municipales disposant de documents électroniques augmente régulièrement en fonction de la taille des agglomérations qu’elles desservent2 : ainsi, en 1997, le taux d’équipement passe de 12 % pour les bibliothèques de communes de moins de 2 000 habitants à près de 100 % pour les villes de 300 000 habitants et plus, ce qui reflète bien entendu des différences de moyens financiers et, sans doute, une opposition entre ville et campagne. En outre, le volume des collections électroniques a augmenté de plus de 44 % entre 1995 et 1996 et de 52,6 % entre 1996 et 1997 et, au total, sur les 651 bibliothèques disposant de documents électroniques, 188 offrent un accès à Internet que 137 d’entre elles proposent au public.

3Ces taux d’équipement généraux et l’offre substantielle qu’ils sous-entendent doivent cependant être confrontés aux situations locales. Ils ne présument évidemment pas du nombre de documents possédés dans chaque commune de l’hexagone.

Un facteur incitatif, la transformation des bibliothèques en médiathèques

  • 3 Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des français : enquête 1997, Paris, La Documentation fran (...)
  • 4 Direction du livre et de la lecture, Bibliothèques municipales, Bibliothèques départementales de pr (...)

4La progression des inscriptions dans les bibliothèques publiques semble continue depuis 25 ans (cf. tableau 1). Elle s’est fortement accélérée dans les années 1980. Il faut ajouter que l’évolution récente (1989-1997) et singulièrement l’augmentation des inscriptions dans les bibliothèques publiques peut être attribuée3, pour partie seulement, aux transformations de certaines d’entre elles en médiathèques. Il faut également souligner que cette tendance peut être relativisée : les chiffres récemment présentés par la Direction du livre et de la lecture dans les données 1998 relatives aux bibliothèques municipales et départementales de prêt4 montrant un accroissement corrélatif du nombre des bibliothèques françaises et de leur offre et conduisant in fi ne à observer une certaine stagnation moyenne des inscriptions en bibliothèque, la progression des inscrits suivant la montée en charge des équipements.

  • 5 Pratiques Culturelles des Français : description sociodémographique, évolution 1973-1981, Paris, Da (...)

Tableau 1. Progression de la part des Français inscrits dans une bibliothèque entre 1973 et 19975

Tableau 1. Progression de la part des Français inscrits dans une bibliothèque entre 1973 et 19975
  • 1 Pratiques culturelles des Français, Dalloz, 1982.
  • 2 Pratiques culturelles des Français, La Documentation française, 1997.

Note *1
Notte **2

5En outre pour les dernières années (de 1989 à 1997), la fréquentation des bibliothèques et médiathèques a plus augmenté encore que le nombre d’inscriptions (cf. tableau 2).

  • 6 Ibid., p. 241.

Tableau 2. La fréquentation des bibliothèques (ou médiathèques) en 1989 et 19976

Tableau 2. La fréquentation des bibliothèques (ou médiathèques) en 1989 et 19976

6Parmi les Français de plus de 15 ans qui se sont rendus au moins une fois par semaine dans une bibliothèque (inscrits ou non), les plus jeunes étaient 23 % (tranche de 15 à 19 ans), les plus âgés 3 % (tranche des 65 ans et plus). Il est intéressant de noter que le classement de l’efficacité relative des variables d’état, traditionnellement analysées dans les bilans sociodémographiques, donne ici la première place à l’âge, ou plus exactement à l’appartenance générationnelle. Toujours pour la même enquête, la comparaison entre les niveaux de diplôme de l’échantillon fait ainsi apparaître un différentiel légèrement plus faible – de 3 à 21 % entre les détenteurs d’un certificat d’études et ceux qui ont atteint un diplôme d’études supérieures. En outre, il apparaît également que les plus jeunes sont les principaux responsables de la progression entre 1989 et 1997 : 63 % des 15-19 ans ont franchi les portes d’une bibliothèque ou d’une médiathèque au cours des 12 derniers mois, contre 48 % pour les 20-24 ans. On retrouvera cette présence accentuée des plus jeunes dans la composition de tous les échantillons de l’enquête sur laquelle se fonde le présent ouvrage.

7Comment analyser ces évolutions ? Derrière l’âge se cache évidemment la scolarisation plus générale dans la population et plus longue qu’auparavant. Mais il faut ici dissocier son effet propre (et les curiosités qu’elle génère), de l’effet lié au rapprochement symbolique et matériel du lieu public qu’est la bibliothèque ainsi que des influences socioculturelles affectant ses publics potentiels. Dans ce sens, on verra que les curiosités les plus vives à l’égard des nouveaux outils se rencontrent chez les actifs. Lieu ressource pour les élèves et étudiants, la bibliothèque est devenue une annexe des écoles et universités, mais elle est souvent beaucoup plus que cela : lieu polymorphe, elle répond à des fonctions très variées, allant de la formation permanente à l’espace de loisir.

  • 7 Ibid, p. 242.

8On peut douter qu’il soit facile d’analyser simplement ce caractère ouvert et adaptatif des bibliothèques : il n’est pas simple de dissocier l’influence de facteurs comme la multiplication des lieux, la rénovation des bibliothèques, le changement d’image – n’être plus le temple du livre, mais un lieu polyvalent, proche des métros, des centres commerciaux et des quartiers – et la modification de l’offre (multiplication des supports, présence des disques, des cédéroms, d’Internet). Comme le note Olivier Donnat, « la diversification des services offerts par les bibliothèques, est aussi à l’origine de leur succès. On pense, bien entendu, à la diffusion des supports audio-visuels (disques, vidéocassettes, cédéroms…) qui a contribué à modifier les usages des bibliothèques mais aussi leur image : aujourd’hui la moitié des usagers déclare pouvoir emprunter ou consulter, dans l’équipement qu’ils fréquentent, des disques ou des cassettes, un tiers des vidéocassettes et environ un sur cinq des cédéroms, sans compter la presse et les revues qui sont presque systématiquement disponibles7. » Les observateurs les mieux informés sont donc portés à créditer la modification de l’offre et la présence des dispositifs multimédias d’un effet net et franc, dont on arrive pourtant pas – on le verra dans ces pages – à trouver les traces manifestes dans les comportements et les pratiques des usagers. L’ouverture des bibliothèques, leur présence mieux affirmée au sein de la société contemporaine, accrédite dans tous les cas l’idée qu’elles s’inscrivent de plain-pied dans une modernité technologique.

  • 8 Richard Hoggart, 33 Newport Street : autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires a (...)

9De manière plus prudente, il faut sans doute souligner la place singulière qu’elles occupent dans les dispositifs publics. On peut se souvenir ici de la description que proposait Richard Hoggart8 de la bibliothèque comme constituant un espace public privilégié. Si dans l’univers populaire de Hunslet – quartier de Leeds où vécut Richard Hoggart dans son enfance –, les théâtres, opéras, musées ou même les espaces institutionnels comme la mairie ou le commissariat sont des lieux seulement connus de réputation et / ou côtoyés en de rares occasions, la bibliothèque est, elle, un lieu familier – pas pour tout le monde, mais familier et appartenant au quartier – au même titre que l’école.

10Des observations et des entretiens réalisés à la Bibliothèque nationale de France (BnF) révèlent la permanence de cette topographie propre aux espaces publics ordinaires. Elles soulignent la diversité des usages de l’informatique en bibliothèque déjà perçue grâce à la radiographie qu’offrent les questionnaires, et semblent notamment indiquer que ces utilisations ne renvoient pas toutes à des applications documentaires, scolaires et studieuses. Il en est sans doute ainsi de la messagerie électronique qui, bien que non initialement proposée aux usagers des salles de lecture, est apparue comme étant fortement utilisée par quelques-uns d’entre eux en dépit du verrouillage des principaux services gratuits accessibles sans abonnement par l’intermédiaire du navigateur installé sur les postes de consultation (hotmail notamment). Lieux familiers et extensions de la table de travail et de l’univers domestique, les bibliothèques – y compris ici pour l’une des plus prestigieuses d’entre elles – ne se laissent pas enfermer dans des définitions par trop administratives. Certaines tactiques mises en œuvre par une catégorie d’usagers et visant à contourner le filtrage mis en place par les responsables informatiques de la BnF – trouver un service n’ayant pas encore été référencé, afin de l’utiliser de manière privative, éviter d’avoir à rendre son poste à expiration du temps de consultation prévu, en l’échangeant par exemple, avec celui d’un camarade ou d’un habitué connu – s’inscrivent dans une logique pour laquelle l’espace public n’est pas une donnée immuable et préexistante, mais se construit de façon interactive. On observe ainsi l’utilisation des postes informatiques à des fins intimes – correspondre avec des amis – ou professionnelles – faire parvenir ou recevoir des offres d’emploi, s’inscrire à des concours, etc.

Le faible usage du multimédia dans les bibliothèques publiques : une situation provisoire ?

11En dépit des évolutions qui ont ouvert les bibliothèques à un public plus vaste en faisant coexister outils anciens et nouveaux sur une vaste échelle – rappelons-le, un quart d’entre elles possède aujourd’hui des documents électroniques – la mesure des usages du multimédia effectuée dans les bibliothèques dotées de dispositifs qui en permettent l’accès révèle l’existence de pratiques rares et faiblement structurées. Ce constat décevant doit être néanmoins relativisé puisqu’il n’objective qu’un état transitoire, pouvant évoluer de manière brusque et imprévisible. Il nous permet seulement d’affirmer qu’à l’heure où, dans les sphères professionnelles, les outils électroniques ont pris une place centrale, les usages non professionnels ne connaissent pas la même expansion. Faut-il en conclure à la nécessité de renouveler à brève échéance un bilan comparable à celui effectué par l’enquête que nous commentons ? Ou, à l’inverse, peut-on raisonnablement penser aujourd’hui que les potentialités des outils électroniques sont essentiellement pratiques et n’offrent pas autant de procédures, de dispositifs et de matériaux intellectuels neufs que le prétendent les prophètes des nouvelles technologies ? Telle est, dans tous les cas, l’alternative que nous devons envisager en analysant les choix, les attentes, les cheminements exploratoires – voire plus banalement les « représentations » – des minorités qui, dans les bibliothèques, ont fait l’expérience des outils électroniques à usage culturel et documentaire. La réussite manifeste et ample des technologies informatiques dans les domaines économiques ne doit pas laisser supposer – sans vérification préalable – qu’une même dynamique se fait jour dans les sphères culturelles et dans les pratiques domestiques.

12L’enquête sur laquelle repose le présent ouvrage – et dont la première partie détaille l’architecture – a été réalisée sur cinq sites distincts répartis en France. Si, au sein de cet ensemble, l’on met à part l’exemple très singulier de la BnF, on peut affirmer que les bibliothèques sélectionnées incarnent assez fidèlement le « droit commun » de l’offre à ceci près qu’elles présentent des cas provinciaux qui surévaluent plutôt la part des usagers confrontés aux nouvelles technologies culturelles et documentaires puisqu’elles appartiennent toutes à l’ensemble des bibliothèques dotées de moyens électroniques. La médiathèque intercommunale de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône (intégrée dans un réseau reliant Entressen, Fos-sur-Mer, Istres et Miramas), avec 232 cédéroms consacrés en majorité au prêt et 6 postes informatiques, la bibliothèque d’Abbaye-les-Bains (Grenoble) dotée de 40 cédéroms et de 2 postes, la bibliothèque Grand-Place (Grenoble) offrant 831 cédéroms et 4 ordinateurs accessibles et enfin la médiathèque La Durance, de Cavaillon, dans le Vaucluse, où 115 cédéroms sont proposés ainsi que 8 postes informatiques, offrent des fonds d’ampleur et de nature variés que l’on peut présumer être représentatifs de l’offre française (cf. annexe IV). La présence d’une ville, Grenoble, réputée pour être très perméable aux « nouvelles technologies » conduirait même à faire peser une présomption de biais, privilégiant et amplifiant le nombre des usagers accédant à ces outils.

13Pourtant, si l’on choisit l’indicateur qui, dans le questionnaire diffusé sur ces quatre sites, permet d’obtenir la vue la plus réaliste des pratiques effectives des usagers, on constate que la part des pratiquants utilisant des cédéroms ou Internet se situe le plus souvent au-dessous de 10 %, avec un seul cas à 13 %. Ce mode est singulièrement bas, surtout si l’on songe à ce qu’il recouvre : il n’est pas seulement question ici d’expérience du multimédia confinée dans les bibliothèques, mais d’une pratique passée, quel que soit le lieu de son développement.

Tableau 3. La pratique d’Internet et des cédéroms mesurée dans trois bibliothèques* de l’enquête. Pourcentage d’usagers qui peuvent citer au moins un titre de cédérom ou le nom d’un site Internet.

Tableau 3. La pratique d’Internet et des cédéroms mesurée dans trois bibliothèques* de l’enquête. Pourcentage d’usagers qui peuvent citer au moins un titre de cédérom ou le nom d’un site Internet.
  • 3 Le cas de la bibliothèque d’Abbaye-les-Bains (Grenoble) n’est pas pris ici en compte, l’offre multi (...)
  • 4 Absence d’accès direct à Internet pour les usagers.

Note *3
Note **4

14L’appel à la mémoire nominale de sites Internet ou de titres de cédéroms objective les usages qui « ont laissé » des traces et privilégie l’expérience construite. Ainsi, seule la moitié environ des usagers de la médiathèque de Miramas qui déclarent emprunter des cédéroms peuvent citer des titres. Encore doit-on constater que cet écart entre usage et mémorisation est plus faible que la différence entre les usagers ayant consulté Internet et ceux qui se souviennent de leur exploration. On mesure ici l’importance des curiosités, des explorations lancées « pour voir » sans esprit de suite.

  • 9 Il faut noter la place singulière occupée dans les bibliothèques par les cédéroms, plus fréquemment (...)
  • 10 Il s’agit des citations faites par les enquêtés qui donnent au moins une réponse à la question. La (...)

15En outre, les explorations effectuées par les usagers qui ont répondu à notre enquête ne font pas apparaître la présence de hiérarchies, de curiosités ou d’attentes singularisant les nouveaux supports. Ainsi, au sein de la liste des titres de cédéroms9 cités par les usagers de la médiathèque de Miramas10 (31 titres différents, si l’on laisse de côté les mentions générales, comme « la musique, l’art, la peinture », qui ne sont pas des réponses précises à la question posée), la dispersion des citations est presque totale, puisqu’un seul titre, Le Louvre, se voit citer par quatre enquêtés. La liste des cédéroms consultés ressemble à un catalogue à la Prévert : Aménager sa maison, Kodak photo, Dictionnaire des prénoms, Guide des vins, Apprendre l’espagnol, Guitar Hits et Apprendre la guitare voisinent avec New York, Voyage sur le Nil, L’Inde, Les Antilles ou avec Les animaux dangereux, L’astronomie, Larousse du corps humain, Le lion, Les baleines, le cédérom de jeu Ghost, Le cinéma français entre 1929-1999, L’architecture au Moyen Âge, La civilisation antique, Les peintres, Les explorateurs du Nouveau Monde, Napoléon. Dans cet ensemble, les cédéroms consacrés à un artiste, à une œuvre ou au patrimoine muséal ne forment pas un ensemble très nourri (Cézanne, Gaudi, Michel-Ange – cité deux fois –, Les Frères Lumière, Les Impressionnistes, Le Louvre – cité à quatre reprises comme nous l’avons signalé –, Pagnol, ou Tim, Tom et Zoé), même si on les trouve cités plutôt par telle ou telle catégorie d’usagers (les actifs notamment). On rencontre encore dans ce regroupement hétérogène le cédérom Kompass, Le Monde (archives du journal).

16Les sites Internet mémorisés par les usagers (52 mentions différentes) se caractérisent également par leur hétérogénéité et par l’absence de convergences fortes sur des titres particuliers. Si l’on met à part les réponses génériques inexploitables (« Web », 2 réponses), on trouve pêle-mêle Air France, ANPE, BMW, Météo, Rectorat, Michelin, Taxi, SNES – le site de la ville de Miramas –, Île Maurice, Guitarmag ou encore des mentions génériques qui n’identifient aucun site particulier comme Astronomie, Tourisme, Musique, Révisions du bac. Les adresses concernant des sites musicaux, cinématographiques, télévisuels, sportifs, ou de jeu [IAM, Radiohead, Skyrok, Doom Home page, Hard Rock Fonce, Electroson, Variety Gm (2), NBA, Titanic, X-files (2), Cyber manga, OM, Casus Belli] sont nettement plus nombreuses que celles qui se réfèrent à des sources plus savantes comme Musique du Bauhaus, IPJ Écojournal, Journal des Finances, Le Monde (2 occurrences). On doit compter également différents services d’e-mail, des portails ou les moteurs de recherche – Netclub (2 occurrences), Caramail (4 cas), Hotmail (3), Wanadoo, Yahoo (4), Kschoise et l’appellation générique e-mail – qui assemblent la moitié des adresses (26 sur 52).

  • 11 Marseille, imerec, 1991, rééd. Éditions L’Harmattan, 2001. Voir également, « Le temps donné au rega (...)
  • 12 Le détail de ces traitements est donné en annexes (cf. annexe IV).

17Le classement ou la catégorisation des cédéroms ou des sites Internet ne peut s’effectuer a priori. On s’en tiendra donc à un principe de regroupement reconnu pour sa neutralité et dont Le Temps donné aux tableaux11 a donné la théorie : la catégorisation opérée par différents groupes de spectateurs (ici les usagers d’une bibliothèque) lorsqu’ils sélectionnent, isolent ou traitent de manière équivalente (en accordant, par exemple, un même temps de contemplation) différentes toiles (ici différents cédéroms) qui sont autant d’objets singuliers et incomparables. Il s’agira concrètement de se demander comment un même groupe (les étudiants ou les actifs de tel ou tel site dont on connaît les caractéristiques socioculturelles) assemblent ces titres (quelle est la liste des titres donnée par chacun des groupes) ou les hiérarchisent (en créant ou non des différences entre le premier titre cité et les autres) 12.

18Par la diversité des choix qu’ils suscitent, par la présence forte de sites ou de cédéroms à visée « pratique », les nouveaux outils apparaissent ainsi comme se plaçant plus clairement dans la continuité d’instruments comme le Minitel que dans celle du livre et ne semblent pas encore occuper une place stable dans l’offre culturelle. Mais il faut examiner de près les classements opérés par les usagers et les caractérisations différenciées propres à chaque groupe. Ce type d’exploration nous amènera également à nous demander quels sont les acteurs qui ont un rôle actif dans le processus qui, sous nous yeux, construit culturellement l’objet technique et inerte que constitue le multimédia ?

La logique du cumul et l’impact des « dispositions culturelles » des lecteurs

19Diverses études d’évaluation ont montré que les plus forts lecteurs ont tendance à profi ter de tous les moyens d’accès au lire qui leur sont offerts. C’est, rappelons-le, le cas de l’enquête précitée, L’Œil à la page, qui expliquait notamment comment les usagers des bibliothèques les plus lettrés étaient également ceux qui investissaient le plus dans l’utilisation des services audiovisuels (cassettes vidéo, diapositives, disques audio, etc.). La logique du cumul des instruments, voués à des fonctions pourtant encore bien distinctes, bien que contre-intuitive, s’impose donc fermement et les données recueillies dans cette enquête confirment sans ambiguïté ces résultats.

  • 13 C’est là une tendance globale dégagée à partir de notre enquête. Au reste, les exemples mis en avan (...)

20Dans le même ordre d’idée, la corrélation attendue entre proximité à l’outil informatique et usage des outils multimédias n’apparaît pas de façon évidente dans les résultats de l’enquête statistique et, si les catégorisations en tranches d’âges – avec notamment l’opposition massive et efficace entre « élèves et étudiants » d’un côté et « actifs » de l’autre – permettent de mettre en évidence des comportements tendanciels opposant différents types d’usages de ces outils (cf. première partie de ce texte), il faut en chercher la raison sur un plan moins attendu que celui qui associe deux couples en opposition : jeunesse et ouverture, d’un côté, et « âge mûr » et conservatisme, de l’autre, car, de fait, la plus grande curiosité vis-à-vis des outils multimédias se rencontre, comme on le verra, chez ces derniers et non chez les plus jeunes13.

21En définitive, ce résultat qui prend à revers l’interprétation spontanée des comportements et des usages se rapporte également à la logique de cumul des pratiques mise en évidence par l’histoire des médias. Que, dans les bibliothèques, les usagers d’âge mûr soient plus nombreux que les autres à investir et à domestiquer les nouveaux outils mis à leur disposition n’est pas un fait nouveau : les groupes intellectuels supérieurs ont régulièrement été, dans l’histoire, plus nettement philonéistes que les autres groupes.

  • 14 Emmanuel Pedler, Sociologie de la communication, Paris, Nathan, 2000.

22Comme nous le notons ailleurs : « Le philonéisme technique est suffisamment prégnant au sein des groupes supérieurs pour qu’on puisse affirmer sans se tromper qu’une grande part des instruments de communication ont été d’abord domestiqués par leur soin. Dans de nombreux cas, cette prédilection des groupes supérieurs pour les inventions les plus récentes est attestée. La télévision en noir et blanc, en couleur, le magnétoscope, la télécommande, les réseaux câblés ont ainsi décrit un parcours social dont les orientations ont été, dans chaque cas, assez semblables. Le vélo ou le téléphone sont ainsi passés entre plusieurs “mains”, au moins de manière tendancielle, et l’histoire des usages, des fonctions dévolues à ces instruments, a gardé les traces de ce passage, ne fût-ce que par l’imposition durable de registres d’usage aux détriments d’autres14. »

23Néanmoins cet état de fait ne rend pas compte de l’ensemble des comportements mis en évidence grâce à l’enquête. Si les groupes en présence, traditionnellement découpés par les enquêtes sociologiques, ont un passé – voire des comportements typiques –, ils ne constituent pas la totalité des entités en action dans les sociétés contemporaines. L’enquête sur laquelle repose le présent ouvrage met ainsi en évidence des groupes aux caractéristiques inédites, comme ceux définis par leur plus ou moins grande mobilité géographique dans le courant de leur vie, dont l’implication est également inattendue (première partie) pour les pratiques qui nous occupent ou encore ceux caractérisés par des comportements culturels émergents.

  • 15 Réponse à la question 8 du questionnaire : « Si vous avez déjà utilisé un ordinateur ici, dans quel (...)

24D’une manière plus générale, les pratiques du multimédia, observées grâce aux dispositifs mis en place dans l’enquête – protocoles, entretiens et questionnaires –, se construisent et s’élaborent selon des cheminements diversifiés. La liste des raisons justifiant l’usage d’outils électroniques invoquées par ceux qui utilisent les ordinateurs mis à disposition dans les bibliothèques est longue et hétérogène15. Elle parcourt une gamme d’activités qui va de l’écriture de poèmes, de lettres adressées à des ami(e) s à la recherche d’un document, d’un auteur, d’un titre particulier ou selon un thème particulier (par exemple, pour obtenir des informations sur un pays étranger) en passant par les explorations plus aventureuses – recherche libre, de simple distraction ou de familiarisation avec l’outil (Internet, cédéroms, messageries, écoute d’enregistrement vidéographiques ou musicaux), sans oublier la réalisation d’un travail scolaire ou universitaire, d’une recherche bibliographique ou une exploration de la presse.

Notes

1 Enquête informatique sur un échantillon de 2 188 bibliothèques, cf. Marie-Claude Maddaloni, « L’information numérique dans les bibliothèques municipales », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 4, 1999.

2 On nuancera néanmoins ce constat en rappelant que des villes telles que Paris voient, pour cette période, les documents électroniques absents de leurs bibliothèques.

3 Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des français : enquête 1997, Paris, La Documentation française, 1998.

4 Direction du livre et de la lecture, Bibliothèques municipales, Bibliothèques départementales de prêt : Données 1998, Paris, La Documentation française, septembre 2000, voir notamment p. 198-199.

5 Pratiques Culturelles des Français : description sociodémographique, évolution 1973-1981, Paris, Dalloz, 1982, p. 80 et Les Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, op. cit., p. 241.

6 Ibid., p. 241.

7 Ibid, p. 242.

8 Richard Hoggart, 33 Newport Street : autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, Gallimard / Le Seuil, 1991, (Hautes Études).

9 Il faut noter la place singulière occupée dans les bibliothèques par les cédéroms, plus fréquemment utilisés qu’Internet. Se connecter à Internet apparaît ainsi comme une pratique rare. On peut noter que, en ce qui concerne les usages domestiques, seul un cinquième des foyers équipés d’ordinateurs dispose d’un accès à Internet, alors qu’un foyer sur 5 (soit 25,5 %) est équipé d’au moins un ordinateur, cf. Développement culturel, n° 130, octobre 1999.

10 Il s’agit des citations faites par les enquêtés qui donnent au moins une réponse à la question. La liste présentée ici renvoie au premier titre cité.

11 Marseille, imerec, 1991, rééd. Éditions L’Harmattan, 2001. Voir également, « Le temps donné au regard », in La Réception, Protée (Chicoutimi, Can.), 1999.

12 Le détail de ces traitements est donné en annexes (cf. annexe IV).

13 C’est là une tendance globale dégagée à partir de notre enquête. Au reste, les exemples mis en avant au chapitre II de la deuxième partie (p. 147), à partir d’entretiens ciblés, ne traduisent pas mécaniquement cette tendance, puisque la recherche de profils différenciés nous a amené à sursélectionner les cas les plus singuliers, prélevés notamment, pour les plus jeunes, parmi ceux qui se caractérisent par des « pratiques culturelles émergentes ».

14 Emmanuel Pedler, Sociologie de la communication, Paris, Nathan, 2000.

15 Réponse à la question 8 du questionnaire : « Si vous avez déjà utilisé un ordinateur ici, dans quel(s) but(s) l’avez-vous fait principalement ? » Réponses collectées ici pour le site de la BnF.

Notes de fin

1 Pratiques culturelles des Français, Dalloz, 1982.

2 Pratiques culturelles des Français, La Documentation française, 1997.

3 Le cas de la bibliothèque d’Abbaye-les-Bains (Grenoble) n’est pas pris ici en compte, l’offre multimédia y étant trop faible.

4 Absence d’accès direct à Internet pour les usagers.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Progression de la part des Français inscrits dans une bibliothèque entre 1973 et 19975
Légende Note *1Notte **2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2. La fréquentation des bibliothèques (ou médiathèques) en 1989 et 19976
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 3. La pratique d’Internet et des cédéroms mesurée dans trois bibliothèques* de l’enquête. Pourcentage d’usagers qui peuvent citer au moins un titre de cédérom ou le nom d’un site Internet.
Légende Note *3Note **4
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access