Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Introduction

État du problème, état de la question

Texte intégral

1Depuis le début des années soixante-dix, on a assisté en France à l’ouverture des dispositifs traditionnels des bibliothèques publiques visant à renouveler et à diversifier leurs publics. Ces efforts se sont notamment traduits en mouvements successifs en leur sein afin de faire évoluer les formules d’offres de consultation : bibliothèques de proximité, refonte des dispositifs – avec, par exemple, des espaces réservés à la presse ou aux bandes dessinées –, création de bibliobus, mais également conservation d’autres documents que des livres (mise en place des services audiovisuels notamment).

2Cette multitude de propositions, de tentatives diverses et de dispositifs polymorphes renvoie en premier lieu à une problématique classique, selon laquelle il suffirait d’accroître l’offre, de modifier l’implantation des bibliothèques, de diversifier les objets conservés pour faire accroître la pénétration du livre et les taux de lecture. Un tel questionnement se trouve, bien entendu, renouvelé par l’émergence des nouvelles technologies et des « nouveaux supports documentaires ».

  • 1 Jean-Claude Passeron, Michel Grumbach, avec M. Bénard, J.-P. Martinon, M. Naffrechoux, P. Parmenti (...)

3Ce type d’interrogation a été très largement travaillé par la littérature spécialisée de ces dernières décennies et il n’y a sans doute pas grand-chose à ajouter à ce que l’on connaît déjà. Dans ces termes mêmes, le débat a été ouvert par une étude importante – L’Œil à la page1 – du début des années quatre-vingt, à propos de l’introduction des outils audiovisuels dans les bibliothèques. En explorant d’une manière précise les usages de ces nouveaux outils, les auteurs aboutissent au constat selon lequel les rapports inégaux à la chose écrite déterminent presque mécaniquement les appropriations – aussi inégales – des nouveaux outils. Les résultats de la présente enquête permettent d’affirmer que cet état ne change pas significativement avec l’introduction des outils multimédias dans les bibliothèques.

4Pour intéressante qu’elle soit, cette perspective d’analyse ne justifierait pas à elle seule le choix d’en entreprendre l’actualisation, vingt ans après. S’il convient d’examiner attentivement la question de la pénétration sociale des connaissances et des savoirs, ainsi que la distribution des outils intellectuels qui en permettent l’accès – problématique que l’on nommera « politique » car elle est souvent privilégiée par les instances de décision –, il faut en repenser les fondements afin d’élargir le cadre d’analyse qu’appelle l’observation de pratiques neuves, à la recherche de leurs marques et de leurs identités.

5Le présent ouvrage repose ainsi sur la reformulation de la problématique politique : les outils du savoir, du livre aux instruments électroniques, ne sont pas des entités constituées et délimitées, de simples biens – réputés rares – que l’on chercherait à faire circuler d’un milieu à un autre, mais des objets de pratiques que ces derniers caractérisent, catégorisent et dont l’identité variable dépend des acteurs en présence. Accessoirement, ils constituent des entités susceptibles de jouer un rôle dans la démocratisation des connaissances. Les bibliothèques, le système éducatif ou les mondes de l’art et de la culture sont à compter au nombre des acteurs qui concourent à la construction identitaire de ces objets. On peut même ajouter que si les objets émergents sont manifestement à la recherche d’un statut, les outils plus anciens, comme le livre, ne possèdent pas plus une identité fixe ; dans la durée, ils ont effectué des parcours qui, loin d’être linéaires, offrent l’image rémanente d’une histoire des techniques intellectuelles, capitale pour la compréhension de notre extrême présent.

  • 2 Que deux grosses entreprises américaines, dès la fin 1999 – elles ont été ensuite imitées –, aient (...)

6Les instances dont l’action converge pour topographier les nouveaux territoires électroniques sont plus inattendues qu’il y paraît. Ainsi, et dans l’ordre hiérarchique des influences exercées, les milieux professionnels ont donné des lettres de noblesse à ces nouveaux outils. Sur ce plan, les acquis et les promesses de la flexibilité du travail dopent nombre d’entreprises dont certaines n’hésitent pas à doter leur salariat d’instruments électroniques à usage domestique, qui, à terme, pourraient constituer les postes d’un travail délocalisé2. La caisse de résonance que constituent les cercles familiaux pèse également d’un poids non négligeable – on verra, dans la première partie du présent ouvrage, l’importance et les limites de l’interinfl uence familiale en ce domaine –, d’autant qu’elle amplifie et prolonge l’action engagée dans les mondes professionnels, bien que ces derniers soient traversés par diverses prophéties auto-organisatrices dont on ne retrouve que peu d’écho à l’intérieur des sphères domestiques. En effet, les vertus révolutionnaires et profondément transformatrices des nouvelles technologies n’apparaissent pas aussi évidentes aux yeux de ceux qui les manipulent ou les approchent dans leurs foyers. L’enthousiasme verbal, bien tempéré de l’expérience quotidienne et domestique des technologies à la page, se retrouve même pour les groupes les plus philonéistes (manifestant un attrait pour la nouveauté) – les fractions les plus jeunes de la société, caractérisées par des pratiques émergentes marquées par la fréquentation des discothèques, des séries télévisées et des jeux électroniques – et contraste avec leurs usages concrets de postes multimédias devenus familiers.

7Dans un tel contexte, il convient de rappeler que l’enquête « Usages et représentations des nouvelles technologies en bibliothèques », sur laquelle se base le présent ouvrage, se proposait d’analyser les effets, les sens perçus ou projetés accordés aux techniques nouvelles pour diffuser, transmettre l’offre culturelle existante ou pour conformer de nouvelles offres, mais qu’elle concernait également d’une manière plus générale les bibliothèques publiques, leur rôle culturel au sens large et la place qu’elles occupent dans les dispositifs publics (y compris commerciaux). Pour l’heure, on connaît encore de manière incomplète la répartition entre les bibliothèques qui font coexister les collections numérisées et celles qui ne le font pas et, si l’on sait que les variations dans les modalités d’organisation et de présentation de l’offre orientent pour partie les pratiques en privilégiant certains usages et certains publics, on ne possède pas non plus d’informations précises sur le rôle exact joué par les nouvelles technologies en ce domaine. La recherche, entreprise à partir des données statistiques recueillies en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, à la BnF et en région Rhône-Alpes (Grenoble), se posait ainsi pour mission d’étudier quelques-uns des effets de cette introduction, en sorte d’esquisser quelques pistes d’analyse dans ce domaine.

8Ce faisant, la recherche ainsi engagée pour évaluer la place occupée par les nouvelles technologies n’imposait pas que l’on présuppose l’existence de ruptures radicales entre les usages anciens et actuels. C’est donc le continuum des pratiques qui a été exploré en des situations diverses et typiques – les cinq sites choisis étant très différents les uns des autres et ne permettant qu’assez peu de généralisations transversales.

  • 3 « L’Avenir : la recherche en information communication », in Actes du congrès Infocom 90, SFIC, Ai (...)

9Plus singulièrement une question traverse, et cela est inévitable, l’analyse et l’évaluation de l’action politico-culturelle : comment mettre en évidence les fondements, souvent cachés, des actes, décisions et options qui orientent tout choix opérationnel ? Tâche difficile, comme l’on sait et qui se complique encore dans le cas de l’étude des « nouvelles technologies ». Comme le souligne Serge Proulx3, les sciences sociales rencontrent quelques difficultés à penser les phénomènes sociotechniques. La présence, en ce domaine, d’une littérature scientifique moins riche et pertinente qu’ailleurs vient confirmer ce jugement.

Notes

1 Jean-Claude Passeron, Michel Grumbach, avec M. Bénard, J.-P. Martinon, M. Naffrechoux, P. Parmentier, F. Porto-Vasquez, F. de Singly, L’Œil à la page. Enquête sur les images et les bibliothèques, Paris, BPI-Centre Pompidou, 1984.

2 Que deux grosses entreprises américaines, dès la fin 1999 – elles ont été ensuite imitées –, aient offert à leurs salariés des postes informatiques à usage domestique, ne doit pas être pris pour une simple fantaisie ou largesse en une période de forte croissance économique. Le mouvement est plus profond et signale également que la cloison, encore étanche, entre mondes professionnels et mondes domestiques peut être perforée grâce aux outils électroniques.

3 « L’Avenir : la recherche en information communication », in Actes du congrès Infocom 90, SFIC, Aix-en-Provence, 1990, p. 137-144.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable