Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Préface

Roger Establet

Texte intégral

1En nous promenant des salles publiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) aux bibliothèques de Miramas et Cavaillon, avec un crochet par Grenoble, ce livre nous fait d’abord mesurer le dynamisme exceptionnel d’institutions vénérables que l’imaginaire voue volontiers au conservatisme et à la poussière. Aux rats plutôt qu’aux souris. En quelques années, l’informatique a supplanté fichiers et catalogues. Internet multiplie les ressources documentaires du stock et fait reculer les murs. Emprunts et consultations ne se limitent plus aux livres, mais s’étendent aux disques, vidéocassettes, cédéroms. Les animateurs des bibliothèques sont des acteurs dynamiques, amateurs de nouveauté – « philonéistes » disent Pedler et Zerbib avec une référence implicite à Durkheim (le fondateur de la sociologie française affectionnait le terme opposé de « misonéistes », « ennemis de la nouveauté », dont il constatait la présence fréquente dans les institutions scolaires). Bibliothécaires et documentalistes nous entraînent dans les tourbillons de la révolution numérique, du multimédia et de l’iconosphère.

2Nouveaux médias, nouvelles médiations : les temps semblent mûrs pour le renouvellement des publics, le partage des savoirs et les communications sans frontières. Le village planétaire devient une cité interactive, par la grâce des nouvelles technologies.

3D’instinct, le sociologue se rebiffe. Ce spécialiste de l’hic et nunc se méfi e des utopies bordées de roses, surtout passablement anciennes et défraîchies (fi n annoncée de l’échec scolaire, disparition des mandarinats, égalisation instantanée des chances…). Le numérique, certes… Encore faut-il en dénombrer les usagers et les usages. Ce n’est certes pas du « misonéisme » professionnel. À pratiquer l’enquête, les sociologues n’ont pas été les derniers à incorporer les technologies de l’information dans leurs pratiques quotidiennes : consultation à distance des bases de données, logiciels de statistiques, analyses textuelles, transcription vocale des entretiens. On voit bien, à en juger par l’aisance avec laquelle ils traitent des questions ouvertes comportant des dizaines de réponses différentes, que Pedler et Zerbib sont des familiers et des passionnés des technologies de pointe.

4Pas question, pour eux, de nier l’intérêt des innovations, ni de les déplorer. Mais il y a un monde entre le constat de changements réels et la prophétie de l’avènement d’un monde social et culturel renouvelé d’un seul coup et de fond en comble. Ce serait oublier la force des structures et la complexité des temps historiques : à l’heure des nouvelles technologies, les « anciennes » se renouvellent et les « archaïques » se perpétuent. Ce serait oublier, aussi et surtout, les acteurs qui peuvent faire des technologies proposées des utilisations timorées ou audacieuses, plier les innovations à des usages anciens, choisir ou rejeter. Du coup, il est nécessaire de questionner avec précision un très grand nombre de personnes, non par passion des grandes lignes, mais, tout au contraire, par respect de la variété et de la variation. À contre-courant des modes, Pedler et Zerbib ont mis au cœur de leur investigation une enquête extensive très lourde (2 343 personnes interrogées sur les 5 sites).

5L’enquête mesure en première analyse la force des clivages sociaux, déjà repérés par des enquêtes nationales. Dans tous les sites, l’appartenance à un milieu social supérieur ou la possession de diplômes universitaires sont associées à une plus grande familiarité des instruments et technologies de l’information. Ce sont aussi les plus forts lecteurs qui font les usages les plus variés. Dans l’observation rapprochée des explorations du cédérom Michel-Ange, les trajectoires « lettrées » se distinguent nettement des autres. Autant d’indices qui montrent que les nouvelles technologies ne sont pas des thaumaturges sociaux. Pour autant, Pedler et Zerbib sont assez attentifs à leurs données pour se refuser à voir dans l’usage des nouvelles technologies « une pratique culturelle de plus » déterminée strictement, dans son ensemble et son détail, par les mêmes facteurs sociodémographiques que les visites de musée ou la fréquentation des concerts. La lecture des tableaux statistiques ne s’épuise pas dans l’énoncé « des grandes tendances » : si le sociologue est contraint au « tableau », c’est bien que, dans la réalité sociale même, la règle ne s’énonce pas sans les exceptions. Or, à y regarder de près, les « nouvelles technologies » forment un ensemble plus disparate que le terme ne le suggère. Les auteurs ne se limitent pas à la lecture des simples corrélations, prises une à une, avec les variables sociologiques « classiques » (appartenance sociale, diplôme, sexe, âge) qui vont toutes dans le même sens. Ils s’intéressent aux combinaisons des usages. Un des points les plus significatifs, établi par le questionnaire et illustré par les entretiens, est la variété des univers où les enquêtés intègrent les nouvelles machines : le cybermonde (Pedler et Zerbib ont rencontré quelques prophètes), mais parfois aussi les seules contraintes du bureau ; pour les uns, l’ordinateur évoque le fax et pour d’autres, le livre ou les revues, ou les disques ; pour certains même, qui se plaisent à télécharger avec précision des logiciels dont ils ne se servent pas et qu’ils offrent à des amis, l’exploration s’apparente à une variante modernisée du bricolage. Sans oublier les « cumulards », les « attentistes » et « les abstentionnistes ».

6La déformation professionnelle a attiré spécialement mon attention sur les pratiques paradoxales des étudiants. On ne s’étonnera pas qu’ils soient plus familiers des ordinateurs que les autres lecteurs. Le professeur, même retraité, ne se félicitera jamais assez de l’usage principalement documentaire et bibliographique que « ses » étudiants font des instruments mis à leur disposition dans les bibliothèques. Rien, jusque-là, qui ne se conforme à la déontologie universitaire et aux attentes du sociologue de la culture. Mais voici qui est plus surprenant. Et donc plus instructif.

7« Contrairement aux autres fractions d’usagers des bibliothèques de l’enquête, les étudiants (sur le site de la BnF) ne se contentent pas de jouer sporadiquement aux jeux vidéo, puisqu’ils se montrent très nombreux à déclarer en faire un usage majoritaire à domicile : 44 % des étudiants utilisent ainsi leur ordinateur domestique principalement à des fins ludiques, contre seulement 19 % des actifs et assimilés. On sait que le marché des jeux vidéo constitue l’un des secteurs les plus en pointe de l’informatique puisqu’il engendre de très nombreuses innovations dans les modes de programmation… En privilégiant fortement les logiciels qui émanent de ce secteur, les étudiants de nos échantillons accordent, comme dans le domaine des séries télévisées, une attention toute particulière aux productions les plus récentes de l’offre multimédia en son versant ludique. »

8À la bibliothèque, la consultation, empreinte de sérieux professionnel – on note tout de même quelques escapades interdites vers les amis, grâce au courrier électronique –, est orientée par un habitus lettré ; à la maison, l’étudiant entraîne son ordinateur dans des domaines qui sont à l’opposé des pratiques « cultivées ». Les étudiants des années soixante mêlaient à plaisir le jeu et le sérieux. Les technologies modernes se sont insérées dans un monde estudiantin profondément renouvelé. L’alternance des usages évoque la vie professionnelle ordinaire (distinction des espaces et des temps, du travail et des loisirs) bien plus que la vie de bohème et constitue un indice précieux sur l’évolution de la condition étudiante, évolution qu’il serait bien naïf d’attribuer à l’action directe des « nouvelles technologies ».

9Entretiens et questionnaires marquent la place occupée dans les usages par la sociabilité familiale et amicale. Bien loin que les internautes de l’enquête soient tous entraînés vers les rivages de la société virtuelle en dialoguant avec des inconnus, l’un des charmes le plus souvent reconnus aux ordinateurs consiste dans le renforcement des liens sociaux réels par l’échange de courrier, la pratique de jeux à distance, le partage de logiciel, la communication de disques, la transmission de photos. Dans l’un de ses séminaires, relativisant la capacité pour Internet d’engendrer ex nihilo des liens sociaux, Pierre Bourdieu montrait à quel point la Toile était investie par des personnes déjà engagées dans des sociabilités fortes et organisées, qu’il s’agisse de militants, de pratiquants amateurs ou de collectionneurs. Pedler et Zerbib nous offrent le plaisir rare d’assister en direct à une rencontre entre la sociologie savante et la sociologie spontanée. À Louise, 68 ans, aide-soignante à la retraite, son petit-fils a fait avec perspicacité l’éloge d’Internet :

10« Je m’intéresse aux roses anciennes et il m’a expliqué qu’avec ça, je pourrai me mettre en contact avec des cercles de collectionneurs anglais. C’est vrai qu’il pourrait m’aider pour m’en servir et pour écrire en anglais et, paraît-il, j’aurais des réponses très vite… Mais je crois que c’est assez cher, alors, je vais continuer à lire mes revues pour le moment… »

11On reconnaîtra sans peine, dans cette enquête, l’inspiration et les impulsions données par Jean-Claude Passeron, notamment dans ses textes incontournables sur la lecture. Pour qui s’intéresse au développement de la sociologie, ce texte fera comprendre la valeur heuristique de l’épistémologie austère et exigeante du Raisonnement sociologique qui préside à la conception et à l’exploitation de l’enquête. Un exemple l’illustre à merveille, que nous laisserons méditer au lecteur le moment venu : il y a dans ce livre une petite, mais bien précieuse, découverte (disons seulement qu’elle concerne la mobilité géographique). Forts de l’enseignement de Passeron, Pedler et Zerbib se gardent bien d’en donner une interprétation généralisante ou de l’énoncer sous forme d’une « loi » sociologique. Ce n’est pas seulement de la modestie ou de la simple prudence. C’est au contraire une ouverture bien formulée sur de nouvelles investigations. Si l’on veut poursuivre jusqu’au bout la piste ouverte par ces premiers constats, rien ne sert de les clore par des propositions générales, il faut multiplier les contextes et donc reprendre le chemin inventif des enquêtes.

Auteur

Professeur émérite de sociologie (LAMES, MMSH, université de Provence).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access