Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Conclusion

Texte intégral

Les publics de la BPI hier et demain

  • 1 B. Lahire, Tableaux de familles, Gallimard-Seuil, 1995, p. 31 et 32.

1« Il ne faut, ainsi, jamais oublier que ce sont des êtres sociaux concrets qui entrent dans des relations d’interdépendance spécifiques et non des “variables” ou des “facteurs” qui agissent dans la réalité sociale. Il ne faut pas perdre de vue non plus que les abstractions statistiques (les critères que l’on retient comme indicateurs pertinents de réalités sociales) sont toujours à contextualiser. (...) Tous ceux qui pratiquent l’enquête par questionnaire savent que les informations produites dans ce cadre sont ambivalentes, ambiguës et, parfois, assez vagues. Les traits, propriétés, caractéristiques, extraits des formes de la vie sociale, sont toujours à recontextualiser si on veut pouvoir donner un sens sociologique aux corrélations statistiques1. »

  • 2 De la bibliothèque au droit de cité, op. cité. F. de Singly, Les Jeunes et la lecture, ministère d (...)

2Les analyses qui précèdent ne prétendent pas dresser à elles seules le bilan de l’expérience culturelle de la BPI. Elles ne constituent en fait qu’un aperçu télescopique de la façon dont cet établissement a été investi et reçu par les usagers. Les statistiques sont des outils d’investigation souvent trop frustes pour rendre compte avec précision et en profondeur des effets exercés par une médiathèque sur son audience ; la comptabilité des entrées, l’approche quantitative des catégories d’usagers touchées ne suffisent pas pour faire toute la lumière sur cette question. L’impact socioculturel d’une institution de ce type — impact sur les différents groupes sociaux, influence exercée sur les individus — est un phénomène complexe, difficile à cerner, qui gagne à être observé au microscope. De récents travaux de recherche en ont fait la preuve, au moyen notamment d’entretiens approfondis, d’observations centrés sur une population réduite ; qu’il s’agisse de mettre en évidence comment une bibliothèque peut contribuer à l’élaboration de l’identité culturelle des individus mais, également, de quelle façon elle peut participer à la construction ou à la reconstruction de leur identité sociale, voire politique2.

3Pour revenir au présent rapport, le bilan que nous pouvons faire des nombreuses statistiques recueillies sur près de vingt ans n’est pas d’une seule teinte. Les étudiants, certes, occupent massivement le terrain, mais on a vu que leurs profils sociaux et leurs usages, dans le contexte socioéconomique actuel, ne légitimaient pas certaines appréciations négatives en termes de monopolisation ou d’occupation abusive ; la BPI, ne l’oublions pas, apporte ainsi sa pierre à l’édifice de la formation culturelle de très nombreux étudiants.

  • 3 Ce raisonnement, nous l’avons vu, ne tient pas pour les cas particuliers.
  • 4 Selon une enquête SOFRES réalisée à l’échelon national auprès d’individus âgés de plus de 15 ans, (...)

4Avancer par ailleurs que la situation des usagers non-étudiants et non-scolaires se soit totalement détériorée au fil du temps en matière de fréquentation n’est pas non plus tout à fait justifié. Ainsi, même si la tentation est grande, il ne faut pas faire de la BPI le « sanctuaire » ou le refuge qu’elle n’a jamais été si l’on raisonne pour le plus grand nombre3. Les étudiants n’ont pas purement et simplement chassé de l’enceinte de la bibliothèque des légions d’ouvriers ou d’autres catégories d’usagers peu dotés en capitaux de toutes sortes (capital culturel tel que les diplômes, mais aussi économique, social...). Ces derniers d’ailleurs se seraient-ils plus manifestés si la pression étudiante avait été moins forte ? Nul ne peut l’affirmer avec certitude. Le fait est que dans les bibliothèques municipales, par exemple, où les étudiants sont moins représentés qu’à la BPI (même s’ils apparaissent en nombre dans les fichiers ou les espaces), la structure sociale des publics n’a pas été radicalement transformée au cours de ces dernières années au point que les milieux populaires y soient désormais beaucoup plus présents4.

5La situation de ceux qui fréquentent la BPI sans être étudiants ni scolaires, et surtout de ceux qui déclarent ne fréquenter que cette bibliothèque, est malgré tout préoccupante. Si 17 % des étudiants étaient des usagers exclusifs de l’établissement, selon l’enquête réalisée en 1995, pas moins de 34 % des usagers non-étudiants et non-scolaires étaient dans cette situation à la même époque (29 % des cadres et professions intellectuelles supérieurs, 39 % des employés, ouvriers, artisans et commerçants). Pour ces usagers monofréquenteurs (tout de même 7,5 % de l’échantillon total, soit 750 personnes par jour), il est évident que l’accès à la BPI reste primordial, quelles que soient d’ailleurs les raisons qui les poussent à fréquenter cet établissement. Il y a donc fort à parier que pour beaucoup d’entre eux toute entrave, quelle qu’elle soit, est susceptible de déboucher sur un abandon pur et simple de la pratique et, par conséquent, de contribuer à aggraver dans certains cas des processus de décrochement culturels déjà amorcés.

6Enfin, le recul des effectifs scolaires présents dans l’établissement est lui aussi préoccupant, même s’il est plus discret et suscite moins de débats. Le fait que la BPI ne participe plus autant que par le passé à la socialisation culturelle précoce de ses usagers risque peut-être, en effet, de renforcer le processus de « fonctionnalisation » et d’instrumentalisation des collections décrit plus haut. La découverte de la bibliothèque sur le tard, à l’occasion des travaux à réaliser dans le cadre de la scolarité supérieure, incite moins facilement les jeunes usagers à se laisser « dériver », pour reprendre une expression employée par Jean-François Barbier-Bouvet, en dehors du cadre bien balisé de l’effort à produire pour ses études. Un renversement de perspective s’impose d’ailleurs en ce qui concerne le — ou plutôt les — sens de l’articulation offre/appropriation à la BPI. En effet, cet établissement au fil du temps a sans doute contribué, malgré lui ou de manière non délibérée, à adapter une partie de son offre documentaire à son public étudiant. Issue d’un projet et d’une réflexion centrés sur une politique de lecture publique cherchant à s’adresser au plus grand nombre en satisfaisant tout le monde (quadrature du cercle...), la BPI, dans certains secteurs, s’est rapidement trouvée confrontée à la réalité d’une demande étudiante pressante, pour ne pas dire exigeante. Il est possible ainsi que demande et offre se soient conjointement influencées et aient contribué à se renforcer l’une l’autre (ce qui pourrait également expliquer le fait que l’appropriation étudiante de la BPI ait été si forte dans certains secteurs).

  • 5 Proposant une offre nécessairement réduite (environ 60 000 références), sur une surface réduite (6 (...)

7A la fin du mois de janvier 1997, la BPI a célébré ses vingt ans d’existence. Quelques mois plus tard, le 29 septembre, elle a provisoirement fermé ses portes au public avant de les rouvrir partiellement, le 19 novembre, à quelques pas du parvis Beaubourg, rue Brantôme, dans le quartier de l’Horloge5. Bien que temporaires, cette fermeture partielle et ce transfert vont durer deux ans. La bibliothèque ne réintégrera son giron que le 31 décembre 1999, à l’issue du réaménagement et de la reconfiguration de l’ensemble des espaces dévolus aux différents départements du Centre. D’une certaine façon, on peut dire qu’après travaux la BPI devrait rester inchangée. Une partie des principes fondateurs qui ont assuré son franc et massif succès continueront de l’animer : « Tout, pour tous publics », c’est-à-dire une collection encyclopédique de documents multimédias en libre accès et gratuits, des jours et des horaires d’ouverture étendus.

8Semblable... et tout autre à la fois, dans la mesure où certaines de ses caractéristiques initiales ayant été modifiées (celles qui concernent notamment son environnement traditionnel, sa localisation précise dans le Centre, certains services et documents particuliers...), elle se présentera au public sous un nouveau visage. Entre-temps, le paysage alentour aura, lui aussi, subi de profondes transformations, « Haut » et « Rez-de-jardin » de la BNF auront été ouverts au public. Il restera alors à évaluer, de nouveau, comment l’expérience culturelle BPI se perpétue du côté des usagers.

Notes

1 B. Lahire, Tableaux de familles, Gallimard-Seuil, 1995, p. 31 et 32.

2 De la bibliothèque au droit de cité, op. cité. F. de Singly, Les Jeunes et la lecture, ministère de l’Education nationale (Dossiers éducation & formations), n° 24, janvier 1993. C. Poissenot, Les Adolescents et la bibliothèque, BPI-Centre Georges Pompidou, 1997.

3 Ce raisonnement, nous l’avons vu, ne tient pas pour les cas particuliers.

4 Selon une enquête SOFRES réalisée à l’échelon national auprès d’individus âgés de plus de 15 ans, 37 % des étudiants interrogés déclaraient fréquenter ce type d’établissement (26 % déclarant y être inscrits). Voir « Usagers et usages », op. cité.

5 Proposant une offre nécessairement réduite (environ 60 000 références), sur une surface réduite (600 m2), pour une capacité d’accueil divisée par 3 (600 places de travail).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access