Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Troisième partie. Intentions de visite, filières d’usage et appréciations des usagers

Texte intégral

Des visites de plus en plus motivées

Visites intentionnées et visites sans motifs particuliers

  • 1 « Passivement », au regard de l’offre proposée par la BPI. Si 4 4 % des visiteurs venus sans idée p (...)

1De 1982 à 1995, la proportion d’usagers interrogés déclarant s’être rendus à la BPI le jour de l’enquête sans motif particulier a chuté de 10 points. Il est question ici des usagers qui se sont déplacés « sans idée préalable » (Q. 07), ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’ils n’ont fait que déambuler dans les espaces de consultation de la bibliothèque ou y séjourner « passivement1 ». Un usager sur cinq environ était dans cette situation en 1982 (on enregistrait à cette époque 3,5 % de non-réponses : ce qui permet de supposer que la proportion de visites sans idée préalable était sous-évaluée) ; ce n’était plus le cas que d’un usager sur dix en 1995.

2Les différences sont parfois saillantes entre les visiteurs « intentionnés » et les visiteurs « sans motif particulier ». Tout laisse à penser que le motif de visite est lié aux caractéristiques sociales des usagers ainsi qu’aux usages de la bibliothèque. Pour ce qui concerne les traits les plus marquants entre les deux populations d’usagers, on retiendra que les étudiants étaient sensiblement moins représentés que les autres catégories parmi les « sans idées préalable » en 1995 (on comptait 66 % d’étudiants, 6 % de scolaires et 27,5 % « d’autres usagers » chez ces derniers, contre 7 3 % d’étudiants, 4 % de scolaires et 22 % « d’autres usagers » chez les visiteurs intentionnés) ; les hommes y étaient également plus nombreux (56 % d’hommes pour 44 % de femmes), alors que les femmes dominaient parmi les visiteurs motivés (44,5 % d’hommes pour 55,5 % de femmes). Ceux qui venaient sans projet particulier se distinguaient encore de ceux qui venaient avec une intention précise en tête par le fait qu’ils s’étaient moins déplacés que les autres le dimanche, jour de grande affluence (13 % contre 20 %), et par le fait qu’ils étaient plus nombreux à être entrés dans la bibliothèque à partir de 17 heures (35 % contre 23 %). Un lien existe par ailleurs entre l’absence de motivation précise et l’ancienneté, puisque 18 % des « sans motif précis » étaient venus à la BPI pour la première fois le jour même de l’enquête, contre seulement 4,5 % de ceux qui avaient un projet en tête (quatre fois moins). Ces tendances montrent bien que l’on est en présence de publics sensiblement différents (ce que l’examen des supports utilisés va confirmer) : ce qui pouvait vouloir dire qu’après avoir découvert la BPI et l’avoir visitée sans idée préconçue en 1995, on soit peut-être moins enclin par la suite à effectuer ce type de visite « désintéressée ».

3En 1995, 55 % des « sans idée préalable » avaient utilisé des livres contre 68 % des visiteurs « intentionnés » ; 18 % des premiers avaient utilisé des journaux contre 9 % des seconds ; 9 % avaient visionné des films vidéos contre 2 % des « intentionnés » ; enfin, 10 % déclaraient avoir écouté le jour de l’enquête un disque ou un document sonore contre 3 % seulement des visiteurs « intentionnés ».

Travailler sur ses propres documents

  • 2 Plusieurs réponses étant possibles à la question relative aux intentions de visite, ceux qui déclar (...)
  • 3 « L’expérience et l’image des BM », SOFRES/BPI/DLL, 1997.

4Les visites à la BPI sont, par conséquent, de plus en plus motivées. Sur ce point, le changement le plus significatif en 1995 concerne le fait d’avoir fait le projet de venir travailler sur ses propres documents à la bibliothèque. La progression arithmétique de ce motif de visite est éloquente : ses suffrages ont triplé par rapport à 1982 et doublé par rapport à l’avant-dernière enquête. Ce motif de visite recueillait en effet 9 % des suffrages en 1982, 16,5 % en 1988, et 31 % en 19952. Un tel phénomène n’est pas spécifique à la BPI, il est observable à des degrés divers dans la plupart des bibliothèques de lecture publique ou universitaires françaises. Ainsi, selon une enquête récente réalisée par la SOFRES, pas moins de 11 % de l’ensemble des usagers des bibliothèques municipales — et 14 % des usagers non-inscrits — déclaraient pratiquer cette activité dans ce type d’établissement3.

  • 4 Qu’il s’agisse des possibilités personnelles ou privées en terme d’espace, de capital documentaire (...)
  • 5 Le « bruit » — notion particulièrement subjective — occasionné par les déplacements incessants des (...)
  • 6 La lecture par exemple, ce « vice impuni », est une pratique qui peut être associée à d’autres acti (...)

5Nous manquons encore pour l’heure d’enquêtes approfondies consacrées à cette question. Cette enquête témoigne pourtant, à sa façon, d’une mutation relative de l’usage des bibliothèques en France, et le terme « mutation » n’est pas trop fort à partir du moment où l’on assiste à l’importation massive d’une pratique, autrefois rare, par une frange de public qui n’aurait sans doute pas autant de raisons de fréquenter une bibliothèque s’il ne pouvait justement satisfaire cette demande. Deux facteurs peuvent être identifiés pour expliquer ce phénomène. Il faut, d’une part considérer le fait que, massification des effectifs scolaires et universitaires oblige, l’ensemble des lycéens et étudiants actuels ne disposent pas du même niveau de ressources personnelles que leurs prédécesseurs pour travailler4. Il faut, d’autre part, considérer le fait que de nombreux usagers — sans qu’il soit nécessaire cette fois de s’en tenir aux étudiants stricto sensu — éprouvent le besoin d’étudier ou simplement de consulter des documents en public, plutôt que de le faire de façon isolée ; ceci, pour des raisons de stimulation et d’encadrement. Au cours des entretiens réalisés ces dernières années à la BPI, il arrive souvent ainsi que les personnes interrogées insistent sur le fait que travailler dans la bibliothèque, dans une ambiance studieuse sinon silencieuse5, permet de se livrer à une activité solitaire parfois ingrate — du moins considérée comme telle — sans pour autant se sentir coupé du monde. Cette pratique d’exposition en public évite également, aux dires des usagers, de céder trop facilement à certaines sollicitations ou sources de tentation susceptibles de détourner de la table de travail (telles que le téléphone, les visites inopinées, la proximité d’un réfrigérateur ou d’un placard à provisions bien rempli6...). Le dispositif de travail offert par la bibliothèque autorise en fait une discipline qui ne se résume pas à une forme d’autodiscipline puisqu’elle ne pourrait pas s’exercer aussi efficacement dans une situation d’isolement, au sein d’un espace propre et non partagé. C’est là, sans doute, une image inversée du travail et de l’effort intellectuel tel qu’on pouvait le concevoir autrefois, ou tel qu’on le conçoit encore aujourd’hui dans certains milieux : dans le retrait et la solitude. La co-présence impose des contraintes, que l’on choisit ou pas de respecter ; la première décision, la plus importante sans doute, consistant à faire le choix de s’installer sur la scène publique que constitue la salle de travail ou de rebrousser chemin.

6Les propos recueillis par Michèle Petit et ses collaboratrices, dans le cadre d’une enquête consacrée au rôle des bibliothèques en matière d’intégration sociale et de citoyenneté, illustrent bien à quel point ce type de pratique peut se révéler productif :

« Ça me motivait, parce que je voyais les gens autour de moi. (...) Je cherchais à me motiver à mon avis, c’est pour ça que je cherchais la bibliothèque, à travailler en groupe, j’avais envie d’être entouré. Je voulais toujours avoir ce contact avec les autres, cette motivation je la cherchais chez les autres, et pas chez moi... Là, toutes les personnes qui viennent, viennent pour travailler. »

  • 7 M. Petit et al, De la bibliothèque au droit de cité. Parcours de jeunes, BPI-Centre Georges Pompido (...)

« Au départ, je me motivais tout seul, et puis ça s’est estompé... Je recherchais à me motiver, c’est pour ça que je recherchais la bibliothèque, à travailler en groupe. J’avais toujours envie d’être entouré7. »

  • 8 Sur la socialisation secondaire et les « communautés » ou « sociétés de lecteurs », voir C. Evans, (...)
  • 9 Constances et variances, op. cité, p. 33 (c’est moi qui souligne).

7On observe ainsi que le contrôle de soi, quand on fait le choix de consulter des documents ou de travailler dans une bibliothèque plutôt que de s’isoler, résulte d’un processus de socialisation volontaire : cette pratique est par définition socialisée puisqu’elle s’opère dans un cadre social qui ne manque pas d’influencer toutes les pratiques, même les plus singulières (socialisation primaire), mais elle fait également l’objet d’une socialisation secondaire qui, pour sa part, relève de l’initiative des individus eux-mêmes8. Il ne fait nul doute que ces comportements d’étude et de travail en public, étant donné leur banalisation, doivent être sérieusement pris en compte. Ils montrent clairement que les bienfaits d’une bibliothèque ne se cantonnent pas à l’usage intensif ou extensif de la collection : le « lieu » — sous-entendu sa configuration, son climat, son ambiance — compte beaucoup. Celui-ci n’est pas une simple coquille dans la mesure où il est non seulement environné, tapissé de livres, mais où il est de surcroît fréquenté par des individus qui, souvent, satisfont à certains critères de la sociabilité livresque tels que le recueillement, la concentration, l’investissement intellectuel. Par leur attitude, ces individus contribuent en fait à produire une ambiance particulière qui donne une coloration spécifique à chaque établissement (on notera que 29 % des usagers déclaraient en 1995 venir en général à la BPI « pour son atmosphère de travail »). La bibliothèque est ainsi une source d’inspiration grâce à ses collections, mais en partie aussi grâce à l’attitude de ses usagers. En 1990, Martine Poulain écrivait déjà : « Elle (la bibliothèque) est aussi faite pour surmonter “l’anxiété d’écrire” dont parlait Michel de Certeau, sentiment que l’on pourrait généraliser en une forme “d’anxiété d’apprendre”. Soutenir chacun dans cette “anxiété”, autoriser une forme d’appui immatériel face à la difficulté, réelle ou imaginaire, de l’exercice de l’apprentissage, du rapport au savoir, n’est-ce pas aussi l’une des fonctions essentielles de la bibliothèque publique9 ? »

  • 10 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 93. Encore une fois, je rappelle qu’il ne s’agit pas ici de porter (...)
  • 11 Ces proportions, comme celles qui suivent en ce qui concerne la population de ceux qui ont eu l’int (...)

8S’être déplacé à la BPI avec l’intention de travailler sur ses propres documents sans avoir eu, lors de son séjour dans la bibliothèque, recours à ceux qu’elle met à la disposition du public tous supports confondus, pas plus qu’aux différents services (laboratoire de langues, discothèque), concernait, on l’a vu rapidement, 11 % de l’échantillon, soit plus de 1 000 personnes chaque jour en 1995. Ces « bernard-l’ermite », comme les surnommait Jean-François Barbier-Bouvet10, étaient principalement des étudiants puisque la population des usagers « autosuffisants » était constituée de 81 % d’usagers inscrits dans l’enseignement supérieur, de 9,5 % de scolaires et de 9 % « d’autres usagers11 » ; 68 % avaient moins de 25 ans. On trouvait par ailleurs un peu plus de femmes que d’hommes parmi cette population (56 % de femmes pour 44 % d’hommes) ; enfin, il faut signaler également qu’elle était composée d’individus qui résidaient plus en région parisienne et, en particulier, dans la petite couronne constituée des départements 91, 92 et 94, que la moyenne générale des usagers de la BPI (49 % des « autosuffisants » stricto sensu résidaient en banlieue, soit 9 points de plus que l’ensemble des usagers ; 48 % résidaient à Paris, soit 7 points de moins que l’ensemble des usagers).

9Alors que les pourcentages de réponse concernant les intentions de visite liées à la recherche de documents précis dont on possède les références, de même que ceux relatifs aux intentions de recherche d’informations sur des sujets sans références précises, étaient restés stables depuis 1988 (rappelons qu’ils se maintenaient à un haut niveau puisque ces motifs étaient déclarés respectivement par 42 % et 37 % de l’ensemble des usagers), on constatait un recul assez net des intentions d’usages de certains services ou supports en 1995. La proportion des intentions de visite au laboratoire de langues a été divisée par 2,5 de 1988 à 1995, celle qui concernait le visionnage d’images ou de films vidéos a été divisée par 2, « lire la presse » a été divisé par 1,7 ; autant de tendances qui ne sauraient nous étonner étant donnée la structure de notre échantillon et ce que l’on sait des pratiques étudiantes.

10On notera, pour conclure, que la priorité des motifs de déplacement est étroitement liée aux profils des usagers. Les étudiants, en 1995, étaient principalement venus dans l’intention de trouver un document dont ils possédaient la référence précise (45 %), les scolaires pour leur part étaient surtout venus pour travailler sur leurs propres documents (46 %), alors que les « autres usagers » affichaient quant à eux des motifs de visite plutôt liés au fait de trouver une information ou un sujet sans disposer de références précises (43 %). Ces derniers se montraient par ailleurs moins intéressés par le fait d’envisager de travailler sur leurs propres documents (15 %), mais affichaient en revanche des proportions plus élevées que la moyenne en ce qui concerne l’intention d’utiliser des supports ou services particuliers tels que le laboratoire de langues, les dossiers de presse et, dans une moindre mesure, la vidéo et la presse (voir tableau 34). On peut donc avancer que les étudiants, malgré les caractéristiques encyclopédiques et non spécialisées de la BPI, envisageaient plutôt la fréquentation de cette bibliothèque avec des exigences précises en matière de recherche documentaire, à l’image pour ainsi dire de leurs attentes en BU.

11Enfin, l’analyse des besoins déclarés confirme, quant à elle, les tendances évoquées précédemment : on venait, en 1995, de moins en moins à la BPI de manière désintéressée. Les besoins scolaires et universitaires avaient augmenté de 32 points depuis 1982 et les besoins personnels avaient diminué pour leur part de 7,5 points au cours de la même période.

Tableau 32
Intentions de visites de 1982 à 1995

Tableau 32Intentions de visites de 1982 à 1995

Tableau 33
Intentions de visite détaillées de 1988 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 33Intentions de visite détaillées de 1988 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 34
Intentions de visite et activité principale déclarées en 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 34Intentions de visite et activité principale déclarées en 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 35
Besoins déclarés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 35Besoins déclarés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

Supports et services utilisés

L’hégémonie de l’imprimé ?

12Nous avons évoqué une forme de « finalisation », « d’instrumentalisation » de la BPI en matière d’intention de visite et de besoins exprimés. L’analyse comparée des pratiques et des supports utilisés dans la bibliothèque montre que, dans ce domaine également, l’homogénéité domine : la prédominance des usages de l’imprimé, associée au recul de certains médias et des pratiques multimédias ou pluri-supports, entraîne une uniformisation relative des usages.

  • 12 Notons que à peine 1 % de l’ensemble des usagers interrogés en 1995 avaient déclaré avoir utilisé d (...)

13Sur ces questions, il faut souligner le fait que l’enquête 1995 s’inscrit dans le droit fil des investigations précédentes. La place matérielle, on peut sans doute ajouter symbolique, occupée par le livre dans les pratiques des usagers de la BPI est restée prépondérante. Pas moins de 74 % des personnes interrogées le jour de l’enquête déclaraient en effet avoir utilisé des livres au sens large, proportion quasiment identique à celle enregistrée en 1988. Plus précisément, 67 % des usagers avaient utilisé des ouvrages (69 % des étudiants, 56 % des scolaires, 63 % des autres usagers) et près de 22 %, soit plus d’un usager sur cinq, avaient utilisé des « usuels-papier » : dictionnaires, encyclopédies, annuaires (15 % associaient ouvrages et usuels, 7 % se cantonnaient aux usuels12). Un pourcentage aussi élevé — près des trois quarts de l’ensemble des publics ! — ne doit cependant pas nous conduire à occulter le fait que 26 % des usagers de la BPI en 1995 n’avaient utilisé aucun livre de la bibliothèque au sens large (ouvrages ou usuels), et que le tiers des personnes interrogées n’avait utilisé aucun ouvrage au sens restreint : soit tout de même 3 300 personnes chaque jour !

14Il faut bien sûr, quand on aborde ces questions, rappeler ce principe de « l’effet d’offre » à la BPI qui contribue fortement à favoriser les pratiques de l’imprimé au détriment des autres supports : on ne saurait en effet déplorer la faiblesse de certains usages sans les rapporter aux volumes, aux contenus, et aux conditions de l’offre (voir annexe 1).

  • 13 Cette estimation est calculée sur la base de 10 000 entrées quotidiennes. Sur une moyenne de 12 000 (...)

15Le nombre moyen d’ouvrages de la bibliothèque ayant été « utilisés » le jour de l’enquête — selon la formulation employée dans le questionnaire — était de 4,3 par lecteur en 1995, la médiane étant de 3 livres. Le terme lecteur est utilisé ici au sens le plus large puisque les livres se prêtent à toutes sortes d’utilisations (il peuvent aussi servir à édifier un rempart pour se protéger de ses voisins de table dans une bibliothèque publique). En matière d’usage conforme il faut rappeler, de toute façon, que la consultation d’un livre est également une notion éminemment variable : elle peut se limiter à une lecture en diagonale, à une lecture partielle, voire au simple prélèvement d’une information précise. Nos lecteurs, au sens « d’usagers ayant utilisé des livres », n’étaient donc pas systématiquement des lecteurs au sens restreint, ou au sens commun si l’on préfère. Toujours est-il qu’en appliquant cette moyenne individuelle au total des lecteurs, on obtient l’estimation de 29 000 ouvrages consultés chaque jour en 199513.

1680 % des lecteurs avaient consulté de 1 à 5 livres en 1995, 16 % de 6 à 10 ; seuls 4 % des lecteurs dépassaient la barrière des 10 livres. Ceci, alors que la durée moyenne de séjour dans la bibliothèque était tout de même assez longue, ce qui nous conduit à penser que les consultations étaient sans doute plus intensives qu’extensives.

  • 14 O. Donnat, Les Pratiques culturelles des Français, enquête 1997, La Documentation française-ministè (...)

17Il y a, pour ainsi dire, peu d’écart sur la question des usages de l’imprimé en fonction des différentes catégories sociales : les scores des étudiants sont, grosso modo, comparables à ceux des autres catégories sociales. En revanche, on observe que les femmes avaient consulté un plus grand nombre d’ouvrages que les hommes (24 % des femmes avaient consulté plus de 5 livres, contre 17 % des hommes) ce qui, sur ce point, confirme des tendances enregistrées au niveau national en matière d’usage de livres14.

1827 % des lecteurs déclaraient avoir consulté des ouvrages en langues étrangères le jour de l’enquête, en 1995 (23 % en 1988), soit près de 3 utilisateurs de livres sur 10, ce qui est loin d’être négligeable si l’on considère le fait que l’offre en ce domaine est nécessairement inférieure à l’offre en langue française (voir le graphique n° 4). Les cadres, sur ce point, figuraient toujours parmi les plus gros consommateurs (31 % des usagers situés dans cette catégorie avaient utilisé des livres en langues étrangères le jour de l’enquête) et les femmes se montraient en général plus friandes que les hommes (29 % des étudiantes contre 23 % des étudiants en avaient utilisé, 32 % des femmes situées dans la catégorie « autres usagers » contre 25,5 % des hommes issus de la même catégorie). Il est sans doute possible d’expliquer le léger différentiel existant entre étudiants et « autres usagers » par le fait que les seconds utilisaient beaucoup l’ensemble des services de la bibliothèque pour l’apprentissage des langues.

Graphique 4
Monographies : répartition des collections en fonction des langues (1997)

Graphique 4Monographies : répartition des collections en fonction des langues (1997)

19Le recours aux encyclopédies, aux dictionnaires et aux annuaires était lui aussi assez fréquent à la BPI en 1995 : un peu plus d’une personne sur cinq en avait utilisé le jour de l’enquête (5 % des consultations d’usuels avaient eu lieu à partir d’un écran). Ceci tend à montrer que la BPI, conformément à ses missions et à ses objectifs, est tout de même beaucoup sollicitée en tant que « bibliothèque de référence et d’information ».

20L’actualité — autre caractéristique saillante de la BPI —, saisie notamment à travers la presse et les revues, fait également partie des champs d’intérêt et de préoccupation de nombreux usagers. Dans l’ensemble, en 1995, la presse était consultée par 10 % des usagers et les revues par 12 % d’entre eux. En général, les périodiques récents avaient la faveur du public (voir le récapitulatif p. 116).

21Sachant que certains avaient consulté à la fois presse et revues en 1995, le pourcentage d’usagers ayant utilisé des périodiques atteignait 19 %. Il serait toutefois souhaitable de pouvoir s’aventurer au-delà de ce constat afin de distinguer plus précisément de quel type d’actualité il pouvait être question ici : artistique, politique, scientifique ou plus simplement événementielle... (une analyse détaillée, titre par titre, serait d’un grand secours sur ce point). On notera, pour conclure, que les revues du secteur « 3 » (droit, économie, sciences sociales) dominaient nettement dans l’échelle des consultations. Faut-il voir là une conséquence du volume et de la qualité de l’offre BPI dans ce domaine ? La relative concordance entre le taux d’usage par secteur et la répartition des collections par secteur (voir ci-dessous) laisse à penser qu’il existe une articulation entre offre et demande ; la question à laquelle il faudrait pouvoir répondre c’est de savoir si c’est l’offre qui a contribué à structurer la demande, ou si c’est la demande qui a contribué à structurer l’offre en ce domaine...

Presse : taux d’utilisation par types

Presse : taux d’utilisation par types

Revues spécialisées : taux d’utilisation par type et par secteur BPI (plusieurs réponses possibles)

Revues spécialisées : taux d’utilisation par type et par secteur BPI (plusieurs réponses possibles)
  • 1 Proportion calculée pour 1995 sans la classe « 0 » (Presse, documentation, généralités...). Par ail (...)

Note*1

22Pour résumer, on observe que l’imprimé se trouvait en situation hégémonique en matière d’usage à la BPI, puisque le cumul des pratiques le concernant faisait que 79 % des personnes interrogées en 1995 avaient utilisé des documents relevant de la catégorie « texte ». N’oublions pas encore une fois, avant de tirer des conclusions hâtives et de crier à la victoire du livre sur les autres médias, que notre échantillon était principalement composé d’étudiants : il s’agit là, en règle général, d’une population aux moeurs studieuses et aux pratiques livresques par excellence, surtout parmi ceux qui sont inscrits dans les filières « lettres et sciences humaines », très nombreux à la BPI, on l’a vu.

  • 15 Confirmation des tendances enregistrées en ce qui concerne les intentions de visites (cf. supra).

23Si l’on examine la situation des autres médias et services (laboratoire de langues, vidéo, images), le recul des pratiques était très net en 199515 : le pourcentage d’utilisation de la vidéo avait été divisé par trois de 1982 à 1995, celui des images par cinq. Seule l’écoute musicale ou de documents sonores divers (sur disques, CD, cassettes, vidéodisques, cédéroms... hors laboratoire de langues) semblait avoir résisté, mais le taux de pratique était cela dit inférieur à 5 %. Enfin, l’usage de logiciels dans l’espace logithèque ouvert en 1988 n’était le fait que de 1 % des usagers le jour de l’enquête et de 4 % lors d’une précédente visite.

24Du fait de la faiblesse des pourcentages dont nous disposons, on conviendra que les analyses se doivent d’être limitées en matière de pratiques non livresques. Encore une fois, il faut reconnaître que notre outil d’enquête, étant donné la grosseur des mailles du filet et la structure socioprofessionnelle des publics qui le composent, n’est plus aussi bien adapté pour une étude minutieuse et détaillée de l’ensemble des supports et services à la BPI. Ainsi, moins de 100 personnes dans notre échantillon avaient déclaré avoir visionné un film vidéo le jour de l’enquête en 1995. Parmi celles-ci, les trois quarts avaient réclamé les films documentaires à un bibliothécaire dans un bureau d’information et un quart environ avaient déclaré avoir visionné le film alors qu’il était déjà en cours de projection. Si l’usage extensif de la vidéo a diminué à la BPI, selon les chiffres de l’enquête 1995, il convient de rappeler que les usagers qui appréciaient et apprécient encore ce type de support en font généralement un usage intensif : il était encore fréquent, avant la fermeture, de constater que certains usagers assidus, bien connus des bibliothécaires, s’installaient parfois quotidiennement plusieurs heures d’affilée pour visionner quatre ou cinq cassettes.

25Enfin, 8 % d’usagers avaient déclaré en 1995 avoir eu recours au service des bases de données (service payant d’interrogation de bases de données), soit une proportion considérable. Mais, contrairement aux autres questions concernant les usages, celle qui avait trait aux bases de données était relativement indéterminée puisqu’elle était à la fois synchronique et rétrospective (voir questionnaire en annexe, Q. 26).

Tableau 36
Supports et services utilisés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 36Supports et services utilisés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)

(Livres 74 % : 67 % ouvrages + 1 % usagers exclusifs d’usuels-papier.)

L’usage des photocopieurs

26En 1995, le taux d’usage des photocopieurs était à la hausse comparativement à 1988. Un usager sur quatre déclarait avoir fait des photocopies le jour de l’enquête, contre un sur cinq environ sept ans plus tôt. La moyenne par usager ayant eu recours à ce service payant se situait autour de 22 photocopies par personne en 1995, la médiane étant de 13 photocopies. 45 % des usagers interrogés avaient, par ailleurs, fait moins de 11 photocopies, 3 % en avaient fait plus de 100.

27Les conditions d’accès à la BPI, rendues difficiles par la file d’attente, permettent sans doute d’expliquer cette augmentation. Le recours aux photocopies, dans ce type de bibliothèque, répond à différentes motivations. Il s’agit de prélever un document ou un extrait de document, qu’on ne peut pas emprunter, en vue de se l’approprier de façon définitive. Il est question ainsi de le soustraire aux contraintes imposées par la bibliothèque (contraintes d’horaire, de partage, de consultation en public que certains n’apprécient guère), de rentabiliser au maximum son séjour dans l’établissement.

  • 16 Umberto Eco évoque pour sa part une « névrose de photocopie ». De Bibliotheca, op. cité, p. 27.

28Si les photocopies autorisent une lecture et un travail différés dans un contexte spatial et temporel maîtrisé par soi, elles permettent également de satisfaire un certain goût pour l’archive. Il arrive ainsi, en cours d’entretien, que des usagers déclarent à propos de cette question éprouver le besoin « d’archiver pour archiver16 » : ils savent que les documents qu’ils ont photocopié ne seront pas systématiquement consultés, mais la maîtrise du contenant leur donne l’impression dans certains cas de maîtriser le contenu (la maîtrise du contenant est, de toute façon, un moyen terme acceptable : mieux vaut tenir que courir). La photocopie est donc une réponse concrète à des besoins matériels : besoin de reproduire un document ou un extrait de document en vue d’une réutilisation plus ou moins différée ; c’est également un procédé qui renvoie à un niveau symbolique de la pratique : besoin de posséder, de conserver... (comme certains qui achètent des livres sans les lire).

  • 17 Paradoxalement : du point de vue institutionnel. Les usagers concernés, quant à eux, n’agissent pas (...)

29Peu de temps avant la fermeture provisoire de la BPI, fin septembre 1997, les photocopieurs furent pris d’assaut par les usagers. Ceci alors que l’affluence au cours des derniers jours d’ouverture était relativement faible, de nombreux lecteurs étant persuadés que la bibliothèque était déjà fermée. Cette affluence s’explique en partie par le fait que de nombreuses personnes tentaient ainsi de préserver des documents du « sommeil des collections », du moins de la représentation qu’elles s’en faisaient ; paradoxalement, il se trouve que ces documents auraient pu, dans certains cas, être facilement consultés dans d’autres bibliothèques : en matière de culture et d’information, l’angoisse de « manquer » est un sentiment vécu avec parfois beaucoup d’intensité17.

  • 18 Dans une bibliothèque municipale traditionnelle — prêtant des documents en plus de les proposer en (...)

30Toutes les catégories sociales étaient concernées par l’usage des photocopieurs en 1995 (hormis les chômeurs qui le faisaient deux fois moins que les autres, peut-être à cause de sa tarification). On constate, en revanche, que le taux d’usage de ces appareils diminuait régulièrement à mesure que la fréquence de fréquentation augmentait : la proportion d’usagers ayant fait des photocopies le jour de l’enquête et ayant déclaré 2 à 5 visites au cours des douze derniers mois était de 32 %, celle de ceux qui avaient effectué 11 à 15 visites était de 29 %, celle de ceux qui avaient effectué plus de 20 visites était de 21 %, et celle de ceux qui déclaraient venir régulièrement « tous les jours ou presque » n’était plus que de 16 %, soit deux fois moins que les visiteurs occasionnels. Ceci tend à confirmer l’hypothèse que les photocopieurs assidus étaient ceux qui ne faisaient que des passages ponctuels et irréguliers à la BPI, les usagers fréquentant plus intensivement l’établissement éprouvant moins le besoin de faire des photocopies dans la mesure où ils allaient logiquement pouvoir retrouver les documents qu’ils convoitaient, et dans la mesure où le temps passé dans la bibliothèque, à force de visites répétées, leur ouvrait la possibilité d’une consultation intensive18.

Variations sociales de l’usage des médias et du recours aux services

31Même s’il convient de rester prudent, étant donné l’étroitesse de certains effectifs bruts recensés en 1995, notamment en ce qui concerne le recours aux médias autres que les imprimés, le croisement des taux d’usage des différents supports et services proposés par la BPI avec la position sociale permet d’avancer que :

  • Les étudiants étaient avec les cadres et professions libérales supérieurs les plus gros utilisateurs de livres (20 points d’écart les séparaient des chômeurs sur cette question) ;

  • Les scolaires étaient les plus gros utilisateurs d’usuels (12 points d’écart les séparaient des professions intermédiaires regroupées avec les employés et les ouvriers qui les utilisaient le moins) ;

  • Les professions intermédiaires regroupées avec les employés et les ouvriers étaient les plus grosses utilisatrices de presse (8 points d’écart les séparaient des scolaires) ;

  • Les chômeurs et, dans une moindre mesure, les cadres ou professions intellectuelles supérieurs, étaient les plus gros utilisateurs des revues (15 points d’écart avec les scolaires) ; il étaient également les plus gros utilisateurs de vidéo (5 points d’écart avec les étudiants), du laboratoire de langues (12 points d’écart avec les mêmes étudiants), et des documents sonores (5 points d’écart avec les étudiants et scolaires). Ces tendances nous renseignent sur le recours préférentiel à certains types de documents ou de services en fonction de la catégorie sociale. Elles ne disent rien en revanche sur la façon dont ils étaient utilisés et sur le profit qu’ils permettaient ou ne permettaient pas. Il ne faut pas faire des informations recueillies en matière de taux d’usage des livres un étalon culturel qualitatif : ce n’est pas parce que l’on ne consulte pas ou peu de livres dans une bibliothèque que l’on ne lit pas, ou que l’on occupe une position inférieure sur une échelle sociale. Il convient en effet de rappeler qu’il n’existe a priori aucune relation mécanique entre les volumes de pratique et les façons de pratiquer dans le domaine culturel.

32Parmi les étudiants interrogés en 1995, on notera que ceux qui étaient issus de la filière « lettres et sciences humaines » étaient de plus gros utilisateurs de livres que les étudiants des filières « droit », « économie » et « gestion » (76 % contre 61 %). Ils étaient également de plus gros utilisateurs d’usuels (40 % contre 17 %). En revanche, les étudiants des filières « droit », « économie » et « gestion » se montraient de plus gros utilisateurs de revues (17 % contre 8,5 % pour les étudiants de « lettres et sciences humaines » et 13 % pour les étudiants des filières « arts »), de journaux et magazines (13 % contre respectivement 6 % et 11 % pour les catégories précitées). Ces différences marquées montrent bien que la filière disciplinaire constitue une variable explicative particulièrement efficace chez les étudiants.

Tableau 37
Supports, services utilisés et PCS (plusieurs réponses possibles)

Tableau 37Supports, services utilisés et PCS (plusieurs réponses possibles)

Mode de lecture du tableau : 69 % des étudiants déclaraient avoir utilisé, le jour de l’enquête, des livres au sens restreint (monographies). Nota : toutes les PCS ne figurant pas dans ce tableau, la moyenne rappelée n’est donc pas la moyenne des catégories exposées.

Le multimédia

33Avant d’évoquer la situation actuelle du « multimédia » à la BPI — nous faisons référence ici à la formule qui était employée au début des années quatre-vingt pour désigner l’association de différents supports ou médias par un même usager au cours d’une visite —, il convient de s’intéresser aux 15,5 % des usagers interrogés en 1995 qui déclaraient n’avoir utilisé aucun support de la bibliothèque ou n’avoir eu recours à aucun service durant leur séjour. Il faut noter, par ailleurs, qu’un tiers de ces « touche à rien », selon l’expression employée par Jean-François Barbier-Bouvet en 1986, ne s’étaient pas non plus déplacés en ayant eu l’intention de travailler sur leurs propres documents.

  • 19 Sachant, encore une fois, que cette question est tributaire du fait que l’on ne recense dans ce gen (...)
  • 20 17 % des usagers au total avaient visité l’exposition proposée par la BPI en 1995 (La Ville la nuit (...)

34En 1982 et en 1988, la proportion des « touche à rien » était respectivement de 10 % et de 14 % de l’ensemble des usagers. A ces époques, cela dit, les critères qui permettaient de définir cette population étaient sensiblement moins nombreux qu’en 1995. Ainsi, ceux qui n’avaient répondu à aucune des sollicitations expresses de la BPI lors de la dernière enquête19, étaient ceux qui n’avaient feuilleté aucun livre au sens large (usuels, dossiers de presse inclus), aucun périodique, n’avaient visionné ni microfilm, ni vidéo, ni image fixe, pas plus qu’ils n’avaient écouté de la musique ou un quelconque document sonore, sans non plus avoir eu recours au laboratoire de langues, à l’espace Logiciels, ou au service des bases de données (ces deux derniers services n’ayant pas fait l’objet de questions particulières lors des précédentes enquêtes). Malgré l’inflation des critères, il s’agissait d’environ 1 500 personnes par jour en 1995, soit 500 de plus qu’en 1982 sur la base de 10 000 entrées quotidiennes. Ces « touche à rien », au sens institutionnel du terme, auxquels il restait toutefois la possibilité d’avoir visité l’exposition de la BPI20, d’avoir simplement visité la bibliothèque (seuls 1 % des visiteurs affichaient cette intention en se rendant à la BPI le jour de l’enquête), ou d’avoir fait des photocopies n’étaient pas forcément restés immobiles, les bras croisés. Nous avons vu en effet qu’ils pouvaient avoir travaillé sur leurs propres documents (c’était le cas des deux tiers des « touche à rien », ce qui explique sans doute l’accroissement considérable de cette catégorie d’usagers en l’espace de treize ans), mais il pouvait aussi bien s’agir de personnes qui, à peine arrivées, avaient tourné les talons pour toutes sortes de raisons (erreur d’aiguillage, mauvaise première impression...).

35Parmi les « touche à rien » qui n’avaient pas non plus affiché l’intention de travailler sur leur propres documents, on ne rencontrait en 1995 « que » 64 % d’étudiants et 3 % de scolaires, pour 33 % « d’autres usagers ». Les non-étudiants étaient donc proportionnellement plus concernés par ce type de comportement, ce qui est encore plus net pour les femmes puisqu’elles couvraient, quant à elles, 61 % de cette population.

36Venons-en au multimédia. Le tableau croisé qui permet d’apprécier de quelle façon les différents supports étaient associés deux à deux par les usagers, en 1995, révèle un maigre butin (voir tableau 38). Il montre clairement que les associations les plus fréquentes concernaient les imprimés au sens large : le taux d’usage des monographies et usuels associés aux périodiques sur papier atteignait 14 %. Les associations les plus rares — pour ne pas dire inexistantes — étant, bien entendu, celles qui étaient liées aux images en général : le taux d’usage des images fixes associées aux films n’était que de 0,2 %.

  • 21 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 96 (il s’agissait en fait d’un « faux multimédia hétérogène » : le (...)

37En ce qui concerne les usages multimédias hétérogènes, c’est-à-dire « l’analyse croisée de toutes les pratiques de consultation de chacun des visiteurs de l’échantillon21 », une nouvelle baisse était enregistrée en 1995. Environ 7 % des personnes interrogées avaient associé textes, images et sons. Cette diminution était donc sensible par rapport à 1988 puisqu’elle se limitait à une baisse de 2 points ; elle était, ceci étant dit, considérable si l’on compare avec le pourcentage enregistré en 1982 qui était pour sa part deux fois supérieur (13 %).

  • 22 Je rappelle qu’en modifiant les contenus d’offre documentaire et les conditions d’accès à cette off (...)
  • 23 Jean-François Barbier-Bouvet avait montré, sur la base de l’enquête réalisée en 1982, que la tendan (...)

38Faut-il, du fait que le panachage des différents supports par les usagers était moins courant que par le passé, conclure que la BPI de la fin des années quatre-vingt-dix ne remplissait plus tout à fait sa mission22 ? Pas nécessairement. Les filières d’usages étant liées aux caractéristiques sociales des usagers, la particularité de la structure des publics de la BPI exerçait une influence considérable sur les taux de pratique étudiés, notamment, nous l’avons maintes fois répété, sur les pratiques exclusives de l’imprimé qui sont le lot commun — par nécessité plutôt que par véritable inclination — de la grande majorité des étudiants. Il faudrait, par conséquent, lors des prochaines enquêtes, s’intéresser plus précisément encore aux pratiques non étudiantes et intégrer pleinement, ce qui n’a pas été le cas pour l’enquête de 1995, la question du recours aux documents électroniques. Si les étudiants manifestaient visiblement peu d’intérêt pour les images fixes ou animées en 1995, il semble évident qu’ils tendent de nos jours à utiliser de plus en plus les documents électroniques dans le cadre de leurs travaux (ils risquent d’ailleurs d’en faire un usage encore plus intensif s’ils se diffusent dans les bibliothèques publiques). On conviendra en effet que le recours aux documents électroniques relève par définition de pratiques multimédias23.

Tableau 38
Association de supports documentaires en 1995

Tableau 38Association de supports documentaires en 1995

Mode de lecture : 14 % des usagers ayant utilisé des livres (ouvrages courants + usuels-papier) avaient également utilisé des périodiques.

Tableau 39
Association texte à texte en 1995

Tableau 39Association texte à texte en 1995

(livres = ouvrages + usuels)

Tableau 40
Association image à image

Tableau 40Association image à image

Schéma 3
Le multimédia hétérogène

Schéma 3Le multimédia hétérogène

Domaines consultés et travaillés

39L’examen des chiffres ayant trait au « hit-parade » des domaines d’intérêt des visiteurs le jour de l’enquête est à son tour l’occasion de faire apparaître des nouvelles formes de constances et de variances. Si l’on considère les domaines séparément, les « beaux-arts » (peinture, sculpture, architecture, photographie et cinéma), appréhendés sous l’angle des pratiques de consultation tous supports confondus, figuraient, en 1995 comme en 1982, en tête des déclarations des usagers. La littérature française et le droit, quant à eux, se positionnaient respectivement en seconde et troisième place (voir tableau 41).

  • 24 Le score de 1988 est en fait sensiblement inférieur à celui de 1982, mais il ne faut pas oublier qu (...)

40En effectuant des regroupements de disciplines en fonction du découpage sectoriel de la BPI — lequel repose, je le rappelle, sur la Classification décimale universelle —, le secteur « 3 » (sciences sociales, droit, économie), en progression constante depuis 198224, recueillait à nouveau le plus de suffrages et se détachait des secteurs suivants. Le secteur « 7 » (arts, tourisme, loisir), et le secteur « 5-6 » (sciences et techniques) se plaçaient en deuxième et troisième position, tout en affichant des baisses significatives (moins 5 points pour le secteur « 7 », moins 4 points pour le secteur « 5-6 » par rapport à 1982). Le secteur « 8 » (littérature, langues) et le secteur « 9 » progressaient par rapport à 1988 et retrouvaient un taux d’intérêt sensiblement égal à 1982. Enfin, le secteur « 1-2 » (philosophie, religion psychologie) affichait une progression régulière, ce qui montre que l’accroissement enregistré de 1982 à 1988 ne tenait pas simplement au fait que le fonds de psychologie venait d’y être intégré (voir tableau 42).

41Il faut sans doute considérer ces tendances, non pas à proprement parler comme un déplacement des centres d’intérêt des usagers, mais plutôt comme une conséquence supplémentaire de l’appropriation étudiante de la BPI. Nous avons déjà vu en effet que certains domaines tels que l’économie, le droit et la gestion étaient bien représentés en matière d’inscription chez les étudiants qui fréquentaient la bibliothèque en 1995 (ces trois disciplines couvraient, à elles seules, près des trois quarts des déclarations relatives aux domaines d’inscription, voir tableau 17). En ce qui concerne la baisse de consultation sensible du secteur « 5-6 », l’ouverture de la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette est un facteur à prendre en compte.

42Si l’on s’intéresse plus précisément aux domaines consultés par ceux qui avaient utilisé des livres, au sens restreint du terme (monographies hors usuels), on observe que les « beaux-arts » prenaient encore la première place en 1995. Le « droit », quant à lui, qui figurait jadis en septième position sur cette échelle, pointait en troisième place (c’est bien le symptôme d’un accroissement notable des publics dans ce domaine). La « musique » en revanche, qui apparaissait en seconde place en 1988, était absente du classement des huit domaines les plus cités par les lecteurs (voir tableau 44). Enfin, toujours pour les utilisateurs de livres au sens restreint, le secteur « 3 », pour ce qui a trait aux domaines regroupées par classes CDU, était encore premier alors que le secteur « 7 » n’apparaissait cette fois qu’en cinquième position (voir tableau 43).

43Les domaines consultés étaient l’objet d’investissements contrastés en fonction des profils sociaux :

  • Les « scolaires » se montraient principalement intéressés par des disciplines liées aux cursus lycéens : philosophie (7 %), mathématiques-physique-chimie (6,6 %), histoire de France (6,4 %), et beaux-arts (5,4 %) (voir tableau 46) ;

  • Les étudiants étaient prioritairement intéressés par les beaux-arts (9,5 %, soit un étudiant sur 10), le droit (7,2 %), la littérature française (7,2 %), l’histoire de France (6,1 %) et l’économie (5,3 %) ;

  • Les « autres usagers », concentraient leur attention sur la littérature étrangère (8,1 %), la littérature française (7,8 %) et les beaux-arts (7,5 %). La BPI possédait donc en 1995 un « public des arts » important ; ceci, quelle que soit la catégorie sociale des usagers concernés (en tout cas si l’on se réfère à un découpage élémentaire des profils sociaux en trois catégories).

44En 1995, contrairement aux enquêtes précédentes, le questionnaire prévoyait, avant même l’examen support par support des différents domaines consultés, une question spécifique consacrée aux sujets sur lesquels les usagers déclaraient avoir travaillé en général : c’est-à-dire quels que soient les supports utilisés, voire même sans qu’un support de la bibliothèque n’ait été utilisé le jour de l’enquête, ce qui bien sûr pouvait être le cas de ceux qui n’avaient fait que travailler sur leurs propres documents (que ces documents leur appartiennent en propre, ou qu’ils leur appartiennent après avoir été la propriété de la bibliothèque : photocopies).

45L’écart enregistré entre les deux dimensions — domaines consultés d’une part, domaines travaillés de l’autre (voir les deux dernières colonnes du tableau 42) — était constamment favorable à la seconde, ce qui montre bien que les activités de travail à la BPI excédaient les pratiques de consultation de document. Une seule exception venait contredire cet agencement : les chiffres de consultation du secteur « 7 » étaient supérieurs en 1995 aux chiffres concernant les domaines travaillés, ce qui peut s’expliquer par le fait que, dans ce secteur, les documents étaient plus facilement consultés « gratuitement » : par plaisir ou simple curiosité (je rappelle au passage que le « public des arts » de la BPI était celui qui avait la base sociale la plus large).

Tableau 41
Domaines consultés par supports en 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)

Tableau 41Domaines consultés par supports en 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)

Tableau 42
Domaines consultés tous supports confondus regroupés en fonction des secteurs BPI de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)

Tableau 42Domaines consultés tous supports confondus regroupés en fonction des secteurs BPI de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)

Nota : en 1982, la psychologie fait partie du secteur « Sciences sociales » ; à partir de 1988, elle est intégrée au secteur « Philosophie et religion ».

Tableau 43
Domaines consultés regroupés en fonction des secteurs BPI par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres en 1988 et en 1995

Tableau 43Domaines consultés regroupés en fonction des secteurs BPI par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres en 1988 et en 1995

Tableau 44
Livre : classement des domaines consultés en 1988 et en 1995

Tableau 44Livre : classement des domaines consultés en 1988 et en 1995

Tableau 45
Domaines consultés par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres de la BPI en 1988 et en 1995 (liste complète)

Tableau 45Domaines consultés par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres de la BPI en 1988 et en 1995 (liste complète)

Tableau 46
Domaines consultés et activité principale déclarée en 1995

Tableau 46Domaines consultés et activité principale déclarée en 1995

Le recours à la médiation

46Un indicateur supplémentaire est resté stable depuis l’enquête de 1982 : celui qui concerne le fait de s’être adressé au personnel le jour même de l’enquête. Un quart des usagers était dans cette situation en 1995, et pas moins des deux tiers si l’on tient compte des visites précédentes. Ceux qui ne s’étaient jamais adressés au personnel, ni le jour de l’enquête, ni au cours d’une visite antérieure, représentaient un tiers de l’échantillon. Ces usagers affichaient, par ailleurs, un niveau d’étude sensiblement égal à la moyenne, ce qui montre que « l’évitement » du personnel de la bibliothèque pouvait sans doute être considéré comme un signe d’autonomie plutôt que comme un signe de défaillance à proprement parler.

  • 25 Microfilms et microfiches (les premiers étaient consultés par 3 % des usagers en 1995).

47Toutes sortes de raisons peuvent conduire les usagers d’une bibliothèque à entrer en contact avec le personnel. Il faut préciser que ces raisons ne sont pas toutes systématiquement liées au fait d’être « égaré » dans l’établissement ou dans ses recherches (au sens littéral comme au sens intellectuel). Ainsi, 55 % de ceux qui étaient entrés en contact avec le personnel en 1995 — que ce soit le jour même de l’enquête ou au cours d’une visite précédente — souhaitaient obtenir un document : on ne doit pas oublier en effet que l’accès à certains documents à la BPI nécessite parfois l’intervention des personnes postées dans les bureaux d’information (c’était le cas en 1995 pour la plupart des vidéos, l’ensemble des microformes25, pour certains annuaires ou imprimés qui étaient regroupés dans les bureaux hors d’atteinte du public). Il reste que la grande majorité de ceux qui s’étaient adressés au personnel le jour de l’enquête ou au cours d’une visite précédente — soit 80 % de l’échantillon — l’avaient fait pour « demander un renseignement » : c’est-à-dire pour s’orienter dans la bibliothèque ou en dehors de la bibliothèque (vers d’autres établissements éventuellement), pour demander de l’aide dans le cadre d’une recherche bibliographique, voire dans un tout autre domaine (les interactions usagers/bibliothécaires portent sur des thèmes extrêmement variés, parfois surprenants, qui peuvent dépasser facilement le cadre prévisible de ce type de relation).

48Le dispositif de la BPI étant essentiellement conçu pour faire en sorte que la médiation soit facultative, il ne faut pas s’étonner si un quart seulement des usagers étaient entrés en contact avec le personnel le jour de l’enquête. En revanche, la stabilité quasi parfaite de ce pourcentage sur le long terme est plus surprenante : elle représente peut être, à sa façon, la butée au-delà de laquelle on ne peut aller dans un système de libre accès tel que celui pratiqué dans cet établissement.

  • 26 A cette date, je rappelle que le catalogue était proposé aux usagers sous une forme imprimée.

49L’enquête réalisée en 1995, contrairement à celle de 198226, montrait que le taux d’usage du catalogue était supérieur au taux de recours au personnel. Ainsi, 30 % de l’ensemble des personnes interrogées en 1995 avaient consulté le catalogue informatique ; c’était le cas de 33,5 % des étudiants, ce qui les positionnait parmi les plus coutumiers de ce type de médiation instrumentale (les scolaires étant les moins pratiquants : 17 %). Les étudiants figuraient également parmi les moins assidus en matière de recours au personnel, ce qui montre que leur intérêt pour le catalogue informatisé était sans doute un signe d’affranchissement et d’autonomie en matière de recherche documentaire (voir tableau 47). Peu de différences significatives apparaissaient en 1995 si l’on croisait le fait de s’être adressé au personnel avec le niveau de diplôme (voir tableau 48). C’était loin d’être le cas, en revanche, en ce qui concernait la consultation d’un écran d’ordinateur. On constate en effet que plus le niveau de diplôme augmentait et plus fort était le taux d’usage des écrans en général ; à l’opposé, plus faible était le niveau de diplôme, et plus forte était la proportion de ceux qui n’avaient consulté des écrans que pour s’orienter dans la bibliothèque. Le capital socioculturel des usagers, appréhendé à travers le niveau de diplôme, ne jouait donc pas le rôle d’une variable explicative en matière de médiation humaine, ce qui était loin d’être le cas en matière de médiation instrumentale et technique : l’intérêt, l’envie, la capacité de recourir à ce type d’outil (en résumé les dispositions sociales) étant, semble-t-il, étroitement corrélées au niveau d’étude.

Tableau 47
Recours à la médiation en 1995

Tableau 47Recours à la médiation en 1995

Tableau 48
Recours à la médiation et niveau de diplôme en 1995

Tableau 48Recours à la médiation et niveau de diplôme en 1995
  • 2 Le jour de l’enquête ou au cours d’une visite précédente.

Note*2

Appréciations des usagers

50En matière de représentations, et plus précisément d’appréciations des usagers, nous nous en tiendrons ici aux questions qui concernaient en 1995 la façon dont les individus évaluaient les conditions d’accès aux documents (à travers les recherches qu’ils avaient éventuellement effectuées), ainsi qu’au jugement global qu’ils portaient sur la bibliothèque sur la base de leur visite le jour même de l’enquête ou à partir de leurs expériences antérieures.

Accéder aux documents ou aux informations convoités

51En 1995, un usager sur dix seulement déclarait ne pas avoir trouvé les documents qu’il avait cherchés ; 8,5 % d’entre eux se déclaraient par ailleurs insatisfaits des informations trouvées (question 10). Il est clair, par conséquent, que la BPI répondait favorablement à la plupart des sollicitations qui lui étaient adressées (que ce soit en intégralité ou partiellement) ; dans le cas contraire, un usager sur deux environ s’était mis en quête de quelque chose d’équivalent s’il n’avait pas obtenu ce qu’il désirait.

  • 27 Cette question engendrait 11 % de non-réponses en moyenne. On a tout lieu de penser en fait que c’e (...)

52Au total, pas moins des deux tiers des usagers interrogés en 1995 jugeaient les documents d’accès facile à la BPI (15,5 % les jugeant d’accès à la fois facile et difficile, 6 % seulement les jugeant d’accès difficile27).

53Les étudiants, à première vue, figuraient parmi ceux qui s’étaient le plus « cassé les dents » dans leurs démarches. Ceci dit, les écarts entre les différentes catégories d’usagers étaient réduits : 71 % des étudiants avaient trouvé les documents précis qu’ils cherchaient, contre 81 % des scolaires, et 73 % des « autres usagers ». Les étudiants se révélaient plus nombreux en revanche parmi ceux qui n’avaient trouvé que partiellement les documents recherchés, ce qui peut avoir tendance à relativiser, d’une certaine façon, le déficit enregistré précédemment (voir tableau 49). Peu de variations significatives étaient observables en ce qui concerne le taux de satisfaction des informations trouvées, ce qui n’était manifestement pas le cas des recherches de substitution : 45,5 % des « autres usagers » avaient cherché quelque chose d’équivalent s’ils n’avaient pas trouvé ce qu’ils souhaitaient, contre 56,5 % des étudiants, et 71,5 % des scolaires. Ces chiffres laissent à penser que le niveau d’exigence documentaire des étudiants était supérieur à celui des autres usagers : ceci expliquerait qu’ils aient été proportionnellement plus nombreux que les autres à n’avoir pas trouvé des documents précis qu’ils cherchaient dans un fonds, encyclopédique, certes, mais nécessairement limité comparativement à certaines bibliothèques universitaires parisiennes. Il est également possible de le relier au fait qu’il était malgré tout indispensable à ce type d’usagers de déboucher sur quelque chose et de rentabiliser au mieux leur déplacement et leur séjour dans la bibliothèque : ce qui expliquerait qu’ils aient été plus nombreux que les « autres usagers » à s’être lancés dans une recherche de substitution.

  • 28 Ne pas trouver les documents en rayons dans un système de libre accès aux collections peut vouloir (...)

54L’échec ou les difficultés rencontrés lors des recherches s’expliquaient principalement par deux raisons : premièrement parce que les documents convoités n’était pas au catalogue de la BPI (un cas sur deux), ensuite parce que les usagers ne les avaient pas trouvés en rayons (46,5 %)28. On notera enfin que seuls 7,5 % des usagers ayant échoué dans leurs recherches déclaraient ne pas avoir trouvé quelqu’un auprès de qui se renseigner, ce qui montre que l’isolement était tout de même relatif dans cet univers conçu pour que chacun puisse se débrouiller seul.

55On observe donc que les usagers de la BPI se montraient, en général, plutôt satisfaits des conditions d’accès aux documents en 1995, ce qui somme toute paraît logique dans la mesure où l’on avait essentiellement à faire à une population d’habitués qui connaissaient bien la bibliothèque, et que beaucoup, précisément, la fréquentaient aussi régulièrement pour la richesse de ses fonds et leur accessibilité matérielle.

Tableau 49
Bilan des recherches documentaires et activité principale déclarée en 1995

Tableau 49Bilan des recherches documentaires et activité principale déclarée en 1995

Qualités et défauts reconnus à la BPI

56Avoir une opinion sur un dispositif culturel et la communiquer dans le cadre d’une enquête institutionnelle nécessite des compétences et un certain sentiment de légitimité inégalement répartis, on le sait. Les jugements portés sur la bibliothèque par ses propres usagers doivent, par conséquent, non seulement être appréhendés comme des éléments d’évaluations partiels et partiaux (les opinions sont rarement figées, elles peuvent être influencées par toutes sortes de phénomènes parasites), mais aussi reconsidérés en fonction des profils et des dispositions des individus. En d’autres termes, il faut, sur un tel sujet, rester conscient du fait que les questions à dimension cognitive qui explorent le domaine des représentations ou des jugements de valeur en apprennent parfois plus sur les dispositions sociales des individus que sur les sujets mêmes qu’ils abordent et développent. Ainsi, le taux élevé de non-réponses enregistrées en 1995 quand il s’agissait de recenser les principaux défauts de la BPI est en partie révélateur de cet état de fait : il était en moyenne de 11 % pour l’ensemble des usagers (jusqu’à 18 % chez les scolaires !), contre 5 % en moyenne quand il s’agissait d’énumérer les principales qualités reconnues à la bibliothèque. Nous sommes enclins à penser que la critique détaillée d’un dispositif d’offre culturelle reste une entreprise délicate, voire pénible, pour certains.

  • 29 On notera que la gratuité n’apparaissait qu’en septième position avec 6 % des suffrages (et seuleme (...)

57Les principales qualités reconnues à la BPI, nous l’avons déjà évoqué, étaient principalement liées à son contenu : aux caractéristiques de son offre en termes de collections, ainsi que de son agencement. Richesse de l’offre, accès libre, variété des thèmes figuraient ainsi, pour l’ensemble des usagers, au palmarès des trois principales qualités reconnues à la BPI en 1995 : un tiers environ des personnes interrogées citaient les deux premières caractéristiques, un quart environ citait la troisième. Les usagers étaient unanimes sur ces points, à une exception près : les scolaires n’accordaient pas autant d’importance à la notion d’accès libre que les étudiants et les « autres usagers ». En revanche, ceux-là appréciaient plus que les autres catégories d’usagers l’espace et le calme de la BPI, ces deux derniers motifs de satisfaction faisant partie d’un second bouquet de qualités plus directement liées au contenant, au cadre général de la bibliothèque (avec l’amplitude des horaires, ils recueillaient en moyenne plus de 10 % des déclarations29).

58Les principaux défauts reconnus à la BPI étaient, quant à eux, directement liés aux effets pervers de son succès, c’est-à-dire à sa fréquentation massive. L’attente à l’entrée, l’affluence, le faible nombre de places assises et, dans une moindre mesure, le bruit figuraient ainsi aux quatre premières places du palmarès des défauts : 35 % des personnes interrogées se montraient mécontentes d’avoir dû attendre (sur ce point les scolaires et étudiants étaient plus mécontents que les « autres usagers »), 18 % des usagers en général se montraient mécontents de l’affluence et du faible nombre de places assises, 8 % enfin se plaignaient du bruit.

59Il est à noter que certaines des caractéristiques fortes de la BPI telles que l’absence de prêt, la fermeture du mardi, que l’on aurait pu logiquement considérer comme d’éventuels motifs d’insatisfaction, gênaient manifestement peu les usagers en général. On voit donc, sur la base particulière de ce recueil de doléances, que les usagers de la BPI avaient globalement plus de motifs de satisfaction que d’insatisfaction à communiquer et que, par ailleurs, l’insatisfaction n’était pas directement imputable à des carences ou des faillites propres à la bibliothèque.

Tableau 50
Principales qualités reconnues à la BPI et activité principale déclarée en 1995

Tableau 50Principales qualités reconnues à la BPI et activité principale déclarée en 1995

Tableau 51
Principaux défauts reconnus à la BPI et activité principale déclarée en 1995

Tableau 51Principaux défauts reconnus à la BPI et activité principale déclarée en 1995

À propos de la Salle d’actualité

60Contrairement aux investigations précédentes, la Salle d’actualité de la BPI, située au rez-de-chaussée du Centre, n’avait pas fait l’objet en 1995 d’une enquête spécifiquement consacrée à ses usagers. Nous avons pu montrer cependant que ceux qui avaient été interrogés à cette date à la sortie de la bibliothèque générale et qui déclaraient se rendre parfois à la Salle d’actualité avaient un profil sensiblement différent de ceux qui ne s’y rendaient jamais.

  • 30 Rapport d’étude sur les caractéristiques du public de la Salle d’actualité du Centre Georges Pompid (...)

61Une enquête réalisée en 1992, portant sur 856 personnes interrogées à la sortie de la Salle d’actualité, nous permet de confirmer et d’appuyer ce constat. Elle montrait clairement, trois ans avant la nouvelle enquête consacrée aux usagers de la BPI et quatre ans après l’enquête de fréquentation de 1988, que cet espace était resté singulier et qu’il jouait un rôle fondamental au sein du dispositif général du Centre Pompidou30. On y rencontrait, pour commencer, autant de visiteurs s’y étant rendus sans idée préalable que de visiteurs venus avec une intention particulière. Les visiteurs « sans idée préalable », tout comme ceux d’ailleurs qui affichaient une motivation de visite liée à un intérêt ou une curiosité personnelle, étaient ainsi six fois plus nombreux parmi les usagers de la Salle d’actualité interrogés en 1992 que parmi les usagers de la bibliothèque du deuxième étage interrogés en 1995.

  • 31 Leur proportion accusait une diminution de 7 points par rapport aux statistiques produites en 1982.

62Selon cette même enquête réalisée en 1992, la Salle d’actualité était par ailleurs un univers à dominante masculine composé de 80 % d’hommes, pour seulement 20 % de femmes31. Les étudiants ne représentaient qu’un peu moins d’un tiers de ses publics (27,5 %, pourcentage étonnamment stable en dix-sept ans), les scolaires 1,5 %, et les usagers non-étudiants et non-scolaires pas moins de 71 %. Les étrangers y étaient sensiblement plus nombreux que dans la bibliothèque générale du deuxième étage (33,5 % contre 24 %). La pyramide des âges de ses publics était également différente de celle de la bibliothèque dans la mesure où les plus de 50 ans représentaient tout de même 12 % du total des usagers, et les 20-24 ans à peine 23 % (soit deux fois moins que dans la bibliothèque selon l’enquête de 1995). Enfin, même si le niveau d’étude était globalement élevé parmi les usagers de la Salle d’actualité interrogés en 1992, cet espace était tendanciellement plus fréquenté que la bibliothèque par des personnes ayant un niveau d’étude inférieur au baccalauréat (3,4 fois plus !).

  • 32 Publics à l’oeuvre, op. cité. Constances et variances, op. cité, p. 67.

63En matière de pratiques et de supports utilisés, là encore les différences étaient fortes. La comparaison proposée par Martine Poulain avec les cabinets de lecture de la Restauration était toujours aussi pertinente32puisque, d’une part, les profils sociaux était contrastés (notamment ce brassage entre « héritiers » et « déshérités ») et, d’autre part, les usages tendaient plutôt vers une consultation de la presse : 59 % des interviewés au total étaient venus principalement pour lire la presse ; plus précisément, 46 % avaient consulté des revues spécialisées le jour de l’enquête, 38 % des quotidiens, 33 % des livres, 32 % des magazines, 14 % pour finir avaient écouté de la musique.

  • 33 A l’évidence, les profils sociodémographiques des publics de la Salle d’actualité se rapprochaient (...)

64On sait enfin que 71 % des personnes interrogées en 1992 à la sortie de la Salle d’actualité y étaient venues pour la première fois en visitant le Centre, et 10 % seulement en venant de la bibliothèque générale33. Par ailleurs, un peu moins de la moitié des fréquentants interrogés (49 %) déclaraient se rendre souvent à la bibliothèque (un quart au total s’y rendant rarement, ou ne s’y rendant jamais). On voit bien, par conséquent, que la Salle d’actualité ne fonctionnait pas vraiment comme une antichambre de la bibliothèque du deuxième étage au sens propre du terme, comme un véritable sas qui aurait entraîné naturellement les visiteurs vers celle-ci (rôle envisagé pour la Salle d’actualité lors de sa préfiguration). Nombreux, parmi ceux qui fréquentaient régulièrement cet espace, étaient ceux qui ne s’intéressaient qu’à lui et à son offre particulière. Cet intérêt exclusif, au-delà des questions de contenu, s’expliquait aussi par le fait que l’annexe du rez-de-chaussée apparaissait à ses usagers fidèles non-étudiants comme étant radicalement différent de la « grande bibliothèque » : qu’il s’agisse de sa taille réduite, du caractère « brassé » de ses publics... Cet endroit, dès lors, était susceptible de se prêter plus facilement à une appropriation non étudiante, ce qui veut dire qu’il pouvait pour certains usagers fonctionner comme un espace libre et sans doute plus neutre : un refuge ? En tout cas, un espace « à prendre ».

Notes

1 « Passivement », au regard de l’offre proposée par la BPI. Si 4 4 % des visiteurs venus sans idée préalable déclaraient venir en général à la bibliothèque pour le plaisir (24 % des visiteurs ayant une intention précise), pas moins de 58 % des « sans idée préalable » déclaraient également venir en général pour le travail (76 % des visiteurs « intentionnés »). Ceci montre bien que la relative non-programmation des visites ne débouchait pas systématiquement sur le batifolage à la BPI. On conviendra enfin que certains projets de visite sont plus difficilement avouables que d’autres dans le cadre d’une enquête par questionnaire : on peut faire le projet de venir regarder les autres à la BPI, de vouloir y rencontrer l’âme soeur, ou plus simplement encore de vouloir s’y réchauffer ou y dormir...

2 Plusieurs réponses étant possibles à la question relative aux intentions de visite, ceux qui déclaraient avoir eu l’intention de travailler sur leurs propres documents ne doivent pas être considérés systématiquement comme étant « autosuffisants ». Il est possible à la fois de travailler sur ses propres documents et de travailler sur les documents de la bibliothèque. 11 % des usagers étaient à proprement parler « autosuffisants », c’est-à-dire qu’ils déclaraient n’avoir eu recours à aucun support ou service de la bibliothèque et qu’ils étaient venus dans l’intention de travailler sur leurs propres documents, ce qui représente tout de même au moins 1 000 personnes chaque jour en 1995...

3 « L’expérience et l’image des BM », SOFRES/BPI/DLL, 1997.

4 Qu’il s’agisse des possibilités personnelles ou privées en terme d’espace, de capital documentaire propre, ou des possibilités liées à l’inscription dans telle ou telle université, dans tel ou tel cycle. On sait en effet que certaines universités, écoles, ou filières, sont mieux pourvues que d’autres. On sait aussi que les inégalités sont grandes en fonction de l’avancement dans le cursus, l’accès de nombreuses bibliothèques étant réservé aux étudiants les plus avancés.

5 Le « bruit » — notion particulièrement subjective — occasionné par les déplacements incessants des uns et des autres, les conversations ou manipulations d’objets divers (feuilletages de documents, visionnages de films ou microfilms, usages des photocopieurs), n’est pas toujours présenté comme un facteur de trouble, loin s’en faut. Certains vont même jusqu’à le revendiquer comme un élément de décor indispensable à la concentration (tels ceux qui lisent, écrivent ou travaillent dans des cafés bondés). Pour une approche anthropologique de l’environnement sonore des bibliothèques publiques, voir : A.-M. Bertrand, « Cris et chuchotements », in Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, t. 39, 1994.

6 La lecture par exemple, ce « vice impuni », est une pratique qui peut être associée à d’autres activités « coupables » parfois difficiles à contrôler. Erich Schön notait ainsi que dans de nombreuses autobiographies de « grands » lecteurs allemands (l’adjectif gros serait mal venu dans ce contexte), un lien était établi — en particulier au moment de la puberté et chez des sujets féminins — entre le fait de lire et celui de manger du chocolat (E. Schön, « La “fabrication” du lecteur », in M. Chaudron et F. de Singly (dir.), Identité, lecture, écriture, BPI-Centre Georges Pompidou, 1993, p. 27).

7 M. Petit et al, De la bibliothèque au droit de cité. Parcours de jeunes, BPI-Centre Georges Pompidou, 1997, p. 84 et p. 212.

8 Sur la socialisation secondaire et les « communautés » ou « sociétés de lecteurs », voir C. Evans, « La socialisation privée des lectures : circuit “prête-main”, “tournantes” et clubs de lecture », in M. Burgos et ai, Sociabilités du livre et communautés de lecteurs. Trois études sur la sociabilité du livre, BPI-Centre Georges Pompidou, 1996, p. 26.

9 Constances et variances, op. cité, p. 33 (c’est moi qui souligne).

10 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 93. Encore une fois, je rappelle qu’il ne s’agit pas ici de porter un quelconque jugement de valeur sur les comportements décrits : les étudiants ne sont pas des parasites. Il faut, qui plus est, garder à l’esprit le fait que l’on peut se comporter en « bernard-l’ermite » à certains moments, et en usager traditionnel à d’autres.

11 Ces proportions, comme celles qui suivent en ce qui concerne la population de ceux qui ont eu l’intention de venir travailler sur leurs propres documents et qui n’ont par ailleurs pas utilisé les supports et services proposés par la BPI, sont évidemment tributaires de la structure de l’échantillon. On retiendra, pour compléter et affiner ces informations, que 47 % des scolaires, 35 % des étudiants, 16 % des autres usagers en moyenne, et seulement 9 % des employés et ouvriers, ont déclaré venir dans l’intention de travailler sur leurs propres documents (sans que l’on sache précisément s’ils se sont cantonnés à cette activité). Enfin, 49 % des étudiants fréquentant la BPI inscrits en « droit », « économie » et « gestion », déclaraient cette intention de visite, contre 28 % des étudiants inscrits en « lettres et sciences humaines », et 28,5 % des étudiants inscrits dans les filières « arts ».

12 Notons que à peine 1 % de l’ensemble des usagers interrogés en 1995 avaient déclaré avoir utilisé des usuels sous forme de documents électroniques.

13 Cette estimation est calculée sur la base de 10 000 entrées quotidiennes. Sur une moyenne de 12 000, on obtient un total de 34 500 ouvrage consultés (33 000 en 1982).

14 O. Donnat, Les Pratiques culturelles des Français, enquête 1997, La Documentation française-ministère de la Culture et de la Communication, 1998.

15 Confirmation des tendances enregistrées en ce qui concerne les intentions de visites (cf. supra).

16 Umberto Eco évoque pour sa part une « névrose de photocopie ». De Bibliotheca, op. cité, p. 27.

17 Paradoxalement : du point de vue institutionnel. Les usagers concernés, quant à eux, n’agissent pas de manière insensée, ils obéissent à une logique qui leur est propre.

18 Dans une bibliothèque municipale traditionnelle — prêtant des documents en plus de les proposer en consultation sur place —, il est fréquent que les usagers non-inscrits passent plus de temps que les inscrits dans l’enceinte de la bibliothèque. A la BPI, ce sont les « assidus » qui passent beaucoup de temps dans la bibliothèque comparativement aux visiteurs occasionnels. D’une certaine façon, l’assiduité, voire l’hyperassiduité, tient lieu d’inscription officieuse pour ceux qui souhaitent se faire reconnaître par l’institution.

19 Sachant, encore une fois, que cette question est tributaire du fait que l’on ne recense dans ce genre d’enquête que les usages logiques, légitimes, en prenant le risque de laisser de côté ce qui pour certains usagers est parfois tout aussi légitime au regard de leur logique personnelle.

20 17 % des usagers au total avaient visité l’exposition proposée par la BPI en 1995 (La Ville la nuit ; Pasternak ; Quatre murs, une fenêtre ; Max Dorny) ; 17 % des étudiants, 8 % des scolaires, et 19 % de l’ensemble des « autres usagers ».

21 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 96 (il s’agissait en fait d’un « faux multimédia hétérogène » : les usagers changeaient en général de support quand ils changeaient de sujet et n’associaient que très rarement les médias au cours d’une seule et même recherche, voir Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 97-101).

22 Je rappelle qu’en modifiant les contenus d’offre documentaire et les conditions d’accès à cette offre différenciée, on prévoyait une diversification des usages.

23 Jean-François Barbier-Bouvet avait montré, sur la base de l’enquête réalisée en 1982, que la tendance à se limiter à l’utilisation d’un seul support suivait une loi de progression : elle allait croissant, du son (autonomisation minimum, association maximum) à l’image, et de l’image au texte (autonomisation maximum, association minimum), voir Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 98.

24 Le score de 1988 est en fait sensiblement inférieur à celui de 1982, mais il ne faut pas oublier qu’en 1982 le fonds de psychologie était inclus dans le secteur « 3 » (droit, économie, sciences sociales), ce qui n’était plus le cas en 1988 : il avait été intégré entre temps au secteur « 1-2 » (philosophie, religion).

25 Microfilms et microfiches (les premiers étaient consultés par 3 % des usagers en 1995).

26 A cette date, je rappelle que le catalogue était proposé aux usagers sous une forme imprimée.

27 Cette question engendrait 11 % de non-réponses en moyenne. On a tout lieu de penser en fait que c’est le taux de réponse concernant la difficulté d’accès des documents qui était minoré. Les réponses indéterminées, du type « les documents de la BPI sont d’accès à la fois facile et difficile », nous paraissent par ailleurs plutôt révélatrices de difficultés rencontrées que d’autre chose : il est sans doute embarrassant pour certains de reconnaître avoir peiné dans une bibliothèque en libre accès pour se procurer documents ou informations. En 1995, les « autres usagers » — et plus encore parmi ceux-là, les cadres et professions intellectuelles supérieures — étaient ceux qui jugeaient les documents d’accès facile en plus grand nombre ; les scolaires étaient ceux qui les jugeaient d’accès difficile, et d’accès à la fois facile et difficile en plus grand nombre ; les étudiants, quant à eux, se plaçaient en position intermédiaire (voir tableau 49).

28 Ne pas trouver les documents en rayons dans un système de libre accès aux collections peut vouloir dire que le document convoité n’était pas à sa place (dérangé, en consultation, manquant...) ou que l’on avait été incapable de repérer cette place, tout en croyant le savoir...

29 On notera que la gratuité n’apparaissait qu’en septième position avec 6 % des suffrages (et seulement 2 % pour les scolaires) ; signe sans doute que cette caractéristique de la bibliothèque n’avait rien d’exceptionnel : qu’elle était considérée comme un acquis.

30 Rapport d’étude sur les caractéristiques du public de la Salle d’actualité du Centre Georges Pompidou, ESCP Conseil-Junior-Entreprise de l’Ecole supérieure de commerce de Paris, BPI, document interne, 1992.

31 Leur proportion accusait une diminution de 7 points par rapport aux statistiques produites en 1982.

32 Publics à l’oeuvre, op. cité. Constances et variances, op. cité, p. 67.

33 A l’évidence, les profils sociodémographiques des publics de la Salle d’actualité se rapprochaient des publics de l’ensemble du Centre Pompidou plutôt que de ceux de la BPI.

Notes de fin

1 Proportion calculée pour 1995 sans la classe « 0 » (Presse, documentation, généralités...). Par ailleurs, cette comparaison n’est qu’indicative dans la mesure où la catégorie « périodiques vivants » (abonnements en cours) excède la notion de « revues spécialisées » (catégorie regroupant des périodiques vivants et des périodiques ayant cessé de paraître).

2 Le jour de l’enquête ou au cours d’une visite précédente.

Table des illustrations

Titre Tableau 32Intentions de visites de 1982 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 33Intentions de visite détaillées de 1988 à 1995 (plusieurs réponses possibles)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 34Intentions de visite et activité principale déclarées en 1995 (plusieurs réponses possibles)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau 35Besoins déclarés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 4Monographies : répartition des collections en fonction des langues (1997)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Presse : taux d’utilisation par types
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Revues spécialisées : taux d’utilisation par type et par secteur BPI (plusieurs réponses possibles)
Légende Note*1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau 36Supports et services utilisés de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles)
Légende (Livres 74 % : 67 % ouvrages + 1 % usagers exclusifs d’usuels-papier.)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 37Supports, services utilisés et PCS (plusieurs réponses possibles)
Légende Mode de lecture du tableau : 69 % des étudiants déclaraient avoir utilisé, le jour de l’enquête, des livres au sens restreint (monographies). Nota : toutes les PCS ne figurant pas dans ce tableau, la moyenne rappelée n’est donc pas la moyenne des catégories exposées.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 38Association de supports documentaires en 1995
Légende Mode de lecture : 14 % des usagers ayant utilisé des livres (ouvrages courants + usuels-papier) avaient également utilisé des périodiques.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 39Association texte à texte en 1995
Légende (livres = ouvrages + usuels)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 40Association image à image
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Schéma 3Le multimédia hétérogène
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 41Domaines consultés par supports en 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Tableau 42Domaines consultés tous supports confondus regroupés en fonction des secteurs BPI de 1982 à 1995 (plusieurs réponses possibles ; non arrondi)
Légende Nota : en 1982, la psychologie fait partie du secteur « Sciences sociales » ; à partir de 1988, elle est intégrée au secteur « Philosophie et religion ».
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Tableau 43Domaines consultés regroupés en fonction des secteurs BPI par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres en 1988 et en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 44Livre : classement des domaines consultés en 1988 et en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 45Domaines consultés par ceux qui ont déclaré avoir utilisé des livres de la BPI en 1988 et en 1995 (liste complète)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 46Domaines consultés et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Tableau 47Recours à la médiation en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 48Recours à la médiation et niveau de diplôme en 1995
Légende Note*2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 49Bilan des recherches documentaires et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tableau 50Principales qualités reconnues à la BPI et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tableau 51Principaux défauts reconnus à la BPI et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/280/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 471k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access