Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Deuxième partie. Rythmes et périodicité des visites

Texte intégral

Fréquence, intensité et durée de visite

1Pas moins de 95 % des personnes interrogées en 1995 déclaraient avoir effectué au moins deux visites au cours des douze derniers mois. On enregistrait donc cette année-là seulement 5 % de « primo » ou « néo » visiteurs (individus déclarant avoir découvert la bibliothèque le jour de l’enquête), soit tout de même 500 personnes environ chaque jour, contre, cela dit, 750 en 1988, et 1 200 en 1982.

  • 1 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 54.

2Près de la moitié des personnes interrogées en 1995 — 48 % pour être exact — déclaraient par ailleurs plus de vingt visites au cours des douze derniers mois. La fréquence de visite à la BPI est restée par conséquent très élevée. Ce qu’en son temps Jean-François Barbier-Bouvet présentait déjà comme « la norme de comportement la plus répandue », à savoir : « la fréquentation réitérée de la bibliothèque », était toujours aussi vrai treize ans plus tard1. Les comparaisons avec les enquêtes réalisées en 1982 et en 1988 sont toutefois malaisées dans la mesure où les vagues précédentes ne cadraient pas la question de la fréquence de visite de la même façon : en 1982, les usagers étaient interrogées sur le nombre total de visites qu’ils avaient effectuées depuis leur découverte de la BPI — il est vrai que l’ouverture du Centre Georges Pompidou ne datait alors que de cinq ans — et, en 1988, ils n’étaient interrogés que sur les neuf derniers mois précédant l’enquête.

  • 2 A l’issue du dépouillement, les résultats concernant la fréquentation étaient ventilés sur une éch (...)

3En procédant à un regroupement de variables, afin de corriger la dispersion des réponses quant à la question de la fréquence de visite2, on constate que les usagers de la BPI, selon les chiffres enregistrés en 1995, pouvaient être répartis en quatre catégories de taille inégale :

  • Un visiteur sur vingt était un « primo-visiteur » (une seule visite effectuée sur douze mois) ;
  • Un visiteur sur trois environ était un visiteur « occasionnel » au sens où il avait effectué plus d’une visite sur douze mois et moins d’une visite mensuelle (2 à 10 visites sur douze mois) ;
  • Un visiteur sur douze était un visiteur « régulier » au sens où il avait fréquenté au moins mensuellement la bibliothèque sans aller toutefois jusqu’à le faire bi-mensuellement (11 à 20 visites sur douze mois) ;
  • Près d’un visiteur sur deux était un visiteur « assidu » au sens où il avait fréquenté la bibliothèque au moins bi-mensuellement (plus de 20 visites sur douze mois) ; sachant, cela dit, que cette assiduité était extrêmement variable puisqu’elle pouvait se décliner sur un spectre très large qui s’étendait des visites bimensuelles jusqu’aux visites quotidiennes (voir tableau 25).

4Sur la base de ce découpage, on peut donc avancer que les publics de la BPI étaient essentiellement composés, en 1995, d’usagers qui la fréquentaient assidûment et la connaissaient bien et, secondairement, d’usagers qui la fréquentaient occasionnellement et ne recouraient à ses services que ponctuellement.

  • 3 Quatre points d’écart séparaient les étudiants des étudiantes à ce propos : 27 % des étudiants déc (...)
  • 4 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 134 (c’est moi qui souligne).

5Huit points d’écart séparaient les étudiants des autres catégories d’usagers en ce qui concerne le fait de fréquenter assidûment la BPI (les scolaires quant à eux faisaient plutôt partie des « occasionnels »). Si l’on complète ce constat à l’aide des informations détaillées produites au moyen de la question relative à l’intensité de la fréquentation (Q. 05), on peut ajouter que la régularité de visite des étudiants était essentiellement hebdomadaire ou bihebdomadaire : 60 % des étudiants ayant déclaré venir régulièrement précisaient venir une à deux fois par semaine, un quart de cette même population indiquait venir « tous les jours ou presque3 » (voir tableau 26). Le statut de cette régularité de visite est cependant ambiguë dans la mesure où il est difficile de savoir de manière tranchée s’il était question d’une régularité épisodique, ponctuelle (ce qui est le cas de beaucoup d’étudiants susceptibles de venir régulièrement pendant leurs périodes d’examen et non pas tout au long de l’année universitaire), ou d’une « régularité régulière » en quelque sorte. Il faut dire également que certaines personnes interrogées peuvent venir régulièrement sur le plan des critères retenus par le questionnaire, mais ne pas le déclarer si leur propre conception de la régularité ne répond pas aux mêmes canons : si par exemple ils ne conçoivent la régularité que dans l’enchaînement des visites et non pas dans leur espacement. Il est manifeste en tout cas que les étudiants comptaient parmi les usagers les moins irréguliers (37 %, contre 44 % pour la catégorie « autres usagers »), ce qui montre que l’appropriation spatiale de la BPI par cette catégorie d’usagers se vérifiait également dans le temps : ils venaient en nombre — en masse serait-on tenté de dire, si cette formulation n’était pas connotée négativement —, et plus souvent encore que les autres catégories d’usagers en général. Il est notoire, à ce propos, qu’une fréquence de visite aussi élevée pour certains étudiants, combinée à l’allongement général de la durée moyenne des visites (près de quarante minutes supplémentaires en l’espace de treize ans), témoigne du fait que la fréquentation de la BPI s’apparente à un processus d’ancrage en profondeur, une forme d’enracinement dans la bibliothèque (l’analyse de l’ancienneté de la première visite viendra renforcer ce constat). L’établissement constitue en effet un lieu de travail et de séjour qui, par le temps qui lui est consacré, les habitudes qui y sont prises (pas moins de 37 % de l’ensemble des usagers interrogés en 1995 s’efforçaient de s’installer à la même place lors de leurs visites : 40 % des étudiants, et 27 % des autres usagers), devient un espace domestique au sens fort du terme. En 1986, Jean-François Barbier- Bouvet analysait déjà ce processus d’appropriation ; il notait alors : « Les usagers tendent au fil de leurs visites à se constituer au sein de la BPI un espace propre sans propriété, au sein duquel ils sont assurés de retrouver la trace invisible de leurs passages antérieurs — ce pourrait être la définition de la familiarité —, et à partir duquel ils peuvent éventuellement investir d’autres territoires. Quand cet investissement systématique sur l’espace s’accompagne d’un investissement systématique sur le temps (certains ont leurs jours, leurs heures), on peut même parler d’une ritualisation des pratiques4»

  • 5 J.-F. Barbier-Bouvet insistait sur le fait que cet apport régulier d’usagers aux profils différent (...)

6L’enquête réalisée en 1982 montrait que « la découverte de la BPI était socialement moins discriminante que l’habitude », sous-entendu que ceux qui venaient pour la première fois avaient un profil social différent de ceux qui fréquentaient la BPI depuis un certain temps (les étudiants étaient proportionnellement moins nombreux, et le niveau de diplôme des nouvelles recrues était inférieur à celui de l’ensemble des publics). Ce n’était plus tout à fait le cas en 1995 : si les étudiants, à cette époque, étaient sensiblement moins nombreux parmi les « découvreurs », ils restaient majoritaires, aux environs de 67 %. L’apport régulier d’usagers issus de catégories sociales moins favorisées n’était donc plus aussi bien assuré qu’auparavant à la BPI5. Enfin, on enregistrait une relation entre la fréquence de fréquentation et le niveau de diplôme : plus les usagers avaient suivi des études longues, et plus ils étaient nombreux à déclarer une fréquence élevée de visite. 44 % des usagers en général, qui déclaraient un niveau d’étude inférieur ou égal au baccalauréat, étaient venus plus de vingt fois au cours des douze derniers mois en 1995 ; c’était le cas de 49 % de ceux qui déclaraient un niveau bac + 1 ou 2, de 51 % de ceux qui déclaraient un niveau bac + 3 ou 4, et de 56 % de ceux qui déclaraient un niveau supérieur à la maîtrise.

Tableau 24
Fréquence de visite au cours des douze derniers mois en 1995 (6 classes)

Tableau 24Fréquence de visite au cours des douze derniers mois en 1995 (6 classes)

Tableau 25
Fréquence de visite et activité principale déclarée en 1995 (4 classes)

Tableau 25Fréquence de visite et activité principale déclarée en 1995 (4 classes)

Tableau 26
Intensité de visite et activité principale déclarée en 1995

Tableau 26Intensité de visite et activité principale déclarée en 1995

Tableau 27
Durée moyenne de séjour de 1982 à 1995

Tableau 27Durée moyenne de séjour de 1982 à 1995

Ancienneté de la première visite et assiduité

  • 6 Constances et variances, op. cité, p. 13.

7On retrouvait en 1995, à propos de l’ancienneté de la première visite effectuée, la structure tripartite du public dégagée par Martine Poulain en 1988. Un tiers environ des usagers fréquentant la BPI depuis moins d’un an la découvrait ou s’y initiait ; un autre tiers la fréquentait depuis deux à cinq ans ; un dernier tiers s’y rendait depuis plus de cinq ans6. Quand on examine plus en détail les chiffres produits au cours de la dernière enquête, on s’aperçoit cependant que la population des usagers venant depuis plus de cinq ans présentait une structure assez différente de celle de 1988. La diminution du pourcentage de ceux qui déclaraient fréquenter la bibliothèque depuis l’ouverture du Centre (de 13,5 % en 1988 à 4 % en 1995), associée à l’augmentation du nombre de ceux qui venaient depuis au moins cinq ans (de 18 % en 1988 à 30 % en 1995), montre bien que le public se renouvelle par cycle. Il convient, cela dit, de noter que depuis 1982 la proportion de « néo-visiteurs » s’était considérablement amenuisée passant de 12 % à 5 %. La constance décrite plus haut est donc toute relative puisqu’elle ne se vérifie pas aux deux extrémités de l’échantillon : parmi les nouveaux visiteurs et les plus anciens.

  • 7 41 % des cadres et professions intellectuelles supérieurs âgés de moins de 30 ans venaient depuis (...)

8Nous manquons pour l’heure d’analyses longitudinales récentes qui permettraient d’étudier avec précision les processus de fréquentation sur le long terme (ce que ne permettent pas les prises de vue synchroniques des enquêtes de fréquentation quantitatives). Il faudrait notamment pouvoir mesurer l’étendue des cycles de fréquentation sur le plan individuel. A ce titre, il serait intéressant de savoir si les étudiants continuent à fréquenter la BPI une fois leurs études achevées, afin de mettre à jour les logiques qui explicitent l’abandon ou la fidélité. On pourrait peut-être montrer alors que l’usage universitaire de la BPI est susceptible de déboucher sur d’autres types d’usages moins finalisés que les usages scolaires. Rappelons à ce titre que, selon les chiffres de 1995, 83 % des usagers qui ne sont ni étudiants, ni scolaires, ont été étudiants et que leur ancienneté est en moyenne assez longue : ceci tend à accréditer l’idée que certains de ces usagers ont découvert la BPI alors qu’ils étaient encore étudiants7.

9Les étudiants sont ancrés dans le temps, on l’a vu avec la fréquence de fréquentation, mais ils sont aussi ancrés dans le temps long : 26 % des étudiants interrogés en 1995 — c’est la catégorie modale — venaient à la bibliothèque depuis plus de cinq ans ; un tiers seulement s’y rendait depuis moins de deux ans, contre la moitié des scolaires. En 1995, les « autres usagers » comptaient en leur sein beaucoup plus d’anciens visiteurs que les étudiants et a fortiori que les scolaires (deux fois plus que les étudiants et près de quatre fois plus que les scolaires). Le fait, pour cette catégorie d’usagers, que la proportion de ceux qui venaient depuis moins d’un an soit inférieur de moitié environ à celle des étudiants montre que le renouvellement était moins bien assuré chez eux.

  • 8 Postulat non démontrable à vrai dire.

10Le croisement des variables « ancienneté de la première visite » et « fréquence de fréquentation » permet d’observer que les habitudes paraissent se prendre assez vite à la BPI (voir tableau 29). En supposant que ce qui est lu dans ce genre de tableau croisé (qui constitue encore une fois une photographie et ne devrait donner lieu qu’à une analyse synchronique) puisse rendre compte de processus longitudinaux (analyse diachronique8), on peut formuler l’hypothèse qu’un lien existe entre l’ancienneté et l’assiduité. 44 % des visiteurs fréquentant la bibliothèque depuis moins de six mois déclaraient en 1995 avoir effectué peu de visites au cours des douze derniers mois ayant précédé l’enquête (deux à cinq visites), soit deux fois plus que ceux qui déclaraient une ancienneté supérieure de six mois seulement ; ceux-là, en revanche, étaient déjà deux fois plus nombreux à déclarer une fréquence de plus de vingt visites au cours des douze derniers mois (on notera tout de même qu’un visiteur sur cinq fréquentant la bibliothèque depuis moins de six mois déclarait s’y être rendu plus de vingt fois dans l’année...). Pas moins de 38 points d’écart sont par ailleurs enregistrés entre les nouveaux et les plus anciens à propos de la fréquence élevée de visite, et 13 points entre ceux qui déclaraient en 1995 une ancienneté de six mois-un an et les plus anciens.

Tableau 28
Ancienneté et activité principale déclarée en 1995

Tableau 28Ancienneté et activité principale déclarée en 1995

Tableau 29
Fréquence de visite et ancienneté en 1995

Tableau 29Fréquence de visite et ancienneté en 1995

Un processus de fidélisation

11La réduction notable du nombre de néo-visiteurs sur le long terme (moins 7 points de 1982 à 1995), l’accroissement considérable et récent de la proportion de visiteurs ayant déclaré venir régulièrement, c’est-à-dire ayant réitéré leur visites (plus 11,5 points de 1988 à 1995), conjugués au fait que le nombre d’entrées annuelles comptabilisées à la BPI est resté étonnamment stable en l’espace de dix-sept ans, veut tout simplement dire que le nombre brut de visiteurs distincts touchés annuellement par la bibliothèque a sans doute diminué. En plus du processus d’homogénéisation du public résultant de l’appropriation étudiante de la BPI, un processus de fidélisation (lié à la répétition des visites) concernant un ensemble d’usagers moins important qu’auparavant, s’est donc opéré.

  • 9 Je rappelle que pas moins de 95 % des personnes interrogées en 1995 étaient venues au moins deux f (...)

12Il est possible d’en faire la démonstration mathématique. On sait que 8 à 13 000 visites environ étaient comptabilisées chaque jour à la BPI jusqu’en 1997 ; ces dernières étant plus ou moins équivalentes à 10 000 visiteurs en moyenne (une petite proportion de visiteurs étant susceptible de passer et repasser les portillons d’accès permettant de comptabiliser les usagers à plusieurs reprises au cours de la même journée). Reste donc à savoir combien d’usagers distincts étaient réellement concernés sur toute une année, sachant, comme nous l’avons déjà montré, que la grande majorité des personnes interrogées déclaraient avoir fréquenté la bibliothèque à plusieurs reprises en 19959, ce qui signifiait qu’elles étaient enregistrées autant de fois qu’elles se déplaçaient.

  • 10 J.-F. Barbier-Bouvet, Le Savoir-faire et la ruse. Sociologie du public de la Bibliothèque publique (...)

13En son temps, J.-F. Barbier-Bouvet avait proposé une méthode reposant sur le croisement de deux types d’informations : l’une se rapportant à l’ancienneté de la fréquentation (approchée au moyen de la question « quand êtes-vous venu(e) pour la première fois à la bibliothèque ? »), l’autre, se rapportant à la fréquence de la fréquentation (« depuis cette date, combien de fois environ êtes-vous venu(e), aujourd’hui compris, à la bibliothèque10 ? »). S’en suivait une série de calculs qui permettaient, en fonction de l’ancienneté de la toute première visite et du nombre moyen de visites annuelles, de retrouver le nombre total de visites effectuées pour les personnes interrogées et, par conséquent, le nombre moyen de visites annuelles par personne (avec cette méthode, on partait des visiteurs effectifs et de leurs déclarations, et non pas des visites enregistrées). Le coefficient ainsi calculé (14,5 visites annuelles en moyenne par personne) était finalement appliqué au total annuel des entrées pour obtenir un nombre estimé de 230 à 250 000 personnes distinctes annuellement touchées par la BPI ; estimation plus précise et moins démesurée que les 3 350 000 entrées affichées au début des années quatre-vingt...

  • 11 Le problème ici, et c’est là que notre calcul diffère sensiblement de celui qui prend en compte la (...)

14Les temps ayant changé, le questionnaire d’enquête a dû subir quelques aménagements. La bibliothèque s’est peu à peu transformée, tant sur le plan du contenu que du contenant et, du même coup, les interrogations qu’elle suscite se sont elles aussi modifiées ou déplacées. En 1995 on ne demandait plus aux personnes interrogées combien de fois elles étaient venues depuis leur première visite. Une telle question aurait contraint les usagers à accomplir un difficile et souvent impossible travail de remémoration sur une période pouvant dépasser quinze ans, concernant qui plus est des pratiques anodines, sans grand relief. Ce qui leur était demandé, c’est une auto-évaluation du nombre de leurs visites au cours des douze derniers mois. Il est donc impossible de reproduire à l’identique le mode de calcul réalisé à partir des chiffres de l’enquête de 1982. On peut toutefois en proposer une version remaniée qui permette tout de même d’approcher ce nombre d’usagers distincts touchés par la bibliothèque : il suffit, sur douze mois (et non pas la période complète depuis la première visite effectuée à la BPI), de retrouver le nombre total de déplacements effectués par l’ensemble des personnes interrogées (résultat auquel on parvient facilement en multipliant les fréquences moyennes de visite déclarées avec les effectifs bruts), ce qui permet de calculer une moyenne individuelle de visite. La division du nombre annuel d’entrées (valeur réelle) par ce coefficient individuel débouche enfin sur un chiffre brut estimé de personnes distinctes (valeur théorique). Par convention, on prend comme base de calcul les centres de classes permettant une mesure approchée : si, comme c’est le cas en 1995, 581 personnes ont déclaré être venues deux à cinq fois au cours des douze derniers mois11, on multiplie 581 par 3,5 (centre de classe « 2 à 5 fois ») pour obtenir le nombre total de visites annuelles de ceux qui, en moyenne, sont venus 3,5 fois. Pour la classe extrême : ceux qui déclarent être venus « plus de 20 fois », étant donné sa grande imprécision, il faut tenter d’en donner une approximation réaliste, ce que l’on va faire en s’inspirant des réponses apportées à la question concernant l’intensité de visite par ceux qui déclarent avoir fréquenté régulièrement la BPI au cours de l’année (environ 25 % de ceux-là disaient être venus tous les jours ou presque, 59 % une à deux fois par semaine, 15 % une à trois fois par mois). On peut alors proposer trois ordre de grandeurs : être venu environ 100 fois dans l’année, 50 fois, et 25 fois.

  • 12 La moyenne annuelle calculée sur la période qui va de 1990 à 1995 est préférée au chiffre exact de (...)

15A l’issue de ces calculs, on obtient un total de 88 983 visites effectuées par les 2 664 personnes interrogées en 1995 qui déclaraient être venues plus d’une fois au cours des douze derniers mois (2 804 moins 140 « primo-visiteurs »), soit une moyenne de 33,4 visites par usager « récidiviste », et une moyenne de 31,8 visites par usager en général (deux fois plus qu’en 1982), c’est-à-dire récidivistes et non-récidivistes compris (88 983 + 140 / 2 804). En rapportant cette seconde moyenne individuelle au chiffre annuel moyen de 3 200 000 entrées enregistrées12, on obtient le chiffre de 100 629 personnes distinctes concernées annuellement par la BPI.

  • 13 L’effectif total des primo-visiteurs est sans doute mal pris en compte par ce mode de calcul. L’av (...)

16Est-ce là l’audience réelle de la BPI au milieu des années quatre-vingt-dix ? Difficile de le dire avec certitude. Il ne s’agit, bien sûr, que d’une estimation théorique13. Celle-ci, de surcroît, ne repose que sur des déclarations de fréquences de visites annuelles nécessairement imprécises. Qui peut mémoriser avec exactitude de telles pratiques à l’aide de fourchettes numériques aussi précises ? Formulée de la sorte — c’est-à-dire exprimée à l’aide d’une classe dotée de bornes numériques discrètes — cette préoccupation relève des objectifs et des priorités du sondeur, pas de ceux des sondés ; et pourtant, sauf en de rares occasions, ces derniers vont lui donner satisfaction en acceptant son cadre de représentation. Ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit là d’une image plus réaliste de cette audience en comparaison avec la comptabilité parfois trompeuse des entrées. Ainsi, on peut avancer, si nos calculs sont fondés, que le nombre considérable d’entrées annuellement comptabilisées à la BPI est l’oeuvre d’un nombre relativement limité d’individus. Voilà qui tranche singulièrement avec la représentation d’une masse incommensurable d’usagers anonymes et insaisissables car trop volatils.

Les usagers du soir

  • 14 Cette « attente » était évidemment principalement liée aux horaires de travail des actifs occupés  (...)

17Les enquêtes de 1982 et 1988 mettaient en lumière un phénomène d’une importance considérable en matière d’occupation de la bibliothèque : un « effet nocturne ». On constatait en effet que les caractéristiques sociales des usagers qui fréquentaient la BPI en soirée étaient fort différentes de celles des usagers qui l’occupaient pendant les heures diurnes. Ainsi, par exemple, le taux d’usagers ni scolaires ni étudiants dépassait, à partir de 20 heures, celui des étudiants et scolaires en 1988 (un rééquilibrage entre les deux catégories d’usagers ayant eu lieu vers 18 heures). Tout se passait en fait comme si les usagers non-étudiants devaient attendre une heure avancée de la journée (une heure trois quart avant la fermeture) pour s’approprier à leur tour la bibliothèque14 ; il s’agissait toutefois d’une appropriation plus discrète que celle des étudiants dans la mesure où les effectifs bruts nocturnes de l’ensemble des occupants étaient beaucoup plus modestes que les effectifs diurnes.

18Que restait-t-il de cet effet nocturne en 1995, alors que les étudiants couvraient à cette période les trois quarts ou presque des publics de la BPI ? En 1988, on l’a dit, un rééquilibrage entre les deux catégories d’usagers s’effectuait dès 18 heures. En 1995, il fallait attendre 20 heures pour enregistrer ce rééquilibrage, ce qui veut dire que l’inversion structurelle qui se produisait autrefois à cette heure tardive de la journée n’avait plus lieu.

19L’effet nocturne était donc encore efficace en 1995 ; il était toutefois différé et limité. Par ailleurs, contrairement à la fin des années quatre-vingt, au milieu des années quatre-vingt-dix, le rattrapage en terme d’appropriation de la BPI par les autres catégories d’usagers (ni étudiants, ni scolaires) était nettement plus favorable aux cadres ou professions intellectuelles supérieures qu’aux professions intermédiaires, employés, et ouvriers : les premiers progressaient de 15 points de 18 à 20 heures en 1995, les seconds de 2 points, alors qu’en 1988, leurs progressions respectives n’étaient que de 1,5 et de 3 points (voir tableau 31).

  • 15 Nous ne revenons pas sur l’effet week-end. ou plutôt sur l’absence d’effet week-end. En 1995, comm (...)

20On peut donc, au moyen de la question de l’amplitude horaire, vérifier à nouveau à quel point l’appropriation étudiante de la BPI est considérable : elle se déploie — au moins à partir de 1995 — dans le temps aussi bien que dans l’espace15.

Tableau 30
Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995

Tableau 30Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995

Tableau 31
Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995 (PCS détaillées)

Tableau 31Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995 (PCS détaillées)

La file d’attente

21Problème de taille, au sens propre comme au sens figuré, la file d’attente retardant l’accès aux espaces de consultation de la BPI produisait en 1995 autant d’effets négatifs qu’en 1988. C’était ainsi le principal motif d’insatisfaction affiché par l’ensemble des usagers : il était cité par 27 % des personnes interrogées, loin devant l’affluence trop forte et le faible nombre de places assises, lesquels figuraient en seconde position ex aequo dans le hit-parade de l’insatisfaction (13 points d’écart avec l’attente à l’entrée).

22Se déclarer insatisfait à cause de la file d’attente était une attitude partagée par l’ensemble des usagers. Elle était toutefois susceptible de varier considérablement en fonction de la catégorie sociale. Ainsi, 36 % des scolaires en faisaient état, 28 % des étudiants et 24 % des usagers appartenant aux catégories restantes. Le score relativement moins important enregistré dans le troisième groupe d’usagers s’explique peut-être par le fait qu’ils fréquentaient plus volontiers la bibliothèque en soirée : aux heures où la file d’attente était résorbée en général. Ils faisaient peut-être également un peu plus preuve de résignation que les autres catégories d’usagers (il est à noter en tout cas qu’ils renonçaient autant que les étudiants à entrer dans la bibliothèque à cause de la file d’attente).

  • 16 On notera que cette attente forcée fréquente (au point que, pour certains, elle devenait quasi « r (...)

2337,5 % des usagers en moyenne déclaraient avoir attendu le jour de l’enquête en 1995 (38 % des étudiants et 32 % des non-étudiants). 38 % de ceux qui avaient attendu — c’est l’effectif modal — étaient restés moins d’un quart d’heure dans la file d’attente, 34,5 % entre un quart d’heure et une demi-heure. Au total, 92 % de ceux qui avaient attendu étaient restés moins d’une heure dans la file d’attente. La durée moyenne d’attente était de 27 minutes, et près des deux tiers environ de l’ensemble des personnes interrogées (63 %) déclaraient par ailleurs avoir déjà renoncé à entrer à cause de l’attente. Enfin, 68 % des usagers au total faisaient preuve d’une bonne connaissance concernant les périodes critiques puisqu’ils déclaraient choisir leurs horaires pour éviter d’attendre inutilement16.

24La durée d’attente pour pénétrer dans la bibliothèque était bien sûr différente en fonction des jours et des heures d’ouverture : le week-end, et notamment le dimanche, constituaient des périodes critiques (70 % des personnes interrogées le dimanche, en 1995, déclaraient avoir attendu, 39 % le samedi, contre 26 % en moyenne les autres jours de la semaine), de même que le début et le milieu d’après-midi, quel que soit le jour (60 % des personnes interrogées ayant déclaré être entrées à 15 heures, avaient attendu en 1995, ce n’était le cas que de 49 % de celles qui étaient entrées à 16 heures). La concentration était forte également au moment même de l’ouverture de la bibliothèque : en semaine — en dehors des week-end —, 40 % des usagers qui étaient entrés à midi (dès l’ouverture) avaient patienté (c’est l’effectif modal), alors que 7 % seulement de ceux qui étaient entrés à 13 heures étaient dans ce cas (le même phénomène se reproduisant le dimanche à 10 heures). Cela veut tout simplement dire que les usagers étaient nombreux à anticiper leur visite, c’est-à-dire à accepter de perdre du temps avant l’ouverture dans la perspective de réaliser d’autres profits : pouvoir choisir une bonne place, voire retrouver « sa » place ; avoir la primeur sur les documents ; éviter de perdre du temps dans la file d’attente à un moment avancé de la journée (ce qui pouvait entraîner une heure de sortie tardive).

Notes

1 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 54.

2 A l’issue du dépouillement, les résultats concernant la fréquentation étaient ventilés sur une échelle de mesure comportant 6 classes dont l’amplitude moyenne était de 4 unités (voir tableau 24). Une nouvelle échelle de 4 classes dont l’amplitude est plus étendue permet notamment une évaluation de la fréquence mensuelle de visite et homogénéise l’ensemble des réponses fournies.

3 Quatre points d’écart séparaient les étudiants des étudiantes à ce propos : 27 % des étudiants déclarant venir régulièrement prétendaient venir tous les jours ou presque, contre 23 % des étudiantes.

4 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 134 (c’est moi qui souligne).

5 J.-F. Barbier-Bouvet insistait sur le fait que cet apport régulier d’usagers aux profils différents — même si ces derniers n’allaient pas fréquenter très régulièrement la bibliothèque — pouvait constituer un rempart contre l’appropriation de l’établissement par des fractions d’usagers mieux implantées (Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 51).

6 Constances et variances, op. cité, p. 13.

7 41 % des cadres et professions intellectuelles supérieurs âgés de moins de 30 ans venaient depuis plus de cinq ans à la BPI.

8 Postulat non démontrable à vrai dire.

9 Je rappelle que pas moins de 95 % des personnes interrogées en 1995 étaient venues au moins deux fois.

10 J.-F. Barbier-Bouvet, Le Savoir-faire et la ruse. Sociologie du public de la Bibliothèque publique d’information. Rapport d’étude BPI. Annexe 2, p. 1 à 4.

11 Le problème ici, et c’est là que notre calcul diffère sensiblement de celui qui prend en compte la période complète depuis l’ouverture du Centre, c’est que le nombre de visites est déclaré pour les douze derniers mois au moment de l’interview (réalisée en mai ou en novembre). Nous sommes donc amenés à considérer que les tranches de douze mois, de juin à mai et de décembre à novembre, toutes deux à cheval sur deux exercices, sont comparables en matière de fréquentation à une année type de janvier à décembre — puisqu’on utilise comme référence la fréquentation annuelle enregistrée sur cette période. Ce qui n’est pas tout à fait exact, mais reste probable.

12 La moyenne annuelle calculée sur la période qui va de 1990 à 1995 est préférée au chiffre exact des entrées enregistrées en 1995 dans la mesure où, cette année-là, la bibliothèque dut fermer ses portes à plusieurs reprises en raison des nombreux mouvements sociaux (l’ensemble des calculs est reproduit en annexe).

13 L’effectif total des primo-visiteurs est sans doute mal pris en compte par ce mode de calcul. L’avantage réside ici dans le fait que les comparaisons sont possibles avec les enquêtes précédentes.

14 Cette « attente » était évidemment principalement liée aux horaires de travail des actifs occupés : l’appropriation nocturne des lieux est par conséquent la résultante d’un choix contraint. Il reste, cela dit, que de nombreux usagers déclarent choisir intentionnellement de se rendre à la BPI en soirée parce qu’à ce moment de la journée la bibliothèque s’est vidée d’une partie de ses occupants diurnes.

15 Nous ne revenons pas sur l’effet week-end. ou plutôt sur l’absence d’effet week-end. En 1995, comme en 1998 et en 1982, on enregistrait peu de variation sociale en fin de semaine comparativement aux soirées.

16 On notera que cette attente forcée fréquente (au point que, pour certains, elle devenait quasi « réglementaire ») était devenue pour de nombreux usagers l’occasion de s’occuper utilement : en lisant, en commençant à travailler... (voir D. Sonolet, « Le succès difficile, sur le public de la Bibliothèque publique d’information », Le Débat, mai-août 1992, p. 147).

Table des illustrations

Titre Tableau 24Fréquence de visite au cours des douze derniers mois en 1995 (6 classes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 25Fréquence de visite et activité principale déclarée en 1995 (4 classes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 26Intensité de visite et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 27Durée moyenne de séjour de 1982 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 28Ancienneté et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Tableau 29Fréquence de visite et ancienneté en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Tableau 30Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tableau 31Caractéristiques sociales des usagers de fin de journée en 1995 (PCS détaillées)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/279/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access