Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Première partie. Les caractéristiques sociales des usagers, vues d’ensemble et comparaisons dans le temps

Texte intégral

Sondage aléatoire et structure de l’échantillon

1Les mises au point qui concernent la méthodologie des enquêtes quantitatives sont habituellement reléguées dans les zones para-textuelles des rapports d’enquête : en note ou en annexe. Une entorse partielle à cette règle s’impose pourtant ici dans la mesure où le recours à la technique du sondage aléatoire s’est révélé lourd de conséquence en 1995 quant à la structure de l’échantillon et aux possibilités d’interprétation qui en découlaient. Il convient donc, avant d’entrer dans le vif de l’analyse, de commencer par un petit détour méthodologique. Ce faisant, on ne fera que sacrifier à une obligation scientifique élémentaire : les statistiques ne sont recevables qu’à partir du moment où elles peuvent être mises en relation avec leurs contextes de production.

  • 1 Des pays de tradition protestante comme le fait remarquer Martine Poulain, c’est-à-dire des environ (...)

2A la BPI, on l’a souvent répété, l’accès aux espaces de consultation et de travail ainsi que l’accès à la plupart des documents ne sont soumis à aucune forme de contrôle ou d’enregistrement à caractère discriminatoire. Cette caractéristique, inspirée à ses concepteurs par l’exemple des établissements anglo-saxons et des pays du nord de l’Europe1, se trouve désormais appliquée avec plus ou moins de réserve dans beaucoup de bibliothèques publiques en France. Et pourtant, nombreux étaient encore les nouveaux visiteurs, avant la fermeture partielle et provisoire de la bibliothèque en septembre 1997, à se montrer surpris, parfois incrédules, de la liberté de manoeuvre qui leur était accordée : certains demandaient par exemple si l’on avait le droit de « se servir », de déplacer les ouvrages d’un étage à l’autre, d’en faire des photocopies, comme s’il s’agissait de quelque chose qui n’allait pas de soi (ce qui pouvait avoir tendance à faire sourire les familiers du lieu, usagers et bibliothécaires). Ainsi, en dehors de certaines contraintes de première nécessité relatives à la sécurité — sécurité des personnes et du personnel, sécurité des biens et du bâtiment —, « entre qui veut » à la BPI. Et c’est d’autant plus vrai que son accès est gratuit ! Conséquence indirecte de cette liberté, l’institution ne dispose pas instantanément d’informations précises et permanentes sur le profil sociodémographique et socioculturel de ses usagers telles que celles qu’un fichier d’inscrits pourrait produire. Seules les enquêtes générales de fréquentation réalisées à intervalles plus ou moins réguliers sur la base d’échantillons prélevés aléatoirement permettent-elles de lever un coin de voile en ce qui concerne les caractéristiques des publics : à la fois les tendances lourdes, presque invariables, liées à des principes de déterminations sociologiques désormais bien connus tels que la relation entre le niveau de diplôme et le taux de fréquentation par exemple, et les tendances plus variables liées au contexte : contexte local (condition et évolution de l’offre documentaire au sens large) et contexte global (conjoncture socio-économique).

  • 2 Il va de soi que cette contrainte est plus ou moins bien respectée sur le terrain. Il est possible (...)
  • 3 Conventionnellement, on considère qu’il s’agit de l’ensemble des personnes ayant fréquenté la bibli (...)
  • 4 J.-F. Barbier-Bouvet rappelait à juste titre que la démarche qui consiste à extrapoler les résultat (...)

3Par définition, la technique du sondage « aléatoire » est source d’imprévu. Un tel constat ne sous-entend pas que cette méthode soit fantaisiste ou qu’elle manque de fiabilité. Au contraire. Le choix d’un « pas de tirage » qui contraint les enquêteurs à interroger invariablement une personne toutes les dix personnes quittant définitivement la bibliothèque, comme ce fut le cas en 1995, est censé garantir la production d’un échantillon représentatif et contrasté2. Mais on ne peut pas savoir au moment où commence l’enquête et où sont formulées de nombreuses hypothèses, quelle sera la structure de l’échantillon et, par conséquent, quelles analyses celui-ci autorisera si sa composition est relativement équilibrée, ou rendra difficile, voire interdira, si les déséquilibres sont grands. Or, en 1995, après avoir sondé près de 3 000 personnes, ce qui devait permettre une variété considérable des profils autant que des réponses, il s’est avéré que près des trois quarts de l’échantillon étaient couverts par la même catégorie — très englobante il est vrai, sans doute imprécise, on y reviendra —, celle des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur (2 022 personnes au total sur 2 804 sondées). Pour simplifier, procéder à l’étude de l’ensemble des usagers de la BPI en recourant à ce type de méthodologie en 1995 revenait tout bonnement à enquêter sur les étudiants qui fréquentaient cette bibliothèque. Statistiquement, cela veut dire que la base arithmétique des autres catégories d’usagers ventilées dans le gros quart de l’effectif restant se trouvait singulièrement réduite au point de perdre beaucoup en matière de fiabilité des analyses. Etudier, par exemple, la place et les usages des personnes s’étant déclarées « chômeur » (4 %), ou « retraité » (0,5 %), sur la base plus que raisonnable d’un effectif total de près de 3 000 personnes interrogées, ne doit pas nous faire oublier que le contingent brut de ces populations ne s’élevait respectivement qu’à une centaine d’individus dans le premier cas, et à une quinzaine dans le second... Tout croisement de variable, toute extrapolation de l’échantillon vers la population mère — notion difficile à définir précisément dans le cadre de cette enquête3—, deviennent de ce fait considérablement risqués : arithmétiquement fondés puisque les procédures de construction de l’échantillon aléatoire sont respectées et contrôlées, mais statistiquement ou sociologiquement instables, voire problématiques, dans la mesure où la démarche aléatoire se révèle surtout efficace et appropriée pour rendre compte d’une population mal connue, a priori hétérogène4.

4Les méthodes ne manquent pas pour remédier à ce type de défaillance. On peut par exemple envisager d’augmenter la taille de l’échantillon pour réaliser un gain plus que substantiel sur les catégories socioprofessionnelles autres que celle des étudiants. Une autre solution consisterait, sur la base de l’enquête par sondage aléatoire qui permet de mettre à jour la structure d’ensemble des publics de la BPI, à réaliser dans la foulée un sondage par quota ou stratifié (définissant, sur la base de la structure générale mise à jour, la taille souhaitable des catégories à sonder de manière plus intensive selon le principe du sur-échantillonnage). On pourrait encore envisager de lancer plusieurs autres enquêtes monographiques portant sur des populations ciblées (les ouvriers, les retraités, les employés ou les chômeurs fréquentant la BPI...). Pour efficaces qu’elles soient, ces solutions engendrent cependant d’autres difficultés. Elles se révèlent notamment délicates à mettre en oeuvre rapidement tant elles exigent de moyens à la fois financiers et humains. Aussi doit-on, pour le moment, se contenter d’une enquête plus particulièrement adaptée à l’étude du public étudiant de la bibliothèque.

  • 5 Le mode, ou caractère modal, est la valeur de la variable, ou la caractéristique, dont la fréquence (...)

5Enfin, pour clôturer ce préambule méthodologique, il est nécessaire de revenir sur le choix des deux périodes d’investigation. Celui-ci repose sur un raisonnement logique qui consiste à préférer le public modal au public moyen5. L’enquête a donc eu lieu en novembre et en mai dans la mesure où ces deux mois étaient considérés comme représentatifs du public que l’on rencontrait pendant les dix mois de fonctionnement « ordinaires » de la bibliothèque. Etaient donc exclues, volontairement, la période estivale de juillet et août au cours de laquelle, en général — au fil du temps, cela se vérifiait sans doute de moins en moins — le nombre d’étudiants tendait à diminuer, alors que le nombre de touristes étrangers et de provinciaux tendait à augmenter.

Sur la notion de public et la question de la multifréquentation

  • 6 Nombreux sont les ouvrages de référence qui soulignent à quel point le singulier convient mal à cet (...)

6Bien que d’usage courant, la notion de « public d’une bibliothèque » ne manque pas d’ambiguïté. Employée telle quelle, sans qu’elle soit clairement redéfinie, elle peut laisser croire en effet que l’on est en présence d’une communauté homogène d’individus aux représentations et aux pratiques, sinon aux caractéristiques, similaires6 ; et qui dit communauté d’individus peut, qui plus est, laisser entendre : en interaction les uns avec les autres.

  • 7 L. Boltanski, P. Maldidier, La Vulgarisation scientifique et son public, Centre de sociologie europ (...)
  • 8 La formule est de Pierre Pachet. Voir, P. Pachet, « Bibliothèque et solitude », in La Bibliothèque (...)

7Englobante, dans la mesure où elle délimite des frontières assez larges (celles qui séparent le public du « non-public »), il faut dire également que cette notion peut contribuer à fabriquer l’illusion d’un ensemble d’usagers exclusifs ou en quelque sorte « captifs » d’un établissement (des usagers fidèles par principe : attachés à l’endroit ; ou fidèles par commodité : si celui-ci est situé à proximité de leur domicile par exemple). Or la réalité, du moins sa représentation sociologique, est plus complexe. Dans un ouvrage récent consacré à la méthodologie du questionnaire, François de Singly en appelait aux réflexions de Luc Boltanski et Pascale Maldidier formulées dans le cadre d’une enquête consacrée aux lecteurs du journal Science et vie : « Un public n’a aucune des propriétés d’un groupe officiel : ni permanent, ni limité, ni coercitif ; il n’a pas fait l’objet d’un travail de définition sociale établissant qui est lecteur et qui ne l’est pas (contrairement au fait d’être médecin) ; il doit son existence à un acte et sa survie à la reproduction de cet acte7» Même si les différences sont grandes entre le public d’une bibliothèque et le public d’une revue scientifique — les premiers ayant notamment la possibilité de se trouver rassemblés pour se tourner le dos8, ou face à face, dans un même lieu —, on retrouve cette difficulté à les saisir en tant que « groupe », que ce soit au sens psychosociologique ou interactionniste du terme, ou encore au sens sociologique, catégoriel.

  • 9 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 32.
  • 10 L’enquête OPLPP/SCP-Communication note qu’un étudiant parisien sur dix fréquente six bibliothèques  (...)
  • 11 Ce qui veut dire, si l’on s’en tient à leurs déclarations, que ces étudiants ne fréquentaient que l (...)
  • 12 A la suite d’une question portant sur les sujets travaillés à la BPI en 1995 (Q. 09 et Q. 10), près (...)

8Le point de vue globalisant, holistique en quelque sorte, qui a pour principe d’homogénéiser une réalité sociale souvent hétérogène (les parties forment un tout), conduit aussi bien dans certains cas à faire passer le singulier pour le général (une partie est le tout). On peut alors, par commodité, par intérêt, ou par simple méconnaissance, « mettre dans le même sac » des éléments parfois différents, c’est-à-dire par exemple produire et mobiliser des figures du discours telles que : « le public de telle bibliothèque est discipliné » ou au contraire, « dissipé », selon la situation du moment ou la position de l’énonciateur. On dira encore, comme le rapportait Jean-François Barbier-Bouvet : « le public de la BPI, c’est des étudiants », alors qu’ils ne représentaient en 1982 que 53 % du total du public9. S’il convient de se garder de ces mauvais penchants qui sont susceptibles de provoquer des prises de position partielles ou partisanes, il faut toutefois reconnaître l’intérêt descriptif d’un point de vue unifiant. Car en effet, l’illusion nécessaire du groupe constitué est opératoire à partir du moment où le processus d’unification souscrit à un principe d’objectivation ; à partir du moment où l’on reconnaît qu’il ne s’agit que d’un artefact ; à partir du moment où l’on ne s’empêche pas, sous le général, de considérer le singulier s’il y a lieu. En produisant et en manipulant rationnellement un tel artefact (c’est-à-dire de façon non arbitraire), on va tout simplement chercher à réduire la complexité observée en sélectionnant et en ordonnant des éléments pertinents de description. Des éléments auxquels on ne fera pas dire plus que ce qu’ils ont à dire, tout en ayant soin de ne jamais masquer le travail de construction des catégories utilisées. On pourra alors distinguer, en vue de les comparer, le public de la BPI du public d’une autre bibliothèque, en prenant bien garde au fait que les usagers de la BPI sont de grands et réguliers consommateurs de bibliothèques10. Pas moins de 78 % des personnes interrogées en 1995, soit près de 4 personnes sur 5, déclaraient en effet fréquenter une ou plusieurs autres bibliothèques en plus de la BPI (83 % des étudiants, 66 % des usagers qui ne sont ni étudiants, ni scolaires) ; ce qui veut dire que tout de même 22 % des usagers au total fréquentaient exclusivement la BPI à cette époque dont 17 % des étudiants11. Parmi les autres bibliothèques fréquentées, les BU, logiquement, sont le plus souvent citées (elles sont citées par la moitié des personnes interrogées et par près des deux tiers des étudiants, voir tableau 1), les BM figurent en seconde position (citées par un tiers environ des usagers de la BPI, 45 % des scolaires et 37 % des usagers qui ne sont ni étudiants et ni scolaires)12. 61 % de ceux qui fréquentaient d’autres bibliothèques le faisaient très régulièrement puisque 83 % de ceux-là déclaraient s’y rendre au moins une fois par semaine (et 88 % des étudiants). On remarque enfin que les scolaires fréquentaient beaucoup plus les BM que les bibliothèques des lycées (trois fois plus), ce qui tient sans doute à la particularité du public scolaire de la BPI qui est assez âgé comme on pourra le vérifier.

9En matière de comparaison encore, on pourra également distinguer le public de la BPI du public du MNAM/CCI (Musée national d’art moderne, Centre de création industrielle), tout en rappelant que les différents départements du Centre Pompidou partagent en commun de nombreux usagers. Plus du quart des usagers interrogés en 1995 (28 %) déclaraient en effet avoir fréquenté les collections permanentes du MNAM au cours des douze derniers mois précédant l’enquête (27 % des étudiants et 32 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires) ; 23 %, au cours de la même période, déclaraient s’être rendus au cinquième étage du centre pour visiter une exposition (23 % des étudiants et 28 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires) ; 12 % déclaraient avoir fréquenté la salle de cinéma (11 % des étudiants, 16 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires). Au total, pas moins de 40 % des personnes interrogées déclaraient fréquenter occasionnellement les espaces du Centre autres que la BPI (39 % des étudiants, 47,5 % des non-étudiants, non-scolaires), et 7,5 % précisaient par ailleurs le faire très régulièrement. Enfin, 20,5 % des personnes interrogées au moment où elles sortaient de la bibliothèque du deuxième étage déclaraient avoir fréquenté la Salle d’actualité au cours des douze derniers mois (19 % des étudiants, soit moins d’un sur cinq, et 28 % des individus qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires, soit plus d’un sur quatre). En produisant de tels chiffres, on voit déjà apparaître des différences significatives entre les pratiques des étudiants et celles des autres usagers. Les écarts enregistrés, s’ils ne sont pas démesurés, ont le mérite d’être réguliers : au moins cinq points en moyenne. En ce qui concerne la fréquentation des autres départements du Centre, on peut donc parler d’un investissement moindre de la part des étudiants ; cette tendance se prolongeant jusqu’à la Salle d’actualité qui pourtant était un espace dépendant de la BPI (il faut croire que les services qui y étaient proposés avant la fermeture provisoire et partielle de décembre 1997 : choix non exhaustif d’ouvrages très récents, de revues et de journaux français et étrangers, diffusion de journaux télévisés étrangers, sur un espace réduit, n’intéressaient pas autant les étudiants que la bibliothèque elle-même).

10On constate ainsi que la notion de « public de la BPI » est poreuse. Elle ne fait que figer artificiellement un entrelacs de trajectoires individuelles d’usagers dont les profils et les attentes sont parfois très différents. Dans un contexte de multiplication de l’offre de lecture publique tel que celui de la région Ile-de-France, il va de soi que la notion restrictive et floue de « public d’une bibliothèque » doit être repensée à la lumière des pratiques de multifréquentation de ces institutions culturelles.

11Pour résumer, non pas « un public », mais « des publics » ; non pas des publics systématiquement monofréquenteurs, mais des publics constitués à la fois de monofréquenteurs et de multifréquenteurs ; non pas un public figé, stabilisé, mais un public susceptible de changer, de se renouveler, si l’on considère la dynamique des départs (ceux qui pour différentes raisons ne reviennent plus à la bibliothèque) et des arrivées (néo-visiteurs). Soit, in fine pour l’observateur, un objet assez difficile à saisir et à délimiter, en tout cas à aucun moment une catégorie sociologique à proprement parler.

Tableau 1
Fréquentation d’autres bibliothèques en 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 1Fréquentation d’autres bibliothèques en 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 2
Fréquentation des autres espaces du Centre Pompidou et activité principale déclarée en 1995 (plusieurs réponses possibles)

Tableau 2Fréquentation des autres espaces du Centre Pompidou et activité principale déclarée en 1995 (plusieurs réponses possibles)
  • 1 La Ville : Kurt Schwitters : Brancusi.

Note*1

Professions et catégories sociales : les étudiants et les autres usagers

Les publics « étudiants »

  • 13 Sur un effectif brut de près de 130 personnes, on enregistrait une majorité de lycéens et une minor (...)

12Plusieurs grilles de lecture peuvent être tour à tour mobilisées pour donner une idée de ce que l’on appelle habituellement le recrutement socioprofessionnel de la bibliothèque, c’est-à-dire des différentes professions et catégories sociales les plus représentées parmi les usagers qui la fréquentent. Si l’on s’en tient à la plus simple et à la plus « parlante » de ces grilles, en tout cas à celle que l’on a déjà beaucoup évoquée ici et qui génère de nombreuses représentations et de nombreux discours, il est possible de proposer la répartition bipolaire suivante : on rencontrait en 1995, à la BPI, d’un côté des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur en très grand nombre (72 % selon l’enquête) et, de l’autre le reste des usagers, c’est-à-dire, en plus des quelques lycéens et des rares collégiens13, l’ensemble des autres catégories socioprofessionnelles, soit globalement, des non-étudiants (28 %). Précisons d’emblée que les effets pervers des « non-catégories » sont grands. Insister sur ce que ne sont pas les individus ne permet sûrement pas de dire ce qu’ils sont avec précision et contribue de façon plus ou moins involontaire à les cantonner dans un univers de pratiques et de représentation dévalorisé, puisqu’il est caractérisé par le manque, par le défaut dans tous les sens du terme (manque objectif et défaillance personnelle). Pour cette raison, la formulation « autres usagers » signalée par des guillemets — elle même insatisfaisante reconnaissons-le — sera préférée en général quand il sera question des usagers « non-étudiants et non-scolaires ».

  • 14 En 1982, le même sous ensemble représentait 64 % des publics.

13Ayant identifié une première ligne de partage qui relève essentiellement du système éducatif supérieur, on peut, dans un second temps, en accolant les lycéens et collégiens aux étudiants, obtenir une catégorie globale d’usagers scolarisés au sens large, laquelle représentait 77 % du total des publics en 1995. Il convient, cela dit, de garder le contrôle sur les procédures de regroupement qui produisent des « catégories de catégories » : les accolades associant des éléments de façon artificielle et arbitraire sont susceptibles de déboucher sur des catégories apparemment censées mais empiriquement inopérantes ou fausses. Accoler, par exemple, les étudiants avec les scolaires en général pourrait laisser supposer que les pratiques et les profils des étudiants peuvent s’apparenter aux pratiques et profils des scolaires ; ce qui est loin d’être le cas. Enfin, troisième grille de lecture possible, en cumulant l’ensemble des individus liés d’une manière ou d’une autre à l’enseignement, qu’ils soient enseignants ou enseignés (étudiants + lycéens et collégiens + instituteurs + professeurs), on se trouve cette fois en présence d’un vaste groupe qui couvre à lui seul pas moins de 80 % de l’échantillon14. Ce dernier groupe réunit des individus caractérisés par un statut en relation avec l’école et l’université, comparativement à un public « hors l’école et l’université » ; cette formule devant être prise ici dans son acception la plus neutre, dans le sens d’un éloignement temporel avec l’univers scolaire institutionnel au sens large, non pas dans celle d’une quelconque forme d’exclusion. Il convient, par ailleurs, de souligner que l’ensemble d’usagers « hors l’école et hors l’université » ne pourrait être simplement défini comme un public « d’actifs » au sens économique du terme puisqu’il comprend également des inactifs (retraités, femmes inactives...), de même que des chômeurs dont on ne sait s’ils avaient déjà occupé un emploi.

14A l’aide de ces premières grilles, on peut donc dire que la BPI en 1995, observée sous l’angle des profils des publics qui la fréquentaient en majorité, est une institution située dans une relative proximité du système scolaire et surtout universitaire (essentiellement parisien, on aura l’occasion de le constater). L’analyse des pratiques, complétée par l’analyse de certains discours, montrera que cette proximité peut s’entendre en terme de complémentarité.

15Ces premières répartitions, aussi pertinentes soient-elles, doivent cependant être discutées. Il suffit pour commencer de considérer le niveau d’étude élevé de l’ensemble des usagers interrogés en 1995, ce qui a tendance à gommer certaines différences entre les publics étudiants et non-étudiants de la BPI. On peut se dire également que parmi les non-étudiants, il y avait ceux — très nombreux — qui l’avaient été (la moitié des cadres et professions intellectuelles supérieures qui fréquentaient la bibliothèque et, plus généralement, 30 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires, déclaraient un niveau d’étude supérieur à la maîtrise contre 19 % des étudiants), et ceux qui ne l’avaient pas été (9 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires déclaraient un niveau d’étude inférieur au baccalauréat, 17 % déclaraient un niveau inférieur à bac + 1 ou 2). Il faut ajouter que les pratiques de certains jeunes travailleurs récemment diplômés ne se différencient guère de celles des étudiants. La frontière entre étudiants et actifs occupés est d’autant plus instable, que pas moins de 30 % des étudiants interrogés en 1995 exerçaient une activité salariée au moins à mi-temps, et que par ailleurs un peu plus du quart des « autres usagers » — 5 % de l’ensemble des publics — déclaraient suivre des études ou une formation dans le cadre d’un enseignement régulier parallèlement à leur activité principale.

  • 15 En règle générale les actifs inscrits à l’université qui travaillent à temps plein ne se déclarent (...)

16La proportion des étudiants, au sens restreint ou institutionnel du terme, ne couvre donc pas, à elle seule, le total des usagers de la BPI qui poursuivaient d’une manière ou d’une autre des études en 1995. Il serait dès lors possible de calculer une proportion « d’étudiants au sens large » qui représenterait la somme des étudiants au sens restreint complétée par le pourcentage de ceux qui poursuivent des études et pourtant ne peuvent être considérés comme étudiants15. Enfin, on doit souligner également que pas moins de 19 % des étudiants (20,5 % en 1988) ne s’étaient pas déplacés le jour de l’enquête pour des motifs directement liés à leurs études ; autre manière de dire que la catégorie sociale approchée au moyen de l’activité principale déclarée n’est pas la seule variable explicative (on pourrait envisager cette fois de calculer la proportion de ceux qui viennent « pour étudier à la BPI », qu’il s’agisse d’étudiants, « d’autres usagers », ou encore de scolaires...).

17Deux blocs en tout cas étaient clairement identifiés en 1995. L’un, massif, volumineux (les étudiants au sens restreint), l’autre, nettement moins. Trop clairement sans doute puisque, à la façon d’un communiqué des forces en présence, on est tenté d’interpréter ce découpage binaire en termes d’opposition, voire d’affrontement entre deux camps (un affrontement déséquilibré si l’on s’en tient aux chiffres). On risque alors d’accentuer des clivages qui n’ont pas forcément de raison d’être dans la mesure où l’affrontement en question n’a pour ainsi dire jamais ou rarement lieu de manière directe. S’il est perceptible et efficace, c’est essentiellement au niveau des représentations : sur la façon notamment dont les usagers perçoivent la bibliothèque et ses usagers naturels. Il est manifeste en effet, on aura d’ailleurs l’occasion de revenir sur ce point, que la présence massive des étudiants contribue de manière plus ou moins indirecte à tenir à distance de la bibliothèque certaines personnes qui ne se reconnaissent pas dans son public majoritairement jeune et universitaire ou, plus simplement, qui ne disposent pas du temps nécessaire ou de la patience requise pour attendre parfois plusieurs heures dans la file d’attente.

Les autres usagers

18Définir avec clarté les 23 % restants de l’échantillon (en dehors des étudiants et des scolaires) n’est pas chose facile. En procédant à des regroupements catégoriels larges et englobants afin d’éviter l’effet d’effritement statistique lié à la faiblesse de certains effectifs, on court le risque de passer à côté de certaines informations significatives. A l’inverse, si l’on s’en tient à une lecture ligne à ligne, poste à poste, des professions et catégories sociales représentées à la bibliothèque, on prend le risque cette fois d’appauvrir considérablement la description en la diluant. Une voie intermédiaire s’impose. Elle nous conduira de la description des catégories sociales ou professions les plus représentées, jusqu’aux regroupements de catégories les plus significatifs.

  • 16 Nous avons tout lieu de penser que cette estimation est minorée dans la mesure où elle est produite (...)
  • 17 Voir D. Schnapper, L’Epreuve du chômage, Gallimard, 1994 ; et R. Castel, Les Métamorphoses de la qu (...)

19On s’aperçoit pour commencer que 16 % des individus qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires se déclaraient chômeurs en 1995 (ils représentaient environ 4 % de l’ensemble du public). C’était, numériquement parlant, la catégorie avant regroupement la plus volumineuse après celle des étudiants et des scolaires. Cela veut donc dire que 400 chômeurs environ fréquentaient quotidiennement les espaces de la BPI16. Certes, la catégorie « chômeur » recouvre une pluralité de profils et de trajectoires. Il faudrait, par exemple, pouvoir distinguer les chômeurs autodéclarés n’ayant jamais travaillé (tels que les jeunes diplômés), des chômeurs ayant déjà occupé un ou plusieurs emplois. Ces derniers d’ailleurs, déclarent peut-être au cours de l’enquête le dernier poste occupé plutôt que leur période actuelle de chômage (cet usage est fréquent, c’est d’ailleurs une pratique institutionnalisée puisque les chômeurs ayant déjà occupé un emploi sont en effet souvent classés administrativement parmi les actifs et ventilés dans les catégories relevant du dernier poste occupé). Au-delà des problèmes de nomenclature, il faut reconnaître que sur le plan individuel l’épreuve du chômage sera sans doute fort différente en fonction des âges, des catégories sociales, de la durée et des modalités de la période « d’inoccupation17 ». Les informations dont nous disposons pour l’heure nous permettent de dire qu’à la BPI la plupart des chômeurs sondés en 1995 étaient en majorité des hommes jeunes et diplômés. Sur la base d’un effectif, certes restreint, de 105 chômeurs ayant répondu au questionnaire, 70 % étaient de sexe masculin ; 60 % d’entre eux avaient entre 20 et 29 ans ; le tiers environ déclarait un niveau supérieur à la maîtrise ; plus de la moitié déclaraient un niveau d’étude supérieur à bac + 3 ou 4 ; seuls 14 % déclaraient un niveau d’étude inférieur au baccalauréat. On voit par conséquent que cet ensemble d’usagers ne saurait être assimilé à une population d’exclus culturels à proprement parler. Il faut ajouter enfin que 59 % des chômeurs fréquentaient la BPI depuis plus de cinq ans, ce qui peut laisser entendre — sachant qu’ils étaient par ailleurs relativement jeunes et disposaient d’un capital scolaire conséquent — qu’ils fréquentaient déjà la bibliothèque avant d’être au chômage. En fait, le profil qui se dessine ici est plutôt celui d’un étudiant récemment diplômé qui n’était pas encore parvenu à trouver un emploi.

  • 18 Sachant que le nombre d’actifs occupés a considérablement diminué à la BPI, cette stabilité s’appar (...)

20Le taux de chômeurs a été multiplié par 2,5 depuis 1978 ; mais on notera qu’il est resté relativement stable de 1982 à 1995 : compris dans une fourchette de 3 à 4 % du total des usagers18.

2113 % des individus qui n’étaient ni scolaires, ni étudiants (3 % de l’échantillon total) exerçaient quant à eux une profession dans le secteur de l’information, des arts et du spectacle, catégorie dans laquelle on trouve, en plus des professions artistiques, un grand nombre de professions liées à l’écrit en général et aux métiers du livre (journalistes, secrétaires de rédaction, auteurs littéraires, bibliothécaires, archivistes, cadres de la presse et de l’édition...).

22Enfin, 11 % des individus qui n’étaient ni étudiants ni scolaires étaient professeurs ou exerçaient une profession scientifique (soit 2,5 % de l’ensemble des publics).

  • 19 Ensemble composé de : professions libérales ; cadres de la fonction publique ; professeurs et profe (...)

23En procédant aux regroupements classiques par catégories socioprofessionnelles INSEE, un ensemble se détache nettement : celui des cadres et professions intellectuelles supérieures19. Ils représentaient 10 % en 1995 du total des publics et 43 % des usagers qui n’étaient ni étudiants, ni scolaires. De même, si l’on redistribue l’ensemble des actifs occupés en fonction d’une grille de répartition simplifiée telle que celle utilisée en 1982 (classes supérieures/classes moyennes/classes populaires), on constate rapidement que les individus issus de milieux supérieurs occupaient une position relativement dominante à la BPI en 1995 (voir tableau 4). Par actifs occupés, il faut entendre l’ensemble des usagers qui déclaraient occuper un emploi, soit 18 % de l’échantillon total (ils représentaient près du tiers de l’ensemble des publics en 1982).

  • 20 Voir La Lutte des places. Insertion et désinsertion, V. de Gaulejac, I. Taboada- Léonetti, EPI-Homm (...)

24Précisons, par ailleurs, que l’analyse par classes sociales ou milieux sociaux simplifiés est ici réutilisée alors que cette grille de lecture manque parfois de pertinence. On se réfère parfois aujourd’hui — et c’est bien le signe d’une distance critique prise à l’égard d’une lecture du monde social en terme de stratification sociale traditionnelle ou de « lutte des classes » —, à une « lutte des places », le clivage social le plus discriminant étant désormais, pour beaucoup, celui qui sépare « inclus » ou « exclus », ou encore « affiliés » et « désaffiliés »20.

25Cette position dominante des milieux supérieurs à la BPI doit par ailleurs être relativisée. Il ne faut pas oublier, en effet, la grande masse des étudiants et des scolaires qui restent difficiles à situer sur une échelle sociale, et le fait qu’en 1995 moins d’un usager de la BPI sur cinq était un actif occupé... Avec environ 9 % du total des usagers — proportion sensiblement égale à celle enregistrée en 1982 —, les milieux supérieurs représentaient néanmoins 50 % de l’ensemble des actifs occupés présents dans la bibliothèque. Ainsi, en l’espace de treize ans, la structure sociale du public de la BPI semble avoir changé puisque les usagers issus des milieux moyens qui étaient auparavant les mieux représentés (12,2 % de l’ensemble des publics, soit 40 % des actifs occupés en 1982) ont vu leur effectif diminuer de plus de la moitié (ils ne représentaient plus que 5 % du total des usagers, soit 30 % des actifs occupés en 1995). L’effectif des usagers issus des milieux populaires quant à lui, sans changer de position — il figurait toujours en troisième place de cette échelle sociale simplifiée —, a suivi le même chemin que celui des milieux moyens : il est passé d’environ 9 % en 1982 (proportion identique à celle des classes supérieures à l’époque), à environ 4 % en 1995 (soit 20 % seulement de l’ensemble des usagers actifs occupés, voir schéma 1).

Schéma 1
Répartition sociale du public des actifs occupés de la bibliothèque en 1982 et 1995

Schéma 1Répartition sociale du public des actifs occupés de la bibliothèque en 1982 et 1995

Tableau 3
Composition socioprofessionnelle détaillée des publics de la BPI de 1982 à 1995

Tableau 3Composition socioprofessionnelle détaillée des publics de la BPI de 1982 à 1995

Tableau 4
Composition sociale des publics de la bibliothèque en 1995

Tableau 4Composition sociale des publics de la bibliothèque en 1995

(Nota : étant donné la faiblesse de leur contingent, les agriculteurs ne sont pas ventilés dans ce tableau.)

Origines et conséquences de l’appropriation étudiante : constats et hypothèses

  • 21 D. Renoult (dir.), Les Bibliothèques dans l’université, Editions du Cercle de la librairie, 1994, p (...)

26« Assez, naturellement, les étudiants souhaitent trouver réunies toutes les conditions favorables au travail intellectuel : place suffisante, calme, silence, horaire les plus étendus possibles notamment tôt le matin (avant les cours), tard le soir (après les cours), et d’une manière générale en dehors des périodes de cours (samedi, “vacances”). (...) Les étudiants donnent sans hésiter leur préférence à des collections intégralement mises en libre accès, de même qu’ils s’attendent à pouvoir emprunter largement et disposer de photocopieurs avec des formalités réduites au minimum21. »

  • 22 Guide des étudiants à Paris, nouvelle édition 96/97, Editions Ségolène, 1996, p. 82.

27« On l’aura compris, la BPI de Beaubourg est une véritable mine pour les étudiants. Grâce au catalogue informatisé (une soixantaine de terminaux répartis sur les trois étages de la bibliothèque) et à une classification thématique très claire (panneaux de signalisation dans les espaces et sur les rayonnages), on trouve vite le bouquin, l’article ou le vidéodisque dont on a besoin pour son exposé. En plus, le personnel de la BPI — compétent et disponible — est à la disposition du public pour toute info. Le rêve quoi22 ! »

  • 23 B. Calenge, Accueillir, orienter, informer : l’organisation des services aux usagers dans les bibli (...)

28« On ne peut rêver que 80 % d’une classe d’âge atteignent le niveau du bac et attendre ensuite un faible flux d’étudiants23. »

Les étudiants et le compromis BPI

29La BPI apparaît comme une évidence dans les cheminements de nombreux étudiants à Paris et en Ile-de-France. Le poids des publics étudiants — au sens restreint du terme — a toujours été considérable dans cette bibliothèque : 48,5 % en 1978, 53 % en 1982, 57,5 % en 1988. Jusqu’à cette dernière date, le rythme d’accroissement annuel de cette catégorie d’usagers était d’environ 1 % en moyenne. Il s’est ensuite accéléré, passant à 2 % en moyenne par an au début des années quatre-vingt-dix.

  • 24 La fréquentation effective se révéla donc trois fois supérieure aux prévisions.
  • 25 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 32 et 44.

30Dès l’ouverture du Centre Georges Pompidou, les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur couvraient donc déjà, à eux seuls, la moitié du public de la bibliothèque. Ce déséquilibre apparent était toutefois contenu dans des limites acceptables. Jean-François Barbier-Bouvet rappelait à cet égard que de 1978 à 1982 le rapport entre les étudiants au sens large (étudiants et scolaires) et les autres catégories d’usagers était resté inchangé : 6 personnes sur 10 qui pénétraient dans la bibliothèque étaient soit étudiantes soit scolaires. Ainsi, pas moins de 4 000 personnes environ chaque jour n’appartenant ni à l’une ni à l’autre catégorie fréquentaient la BPI ; soit : « exactement la fréquentation totale escomptée pour la bibliothèque dans les prévisions qui étaient faites avant l’ouverture24 ». L’auteur pouvait donc conclure à l’époque : « Il semble que l’on ne s’achemine pas vers une monopolisation de la BPI par les étudiants ou les élèves. Le rapport entre eux et les autres lecteurs s’est fixé dans une relation statique et non dynamique : les premiers ne tendent pas plus à élargir leur emprise que les seconds à renoncer à leurs habitudes. Leur coexistence n’est pas le fruit de la stabilisation provisoire de poussées contradictoires, mais le produit de la constance de deux demandes indépendantes. Coexistence généralement pacifique, même si les étudiants sont parfois perçus comme envahissants par les autres lecteurs25... »

31Que dire aujourd’hui de cette situation, alors que l’augmentation du nombre d’usagers de la BPI en cours d’études dans l’enseignement supérieur se chiffre à 50 % en dix-sept ans, et que près de 8 usagers sur 10 selon les données recueillies en 1995 sont soit étudiants soit scolaires (sachant que le déséquilibre entre les deux catégories est grand puisque les premiers sont quatorze fois plus nombreux que les seconds) ?

  • 26 Si l’on met bout à bout les graphiques qui permettent d’illustrer la composition sociale des public (...)

32L’homogénéisation du public de la BPI qui s’est opérée à la faveur de l’accroissement considérable des publics étudiants est la conséquence de mutations socioculturelles récentes26. Plusieurs facteurs dont les effets sont conjugués peuvent en fait être identifiés ici. Certains de ces facteurs, externes à la BPI, sont liés aux évolutions récentes de la démographie scolaire française et de la région Ile-de-France ; d’autres, internes à la bibliothèque, sont liés à ses caractéristiques particulières qui font d’elle un outil de choix pour les étudiants.

  • 27 Jean-Pierre Molinari notait que sur 100 jeunes de 20 à 24 ans dont le père appartenait à la catégor (...)
  • 28 O. Galland (dir.), Le Monde des étudiants, PUF, 1995.
  • 29 L’Ile-de-France totalise 26 % des effectifs étudiants (contre 40 % il y a vingt ans). L’Académie de (...)
  • 30 Ajoutons sur ce sujet que ces pourcentages vont varier considérablement en fonction des filières d’ (...)
  • 31 Les Bibliothèques dans l’université, op. cité, p. 125.

33Au plan national, il faut souligner que la condition étudiante actuelle n’a pas grand chose à voir avec ce qu’elle était il y a seulement vingt ans : près des deux tiers environ d’une classe d’âge obtenait le baccalauréat en 1995, contre le quart au milieu des années soixante-dix, et seulement 5 % au début des années cinquante. Cette évolution rapide et considérable du niveau de diplôme en France et du rapport aux études que l’on souhaite dorénavant de plus en plus longues a entraîné une véritable massification de l’enseignement supérieur. Et si, par massification, il ne faut pas entendre démocratisation au sens fort du terme — de nombreux clivages persistant dans l’égalité des chances d’accès27—, il faut tout de même se rendre compte que la population étudiante de l’ensemble des inscrits dans l’enseignement supérieur représentait près de la moitié de l’ensemble des 18-22 ans au début des années quatre-vingt-dix en France, alors qu’elle ne correspondait qu’à 28 % de cette même classe d’âge en 1980, juste après l’ouverture de la BPI28. Au niveau régional, il convient de rappeler que l’Ile-de-France demeure la première région universitaire : elle accueille encore de nos jours un peu plus d’un étudiant sur quatre de l’ensemble des universités françaises29. On comptait ainsi en 1997 autant d’étudiants à Paris inscrits en université qu’en 1960 dans la France entière. Et pourtant, on ne disposait dans la capitale à cette époque que d’une moyenne de 0,33 m2 par étudiant en BU, pour une moyenne de 0,60 m2 au niveau national. Or, l’enquête réalisée par l’Observatoire de la vie étudiante, en 1994, a justement montré que parmi les lieux dans lesquels les étudiants déclaraient « travailler souvent », la bibliothèque arrivait en troisième position (elle recueillait 19 % des suffrages, ce qui la situait derrière le logement personnel et le domicile des parents) ; elle arrivait même en première position dans les lieux où ils déclaraient « travailler parfois » (avec 54 % des suffrages)30. La fréquentation des BU en France ayant augmenté de 71 % de 1984 à 199031, on imagine facilement comment ces établissements se sont trouvés rapidement saturés, en particulier dans la région parisienne.

  • 32 Il suffit de s’immerger dans la foule pour se sentir entouré, sans même que des relations interpers (...)

34Au niveau local, il faut considérer enfin les nombreux atouts dont dispose la BPI pour un public étudiant. Les exergues placés en introduction de ce chapitre témoignent à ce titre de la conjonction possible des intérêts étudiants avec l’offre et le contexte de l’offre BPI. Au-delà d’ailleurs des explications utilitaires immédiates — nécessaires mais insuffisantes — qui éclaircissent les raisons de la présence massive de ces derniers (entrée gratuite, collections encyclopédiques en accès libre, commodité des espaces de travail, étendue des horaires et des jours d’ouverture...), il faut également souligner la particularité du « compromis BPI » pour cette catégorie d’usagers. Le séjour dans la bibliothèque du Centre Pompidou est en effet l’occasion de joindre l’utile — voire l’indispensable — à l’agréable, c’est-à-dire combiner en une seule formule une activité studieuse avec les nombreux avantages que procure l’installation en centre ville, au coeur de la capitale : sociabilité effective ou simplement virtuelle avec les autres usagers32, concentration des lieux de spectacle, de loisir... Il ne faut pas négliger non plus le fait qu’à la BPI on puisse commodément associer au cours de la même visite des recherches strictement personnelles et des recherches finalisées pour son travail ou ses études, sans oublier qu’un établissement ouvert au grand public comme la BPI, contrairement à ce que l’on pourrait penser, facilite le travail et la concentration personnelle aux dires mêmes de certains usagers plutôt qu’il ne la freine.

35En matière de sociabilité, on observe que le caractère collectif des visites varie avec l’âge et la position dans le cycle des études. 44 % des scolaires, 23 % des étudiants, mais seulement 7 % des autres usagers n’étaient en effet pas venus seuls le jour de l’enquête (ceux qui étaient venus accompagnés étaient venus entre amis en général). Ce point est important. Il montre en effet que pour certains étudiants et de nombreux scolaires, l’usage de la BPI, même s’il est finalisé autour d’un projet de travail studieux, s’accompagne de formes de sociabilité qui débordent sans doute l’aspect sérieux et utilitaire des motifs de visite. Enfin, on relève également des variations sociales significatives en ce qui concerne les canaux qui ont permis de découvrir la BPI : les « autres usagers » s’étaient surtout débrouillés par eux-mêmes alors que les étudiants avaient recouru au bouche à oreille amical, tout comme les scolaires d’ailleurs qui avaient, pour leur part, également profité des conseils avisés de leurs parents.

Graphique 1
Composition du public de 1978 à 1995

Graphique 1Composition du public de 1978 à 1995

Tableau 5
Type de visite en fonction de l’activité principale

Tableau 5Type de visite en fonction de l’activité principale

Tableau 6
Variations sociales des moyens par lesquels la BPI a été connue

Tableau 6Variations sociales des moyens par lesquels la BPI a été connue

Reconsidérer la sur-représentation étudiante et ses conséquences

  • 33 A.-M. Bassy, La Connaissance du public, BPI-Centre Georges Pompidou, rapport interne, 1978, p. 2.

36« Il me semblerait tout aussi ridicule de prétendre, comme certains l’ont fait, que le Centre a manqué son objectif puisqu’il n’est pas fréquenté en permanence par des milliers d’ouvriers et des milliers de paysans (qui l’aurait jamais supposé ?), que de contempler avec une satisfaction béate ce nouveau nombril de Paris, capable d’attirer près de 6 000 000 de visiteurs en un an. Outre la diversité, la pauvreté des interprétations données aux chiffres ne laisse pas de m’étonner. Il ne s’agit pas de superposer simplement la réalité aux objectifs vrais ou faux, et de lever ou d’abaisser le pouce pour condamner ou absoudre. Il s’agit bien plutôt de comprendre, à partir des indications recueillies, la nature exacte du phénomène auquel nous assistons et les mécanismes d’ordre socioculturel qui, de façon parfois incontrôlée, ont été mis en jeu33. »

  • 34 F. de Singly, « Une forme de l’évaluation : l’analyse de "l’exit", de la non-réinscription », préfa (...)

37« Le régime auquel est ainsi soumis la bibliothèque (ou tout autre instance) élimine en douceur les individus qui se sont peut-être trompés d’adresse. L’absentéisme de certains usagers — on songe également à l’école — ne permet-il pas de préserver le fonctionnement de l’institution, la paix exigeant en quelque sorte quelques victimes (qui ont un avantage, celui de s’immoler elles-mêmes)34. »

38Le relatif équilibre social et notamment socioprofessionnel qui prévalait au début des années quatre-vingt n’était donc plus de mise au milieu des années quatre-vingt-dix. Il semblerait, comme nous l’avons déjà avancé, que l’appropriation étudiante de la BPI se soit surtout effectuée au détriment des individus issus de milieux moyens (leur proportion subissant l’érosion la plus forte : moins 7 points) et, dans une moindre mesure mathématiquement parlant, mais avec de lourdes conséquences quant à leur occupation physique des lieux, à celui des milieux populaires. Ceux-là ne perdent en effet que 5 points, mais leur proportion initiale étant relativement modeste, certaines catégories telles que celles des ouvriers qualifiés et non qualifiés n’apparaissent plus pour ainsi dire dans les relevés statistiques.

  • 35 La capitale concentre 32 % de cadres et professions intellectuelles supérieures parmi les actifs oc (...)
  • 36 Dans une moindre mesure, agriculteurs, artisans, commerçants et employés, sont également sous-repré (...)

39Quand on ne considère que la situation des actifs occupés, on constate sans surprise que la structure socioprofessionnelle des publics de la BPI est toujours aussi différente de celle de la société française dans son ensemble. En examinant la façon dont ceux ci se répartissent dans les deux cas (voir le tableau 7), on voit clairement que les cadres et professions intellectuelles supérieures sont particulièrement sur-représentées à la BPI (elles y sont plus de 4 fois plus nombreuses que dans la société française et 1,7 fois plus que dans Paris intra-muros35), alors que les ouvriers sont pour leur part sous-représentés36. Seules les professions intermédiaires, malgré la diminution considérable de leur effectif, sont présentes à la BPI dans une proportion sensiblement égale au poids qu’elles pèsent sur le plan national.

  • 37 En commentant les données de l’enquête de 1982, Jean-François Barbier-Bouvet soulignait déjà que la (...)

40Ces différents constats — domination relative des classes sociales supérieures parmi les actifs occupés, sur-représentation des cadres ou professions intellectuelles supérieures, sous-représentations des ouvriers dans la bibliothèque — ne sont pas à proprement parler nouveaux ou surprenants. On sait depuis longtemps que l’objectif de démocratisation culturelle au sens fort poursuivi par les concepteurs de la BPI n’a pour ainsi dire jamais été totalement atteint. Depuis son ouverture, en effet, les conditions particulières d’accès à la bibliothèque et à ses documents semblent surtout plaire aux catégories sociales les plus diplômées. Pour reprendre une formulation classique en sociologie de la culture, elles semblent plutôt favoriser ceux qui sont déjà favorisés, ne faisant ainsi que reproduire certaines inégalités sociales plutôt que de les atténuer37. Ce rappel est important. Il faut toutefois préciser que les données quantitatives sont surtout efficaces pour faire apparaître des tendances lourdes, des mouvements de fond, des régularités statistiques. Elles ne doivent pas masquer totalement le fait que pour une frange peut-être minoritaire mais non négligeable d’actifs occupés, la BPI a sans doute parfaitement rempli son rôle d’institution culturelle ouverte à tous et « désacralisante ». Il ne faut pas oublier que sur la base de trois millions et demi d’entrées annuellement enregistrées, les profils minoritaires finissent tout de même par peser dans la balance. Dans le même ordre d’idées, on sait également que la Salle d’actualité qui faisait partie du dispositif BPI tout en étant située au rez-de-chaussée du Centre, c’est-à-dire à l’écart de la bibliothèque du deuxième étage, avait les faveurs d’un public moins favorisé socialement parlant.

Tableau 7
Répartition par PCS des actifs occupés

Tableau 7Répartition par PCS des actifs occupés

Source INSEE, Enquête emploi 1996, et BPI (ne figurent que les usagers de la bibliothèque ayant déclaré résider en France).

41Enfin, d’autres éléments viennent modérer ces constats désenchantés et permettent de formuler d’autres hypothèses. Pour commencer, il faut tenir compte du processus, déjà évoqué, de massification de l’enseignement supérieur au cours des vingt dernières années. On peut ainsi avancer l’idée qu’une partie des classes moyennes et des classes populaires qui fréquentaient autrefois la BPI, et n’apparaissent plus aujourd’hui dans les relevés statistiques, y sont pourtant toujours présentes, mais en tant qu’étudiants, et non plus en tant qu’actifs occupés. Ce n’est donc pas un hasard si 9 3 % des professions intermédiaires interrogées à la BPI en 1995 avaient plus de 24 ans (42 % avaient plus de 29 ans), cela veut tout simplement dire que ces catégories qui forment le gros des troupes des classes moyennes étaient particulièrement mal représentées parmi les moins de 24 ans, limite d’âge au-dessous de laquelle on a de nos jours beaucoup plus de chance qu’il y a seulement vingt ans d’être encore scolarisé.

  • 38 Ceux qu’à la suite de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron on appelle les « héritiers ».
  • 39 Dans un rapport de préfiguration de la BPI datant de 1969, on pouvait lire que la vocation de la bi (...)

42Les étudiants actuels, dans le contexte de l’université de masse, sont donc d’une certaine façon les cibles visées il y a vingt ans par les concepteurs de la BPI. Ainsi, les désillusions et les propos fatalistes quant à leur présence massive doivent-ils être relativisés. Non seulement cette occupation est logique au regard des mutations socioculturelles des deux dernières décennies, mais elle est de surcroît légitime puisque les étudiants « bénéficiaires » de ce processus de massification n’ont pas grand chose à voir avec leurs aînés des années soixante et soixante-dix38 : en plus des barrières matérielles qui se dressent devant eux (manque de place, rejet des étudiants de premier cycles par certaines BU ou bibliothèques spécialisées), les « nouveaux étudiants » ne se sentent pas forcément à leur aise dans des bibliothèques moins accessibles que la BPI (qu’il s’agisse des conditions d’accès matérielles ou symboliques). On peut ainsi se dire que le fait de considérer aujourd’hui négativement la sur-représentation des étudiants dans la bibliothèque procède en partie d’une erreur d’interprétation : ceux qui en général envisagent les choses sous cet angle assimilent arbitrairement les étudiants contemporains, dont les profils sociaux sont multiples et parfois contrastés, aux élites étudiantes anciennes que l’on ne souhaitait pas dès la préfiguration de la BPI voir envahir l’établissement39.

  • 40 Selon les chiffres de l’INSEE leur effectif brut a diminué de près d’un million. C’est la plus fort (...)
  • 41 Le nombre de retraites (droits directs versés) est passé de 9 543 000 en 1980 à 14 946 000 en 1994 (...)
  • 42 La violence symbolique se caractérise par le fait qu’elle s’exerce avec la complicité même des pers (...)

43Malgré tout, il reste que certaines catégories d’usagers, telles que les retraités et les ouvriers par exemple, sont toujours aussi peu représentées à la BPI. La situation des uns et des autres, même si leurs effectifs sont identiques, est d’ailleurs assez différente, voire tout à fait inverse. Le poids des ouvriers a considérablement diminué dans la société française depuis la fin des années soixante-dix40, alors que celui des retraités a fortement augmenté au cours de la même période, de même que leur niveau d’études et leur état de santé (autant d’indicateurs qui font que les retraités actuels ne ressemblent pas aux retraités de la fin des années soixante-dix41). Or, malgré le temps libre dont les retraités sont censés disposer, ceux-là n’occupent pas plus le terrain à la BPI en 1995 qu’en 1982. C’est même tout le contraire puisque leur effectif s’est encore amenuisé... En ce qui concerne cette catégorie d’usagers — comme celle des « seniors » en général d’ailleurs —, on peut avancer l’hypothèse que la sur-représentation des étudiants et des jeunes est sans doute dommageable à l’intérêt qu’il peuvent porter à la BPI. Leur absence peut ainsi être comparée à un processus de retrait volontaire, une forme d’auto-élimination en douceur — en tout cas en silence — plutôt qu’à une manoeuvre d’éviction à proprement parler. Il existe une forme de « violence symbolique », pour reprendre une formulation fréquemment utilisée par Pierre Bourdieu, qui conduit certaines personnes à « céder leur place » au sens propre comme au sens figuré42. Au cours d’un entretien réalisé en 1997, une femme de 54 ans (cadre moyen au chômage depuis plusieurs années, grande habituée de la bibliothèque qu’elle fréquentait depuis l’ouverture du Centre) déclarait ainsi :

« Moi je viens là, on va dire en dilettante, en bonheur... Les jeunes qui sont derrière moi, ils viennent bosser, eux, c’est du sérieux. Donc moi, je vais pas prendre vingt minutes, on va dire à patauger dans le catalogue informatique pour faire “mumuse” (...) Je trouve qu’ici, c’est un lieu... moi je le prends comme un lieu de plaisir, mais on sent quand même que c’est un lieu de travail. Hein, donc il ne faut pas exagérer, il faut respecter les étudiants. »

  • 43 Il ne faut pas oublier que les disciplines étudiantes les mieux représentées à la BPI comptent parm (...)
  • 44 La diminution régulière du nombre des scolaires qui fréquentent la BPI (leur proportion a été divis (...)

44A travers ce discours, on voit bien que, même chez certains habitués, même chez ceux qui pourtant figuraient parmi les usagers les plus légitimes du point de vue institutionnel (les chômeurs), la BPI est d’abord et avant tout envisagée comme une bibliothèque destinée aux étudiants, comme un établissement qui leur revient de droit. Cette représentation est d’autant plus forte que les personnes qui la mobilisent et la véhiculent se montrent en général sensibles à ce que l’on appelle le « désarroi étudiant » (l’étudiant soumis à la pression scolaire, aux difficultés matérielles, inquiet pour son avenir professionnel43). On peut donc dire que l’appropriation matérielle de la bibliothèque par les étudiants s’est accompagnée d’une appropriation symbolique ; une double appropriation sur laquelle, par conséquent, il sera difficile de revenir désormais, d’autant plus que le processus de massification de l’enseignement supérieur ne s’inversera pas. Il faut rappeler également que « l’effet Beaubourg » dont parlait Jean-François Barbier-Bouvet en 1986 (l’aspect repoussant pour les plus âgés de l’architecture moderne du Centre) est sans doute encore vivace chez certains, même s’il s’est atténué avec le temps. Enfin, il faut dire que le rapport au temps des retraités et des étudiants est très différent. Matériellement, les uns et les autres peuvent théoriquement en consacrer — ou plutôt en gaspiller — à patienter dans une file d’attente mais, dans les faits, on sait bien que les étudiants se montrent souvent plus tenaces que les autres pour surmonter cet obstacle. Ceci explique qu’une forme de tri, de sélection naturelle, va s’effectuer en fonction des besoins et des usages de la bibliothèque. Il faut se rendre compte en effet que l’accès aux documents ou aux espaces de travail est primordial pour les étudiants et rien ou presque, contrairement à d’autres types usagers44, ne saurait les détourner de leurs objectifs.

45En résumé, un double processus de transformation des publics s’est opéré à la BPI : un processus d’auto-élimination plus que d’éviction à proprement parler, et un processus de substitution de publics.

NOTA : Etant donné l’étroitesse de certains effectifs brut étudiés, des regroupements de catégories vont s’imposer pour la suite de l’analyse. Ne pouvant pour de nombreux traitements statistiques réutiliser la grille de répartition traditionnelle en dix catégories socioprofessionnelles (les catégories qui représentent moins de 5 % de l’échantillon total sont trop nombreuses), pas plus que celle par classes ou milieux sociaux simplifiées (les tailles catégories « milieux populaires » et, dans une moindre mesure, « milieux moyens » sont également trop réduites et ne présentent pas suffisamment de garanties statistiques), nous aurons recours le plus souvent aux découpages déjà utilisés : étudiants/scolaires/non-étudiants et non-scolaires, ou étudiants et scolaires/non-étudiants et non-scolaires. Le dernier terme de ces deux oppositions étant composé d’un ensemble particulièrement hétérogène et contrasté puisqu’il comprend des classes sociales supérieures, des classes moyennes et des classes populaires, ces scores seront éventuellement pondérés au moyen d’une comparaison avec ceux de la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » (sachant que cette catégorie couvre à elle seule la quasi totalité des classes supérieures présentes à la BPI et pas moins de 43 % de l’ensemble des « non-étudiants et non-scolaires », le rappel de ces scores devrait permettre une comparaison approchée de type : classes supérieures/classes moyennes et classes populaires).

Le renversement de la structure par sexe des publics

  • 45 Source : Baromètre mensuel du public, Observatoire du public, direction du Développement du public, (...)

46A la lecture des chiffres de 1995, un bouleversement considérable apparaît : celui qui concerne l’inversion récente de la structure par sexe des publics. On peut parler d’une véritable « féminisation du public de la BPI » dans la mesure où non seulement le déséquilibre homme/femme enregistré jadis s’est effacé (en moyenne 60 % d’hommes pour 40 % de femmes selon les enquêtes 1978/1982/1988, soit un différentiel de 20 points), mais il s’est de surcroît inversé puisque les femmes en 1995 étaient sur-représentées dans la bibliothèque avec un écart de près de 10 points (54,5 % de femmes pour 45,5 % d’hommes). On observe par ailleurs, au cours de la même période, que la structure par sexe de l’ensemble des publics du Centre Georges Pompidou n’avait quant à elle pas changé : en mai comme en novembre — mois choisis, je le rappelle, pour la passation du questionnaire d’enquête consacré aux publics de la BPI —, on enregistrait une proportion d’environ 53 % d’hommes pour 47 % de femmes qui correspondait à la moyenne annuelle (proportion d’étudiants : 40 %)45. Bien que surprenants, plusieurs éléments viennent renforcer la validité de ces chiffres et montrent que cette inversion témoigne d’une mutation en profondeur plutôt que d’une simple variation épisodique. Il faut signaler, pour commencer, que l’écart enregistré en faveur des femmes s’est maintenu d’une vague d’enquête à l’autre, c’est-à-dire en mai, comme en novembre 1995. Ensuite — et il s’agit là bien sûr de la cause principale de l’inversion —, les effectifs étudiants sur-représentés à la BPI étaient majoritairement féminins. En effet, pas moins de 60 % des étudiants sondés à la BPI en 1995 étaient des étudiantes, alors que pour les autres catégories d’usagers (hormis les scolaires qui sont dans la même situation que les étudiants) la structure par sexe était semblable à celle que l’on connaissait à la bibliothèque jusqu’en 1988 : 61 % d’hommes et 39 % de femmes.

  • 46 Voir C. Baudelot, R. Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992. Signalons également que la g (...)
  • 47 On voit qu’à partir du troisième cycle et surtout dans les grandes écoles, les garçons, jusqu’à auj (...)
  • 48 Annuaire statistique de la France 1997, INSEE/La Documentation française.
  • 49 Vaste ensemble constitué des disciplines suivantes : lettres (18,3 % des étudiants à la BPI), philo (...)

47La domination féminine à l’école et à l’université est bien connue des sociologues de l’éducation. Les effectifs féminins, qui étaient sous-représentés dans l’enseignement supérieur en France dans la première moitié du xxe siècle, ont rejoint les effectifs masculins dans les années soixante-dix, avant de les dépasser dans les années quatre-vingt46. Pour l’année universitaire 1995/1996, la proportion de filles inscrites en premier cycle était ainsi de 56,5 % ; de 58 % en second cycle ; et de 48 % en troisième cycle47. Quand on sait que le premier cycle représente en France un peu plus de la moitié des effectifs étudiants (36,5 % à la BPI en 1995), le second cycle un tiers (39,5 % à la BPI), et le troisième 14 % (23 % à la BPI), on voit, qui plus est, que les filles sont sur-représentées au niveau national dans les cycles où l’on compte le plus d’inscrits48. Il se trouve également que les disciplines les plus courantes à la BPI — en matière d’inscription universitaire — sont parmi les plus féminisées en général : pas moins de 37 % des étudiants interrogés à la BPI en 1995 déclaraient poursuivre leurs études dans la branche « lettres, sciences humaines49 », branche qui, au niveau national, est féminisée aux trois quarts ! Enfin, et cette information vient compléter l’analyse en terme de bouleversement récent, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes à fréquenter depuis peu la BPI : en 1995, 61 % de l’ensemble des personnes interrogées déclarant venir depuis moins d’un an étaient des femmes.

48Au-delà de l’explication mécanique incontestable : augmentation considérable du nombre des étudiants à la BPI/féminisation des publics de la BPI, on peut également envisager une forme de « domestication », d’appropriation de cet espace public par sa frange féminine : une sorte de mutation, et pourquoi pas de relative émancipation dans le domaine des pratiques culturelles des femmes. Dans cette perspective, on peut formuler l’hypothèse que la BPI, pour les jeunes étudiantes actuelles, serait un prolongement naturel de leur appropriation de l’université. Elles fréquenteraient la bibliothèque du Centre Pompidou, non pas contraintes et forcées, mais par projet, de façon volontaire et réfléchie.

  • 50 « Image et expérience des BM », SOFRES/DLL/BPI 1997 ; voir C. Evans, « Usagers et usages en bibliot (...)
  • 51 En 1982, si les hommes étaient plus nombreux que les femmes, les jeunes femmes (âgées de moins de 2 (...)

49On expliquait autrefois la sous-fréquentation féminine à la BPI par le fait que ce type particulier d’environnement — une très grande bibliothèque en libre accès massivement fréquentée, située dans un environnement architectural particulier — pouvait sembler inapproprié, voire hostile aux femmes. Jean-François Barbier-Bouvet écrivait à ce propos dans les années quatre-vingt : « (la BPI) n’est pas seulement un lieu d’exposition, c’est un lieu où l’on s’expose. Lieu ouvert, permissif, encombré, il est vécu par certaines comme un endroit incontrôlable, et surtout imprévisible. La meilleure preuve en est que les femmes qui fréquentent Beaubourg sont moins nombreuses à venir seules que les hommes, et plus nombreuses à venir accompagnées. » En 1995 encore, les étudiantes venaient accompagnées un peu plus souvent que les garçons (26 % venaient accompagnées contre 18 % des garçons), mais cette compagnie tenait peut-être autant à un mode spécifique de sociabilité étudiante qu’à une pratique typiquement féminine. En effet, si 18 % des garçons étudiants venaient accompagnés à cette époque, seuls 4 % des hommes non-étudiants et non-scolaires étaient dans ce cas ; la variable « activité principale » semblait donc ici l’emporter sur la variable sexe. Il faut préciser, par ailleurs, que Jean-François Barbier-Bouvet développait son argumentation en se référant aux femmes inactives qui étaient particulièrement mal représentées à la BPI alors qu’elles l’étaient beaucoup mieux dans les bibliothèques municipales. En 1995 encore, la proportion des femmes inscrites en BM était supérieure à celle des hommes puisque 28 % des femmes déclaraient fréquenter une BM et 21 % y être inscrites, contre respectivement 23 % et 16 % des hommes50. La condition féminine en France ayant évolué sur certains points (allongement de la durée des études, report des grandes décisions telles que la formation d’un couple, la venue d’un premier enfant ou l’investissement dans la vie professionnelle), l’inactivité féminine au sens économique du terme n’est plus aussi courante, surtout chez les jeunes femmes. On sait que les pratiques et les représentations, sans qu’elles changent à la même vitesse, sont susceptibles d’évoluer conjointement. Aussi peut-on dire aujourd’hui que la BPI n’apparaît sans doute plus autant comme un espace peu fréquentable pour les jeunes femmes. En rappelant l’importance de la variable âge, on doit souligner enfin que les femmes présentes à la bibliothèque étaient, d’après l’enquête réalisée en 1995, plus jeunes que leurs homologues masculins : 68 % des premières, toutes PCS confondues, avaient moins de 25 ans, contre 47 % environ des seconds (chez les seuls étudiants la proportion était de 78 % pour les femmes et 63 % pour les hommes). Cela revient à dire que le mouvement d’inversion de la structure par sexe des publics de la bibliothèque semble s’être effectué par l’intermédiaire des plus jeunes, sans doute moins influencées par des représentations qui relèvent de manières de penser et d’agir de leurs aînées51.

50Pour conclure sur ce point, on peut dire que la féminisation des publics de la BPI est tout à fait logique : il ne s’agit pas d’une révolution à proprement parler, les femmes inactives qui ne fréquentaient pas la BPI ne la fréquentant pas plus en 1995.

Tableau 8
Structure par sexe des publics de la BPI de 1978 à 1995

Tableau 8Structure par sexe des publics de la BPI de 1978 à 1995

Tableau 9
Structure par sexe et activité principale déclarée en 1995

Tableau 9Structure par sexe et activité principale déclarée en 1995

Structure par âges

51Le public de la BPI a toujours été caractérisé par sa jeunesse. Martine Poulain écrivait en 1990 que, « tel Dorian Gray », il semblait immortel, le temps n’ayant pas de prise sur lui. En 1986, Jean-François Barbier-Bouvet avait déjà érigé cette particularité au rang « d’effet BPI » : si la condition sociale est parfois difficile à deviner, l’âge est une donnée qui se déchiffre plus facilement, et cette jeunesse massive et visible peut fonctionner comme un véritable repoussoir pour certains — nous avons déjà évoqué ce mécanisme lorsqu’il était question des usagers retraités ou des « seniors » —, à plus forte raison quand elle est associée à des pratiques, des comportements et des représentations spécifiques (regroupements visibles et parfois bruyants dans les espaces de consultations et autour des tables de travail, attitude générale sans complexe vis-à-vis des documents et supports proposés par la bibliothèque...).

52En 1995, l’accroissement considérable du nombre des étudiants présents à la BPI a entraîné en toute logique une nouvelle cure de jouvence. Le public de la bibliothèque a rajeuni, mais de façon relative : seule la tranche d’âge des 20-24 ans était en augmentation (sa progression dépassait 7 points par rapport à 1982 et 1988). La tranche des 19 ans et moins était restée stable, de même que celle des 25-29 ans, et toutes les tranches d’âge situées au-delà de 30 ans avaient vu leur proportion diminuer. Plutôt qu’à un réel rajeunissement par la base, on assistait par conséquent à un resserrement de la pyramide des âges des publics de la BPI autour de la classe d’âge des 20-24 ans en 1995. Resserrement consécutif à la présence massive des étudiants comme nous l’avons rappelé, et surtout des étudiantes dans la mesure où ces dernières étaient en effet particulièrement bien représentées parmi les 20-24 ans (64 % des étudiantes qui fréquentent la BPI étaient situées dans cette tranche en 1995 contre 55 % des étudiants).

  • 52 Pas moins de 47,5 % des usagers étaient situés dans la tranche 20-24 ans.

53Ainsi, selon la dernière enquête, plus de 80 % des usagers de la BPI avaient moins de 30 ans, et 59 % avaient moins de 25 ans52. L’âge moyen à la BPI était de 26 ans en 1995, soit deux ans de moins qu’en 1988, mais cette moyenne était relativement élevée si l’on considère le fait que l’âge modal était de 22 ans. Enfin, on notera que la structure par âge des « autres usagers » était, pour sa part, plus équilibrée que celle des étudiants (voir tableaux 10 et 12).

Tableau 10
Répartition par âge des publics de la BPI de 1982 à 1995

Tableau 10Répartition par âge des publics de la BPI de 1982 à 1995

Graphique 2
Structure par âges des publics de la BPI de 1982 à 1995

Graphique 2Structure par âges des publics de la BPI de 1982 à 1995

Tableau 11
Répartition par âge et par sexe de l’ensemble des publics de la BPI en 1995

Tableau 11Répartition par âge et par sexe de l’ensemble des publics de la BPI en 1995

Graphique 3
Structure par âge des deux sexes en 1995

Graphique 3Structure par âge des deux sexes en 1995

Tableau 12
Répartition par âge et par sexe des étudiants et des « autres usagers » (ni étudiants et ni scolaires) en 1995

Tableau 12Répartition par âge et par sexe des étudiants et des « autres usagers » (ni étudiants et ni scolaires) en 1995

Niveau d’études et domaines de formation

Niveau d’études

  • 53 Il s’agit d’un niveau d’études et non pas du dernier diplôme obtenu.

54Près de 90 % de l’ensemble des personnes interrogées en 1995 déclaraient un niveau d’études situé au-delà du baccalauréat contre 80 % en 198853et 54 % en 1978. Nous ne sommes pas ici en présence d’un phénomène localisé de hausse de niveau, mais bien, comme nous l’avons déjà longuement expliqué, d’un phénomène d’ampleur nationale lié à la massification des effectifs dans le système scolaire français.

55Au-delà du niveau baccalauréat, il faut savoir, qu’à la BPI, la catégorie modale depuis vingt ans est « bac + 3, + 4 » (second cycle supérieur). En 1995, 35 % des usagers interrogés déclaraient ce niveau d’études (39 % des étudiants, 29 % des « autres usagers » hormis les scolaires), et 24 % déclaraient un niveau grandes écoles ou supérieur à la maîtrise (22 % des étudiants, et pas moins de 37 % des « autres usagers » dont 48 % des cadres et professions intellectuelles supérieurs) ; ce qui veut tout simplement dire que près de 60 % des usagers interrogés en 1995 déclaraient un niveau d’études situé au-delà de bac + 2.

  • 54 Selon l’enquête SOFRES, Expérience et image des bibliothèques municipales, réalisée en 1997, 6,7 % (...)
  • 55 On retrouve en partie ce phénomène dans la bibliothèque du Haut-de-jardin de la BNF qui présente qu (...)

56Globalement, le public de la BPI peut donc encore être qualifié de « sur-diplômé » en 1995 si on le compare avec la population française prise dans son ensemble ou avec le public des bibliothèques municipales54. Encore une fois, un tel constat est sans surprises étant donné la part considérable que représentent les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur parmi le public de la BPI. Cela dit, il reste que la proportion des usagers étudiants déclarant un niveau d’étude supérieur au premier cycle était très élevée. Sous cet éclairage, on ne peut manifestement pas dire que l’établissement — bibliothèque généraliste non spécialisée ne disposant pas de surcroît de thèses non publiées — serve uniquement de « bibliothèque relais » pour les étudiants de premier cycle, puisque les étudiants inscrits en second cycle et en troisième cycle y étaient très nombreux en 199555. D’autre part, il faut insister sur le fait que les « autres usagers » de la BPI étaient également très diplômés. A cet égard, si les niveaux d’études des « cadres et professions intellectuelles supérieures » étaient prévisibles (48 % possédaient des diplômes supérieurs à la maîtrise ou avaient fréquenté des grandes écoles), les performances scolaires de la catégorie regroupée « professions intermédiaires, employés, ouvriers » — catégorie dans laquelle, je le rappelle, les professions intermédiaires dominaient nettement — sont plus surprenantes : s’ils étaient plus nombreux que les cadres à avoir interrompu leur parcours scolaire avant le bac, 26 % possédaient des diplômes supérieurs à la maîtrise, 35 % avaient poursuivi leurs études jusqu’au deuxième cycle, et 20 % jusqu’au premier cycle. Nous avions par conséquent à faire, selon les chiffres recueillis en 1995, aux franges les plus diplômées de ces catégories sociales, ce qui contribue encore à accentuer le phénomène d’inégalité d’accès déjà évoqué.

57Au milieu des années quatre-vingt-dix, la césure entre les publics étudiants au sens restreint et les autres catégories d’usagers n’est donc pas à proprement parler une frontière culturelle liée au niveau de diplôme. Si elle existe, elle risque plutôt d’être une frontière sociale où le niveau de vie, le rapport au temps libre, les différents types de comportements vont permettre d’objectiver des lignes de partage. Il faudra ainsi accorder une attention particulière aux différences observables en matière d’usages de la bibliothèque en terme de motivations, de pratiques différenciées des supports et des services pour éventuellement distinguer les deux populations.

Tableau 13
Niveau de diplôme de l’ensemble des usagers de 1978 à 1995

Tableau 13Niveau de diplôme de l’ensemble des usagers de 1978 à 1995

Tableau 14
Niveau d’études et PCS en 1995

Tableau 14Niveau d’études et PCS en 1995

Tableau 15
Niveau d’études : répartition par sexe et par activité principale déclarée en 1995

Tableau 15Niveau d’études : répartition par sexe et par activité principale déclarée en 1995

(Autres usagers ici = usagers ni étudiants et ni scolaires ayant effectué des études supérieures.)

Domaines de formation

58Les évolutions en matière de domaine de formation déclaré (discipline étudiée) s’intègrent logiquement dans le schéma d’ensemble des changements survenus à la BPI :

    • 56 Doit-on voir ici l’effet enregistré avec un léger différé de la concurrence exercée par la médiathè (...)

    La proportion des usagers ne déclarant aucune spécialité ou un niveau d’étude certificat d’études primaires a été divisée par quatre depuis 1982 ; celle des usagers ayant suivi des études dans le domaine des sciences appliquées (et techniques) a été divisée par deux56 ;

  • Les domaines « sciences pures », « arts », et « lettres » sont restés stables (à un haut niveau pour le troisième puisque un usager sur cinq a suivi des études de « lettres », et un sur dix environ dans le domaine « arts ») ;

    • 57 Pour être plus précis, du moins pour utiliser le découpage par disciplines en vigueur dans l’enseig (...)

    Les domaines « histoire-géographie » et « sciences sociales et humaines » ont considérablement augmenté : le premier a vu sa proportion multipliée par trois en l’espace de 13 ans, le second a progressé de près de 10 points et totalise à lui seul un peu plus du tiers des déclarations des usagers en 1995 (dont pas moins de 22 % pour le droit, l’économie et la gestion57 !).

59Les variations sociales que l’on peut observer en matière de domaine de formation déclaré, ne concernent pas tant les disciplines elles-mêmes que les niveaux des taux de déclaration. Pour chaque catégorie sociale, les domaines « lettres » et « arts » figuraient aux deux ou trois meilleures places. On notera secondairement que « droit » et « histoire-géographie » obtenaient en 1995 des taux de déclarations plus élevés parmi les étudiants ; que « gestion » et « sciences appliquées » étaient sensiblement plus souvent déclarées par les cadres ou professions intellectuelles supérieurs, alors que la mention « pas de spécialité » était plus souvent déclarée par les professions intermédiaires-employés-ouvriers et les chômeurs.

60La filière « sciences » (matières scientifiques) était la seule filière principalement composée d’étudiants inscrits en premier cycle. Les filières « droit, sciences politiques », « économie, gestion », et surtout « lettres, sciences humaines », étaient pour leur part plutôt composées d’étudiants inscrits en second cycle. La filière « arts » présentait un profil équilibré entre premiers et seconds cycles ; on notera enfin que les filières « droit... », « matières scientifiques... » et surtout « économie... » présentaient le plus fort taux d’étudiants inscrits en troisième cycle et grandes écoles (voir tableau 18).

  • 58 Jean-Pierre Molinari écrit : « Les facultés, les plus “populaires” (en termes de catégories sociale (...)

61Les nombreuses informations recueillies par l’Observatoire de la vie étudiante ont permis de montrer que les filières supérieures les moins discriminantes socialement parlant sont d’une part les filières techniques (en IUT, les enfants d’ouvriers sont représentés en proportion relativement égale à celle des enfants de cadres ; en STS, ils sont plus nombreux), et d’autre part, mais dans une moindre mesure, la filière « lettres et sciences humaines58 ». Sachant que pas moins de 37 % des étudiants qui fréquentent la BPI sont inscrits dans cette seconde filière, on peut raisonnablement penser que les origines sociales de ces derniers sont mélangées ou, pour le dire autrement, que nous n’avons pas en général à faire à une élite étudiante à la BPI au sens d’une frange d’usagers fortement dotée en capital social (c’est ce que semblent confirmer les entretiens réalisés avant la fermeture provisoire et partielle de la bibliothèque vers la fin 1997).

62En matière de géographie scolaire enfin, un sondage partiel réalisé au cours de l’enquête, en 1995, auprès de 342 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur révèle que les deux tiers environ des personnes interrogées étaient inscrites dans des écoles ou des universités situées dans Paris intra-muros (57 % étaient inscrits dans des universités, le reste dans des grandes écoles) ; près d’un tiers étaient inscrits dans des écoles ou des universités situées en banlieue, 3,5 % étaient inscrits en province, et 1 % à l’étranger. Ce sont donc bien les universités parisiennes qui constituent les plus grosses pourvoyeuses d’usagers étudiants de la BPI.

Tableau 16
Domaines de formation des usagers de 1982 à 1995 (non-réponses exclues)

Tableau 16Domaines de formation des usagers de 1982 à 1995 (non-réponses exclues)

Tableau 17
Domaines de formation et activité principale déclarée en 1995

Tableau 17Domaines de formation et activité principale déclarée en 1995

Tableau 18
Domaines et niveau d’études déclaré des étudiants en 1995

Tableau 18Domaines et niveau d’études déclaré des étudiants en 1995

Attraction territoriale et nationalité

Attraction territoriale

63Les caractéristiques résidentielles des usagers de la BPI, comme les caractéristiques sociales, sont elles aussi de plus en plus homogènes. Ainsi, pas moins de 95 % des personnes interrogées en 1995 déclaraient résider à Paris et dans la région parisienne (55 % à Paris même, 40 % environ dans la banlieue parisienne), contre 80 % en 1978 dès l’ouverture de la bibliothèque.

  • 59 On recense un peu plus de 2 millions d’habitants à Paris, pour un total de plus de 10 millions dans (...)

64Il semblerait que la force d’attraction territoriale de la BPI se soit amoindrie. Plus exactement, un double mouvement s’est opéré : d’un côté, les proportions des usagers résidant à l’étranger et en province ont marqué un recul sensible (moins 5 points de 1978 à 1995 pour l’étranger, moins 8 points pour la province), d’un autre côté la part des usagers résidant en banlieue parisienne a considérablement augmenté (plus 12 points pour la banlieue parisienne de 1978 à 1995, alors que dans le même temps la proportion des résidents parisiens ne gagnait que 2,5 points59).

65C’est principalement l’afflux d’étudiants résidant en banlieue qui est à l’origine de ce changement, puisque 7 points d’écart sont enregistrés entre étudiants et « autres usagers » en ce qui concerne le fait de résider en banlieue, et 11 points entre étudiants et cadres ou professions intellectuelles supérieurs.

Tableau 19
Lieu de résidence des usagers de 1978 à 1995

Tableau 19Lieu de résidence des usagers de 1978 à 1995

Schéma 2
L’attraction territoriale de la BPI

Schéma 2L’attraction territoriale de la BPI
  • 60 Rappelons que la période d’investigation retenue, deux semaines en mai et novembre, ne peut rendre (...)

66Avec le temps, le pouvoir d’attraction de la BPI en tant qu’établissement novateur et atypique a sans doute diminué : certaines des caractéristiques technologiques et organisationnelles de la bibliothèque ayant été intégrées et développées dans de nombreux autres établissements, la BPI n’occupe plus désormais la même position dans le champ de la lecture publique en France et dans les représentations des usagers effectifs ou potentiels. Les chiffres enregistrés en 1995 montrent qu’elle tendait à fonctionner de plus en plus comme un équipement de proximité, au sens large (régional) comme au sens restreint (ville-quartier). Mais la diminution de l’attrait exercé par la BPI n’est pas le seul facteur explicatif, il faut également prendre en considération ici le fait que la sur-représentation étudiante et les phénomènes d’affluence et d’engorgement qu’elle engendre ne facilitaient guère les visites inopinées de ceux qui n’étaient que de passage à Paris et qui pouvaient profiter par exemple d’une visite au Centre pour se rendre à la bibliothèque60. En ce qui concerne plus précisément les usagers résidant en banlieue, on note que les départements limitrophes étaient en 1995 de plus gros pourvoyeurs d’usagers que les départements plus éloignés :

  • Une première couronne constituée des départements encerclant la capitale (92, 93 et 94), totalisait à elle seule 67 % des usagers qui déclaraient résider en banlieue [la moyenne pour les trois départements cités est de 22 % ; le 92 (Hauts-de-Seine) étant le plus gros pourvoyeur avec un total de 25 %] ;

    • 61 La petite couronne héberge 4 millions de personnes, la grande couronne 4.5 millions. Paris chiffres (...)

    Une seconde couronne constituée des départements 77, 78, 91 et 95, totalisait pour sa part 33 % des usagers déclarant résider en banlieue [la moyenne était de 8 % pour ces quatre départements ; le 77 (Seine-et-Marne) étant le plus faible pourvoyeur avec un total de 7 %]61.

67On notera que les étudiants venaient plus du 93 que les « autres usagers » (8,5 points d’écart sont enregistrés sur ce point entre étudiants et « autres usagers », 12 points d’écart sont enregistrés entre étudiants et cadres ou professions intellectuelles supérieurs). Les « autres usagers », quant à eux, venaient un peu plus du 94 que les étudiants (8 points d’écart sont enregistrés entre les deux catégories d’usagers, et environ 10 points entre étudiants et cadres ou professions intellectuelles supérieurs en faveur des seconds).

  • 62 Paris chiffres, op. cité.

68En ce qui concerne Paris, il est clair que les arrondissements situés au nord de la Seine constituaient les plus gros réservoirs d’usagers (67,5 % du total des usagers résidant dans le nord de la capitale), et que le quart nord-est de la capitale composé des 3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 19e, 20e arrondissements, regroupait à lui seul un peu plus de 40 % de ces mêmes usagers. Malgré leur faibles scores apparents, il convient cela dit de réévaluer le poids des arrondissements situés à proximité du Centre Pompidou. En effet, quand on rapporte les proportions des usagers de la BPI qui déclaraient y résider en 1995 à leur densité démographique, on constate que leur apport est loin d’être négligeable. Si les 3e et 4e arrondissements les plus proches du Centre ne totalisaient que 8 % environ d’usagers, il faut rappeler qu’ils n’hébergeaient alors que 3,5 % environ des Parisiens. D’autre part, si les 10e et 11e arrondissements étaient les plus gros pourvoyeurs d’usagers (17 % au total), 11,5 % des Parisiens y étaient domiciliés (dont 7 % pour le seul 11e arrondissement)62. Contrairement à la banlieue, pour finir, on enregistrait peu de variations sociales par arrondissements parisiens en 1995.

Tableau 20
Lieu de résidence et activité principale déclarée en 1995

Tableau 20Lieu de résidence et activité principale déclarée en 1995

Tableau 21
Arrondissement de résidence des usagers parisiens et activité principale en 1995

Tableau 21Arrondissement de résidence des usagers parisiens et activité principale en 1995

Tableau 22
Lieu de résidence des usagers résidant en banlieue et activité principale en 1995

Tableau 22Lieu de résidence des usagers résidant en banlieue et activité principale en 1995

Nationalité

  • 63 « Nationalité étrangère » ne veut pas forcément dire « résidence à l’étranger » : les étrangers qui (...)

69Près d’un usager de la BPI sur quatre en 1995 était de nationalité étrangère63. Le nombre d’étrangers avait donc légèrement baissé en dix-sept ans, passant de 27,5 % à 24 %. Une diminution plus sensible encore était enregistrée au cours de la même période en ce qui concernait la proportion de personnes déclarant résider à l’étranger puisque celle-ci avait été divisé par trois, passant de 7 % à 2 %.

  • 64 Sans oublier le fait que certains étrangers refusent de répondre à des enquêtes : à cause de la bar (...)

70On rencontrait un peu plus d’étrangers parmi les étudiants que dans les autres catégories d’usagers, et un peu plus parmi les hommes que parmi les femmes. Plus précisément, un étudiant sur quatre était étranger selon les chiffres de 1995, contre un usager non-étudiant et non-scolaire sur cinq ; enfin, 27 % des hommes étaient étrangers, contre 21 % des femmes, soit un écart significatif de 6 % qui peut contribuer à expliquer en partie la diminution du nombre des étrangers alors que le pourcentage des étudiants présents dans la bibliothèque augmentait considérablement (d’autres explications étant à chercher du côté des difficultés accrues de séjour pour les étrangers en France et du côté bien sûr des difficultés d’accès à la bibliothèque déjà signalées à propos des touristes64).

  • 65 Europe occidentale, orientale, méridionale et septentrionale.

71La moitié des usagers étrangers interrogés en 1995 étaient originaires du continent africain. Parmi ceux-là, 52 % provenaient d’Afrique du Nord (Algérie : 30 %, Maroc : 16 %, Tunisie : 6 %). L’Afrique était donc le continent le mieux représenté, suivi par l’Europe au sens large (30 %)65, le continent américain (11 %), et le continent asiatique (7 %). Ces proportions variaient cependant en fonction de l’activité principale déclarée. Parmi les étudiants étrangers interrogés en 1995, 51,5 % déclaraient en effet provenir d’Afrique (ces étudiants africains étaient originaires pour une moitié d’Afrique du Nord, et pour l’autre du continent africain), et 29 % déclaraient provenir d’Europe au sens large. Chez les usagers étrangers non-étudiants, en revanche, 34 % provenaient d’Afrique (parmi lesquels 64 % étaient originaires d’Afrique du Nord, 36 % du reste du continent africain) et la même proportion, à peu de chose près, provenait d’Europe (35 %). On constate ainsi que les usagers étudiants étrangers de la BPI venaient plus des pays d’Afrique (et notamment de l’Afrique hors-Maghreb) que les usagers étrangers non-étudiants, lesquels étaient plus souvent originaires d’Europe.

Tableau 23
Nationalité des usagers de 1978 à 1995

Tableau 23Nationalité des usagers de 1978 à 1995

Notes

1 Des pays de tradition protestante comme le fait remarquer Martine Poulain, c’est-à-dire des environnements culturels qui, par tradition, favorisent un accès plus direct et personnel au livre (M. Poulain (dir.), Lire en France aujourd’hui, Cercle de la librairie, 1993, p. 230).

2 Il va de soi que cette contrainte est plus ou moins bien respectée sur le terrain. Il est possible cela dit de se faire une idée de la fiabilité de la procédure en observant que d’une enquête à l’autre certains chiffres ne changent pas, ou très peu (les tableaux sont là pour le montrer). On ne saurait attribuer cette permanence, surtout quand elle concerne des profils déclarés, à la répétition accidentelle d’un même biais.

3 Conventionnellement, on considère qu’il s’agit de l’ensemble des personnes ayant fréquenté la bibliothèque au cours des douze derniers mois.

4 J.-F. Barbier-Bouvet rappelait à juste titre que la démarche qui consiste à extrapoler les résultats d’enquête obtenus sur la base d’un échantillon est une « opération certifiante, qui ne procède pas d’un calcul mais d’une proclamation ». Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 233.

5 Le mode, ou caractère modal, est la valeur de la variable, ou la caractéristique, dont la fréquence est maximale.

6 Nombreux sont les ouvrages de référence qui soulignent à quel point le singulier convient mal à cette notion : en intitulant leur ouvrage collectif consacré aux usagers de la BPI, Publics à l’oeuvre, Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain prenaient clairement position.

7 L. Boltanski, P. Maldidier, La Vulgarisation scientifique et son public, Centre de sociologie européenne, 1977 ; cité in F. de Singly, L’Enquête et ses méthodes : le questionnaire, Nathan, 1992, p. 46 (c’est moi qui souligne).

8 La formule est de Pierre Pachet. Voir, P. Pachet, « Bibliothèque et solitude », in La Bibliothèque dans la cité. Actes du colloque de Poitiers 4-7 décembre 1992, BPI-Centre Pompidou/APPEL, 1993, p. 18.

9 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 32.

10 L’enquête OPLPP/SCP-Communication note qu’un étudiant parisien sur dix fréquente six bibliothèques ! (« Pratiques des bibliothèques à Paris aujourd’hui. Résultats d’une enquête de l’Observatoire permanent de la lecture publique à Paris ». op. cité.)

11 Ce qui veut dire, si l’on s’en tient à leurs déclarations, que ces étudiants ne fréquentaient que la BPI pour satisfaire leurs besoins en matière de recherches documentaires et autres (proportion identique à 1988). On notera que 46 % de ces étudiants monofréquenteurs étaient inscrits en 1er cycle, 36 % en 2e cycle et 18 % en 3e cycle.

12 A la suite d’une question portant sur les sujets travaillés à la BPI en 1995 (Q. 09 et Q. 10), près de la moitié des usagers déclaraient travailler sur ces mêmes sujets dans d’autres bibliothèques. Parmi ceux-là, 51 % invoquaient des raisons pratiques de proximité ; 28 % le faisaient parce qu’ils cherchaient des documents introuvables à la BPI ; 6 % parce que la place pour travailler y faisait parfois défaut ; 7,5 % parce qu’on ne pouvait pas emprunter de documents (cette contrainte spécifique à la BPI semblait donc bien intégrée) ; et 7 % pour des raisons diverses.

13 Sur un effectif brut de près de 130 personnes, on enregistrait une majorité de lycéens et une minorité de collégiens (5 %). Ces derniers étaient par ailleurs relativement âgés puisqu’ils avaient entre 14 et 15 ans.

14 En 1982, le même sous ensemble représentait 64 % des publics.

15 En règle générale les actifs inscrits à l’université qui travaillent à temps plein ne se déclarent pas « étudiants » dans les enquêtes.

16 Nous avons tout lieu de penser que cette estimation est minorée dans la mesure où elle est produite sur la base des déclarations des usagers sondés. Se déclarer « chômeur » au cours d’une enquête n’est pas chose facile. On peut toutefois formuler l’hypothèse qu’à la BPI ce phénomène de minoration a moins d’intensité, en tout cas chez les jeunes chômeurs : l’esprit du lieu à travers l’offre de services et la particularité des conditions de cette offre rendent possibles et légitimes certaines modalités d’affirmation de soi, et éventuellement de réappropriation d’une image sociale mise à mal (c’est ce que nous apprennent notamment des entretiens approfondis réalisés avec des usagers « désaffiliés » — pour reprendre la terminologie proposée par Robert Castel —, assidus de la bibliothèque).

17 Voir D. Schnapper, L’Epreuve du chômage, Gallimard, 1994 ; et R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Fayard, 1995.

18 Sachant que le nombre d’actifs occupés a considérablement diminué à la BPI, cette stabilité s’apparente en fait à une hausse relative.

19 Ensemble composé de : professions libérales ; cadres de la fonction publique ; professeurs et professions scientifiques ; professions du domaine de l’information, des arts et du spectacle ; cadres des entreprises (voir tableau 3).

20 Voir La Lutte des places. Insertion et désinsertion, V. de Gaulejac, I. Taboada- Léonetti, EPI-Hommes et perspectives, 1994 ; Les Quartiers d’exil, F. Dubet, D. Lapeyronnie, Seuil, 1992 ; Les Métamorphoses de la question sociale, op. cité.

21 D. Renoult (dir.), Les Bibliothèques dans l’université, Editions du Cercle de la librairie, 1994, p. 126-127.

22 Guide des étudiants à Paris, nouvelle édition 96/97, Editions Ségolène, 1996, p. 82.

23 B. Calenge, Accueillir, orienter, informer : l’organisation des services aux usagers dans les bibliothèques, Cercle de la librairie, 1996, p. 86.

24 La fréquentation effective se révéla donc trois fois supérieure aux prévisions.

25 Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 32 et 44.

26 Si l’on met bout à bout les graphiques qui permettent d’illustrer la composition sociale des publics au fil des ans, il semble que les catégories non-étudiantes (scolaires et « autres usagers ») aient été littéralement éclipsées pour ainsi dire par les étudiants (voir graphique 1).

27 Jean-Pierre Molinari notait que sur 100 jeunes de 20 à 24 ans dont le père appartenait à la catégorie profession libérale ou cadre supérieur, 84 fréquentaient l’université, ce qui n’était le cas que de 8 jeunes de 20 à 24 ans dont le père était soit ouvrier, soit personnel de service (J.-P. Molinari, Les Etudiants, Editions ouvrières, 1992. Cité in B. Lahire, Les Manières d’étudier. Cahiers de l’O.V.E., La Documentation française, 1997, p. 14).

28 O. Galland (dir.), Le Monde des étudiants, PUF, 1995.

29 L’Ile-de-France totalise 26 % des effectifs étudiants (contre 40 % il y a vingt ans). L’Académie de Paris concentre par ailleurs le plus fort taux d’étudiants inscrits en troisième cycle (Les Bibliothèques dans l’université, op. cité, p. 112 et 117).

30 Ajoutons sur ce sujet que ces pourcentages vont varier considérablement en fonction des filières d’études : chez les étudiants inscrits en lettres et sciences humaines — lesquels sont très bien représentés à la BPI — les proportions passent à 26 % pour les lieux où les étudiants déclarent travailler souvent, et 57 % pour les lieux où ils déclarent travailler parfois (Les Manières d’étudier, op. cité, p. 57-59).

31 Les Bibliothèques dans l’université, op. cité, p. 125.

32 Il suffit de s’immerger dans la foule pour se sentir entouré, sans même que des relations interpersonnelles effectives ne permettent de justifier ce sentiment « d’être avec », de « faire corps ».

33 A.-M. Bassy, La Connaissance du public, BPI-Centre Georges Pompidou, rapport interne, 1978, p. 2.

34 F. de Singly, « Une forme de l’évaluation : l’analyse de "l’exit", de la non-réinscription », préface, in C. Poissenot, Les Adolescents et la bibliothèque, BPI-Centre Georges Pompidou 1997, p. 14 et 15.

35 La capitale concentre 32 % de cadres et professions intellectuelles supérieures parmi les actifs occupés, en revanche elle ne compte que 13,4 % d’ouvriers.

36 Dans une moindre mesure, agriculteurs, artisans, commerçants et employés, sont également sous-représentés.

37 En commentant les données de l’enquête de 1982, Jean-François Barbier-Bouvet soulignait déjà que la propension à fréquenter la BPI restait selon les milieux sociaux extrêmement inégale (Publics à l’oeuvre, op. cité, p. 33-34). Il convient, cela dit, de prendre ses distances par rapport à l’analyse, autrefois courante, par classes sociales : on verra en effet dans les paragraphes suivants que le niveau de diplôme de l’ensemble des usagers de la BPI est globalement très élevé, ce qui montre bien que certains des clivages traditionnels ne sont plus aussi opératoires. Les classes populaires et moyennes présentes à la BPI étaient déjà relativement atypiques puisqu’elles appartenaient, selon les chiffres de l’enquête réalisée en 1982, à la frange la plus pratiquante culturellement parlant.

38 Ceux qu’à la suite de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron on appelle les « héritiers ».

39 Dans un rapport de préfiguration de la BPI datant de 1969, on pouvait lire que la vocation de la bibliothèque de centre de documentation de référence et d’actualité et la composition de ses fonds, orientés vers l’étude générale non spécialisée, dans tous les domaines, devaient « déterminer par elles-mêmes, sans qu’il soit possible de recourir à des pressions administratives, un choix parmi la foule des candidats à la lecture ». Ce principe de fonctionnement était supposé éviter que la BPI « ne devienne essentiellement un établissement à l’usage des spécialistes ou des étudiants ». Bibliothèque des Halles, BN-BPI, document interne, décembre 1969, p. 6. C’est moi qui souligne.

40 Selon les chiffres de l’INSEE leur effectif brut a diminué de près d’un million. C’est la plus forte baisse enregistrée de 1982 à 1995 (si l’on met de côté la catégorie « agriculteurs exploitants »). La plus forte hausse est le fait des « cadres et professions intellectuelles supérieures » qui ont vu leur effectif augmenter de plus d’un million. Les effectifs des catégories « professions intermédiaires » et « employés » ont quant à eux progressé également (+ 660 000 et + 790 000). Sources : INSEE, « Situation des actifs occupés, recensement 1982 » ; « Enquête sur l’Emploi 1995 ».

41 Le nombre de retraites (droits directs versés) est passé de 9 543 000 en 1980 à 14 946 000 en 1994 (il s’agit bien du nombre total de retraites, pas des retraités). Source INSEE.

42 La violence symbolique se caractérise par le fait qu’elle s’exerce avec la complicité même des personnes qui la subissent. Les victimes non seulement la tolèrent, l’acceptent, mais elles vont parfois jusqu’à trouver elles-mêmes les raisons qui permettent de la justifier. Dans notre exemple on pourrait dire que certains usagers ou ex-usagers de la BPI participent, ou ont participé, à leur mise à l’écart de la bibliothèque dans la mesure où ils ne se sentaient pas en droit « d’imposer » leur présence (sur la notion de violence symbolique, on consultera : E. Terray, « Réflexions sur la violence symbolique », Actuel Marx, n° 20, PUF, 1996, p. 11-25).

43 Il ne faut pas oublier que les disciplines étudiantes les mieux représentées à la BPI comptent parmi les plus saturées sur le plan des effectifs, et parmi les plus incertaines quant aux débouchés sur le marché du travail. François Dubet parle de « formations de masse » à propos des premiers cycles littéraires, scientifiques et juridiques dans lesquels la sélection préalable est remplacée par une sélection continue sévère (F. Dubet, « Mouvements et "malaises" étudiants », in Regards sur l’acualité, avril 1996, La Documentation française, p. 16).

44 La diminution régulière du nombre des scolaires qui fréquentent la BPI (leur proportion a été divisée par deux de 1978 à 1995 alors que celle des étudiants a été multipliée par 1,5) peut, elle aussi, être liée à ces facteurs. Leur besoin de bibliothèque n’est peut-être pas aussi vital que celui des étudiants, d’autant plus qu’ils disposent dans leurs établissements de CDI et de BCD qui se sont considérablement développés. Selon un sondage récent, 56 % des livres lus par les lycéens et les collégiens en moyenne (hors lycée professionnel) proviennent des CDI et 36 % des BM ; 89 % des recherches documentaires sont par ailleurs effectuées au CDI contre 37 % en BM (2 617 élèves sondés en 1996, voir Inter CDI, n° 148, juillet/août 1997, p. 35-46).

45 Source : Baromètre mensuel du public, Observatoire du public, direction du Développement du public, mai et novembre 1995, CNAC Georges Pompidou.

46 Voir C. Baudelot, R. Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992. Signalons également que la grande enquête réalisée par V Observatoire de la vie étudiante en 1994 portant sur les réponses de 28 000 étudiants donnait la proportion de 54 % de filles pour 46 % de garçons (voir C. Grignon, L. Gruel. B. Bensoussan, Les Conditions de vie des étudiants, enquête 1994, La Documentation française, 1996, p. 23).

47 On voit qu’à partir du troisième cycle et surtout dans les grandes écoles, les garçons, jusqu’à aujourd’hui, ont conservé leur suprématie.

48 Annuaire statistique de la France 1997, INSEE/La Documentation française.

49 Vaste ensemble constitué des disciplines suivantes : lettres (18,3 % des étudiants à la BPI), philosophie (3,4 %), psychologie (1,7 %), sociologie et ethnologie (3,1 %), histoire et géographie (10,6 %).

50 « Image et expérience des BM », SOFRES/DLL/BPI 1997 ; voir C. Evans, « Usagers et usages en bibliothèques », in D. Arot (dir.), Les Bibliothèques en France, 1991-1997, Cercle de la librairie, 1998.

51 En 1982, si les hommes étaient plus nombreux que les femmes, les jeunes femmes (âgées de moins de 25 ans) étaient déjà plus nombreuses que les hommes. En l’espace de 13 ans, la proportion des femmes âgées de moins de 19 ans n’a guère changé ; en revanche, celle des 20-24 ans a augmenté de 6 points (chez les hommes, l’augmentation pour la même tranche d’âge est de 5 points).

52 Pas moins de 47,5 % des usagers étaient situés dans la tranche 20-24 ans.

53 Il s’agit d’un niveau d’études et non pas du dernier diplôme obtenu.

54 Selon l’enquête SOFRES, Expérience et image des bibliothèques municipales, réalisée en 1997, 6,7 % des usagers inscrits et non-inscrits, âgés de plus de 15 ans. déclarent un niveau d’étude « primaire » ; 3,1 % « primaire supérieur » ; 13,3 % « troisième » ; 16,8 % « CAP-BEP » ; 26,9 % « bac. ou brevet prof. » ; 9,2 % « IUT-BTS » ; 9,3 % « supérieur premier cycle ». 9,2 % « supérieur deuxième cycle » ; 5,4 % « supérieur troisième cycle ». On sait par ailleurs que 29,1 % des individus de plus de 15 ans en France qui ont terminé leurs études ne possèdent aucun diplôme et que 11,1 % de ces mêmes individus possèdent des diplômes supérieurs au bac (INSEE 1990).

55 On retrouve en partie ce phénomène dans la bibliothèque du Haut-de-jardin de la BNF qui présente quelques ressemblances avec la BPI : quelque temps après l’ouverture, 20 % des étudiants déclaraient un niveau d’étude « troisième cycle », 37 % un niveau d’étude « second cycle », et 4 3 % un niveau d’étude « premier cycle ». Voir L. Bokova. S. Jouguelet, A. Kupiec, « Les publics de la BNF à Tolbiac », Bulletin des bibliothèques de France, t. 42, n° 6, 1997.

56 Doit-on voir ici l’effet enregistré avec un léger différé de la concurrence exercée par la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, ouverte en 1986, qui propose une offre riche et spécialisée dans les domaines scientifiques et techniques ?

57 Pour être plus précis, du moins pour utiliser le découpage par disciplines en vigueur dans l’enseignement supérieur, on note que la filière « droit et science politique » totalise environ 11 % des déclarations à la BPI ; la filière « sciences économiques et gestion » environ 13 % ; la filière « lettres et sciences humaines » 3 3 % ; la filière « sciences » au sens large 11 %, comme la filière « arts » au sens large.

58 Jean-Pierre Molinari écrit : « Les facultés, les plus “populaires” (en termes de catégories sociales) restent celles de lettres et sciences humaines. La part des étudiants d’origine populaire y a crû de 13,2 % en trente ans, alors que les familles de cadres moyens (- 5,7 %), celles des catégories supérieures (- 4,8 %), et surtout celles des petits patrons (- 9 %), y ont vu leur représentation s’affaiblir. » Cité in Les Manières d’étudier, op. cité, p. 156.

59 On recense un peu plus de 2 millions d’habitants à Paris, pour un total de plus de 10 millions dans la région Ile-de-France.

60 Rappelons que la période d’investigation retenue, deux semaines en mai et novembre, ne peut rendre compte avec finesse de ce qui se passe pendant les mois d’été, période d’afflux touristique.

61 La petite couronne héberge 4 millions de personnes, la grande couronne 4.5 millions. Paris chiffres, Préfecture de Paris, 1994.

62 Paris chiffres, op. cité.

63 « Nationalité étrangère » ne veut pas forcément dire « résidence à l’étranger » : les étrangers qui fréquentent la BPI sont souvent des étudiants qui résident en France.

64 Sans oublier le fait que certains étrangers refusent de répondre à des enquêtes : à cause de la barrière de la langue ou parce qu’ils craignent d’être soumis à un interrogatoire.

65 Europe occidentale, orientale, méridionale et septentrionale.

Notes de fin

1 La Ville : Kurt Schwitters : Brancusi.

Table des illustrations

Titre Tableau 1Fréquentation d’autres bibliothèques en 1995 (plusieurs réponses possibles)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 2Fréquentation des autres espaces du Centre Pompidou et activité principale déclarée en 1995 (plusieurs réponses possibles)
Légende Note*1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Schéma 1Répartition sociale du public des actifs occupés de la bibliothèque en 1982 et 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 3Composition socioprofessionnelle détaillée des publics de la BPI de 1982 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Tableau 4Composition sociale des publics de la bibliothèque en 1995
Légende (Nota : étant donné la faiblesse de leur contingent, les agriculteurs ne sont pas ventilés dans ce tableau.)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Graphique 1Composition du public de 1978 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Tableau 5Type de visite en fonction de l’activité principale
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 6Variations sociales des moyens par lesquels la BPI a été connue
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 7Répartition par PCS des actifs occupés
Légende Source INSEE, Enquête emploi 1996, et BPI (ne figurent que les usagers de la bibliothèque ayant déclaré résider en France).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 8Structure par sexe des publics de la BPI de 1978 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 9Structure par sexe et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 10Répartition par âge des publics de la BPI de 1982 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 2Structure par âges des publics de la BPI de 1982 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 11Répartition par âge et par sexe de l’ensemble des publics de la BPI en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 3Structure par âge des deux sexes en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 12Répartition par âge et par sexe des étudiants et des « autres usagers » (ni étudiants et ni scolaires) en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 13Niveau de diplôme de l’ensemble des usagers de 1978 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 14Niveau d’études et PCS en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 15Niveau d’études : répartition par sexe et par activité principale déclarée en 1995
Légende (Autres usagers ici = usagers ni étudiants et ni scolaires ayant effectué des études supérieures.)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 16Domaines de formation des usagers de 1982 à 1995 (non-réponses exclues)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 17Domaines de formation et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Tableau 18Domaines et niveau d’études déclaré des étudiants en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 19Lieu de résidence des usagers de 1978 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Schéma 2L’attraction territoriale de la BPI
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 20Lieu de résidence et activité principale déclarée en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 21Arrondissement de résidence des usagers parisiens et activité principale en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Tableau 22Lieu de résidence des usagers résidant en banlieue et activité principale en 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 23Nationalité des usagers de 1978 à 1995
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/278/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access