Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Introduction

Texte intégral

L’appropriation étudiante de la BPI

  • 1 Compte non tenu des usagers de la Salle d’actualité. Précisons que le dispositif d’ensemble de la (...)
  • 2 Selon la terminologie employée au cours de cette enquête, 13 % des Français de plus de 18 ans ont (...)
  • 3 Enquête réalisée par SCP-Communication en mai 1997 auprès de 1303 usagers sur 48 sites. Voir A. Gi (...)

1Si l’on retient la moyenne de 10 000 entrées quotidiennes régulières, ce sont plus de 60 millions de visites au total que la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou a enregistré, depuis son ouverture en 1977, jusqu’à sa fermeture provisoire et partielle en 1 Une enquête récente réalisée par le CREDOC a montré que plus d’un Français âgé de plus de dix-huit ans sur dix a déjà « utilisé » cet équipement au cours de sa vie2. Enfin, d’après les résultats d’une étude inter-institutionnelle réalisée à l’échelon local, pas moins d’un étudiant sur deux fréquentant des bibliothèques publiques situées dans Paris déclare fréquenter la BPI3.

  • 4 Si le modèle BPI a « vécu », au sens où l’établissement a changé depuis son ouverture, tout comme (...)

2A eux seuls, de tels indicateurs en disent long sur l’impact social de cet établissement culturel, ne serait-ce que sur le plan quantitatif. Force est de constater en effet que cette bibliothèque d’un genre particulier, voire unique en son genre4, a non seulement trouvé un public massif, mais qu’elle a su le conserver au fil du temps.

3Mais de quel bois au juste est fait ce public ? Est-il d’un seul tenant ? Est-il composé de différentes essences ? Et surtout, quelles évolutions peut-on observer au long de deux décennies en ce qui concerne les profils, les pratiques et les représentations des individus qui le composent ? Voilà, pour résumer, quelles sont les questions qui ont présidé à la rédaction de cet ouvrage. La synthèse que nous proposons ici repose en fait principalement sur les statistiques produites en 1995 lors de la dernière enquête générale de fréquentation, soit quelque temps avant la fermeture du Centre Pompidou pour une période de travaux de rénovation qui marque un tournant considérable dans l’histoire de l’établissement.

  • 5 La première enquête du département Etudes et Prospective du ministère de la Culture consacrée aux (...)
  • 6 J.-F. Barbier-Bouvet, M. Poulain. Publics à l’oeuvre, pratiques culturelles à la Bibliothèque publ (...)

4La connaissance des publics est une préoccupation d’étude bien enracinée à la BPI. C’est au sein du service Etudes et Recherche de cet établissement, dès son ouverture — alors que le champ de la sociologie des pratiques culturelles était en plein défrichement —, que de nombreux jalons ont été posés5. Dans le voisinage intellectuel, et parfois même avec la collaboration active d’auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michel de Certeau, Jean-Claude Passeron, Roger Chartier, François de Singly et de nombreux autres encore dont les travaux abordaient la notion de pratique culturelle (notamment l’activité de lecture), un objectif s’est imposé : passer des spéculations, des théories plaquées, aux constats empiriques et aux interprétations renouvelées. C’est dans cet objectif que de nombreuses enquêtes de terrain furent mises en chantier afin d’étudier au plus près les conduites effectives des individus sans que les contextes sociohistoriques et les conditions matérielles et symboliques de ces pratiques ne soient négligés : « une sociologie de la rencontre entre l’offre et l’appropriation de biens culturels au sein d’espaces publics », comme le formulait Jean-François Barbier-Bouvet6.

  • 7 Publics à l’oeuvre, op. cité. A.-M. Bassy, Bilan d’une expérience culturelle, BPI, document intern (...)
  • 8 J.-C. Passeron. M. Grunbach (avec M. Bénard, J.-P. Martinon, M. Naffrechoux, P. Parmentier, F. Por (...)

5Quatre grandes balises nous permettent ainsi aujourd’hui d’étayer nos analyses concernant les évolutions des publics de la BPI : les enquêtes de fréquentation générales réalisées en 1978, 1982, 1988 et 1995. En 1986, Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain avaient synthétisé un grand nombre des caractéristiques des usagers ; certaines d’entre elles apparaissaient déjà d’ailleurs dans le tout premier rapport d’enquête rédigé par Alain-Marie Bassy en 19787. Jeunesse, sur-représentation masculine, niveau de scolarisation élevé, fréquentation massive des étudiants et des professions intellectuelles (mais présence significative d’autres catégories d’usagers), assiduité ; tels étaient les traits saillants que l’on pouvait alors identifier sur la base de l’enquête réalisée en 1982. L’ouvrage Publics à l’oeuvre — publié quelque temps après la parution de L’Œil à la page, vaste enquête consacrée à l’introduction des images dans les bibliothèques en France8 — allait également contribuer à une forme de validation sociologique du principe bibliothéconomique du libre accès aux collections en faisant le constat que ce type de dispositif, au-delà de la solution technique qu’il représentait, devait être considéré comme un véritable dispositif social qui conférait un statut symbolique différent aux documents.

  • 9 M. Poulain, Constances et variances. Les publics de la Bibliothèque publique d’information, 1982-1 (...)

6Quelques années plus tard, en 1990, Martine Poulain établissait un nouveau bilan, à partir cette fois des statistiques produites en 1988. Celui-ci rendait compte notamment de la confirmation et de l’amplification de la présence de ceux pour qui le livre était une nécessité : les étudiants en premier lieu et, dans une moindre mesure, les professions intellectuelles9.

7Qu’en était-il cinq ans plus tard encore en 1995 ?

8Si l’on accole de manière artificielle — et sans doute un peu brutale — les principaux indicateurs statistiques de l’enquête réalisée à cette date en ne retenant que les valeurs les plus fortes, on obtient la définition d’un portrait-robot de l’usager modal de la BPI qui permet d’esquisser un début de réponse à cette question. Il ne s’agit là bien sûr que d’une construction statistique de la silhouette d’un usager probable, et non pas d’une image fidèle de la réalité, ni même du profil d’un usager moyen établi sur la base des moyennes recensées. Se dessine alors le profil d’une jeune femme dont l’âge est compris entre 20 et 24 ans, étudiante, de niveau bac + 3 ou 4, ayant suivi une formation de type « lettres et sciences humaines », de nationalité française, résidant à Paris, venue avec un motif précis et ayant passé près de trois heures dans l’enceinte de la bibliothèque. Cinq ou six points, qui serviront de trame à cette synthèse, peuvent nous permettre en fait de résumer les évolutions récentes en matière de publics à la BPI : nouvelle accentuation de l’emprise étudiante, féminisation, rajeunissement, fidélisation des usagers, homogénéisation et fonctionnalisation des usages.

9En 1982, sans tenir compte de la Salle d’actualité, 4 000 personnes non-étudiantes et non-scolaires fréquentaient chaque jour la bibliothèque. En 1995, elles n’étaient plus que 2 300 (d’aucuns diront tout de même 2 300 !).

10Que se passe-t-il dès lors, quand l’audience d’une institution culturelle telle que la BPI se modifie au point que l’une de ses composantes en vient à occuper tout l’espace ? L’espace physique des pratiques, l’espace mental des représentations. Comment interpréter sociologique-ment cette mutation au-delà de l’évidence apparente des chiffres ? Quelles conséquences induit-elle sur les comportements en matière de rythmes de visites, en matière de recours ou de non-recours à la collection, notamment en ce qui concerne les modalités d’association des différents supports documentaires ?

11C’est en priorité à ces questions que nous allons nous efforcer de répondre en considérant la BPI « à l’usage » sur vingt ans, c’est-à-dire à travers le crible de l’analyse statistique de ses différents publics et de leurs usages.

Notes

1 Compte non tenu des usagers de la Salle d’actualité. Précisons que le dispositif d’ensemble de la BPI comprenait jusqu’en 1997 la Bibliothèque du deuxième étage du Centre ainsi que la Salle d’actualité située au rez-de-chaussée. Cette dernière n’ayant pas été retenue parmi les terrains de l’enquête en 1995, il ne sera question ici que de la bibliothèque du deuxième étage, ou « bibliothèque générale », lorsqu’il sera fait mention de la BPI.

2 Selon la terminologie employée au cours de cette enquête, 13 % des Français de plus de 18 ans ont déjà utilisé la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou. CREDOC, Enquête « Conditions de vie et aspirations des Français », juillet 1997.

3 Enquête réalisée par SCP-Communication en mai 1997 auprès de 1303 usagers sur 48 sites. Voir A. Girard-Billon, J.-F. Hersent, « Pratiques des bibliothèques à Paris aujourd’hui. Résultats d’une enquête de l’Observatoire permanent de la lecture publique à Paris », in Bulletin des bibliothèques de France, t. 43, n° 4, 1998.

4 Si le modèle BPI a « vécu », au sens où l’établissement a changé depuis son ouverture, tout comme le paysage alentour en matière d’offre de lecture publique, il reste que la conjonction de l’ensemble des caractéristiques propres à cette bibliothèque contribue encore à la singulariser : un établissement d’envergure nationale proposant des collections encyclopédiques de documents multi-supports en accès libre et en consultation sur place ; gratuit ; sans formalités d’inscription ; aux horaires et jours d’ouverture étendus ; intégré dans un centre culturel de grande taille comprenant un Musée national d’art moderne, un Centre de création industrielle, ainsi qu’un Institut de recherche acoustique (voir la fiche technique détaillée en annexe).

5 La première enquête du département Etudes et Prospective du ministère de la Culture consacrée aux pratiques culturelles des Français date de 1974.

6 J.-F. Barbier-Bouvet, M. Poulain. Publics à l’oeuvre, pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, BPI/La Documentation française, 1986. Précisons que l’accent porté sur le deuxième terme du couple offre-appropriation a eu pour conséquence de réinterroger la question des logiques et de la force des usages. Michel de Certeau, par exemple, situant sa démarche au-delà d’une approche souvent mécaniste de la notion de réception, allait insister sur les processus de détournements des objets culturels (les ruses du lecteur « braconnier ») ; Roger Chartier, dans le cadre de ses recherches historiques, allait quant à lui proposer de passer « du livre au lire » : autrement dit, recentrer l’analyse sur les usages plutôt que de se cantonner aux objets. Voir M. de Certeau. L’Invention du quotidien, 1, Arts de faire, UGE, 1980 ; R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Seuil, 1987.

7 Publics à l’oeuvre, op. cité. A.-M. Bassy, Bilan d’une expérience culturelle, BPI, document interne, 1978.

8 J.-C. Passeron. M. Grunbach (avec M. Bénard, J.-P. Martinon, M. Naffrechoux, P. Parmentier, F. Porto-Vasquez, F. de Singly), L’OEil à la page, enquête sur les images et les bibliothèques, BPI-Centre Georges Pompidou, 1984. La parution successive de ces comptes rendus d’enquêtes sur les usages en médiathèque et le crédit qui leur sera accordé, témoigne d’une pénétration du discours sociologique dans le champ de la lecture publique en France : l’écho des revues professionnelles et les nombreuses interventions au cours de colloques divers à la même époque en attestent.

9 M. Poulain, Constances et variances. Les publics de la Bibliothèque publique d’information, 1982-1989, BPI-Centre Georges Pompidou, 1990.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access