Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Préface

Martine Blanc-Montmayeur

Texte intégral

La BPI à l’usage

1Le mot « usage » est joli ; il est aussi riche de significations que son ancêtre usus. Il sent son utilité solide et attestée, la nécessité même ; il appelle aussi le bon et le mauvais usage ; il permet l’usure comme le renouveau. Et tout ça au bénéfice d’une bibliothèque. La Bibliothèque publique d’information a de la chance d’avoir été dotée en son sein dès son origine, et cela reste unique, d’un service Etudes et Recherche qui, justement, en scrute les usages, à intervalles réguliers, s’émerveillant ou regrettant les évolutions ainsi analysées, mais toujours avec la plus grande rigueur scientifique.

2Cette étude de 1995 est intéressante à plus d’un titre. Avec le recul de vingt ans, elle permet une analyse comparée entre les quatre enquêtes de 1978, de 1982, de 1988 et de 1995, laps de temps durant lequel les demandes faites aux bibliothèques et à la BPI en particulier sont devenues de plus en plus prégnantes, ce qui signifie aussi que l’offre institutionnelle a pu être utilisée, à son corps défendant, par des publics ou pour des besoins pour lesquels elle n’avait pas été exactement pensée. Cette dialectique de l’offre et de la demande dans laquelle s’inscrivent à la fois la liberté de l’usager et la nécessité comme la reconnaissance d’un service public est parfaitement analysée dans cette rétrospective. N’en déflorons pas la description minutieuse qui, au travers des chiffres bruts, tente de retrouver le fil d’Ariane qui unit ou désunit tel ou tel public avec telle ou telle collection et tel ou tel espace. Mais cette étude tombe au moment précis où les travaux du CNAC-GP nous ont conduits à une « pause » très occupée mais à une halte cependant dans la course effrénée pour répondre aux demandes.

3En tant que directeur de la BPI, je voudrais souligner l’utilité de cette enquête qui, en mettant la pleine lumière sur des intuitions ressenties par tous, nous a aidé à penser autrement la nouvelle BPI. Comment réaffirmer une offre dans un lieu transformé pour que de nouveaux usages puissent succéder à des habitudes, pour que de nouveaux publics puissent coexister avec les habitués, pour que de la surprise qui naîtra d’un lieu à la fois semblable et différent, surgissent d’autres regards sur les collections et sur les services offerts ?

4Loin d’accompagner la fermeture provisoire de la BPI, cette étude prépare donc la réouverture, par les questions qu’elle pose, mettant ainsi l’institution au défi d’y répondre.

5Et si les 3 000 enquêtés anonymes doivent être remerciées pour tout ce qu’ils nous ont révélé d’eux-mêmes et de nous-mêmes, tant il est vrai qu’une bibliothèque existe par ses lecteurs, c’est à Christophe Evans, défricheur qualitatif de cet énorme matériel quantitatif, que vont mes remerciements chaleureux puisque son travail constitue un outil essentiel pour bâtir une offre encore plus ambitieuse qui entraînera, je l’espère, un renouveau des usages.

Auteur

Directeur de la BPI

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access