Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La BPI à l’usage

 | 
Christophe Evans

Avertissement

Texte intégral

1Ce rapport final est l’aboutissement de nombreuses séquences de travail qui se sont succédées depuis le début de l’année 1995 jusqu’au premier semestre 1998. En raison de cet étalement dans le temps, certains acteurs engagés dans la réalisation de l’enquête ont dû céder leur place en cours de route. Ce fut le cas au sein de l’équipe de la Promo Neuf Dauphine — la Junior-Entreprise de l’Université Paris-9 Dauphine commanditée pour la phase de passation des questionnaires —, puisque les responsables de terrain chargés d’encadrer les enquêteurs, de veiller à la saisie des informations, ainsi que de proposer une première présentation des données brutes, n’étaient pas les mêmes de mai à novembre 1995 (Stéphane Escoffier et Julien Toqueboeuf encadraient la phase 1, Eric Bertrand et Grégoire Virat la phase 2). Ce fut le cas également au sein du service Etudes et Recherche de la BPI — le commanditaire de l’enquête —, puisque Patrick Mignon qui s’était occupé de l’ensemble des opérations de mise en route jusqu’au pilotage de la phase terrain a dû passer le relais en bout de course, au moment d’analyser et de synthétiser l’ensemble des résultats.

2En formulant ces remarques, mon intention est double. Elles me donnent, d’une part, l’occasion de signaler que l’aspect collectif de ce travail est mal restitué par une présentation individuelle des résultats. Elles me permettent, d’autre part, d’attirer l’attention sur le fait que le rédacteur du texte final n’a suivi ni les étapes préliminaires visant à préparer l’enquête, ni les opérations de terrain. Cette dernière précision est loin d’être anecdotique. Elle justifie, en effet, l’aspect mesuré de certaines des conclusions qui sont tirées ici (la perspective adoptée est plus souvent descriptive qu’analytique à proprement parler) ; la mesure étant de toute façon, on en conviendra, une attitude appropriée en matière de raisonnement sociologique, a fortiori quand il s’agit d’évaluer des pratiques culturelles sur la base même des déclarations des pratiquants.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access