Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Annexes

Annexe II. Les sites de l’enquête sur les usagers non-inscrits

Texte intégral

La médiathèque du Pontiffroy à Metz

  • 1 Pierre Louis et alii, « Les construits des années soixante-dix font le bilan. Entretien avec la ré (...)

1La médiathèque de Metz-Pontiffroy a remplacé en 1973 l’ancienne (et vieille) bibliothèque municipale qui était située au cœur de la cité et installée dans des locaux jouxtant les musées de la Ville. Aux dires de son actuel directeur1, la bibliothèque a été « légèrement excentrée pour être implantée dans le nouveau quartier du Pontiffroy, qui, à l’origine, devait être un nouveau centre d’activités en ville. Or ce quartier n’a pas eu l’extension prévue et […] la médiathèque reste entourée de cellules commerciales souvent vides ou murées.

2Elle se trouve à dix bonnes minutes de marche du centre-ville avec un accès essentiellement piétonnier. On ne se rend guère à la médiathèque en faisant ses courses, ou même en allant “en ville”. Ce problème d’accès en cul-de-sac se double d’un défaut de “lisibilité” architecturale : pour la quasi-totalité des usagers, venir à la médiathèque implique contourner ou longer un bâtiment que l’on ne perçoit jamais pour lui-même. L’entrée principale est définitivement tournée vers ce qui ne sera probablement jamais le cœur d’un quartier vivant ».

3En 1998, on ne peut que souscrire, dans leurs grandes lignes, à ces analyses développées près de quinze ans auparavant sur le contexte urbain de la médiathèque du Pontiffroy. Il convient toutefois d’ajouter, dans la perspective de notre enquête, que cette médiathèque est considérée, tant par les responsables municipaux que par les bibliothécaires eux-mêmes et bien sûr les usagers, comme le lieu messin le plus « légitime » en matière de lecture publique. La centralité et les dimensions mêmes de cette médiathèque, l’importante fréquentation estudiantine et la présence massive d’un public de classes moyennes, la richesse des fonds, notamment anciens, qu’elle conserve, la multiplicité des services qu’elle offre, l’importance de son secteur Jeunesse ou encore l’existence d’une salle d’exposition pour les manifestations culturelles de prestige, expliquent aisément cette prééminence symbolique dans la conscience des lecteurs (ou mieux sans doute, dans l’inconscient urbain local). Le voisinage du Conseil régional de Lorraine, installé dans de beaux bâtiments anciens, et de l’église Saint-Clément, à l’élégant classicisme et nouvellement restaurée, ne saurait que renforcer ces connotations de lieu de pouvoir et de savoir légitimes.

4La description du contexte urbain dans lequel s’inscrit la médiathèque du Pontiffroy doit prendre en compte deux autres données liées au « commerce » du livre. En effet, l’implantation d’une fnac au centre-ville et le développement rapide de l’université de Metz (20 000 étudiants) et de sa bibliothèque universitaire (distante de deux kilomètres à peine de la médiathèque) font désormais partie du contexte culturel et intellectuel messin. Il n’est pas rare, à l’évidence, que la même personne « passe » de la bibliothèque à la fnac, de la Fnac à la bibliothèque universitaire, etc., en éprouvant ce sentiment de complémentarité que renforce la proximité géographique des trois lieux.

5La médiathèque se compose d’une section Adultes (fonds ancien important), d’une section Jeunesse (y compris un Relais littérature jeunesse) et d’une discothèque / vidéothèque. L’inscription est gratuite pour tous jusqu’à 18 ans. L’emprunt à domicile nécessite une carte d’emprunteur validée chaque année et renouvelable de date à date. L’inscription se fait selon les modalités habituelles (pièce d’identité et justificatif de domicile), et autorise l’emprunt sur n’importe quel point du réseau.

La médiathèque du quartier de Metz-Borny

6La médiathèque de Metz-Borny a été inaugurée en 1994. Jusque-là, deux petites structures étaient implantées à Borny, banlieue populaire de Metz (25 000 habitants).

7Dans ce quartier dit « sensible » cohabitent des familles en situation difficile : un adulte sur trois est sans emploi, nombre de familles sont monoparentales, le taux de population immigrée est important. La population est très jeune : la moitié a moins de 30 ans. Implantée au cœur de cet espace, face à la place du marché, à la croisée des deux principaux axes de communication qui structurent le quartier, la médiathèque s’inscrit dans la continuité monotone et un peu grise du paysage urbain. En revanche, on y accède à pied fort commodément et un parking gratuit très accessible est offert aux usagers.

8La médiathèque se situe à proximité de la faculté des sciences et du lycée Schuman ; elle dessert les quartiers avoisinants qui ne disposent pas d’annexe. Les publics sont donc relativement diversifiés et potentiellement nombreux.

  • 2 P. Untereiner, « Metz-Borny, une première médiathèque de quartier à Metz », Bulletin régional de l (...)

9L’actuelle responsable de la médiathèque explique en ces termes les débuts de la mise en service de l’établissement : « Les premiers mois ont été difficiles. Il a fallu accueillir un public très nombreux, et pas seulement un public venant consulter ou emprunter des documents. Les jeunes du quartier envahissaient la médiathèque, circulant en bandes de copains et s’appropriant les locaux. Un travail d’éducation a dû être mené […]. Aujourd’hui l’attrait du nouvel équipement a diminué sensiblement mais les périodes de vacances scolaires sont toujours des moments difficiles. La médiathèque ne peut pas accueillir tous les jeunes qui viennent faire leurs devoirs ou flâner […]. Depuis quelques mois, il faut noter une augmentation de la fréquentation des adultes2. »

10Il va sans dire que les publics qui fréquentent cet équipement peuvent aussi fréquenter la médiathèque du centre-ville, alors que l’inverse est beaucoup plus rare. Autrement dit, le « réseau » est une réalité bibliothéconomique et administrative beaucoup plus que fonctionnelle pour la plupart des usagers, inscrits et a fortiori non-inscrits. Nous n’avons pas rencontré d’usagers non-inscrits qui fréquentent indifféremment les deux lieux. On ne trouve d’ailleurs ni les mêmes fonds ni les mêmes animations ni les mêmes informations de caractère socioculturel.

11De fait, c’est un service public de proximité qui désenclave symboliquement plus que pratiquement ce quartier. Ce qui n’enlève rien, bien au contraire, aux relations de familiarité que ses usagers semblent nouer avec leur médiathèque.

  • 3 Ibid.

12L’organisation générale de la bibliothèque est d’ailleurs manifestement pensée en fonction d’usages ou de besoins culturels « populaires » : politique d’ouverture, vaste salle de travail – isolée et « surveillée » – pour les lycéens et étudiants qui habitent le quartier, large présentation des nouveautés, accès très aisé aux journaux et périodiques, vaste choix de disques compacts, etc., le tout au rez-de-chaussée, dans une continuité spatiale, balisée par une signalétique claire et expressive. Ces différentes parties « s’articulent autour d’un patio central de 225 m2, sans cloisonnement entre les différents supports documentaires. Les seuls espaces cloisonnés sont la salle polyvalente de 90 m2, la salle de documentation et la partie réservée aux services internes. Le hall d’entrée, et les deux angles du bâtiment donnant sur la rue, étant entièrement vitrés, ils sont donc largement ouverts sur le quartier3 ». Ouverte vingt-neuf heures par semaine, cette médiathèque (1 000 m2, 33 000 documents, 20 000 prêts mensuels) est particulièrement fréquentée les mercredis et samedis après-midi. Les bibliothécaires sont très conscients (et fiers) des enjeux socioculturels qui sont aussi assignés à leur établissement.

13Les non-inscrits du quartier prennent place, pour les plus jeunes, en salle de documentation, au petit bonheur des tables à deux places installées le long des grandes baies vitrées qui donnent sur le patio, tandis que leurs aînés s’installent plus volontiers dans l’espace de consultation des journaux et des revues. Ce dernier espace se présente immédiatement aux usagers qui ont dépassé la banque de prêt pour se rendre à l’emplacement réservé aux postes de recherches bibliographiques.

14On observera que la recherche de continuité symbolique entre l’extérieur (rue) et l’intérieur assurée par de grandes structures vitrées et redoublée par l’accès de plain-pied avec l’ensemble des services de la médiathèque peut être vécue par certains usagers non-inscrits comme une invite, implicite et forte à la fois, à faire un petit détour, à passer un moment à la bibliothèque, ni plus ni moins, loin de tout sentiment d’indignité culturelle ou d’insécurité sociale.

La médiathèque municipale de Morhange

15Morhange est une petite ville d’à peine 5 000 habitants située dans la campagne lorraine, à équidistance de Metz et de Nancy (cinquante kilomètres). La ville a perdu récemment (1992) et brutalement plus d’un millier de militaires. Morhange subit également, comme de nombreux autres petits cantons ruraux, les contrecoups du déclin économique et démographique des campagnes. L’histoire de Morhange, ville proche de la frontière allemande et jadis sous domination prussienne, explique la présence d’une population composite du point de vue religieux (catholiques, protestants, israélites). Par ailleurs, une colonie turque est présente à Morhange depuis plusieurs dizaines d’années.

16La médiathèque, toute proche du centre-ville, est installée dans l’aile d’un beau bâtiment rénové du xixe siècle qui abrite également le tribunal d’instance et le trésor public. Elle compte actuellement 925 lecteurs inscrits et un tiers des lecteurs inscrits sont des « extérieurs » qui viennent des très nombreux petits villages qui entourent Morhange.

17Elle est composée d’une section Adultes (avec coin revues, usuels, cassettes vidéos et disques compacts), d’une grande salle pour les animations et expositions et d’une agréable section Enfants. Des classes du primaire viennent d’ailleurs régulièrement le samedi matin pour emprunter, sous la conduite de leurs maîtres. L’inscription pour emprunt est gratuite pour les enfants de moins de 14 ans.

La bibliothèque-médiathèque de Laxou

18Du point de vue de l’organisation de l’espace, on peut assimiler la commune de Laxou à un quartier périphérique du centre de Nancy, riche de 16 000 habitants environ. C’est un espace urbain résidentiel plus qu’un lieu marqué par ses activités commerciales ou industrielles.

19La bibliothèque est implantée au cœur de la commune dans un quartier du début du siècle, à quelques centaines de mètres d’une concentration d’immeubles hlm, tout près du lycée professionnel du bâtiment E. Héré et d’un important centre de l’afpa. Cet environnement particulier situe la bibliothèque au croisement d’une pluralité de publics avec des usages et des attentes très variés.

20Dans sa forme actuelle, la bibliothèque existe depuis 1990. L’architecture moderne donne, grâce à l’utilisation de larges espaces vitrés, une impression de clarté et de lumière. Outre une salle d’exposition ou de conférence, le rez-de-chaussée de la bibliothèque comporte un bureau d’inscription et de renseignement, un espace consacré aux périodiques, une section Discothèque et une section Adultes, où sont disposés quelques fauteuils et quelques tables. Les visiteurs ont la possibilité (peu utilisée) de visionner des cassettes. Ils ont aussi à leur disposition une platine disque – il leur suffit de demander un casque à l’accueil – et deux ordinateurs qui leur permettent de consulter une sélection de cinq cédéroms renouvelée tous les mois. Tous ces services sont accessibles à l’ensemble des usagers, y compris aux non-inscrits.

21À l’étage, la section Jeunesse se caractérise aussi par son offre multimédia : les jeunes, outre les livres et les revues, ont accès à des disques (qu’ils peuvent écouter sur place) et à des ordinateurs. À ce niveau de la bibliothèque, on trouve aussi une salle de lecture qui offre des usuels, un poste de consultation d’Internet et plusieurs tables de travail.

22Depuis décembre 1996, la bibliothèque qui offrait déjà un fonds de disques (8 000 cd) et de cassettes vidéo (700 cassettes) à ses inscrits, met à leur disposition près de 250 cédéroms. C’est à l’occasion de la transformation de la bibliothèque en médiathèque que la tarification des services offerts a évolué. Le prêt de livres qui était gratuit jusqu’alors est devenu payant. Seuls les jeunes de moins de 18 ans résidant à Laxou bénéficient encore de la gratuité. La grille de tarification repose sur le croisement de trois critères : abonnement individuel ou familial ; résident de Laxou ou non ; emprunts de livres seuls ou emprunts de tous types de supports (livres, disques compacts, vidéos, cédéroms). Ainsi, l’abonnement pour l’emprunt de livres seulement passe de 40 francs pour les résidents de Laxou (ayant 18 ans ou plus) à 130 francs pour une famille originaire d’une autre commune. En ce qui concerne l’emprunt tous supports, le coût varie de 150 à 370 francs.

La médiathèque de Nancy

23Si la commune de Nancy compte environ 100 000 habitants, elle constitue le cœur d’une agglomération trois fois plus peuplée et concentre par ailleurs un nombre important d’institutions culturelles prestigieuses (orchestre symphonique, opéra, musées, théâtre national, ballet national, etc.). Jusqu’à l’ouverture de la médiathèque de Vandœuvre-lès-Nancy en avril 2000, la médiathèque de Nancy était sans équivalent dans l’agglomération.

  • 4 Cf. le succès des bibliothèques publiques parisiennes auprès des étudiants. C’est ce que confirme (...)

24La médiathèque a ouvert ses portes en 1991. Elle est intégrée dans un pôle culturel installé dans les bâtiments rénovés de la manufacture des tabacs de Nancy, où sont également rassemblés le Théâtre national de la manufacture et le Conservatoire national de région de musique. Cette proximité n’est pas sans incidence sur la composition du public de la médiathèque ; c’est ainsi qu’un nombre important d’instruments de musique franchissent ses portes. Ajoutons que, située à quelques pas d’un collège-lycée privé, la médiathèque accueille une partie des élèves de cet établissement qui jouit d’une bonne réputation. Enfin, sa position géographique accentue l’attrait qu’exerce ce type de bibliothèque sur le public étudiant. En effet, elle est à mi-chemin entre l’université de lettres et sciences humaines et la « vieille ville » de Nancy qui concentre une part importante de la sociabilité étudiante4.

25Au rez-de-chaussée, les visiteurs pénètrent dans un vaste hall qui reçoit de nombreuses expositions. C’est à ce niveau qu’ils ont accès à un bureau de renseignement et d’inscription. Surplombant ce hall, une mezzanine accueille la section des périodiques. Celle-ci propose un large choix de journaux et revues à un public nombreux qui prend place dans des fauteuils très convoités. Au premier étage se trouve la section Jeunesse, qui, comme il est fréquent, peine à retenir le public adolescent. Certains de ces jeunes préfèrent s’installer à l’étage au-dessus dans la salle de lecture qui offre des usuels mais aussi des livres documentaires ou pratiques. Là, disséminés dans les quatre coins de cette salle, des postes de consultation de cédéroms proposent un choix de quinze titres aux usagers. Au même étage se trouve une petite salle de documentation régionale. Enfin, le dernier étage héberge la section Adultes avec une importante offre de romans, documentaires ou essais. C’est une fois franchis les rayonnages de livres que les visiteurs parviennent à la discothèque qui propose un large choix dans une ambiance animée par de la musique diffusée en permanence.

26L’inscription est gratuite pour les jeunes de moins de 16 ans. La médiathèque offre deux types d’abonnement : livres et périodiques (55 francs) et livres, périodiques et disques (110 francs). Enfin, il faut noter que la médiathèque de Nancy a pour particularité d’être ouverte le dimanche de 14 heures à 18 heures ce qui lui donne un avantage certain sur toutes les bibliothèques publiques de l’agglomération.

La bibliothèque municipale de Nancy

27Bien que ne faisant pas partie des sites retenus pour l’enquête, cette bibliothèque est connue et fréquentée par plusieurs des usagers non-inscrits interrogés. Pour cette raison, il nous paraît utile d’en proposer une rapide description.

  • 5 Pour une présentation synthétique, cf. André Markiewicz, « Nancy : Bibliothèque municipale » in Pa (...)
  • 6 Un récent ouvrage, édité à l’occasion du 250e anniversaire de la bibliothèque, rassemble des témoi (...)

28Jusqu’à la création de la médiathèque en 1991, cette bibliothèque5 a longtemps été le seul équipement offert au public. Fondée en 1750 par le roi Stanislas, elle se situe dans un bâtiment intégré au centre historique de Nancy, à proximité du lycée public le plus prestigieux de la ville et du campus universitaire de droit et sciences économiques. Elle est proche de la Chambre de commerce et d’industrie de Meurthe-et-Moselle et donne sur la rue qui mène à la place Stanislas où sont réunis l’Hôtel de Ville, l’Opéra et le musée des Beaux-Arts. Cette situation de la bibliothèque dans le centre politique, administratif et culturel imprime sa marque sur le public qui la fréquente. Et si certains n’osent y entrer, c’est probablement qu’ils la jugent trop élitiste6.

29L’architecture du bâtiment contribue de son côté à perpétuer une représentation solennelle de la culture. L’édifice forme un « U » au centre duquel se trouvent des allées bordées de verdure. Les anciennes boiseries de la bibliothèque des jésuites de l’université de Pont-à-Mousson qui ornent les salles de lecture confèrent au lieu une dimension patrimoniale susceptible d’impressionner ceux qui manquent d’assurance culturelle. Conçu et utilisé comme une bibliothèque d’étude, l’établissement propose un fonds propre à satisfaire ce type de demande. L’accès à la bibliothèque est libre et gratuit. L’inscription se fait dans les mêmes conditions qu’à la médiathèque.

La bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny

  • 7 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, De la bibliothèque au droit de cité, Bpi-Centre (...)

30La bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny figure parmi les sites retenus par Michèle Petit et son équipe pour leur enquête sur le rôle des bibliothèques dans le procès d’intégration des jeunes immigrés. Concernant l’historique de l’implantation et du développement de la bibliothèque, on se reportera au chapitre intitulé « Bobigny, la ville “rouge” devenue préfecture » qui figure au début de De la bibliothèque au droit de cité7. Michèle Petit y retrace l’engagement de la municipalité dans une politique culturelle ambitieuse, la place impartie à la bibliothèque, l’ouverture de cet équipement à toutes les catégories de la population, en particulier d’origine étrangère, les animations de tous ordres autour du livre et de la lecture, etc.

31La bibliothèque Elsa Triolet est un bâtiment attrayant, bien conçu, clair, accueillant, sans monumentalité agressive, on pourrait même dire d’apparence modeste malgré ses 3 600 m2. Elle est construite un peu en retrait de la route, derrière la maison de la culture, entourée de pelouses plantées d’arbres.

32En 1996, à l’occasion du dixième anniversaire de l’établissement, François Bon écrit un texte d’une trentaine de pages, édité en plaquette par la bibliothèque, intitulé Tous les mots de la langue, avec pour sous titre : « Un voyage dans la bibliothèque municipale de Bobigny ».

  • 8 François Bon, Tous les mots de la langue, Bibliothèque Elsa-Triolet-Ville de Bobigny, 1996, p. 4.

33« Quand il fait nuit encore, [écrit-il] parce que c’est un bâtiment transparent, la lumière seule de la ville suffit à exposer l’intérieur au dehors. Le bâtiment est à l’écart, non pas sur un point obligé de passage comme la mairie et la galerie commerciale, il ne fait pas converger les piétons, mais suppose qu’on aille vers lui8. »

  • 9 Dominique Tabah, « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny », Bulletin des bibl (...)

34Ceux qui vont vers la bibliothèque et y pénètrent ne sont pas nécessairement des lecteurs. Les joueurs de boule, par exemple, qui s’exercent sous ses baies vitrées ont pris l’habitude de prendre quelque repos à la cafétéria de la bibliothèque – c’est ainsi que les gens appellent ce qui figure comme « espace de détente » dans le petit guide de présentation de l’établissement. Cette cafétéria occupe un espace ouvert auquel on accède par un escalier, à droite de l’entrée. On y trouve un distributeur de boissons, froides et chaudes, quelques tables. De la rambarde, on a une vue plongeante sur les entrées et les sorties, position commode pour repérer les copains et connaissances. Cet espace a été demandé, au moment où l’architecte concevait le plan de l’établissement, par la responsable de la bibliothèque afin d’éviter qu’un seuil trop solennel opère une sorte de sacralisation du lieu, créant un obstacle infranchissable pour un grand nombre d’habitants de la commune. Le même souci de proximité se retrouve dans l’aménagement intérieur : beaucoup de coins, de niveaux, quelques marches, des coussins… La bibliothèque comprend dans la section Adultes, au premier étage, une salle de lecture avec une petite salle réservée au travail en groupes, dans la section Jeunesse, une salle de lecture ainsi qu’une salle d’« Heure du conte ». On y trouve plusieurs espaces d’animations : salle polyvalente, salles de réunion, zones d’exposition au rez-de-chaussée. À l’actif de la bibliothèque on mettra également les nombreuses publications régulières, brochures gratuites, journaux qui s’adressent aux enfants, aux adolescents et aux adultes, l’organisation d’un prix du roman pour la jeunesse, des lectures publiques, des expositions9

35Ajoutons que parmi les huit établissements enquêtés, la bibliothèque Elsa Triolet est le seul qui ne soit pas (encore) une médiathèque. Elle reste un lieu presque exclusivement consacré à l’écrit même si de nombreuses animations et expositions présentent des œuvres de dessinateurs ou de photographes. Elle est également le seul établissement de notre corpus à pratiquer la gratuité intégrale. Elle offre un espace unique où la question du coût de l’inscription ne se pose pas ou ne devrait, en principe, pas se poser. Ce qui n’est pas le cas dans les médiathèques où, même lorsque le prêt de livres est gratuit, disques et vidéos sont proposés à l’emprunt payant. Il est probable que l’image d’une bibliothèque que chacun peut fréquenter, libéré de toute préoccupation économique, est différente de la perception qu’auront les usagers d’une médiathèque où sont pratiqués des tarifs différentiels selon l’âge, le statut, la commune de résidence, ce qu’on désire emprunter, etc.

La médiathèque d’Issy-les-Moulineaux

  • 10 Voir document de présentation de la bibliothèque, p. 1.
  • 11 Id. p. 3.

36Si Bobigny est la municipalité la plus pauvre de la Seine-Saint-Denis, Issy-les-Moulineaux est la plus riche d’un département prospère (les Hauts-de-Seine) : 75 % des foyers de la commune paient l’impôt sur le revenu, la population comprend beaucoup de cadres supérieurs, cadres moyens et employés. La médiathèque est située dans le centre-ville, dans une Zac « créée spécialement10 », quartier paisible à quelques centaines de mètres de la mairie et à proximité de l’auditorium et du conservatoire. C’est un équipement récent (elle a ouvert en mars 1994), qui occupe 3 772 m2 répartis sur deux étages dans un bâtiment à l’architecture monumentale, réfléchie et cohérente, qui ouvre sur une place piétonne. L’aménagement intérieur est particulièrement remarquable. Un document officiel le décrit en ces termes : « La recherche architecturale des ambiances d’intérieur tient au dosage de matériaux à tonalité froide (aluminium naturel, granito gris poli, vitrages…) et à des matériaux à tonalité chaude (acier laqué, médium verni, pierre reconstituée). Des colonnes, ou murs de couleurs vives, animent cette ambiance. […] Le mobilier, dessiné par l’architecte et fabriqué par Interligne, est en accord total avec l’architecture. Les sièges (trois cents) ont été choisis dans un esprit de cohérence, de confort et de solidité auprès de grands designers11. »

37Les conditions de consultation et de travail sur place (le nombre de places assises a été augmenté par rapport au projet initial) sont excellentes. Les espaces sont bien diversifiés en fonction des publics, des activités et des supports. La médiathèque propose aux plus jeunes un espace Conte et un atelier, réservant aux adultes une salle de travail silencieux, de nombreuses tables disséminées entre les rayonnages, un lieu d’expositions, une salle de réunion, une salle vidéo, un espace Musique avec un auditorium et enfin une salle polyvalente. La médiathèque propose également de nombreux services : logithèque, point d’accès Internet, poste de consultation de cédéroms, un laboratoire de langues, un fonds vidéo consultable dans un auditorium et sur dix écrans installés dans la médiathèque. Le réseau compte une annexe et une vingtaine de bibliothèques-centres de documentation implantées dans les écoles maternelles et primaires. On retiendra deux caractéristiques de la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux, importantes pour l’étude : une politique d’animation culturelle ambitieuse, variée et de grande qualité : prix du roman francophone, cycle de conférences sur l’estampe, concerts de jazz, Printemps de la poésie, café philosophique, etc., mais des tarifs que certains jugeront quasiment prohibitifs, jusqu’à 500 francs pour un adulte non isséen.

Le réseau de Saint-Quentin-en-Yvelines

38La ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, située à vingt kilomètres à l’ouest de Paris, est l’une des huit villes nouvelles de France gérées par un san (syndicat d’agglomération nouvelle). Elle occupe 7 000 hectares, gagnés sur des terres agricoles vouées à la grande culture céréalière. Sa population actuelle, très jeune (50 % de la population a moins de 18 ans), est de 148 000 habitants. Saint-Quentin regroupe sept communes avec des caractéristiques socio-démographiques, des taux d’urbanisation, des histoires diverses. La ville possède trois médiathèques : médiathèque du Canal (Montigny), des Sept-Mares (Élancourt) et Anatole France (Trappes), trois bibliothèques et un bibliobus. C’est dire son importance. Il suffit, pour s’inscrire, de présenter une pièce d’identité et un justificatif de domicile. L’inscription est gratuite pour les moins de 18 ans. Au-delà de cet âge, seul l’emprunt des disques et de la vidéo est payant (200 francs par an). Le directeur du réseau suppose, à tort ou à raison, que les usagers non-inscrits sont probablement âgés de plus de 18 ans. Il est par ailleurs convaincu que si l’inscription pour l’emprunt d’ouvrages imprimés était payante, beaucoup de lecteurs déserteraient la bibliothèque. Compte tenu de l’importance du budget global de la bibliothèque, les droits d’inscription représentent peu de chose et il est régulièrement question de les supprimer.

  • 12 Sur ce point on peut consulter le rapport de l’enquête sur Les attentes des habitants de Saint-Que (...)

39Les établissements du réseau, tous installés dans des bâtiments récents, sont très différents par leur taille et la diversité de l’offre qu’ils proposent (bibliothèque Adultes, Jeunesse, vidéothèque, discothèque). La fonction qu’ils assument dépend évidemment du type de quartier qu’ils desservent et des besoins spécifiques des publics qu’ils reçoivent12. Si l’enquête s’est concentrée sur le public de la médiathèque du Canal, la plus importante, nous avons également sollicité les bibliothécaires des autres établissements de la ville.

  • 13 Voir supra.

40Finalement, nous avons retenu les deux médiathèques, celle du Canal et celle des Sept-Mares (Élancourt) en raison de l’importance du nombre de non-inscrits parmi les jeunes13. De fait, si la médiathèque du Canal a été un terrain relativement propice au repérage et à la prise de contact avec des usagers non-inscrits, il n’en a pas été de même à la médiathèque des Sept-Mares : l’entrée est exiguë et l’enquêteur qui y stationne se fait rapidement repérer.

  • 14 Article cité.

41Cela étant les entretiens effectués sur les deux sites ont permis de donner une signification plus précise à l’un des constats qui semblent ressortir de l’enquête scp, à savoir que, parmi ceux qui n’ont pas renouvelé leur inscription à la bibliothèque, « 26 % […] fréquentent quand même une bibliothèque, mais ne font que consulter sur place ou emprunter avec la carte d’autrui et, dans l’ensemble, ils n’en demandent pas plus14 ».

42Ce qui nous importe, c’est précisément cette demande que les usagers non-inscrits expriment à l’égard de la bibliothèque.

Notes

1 Pierre Louis et alii, « Les construits des années soixante-dix font le bilan. Entretien avec la rédaction », Bulletin des bibliothèques de France, t. 30, n° 1, 1985, p. 19.

2 P. Untereiner, « Metz-Borny, une première médiathèque de quartier à Metz », Bulletin régional de l’ABF, 1995, p. 14-16.

3 Ibid.

4 Cf. le succès des bibliothèques publiques parisiennes auprès des étudiants. C’est ce que confirme la récente enquête réalisée sur la fréquentation des bibliothèques parisiennes. Voir Aline Girard-Billon, Jean-François Hersent, « Les usagers des bibliothèques parisiennes », Bulletin des bibliothèques de France, t. 43, 1998, n° 5, p. 45-51.

5 Pour une présentation synthétique, cf. André Markiewicz, « Nancy : Bibliothèque municipale » in Patrimoine des bibliothèques de France, t. III : Champagne-Ardenne, Lorraine, Paris, Banques CIC pour le livre / ministère de la Culture / Payot, 1995, p. 84-91.

6 Un récent ouvrage, édité à l’occasion du 250e anniversaire de la bibliothèque, rassemble des témoignages d’usagers qui confirment ce caractère solennel du lieu. Cf. 1750-2000, La bibliothèque municipale de Nancy, Ville de Nancy, 2000.

7 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, De la bibliothèque au droit de cité, Bpi-Centre Pompidou, 1997, p. 33-39.

8 François Bon, Tous les mots de la langue, Bibliothèque Elsa-Triolet-Ville de Bobigny, 1996, p. 4.

9 Dominique Tabah, « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny », Bulletin des bibliothèques de France, n° 42, 1997.

10 Voir document de présentation de la bibliothèque, p. 1.

11 Id. p. 3.

12 Sur ce point on peut consulter le rapport de l’enquête sur Les attentes des habitants de Saint-Quentin-en-Yvelines en matière de médiathèque publique, arsec, mars 1989.

13 Voir supra.

14 Article cité.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access