Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Deuxième partie. Droits d’usages. Les usagers non-inscrits des bibliothèques municipales

Chapitre I. Ouverture : le point de vue des bibliothécaires sur la question

Martine Burgos

Texte intégral

1Un soupçon assez répandu pèse sur les usagers non-inscrits, que nous partagions en partie au début de cette recherche : fréquenter une bibliothèque (ou une institution quelconque, prise au sens large) sans s’inscrire, ce serait, au fond, une manière de faire savoir qu’on est présent sans faire partie, qu’on y est sans en être… Du fait même qu’ils ne sont pas inscrits, les non-inscrits risquent de participer dans une moindre mesure aux activités qui favorisent l’échange entre les lecteurs, qui misent sur l’animation pour créer un sentiment d’appartenance, une convivialité de partage, de plaisirs et de références communes. Une manière de refuser d’entrer dans le cercle des lecteurs inscrits qui se trouvent chez eux dans la bibliothèque. De rester en marge, en position d’observateur non impliqué, peu concerné par le discours social diffusé par l’institution.

2On avancera, précautionneusement, sur le terrain d’une analogie qu’on est tenté d’établir entre la symbolique de l’inscription et celle qui fut mise en place il y a quelques années autour de l’acquisition de la nationalité. L’une comme l’autre devrait, pour être « valable », c’est-à-dire pleinement signifiante, s’accompagner d’un rite de passage, élaboré collectivement et assumé de manière volontaire par l’individu. En l’absence d’un tel rite de passage qui solennise l’entrée dans la communauté d’accueil et lui donne la dimension d’un engagement personnel, les motifs de la présence restent objets de suspicion. On pousse la porte de la bibliothèque, on s’y installe, non pas par intérêt désintéressé, par amour du livre et de la lecture, mais pour échapper aux rigueurs de l’hiver, à l’ennui des mercredis sans terrain de foot, parce que la bibliothèque est un lieu tranquille, à l’écart du bruit et de la fureur urbaine et moins contraignant que l’école.

3Pour nous assurer de la prégnance de cette représentation des usagers non-inscrits parmi les professionnels des bibliothèques municipales et de l’intérêt qu’ils accordaient à notre recherche, nous avons bien sûr rencontré les responsables et le personnel des établissements sur lesquels nous avions l’intention d’intervenir. Nous leur avons demandé de répondre à un questionnaire qui les invitait à évaluer l’importance numérique des usagers non-inscrits, à les caractériser en particulier en terme de sexe, d’âge, catégorie socioprofessionnelle et en fonction du type de comportement observé. La dernière question posée portait sur les aspects du phénomène qu’ils souhaitaient voir abordés dans l’enquête.

4Une quinzaine de questionnaires nous ont été remis, auxquels s’ajoutent divers entretiens individuels et collectifs.

1. Évaluation

5Dans la plupart des cas, le personnel des bibliothèques éprouve une certaine difficulté à évaluer le nombre d’usagers non-inscrits. On constate également des différences sensibles de ces évaluations d’un établissement à l’autre – ce qui ne saurait surprendre – mais aussi, au sein d’un même établissement, d’un service à l’autre et, précise même un bibliothécaire, d’un jour à l’autre. Ainsi, dans l’une des bibliothèques, l’estimation varie de 5 à 30 % selon qu’on envisage le secteur Adultes ou le secteur Jeunesse ; dans un autre établissement, elle passe de 30 à 50 % si l’on parle d’un jour de semaine, d’un mercredi ou d’un samedi ; dans un troisième, il est question de 0 % à la discothèque et de 50 % dans le reste de l’établissement. L’importance estimée du phénomène change aussi en fonction de la taille de la bibliothèque : plus elle est petite, moins le nombre d’usagers non-inscrits semble élevé.

6En ce qui concerne l’évolution numérique supposée de ce public (en baisse ou en augmentation), les bibliothécaires relèvent deux causes : le tarif et l’attractivité de la bibliothèque. La gratuité du prêt amène les usagers à s’inscrire tandis que l’augmentation des tarifs les en détourne ; une médiathèque moderne, une meilleure information auprès des habitants sur les services offerts encouragent l’inscription. Quant aux caractéristiques socioculturelles, sont cités comme alimentant particulièrement la catégorie des usagers non-inscrits : les jeunes (les adolescents, les étudiants, les 20-30 ans), les retraités, les lecteurs de presse, les catégories les moins favorisées (sdf et chômeurs, jeunes des cités), des chercheurs de passage, des personnes qui travaillent dans le quartier, les gens qui viennent y faire leurs courses… Un bibliothécaire précise « Public masculin, pré-adolescent, en situation extra-scolaire, niveau bep », un autre résume : « Tous les publics sauf les 25-50 ans bien insérés socialement »…

7Selon la majorité des bibliothécaires qui ont répondu au questionnaire, les usagers non-inscrits ont une pratique limitée, étriquée des lieux.

8« […] Des adolescents qui utilisent la salle de lecture uniquement pour leurs devoirs ou pour les photocopies […], des adolescents qui viennent uniquement pour lire […]. Règles de la bibliothèque moins connues et / ou respectées […]. Aucune demande de service et une méconnaissance totale des collections. »

9« Peu de demande. Uniquement recherche documentaire pour leur scolarité. »

10« […] Les enfants s’installent, ne demandent rien […] certaines mamans ne viennent que pour l’heure du conte. »

11« […] Concernant les publics difficiles, la demande est spécifique. »

12« Catégories moins favorisées. »

13« Les adultes prennent des habitudes. »

14« Un comportement relativement fruste. »

15« Public venant en groupe, plutôt dissipé, se réunissant autour de centres d’intérêt […], consommation sur place sans intérêt réel. »

16« Ces personnes ont moins recours à l’aide des bibliothécaires. Elles savent où trouver les documents qui les intéressent. »

17Deux termes prédominent dans ces diagnostics, assez rudement exprimés : « moins » (peu, pas, aucun) et « uniquement », dressant le portrait-type d’un usager manquant singulièrement de curiosité intellectuelle, d’esprit d’aventure, routinier, indifférent à la profusion de l’offre, fixé à une place, un intérêt, un genre de lecture ou d’occupation. Ajoutons que chez les jeunes (et dans les réponses sur le comportement spécifique, il est surtout question des jeunes) on signale, notamment lorsqu’ils sont en bande, leur propension à se faire « remarquer, sans courir le risque d’être identifié », un comportement qui oscille entre « la provocation, des comportements gênants (voix forte, “grossièretés” ostentatoires) et la demande spécifique ». Un bibliothécaire décrit les inscrits obligés « pour choisir leurs documents de se trouver un passage parmi les non-inscrits », ces derniers s’appropriant les lieux sans vergogne.

18En lisant ces extraits de questionnaires ou fragments d’entretien, on peut être surpris par le mode adopté par les bibliothécaires, celui du jugement de fait, comme s’ils souhaitaient prendre leur distance avec le « politiquement correct » afin de rendre leur témoignage plus crédible. Car la plupart des bibliothécaires relèvent et soulignent, sans commisération appuyée, la réelle et parfois insurmontable difficulté qu’il y a à se comporter en simple usager de la bibliothèque, sans histoire, notamment pour des jeunes en difficulté, avides de reconnaissance et impatients de s’affirmer. Le problème c’est que pour attirer l’attention des adultes et obtenir leur reconnaissance, ces jeunes recourent aux moyens les moins propres à favoriser leur intégration à la bibliothèque (ce qui n’est pas nécessairement leur objectif immédiat) et, du coup, passent à côté de tous les bénéfices intellectuels, culturels qu’un usage de la bibliothèque plus conforme à sa vocation de lieu à la fois ouvert et réglementé est susceptible de leur offrir.

19Il y a bien de la fatigue dans les propos des bibliothécaires, contraints de négocier au quotidien avec ces jeunes à la socialité bricolée et de jouer les travailleurs sociaux ou les gardiens de l’ordre, bref d’intervenir sur un terrain qui n’est pas celui pour lequel ils ont été formés. On devine aussi une pointe de dépit : ces usagers paraissent indifférents aux multiples propositions, suggestions, tentatives de créer une relation vivante d’échange, dans la réciprocité, à propos de livres et de lectures. Inconsciemment ou pas, ils mettent en péril la bibliothèque dans sa fonction de médiateur culturel actif, assumée par des professionnels qui se revendiquent comme des personnes, mettant au service de leur métier leurs goûts, leurs engagements intellectuels, auxquelles se posent, en permanence, le problème du choix des revues, des ouvrages à mettre en valeur, des quotidiens à proposer…

20Bref, les non-inscrits, avec leurs intérêts définitifs et limités, sont des présences fermées, endurcies qui semblent n’accorder aucun intérêt à la bibliothèque des bibliothécaires qui est, à l’évidence, bien davantage qu’un espace de réception et de stockage. Pour beaucoup de professionnels du livre et de la lecture, la bibliothèque reste la concrétisation d’un projet socioculturel, imprégné d’une vision du monde qui emprunte la plupart de ses traits à l’humanisme classique. La non-inscription est probablement ressentie par certains bibliothécaires comme une forme de déni de leur rôle.

21Les bibliothécaires ont décrit la spécificité du comportement des usagers non-inscrits (ce par quoi ils se distinguent des autres, les inscrits) en assimilant la non-inscription à des usages du lieu à la fois incomplets (inaccomplis) et abusifs ou envahissants. La non-inscription pourrait être l’expression d’une frustration liée au défaut d’articulation entre des pratiques culturelles particulières à un groupe (culture « urbaine », illégitime, musicale plutôt que livresque, sociabilité expansive plutôt qu’échanges discrets, etc.) et la représentation de la culture offerte par la bibliothèque publique au travers de la pratique d’emprunt. Certains (les jeunes des quartiers, des cités) seraient donc conduits à compenser cette déficience de légitimité symbolique par un surcroît de présence physique. Autrement dit, si on ne nous reconnaît pas, on va nous entendre. Ce que suggèrent Anne-Marie Bertrand et Jean-François Hersent, constatant un « hiatus » entre « l’usage du lieu et l’usage de la collection ». Si, par rapport aux inscrits, les non-inscrits ont tendance à moins flâner dans la bibliothèque, à moins chercher d’ouvrages précis, à faire moins de découvertes et à demander moins souvent conseil aux bibliothécaires, leur mode de présence n’en est pas pour autant réservée :

  • 1 Anne-Marie Bertrand et Jean-François Hersent, « Les usagers et leur bibliothèque municipale », Bul (...)

22« Est-ce que, d’une certaine façon, la carte de lecteur servirait de sésame aux inscrits qui se sentiraient alors autorisés à déambuler dans l’espace, à découvrir la collection, à interroger les bibliothécaires, à s’approprier la bibliothèque ? Alors qu’au contraire, le statut de non-inscrit impliquerait une certaine discrétion dans l’usage de la collection, même si l’usage du lieu-bibliothèque peut, lui, être plus bruyant que discret ? Le rapport à l’institution tiendrait ainsi à la fois de l’évitement et, simultanément, de l’envahissement1. »

23Ces questions suggèrent des hypothèses que nous reprendrons à notre compte et permettent de formuler de manière plus synthétique la plupart de celles que nous avons jusque-là lancées dans le désordre : Qu’est-ce qui fait que certains se saisissent de ce « sésame » et pas les autres ?

24Cette question est majoritairement formulée par les bibliothécaires sous la forme de : Qu’est-ce qui fait obstacle à l’inscription ? Et presque tous font le lien entre la non-inscription et l’absence d’emprunt, le premier terme étant posé comme la conséquence du second. C’est parce que certains usagers n’empruntent pas de livres qu’ils ne s’inscrivent pas. Comme si l’emprunt était l’expression de la relation aboutie à la bibliothèque, la circulation des livres du fonds hors des murs de la bibliothèque, leur « sortie », étant une manière positive de surmonter l’opposition entre le public et le privé :

25« Il serait intéressant de savoir pourquoi l’usage reste la consultation et ce qui les empêche ou ne les incite pas à emprunter. »

26« Pourquoi les adultes, qui se déplacent pour venir lire à la médiathèque, n’empruntent-ils pas ? Quel est l’obstacle ? »

27« Nous aimerions qu’ils fassent partie de nos usagers. / J’attends de cette étude / qu’elle nous éclaire sur les besoins de ces personnes. Qu’on leur demande pourquoi ils ne s’inscrivent pas et n’empruntent pas, alors que le prêt est maintenant gratuit. »

28« Il serait intéressant de demander à ces usagers les raisons pour lesquelles ils ne s’inscrivent pas […], s’ils n’empruntent pas de livres parce qu’ils préfèrent acheter ceux qu’ils veulent lire. »

  • 2 L’accès est libre pour la consultation des imprimés, mais l’écoute et le visionnement sur place n’ (...)

29La question du tarif de l’inscription est posée par seulement cinq bibliothécaires. « À partir de quel niveau le tarif de l’inscription devient-il dissuasif ? Y a-t-il un maximum à ne pas dépasser ? » demande-t-on. Dans certains cas, il est vrai, le motif économique n’est sûrement pas une cause marginale dans la constitution de la catégorie des usagers non-inscrits. Ainsi, à la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux, qui pratique des tarifs relativement élevés2, il n’est pas rare que des adultes empruntent sur la carte de leurs enfants pour éviter de s’acquitter de l’inscription. Ce qui est possible puisque la même carte donne accès à l’espace Jeunesse et à l’espace Adultes. Les bibliothécaires le savent. « Quand des parents abusent d’une carte enfant, on leur dit… » Cependant, puisque les usagers non-inscrits sont nombreux même dans des établissements où l’inscription et / ou l’emprunt sont gratuits, l’aspect économique ne saurait être considéré, en toute circonstance, comme unique facteur d’explication du phénomène.

2. Signification d’une fréquentation non-inscrite

30La question du sens de la fréquentation est alors posée : si les non-inscrits n’empruntent pas, ils viennent et séjournent dans l’enceinte de la bibliothèque. Il n’est pas question de les ignorer mais de les mieux connaître pour (et c’est un vœu auquel un seul répondant ne se rallie pas expressément) les intégrer au public « ordinaire » des inscrits, celui qu’un des énoncés cités plus haut désigne comme l’ensemble des « usagers » :

31« Quelles propositions faire à ce public pour conduire à l’inscription ou à l’emprunt. Interrogation sur le sens de la venue des non-inscrits en bibliothèque ; leurs attentes, leurs besoins (bibliothèque, lieu de rendez-vous). Par ailleurs, il existe peut-être des publics non-inscrits qui ne se font pas remarquer. »

32« Les jeunes non-inscrits utilisent la médiathèque comme lieu de rencontre ou pour faire leurs devoirs. La plupart ne lisent pas. Attendent-ils autre chose d’une médiathèque ? »

33« La question de la (ou des) raison(s) de la non-inscription devrait être posée, et du degré de satisfaction de leurs besoins qu’apporte l’institution sans qu’ils soient inscrits. »

34De manière générale, les réponses soulèvent la question des besoins des usagers non-inscrits, étant entendu que si ces besoins sont connus et satisfaits, les non-inscrits, définitivement et entièrement gagnés à la bibliothèque, s’inscriront (rentreront dans le rang ?). Malheureusement, ces besoins sont particulièrement difficiles à cerner puisque la connaissance du public s’établit beaucoup par les échanges entre le bibliothécaire et le lecteur au moment où celui-ci emprunte ou rend les ouvrages. Ainsi, l’utilité que les bibliothécaires attribuent à l’enquête en cours serait liée au fait que « pour rendre un service de qualité aux usagers non empruntant, il vaut mieux les connaître de façon précise, ce que nous ne pouvons pas faire vraiment dans l’exercice habituel de notre métier ».

35Des bibliothécaires qui travaillent à la discothèque d’une des médiathèques du réseau de Saint-Quentin-en-Yvelines ont longuement parlé de leur expérience. Ils reçoivent essentiellement des jeunes des cités voisines et connaissent bien les problèmes et besoins spécifiques de leur public, inscrits, non-inscrits, anciens inscrits, mais tous participant du même monde, du même milieu, la situation de chaque usager par rapport à la question de l’inscription correspondant aux aléas d’une biographie à rebondissements. Ces bibliothécaires, qui se sentent très proches de leur public, inclinent à situer l’objectif présumé de l’enquête dans une perspective revendicative à l’adresse des pouvoirs publics : « Ce type de questionnaire correspond à un besoin évident : les initiatives individuelles sont nombreuses et manquent d’un cadre d’évaluation, tant personnelle que collective, et sont généralement peu reconnues par la hiérarchie qui n’a pas forcément la connaissance, c’est-à-dire l’expérience de ces “dérivations” de fonctionnement. C’est un travail quotidien, de terrain. Si cette étude pouvait aboutir à une prise de conscience du manque de certaines structures au sein même des médiathèques (présence de médiateurs du livre, formations spécifiques régulières…), une saisine des partenaires compétents (maire, associations d’éducateurs…), et la mise en place au moins d’un cadre d’évaluation approprié qui ne mette pas les agents en porte-à-faux avec leur hiérarchie (système actuel d’évaluation pénalisant) et valorise les initiatives… »

  • 3 À noter que les questionnaires n’ont pas été remplis par les responsables des bibliothèques. Nous (...)

36Contre toute attente, ces bibliothécaires sont les seuls3 à avoir ainsi franchement posé la problématique de l’enquête en termes de prise de conscience du temps et de l’énergie dépensés auprès de ces jeunes, souvent perturbateurs, qualifiés même, en cours d’entretien, de « réfractaires » et qui, n’étant pas inscrits, échappent le plus souvent à l’évaluation quantitative. La plupart de leurs collègues s’interrogent sur les raisons de la présence de personnes difficilement identifiables, dont ils ont du mal à cerner les besoins (hormis les jeunes venus pour le travail scolaire ou les retraités, lecteurs de presse). Quant à l’évaluation qualitative de ce supplément de tâche, elle paraît d’autant plus nécessaire et légitime aux bibliothécaires de Saint-Quentin que le travail « hors cadre » du personnel s’avère le seul moyen d’assurer la tranquillité aux autres usagers de la bibliothèque sans refouler pour autant hors de cet espace public des jeunes qui sont déjà, pour certains, sur le chemin de l’exclusion. Un bibliothécaire d’Issy-les-Moulineaux reconnaît l’importance de cette étude « parce que les comportements sont parfois difficiles. Les usagers des traditionnelles bibliothèques étaient habitués à une certaine ambiance, un certain calme dans le lieu… Des publics plus divers se côtoient maintenant et nous devons trouver les moyens de rendre ces rapprochements harmonieux dans l’intérêt de tous ». On suppose que l’harmonie ainsi rétablie aura demandé beaucoup d’efforts, de patience et d’imagination. Et une meilleure connaissance de ces publics de façon à les « attirer », les « amener », les « conduire » à adopter un autre comportement dans un espace où ils se sentiront plus à l’aise, mieux compris.

37Au fond, pour la plupart des bibliothécaires, les usagers non-inscrits qui n’offrent à l’observation que des comportements ou des pratiques (emplacements de séjour et déplacements…) et peu de discours (les échanges verbaux restent rares) restent des énigmes. Ils sont en tout cas difficiles à cerner dans leurs motivations et surtout, n’étant pas des emprunteurs, et donc des usagers véritablement accomplis, on peut les soupçonner de n’être pas véritablement des lecteurs. Derrière la question de l’inscription se profile celle de l’emprunt et, finalement, celle de l’incitation à la lecture – une certaine pratique de la lecture (variée, voire éclectique, exploratoire, sociable…).

38Si cette étude pouvait aider à mettre un peu de lumière sur ces usagers de l’ombre que semblent être, aux yeux des bibliothécaires, les non-inscrits, elle n’aurait pas été tout à fait inutile.

3. Témoignage

  • 4 En une circonstance, les bibliothécaires ont pu aller au-delà de l’estimation subjective. Pendant (...)

39Pour donner une idée plus globale et plus nuancée de l’attente des bibliothécaires à l’égard de ce type d’enquête, nous nous permettrons de rapporter le contenu du premier échange que nous avons eu avec la directrice de la bibliothèque centrale Elsa Triolet à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Dès la présentation du projet, celle-ci manifeste son intérêt. Selon elle, l’étude rejoint certainement les préoccupations des professionnels. Elle craint en effet qu’en s’appuyant essentiellement sur les statistiques concernant les prêts et la gestion du stock, on se fasse une idée assez partiale du travail quotidien réellement effectué dans les bibliothèques. À Bobigny, par exemple, un pointage des entrées a permis d’établir qu’il y avait, en moyenne, environ deux fois plus d’entrées que de prêts et même, certains jours, le mercredi et le samedi en particulier, on peut considérer que le rapport est de 1 à 4. Les usagers non-inscrits font partie de ces usagers bien présents qui n’empruntent pas et sont, par là même, difficiles à dénombrer de manière autre que subjective. Ainsi, en 1996, à l’occasion des dix ans de la bibliothèque, un questionnaire a été proposé aux lecteurs. Il s’agissait de cerner leurs attentes, estimer leur degré de satisfaction ou d’insatisfaction, etc. À peu près 10 % du public a rempli le questionnaire, environ 400 adultes. Le corpus n’a pas été complètement exploité mais il semble que les usagers non-inscrits soient sous-représentés par rapport à l’estimation qu’en font les bibliothécaires. Comme si, suggère la directrice, les usagers non-inscrits ne souhaitaient pas sortir de leur anonymat ou bien éprouvaient le sentiment d’être seulement tolérés dans la bibliothèque, voire se sentaient perçus un peu comme des usagers clandestins. Ce qui impose certaines précautions dans la manière d’aborder cette population. D’autant que les réactions de peur sont fréquentes de la part de ces usagers « honteux » pour qui la bibliothèque reste une institution dont l’ouverture est conditionnelle : « Certains pensent qu’il faut être inscrit pour entrer, malgré tout ce qu’on leur dit. On met partout qu’il n’y a que pour emprunter que vous avez besoin de vous inscrire, mais ça ne rentre pas4. »

40L’importance « estimée » ou constatée de la population des usagers non-inscrits explique que l’étude soit très bien reçue par la responsable de la bibliothèque. Mais plus encore que l’importance quantitative du phénomène, ce sont les raisons pour lesquelles des usagers ne s’inscrivent pas qui intriguent. En effet, l’établissement pratique la gratuité intégrale (inscription et prêt) de ses services. Les raisons économiques ne peuvent donc être invoquées pour expliquer le phénomène. Par ailleurs, de l’avis de sa directrice, les formalités d’inscription à Elsa Triolet sont réduites au minimum : il suffit de présenter une carte d’identité et un justificatif de domicile et, pour les moins de 14 ans, une autorisation des parents. Enfin, sur la carte de la bibliothèque ne figure aucune photo, exigence qui peut alourdir la démarche aussi bien d’un point de vue pratique que symbolique. Cependant il est probable qu’il existe un lien entre la possibilité d’identification de la personne ouverte par l’inscription et les réticences de certains à se « présenter ».

41Un comportement curieux que l’étude permet peut-être d’éclairer en partie : il semble qu’il existe, actuellement, un trafic de cartes parmi les jeunes qui fréquentent la bibliothèque. Quelle est la rationalité d’un tel comportement dans un établissement qui pratique, de manière systématique, l’ouverture et la gratuité ?

42Un phénomène doit être pris en compte dans l’enquête : le rapide « turn over » des inscrits. Les usagers s’inscrivent un an puis ne renouvellent pas leur inscription pendant un ou deux ans, puis prennent à nouveau une carte. Il faut savoir interpréter une pratique qu’on serait tenté de qualifier d’insouciante ou désinvolte. Serait-ce que la familiarité acquise dans la pratique de la bibliothèque donnerait à croire à certains usagers qu’ils peuvent se passer de confirmer leur désir d’en être, les formalités d’inscription devenant, pour le coup, des formalités dénuées de sens ? Ou bien s’agit-il d’une adhésion « molle » à la bibliothèque ? Dans le cas de Bobigny, la question ne se pose pas exactement en ces termes puisque la validation de la carte se fait automatiquement lors du premier emprunt de l’année. Ainsi c’est la première inscription qui signale la démarche volontaire de l’usager. Ensuite, c’est le fait qu’il emprunte ou cesse d’emprunter qui va le maintenir ou non sur la liste des inscrits.

43C’est pourquoi il semble nécessaire de distinguer entre les usagers non-inscrits pour qui la non-inscription est un geste correspondant à une réalité qu’ils connaissent (pour emprunter, il faut être inscrit, je le ne suis pas) ou qu’ils méconnaissent (pour entrer dans la bibliothèque il faut être inscrit, je ne le suis pas) et ceux qui sont « objectivement » des usagers non-inscrits sans l’être « subjectivement » : c’est le cas des usagers qui ont été inscrits et dont l’inscription n’a pas été renouvelée parce que pendant deux ans ils n’ont pas emprunté d’ouvrages. Ce qui ne signifie pas que, continuant à fréquenter la bibliothèque, ils se pensent comme des usagers non-inscrits…

44Par cet exemple, on perçoit mieux la complexité d’un phénomène qui, d’un point de vue extérieur, risque d’apparaître limité dans sa portée et même assez trivial, et l’importance des questions qu’il pose, de fait, aux professionnels et à ceux qui l’étudient.

4. Ambivalences dans le discours des bibliothécaires

45Les bibliothécaires de Metz que nous avons rencontrés et avec qui nous nous sommes entretenus du sujet, au cours d’un entretien collectif organisé par le directeur des bibliothèques de Metz, ont en tant que professionnels un discours dont l’ambivalence nous a frappés. Il ne nous intéresse pas de savoir si ce discours est représentatif ou non. Nous l’analyserons ici dans sa logique interne qui, elle, est peut-être assez communément partagée. Cette ambivalence ne saurait ressortir des questionnaires, dont le mode de remplissage donne à la personne qui y répond la possibilité d’en maîtriser le contenu, tandis qu’un entretien permet que se dévoilent plus spontanément les ambiguïtés et incertitudes des positions.

46Dans le premier temps de l’entretien collectif, les usagers non-inscrits semblent recueillir une certaine légitimité aux yeux des bibliothécaires eux-mêmes. Le directeur de la bibliothèque est par exemple le premier à se démarquer de la logique comptable que lui impose le statut légal de son établissement : « Je voudrais dire quelque chose qui renforce […] la connotation presque naturellement négative de la chose du point de vue administratif […]. Nous sommes un service de la mairie, nous rendons des comptes presque exclusivement quantitatifs. Or, le quantitatif se traduit de deux façons : d’une part en chiffres de prêt, de documents prêtés, d’autre part de nombre de cartes émises. Or, depuis quelques années, on assiste (en fait suivant les services il y a des variations) à une stagnation de ce nombre de personnes ainsi comptées par la machine et simultanément à une augmentation du nombre de documents prêtés. »

47Il prend acte de l’existence de ce qu’il appelle des « semi-inscrits » parce qu’ils utilisent la carte d’un autre (dans la famille, dans les réseaux des amis), « semi-inscrits » qu’un de ses collaborateurs décrit à son tour d’un point de vue strictement administratif, point de vue qu’il dénonce en l’énonçant : « Ce sont des gens qui viennent physiquement à la bibliothèque, mais ils sont inscrits nulle part, ils n’existent pas. »

48Et cela complique la gestion de la carte d’emprunt : « C’est toujours gênant de dire à quelqu’un qui parfois a fait la queue pour prendre des disques ou des livres, lui dire au dernier moment : “Je suis désolé mais vous ne prendrez rien aujourd’hui…” C’est la limite des prêts en parallèle. »

49Se désolidariser de ce qui apparaît comme une méconnaissance des complications réelles introduites par les contraintes administratives dans l’exercice du métier conduit à faire acte de compréhension à l’égard de ces populations de lecteurs : « Il faut bien dire que c’est une utilisation, on va dire pas astucieuse mais… intelligente de la carte. Elle est tout à fait autorisée par le règlement. Ce n’est pas un détournement de procédure, nous ne cherchons pas à lutter contre sauf s’il y a des dérives. C’est une pratique courante [poursuit le directeur], mais on dit pas qu’on l’encourage… »

50Simplement, elle est inscrite dans le dispositif comme possible puisque dans cette bibliothèque municipale la carte est « au porteur », système qui de fait « encourage l’usage multiple de la carte ». L’un des bibliothécaires précise que « l’on peut également obtenir un abonnement à partir de 12 ans quand dans d’autres sections dès 12 ans l’inscription est payante. Il y a beaucoup d’adultes par exemple qui étaient inscrits et quand leurs enfants ont 12 ans, pendant les 6 ans jusqu’aux 18 ans, ils s’inscrivent au nom de leur fils ou de leur fille qui ne mettent plus forcément les pieds ici ; ainsi, ils vont d’enfant en enfant jusqu’à ce que le dernier ait 18 ans et donc, en tant qu’adultes, ils ne sont plus inscrits ».

51Et le directeur de conclure : « Ce n’est pas interdit mais c’est déjà une sorte d’astuce et de détournement du système parce qu’on l’utilise sciemment pour ne pas payer. Il suffit d’inscrire son enfant pour ne pas payer. »

  • 5 « Accusé de voler, de récupérer du matériel à son profit et d’utiliser les machines pour son compt (...)

52Nous voyons poindre une sorte d’admiration devant ces pratiques de détournement qui s’apparentent à celles connues dans les entreprises sous le nom de « perruque ». Il s’agit, presque au su et au vu de tout le monde, de ruser avec l’institution et d’y trouver une gratifi cation financière et narcissique5.

53Un bibliothécaire témoigne à son tour : « Moi, j’ai eu un cas intéressant d’un jeune homme qui avait une affaire qui datait de trois ans, et qui utilisait la carte de sa mère… tout un montage. »

  • 6 Voir infra, Manières d’être et façons de faire, p. 199.

54Les modalités de séjour en bibliothèque suscitent à leur tour une interrogation, dont nous essaierons ultérieurement de souligner les enjeux6: « Certains adolescents, par exemple le mercredi après-midi ou le samedi après-midi, passent toute l’après-midi ici. Ils se précipitent sur la première table libre sur le coup de 13 h 30, 14 heures et ils ne ressortent qu’à 18 heures, avec le prétexte du devoir, de l’exposé et donc le besoin d’une présence sur place. Mais en fait, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas besoin de quatre heures pour faire ça ; en fait ils pourraient liquider leur devoir en une demi-heure, trois quarts d’heure, une heure ; le reste du temps ils discutent, ils échangent des informations, ils se déplacent… Ils font tout autre chose. Donc, en fait la gestion du temps n’est pas forcément liée aux documents. Il y a autre chose. »

55Un autre bibliothécaire intervient pour aller dans le même sens en rapportant une anecdote : « J’ai entendu dire que dans une bibliothèque municipale, depuis plus d’un an, on a trois jeunes filles qui viennent systématiquement l’après-midi plusieurs fois par semaine pour faire la conversation en anglais avec des immigrés russes. Elles ne font que ça. C’est pas uniquement, comment dire “insolent”, c’est aussi une procédure d’intégration des uns et des autres, il y a un échange culturel et linguistique qui se fait, qui se produit entre eux. Mais ces lecteurs-là n’empruntent pas de livres. Ils viennent pendant une heure et pendant une heure ils échangent. »

56Une bibliothécaire chargée plus particulièrement des services informatiques confirme : « C’est vrai que maintenant, on a quand même des usagers non-inscrits qui viennent le samedi parce que le public de l’informatique… et l’informatique c’est un domaine où il y a beaucoup d’informations qu’ils échangent, parce qu’il y a toujours des astuces. Donc le samedi après-midi, il y a tout un groupe entre quatre et six, et il y en a deux qui sont inscrits et il y en a six ou sept qui viennent pour discuter. En fait c’est leur rendez-vous, ils se retrouvent là. »

57Certains bibliothécaires estiment même que c’est la structure de l’offre documentaire, son sociocentrisme culturel qui produit des usages de non-inscrits : « Bien souvent on peut se demander si la manière dont on constitue notre fonds n’est pas aussi génératrice de lecteurs non-inscrits, parce qu’il y a un certain nombre d’écrits qui ne pénètrent pas dans la bibliothèque municipale. Il y a une sélection qui s’opère par les professionnels, une sélection de type qualitatif. » « Et cette qualité, [enchaîne un de ses collègues] elle a aussi peut-être tendance à exclure un certain nombre d’emprunteurs potentiels… Si j’avais Le Journal de Mickey j’aurais peut-être plus d’inscrits, or toute cette presse-là elle ne figure pas dans nos rayons. En salle d’actualité il n’y a pas de romans photos ! »

58Mais dans un deuxième temps, ces mêmes usagers non-inscrits sont décrits comme un public qui globalement pose problème. Les usagers non-inscrits, lorsqu’ils sont trop peu discrets, et trop peu passagers tendent à devenir des gêneurs : « Ils restent plus longtemps et ils ont tendance à s’approprier les lieux. Ils prennent plus de place que les usagers qui empruntent, qui eux ne sont que de passage, qui viennent juste chercher leurs documents et qu’on ne repère pas à la limite. Le mercredi après-midi à Borny (banlieue ouvrière), on a souvent l’impression qu’on n’a pas d’emprunteurs, alors qu’on a emprunté 1 000 ou 2 000 documents et ceux-là ils sont passés inaperçus alors que tous les autres qui n’ont pas emprunté nous ont accaparés toute l’après-midi […]. Ils finissent par exclure ceux qui empruntent… ceux qui empruntent ne trouvent même plus la place pour accéder aux rayons. »

59Autrement dit, ces non-emprunteurs ne sont pas… « empruntés » non plus et le discours du professionnel se fait de moins en moins compréhensif, de moins en moins tolérant : « C’est vrai qu’il y a des comportements qu’on a du mal à comprendre, parce que l’autre jour il y a un jeune qui m’a fait mettre un livre de côté pour le lendemain ; donc je pensais qu’il allait rapporter sa carte pour l’emprunter. En fait le lendemain il est venu le chercher ; c’était pour le lire sur place. C’est un jeune qui n’a pas 18 ans et qui pouvait très bien prendre une carte, c’était gratuit. Je lui ai demandé : “Tu ne veux pas le prendre chez toi, tu ne veux pas de carte ?” – “Non, non !” En plus, c’était un livre qu’il devait lire pour la classe… et il l’a lu sur place, il ne l’a pas du tout emporté chez lui ! »

60Et la dépréciation pure et simple n’est plus très loin lorsqu’il est question de « non-emprunteurs primaires » ou de lecteurs « un peu frustes »…

61Autrement dit, le discours collectif de ces professionnels balance entre une sympathie populiste pour des comportements culturels qu’ils mettent volontiers au crédit de véritables logiques d’acteurs sociaux et un rejet symbolique de pratiques qu’ils disqualifient en des termes quasi misérabilistes comme étant indues, indésirables, incompréhensibles.

62Il ne s’agit pas dans cette étude de « réhabiliter » l’usager non-inscrit mais d’aider, peut-être, les professionnels à sortir de cette ambivalence d’une représentation et d’un discours qui peut s’avérer dommageable à tous les acteurs de la lecture publique, usagers et bibliothécaires.

Notes

1 Anne-Marie Bertrand et Jean-François Hersent, « Les usagers et leur bibliothèque municipale », Bulletin des bibliothèques de France, t. 41, n° 6, 1996, p. 16.

2 L’accès est libre pour la consultation des imprimés, mais l’écoute et le visionnement sur place n’est possible que sur présentation de la carte d’inscription. Ensuite, hormis l’emprunt d’ouvrages imprimés qui est gratuit pour les moins de 18 ans, tout est payant pour tout le monde. Les formalités d’inscription sont simples (une pièce d’identité et un justificatif de domicile) et donnent le choix, c’est là que tout se complique, entre trois « niveaux » d’utilisation, les tarifs allant de 100 francs (un adulte isséen, « niveau 1 », c’est-à-dire l’emprunt d’ouvrages imprimés) à 500 francs (un adulte non-isséen désirant accéder au « niveau 3 », c’est-à-dire l’emprunt de tous supports). Des tarifs réduits sont prévus pour les familles nombreuses, les chômeurs, les plus de 65 ans, les étudiants et les appelés.

3 À noter que les questionnaires n’ont pas été remplis par les responsables des bibliothèques. Nous avons eu avec ces derniers des entretiens libres au cours desquels l’aspect prise en compte du travail de terrain par les pouvoirs publics (les bailleurs de fonds) est largement évoqué. « Tout le monde sait que l’action d’une bibliothèque ne se mesure pas au prêt mais à l’activité sur place », affirme l’une de ces responsables.

4 En une circonstance, les bibliothécaires ont pu aller au-delà de l’estimation subjective. Pendant une période la bibliothèque a connu quelques difficultés avec certains adolescents. Le dépôt de la carte était donc exigé à l’entrée de la salle de lecture. À cette occasion, les bibliothécaires ont pu mesurer l’importance des non-inscrits parmi les jeunes, lesquels constituent la majorité du public puisque 46 % des emprunteurs de la bibliothèque ont moins de 14 ans.

5 « Accusé de voler, de récupérer du matériel à son profit et d’utiliser les machines pour son compte, le travailleur qui “fait la perruque” soustrait à l’usine du temps (plutôt que des biens, car il n’utilise que des restes) en vue d’un travail libre, créatif et précisément sans profit », Michel de Certeau, « Une pratique de détournement : la perruque », Arts de faire, Gallimard, (Folio), 1990, p. 45.

6 Voir infra, Manières d’être et façons de faire, p. 199.

Auteur

Chargée d’études à l’École des hautes études en sciences sociale (EFISAL)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable