Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Première partie. Portrait de groupe avec (ou sans) bibliothèque

Chapitre IV. Les bibliothèques, leur usage et leur image de 1979 à 1997

Texte intégral

  • 1 L’enquête de 1979 concerne, elle aussi, la population âgée de plus de 15 ans. Par contre, comme us (...)

1Cette enquête, disions-nous en introduction, est la nouvelle édition de celle qui a été menée, sous le même titre, en 19791. Une comparaison entre les résultats des deux éditions s’impose évidemment, tant l’évolution de l’offre de bibliothèque depuis une vingtaine d’années est considérable.

Tableau 32. L’évolution des bibliothèques municipales

Tableau 32. L’évolution des bibliothèques municipales

Statistiques DLL.

  • 2 Mais l’augmentation sensible depuis vingt ans du nombre des usagers inscrits se ralentit depuis le (...)

2Le modèle de bibliothèque moderne, en ses premiers pas dans les années 1970, s’est depuis lors implanté dans tout le pays, produisant un « effet-médiathèque » qui combine modernité, abondance de l’offre, convivialité et succès public2. La bibliothèque a fait son entrée dans le paysage social. Le profil des usagers, leurs usages de la bibliothèque, l’image qu’a d’elle la population n’ont pas pu en rester inchangés.

3Sans viser à une comparaison exhaustive, ligne à ligne, nous allons reprendre ici les principaux points évoqués : les profils des usagers, les activités effectuées à la bibliothèque, l’image de la bibliothèque et les raisons de la non-fréquentation.

1. D’une génération l’autre : usagers et usages

Profils d’usagers

4Il est toujours délicat de faire des comparaisons rétrospectives puisque, malgré l’attention qu’on y porte dans l’élaboration des questionnaires, les catégorisations évoluent au fil du temps : ici, les classes d’âge mais surtout les catégories socioprofessionnelles n’ont pas exactement les mêmes frontières en 1979 et en 1997.

Tableau 33. Profil des usagers inscrits

Tableau 33. Profil des usagers inscrits

5Malgré ces réserves de méthode, on peut cependant, mais avec la prudence qui s’impose, esquisser quelques analyses qui aboutiraient à une conclusion générale : les profils des usagers inscrits se sont banalisés. Banalisés en ce que de fortes disparités (la surreprésentation des 15-24 ans ou des cadres supérieurs-professions libérales) se sont nettement atténuées. Banalisés en ce que l’évolution de la société, et notamment sa « moyennisation », se voit aussi dans ce tableau : le bloc central en 1979 (cadres supérieurs et cadres moyens) a glissé vers d’autres catégories (cadres moyens, employés et services). La composition de la population inscrite est donc, en 1997, à la fois plus homogène et plus proche de la composition de la population française.

  • 3 Il y avait 741 000 étudiants dans l’université publique en 1973, et 1 395 000 en 1993.

6Deux sous-échantillons font, par ailleurs, une percée notable dans l’enquête de 1997 : les 35-44 ans et les étudiants. Les 35-44 ans fréquentent la bibliothèque, dit-on usuellement, parce qu’ils sont parents de jeunes usagers : cette analyse nous semble juste mais pourrait être confortée par une autre remarque. En effet, ce n’est pas seulement la tranche 35-44 ans (même si c’est surtout elle) qui trouve le mieux sa place dans la population des inscrits, mais tout le bloc 35-64 ans, qui représentait 30 % des inscrits en 1979 et 45 % en 1997 – ici aussi, signe que la fréquentation de la bibliothèque est mieux partagée dans l’ensemble de la population et notamment chez les adultes actifs. Quant aux étudiants, leur présence plus importante qu’il y a vingt ans ne fait d’abord que refléter leur place plus grande dans la société3. Mais cet accroissement considérable entre 1979 et 1997 (neuf fois plus !) est aussi le signe que le rôle de la bibliothèque a changé : avec la « scolarisation » de la société, l’allongement des études, la crise de l’emploi, on voit le rôle de formation, le rôle éducatif de la bibliothèque – même municipale – prendre davantage de place dans les raisons de la fréquentation. Et, en bonne logique, on voit évoluer en ce sens le profil de ses usagers.

  • 4 Au double sens de tranché et déclaré.

7Par contre, reste stable le rapport particulier que les usagers inscrits entretiennent avec le livre : si le goût de lire (aimer « beaucoup » lire) est moins affirmé4, la préférence pour la lecture de livres, elle, est plus forte en 1997 qu’en 1979 – hausse du chiffre qui s’explique aussi par le fait que la réponse « autant les uns que les autres », proposée en 1979, a disparu en 1997. L’achat de livres et la possession de livres restent très forts en 1997 comme en 1979.

Tableau 34. Pratiques de lecture

Tableau 34. Pratiques de lecture
  • 5 Sur ce point, on peut se reporter aux analyses d’Olivier Donnat, Les Français face à la culture : (...)

8Le tableau 34 appelle donc une lecture nuancée : le rapport au livre est intense en 1997, mais moins qu’en 1979. Traduction d’un double phénomène : d’une part la modification du statut symbolique du livre, désormais moins prestigieux, moins valorisé et moins valorisant5 ; d’autre part, l’extension du public des bibliothèques, qui les amène à toucher désormais des usagers moins amateurs de livres. Cette nuance ne doit pas, cependant, obérer le constat principal de cette enquête, à savoir le lien étroit entre le rapport au livre, le goût de lire et la fréquentation de la bibliothèque.

Usages de la bibliothèque

9Les modalités de la venue à la bibliothèque n’ont pas fondamentalement évolué depuis 1979. Une grosse moitié des usagers vient régulièrement – en fonction de la durée des prêts –, tandis que le nombre de ceux qui viennent au moins une fois par semaine a légèrement augmenté, au détriment des occasionnels (moins d’une fois par mois). Par contre, la durée moyenne du séjour a diminué entre 1979 et 1997 : en 1997, 49 % des usagers inscrits restent à la bibliothèque moins d’une demi-heure, alors que ce n’était le cas que de 31 % d’entre eux en 1979 ; symétriquement, le nombre de ceux qui séjournent plus d’une heure a considérablement décru.

Tableau 35. La venue à la bibliothèque

Tableau 35. La venue à la bibliothèque
  • 6 Ce que confirme, à son tour, dans le tableau 36, le fait que le taux de lecteurs accompagnant un e (...)
  • 7 Inversement, les usagers inscrits récents pèsent moins lourd qu’avant : 17 % sont inscrits depuis (...)

10Aujourd’hui plus qu’hier, on est souvent plusieurs membres du foyer à être inscrits (68 % contre 48 %). Aujourd’hui plus qu’hier, les livres qu’on emprunte sont aussi lus par d’autres (79 % contre 69 %). Aujourd’hui plus qu’hier, on vient accompagné à la bibliothèque (37 % contre 29 %). Au fur et à mesure que la fréquentation de la bibliothèque se répand, se diffuse, se banalise, elle devient une pratique plus familiale, plus collective6. Et plus stable : en 1979, 20 % des inscrits l’étaient depuis plus de dix ans, c’est le cas de 31 % d’entre eux en 19977. Au lecteur solitaire, se substitue l’image d’une communauté de lecteurs.

11Les activités déployées à la bibliothèque en 1997 diffèrent de celles de 1979 surtout parce que l’offre des bibliothèques a changé. L’emprunt de revues, de disques, de vidéocassettes se développe parallèlement à l’offre. Quant à la lecture sur place, elle semble avoir diminué en même temps que la moyenne du séjour – quand on reste longtemps, on peut prendre le temps de lire un livre qu’on ne peut emprunter ou de commencer à lire un livre qu’on va emprunter (si on en a l’envie). Quant au travail sur place, la comparaison est difficile entre les deux enquêtes car la question de 1979 a été scindée en deux questions en 1997 : le « travailler sur place » de 1979 se distingue en 1997 entre le travail sur les documents de la bibliothèque et le travail sur ses propres documents, sans qu’on puisse simplement additionner les deux réponses puisque des réponses multiples étaient possibles. Globalement, sur la question des activités, c’est bien la stabilité entre les deux enquêtes qui ressort de l’analyse – notamment avec la même unanimité en faveur du livre.

Tableau 36. Les activités à la bibliothèque

Tableau 36. Les activités à la bibliothèque

2. L’image de la bibliothèque

12Ces bibliothèques plus nombreuses, plus modernes, plus accueillantes, plus fréquentées, dans quelle mesure ont-elles changé d’image ? Et d’abord, dans quelle mesure sont-elles mieux connues aujourd’hui qu’il y a vingt ans ?

Connaissance de la bibliothèque

13Les non-usagers partent d’une image, les usagers d’une expérience : la « connaissance » de la bibliothèque participe de la construction de sa représentation

Tableau 37. La connaissance de la bibliothèque

Tableau 37. La connaissance de la bibliothèque
  • 8 On notera avec intérêt que l’évolution de l’opinion des usagers rejoint celle des bibliothécaires, (...)

14Comme le montre le tableau 37, cette « connaissance » de la bibliothèque est beaucoup plus proche de la réalité en 1997 qu’en 1979. Pourquoi ? D’une part, parce que les bibliothèques étant plus nombreuses, plus visibles, elles sont mieux connues – y compris dans leur réalité administrative. D’autre part, parce que ce ne sont pas seulement les bibliothèques qui ont changé, mais aussi les villes et les responsabilités qu’elles assument. En effet, les auteurs de l’enquête de 1979 analysaient ces résultats comme ne traduisant « pas tant le niveau d’information des intéressés sur le statut des BM que le sentiment des uns et des autres sur la nécessité des bibliothèques municipales » : en 1979, cette nécessité devait s’appuyer sur la loi pour être prise en compte, disaient les usagers ; en 1997, avec la montée en puissance des villes et la diversification des services qu’elles proposent à la population, l’existence de ce service public n’a pas besoin d’une incitation extérieure, disent usagers comme non-usagers8.

Image de la bibliothèque

15En même temps que la nécessité de la bibliothèque s’ancrait dans une réalité locale, proche, quotidienne, l’image des usagers, elle aussi, s’est rapprochée de la moyenne.

Tableau 38. L’image des usagers

Tableau 38. L’image des usagers

16On remarque, en effet, dans le tableau 38 que les réponses « médianes » (« autant l’un que l’autre » et « des revenus comme la moyenne ») ont considérablement progressé entre 1979 et 1997 : le public des bibliothèques est aujourd’hui considéré comme un public moyen, sans particularités, comme tout le monde. On peut souligner, également, que la représentation du public comme fréquentant les bibliothèques parce qu’il n’a pas les moyens d’acheter ses livres est devenue très minoritaire, et donc que les bibliothèques ne sont plus considérées comme dévolues en priorité à un public économiquement défavorisé. C’est ainsi, à nouveau, une banalisation de la bibliothèque que l’on peut constater.

  • 9 Ces questions n’étaient pas posées en 1979 aux non-usagers.

17Elle conforte un plébiscite persistant sur l’utilité sociale de la bibliothèque. En effet, les scores massifs réalisés auprès des usagers en 1997 ne font que confirmer l’opinion des usagers de 1979 : alors, 95 % d’entre eux considéraient que les bibliothèques jouaient un rôle dans les études des enfants (97 % en 1997) et 77 % d’entre eux estimaient qu’elles jouaient un rôle dans la formation professionnelle des adultes (75 % en 1997)9.

3. Les obstacles à la fréquentation

18Parmi les non-usagers, une forte minorité envisage de fréquenter une bibliothèque : ils sont 25 % à le dire en 1979, 21,5 % en 1997. Qu’est-ce qui fait que ces velléités n’aboutissent pas ? Et si l’image de la bibliothèque a changé depuis vingt ans, les obstacles à la fréquentation ont-ils, eux aussi, évolué ?

19Tendanciellement, on peut dire qu’en 1997, comme en 1979, c’est toujours le rapport à la lecture qui est le principal facteur explicatif de la (non-) fréquentation d’une bibliothèque. La préférence déclarée pour la possession de livres est plus marquée en 1997 (66 % contre 50 % en 1979), alors que le goût insuffisant pour la lecture connaît des scores voisins dans les deux enquêtes.

20Affinons les raisons de la non-fréquentation d’un bibliothèque municipale à l’aide du tableau qui suit.

Tableau 39. Les raisons de la non-fréquentation

21« Beaucoup de raisons peuvent expliquer qu’on n’ait pas envie de fréquenter une bibliothèque municipale. Pour chacune des raisons ci-dessous indiquez si c’est plutôt votre cas ou pas tellement votre cas. »

22Certaines réponses n’étaient pas proposées en 1979.

  • 10 Non seulement parce que les bibliothèques sont plus fréquentées, mais parce que les ex-usagers rep (...)

23On peut, cependant, nuancer et enrichir ce constat de base. En effet, avec une meilleure connaissance des bibliothèques10, ce sont aussi les conditions de l’usage de la bibliothèque qui sont considérées comme des obstacles à la fréquentation. La critique des horaires d’ouverture est plus marquée aujourd’hui qu’il y a vingt ans (34 % contre 27 %) ; de même que le soupçon (ou le souvenir) que les collections de la bibliothèque ne conviennent pas (30 % contre 21 %). Un nouvel item (« il faut rapporter les livres trop vite »), non proposé en 1979, recueille plus du tiers des suffrages. En 1997, puisque la bibliothèque est mieux connue, ce sont des reproches plus concrets qui lui sont faits.

24En regard, les conditions qui pourraient susciter une fréquentation ont peu changé : ce sont surtout les collections offertes par la bibliothèque qui recueillent, aujourd’hui comme hier, les scores les plus importants, suivies, à un moindre degré, par la qualité de l’accueil. On peut remarquer que les ex-usagers, encore plus, mettent l’accent sur la qualité et la diversité des collections qu’ils attendent de la bibliothèque (« les genres de livres que j’aime », pouvoir emprunter des disques ou des films…).

25« Parmi les conditions suivantes, lesquelles pourraient vous donner envie de fréquenter une bibliothèque municipale (en supposant qu’il y en ait une proche de chez vous ou dans les environs) ? »

Tableau 40. Les conditions d’une fréquentation éventuelle

26« Parmi les conditions suivantes, lesquelles pourraient vous donner envie de fréquenter une bibliothèque municipale (en supposant qu’il y en ait une proche de chez vous ou dans les environs) ? »

27Certaines réponses n’étaient pas proposées en 1979.

  • 11 Compte tenu du fait que les réponses proposées étaient moins nombreuses en 1979 et donc plus conce (...)

28C’est finalement une grande stabilité que montre cette analyse comparée de l’enquête de 1979 et de celle de 1997. Les mêmes usages majoritaires (l’imprimé d’abord), les mêmes facteurs explicatifs (le rapport à la lecture), la même image de la bibliothèque (utile mais austère) se retrouvent à vingt ans d’intervalle11. La connaissance de la bibliothèque est meilleure aujourd’hui, plus proche de la réalité, et l’image qu’on en a (de ce qu’on lui reproche comme de ce qu’on attend d’elle) confirme pourtant ce que montrait déjà l’enquête de 1979 : ce sont les facteurs socioculturels qui ont la plus grosse influence sur la fréquentation de la bibliothèque, bien plus que les facteurs géographiques ou économiques.

  • 12 « Le libre accès dont le but idéal est l’autonomie de la demande n’en est pas le moyen magiquement (...)
  • 13 « Il est possible d’affirmer que les bibliothèques ont eu une forte efficacité grâce au soutien qu (...)
  • 14 Préface à Claude Poissenot, Les adolescents et la bibliothèque, Bpi / Centre Pompidou, 1997.

29Si on fréquente la bibliothèque, c’est qu’on en a l’envie ou le besoin – et l’habitude. Le « capital de familiarité12 » complète le capital culturel – ou peut compenser son absence. À la culture du livre, s’ajoute la culture de la bibliothèque, familiale et conviviale. Le goût (de lire) ou le besoin (de travailler) est encouragé, suscité, fortifié par l’environnement collectif que propose la bibliothèque et par l’usage collectif qu’on en a13. C’est sans doute cette articulation entre (service) public et (usage) privé qui génère les forces et les faiblesses des relations entre la bibliothèque et ses usagers. Les usagers voudraient « avoir à leur disposition un espace public qui ait le charme des espaces privés, sans en avoir les contraintes », analyse François de Singly14. Les bibliothécaires s’emploient à améliorer les conditions de l’accueil et à se rapprocher de ce souhait.

  • 15 « Usages en bibliothèques publiques », Pour une sociologie de la lecture, Éditions du Cercle de la (...)

30La venue à la bibliothèque est, majoritairement, le fait de personnes dont d’autres membres de la famille sont inscrits et qui ont déjà fréquenté une autre bibliothèque municipale – familiarité avec une « culture de la bibliothèque ». Les adolescents qui continuent à s’inscrire appartiennent majoritairement à une famille qui a un usage régulier, fréquent, familier, de la bibliothèque. La familiarité avec la bibliothèque serait ainsi la traduction d’une articulation réussie entre « privé » et « public », comme le suggère Martine Poulain : « Contrairement à cet “illusionnisme social” qui croit que chacun bénéficie de façon identique de l’existence d’institutions culturelles, contrairement à cet illusionnisme qui penserait qu’il suffit de créer partout des bibliothèques pour qu’elles s’ouvrent à tous, l’état de fait veut que l’on ait envie d’entrer là où l’on a repéré un univers proche, familier de ses intérêts, de ses préoccupations15. »

31Reste que la bibliothèque n’est pas réductible à une offre privée : ni dans la qualité de la collection (qui s’appuie sur une politique d’offre, traduction d’un projet culturel et éducatif), ni dans les conditions de cette offre (délai de prêt, difficultés du choix…). La bibliothèque a le charme d’une offre abondante, de la convivialité du vivre ensemble, de la découverte, de la curiosité, de la modernité, de la pérennité… Elle a aussi les contraintes d’un établissement public qui gère des collections, des budgets, des adhérents, des locaux, des usages normés, un règlement, des tarifs… Cultiver son charme, atténuer ses contraintes : ce pourrait être sa réponse à cette attente contradictoire qui lui est adressée et qui se traduit par une image positive mais une fréquentation stagnante.

Notes

1 L’enquête de 1979 concerne, elle aussi, la population âgée de plus de 15 ans. Par contre, comme usagers, elle ne prend en compte que les inscrits.

2 Mais l’augmentation sensible depuis vingt ans du nombre des usagers inscrits se ralentit depuis le début des années 1990 : 18,1 % de la population desservie était inscrite dans une bm en 1991, et 18,3 % en 1997.

3 Il y avait 741 000 étudiants dans l’université publique en 1973, et 1 395 000 en 1993.

4 Au double sens de tranché et déclaré.

5 Sur ce point, on peut se reporter aux analyses d’Olivier Donnat, Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, La Découverte, 1994.

6 Ce que confirme, à son tour, dans le tableau 36, le fait que le taux de lecteurs accompagnant un enfant à la bibliothèque a doublé entre 1979 et 1997 (35 % contre 17 %).

7 Inversement, les usagers inscrits récents pèsent moins lourd qu’avant : 17 % sont inscrits depuis moins de deux ans, contre 39 % en 1979.

8 On notera avec intérêt que l’évolution de l’opinion des usagers rejoint celle des bibliothécaires, pour qui, jusqu’aux années 1980, le développement des bibliothèques municipales ne pouvait être assuré que par une « loi d’obligation » – loi qui ne vit jamais le jour, ce qui n’empêcha pas le développement spectaculaire des établissements.

9 Ces questions n’étaient pas posées en 1979 aux non-usagers.

10 Non seulement parce que les bibliothèques sont plus fréquentées, mais parce que les ex-usagers représentaient 15 % de la population en 1979 et 31 % en 1997 : l’image de la bibliothèque se base donc de plus en plus sur une expérience et non sur une information de seconde main.

11 Compte tenu du fait que les réponses proposées étaient moins nombreuses en 1979 et donc plus concentrées.

12 « Le libre accès dont le but idéal est l’autonomie de la demande n’en est pas le moyen magiquement efficace : son succès exige des usagers, à défaut de la connaissance de la carte, celle du territoire ; à défaut du capital culturel, inégalement réparti, on le sait, un capital de familiarité indigène avec le lieu et les choses, différemment mais inégalement réparti lui aussi », écrit Jean-Claude Passeron, « Images en bibliothèque, images de bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, 1982, n° 2.

13 « Il est possible d’affirmer que les bibliothèques ont eu une forte efficacité grâce au soutien qu’elles apportent aux usagers, et surtout aux usagers actifs, efficacité renforcée par le fait qu’elles sont en plus grand nombre sur le territoire national. Sans elles, répétons-le, la baisse de la lecture chez les jeunes aurait été encore plus sensible », souligne François de Singly (« Les Jeunes et la lecture », Dossiers Éducation & Formations, n ° 24, 1993).

14 Préface à Claude Poissenot, Les adolescents et la bibliothèque, Bpi / Centre Pompidou, 1997.

15 « Usages en bibliothèques publiques », Pour une sociologie de la lecture, Éditions du Cercle de la Librairie, 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 32. L’évolution des bibliothèques municipales
Légende Statistiques DLL.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 33. Profil des usagers inscrits
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Tableau 34. Pratiques de lecture
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 35. La venue à la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 36. Les activités à la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 37. La connaissance de la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau 38. L’image des usagers
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access