Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Première partie. Portrait de groupe avec (ou sans) bibliothèque

Chapitre III. Le livre, la lecture et les bibliothèques

Texte intégral

1L’analyse de la population des usagers et de celle des non-usagers nous a fait avancer l’hypothèse que le rapport au livre et à la lecture est pour beaucoup dans la fréquentation ou la non-fréquentation des bibliothèques municipales. Ce chapitre va examiner cette hypothèse plus en détail.

1. Le goût de lire

2L’amour du livre, le goût de lire ne sont pas la chose du monde la mieux partagée. Sur ce point, comme sur les genres préférés de livres, les différences sont sensibles entre usagers et non-usagers, entre usagers inscrits et usagers non-inscrits.

Tableau 24. Le rapport au livre

Tableau 24. Le rapport au livre

3On peut noter que les réponses apportées par les usagers non-inscrits sont plus proches des réponses des non-usagers que de celles des usagers inscrits : l’inscription (et donc la possibilité d’emprunter) peut être vue comme un signe d’attachement au livre ; la non-inscription peut être vue comme un signe d’éloignement du livre.

Les genres de livres préférés

4Pour les genres de livres préférés, on trouve la même proximité entre usagers non-inscrits et non-usagers. Les usagers inscrits plébiscitent les romans contemporains, puis les romans policiers, les livres d’histoire et les romans classiques. Les non-usagers présentent le même duo de tête, mais avec des scores beaucoup plus proches entre eux, alors que les troisième et quatrième places sont occupées par les livres pratiques, puis les livres d’histoire. Quant aux usagers non-inscrits, outre les deux genres de romans qu’ils classent aussi en tête, ils préfèrent les livres pratiques et les bandes dessinées.

Tableau 25. Les genres de livres préférés

Tableau 25. Les genres de livres préférés

5La question portait sur « les deux genres de livres lus le plus souvent ».

6Sans solliciter exagérément les données recueillies, on peut constater cependant des particularités dans les paysages culturels qui sont ainsi dessinés. La préférence générale pour la lecture de romans doit être nuancée : les usagers inscrits accordent aux romans contemporains un score bien supérieur à celui qu’ils réalisent dans les autres populations ; les romans policiers ou d’espionnage emportent la deuxième place dans toutes les catégories, avec des scores voisins. Par contre, les romans classiques ne sont du goût que des usagers inscrits (4e position), alors que les usagers non-inscrits les classent en 8e position et les non-usagers en 7e position. Les livres d’histoire plaisent surtout aux usagers inscrits (3e position), alors que les usagers non-inscrits les classent en 5e place. La lecture des dictionnaires et encyclopédies est surtout le fait des non-usagers. Enfin, les livres pratiques recueillent les faveurs des usagers non-inscrits comme des non-usagers, qui les placent pareillement au troisième rang de leurs lectures préférées.

7Du côté des usagers inscrits, le monde de la lecture serait ainsi davantage tourné vers la fiction, et du côté des non-usagers vers l’information pratique (dictionnaires, encyclopédies et livres pratiques) – tandis que les usagers non-inscrits vivrait dans un entre-deux culturel, mi du côté de la fiction mi du côté des livres pratiques.

  • 1 Les femmes représentent 57 % des usagers et 59 % des usagers inscrits.

8La surreprésentation féminine dans la population des usagers (plus marquée, encore, chez les usagers inscrits1) explique pour partie les scores élevés qu’y réalisent les romans.

Tableau 26. Les genres de livres préférés des femmes

Tableau 26. Les genres de livres préférés des femmes

9La question portait sur « les deux genres de livres lus le plus souvent ».

La possession de livres

  • 2 Nous l’avons notamment signalé au chapitre précédent, s’agissant des ex-usagers.

10L’attachement au livre porte aussi sur l’objet lui-même : les réticences à la fréquentation de la bibliothèque sont le fait non seulement de faibles lecteurs mais aussi de gros ou moyens lecteurs qui ne se reconnaissent pas dans le système de l’emprunt2.

11Deux types de données peuvent nous éclairer sur ce point : d’une part, la participation à un système privé de prêts formalisé (bibliothèque tournante) ou informel (prêt dans le réseau amical ou familial hors du foyer) ; d’autre part, le goût pour la relecture, qui peut induire un goût pour la possession de l’objet. Notre hypothèse est que des gros lecteurs restent réticents à la bibliothèque parce qu’ils ont leur propre système d’approvisionnement (bibliothèque personnelle, prêt amical).

Tableau 27. Circulation et possession de livres

Tableau 27. Circulation et possession de livres
  • 3 À cette population qui cumule les types d’approvisionnement, il faut évidemment ajouter la populat (...)

12Cette piste s’avère, on le voit, discutable : c’est chez les usagers des bibliothèques que la possession de livres est la plus fréquente et que la circulation privée des livres est la plus active. Il n’y a donc pas concurrence mais cumul entre deux types de circulation du livre. De la même façon, le goût pour la relecture de livres déjà lus est plus fréquent chez les usagers que chez les non-usagers. La disponibilité des livres dans les bibliothèques – peut-être parce qu’on relit surtout des ouvrages classiques – complète ainsi la possession d’une bibliothèque personnelle mais ne la concurrence pas3.

2. Les relations avec la bibliothèque

13En quoi le goût de lire, le genre de livres préférés ou la possession de livres sont-ils des facteurs qui jouent sur la fréquentation ou la non-fréquentation de la bibliothèque ? Nous avons déjà abondamment souligné l’intensité du lien que les usagers inscrits entretiennent avec le livre : ils en possèdent plus, en achètent plus, en lisent plus que les usagers non-inscrits et que les non-usagers. Nous avons également relevé que si ce lien est distendu chez les non-usagers, une sous-population particulière fait exception : les ex-usagers, qui sont à la fois lecteurs et non-usagers. Nous voulons examiner ici en quoi l’offre de la bibliothèque rencontre ou contrarie les pratiques de lecture et de documentation.

Le choix de livres

14L’univers livresque des usagers et des non-usagers diffère, nous l’avons vu. Ces différents univers (romanesque, documentaire, pratique…) vont, à l’évidence, se trouver plus ou moins en adéquation avec la collection de la bibliothèque – ou avec l’idée que les non-usagers se font de la collection de la bibliothèque.

Tableau 28. L’appréciation de l’offre dans les genres préférés

Tableau 28. L’appréciation de l’offre dans les genres préférés

15La question croisée portait sur « le genre de livres lu le plus souvent » et « estimez-vous que la bibliothèque municipale que vous fréquentez (ou « d’une manière générale les bibliothèques municipales », pour les non-usagers) offre un choix… ? ».

  • 4 En moyenne, 80 % des usagers considèrent que le choix offert est satisfaisant (28 % très satisfais (...)
  • 5 Ou plus soupçonneux, puisqu’encore une fois il s’agit pour eux plus d’une représentation que d’une (...)

16La bibliothèque est, on le voit dans le tableau 28, reconnue par les usagers comme offrant globalement un choix de livres satisfaisant4. Leurs réserves portent surtout sur les romans contemporains (et on peut supposer qu’il s’agit là spécifiquement des « nouveautés », jamais assez nombreuses ni assez récentes à leurs yeux), mais aussi sur les romans de science-fiction et sur les livres pratiques. Les non-usagers sont plus critiques5 puisque quatre genres dépassent les 10 % d’appréciation négative. Selon eux, la bibliothèque offre un choix « pas satisfaisant » non seulement dans le domaine romanesque (romans contemporains et romans policiers), mais aussi dans le domaine des livres pratiques et pour les livres d’histoire. Appréciation significative si l’on se souvient qu’il s’agit là de leurs quatre genres de livres préférés (tableau 25). Cet indice est à croiser avec la question portée sur « les conditions qui pourraient donner envie de fréquenter une bibliothèque municipale » (tableau 23) : 60 % des non-usagers (score de loin le plus important) citent comme condition « que je puisse y trouver tous les genres de livres et de revues que j’aime lire ». Le tableau 28 affine cette position : non seulement les non-usagers considèrent que le choix des livres est le premier motif de fréquentation, mais encore ils déclarent que, selon eux, leurs genres de livres préférés ne sont pas bien représentés dans la bibliothèque. Comment dire plus clairement que les conditions d’une éventuelle fréquentation ne sont pas remplies ?

Maîtriser l’offre documentaire

17La proximité avec la bibliothèque ne se traduit pas seulement par une adéquation entre les genres de livres préférés et les collections offertes, mais aussi par la maîtrise de l’offre. La recherche de documents, la plongée dans la collection prennent plusieurs formes, plus ou moins intensives. Demander conseil, flâner en rayons, chercher un titre précis ou aller à l’aventure : chercher et trouver font l’objet de tactiques diverses.

Tableau 29. Trouver un document

Tableau 29. Trouver un document

18La demande de conseils ou de renseignements auprès des bibliothécaires est une activité plutôt minoritaire – 69 % des usagers le font rarement ou jamais. Pourquoi ? « Je n’en ai pas besoin, je me débrouille tout seul », disent-ils majoritairement (76 % de ceux qui ne s’adressent pas aux bibliothécaires). L’incompétence supposée des bibliothécaires (« ils ne sont pas toujours très compétents ») ou l’attente pour trouver un bibliothécaire disponible ne recueillent respectivement que 11 % et 3 % des réponses déclarées. Ceux qui s’adressent aux bibliothécaires le font surtout pour les aider à trouver un ouvrage précis (25 % des usagers), pour aider à trouver quelque chose sur un sujet (15 %) ou pour demander un conseil de lecture (8 %). L’aide scolaire recueille 3 % des réponses. Parmi ceux qui s’adressent souvent aux bibliothécaires, presque la moitié (44 %) s’adressent de préférence à un bibliothécaire qu’ils connaissent. 55 % d’entre eux ont déjà discuté d’un livre, d’un film ou d’un disque avec un bibliothécaire. Le quart d’entre eux (23 %) souhaiteraient être davantage aidés. Mélange complexe d’une revendication d’autonomie et d’une demande d’accompagnement.

19Le tableau 29 souligne également la différence de maîtrise, d’aisance entre la démarche des inscrits et la démarche des non-inscrits. Les usagers non-inscrits sont à la fois moins autonomes et demandent moins à être aidés : seulement 19 % découvrent seuls des livres qu’ils ne connaissaient pas (c’est le cas de 45 % des inscrits), seulement 29 % flânent régulièrement en rayons (39 % des inscrits), seulement 15 % demandent souvent conseil aux bibliothécaires (37 % des inscrits). L’explication de cette différence sensible est sans doute double : une explication fonctionnelle et une explication symbolique. Fonctionnellement, les usagers non-inscrits fréquentent souvent la bibliothèque pour des raisons limitées, purement utilitaires (scolaires), et ne s’y livrent qu’à ces activités utilitaires (scolaires) ; symboliquement, la possession d’une carte d’inscription manifeste l’adhésion à la bibliothèque, c’est-à-dire aussi au monde culturel qu’elle représente et à l’offre documentaire qu’elle propose – la non-inscription manifestant, symétriquement, la non-adhésion à ce monde culturel et un usage moins intensif, moins curieux, moins autonome des collections.

L’image de la bibliothèque

20L’image de la bibliothèque s’appuie pour les non-usagers sur des bribes de connaissance de seconde main ou sur le souvenir d’une fréquentation ancienne ou sur une absence totale de connaissance – c’est-à-dire sur l’imaginaire social. Pour les usagers, elle s’appuie sur leur propre expérience. Elle porte non seulement sur les services qu’elle peut rendre (ou sur ses collections, comme nous l’avons vu), mais aussi sur sa place institutionnelle, sur son public et sur son utilité.

Tableau 30. L’image de la bibliothèque

Tableau 30. L’image de la bibliothèque
  • 6 Le budget de fonctionnement des bibliothèques municipales est à plus de 90 % à la charge des commu (...)

21Usagers comme non-usagers ont une vision exacte de la réalité administrative de la bibliothèque : c’est un service non obligatoire, dont la municipalité décide la création et qui est financée principalement par les communes6.

22L’utilité de la bibliothèque est très largement reconnue mais avec des nuances. Si l’utilité à l’égard des études des enfants recueille des scores soviétiques (97 % chez les usagers), l’utilité à l’égard de la formation des adultes est beaucoup moins reconnue, plus d’un quart des personnes interrogées en doutant. Quant au caractère d’intérêt général que présente la bibliothèque, il lui est massivement accordé : les trois-quarts des non-usagers et 93 % des usagers considèrent que la bibliothèque est « utile à tous ».

23L’image que les uns et les autres ont des usagers frappe par sa proximité : les usagers sont considérés comme étant dans la moyenne, aussi bien pour leur niveau scolaire que pour leurs revenus. Cette appréciation majoritaire est nuancée en ce qui concerne le niveau scolaire, où une forte minorité voit dans les usagers plutôt des gens qui ont poursuivi leurs études – ce que le profil des usagers (tableau 3) confirme massivement. Il est notable que les usagers aient une appréciation plus juste sur ce point que les non-usagers, peut-être à cause du paysage studieux qu’ils voient dans leur bibliothèque.

24L’intérêt de la bibliothèque – et donc l’estime qu’on lui porte – s’alimente également de l’image qu’on a de ses usagers. La bibliothèque est, aussi, d’intérêt général parce que les usagers sont des gens comme tout le monde, ni plus ni moins diplômés, ni plus ni moins fortunés. Cette neutralité sociale souligne son caractère démocratique et nourrit l’image consensuelle qu’usagers et non-usagers se font d’elle.

Tableau 31. L’image des usagers

Tableau 31. L’image des usagers

25Même s’il s’agit d’une banale évidence, il n’est sans doute pas inutile, on le voit, d’explorer la question du rapport au livre et à la bibliothèque. Le lien avec le livre, la pratique de la lecture ont quelque chose d’affectif, de secret, d’intime qui fait que la relation à la bibliothèque ne peut pas être de simple utilité – même si elle n’est que cela pour certains. L’investissement dans la lecture explique l’investissement dans la bibliothèque, avec les multiples visages qu’il peut prendre : passionné, voire compulsif, exigeant, intense, régulier, occasionnel, têtu ou déçu, aristocratique ou besogneux, enthousiaste ou résigné… S’il est légitime que les bibliothécaires s’intéressent aux populations éloignées du livre, il serait sans doute nécessaire, parallèlement, qu’ils cultivent de plus près leurs relations avec les lecteurs – terme générique par lequel on désignait autrefois les usagers, signifiant ainsi, dans ce raccourci symbolique, que la bibliothèque est la maison des livres.

Notes

1 Les femmes représentent 57 % des usagers et 59 % des usagers inscrits.

2 Nous l’avons notamment signalé au chapitre précédent, s’agissant des ex-usagers.

3 À cette population qui cumule les types d’approvisionnement, il faut évidemment ajouter la population des lecteurs qui ne conçoivent la lecture que de livres dont ils sont propriétaires, à l’exception de tout système d’emprunt.

4 En moyenne, 80 % des usagers considèrent que le choix offert est satisfaisant (28 % très satisfaisant, 52 % satisfaisant). Les non-réponses se montent à 4 %.

5 Ou plus soupçonneux, puisqu’encore une fois il s’agit pour eux plus d’une représentation que d’une connaissance objective.

6 Le budget de fonctionnement des bibliothèques municipales est à plus de 90 % à la charge des communes.

Table des illustrations

Titre Tableau 24. Le rapport au livre
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 25. Les genres de livres préférés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Tableau 26. Les genres de livres préférés des femmes
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 27. Circulation et possession de livres
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 28. L’appréciation de l’offre dans les genres préférés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 29. Trouver un document
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 30. L’image de la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 31. L’image des usagers
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/251/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access