Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Première partie. Portrait de groupe avec (ou sans) bibliothèque

Chapitre II. Les non-usagers

Texte intégral

1Selon l’enquête « L’expérience et l’image des bibliothèques municipales », 25 % de Français fréquentent une bibliothèque municipale. Ce qui signifie que 75 % des Français n’en fréquentent pas. Nous allons tenter ici, d’une part, d’analyser les écarts entre la population des non-usagers et la population des usagers, afin d’y chercher quelque facteur explicatif ; puis, d’autre part, de rendre compte des raisons de leur non-fréquentation avancées par les non-usagers ; nous reviendrons ensuite sur une sous-population spécifique : celle des anciens usagers, c’est-à-dire ceux qui ont déjà fréquenté une bibliothèque municipale mais ne le font plus, avant d’examiner les facteurs qui pourraient pousser les non-usagers à fréquenter une bibliothèque.

1. Profils

  • 1 En effet, cette population représentant les trois-quarts de la population française, la décrire en (...)

2Le profil sociodémographique des non-usagers n’a de sens et d’intérêt, ici, que par rapport au profil des usagers1. Le tableau 17 confirme, symétriquement, l’analyse que nous faisions au chapitre précédent : tendanciellement, les non-usagers sont plutôt âgés, peu diplômés, habitent plutôt dans des zones rurales ou des petites villes, appartiennent à des classes populaires. On peut, en particulier, noter l’écart entre la proportion de plus de 65 ans chez les non-usagers (21 %) et chez les usagers (14 %) : écart qui amène à nuancer sensiblement l’idée traditionnellement avancée que les bibliothèques sont des refuges pour personnes âgées.

Tableau 17. Non-usagers et usagers

Tableau 17. Non-usagers et usagers

3Le rapport au livre et les pratiques de lecture présentent des différences sensibles entre usagers et non-usagers – pourtant, les chiffres déclarés par les non-usagers semblent surestimés lorsqu’on les rapporte à l’enquête « Pratiques culturelles des Français ». Quel que soit l’élément de comparaison retenu, on constate des écarts importants, voire considérables, entre les pratiques de lecture des uns et des autres.

Tableau 18. Pratiques de lecture

Tableau 18. Pratiques de lecture
  • 1 D’après Pratiques culturelles des Français : enquête 1997.

Note *1

4Regarder la télévision est-elle une pratique aussi discriminante (en symétrique) que la lecture ? Les écarts, sauf pour les téléphages (plus de 30 heures hebdomadaires), ne sont pas importants : alors que pour la lecture de livres, les écarts entre usagers et non-usagers atteignent ou dépassent souvent les 20 points, ici les différences sont bien moindres. La télévision est une pratique bien partagée.

Tableau 19. Nombre d’heures hebdomadaires devant la télévision

Tableau 19. Nombre d’heures hebdomadaires devant la télévision

Calculé sur les personnes déclarant posséder au moins un poste de télévision.

2. La non-fréquentation

5Analyser une non-pratique (ne pas fréquenter une bibliothèque municipale) pose des problèmes méthodologiques particuliers. Cette abstention, en effet, repose non seulement sur des raisons, mais aussi sur une image, des impressions, des récits (du bouche à oreille), un désintérêt, beaucoup d’implicite et de non-formalisé qu’il n’est pas facile de mettre au jour.

6Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer la non-fréquentation : d’une part, un rapport au livre trop lointain ; d’autre part, un rapport à l’institution trop méfiant. Avant d’y revenir, au chapitre iii, tentons de cerner mieux la connaissance qu’ont les non-usagers de la bibliothèque.

La connaissance de la bibliothèque

7Puisque, pour les usagers, la bibliothèque est une pratique souvent collective, familiale, ancienne, peut-on faire l’analyse inverse pour les non-usagers ? Pour eux, la bibliothèque serait inconnue, lointaine, étrangère…

8Or, cette hypothèse ne se vérifie pas. À la question « Au cours des dernières années, vous est-il arrivé d’avoir envie de vous inscrire à une bibliothèque municipale ? », 21 % des non-usagers répondent positivement. La moitié de ceux-ci (54 %) connaît une personne qui fréquente déjà la bibliothèque. Bien plus : 30 % des non-usagers ont déjà fréquenté la bibliothèque municipale de leur ville et 48 % des non-usagers connaissent au moins un usager. S’il y a éloignement par rapport à la bibliothèque, il ne semble reposer que pour partie sur l’ignorance mais plutôt sur l’éloignement culturel – éloignement vis-à-vis du livre, de la lecture et de l’institution publique destinée à les faire vivre.

Tableau 20. La connaissance de la bibliothèque

Tableau 20. La connaissance de la bibliothèque

Les raisons de la non-fréquentation

9Un certain nombre de réponses ont été proposées dans le questionnaire, portant sur les raisons de la non-fréquentation. Elles couvrent plusieurs registres : le rapport au livre et à la lecture, la proximité (physique ou psychologique), les conditions d’inscription (complication, coût), le fonctionnement (horaires, durée du prêt).

Tableau 21. Les raisons de la non-fréquentation

10« Beaucoup de raisons peuvent expliquer qu’on n’ait pas envie de fréquenter une bibliothèque municipale. Pour chacune des raisons ci-dessous indiquez si c’est plutôt votre cas ou pas tellement votre cas. »

  • 2 Disent 75 % des non-usagers, pour 77 % des usagers.
  • 3 L’affirmation « Les usagers des bibliothèques sont des gens qui ont poursuivi leurs études, n’ont p (...)

11Les scores les plus importants portent sur le rapport au livre et à la lecture. Mais les conditions de fonctionnement, notamment les horaires d’ouverture et la durée du prêt, semblent bien jouer également un rôle dans la désaffection vis-à-vis de la bibliothèque. Par contre, l’étrangeté sociale de la bibliothèque, elle, est niée : seulement 10 % n’en aiment pas l’ambiance (ou l’idée qu’ils se font de cette ambiance), seulement 4 % n’aiment pas les gens qui y vont. Les caractéristiques des usagers (vues par les non-usagers) ne sont pas spécifiques : pour eux, les usagers sont des gens comme tout le monde – ils ont des revenus dans la moyenne2 et ont un niveau scolaire moyen3.

12On a également essayé de mieux connaître le soupçon (parlons de soupçon puisqu’il ne s’agit pas d’une connaissance objective) qui porte sur le caractère réglementé, encadré de la bibliothèque comme institution. Ainsi, 91 % des non-usagers pensent que « pour s’inscrire dans une bibliothèque, il y a peu de formalités », alors que 3 % d’entre eux pensent le contraire, les autres étant sans opinion. De façon moins univoque, 52 % des non-usagers disent que « les bibliothèques municipales sont des endroits où l’on se sent libre », alors que 40 % pensent que ce sont des « endroits très réglementés ». Le caractère institutionnel de la bibliothèque est reconnu mais ne semble pas jouer un rôle primordial dans la non-fréquentation.

13On le voit, l’image de la bibliothèque s’est banalisée en même temps que son public augmentait. À défaut de démocratisation réelle, elle connaît, comme le lycée, comme l’université, un phénomène de massification qui en fait un élément connu du paysage social quotidien. Connu et reconnu : les trois-quarts des non-usagers déclarent que c’est un établissement utile à tous. La légitimité sociale de la bibliothèque est donc saluée, même par ceux qui ne la fréquentent pas.

3. Les ex-usagers

14Une population particulière de non-usagers mérite une analyse particulière : les anciens usagers des bibliothèques municipales. Ils représentent 31 % des non-usagers, chiffre non négligeable, et ont la particularité d’avoir de la bibliothèque une expérience personnelle.

  • 4 Rappelons que l’échantillon de non-usagers est composé de 818 personnes ; les ex-usagers sont 258, (...)

15Même si l’échantillon est réduit4, on peut cependant décrire les caractéristiques principales de cette population. Ce sont plutôt des femmes (32 %), plutôt des jeunes (49 % chez les 15-24 ans) et des personnes diplômées (48 % chez les personnes possédant un diplôme universitaire). C’est-à-dire le profil moyen des lecteurs et des usagers : la perte d’usagers touche surtout les publics traditionnels de la bibliothèque.

16Quelle est l’image qu’ils gardent d’une bibliothèque municipale ? Presque tous (98 % d’entre eux) disent qu’il y a peu de formalités pour s’inscrire, mais plus d’un tiers d’entre eux (37 %) que c’est un endroit très réglementé. Les raisons qu’ils avancent pour expliquer l’arrêt (provisoire ou définitif) de leur fréquentation diffèrent assez sensiblement des raisons avancées par l’ensemble des non-usagers.

Tableau 22. Les raisons de ne plus fréquenter.

17« Beaucoup de raisons peuvent expliquer qu’on n’ait pas envie de fréquenter une bibliothèque municipale. Pour chacune des raisons ci-dessous indiquez si c’est plutôt votre cas ou pas tellement votre cas. »

  • 2 Non-usagers n’ayant jamais fréquenté une bibliothèque municipale.

Note *2

18Quelles sont ces différences ? D’une part, les raisons liées au rapport à la lecture semblent avoir moins d’importance pour les ex-usagers que pour les non-usagers dans leur ensemble : les items « je lis trop peu pour que ça en vaille la peine » ou « je n’aime pas tellement lire » recueillent chez les ex-usagers des scores bien plus faibles que chez les non-usagers n’ayant jamais fréquenté une bibliothèque municipale. D’autre part, les raisons liées au fonctionnement de la bibliothèque recueillent, elles, au contraire, des scores plus élevés : les horaires, mais surtout les modalités du prêt, sont ressentis comme des motifs propres à décourager la fréquentation. Devoir rendre ses livres, les rapporter « trop vite », avoir du mal à les choisir, ne pas trouver forcément « les livres que j’aime » sont quelques-uns des éléments explicatifs avancés. Fondées sur une expérience réelle, et non sur une représentation plus ou moins exacte, ces affirmations sont à prendre en considération : elles soulignent qu’un public attaché au livre et à la lecture peut ne pas trouver sa place dans la bibliothèque.

19Pour autant, l’image que les ex-usagers ont de la bibliothèque reste bonne. Ils sont 82 % à penser que la bibliothèque est utile à tous, alors que ce taux n’est que de 72 % chez les personnes n’ayant jamais fréquenté une bibliothèque municipale (et 93 % chez les usagers). Cependant, si les ex-usagers reconnaissent le rôle que joue la bibliothèque dans la formation des enfants (93 %), ils sont plus réservés sur son rôle dans la formation professionnelle des adultes : seulement 64 % d’entre eux le lui reconnaissent, alors que c’est le cas de 73 % des non-usagers n’ayant jamais fréquenté une bibliothèque municipale (et 75 % des usagers).

20L’image qu’ils ont de la bibliothèque est donc nuancée : ils y attachent de l’importance mais semblent déçus par les modalités de fréquentation. Comme lecteurs, ils sont attirés par la possibilité d’emprunter des livres, mais comme usagers ils sont découragés par les modalités du prêt (les délais, le choix).

4. L’envie de fréquenter

21Le statut d’usager n’est pas permanent. Le statut de non-usager non plus. Non seulement des non-usagers fréquentaient auparavant une bibliothèque : ce sont les ex-usagers, que nous venons d’évoquer. Mais encore, parmi les non-usagers, certains déclarent avoir des velléités de fréquentation. À la question « Au cours des dernières années, vous est-il arrivé d’avoir envie de vous inscrire à une bibliothèque municipale ? », 21,5 % des non-usagers répondent positivement. Quelles sont donc les raisons qui pourraient pousser les non-usagers à fréquenter une bibliothèque ?

Tableau 23. Une envie de fréquentation.

22« Parmi les conditions suivantes, lesquelles pourraient vous donner envie de fréquenter une bibliothèque municipale (en supposant qu’il y en ait une proche de chez vous ou dans les environs) ? »

23Les résultats portent sur tous les non-usagers, pas seulement sur ceux qui ont déclaré avoir (eu) envie de fréquenter une bibliothèque.

24Si tous les non-usagers privilégient le choix des livres (leur diversité et la proximité avec leurs goûts), les femmes seraient particulièrement sensibles à la qualité de l’accueil : elles souhaitent une bibliothèque accueillante, calme, où l’usager soit aidé et accompagné. Les hommes, eux, privilégieraient plutôt la modernité technique, disques, films et micro-ordinateurs.

25Quant aux jeunes (15-24 ans), ils cumulent les souhaits de modernité propres à leur âge et les attentes qu’ils ont en tant que lycéens ou étudiants. Les conditions qu’ils avancent sont donc de deux types : la diversification de l’offre (disques, films, micro-ordinateurs) mais aussi les conditions de travail (calme, choix de livres, accompagnement).

26À noter que 12,5 % des non-usagers n’ont donné aucune réponse à ce tableau : pour eux, aucune condition ne serait susceptible de leur donner envie de fréquenter une bibliothèque. On pourrait parler, à leur propos, de non-usagers « absolus ».

Notes

1 En effet, cette population représentant les trois-quarts de la population française, la décrire en soi reviendrait, peu ou prou, à décrire la population française. Nous préférons donc, dans le cadre de cette étude, mesurer les écarts avec la population des usagers.

2 Disent 75 % des non-usagers, pour 77 % des usagers.

3 L’affirmation « Les usagers des bibliothèques sont des gens qui ont poursuivi leurs études, n’ont pas poursuivi leurs études, autant l’un que l’autre » entraîne 64 % de réponses pour la 3e hypothèse (autant l’un que l’autre) chez les non-usagers, pour 57 % chez les usagers.

4 Rappelons que l’échantillon de non-usagers est composé de 818 personnes ; les ex-usagers sont 258, soit 31 %.

Notes de fin

1 D’après Pratiques culturelles des Français : enquête 1997.

2 Non-usagers n’ayant jamais fréquenté une bibliothèque municipale.

Table des illustrations

Titre Tableau 17. Non-usagers et usagers
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 18. Pratiques de lecture
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 19. Nombre d’heures hebdomadaires devant la télévision
Légende Calculé sur les personnes déclarant posséder au moins un poste de télévision.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 20. La connaissance de la bibliothèque
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Note *2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access