Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un laboratoire de littératures

 | 
Serge Bouchardon

Annexes

Texte intégral

1Un site visant à présenter l’ouvrage est accessible sur le Web: http://www.utc.fr!~bouchard/bpi

Méthodologie

2Le présent ouvrage constitue la réponse à un appel d’offres émanant du service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou, pour le compte de la Direction du livre et de la lecture. Le texte de l’appel d’offres proposait de se pencher sur les « sites de revues littéraires numériques », et notamment les « sites hybrides, [...] se présentant à la fois comme une revue littéraire, un forum de discussion, un atelier d’écriture... ». Il nous a très vite paru intéressant d’étudier, à côté de revues littéraires électroniques traitant de la littérature imprimée, une revue électroniquement littéraire, c’est-à-dire un dispositif en ligne dédié à la littérature électronique ou numérique. Il ne s’agissait pas d’opposer littérature traditionnelle et littérature numérique, qui entretiennent d’ailleurs des rapports étroits sur les réseaux. Mais il nous est apparu pertinent de nous intéresser à un dispositif consacré à la littérature numérique dans la mesure où le support utilisé par les acteurs est aussi celui qui est utilisé par les auteurs des œuvres objets de débats.

3Nous nous sommes demandé si nous n’assistions pas à l’émergence d’un domaine spécifique au sein de la littérature, constitué par des œuvres littéraires numériques dont la lecture se pratique sur écran. En choisissant de nous concentrer sur la liste et le site E-critures, nous avons fait l’hypothèse de la coconstitution d’un dispositif technique, d’un champ et d’une communauté. Dans le cadre d’un champ en émergence, il est difficile d’analyser précisément ce qui est en train de se construire. Les acteurs d’E-critures, en permanence dans une posture réflexive, génèrent toutefois la théorie de leur propre pratique; c’est le fait même que les acteurs produisent de la théorie qui nous a intéressés, dans la perspective d’une théorie de la pragmatique de la constitution d’un domaine.

4Dans un premier temps, nous nous sommes penchés sur la topologie du domaine de la littérature francophone sur le Web et, par rapport à celui-ci, sur celle du domaine de la littérature numérique. Puis nous avons réalisé une étude monographique d’E-critures que nous avons mise en regard avec un autre dispositif en ligne, celui du site ecrits-vains.com. Enfin nous nous sommes attachés aux œuvres de littérature numérique pour tenter d’en dégager les spécificités.

Une approche cartographique et topologique

5Le groupe de recherche rtg1 travaille actuellement sur des techniques d’extraction et de traitement de données web en cherchant à vérifier certaines hypothèses sur les principes d’organisation spontanée du réseau. En particulier, le groupe s’attache à comprendre la pertinence et les limites du principe des « agrégats » de documents web : à une certaine échelle (disons quelques milliers de pages ou de sites), le Web semble présenter une structure particulière où les documents qui traitent de thématiques similaires (un « thème » alimenté par une communauté d’acteurs) ont tendance à se concentrer spontanément en se distribuant mutuellement des liens hypertextes. Pour peu que l’on puisse indexer leurs contenus et projeter leurs liens hypertextes réciproques sous forme de graphes orientés, alors une représentation quasi « cartographique » du domaine de connaissances devient expérimentalement possible. On peut parler, dans ce cas, de « localités thématiques » (topical localities), comme nous avons tenté de le faire pour cette étude sur la littérature numérique. Ce travail nous a permis notamment de déterminer, parmi les revues littéraires sur le Web, celles qui s’intéressent à la littérature numérique, et notamment au dispositif E-critures. Beaucoup de revues littéraires électroniques permettent en effet d’accéder au site e-critures.org, alors que dans le même temps ce site ne renvoie qu’à des sites consacrés à la littérature numérique. Le travail cartographique nous a ainsi permis de situer les deux domaines l’un par rapport à l’autre, mais également de situer le dispositif E-critures parmi les dispositifs littéraires électroniques.

Une étude monographique : le dispositif E-critures

6D’un point de vue méthodologique, l’étude du dispositif E-critures a consisté en une étude qualitative en profondeur avec participation.

7L’intérêt méthodologique d’un tel dispositif réside dans sa dimension réflexive: les acteurs d’E-critures ne cessent de s’interroger sur qui ils sont, ce qu’ils font. En contrepartie, l’évolution continue du dispositif a représenté une difficulté pour l’étude (ce dispositif aura encore évolué au moment de la parution du présent ouvrage).

Acteurs du dispositif E-critures : un parti pris méthodologique

  • 2 Serge Bouchardon et Évelyne Broudoux.

8Nous2 sommes membres de la liste E-critures depuis 2001-2002 et en situation d’observation participante depuis cette date. En septembre 2002, l’animateur de la liste E-critures nous a proposé, en tant qu’universitaires, de participer au comité de sélection des textes théoriques du site e-critures.org. Lorsque l’étude monographique du dispositif E-critures a commencé (septembre 2003), cet engagement ne nous a paru en rien contradictoire avec le travail de recherche en cours. D’aucuns pourraient nous objecter qu’une telle implication a contribué à construire notre objet. Il nous a néanmoins semblé important, dans la mesure où le champ de la littérature numérique, par certains aspects, est encore en constitution, d’être placés au cœur du dispositif E-critures afin de mieux appréhender son mode de fonctionnement. Bien évidemment, nous avions conscience d’être, à ce titre, des acteurs du dispositif et de participer à sa constitution. Un tel parti pris méthodologique a dû par conséquent passer par une description de nos propres pratiques.

Mise en place d’outils d’exploitation du corpus des messages de la liste E-critures

  • 3 Ingénieur informaticien.
  • 4 Maitre de conférences en informatique rattaché au laboratoire Paragraphe de l’université de Paris (...)

9Une interface d’interrogation des messages du corpus de la liste E-critures a été réalisée avec le concours de Benjamin Jung3 et de Jean-Hugues Réty4, que nous tenons à remercier ici. Lensemble des messages de la liste, depuis sa création en novembre 1999 jusqu’en janvier 2004, est ainsi interrogeable (près de 3 000 messages au total) via une interface en ligne : URL : http://www.utc.fr/​~bouchardle-critures/​interface/​

Les principales fonctionnalités :

  • Consultation des messages et des profils des acteurs.
  • Filtrage par mots-clés, auteurs, dates et fils de discussion.
  • Graphe d’activité des acteurs.

Les choix techniques retenus :

  • Langage xml pour le formatage des messages en un corpus respectant les recommandations de la text encoding initiative5. Le fait de se conformer à ce standard permettra une réutilisation du corpus pour des recherches futures.
  • Flash de Macromedia pour la réalisation de l’interface.
  • Langage php et base de données de type MySQL pour la base de données.

Une approche comparative : E-critures et Ecrits...vains ?

10L’étude du dispositif E-critures, de ses spécificités et de sa représentativité d’un champ de pratiques, s’est appuyée également sur l’étude comparative d’un autre dispositif en ligne, le dispositif Ecrits…vains ?, consacré à des formes d’édition littéraire plus « traditionnelles ». Même si le site Ecrits-vains.com n’est pas forcément représentatif de toutes les revues littéraires en ligne, sa dimension hybride, à la fois revue littéraire, forum de discussion et atelier d’écriture, nous est apparue néanmoins comme emblématique d’un ensemble de pratiques collectives en ligne.

11La comparaison entre les dispositifs E-critures et Ecrits...vains ? nous a donné des éléments de réflexion quant aux différences éventuelles entre les tenants d’une pratique éditoriale « classique » (Ecrits...vains ?) et des acteurs qui entendent construire aussi bien la politique éditoriale que le domaine littéraire dont ils se réclament (E-critures). Au fil de l’étude, la place d’Ecrits…vains ?, dispositif extrêmement riche, a pris plus d’ampleur: il nous a en effet semblé important de bien comprendre le fonctionnement d’un tel dispositif pour mieux mettre en exergue les éventuelles spécificités d’E-critures.

12Nous avons ainsi avant tout exploité le dispositif Ecrits...vains ? (dans sa triple dimension de revue, site éditeur et forum) pour essayer de mettre au jour – à titre contrastif – ce qui se joue spécifiquement dans la littérature numérique.

Entretiens et observations

13Nous avons réalisé une série d’entretiens semi-directifs et narratifs. Laurence Le Douarin, membre du laboratoire COSTECH, a rédigé à cette fin un guide d’entretien. Plus que d’un guide formalisé, il s’agissait avant tout d’un questionnement que le chercheur devait s’approprier avant l’entretien en face à face. Dix entretiens (cinq concernant des acteurs d’Ecrits…vains ?, cinq concernant des acteurs d’E-critures) ont été menés au total. Ils ont été complétés par des questionnaires et des échanges par mail, notamment avec des membres silencieux de la liste E-critures, c’est-à-dire des membres de la liste envoyant moins de cinq messages par an.

14Les Mardis numériques au café Lou Pascalou à Paris ont fait l’objet d’une observation (http://www.francoiscoulon.com/​rencontres). De février 2003 à mai 2004 se sont en effet déroulées chaque mois ces rencontres se proposant de « rassembler autour d’un verre les acteurs de la création numérique ». Cette observation visait à comprendre et à contextualiser dans un environnement plus large ce qui était construit dans le cadre du dispositif en ligne E-critures.

Composition d’E-critures (groupe Yahoo !)

  • 6 On pouvait dénombrer 156 membres en octobre 2006.

1595 membres (y compris les pseudos) composaient le groupe à la mi-20046.

  • 34 auteurs se réclamant de l’e-criture, du Net art, du Web art ou de la littérature :
  • 12 auteurs-animateurs de sites collectifs (Philippe Boisnard, Philippe Castellin, Gérard Dalmon, Jean-Pierre Depetris, Julien d’Abrigeon, Benoît Ferreira da Silva, Franck Laroze, Antoine Moreau, Timothé Rollin, Éric Sadin, Jacques Tramu, Walk Walkatoll) ;
  • 14 auteurs de sites personnels (Annie Abrahams, Myriam Bernardi, BlueScreen, Patrick Burgaud, Cathbleue, François Coulon, e-troubadour marco, Tamara Laï, Pierre-Jean Lainé, Xavier Leton, Frédéric Madre, Xavier Malbreil, Rodrigo Reyes, Olivier Ventolin) ;
  • 2 auteurs hébergés dans des sites collectifs (Lucie de Boutiny, David Christoffel) ;
  • un lecteur-auteur (Frédéric Guillot) ;
  • d’autres auteurs Qean-Marie Durey, Alexandre Gherban, Tibor Papp, Pierre-Olivier Fineltin, Jean-Paul Trichet).
  • 3 sites collectifs (dont EvidenZ et Marelles) ;
  • 4 enseignants et créateurs en e-critures ou en littérature (Ambroise Barras, Patricia Rydzok, Luc Dall’Armellina, Bernard Morens) ;
  • 18 étudiants, enseignants et chercheurs ;
  • 7 journalistes ou éditeurs (dont Annick Bureaud, Bruno Courtet, Marlène Duretz du Monde, Francis Mizio, Isabelle Nouvel) ;
  • 1 site autopromotionnel de livre imprimé (Village des idiots) ;
  • 3 pseudos ;
  • 25 membres non identifiés.

Quelques sites et listes de discussion

Répertoires de sites littéraires

16« Le labyrinthe des ressources sur la littérature française contemporaine » : http://perso.wanadoo.fr/​labyrinthe/​accueil.html

17« Ent’revues : le catalogue des revues culturelles » : http://www.entrevues.org/​

18Annuaire de revues en ligne: http://www.revues-electroniques.net/​

Archivage de la littérature numérique

  • 7 Plus que d’une revue, il s’agit d’un lieu d’archivage issu d’un regroupement d’auteurs et d’univer (...)

19« ELO7 » (electronic literature organization) : http://www.eliterature.org/​

Revues en ligne

20Akenaton/doc(k)s : http://www.sitec.fr/​users/​akenatondocks/​

21alire : http://motsvoir.free.fr/​

22A travers champs: http://jdepetris.free.fr/​pages/​atc.html

23Antomoro : http://antomoro.free.fr/​arts.html

24Chaoid: http://www.chaoid.com/​

25Eclarts : http://www.ecarts.org/​

26Echolalie : http://mapage.noos.fr/​echolalie/​

27Ecrits…vains ? : http://ecrits-vains.com/​

28Evidenz : http://www.senstonkaediteurs.com/​evidenz.htm

29Inventaire/Invention : http://www.inventaire-invention.com/​

30Lire-Ecrire : http://lireecrire.free.fr/​

31Périphéries : http://www.peripheries.net/​

32Pleut-il ?: http://pleutil.net/​

33Remue.net : http://www.remue.net/​

34Historique du site : http://www.remue.net/​site/​infosite.html

35Sitaudis.com (« le premier site de poésie comparative ») : http://www.Sitaudis.com/​

36t.a.p.i.n.-boxon (« Toute action de poésie inadmissible sur le Net ») : http://tapin.free.fr/​

37Transitoire observable: http://transitoireobs.free.fr/​

38Zazieweb : http://www.zazieweb.fr/​

Sites personnels

39Annie Abrahams : http://www.bram.org/​

40Thierry Beinstingel : http://perso.wanadoo.fr/​tb/​beinstingel.htm

41Éric Bertomeu : http://bertomeu.eric.free.fr/​

42BlueScreen : http://www.b-I-u-e-s-c-r-e-e-n.com/​

43Philippe Boisnard : http://homepage.mac.com/​philemon1/​Menu1.html

44Patrick-Henri Burgaud : http://www.aquoisarime.net/​

45Anne-Bénédicte Joly : http://ab.joly.free.fr/​

46Philippe De Jonckheere : http://www.desordre.net/​

47Xavier Leton : http://www.confettis.org/​

48Xavier Malbreil : http://www.Oml.com

49Albertine Meunier : http://www.albertinemeunier.net/​

50Le Lièvre de Mars (site Le Terrier) : http://www.le-terrier.net/​

51Mouchette : http://www.mouchette.org/​indexf.html

52Patrick Rebollar : http://www.berlol.net/​

53Éric Sérandour : http://www.entropie.org/​

Listes de discussion

54Litor, liste de diffusion francophone sur les études littéraires et l’ordinateur : http://www.cavi.univ-paris3.fr/​phalese/​litorl.htm

55La Page blanche – site et revue de poésie : mailto:lapageblanche@yahoogroupes.fr

  • 8 Sur cette liste, Julien d’Abrigeon conserve son pseudo e-criturien. Signe particulier: possède qua (...)

56Patincouffinblab/a8, liste de poésie fondée par Julien d’Abrigeon, membre d’E-critures : http://fr.groups.yahoo.com/​group/​patincouffinblabla/​

57Poesie.fr·– édition de poèmes, promotion et actualité de la poésie francophone (ministère des Affaires étrangères) :

58http://mailhost.diffusion.diplomatie.gouv.fr/​wws/​info/​poesie-fr.liste

Portails de chercheurs

59Fabula : http://www.fabula.org/​

60Hubert de Phalèse : http://www.cavi.univ-paris3.fr/​phalese/​hubertl.htm

Éditions

61Éditions Odile Jacob : http://www.odilejacob.fr

62Éditions de l’Éclat : http://www.lyber-eclat.net/​

Les œuvres de littérature numérique citées

63– « Le Bonheur », de Patrick-Henri Burgaud, 2003, lien posé sur e-critures.org

64http://www.aquoisarime.net/​bonheur/​titre.htm

65– Ce qui me passe par la tête, de Myriam Bernardi, 2002, lien posé sur e-critures.org

66http://www.cequimepasseparlatete.com (plus accessible en octobre 2006)

67– Days in a Day, de Pierrick Calvez, 2000, lien posé sur e-critures.org

68http://www.lh05.com/​diad/​

69– E-cris, de Luc Dall’ Armellina, 2004, lien posé sur e-critures.org

70http://lucdall.free.fr/​disposit/​e-cris.html

71– Florence Rey, de Patrick-Henri Burgaud, Doc(k)s, « What’s your war », série 3 n° 25/26/27/28, Ajaccio, 2001 (cd-rom)

72-L’Horloge, de Julie Potvin, d’après Charles Baudelaire, 2003

73http://perte-de-temps.com/​lhorloge.htm

74-Le Livre des Morts, de Xavier Malbreil et Gérard Dalmon, 2003, lien posé sur e-critures.org

75http://www.livresdesmorts.com/​

76non-roman, de Lucie de Boutiny, 1997-2000, lien posé sur e-critures.org http://www.synesthesie.com/​boutiny/​

77– « Passage », de Philippe Bootz, édité dans la revue alire, n° 10, 1997 (cd-rom)

78– Pause, de François Coulon, Kaona, 2002 (cd-rom)

79– Proposition de voyage temporel dans l’infinité d’un instant, de Julien d’Abrigeon, 2004, lien posé sur e-critures.org, http://tapin.free.fr/​HEURE.htm

80– SeriaI Letters, de Xavier Malbreil, 2002, lien posé sur e-critures.org

81http://www.0ml.com/​Serial_Letters/​sla.htm

82– Scriptura et cαtera, de Marie Belisle, http://www.scripturae.com/​

83– Trajectoires, de Jean-Pierre Balpe, 2002, lien posé sur e-critures.org

84http://trajectoires.univ-paris8.fr/​

85Une base d’ œuvres interactives est accessible en ligne pour les lecteurs qui souhaiteraient explorer (voire proposer et commenter) d’autres œuvres : http://www.utc.fr/​~bouchard/​recit/​consultation/​

Le récit interactif

86Lexpression « récit interactif » désigne un nouveau mode de récit, né avec l’informatique et impliquant des actions du lecteur, soit avec la souris de l’ordinateur, soit avec le clavier. Elle correspond aujourd’hui plus à un vaste champ d’expérimentation qu’à un genre autonome assuré avec certitude de ses frontières. Les pratiques sont ainsi d’une grande variété, en particulier sur cet espace ouvert et complexe qu’est le Web. On peut cependant provisoirement les répartir ainsi, sachant qu’un même récit interactif peut combiner plusieurs composantes :

  • les récits hypertextuels, qui proposent une lecture non linéaire de fragments reliés par des liens ;
  • les récits cinétiques, dans lesquels le texte est affiché dynamiquement et qui exploitent conjointement dimension temporelle et dimension multimédia ;
  • les récits « algorithmiques », œuvres combinatoires et génératives ;
  • les récits collectifs, dispositifs qui permettent aux internautes de participer à l’écriture du récit.

Quelques récits interactifs francophones sur le Web

87– Apparitions inquiétantes, d’Anne-Cécile Brandenbourger, 1997-2000

88http://www.anacoluthe.com/​bulles/​apparitions/​jump.html

89Oscillant entre polar et parodie de sitcom, ce récit hypertextuel a tout d’abord été publié sur le site Anacoluthe sous la forme d’un feuilleton, avant d’être édité en 2000 par les Éditions 00h00.com, sur un support numérique (pdf) et sur support papier.

90– non-roman, de Lucie de Boutiny, 1997-2000.

91http://www.synesthesie.com/​boutiny/​

92Publié en épisodes sur le site de la revue en ligne Synesthésie, ce récit propose une satire de la vie quotidienne d’un couple de jeunes cadres aliénés par la société de l’information.

93– Écran total, d’Alain Salvatore, 1997.

94http://alain.salvatore.free.fr/​

95Dans cette « fiction hypertextuelle », le topos du manuscrit trouvé et publié par un éditeur est revisité dans la mesure où le manuscrit prend la forme d’une disquette à décrypter...

96– SeriaI Letters, de Xavier Malbreil, 2002.

97http://www.Oml.com/​Serial_Letters/​sla.htm

98Il s’agit d’une « parodie cauchemardesque de comédie criminelle » : l’Organisation qui persécute le héros prône ainsi l’avènement de la littérature informatique... Xavier Malbreil remarque que la « parodie » serait « tellement adaptée au récit hypertextuel de fiction que la tentation est presque impossible à éviter ».

99– Trajectoires, de Jean-Pierre Balpe, 2002.

100http://trajectoires.univ-paris8.fr/​

101Trajectoires est « un roman policier interactif et génératif sur Internet, au croisement de la technologie, de l’art et de la littérature ». Trajectoires constitue une adaptation sur Internet des générateurs de textes littéraires conçus par Jean-Pierre Balpe. Ils fonctionnent à la manière d’un écrivain automatique. En effet, les textes ne sont pas préécrits, mais les mots sont combinés, en temps réel, à partir de logiciels d’écriture automatique capables d’engendrer les pages d’un roman sans fin.

102– Days in a Day, de Pierrick Calvez, 2000.

103http://www.lh05.com/​

104Un récit très graphique qui nous propose de suivre la journée de M. Brown, dans l’univers schizophrénique d’une grande ville.

105– Le Livre des Morts, de Xavier Malbreil et Gérard Dalmon, 2003.

106http://www.livresdesmorts.com/​

107« Le lecteur effectue fictivement son propre voyage dans l’au-delà. »

108Au cours de ce voyage, il est amené à répondre à des questions, dont les réponses sont intégrées dans le récit. Le lecteur les retrouvera lors d’une lecture ultérieure, pourra les modifier ainsi que consulter, dans une « salle de lecture », les réponses données par d’autres lecteurs.

109– Des romans à plusieurs mains, 1997-2003.

110http://membres.lycos.fr/​kamakuralintro.htm

111Deux romans sont actuellement en cours d’écriture sur ce site d’écriture collective.

Autoprésentations d’auteurs de littérature numérique

112Nous avons rassemblé ici des autoprésentations de certains auteurs de littérature numérique ayant contribué à la liste de discussion E-critures. Ces autoprésentations ont été rédigées à notre demande, mis à part celles de Julien d’Abrigeon et de François Coulon recueillies sur le Web.

Autoprésentation de Philippe Bootz

113Né pour se reposer le 1er mai 1957, bardé de dipl6mes en tous genres et vivant des conséquences de sa souris, cofondateur de laire en 1988, éditeur de la revue alire depuis 1989, cofondateur de Transitoire observable en 2003, chercheur dans divers laboratoires... pour le repos, c’est raté.

114Une démarche poétique spécifique débute en 1977, motivée par une volonté de faire coexister des significations contradictoires et d’impliquer le lecteur dans sa lecture par un acte nécessairement destructif (de la polysémie) et constructif (d’une interprétation) : la lecture détruit pour créer. La rencontre en 1978 avec l’informatique allait me donner les moyens pratiques de réaliser ce projet. Est née à l’époque une première littérature programmée sans ordinateur. Un passage sur mini-ordinateur (1979-1980), non convaincant, m’a incité à développer cette poétique sous forme d’installations hypertextuelles et de livres objets. Ce n’est qu’à partir de 1985, sous l’impulsion de Jean-Marie Dutey, dans un contexte de lecture privée sur micro-ordinateur, que s’est faite la véritable rencontre avec l’ordinateur comme médium de lecture/écriture. L’animation syntaxique, découverte assez rapidement, a été créée comme substitut au fonctionnement plastique qu’il était impossible de reproduire avec l’ordinateur. Ma conception de la lecture comme une activité de portée limitée, la relativisation par le dispositif de la position du lecteur et de celle de l’auteur, la certitude de la limitation fondamentale de la communication et de l’échec algorithmique (présents dans la génération adaptative qui consiste en un véritable dialogue entre le programme – donc l’auteur – et la machine, dialogue dont est exclu le lecteur, jusqu’à la transparence) se sont ainsi développées dans une continuité: ce n’est pas l’ordinateur qui a fait rupture mais le projet d’écriture.

115Pour les œuvres, je n’en citerai que trois car je produis très peu: l’important est le chemin.

  • Métamorphose, ma toute première œuvre sur micro-ordinateur (un TOS) réalisée en 1985 pour une lecture privée à l’écran, qui invente une première forme d’animation syntaxique et n’a jamais été éditée.
  • « Passage », débuté en 1992, qui a donné lieu en 1996 à une première version finalisée et qui reste aujourd’hui encore en cours de reprogrammation. « Passage » est une œuvre emblématique qui accompagne toute ma démarche.
  • Stances à Hélène (1997) qui fut le premier contact avec un compositeur et m’a permis de comprendre l’esthétique de la frustration, cette esthétique dans laquelle l’activité de lecture fait signe pour un non-lecteur absent (le métalecteur). Rien que de la vie et de la mort, en somme.

Autoprésentation de Patrick-Henri Burgaud

116Patrick-Henri Burgaud est né en 1947. Après avoir entamé une licence de lettres modernes, il s’installe en 1970 aux Pays-Bas où il se spécialise dans la linguistique française.

117En 1992, il abandonne toute fonction dans l’enseignement pour se consacrer à la pratique artistique. Poésie monumentale, Land art, poésie graphique, ses travaux s’appuient sur la calligraphie orientale sans cependant contester l’essentiel de l’écriture alphabétique occidentale.

118En 1996, il découvre les potentiels de l’informatique. La poésie par images de synthèse forme une nouvelle dimension de son approche. Depuis, en accord avec l’évolution des technologies, ses recherches portent sur l’art hypermédia programmé.

Autoprésentation de David Christoffel

119David Christoffel est très occupé par les prises de parole: il est présentateur à la radio (Les nuits de France Musique) et produit des opéras parlés où il joue un instrument de musique, alors que sa voix est plusieurs fois exposée en off. À ce titre, il fait quelques travaux pour arte Radio et prépare des récitatifs pour le grm (Groupe de recherches musicales de l’ircam). Aussi s’intéresse-t-il aux nouveaux moyens donnés à l’épistolaire par le courrier électronique et, à ce titre, a expédié des « Newsletters du dimanche » (2002-2003) et quelques forwards (2003-2004) disponibles sur http://www.criticalsecret.com/​davidchristoffel.

120Une première réflexion théorique sur ces lettres électroniques a été publiée dans la rubrique « Critiques » du site www.archee.qc.ca. D’autre part, il a fondé le fanzine Tais-Toi, Là., participe aux revues Il Particolare et 22 (Montée) des Poètes, et a publié Cela n’étant dire dans la collection « Écritures contemporaines » des Éditions Lisières.

Autoprésentation d’e-troubadour marco

121Touche-à-tout du monde des idées. Enfant de l’électron et du chaos. Citoyen de la noosphère. Voilà une esquisse en trois traits d’e-troubadour marco. Auquel je rajoute deux axes: raconter des bobards (linéaires à interactifs) et jouer à saute-mouton entre les bassins synaptiques Ouste ne pas rater le saut quantique). Trois et deux cinq, le compte est bon.

122Œuvres multimédia: MekaMemories; BPM Odyssée (Le Studio du Futur) ; Les Chants de re-troubadour marco (http://e-troubadourz.org/​marco).

123Jeux vidéo: Wintersports ; South Park; Terminator sur portable (In Fusio) ; Lucky Luke II : la fièvre de l’Ouest sur pc, Playstation (Kalisto).

124Romans (sous l’identité de Marc Mahé Pestka) : Tov, une vie moderne, Tristan et Iseult remix.

Autoprésentation de Xavier Malbreil

125Xavier Malbreil est écrivain, auteur et théoricien en littérature informatique. Deux romans de littérature jeunesse, Les Prisonniers de l’Internet (Éditions Cédric Vincent) et un recueil de nouvelles pornographiques, Des corps amoureux dans quelques récits (Éditions http://www.manuscrit.com), composent pour l’instant toute sa bibliographie littéraire.

126À paraître : Je ne me souviens pas très bien, roman dont tout l’argument tient dans le titre, et Attention à l’attentionomètre, pièce de théâtre dont tout l’argument tient dans le titre aussi. Comme auteur en littérature informatique, il a osé dans 10 poèmes en 4 dimensions remettre en perspective le Cratyle. Ce questionnement du dialogue platonicien, il l’a continué dans Formes libres flottant sur les ondes. Serial Letters lui a permis de quitter cette veine sémiotique, pour goûter au plaisir du récit interactif. Enfin Le Livre des Morts, peut-être son œuvre la plus aboutie, en tout cas la plus montrée, commentée, étudiée, l’a mené aux limites des nouveaux genres de la littérature informatique.

127Les conférences qu’il a données et les articles qu’il a écrits sont réunis dans un recueil d’écrits critiques intitulé Éloge des virus informatiques dans un processus d’écriture interactive Essais critiques sur les littératures informatiques, aux Éditions http://www.manuscrit-universite.com. Un inédit s’y trouve aussi, qui est en même temps une prise de position sur le thème « Qu’est-ce que la littérature informatique ? ».

128Sites http://www.Oml.com, http://www.livredesmorts.com et http://www.tetra-kill.com.

Autoprésentation de Julien d’Abrigeon9

129Poète polymorphe et multisupport né en 1973 à Aubenas (07) et élevé en plein air. Peu sportif, il pratique pourtant la poésie-action, la poésie sonore, la poésie visuelle, l’e-criture poétique et autres arts du combat de la langue. Membre fondateur du collectif boxon, il est le webmestre d’ œuvre du site t.a.p.i.n. qui présente la plupart des poètes de la modernité.

130Diverses publications en revues (boxon, Doc(k)s, cqnc, Ouste, 4/5, Maison atrides...) et sur sites (ubu.com, epc-buffalo.edu, e-critures.org, entre autres). Croix, n.f. est paru chez Poésie-Express en 2001.

131Nombreuses lectures-actions publiques (dont cipm (Marseille), tnt (Bordeaux), Le Noroît (Arras), Les instants Chavirés (Montreuil), Public<(Paris), Médiathèque (Roanne), Les subsistances (Lyon), Rennes.

Autoprésentation de François Coulon10

132François C., qui êtes-je ?

133Un projet en cours jusqu’en 2005 : Le Réprobateur, toujours avec des images d’Hélène Moreau.

134Suite des rencontres Mardis numériques en 2004, désonnais avec un micro.

135Pause en 2002, publié chez Kaona, à nouveau, prix scam.

136Je réalise 20 % d’amour en plus en 1996. On en demande encore, dit-on. Début des cours, conférences.

137La Belle Zohra et Tout a disparu en 1992, sans grandes conséquences.

138Virage littéraire post-ludique en 1991 avec L’Égérie. Petit succès d’estime en 1994 avec sa version Mac.

139Jeux d’aventures entre 1985 et 1988, critique de ceux des autres dans la presse spécialisée.

140Myope, j’apprends la programmation. Puis un peu de grammaire française.

141En 1968, je commence par naître.

Lexique succinct

142Nous proposons ici des précisions sur quelques termes aussi bien techniques (spam, URL ou encore la théorie des agrégats) que littéraires (par exemple diégèse, genre, littérarité ou paratexte).

Agrégat

143Sur le Web, un agrégat est un ensemble de documents reliés entre eux par certaines propriétés topologiques. Les liens hypertextes constituent cette dimension topologique. Les propriétés topologiques qui unissent un « paquet » de documents sont multiples, et parfois encore mal connues. Les hubs et les authorities sont les plus manifestes, mais il en existe d’autres. On peut admettre, par exemple, que les agrégats ont des degrés de densité et qu’ils entretiennent entre eux des relations de voisinage. On peut admettre aussi qu’ils évoluent, naissent, meurent, se scindent ou fusionnent. John Kleinberg, à qui l’on doit la théorie des agrégats [Kleinberg, 1998], estime qu’ils sont près de 100 000 sur le Web.

Authority

144Terme utilisé en particulier par John Kleinberg pour désigner des sites pointés par de nombreux autres sites. Ils font donc « autorité » car ce sont des références pour un ensemble de sites traitant du même sujet. Le terme est complémentaire de celui de hub dans la théorie des agrégats de documents sur le Web [Kleinberg, 1998].

Autoédition

145L’autoédition, née historiquement en même temps que l’édition imprimée au xviiie siècle, fut pratiquée, entre autres, par les premiers regroupements de scientifiques désirant diffuser directement leurs travaux dans l’Europe naissante. L’expression garde aujourd’hui une forte connotation négative liée au fait que des auteurs choisissent de ne pas se plier au filtrage qualitatif des textes par les éditeurs en passant directement à l’étape de la publication. Les « éditions à compte d’auteur » sont ainsi le fait d’éditeurs-fabricants auxquels s’adressent directement des écrivains désirant publier directement un recueil ou un livre. Et cela peut prendre la forme d’une mésaventure, comme cet auteur publié plusieurs fois dans la revue Ecrits...vains ? mais qui, auparavant, a connu une expérience d’édition à compte d’auteur: « Je ne suis pas content, parce qu’en fait ça s’est distribué à très peu d’exemplaires et ils m’ont obligé à en acheter quarante. Je n’ose même pas les donner à mes amis. Ils nous ont dit qu’il y avait une publication à 1 000 exemplaires, je n’y crois pas trop. C’est resté dans les fonds de tiroir. »

146Sur le Web, l’autoédition est pratiquée couramment par tous ceux qui publient leurs textes dans des espaces conçus spécifiquement pour les recueillir : blogs, cms, forums, etc. Cependant, au contraire de l’autoédition imprimée, l’autoédition numérique est souvent valorisante pour l’apprenti auteur qui s’exerce ou pour l’auteur confirmé (journaliste, écrivain) qui trouve là un moyen de diversifier et populariser son travail.

Autopublication

147Mise à disposition d’un public, par un auteur individuel ou des auteurs en collectif, d’œuvres ou de documents, par un dispositif de publication fabriqué par eux-mêmes.

148Au sens plus large de [Chartron et Rebillard, 2004], l’autopublication peut signifier « mise en forme d’un contenu préalablement sélectionné, en vue de sa diffusion collective » faisant appel à l’autoproduction (création du contenu, mise en page), à l’autosélection (évaluation du contenu, anticipation sur sa pertinence pour autrui) ou encore à l’autodiffusion (mise en ligne, référencement, etc.).

Autoritativité

149Traduit de l’anglais authoritative, « auteur faisant autorité » [Audi, 1997]. L’autoritativité dont il est question ici est une modalité du « devenir auteur ». Il s’agit d’abord de pratiques créatives échappant aux instances de référence (éditeurs, critiques, revues littéraires...) qui ne peuvent plus légitimer les œuvres produites, ne laissant d’autre choix aux auteurs que l’autoédition. Il s’agit ensuite des pratiques d’autoédition et d’autopublication relevées sur le Web, qui suggèrent que l’auteur, dans sa construction, peut s’émanciper des cadres éditoriaux hérités de l’imprimerie; s’ajoutent à cela des dispositions acquises à s’affirmer auteur en dehors des autorités établies. Tout cela permet de distinguer un auteur « traditionnel », qui cherche à s’inscrire dans un dispositif éditorial classique pratiquant le filtrage en amont de la chose publiée, d’un auteur « autoritatif », qui s’autopublie et construit lui-même les conditions de sa reconnaissance dans l’univers électronique.

Blog

150Système antechronologique de publication de billets textuels, iconiques, sonores (podcasts), ou de vidéos (vlogs), très souvent « autoédités » de manière individuelle ou en collectif. Une des particularités des blogs est d’autoriser les lecteurs à déposer des commentaires en marge de la production de l’auteur. Le blogroll, ou liste de liens « amis » choisie par le blogueur, inscrit le blog dans un univers de référence.

Connectivité

151On peut calculer et visualiser certaines propriétés originales de l’espace documentaire qu’est le Web en mobilisant des graphes: les pages ou les sites y sont projetés sous forme de nœuds et les liens hypertextes qui les relient sous forme d’arcs orientés. La connectivité hypertexte est le principe de la projection de ces liens entre pages et/ou sites sur un graphe: elle peut alors se concentrer à certains endroits du graphe ou, au contraire, se diluer avec des taux de densité plus faibles.

Data mining

152Voir la définition du Wéb mining.

Diégèse

153En narratologie, « la diégèse est l’univers spatio-temporel désigné par le récit » [Genette, 1972]. Les adjectifs dérivés de « diégèse » sont nombreux et couramment employés: « intradiégétique » désigne par exemple un narrateur qui est lui-même l’objet d’un récit, qui est un personnage du récit premier, par opposition à un narrateur « extradiégétique » qui est extérieur à l’histoire racontée.

DTD

154La document type definition (dtd), ou « définition de type de document », est un document permettant de décrire un modèle de document xml. Une dtd décrit la structure du document (hiérarchie des champs, paramètres, type des données). Source : Wikipedia.

Dynamique (site)

155L’adjectif « dynamique » désigne différentes technologies web qui permettent de composer et d’afficher à la demande les pages d’un site. Les pages dynamiques s’opposent aux pages « statiques » dont la composition et le contenu ont été fixés au préalable. Les sites dynamiques ont la faculté de générer des pages à la volée en fonction de différents paramètres comme le profil de l’utilisateur ou la nature de la requête adressée au serveur où se trouve le site.

Édition

156Champ professionnel des industries culturelles.

157Ensemble des étapes d’évaluation, de sélection, de négociation et de mise en forme permettant la fabrication d’un document au contenu stabilisé et destiné à la diffusion.

E-sociology

158Parmi ce que l’on appelle les computer sciences chez les Anglo-Saxons, une voie spécifique s’est construite à la rencontre des sciences sociales (largement plus anciennes en termes de réflexion sur la morphologie des groupes sociaux) et du data mining : le social data mining. Il peut s’agir, en particulier, de traiter le Web comme un réseau de documents et de liens, mais aussi et surtout comme un réseau social sur lequel des acteurs s’inscrivent ou inscrivent des traces. Par imitation d’expressions comme e-gouvernance ou e-business, l’e-sociology désigne cette approche spécifique du Web.

Flash

159Logiciel de la société Adobe – anciennement Macromedia – permettant de réaliser des animations, notamment pour le Web. De nombreuses œuvres cinétiques de la littérature numérique sont réalisées à l’aide de ce logiciel.

Forum

160Système de discussion passant uniquement par le Web. Il se distingue des autres systèmes de discussion par le fait que les discussions sont archivées sur un site web et qu’il faut souvent s’inscrire dans la communauté pour pouvoir participer (http://www.dicodunet.com/​definitions/​internet/​forum-de-discussion.htm).

Genre

161Si la notion de type de texte est assez claire (le texte se définit en fonction de son intention et de son type d’organisation), la notion de genre littéraire est plus floue: dans chaque grand genre, certains textes obéissent néanmoins à un système d’énonciation comparable, sont traversés d’un même registre ou traitent de thèmes convergents. Les genres littéraires ont joué et continuent de jouer un rôle déterminant dans les horizons de création et de réception. Le genre permet à la fois de créer une attente et de garantir une reconnaissance.

162La notion de genre éditorial se réfère à des formes particulières d’expression dépendantes du support de publication: on trouve ainsi des dépêches, des brèves, des reportages, des éditoriaux, des billets, des entretiens, dans les publications de presse.

HTML

163Hypertext markup language : langage de description de page propre au Web.

Hub

164Concept complémentaire de celui d’authority ou autorité. Il s’agit d’un site pointant vers de nombreux autres sites. L’organisation topologique du Web repose sur leur rôle important puisqu’ils assurent nombre de liaisons hypertextes entre différents lieux du réseau [Kleinberg, 1998].

Hypertexte

165Le terme a été inventé par Ted Nelson, mais il désigne couramment le lien hypertexte, la clé de voûte du Web actuel. Le terme peut renvoyer tantôt à la dimension textuelle des contenus et de leurs rapports réciproques (citations, références, sources, etc.), tantôt à la dimension topologique du Web dont les principes d’organisation reposent sur la façon dont les liens hypertextes y sont distribués.

Liste de diffusion/groupe de discussion

166Dispositifs de messagerie électronique permettant de faire parvenir des messages à l’ensemble des inscrits par l’intermédiaire d’une seule adresse.

167Le « groupe de discussion » se distingue de la « liste de diffusion » par des fonctionnalités de gestion de groupe disponibles au sein d’un site web personnalisé. Ce qui permet, outre le fait de retrouver l’historique des messages, une visibilité à un plus large public sur le réseau.

Littérarité

  • 11 Jakobson (Roman), Questions de poétique, trad. fr., Seuil, Paris, 1973.

168Les formalistes russes ont donné à l’usage proprement littéraire de la langue, et donc à la propriété distinctive du texte littéraire, le nom de littérarité. « L’objet de la science littéraire n’est pas la littérature mais la littérarité, c’est-à-dire ce qui fait d’une œuvre donnée une œuvre littéraire11. »

Paratexte

169Le paratexte renvoie à tout ce qui entoure le texte sans être le texte proprement dit. Le titre et la préface sont deux de ses manifestations les plus importantes [Genette, 1987]. La réflexion critique de Gérard Genette sur les rapports entre texte et paratexte est d’autant plus d’actualité que les frontières traditionnelles du texte sont érodées. Les œuvres de littérature numérique au premier chef, mais aussi les sites web en général tendent à réduire la distinction entre texte et paratexte, dans la mesure où le texte numérique est fondamentalement composite, plurisémiotique et marqué par une référence permanente au dispositif qui le promeut.

Publication

170Objet publié se présentant sous forme d’un codex dans le cas de la technologie imprimée ou sous de multiples formes dans le cas d’Internet.

171Étapes de fabrication d’un objet édité.

Ring

172Une série de sites web, surtout s’ils traitent de la même thématique, peuvent être reliés entre eux de façon spécifique en ring : le plus souvent, sur la page d’accueil d’un site appartenant à un web ring donné, sont affichés un lien « précédant » et un lien « suivant » pointant vers deux autres sites du même ring. Ainsi, tous les sites du ring pointent vers deux désignés comme éléments d’une chaîne circulaire gérée spontanément ou de façon centrale, suivant les cas. Ce principe offre de remarquables parcours de navigation balisés pour les internautes désireux de s’informer sur un sujet auquel sont associés un ou plusieurs rings.

173On pourra consulter sur le sujet les services de recherche ainsi que l’annuaire http://dir.webring.com/​rw.

Socialdata mining

174Voir la définition du terme E-sociology.

Spam (pollupostage)

175Courrier électronique non sollicité par l’internaute qui le reçoit. Cette pollution des boîtes aux lettres électroniques pratiquée par les spammers ou spammeurs arrive en tête des pratiques les plus critiquées par les internautes. Également appelé au Québec « polluriel », contraction de « courriel pollueur ».

Théorie du support

176On désigne par cette expression un ensemble d’hypothèses, plus ou moins complémentaires, qui accordent à la dimension technique des dispositifs de représentation une place majeure dans les phénomènes d’écriture ou de production d’information comme de lecture et d’interprétation. Certains courants de l’anthropologie, de l’ethnologie et de la philosophie y participent, et le champ étudié concerne aussi bien l’écriture manuscrite et l’imprimé que les supports numériques.

URL (uniform resource locator)

177L’url correspond à l’adresse d’une ressource internet (page web ou fichier quelconque) et à la route à suivre pour l’atteindre. Ladresse est lisible dans la boîte de dialogue du navigateur. Exemple: http://www.e-critures.org est une url.

Web mining

178Le Web mining désigne la mobilisation des méthodes de data mining (en français, « extraction de connaissances à partir de données ») appliquées au Web et à ses milliards de documents, en général peu structurés et très évolutifs dans le temps.

Web sémantique

179Ce projet, dessiné entre autres par Tim Berners Lee, vise à développer les méthodes, les outils et les normes du second âge du Web tourné vers l’exploitation automatisée de l’information à grande échelle, donc essentiellement axé sur les techniques d’indexation de contenus, de recherche d’information (via notamment des agents intelligents) ou de traitement sémantique. On pourra trouver la présentation du projet dans un article12 de Tim Berners-Lee, James Hendler et Ora Lassila.

Wiki

180Site web dynamique dont les pages sont directement modifiables en ligne par les lecteurs. Un wiki représente un modèle de rédaction et de publication collective de documents web. L’amélioration des textes se produit en continu après publication; les historiques des modifications successives apportées à chaque page sont accessibles aux lecteurs.

XML13

181Le xml (extensible markup language ou « langage de balisage extensible ») est un langage qui sert de base pour créer des langages de balisage spécialisés: c’est un « métalangage ». En ce sens, le xml permet de définir un vocabulaire et une grammaire associée sur la base de règles formalisées. Il est suffisamment général pour que les langages basés sur xml, appelés aussi dialectes xml, puissent être utilisés pour décrire toutes sortes de données et de textes. Il s’agit donc partiellement d’un format de données.

Bibliographie

182Nous avons choisi, pour cette bibliographie, une présentation alphabétique globale, indépendamment du type de publication. La plupart des auteurs mentionnés ayant publié aussi bien des articles que des monographies, nous n’avons pas jugé pertinent de distinguer entre articles et monographies. Le lecteur pourra ainsi se reporter plus aisément aux entrées référencées dans notre travail.

183L’accès aux articles consultables sur le Web a été vérifié pour la dernière fois le 1er octobre 2006.

Ouvrages et articles théoriques

184[Aarseth, 1997] Aarseth, Espen, Cybertext, Perspective on Ergodic Literature, John Hopkins University Press, Baltimore, 1997.

185[Audi, 1997] Audi, Paul, L’Autorité de la pensée, PUF (Perspectives critiques), Paris, 1997.

186[Bachimont, 1998] Bachimont, Bruno, « Bibliothèques numériques audiovisuelles : des enjeux scientifiques et techniques », Document numérique, vol. 2, n° 3, Hermes Science Publications, Paris, 1998.

187[Balpe, 1990] Balpe, Jean-Pierre, Hyperdocuments, hypertextes, hypermédia, Eyrolles, Paris, 1990. [Balpe, 1997] Balpe, Jean-Pierre, « Une écriture si technique », 1997, http://hypermedia.univ-paris8.fr/​Jean-Pierre/​articles/​Ecriture.html

188[Balpe et De Barros, 2006] Balpe, Jean-Pierre et De Barros, Manuela (dir.), L’art a-t-il besoin du numérique ? Actes du colloque de Cerisy (2004), Hermes Science Publications, Paris, 2006.

189[Barthes, 1968] Barthes, Roland, « La mort de l’auteur », 1968, repris dans Le Bruissement de la langue, Seuil, Paris, 1984.

190[Barthes, 1973] Barthes, Roland, Le Plaisir du texte, Seuil, Paris, 1973.

191[Beaudouin, 2002] Beaudouin, Valérie, « De la publication à la conversation. Lecture et écriture électroniques », Réseaux, n° 116, 2002.

192[Bennouas et alii, 2003] Bennouas, Toufik, Bouklit, Mohamed et Montgolfier, Fabien de, « Un modèle gravitationnel du Web », dans Les Journées « Graphes, Réseaux et Modélisation », Paris, espci, décembre 2003.

193[Bernstein, 1995] Bernstein, Mark, “Conversations with friends: hypertexts with characters”, dans Hypermedia Design, p. 207-215, Fraise

194S. et alii (ed.), Springer, London, 1995.

195[Bootz, 2001] Bootz, Philippe, Formalisation d’un modèle fonctionnel de communication à l’aide des technologies numériques appliqué à la création poétique, thèse de doctorat, université de Paris VIII, Paris, 2001.

196[Bootz, 2002] Bootz, Philippe, « Esthétique de la frustration », avril 2002, http://www.labo-mim.org/​pdf%20creation-reception/​Bootz.pdf.

197[Bootz et alii, 2003] Bootz, Philippe, Gherban, Alexandre et Papp, Tibor, « Transitoire observable : texte fondateur, février 2003 », http://transitoireobs.free.fr/​to/​article.php3?id_article=1.

198[Botafogo 1991] Botafogo, Rodrigo et Shneiderman, Ben, "Identifying aggregates in hypertext structures", UKConference on Hypertext, p. 63-74, 1991.

199[Bouchardon, 2002] Bouchardon, Serge, « Hypertexte et art de l’ellipse », dans Les Cahiers du numérique, La Navigation, vol. 3-n° 3, p. 65-86, Hermes Science Publications, Paris, 2002.

200[Bouchardon, 2003] Bouchardon, Serge, « La liste de discussion E-critures, un dispositif de légitimation de la littérature électronique ? », dans Dossiers de l’ingénierie éducative, cndp, Paris, décembre 2003.

201[Bouchardon, 2005] Bouchardon, Serge, « Récits interactifs: expériences littéraires aux frontières », dans Leleu-Merviel, Sylvie (dir.), Création numérique, p. 23-54, Hermes Science Publications, Paris, 2005.

202[Bouchardon, 2006] Bouchardon, Serge, « Les récits littéraires interactifs », Formules, na 10, Noésis -Agnès Viénot Éditions, Paris, 2006.

203[Bouchardon et Broudoux, 2003] Bouchardon, Serge et Broudoux, Évelyne, « E-critures: coconstitution d’un dispositif technique, d’un champ et d’une communauté », Esprit critique, vol. 5, n°4, automne 2003.

204[Bouchardon et Ghitalla, 2003] Bouchardon, Serge et Ghitalla, Franck, « Récit interactif, sens et réflexivité », dans Hypertextes et Hypermédias." créer du sens à l’ère numérique, H2PTM’03, p. 35-46, Hermes Science Publications, Paris, septembre 2003.

205[Boullier, 2000] Boullier, Dominique, « La loi du support: leçons de trois ans d’enseignement numérique à distance », Les Cahiers du numérique (na 2, « L’université virtuelle »), vol. 1, p. 145-172, Hermes Science Publications, Paris, 2000.

206[Bourdieu, 1992] Bourdieu, Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, 1992.

207[Broudoux, 2002] Broudoux, Évelyne, « Outils informatiques d’écriture et de lecture: nouvelles conditions au devenir auteur », communication du 26 septembre 2002, université de Rennes II. Colloque Cercor-sfsic « Écritures en ligne: pratiques et communautés », http://archiveSIC.ccsd.cnrs.fr/​documentslarchives0/​00/​00/​07/​96/​index_fr.html

208[Broudoux, 2003] Broudoux, Évelyne, « Outils, pratiques autoritatives du texte, constitution du champ de la littérature numérique », thèse soutenue à l’université de Paris VIII, 17 décembre 2003. http://tel.ccsd.cnrs.frfdocuments/​archives0/​00/​00/​67/​60/​index_fr.html

209[Broudoux, Grésillaud, Le Crosnier, Lux-Pogodalla, 2005]

210Broudoux, Évelyne, Gresillaud, Sylvie, Le Crosnier, Hervé et Lux-Pogodalla, Veronika, « Construction de l’auteur autour de ses modes d’écriture et de publication », dans Hypertextes et Hypermédias : créer, échanger, partager à l’ère des réseaux, h2ptm’05, p. 123-142, Hermes Science Publications, Paris, 2005. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/​sic_00001552

211[Broudoux, 2006a] Broudoux, Évelyne, « Littérature numérique: existence d’un champ et communication des œuvres », dans Balpe, Jean-Pierre et De Barros, Manuela (dir.), L’art a-t-il besoin du numérique ? Actes du colloque de Cerisy, 23 juillet 2004, Hermes Science Publications, 2006. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/​sic_00001138

212[Broudoux, 2006b] Broudoux, Évelyne, « De la contrainte au programme », dossier Hyperlittérature IV: contraintes, Magazine électronique du Centre international d’art contemporain de Montréal, n° 24 – hiver 2006. http://www.ciac.calmagazine/​sommaire.htm

213[Broudoux et alii, 2006c] Broudoux Évelyne, dans Pedauque, Roger T., « Auctorialité : production, réception et publication de documents numériques », dans La Redocumentarisation du monde, Cepaduès, 2006.

214[Burgos et alii, 1996] Burgos, Martine, Evans, Christophe et Buch, Esteban, Sociabilités du livre et communautés de lecteurs: trois études sur la sociabilité du livre, BPI-Centre Pompidou, Paris, 1996.

215[Callon et Latour, 1990] Callon, Michel et Latour, Bruno, La Science telle qu’elle se fait, La Découverte, Paris, 1990.

216[Campbell, 2000] Campbell, Cameron, “Social structure, space, and sentiment. Searching for common ground in sociological conceptions of community”, Research in Community Sociology, vol. 10, p. 21-57, JAI Press Inc., 2000.

217[Chakrabarti et alii, 2002] Chakrabarti, Soumen, Joshi, Mukul, Punera, Kunal et Pennock, David, The Structure of Broad Topics on the Web, Proc. 11th International World Wide Web Conference, 2002.

218[Chartron et Rebillard, 2004] Chartron, Ghislaine et Rebillard, Franck, « Modèles de publication sur le Web, as-cnrs 103 », rapport d’activités, juillet 2004. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/​sic_00001159.html

219[Christin, 1995] Christin, Anne-Marie, L’Image écrite ou la déraison graphique, Flammarion, Paris, 1995.

220[Clément, 1995] Clément, Jean,« L’hypertexte de fiction, naissance d’un nouveau genre ? », dans Vuillemin, Alain et Lenoble, Michel (dir.), Littérature et Informatique: la littérature générée par ordinateur, Artois Presses Université, Arras, 1995. http://hypermedia.univ-paris8.fr/​jean/​articles/​allc.htm

221[Clément, 2000] Clément, Jean, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberspace », EclartS, n° 2, Paris, 2000.

222[Clément, 2003] Clément, Jean, « Hypertexte et fiction: la question du lien », dans Hypertextes -espaces virtuels de lecture et d’écriture, Nota Bene, Québec, 2003. http://www.interdisciplines.org/​defispublicationweb/​papers/​16/​version/​original

223[Clément, 2006] Clément, Jean, « Jeux et enjeux de la littérature numérique », Formules, n° 10, Noésis – Agnès Vienot Éditions, Paris, 2006.

224[Compagnon, 1998] Compagnon, Antoine, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Seuil, Paris, 1998.

225[Dällenbach, 1977] Dällenbach, Lucien, Le Récit spéculaire, Seuil, Paris, 1977.

226[Davison, 2002] Davison, Brian D., Topical Locality in the Web : Experiments and Observations, acm Press, New York, 2002.

227[Deseilligny, 2003] Deseilligny, Oriane, « L’écriture de journaux intimes sur Internet : mise en forme du moi ou création d’une image de soi ? », dans Hypertextes et Hypermédias : créer du sens à l’ère numérique, h2ptm’03, p. 67-76, Hermes Science Publications, Paris, septembre 2003.

228[Eco, 1965] Eco, Umberto, L’Œuvre ouverte, Seuil, Paris, 1965 (Opera Aperta, 1962).

229[Foucault, 1994] Foucault, Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », dans Dits et Écrits (1954-1988), t. 1, Gallimard, Paris, 1994.

230[Genette, 1972] Genette, Gérard, « Discours du récit », dans Figures III, Seuil, Paris, 1972.

231[Genette et alii, 1986] Genette, Gérard (dir.), Théorie des genres, Seuil, Paris, 1986.

232[Genette, 1987] Genette, Gérard, Seuils, Seuil, Paris, 1987.

233[Ghitalla, 2000] Ghitalla, Franck, « L’espace du document numérique », Communication & langages, n° 126, Armand Colin, Paris, 2000.

234[Ghitalla, 2002] Ghitalla, Franck, « L’âge des cartes électroniques. Outils graphiques de navigation sur le Web », Communication & langages, n° 131, Armand Colin, Paris, 2002.

235[Ghitalla et alii, 2004] Ghitalla, Franck, Boullier, Dominique et alii, L’Outre-lecture, Bpi-Centre, Paris, 2004.

236[Ghitalla et alii, 2005] Ghitalla, Franck, Le Berre, Alain et Renault, Mathieu, « Des documents, des liens et des acteurs. Expérimentations autour de radiographies documentaires du Web », dans Créer, jouer, échanger: expériences de réseaux, h2ptm’05, p. 341-357, Hermes Science Publications, Paris, 2005.

237[Goodman, 1984] Goodman, Nelson, OfMind and Other Matters, Jacqueline Chambon, Paris, 1984.

238[Goody, 1979] Goody, Jack, La Raison graphique, Éditions de Minuit, Paris, 1979.

239[Guyot et Peyrelong, 2006] Guyot, Brigitte et Peyrelong, Marie-France, « Le document dans une perspective organisationnelle: un objet comme un autre ? », Sciences de la Société, n° 68, Pum, 2006.

240[Illich, 1991] Illich, Ivan, Du lisible au visible, Éditions du Cerf, Paris, 1991.

241[Jeanneret et Souchier, 1999] Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de “l’écrit d’écran” », Xoana, images et sciences sociales 6/7, p. 97-107, Éd. J.-M. Place, Paris, 1999.

242[Jeanneret, 2000] Jeanneret, Yves, Y a-t-il vraiment des technologies de l’information ?, Éditions universitaires du Septentrion, 2000.

243Kleinberg, 1998] Kleinberg, John, “Authoritative sources in a hyperlinked environment”, Proceedings acm-siam Symposium on Discrete Algorithms, 1998.

244[Kumar et alii, 1999] Kumar, Ravi, Raghavan, Prabhakar, Rajagopalan, Sridhar et Tomkins, Andrew, Trawling The Web for Emerging Cyber-Communities, www8, Hawaï, 1999.

245[Landow, 1994] Landow, George, Hyper/Text/Theory, John Hopkins University Press, Baltimore, 1994.

246[Latour, 1994] Latour, Bruno, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, n° 4, p. 587-607, octobre 1994.

247[Leleu-Merviel, 2005] Leleu-Merviel, Sylvie (dir.), Création numérique, Hermes Science Publications, Paris, 2005.

248[Lissart et alii, 2004] Chagny, Pierre, Lejeune, Anne, Lissart, Marie et TARDY, Cécile, sous la direction de Marianne Pernoo, « Repérage et sélection de sites de littérature contemporaine par une bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines », diplôme de conservateur de bibliothèque, 2004, http://biu.ens-Ish.frfbiu/​

249[Malbreil, 2004a] Malbreil, Xavier, Éloge des virus informatiques dans un processus d’écriture interactive. Essais critiques sur les littératures informatiques, Manuscrit-Université, Paris, 2004.

250[Malbreil, 2004b] Malbreil, Xavier, « Naissance d’une critique des littératures informatiques », novembre 2004.

251http://www.utc.frf~bouchard/​bpi/​content/​liens/​malbreil-critique.doc

252[Malbreil, 2005] Malbreil, Xavier, « Prolégomènes à une méthodologie d’approche critique des œuvres de littérature informatique », mémoire de DEA, université de Toulouse-Le Mirail, juin 2005.

253[Manovich, 2001] Manovich, Lev, The Language of New Media, MIT Press, Cambridge, 2001.

254[Mihail et alii, 2002] Mihail, Milena, Christo S, Gkantsidis, Amin, Saberi & Ellen Zegura, On the Semantics of Internet Topologies, College of Computing, Georgia Institute of Technologie, 2002.

255[Moulthrop, 1991] Moulthrop, Stuart, “Reading for the Map: Metonymy and Metaphor in the Fiction of ’Forking Paths”, dans Delany, Paul et Landow, George (dir.), Hypermedia and Literary Studies, p. 119-132, mit Press, Cambridge, 1991.

256[Pedauque, 2003] Pedauque, Roger T., « Document: forme, signe et relation, les re-formulations du numérique », 2003. http://archivesic.ccsd.cnrs.frfsic_00000511.html

257[Pedauque, 2006] Pedauque, Roger T., Le Document à la lumière du numérique, C&F Éditions, Caen, 2006.

258[Pfaender et alii, 2006 a] Pfaender, Fabien, Jacomy, Mathieu et Fouetillou, Guilhem, “Two Visions of the Web, from globality to localities”, Proceedings of ieee icita06, Damas (Syrie), 2006.

259[Pfaender et Jacomy, 2006] Pfaender, Fabien et Jacomy, Mathieu, « Explorer et appréhender le Web », 13e journées de Rochebrune: Rencontres interdisciplinaires sur les systèmes complexes naturels et artificiels, enst 2006 S001, 2006.

260[Pitkow, 1997] Pitkow, James et Pirolli, Peter, “Life, Death, and Lawfulness on the Electronic Frontier”, Proceedings of the Conference on Human Factors in Computing Systems CHI’497, 1997.

261[Rebillard et Chartron, 2004] Rebillard, Franck et Chartron, Ghislaine, « Quels modèles pour la publication sur le Web ? Le cas des contenus informationnels et culturels », Actes du XIVe Congrès sfsic, 2004. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/​sic_00000986.html

262[Rieusset-Lemarié, 2001] Rieusset-Lemarié, Isabelle, « La médiation éditoriale sur Internet », Communications & langages, n° 130, Armand Colin, Paris, 2001.

263[Rivlin et Botafogo, 1994] Rivlin, Ehud et Botafogo, Rodrigo, “Navigating in Hyperspace: Designing a Structurebased Toolbox”, Communications of the ACM, vol. 37(2), p. 87-96, 1994.

264[Souchier et alii, 2003] Souchier, Emmanuël, Jeanneret, Yves et Le Marec, Joëlle (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Bpi-Centre Pompidou, Paris, 2003.

265[Stiegler, 1996] Stiegler, Bernard, La Technique et le Temps, t. 1 et 2, Galilée, Paris, 1996.

266[Thibaudet, 1939] ThibaudeT, Albert, Réflexions sur la critique, Gallimard, Paris, 1939.

267[Todorov, 1978] Todorov, Tzvetan, « L’origine des genres », dans Les Genres du discours, Seuil, Paris, 1978.

268[Vandendorpe, 1999] Vandendorpe, Christian, Du papyrus à l’hypertexte, Éditions du Boréal-Éditions de la Découverte, Montréal, 1999.

269[Van Looy et Baetens, 2003] Van Looy, Jan et Baetens, Jan, Close Reading New Media, Analyzing Electronic Literature, Presses universitaires de Louvain, Louvain, 2003.

270[Walter, 1990] Walter, Éric, « Les auteurs et le champ littéraire », dans Histoire de l’édition française, t. 2, « Le livre triomphant », Fayard/Cercle de la Librairie, Paris, 1990.

271[Weissberg, 1999] Weissberg, Jean-Louis, Présences à distance, L’Harmattan, Paris, 1999.

Œuvres littéraires mentionnées

272[Borges, 1956] Borges, Jorge Luis, Fictions, Gallimard, Paris, 1965 (Ficciones, 1956).

273[Butor, 1957] Butor, Michel, La Modification, Éditions de Minuit, Paris, 1957.

274[Calvino, 1979] Calvino, Italo, Si par une nuit d’hiver un voyageur, Seuil, Paris, 1981 (Se una notte d’inverno un viaggiatore, 1979).

275[Diderot, 1773] Diderot, Denis, Jacques le fataliste et son maître, 1773, Garnier-Flammarion, Paris, 1970.

276[Perec, 1978] Perec, Georges, La Vie mode d’emploi, Hachette, collection pol, Paris, 1978.

277[Queneau, 1961] Queneau, Raymond, Cent mille milliards de poèmes, Gallimard, Paris, 1961.

278[Queneau, 1981] Queneau, Raymond, « Un conte à votre façon », dans Contes et propos, Gallimard, Paris, 1981.

279[Roche, 1966] Roche, Maurice, Compact, Seuil, Paris, 1966.

280[Saporta, 1962] Saporta, Marc, Composition n° 1, Seuil, Paris, 1962.

281[Sterne, 1760] Sterne, Laurence, Vie et Opinions de Tristram Shandy, Garnier-Flammarion, Paris, 1982 (The Life and Opinions of Tristram Shandy, 1760).

Notes

1 Réseaux, territoires et géographie de l’information: http://www.utc.fr/rtgi/

2 Serge Bouchardon et Évelyne Broudoux.

3 Ingénieur informaticien.

4 Maitre de conférences en informatique rattaché au laboratoire Paragraphe de l’université de Paris VII.

5 http://www.tei-c.org

6 On pouvait dénombrer 156 membres en octobre 2006.

7 Plus que d’une revue, il s’agit d’un lieu d’archivage issu d’un regroupement d’auteurs et d’universitaires nord-américains.

8 Sur cette liste, Julien d’Abrigeon conserve son pseudo e-criturien. Signe particulier: possède quatre modérateurs.

9 Source : http://www.sitaudis.com/Auteurs/julien-d-abrigeon.html

10 Sur le site http://www.francoiscoulon.com.

11 Jakobson (Roman), Questions de poétique, trad. fr., Seuil, Paris, 1973.

12 « The semantic Web », http://www.sciam.com/article.cfm?articleID=00048144-10D2-1C70-4A9809EC588EF21

13 Source: Wikipedia (http://fr.wikipedia.org).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access