Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un laboratoire de littératures

 | 
Serge Bouchardon

Conclusion

Texte intégral

1Au terme d’un tel parcours, à l’heure du « bilan » convenu, il faut avouer les difficultés que nous avons rencontrées pour saisir notre objet, et remplir l’objectif initial de l’étude. À plusieurs reprises, la « complexité de l’objet » aura été soulignée au cours des chapitres précédents, évidemment, tout comme fut souvent de mise, depuis l’introduction de cet ouvrage, la « diversité méthodologique » déployée, naturellement. De notre approche expérimentale fondée sur l’analyse de la connectivité hypertexte pour partir à la recherche du domaine de la littérature numérique sur Internet, en passant par l’analyse plus fine des rouages complexes des différentes configurations éditoriales que nous avons rencontrées jusqu’au questionnement formel des œuvres elles-mêmes, il s’agissait, croyions-nous au départ, d’emmener le lecteur à la découverte d’un champ de pratiques « en émergence », souvent perçu comme un peu ésotérique mais profondément astucieux et fécond intellectuellement pour les questions posées sur la nature du texte ou de l’œuvre. Trois chapitres, donc, comme trois niveaux de focale d’où les œuvres que nous connaissions pourraient apparaître – enfin – dans un contexte qui permet de les éclairer techniquement, esthétiquement, socialement.

2Ce cheminement se nourrit d’une vertu intellectuelle, celle de tenter de réduire petit à petit la « complexité » de l’objet de départ en en épuisant les facettes et les niveaux de contextualisation. Mais, à chaque étape et sur chaque point problématique, nous avons aperçu combien était secret et fécond le dialogue entre le réseau et certaines œuvres qui y circulent. Au fond, c’est tout autant sur la littérature et ses pratiques qu’a porté notre questionnement que sur les formes elles-mêmes du réseau. Un rapide retour en arrière sur notre vocabulaire fait entrevoir combien c’est de cette question que s’est aussi nourrie implicitement notre démarche : que signifie cette « expérience des limites » de la notion de littérature que cherchent à éprouver certains auteurs ? Que conclure de cette voie que nous avons cultivée ici en affirmant que la critique des œuvres migre vers les cadres qui réalisent leur existence ? Que cherche-t-on à dire quand nous constatons que l’œuvre est susceptible de subir des modifications, de transiter d’un espace d’archivage à l’autre, de subir des variations et d’en garder les traces, ce qui rend leur critique non définitive ?

3Il faut admettre que ce qu’interrogent certaines œuvres numériques dépasse peut-être le cadre du littéraire proprement dit, y compris en termes de « champs » de pratiques. Parmi les questions de fond récurrentes, celle, par exemple, de la « nature distribuée » et « ouverte » du réseau revient souvent accompagner nos propos sur la pratique de la littérature. Ce que désignent certaines œuvres et qu’elles cherchent délibérément à éprouver (ou à épuiser esthétiquement), c’est précisément l’avènement d’une forme logique et technique d’organisation résolument inédite dans le champ de l’art, des savoirs ou, plus prosaïquement, de 1’« information » et des systèmes de médiation culturelle. Avec toute la prudence qui s’impose scientifiquement, il faut reconnaître les difficultés que nous avons éprouvées à dire (sans parler d’expliquer) ce principe de distribution simultanée des possibles qui semble souvent se substituer à la linéarité (conventionnelle et technique) du récit, voire du livre lui-même, et qu’exploitent savamment certains auteurs. De la même façon, ce dialogue avec le réseau se reproduit, non avec les œuvres, mais avec les parcours d’auteurs, voire la forme des communautés d’acteurs qui peuplent le Web. Par exemple, si nous sommes familiers des activités de publication représentant l’aboutissement final de chaînes de médiations, nous observons sur le Web l’émergence d’activités d’autoédition et d’autopublication médiatisées au sein du paysage auquel elles appartiennent. En somme, le caractère distribué de la publication web semble favoriser chez les créateurs la prééminence de logiques auctoriales au détriment d’un filtrage éditorial en amont, alors qu’apparaissent de nouveaux modes d’amélioration et de légitimation des contenus. Et il s’agit toujours du même dialogue entre les objets sur lesquels nous nous sommes arrêtés et la forme du réseau quand, en découvrant la distribution des liens hypertextes depuis ecrits-vains.com et e-critures.org, nous nous apercevons combien les modèles linéaires et arborescents sont loin de l’univers que nous explorons. À certains égards, il semble nous manquer un « plan d’ensemble », fini et cohérent, sur lequel pourrait s’inscrire la rationalité des conduites et des pratiques.

  • 1 Trésor de la langue française.
  • 2 C’est en ce sens que, dans un récit littéraire interactif, les actions du lecteur sur le récit rej (...)

4Un modèle ou des modèles génériques du réseau, de ses possibles comme de ses contraintes, font défaut à chacun de nos chapitres, comme à tous ceux qui entreprennent de le sonder dans d’autres domaines, de l’économie aux statistiques en passant par la sociologie des réseaux d’acteurs. L’observation attentive d’une localité thématique du réseau, comme celle consacrée à la littérature numérique, comble en partie ce manque : les références nombreuses, le nombre significatif d’url citées en exemples, la diversité des explications qui ont été ici proposées peuplent l’étude et mettent en suspens cette question de fond. Mais, même penchés sur une œuvre ou sur un parcours d’auteur, nous voyons ressurgir la question de la forme même du système que nous explorons et dont se nourrissent les pratiques esthétiques, où se situent les acteurs en s’y regroupant, à travers laquelle se développent des pratiques éditoriales inédites ou héritées. Notre attachement à la question du « dispositif » est à cet égard symptomatique : il faut redire ici combien la littérature numérique – et le dispositif E-critures en particulier – interroge la notion de critique en opérant un déplacement d’une critique du texte vers une critique du dispositif Et elle interroge aussi, ce faisant, la notion de genre en favorisant non seulement une redéfinition des critères d’un genre, mais également un déplacement de la notion de genre vers celle de format. Elle interroge également la littérature en tant qu’« usage esthétique du langage écrit1 » en opérant un déplacement vers une esthétique de la matérialité du texte, de l’interface, voire du support et du dispositif. Ce qui frappe dans ces différents déplacements (et dans notre façon de les aborder), c’est la mise en avant du support et de la dimension technique. Notre lecteur pourrait d’ailleurs se demander si la littérature numérique, plus qu’une littérature du « texte », ne serait pas plus exactement une littérature du dispositif2. Ce positionnement central et récurrent de la thématique du dispositif, des formats, des outils, de la matérialité du support montre combien nous nous sommes plongés dans un domaine local du Web particulièrement tourné vers l’expérimentation instrumentale de ses propres cadres. Tout comme les chercheurs peuvent essayer de les dire et de les comprendre, les auteurs tentent de les circonscrire en les éprouvant esthétiquement.

5Cette « raison du réseau » nous échappe encore un peu plus si l’on prend en compte, cette fois, sa dimension temporelle. Le Web est un réseau « distribué » mais aussi « dynamique ». C’est un constat technique mais aussi un verrou intellectuel majeur. Nos œuvres calculées l’ont démontré à certains égards : comment asseoir la figure de l’auteur dans les boucles de transformation et de modification dont elles peuvent être l’objet ? Comment inscrire un principe de finitude au « texte » produit dans un tel univers, sauf à reproduire indéfiniment le procès de l’écriture ? L« écriture numérique » peut-elle se limiter à la production des scénarios transformationnels ? C’est là l’un des attraits majeurs de ce type de littérature : entamer une réflexion théorique et explicite sur les cadres temporels de son propre exercice. C’est dans ce débat que se loge, comme en creux, la question de la dimension temporelle du réseau. Plus exactement la question des différentes dimensions temporelles du réseau.

  • 3 Pour une approche générale : Kleinberg (John), “Bursty and hierarchical structure in streams”, 200 (...)

6Cette question se pose à l’échelle des œuvres elles-mêmes, de toute évidence, comme l’illustre par exemple le fait que différentes versions d’un même produit soient accessibles simultanément sur le réseau. Ou encore que puisse entrer dans le travail d’écriture la prévision des cycles de transformation de l’œuvre, que la temporalité du travail lectoriel se voit imposer des contraintes nouvelles (dans le cas des œuvres multimédias qui ont leur propre temporalité), mais soit aussi nourrie de possibles surprenants dont la réécriture partielle de l’œuvre elle-même. Ces modalités temporelles de l’œuvre, ou ces « cadres du temps » qu’elles renouvellent, entrent singulièrement en écho avec ce que l’on commence à découvrir du réseau lui-même à grande échelle : sa vitesse d’évolution rapide, certes, mais aussi le fait qu’il n’évolue pas de la même façon à différents endroits et, en plus, selon les mêmes scénarios évolutifs3.

7Et puis, au final, on ne peut s’empêcher d’ajouter la dimension temporelle de l’observation elle-même. Notre étude, telle qu’elle se présente du point de vue de la présentation de notre travail, reflète peu ou rarement les conflits pourtant réels et difficilement surmontables qui ont pu émerger entre le temps de l’observation et l’évolution du domaine que nous explorions. Ainsi, par exemple, la liste de discussion E-critures est passée de 90 membres au moment de notre observation à plus de 150 aujourd’hui, Ecrits...vains ? a de son côté renouvelé le contenu de ses rubriques, et combien de liens de nos cartographies préliminaires sont-ils encore valides aujourd’hui ? Combien de fois nous sommes-nous concertés pour convenir de l’analyse d’une version donnée de nos deux dispositifs en ligne ? Et puis quelle valeur aura notre étude dans six mois, un an ? Cette question du temps des réseaux n’est pas anodine car elle emporte avec elle l’ensemble des politiques d’archivage du Web, de ses supports techniques, de ses méthodologies de construction de la trace, du témoignage ou de la preuve. Ce questionnement sur la nature des cadres temporels du réseau que génèrent les œuvres numériques trouve ainsi un écho dans les réflexions contemporaines sur les objectifs et les moyens de la constitution de corpus documentaires sur le Web chez les spécialistes de la médiation culturelle : comment « photographier » le Web ? Sur quels types de ressources se focaliser ? À quel rythme et pour quelle politique de mémoire culturelle ? Comment, enfin, imaginer les formes de sa transmission pour le public ?

8On comprend pourquoi il nous est vite apparu que le domaine de la littérature numérique, avec ses pratiques, ses débats théoriques, ses acteurs et ses modalités collectives autour d’E-critures, constituait un ensemble stratégique à observer pour tous ces effets de résonance sur la question de la morphologie et la temporalité du réseau. Et nous en sommes toujours convaincus. Nous n’avons pas de réponse ferme et définitive sur la question de savoir si elle constitue « un champ organisé de pratiques en émergence » et si des « genres » spécifiques et autonomes voient le jour sous nos yeux. Nous n’avons fait que sonder le réseau en un temps limité et sur un territoire circonscrit, mais en s’attachant à une série de tentatives esthétiques qui auront aussi su intéresser tous ceux pour qui le Web représente une énigme. Et peut-être avons-nous eu ici la chance de saisir la littérature numérique dans cet instant fugace et incertain de l’expérience de ses limites.

Notes

1 Trésor de la langue française.

2 C’est en ce sens que, dans un récit littéraire interactif, les actions du lecteur sur le récit rejouent le rapport classique entre adhésion et distanciation. C’est à travers des figures fictionalisantes et réflexives que l’adhésion du lecteur est recherchée. On peut se demander si cette adhésion n’est pas alors plus une adhésion au dispositif qu’à l’histoire elle-même [Bouchardon, 2005].

3 Pour une approche générale : Kleinberg (John), “Bursty and hierarchical structure in streams”, 2002, cornell.edu/home/kleinberlbhs.ps

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access