Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un laboratoire de littératures

 | 
Serge Bouchardon

Chapitre II. Des acteurs et des dispositifs d’édition

Texte intégral

1Si la géographie documentaire du Web rend visible l’existence de territoires dédiés à la littérature en ligne, seule l’observation fine de l’organisation des lieux et des structures éditoriales dont se dotent les acteurs est à même de nous renseigner sur les objectifs poursuivis par ceux qui composent le domaine.

2En effet, une « photographie aérienne » constituée par les liens hypertextes entrelaçant les sites web laisse apparaître des cartes de liens qui ne sont pas toujours souhaités, de la même manière qu’un auteur ne maîtrise pas le voisinage de ses livres sur un rayon de librairie. Nous nous attacherons donc ici à décrire l’organisation volontaire des acteurs dans un paysage littéraire façonné par des pratiques créatives de production, d’échanges entre pairs, de proposition à un public et de techniques de diffusion appropriées pour chaque groupe. Nous avons évoqué dans le chapitre 1 les raisons pour lesquelles E-critures et Ecrits...vains ?, qui affichent leurs différences quant à une conception revendiquée de la littérature, se sont révélés être des terrains riches d’enseignements, l’un s’attachant à dessiner les contours d’une spécificité littéraire numérique, l’autre s’occupant à faire connaître des œuvres poétiques de facture plus classique.

  • 1 Rappelons que cette fonction médiatrice [Rieusset-Lemarié, 1999] a traditionnellement pour but d’a (...)

3Ainsi l’observation historique de l’organisation sur le Web de ces deux entités laisse entrevoir des agencements dont la particularité est de conjuguer le collectif et le singulier afin de confectionner des œuvres, de fabriquer des auteurs et de stimuler une critique. Dès lors, il s’agissait de vérifier si l’agencement de leurs traces textuelles sur le Web n’empruntait pas nombre de principes à la fonction éditoriale1. Ce deuxième chapitre tente d’évaluer dans quelle mesure la politique éditoriale et les protocoles de publication de nos deux dispositifs se différencient quant au rôle accordé au support numérique. Il s’essaie à observer l’ancrage de la fonction auctoriale et critique à travers des pratiques qui oscillent entre une exploitation créative de l’outil numérique et son utilisation comme vecteur de diffusion et de communication.

4Cependant, l’étude montre que les variations subies sont directement dépendantes de l’utilisation d’outils de communication existants, adaptés ou créés selon les besoins. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes d’abord attachés à démonter chaque dispositif sociotechnique selon un point de vue technico-historique. Cette première analyse de l’interface et de la structuration éditoriale qu’elle recouvre nous a permis dans un second temps d’interroger non seulement la fonction éditoriale, mais aussi les fonctions auctoriale et critique.

Morphologie et genèse

5L’observation des dispositifs E-critures et Ecrits...vains ? révèle l’emploi entrelacé d’une pluralité de technologies de communication, toujours perfectibles et susceptibles d’évoluer : site web, forum, groupe de discussion, blog, etc.

6Intéressons-nous d’abord à Ecrits...vains ? dont l’origine remonte à la création d’un « site personnel » en 1997 sur Wanadoo. Comme l’atteste Jacques Teissier, un enseignant qui souhaitait au départ faire découvrir les nouvelles et créations poétiques de son épouse – Marie Bataille, de son nom de plume –, l’objectif du lancement d’un site web est de publier des textes poétiques dignes d’intérêt, provenant de l’entourage direct du couple.

« Comme je connaissais plusieurs personnes qui écrivaient aussi en amateurs, dont certains avaient du talent et qui eux aussi n’avaient jamais été publiés, je lui ai demandé si elle accepterait d’être publiée avec d’autres. Dans ces conditions, elle a accepté, et j’ai donc créé les premières pages du site EV (décembre 1997-janvier 1998) avec des publications de cinq auteurs : Alain Teissonière, France Thiriez, André-Louis Deschanel, Gérard Soustelle et Marie. Les quatre premiers, collègues de travail, amis ou parfois les deux, m’avaient confié quelques textes en sachant que je souhaitais les publier sur Internet »

7Considérant l’édition papier comme inaccessible, nos acteurs perçoivent rapidement l’intérêt de regrouper des lecteurs et conçoivent leur site web non comme un simple « site personnel » destiné à faire connaître des produits « maison », mais comme un support de publication littéraire ouvert à leurs amis, support qui viendrait s’ajouter aux imprimés de l’édition classique. L’année 1998 correspond en fait à la fondation de ce qui allait devenir une véritable revue référencée par les moteurs de recherche, revue dont les créateurs s’emploieraient à promouvoir la diffusion en postant des messages sur de multiples listes de diffusion, dont la célèbre poesie.fr2. L’afflux de propositions de textes incite les responsables à créer un forum et des comités de lecture dès l’été 1998 afin de faciliter la communication entre les producteurs de textes et d’accélérer le processus de repérage des bonnes productions.

8Attardons-nous un instant sur le forum de discussion (accessible à partir du site web d’Ecrits...vains ?), espace d’expression libre et cependant modéré qui nécessite une inscription préalable. Il y a bien dans ce cas une reproduction du « salon littéraire », tout à la fois lieu de causeries et de lectures, abrité par un système technique de publication web nommé « revue littéraire et site éditeur ». L’exploration du site révèle par ailleurs la présence d’un « atelier d’écriture » englobé par le forum et décrit par ses métadonnées : « Présentation de l’atelier. Vous pourrez lire toutes les contributions à l’atelier en cours commentées sur le forum »

9La figure technique dessinée par Ecrits...vains ? est celle d’un dispositif à emboîtement qui consiste à agglutiner les techniques en les insérant les unes dans les autres, pour intégrer et ordonner les espaces de discussion et ceux de publication.

10Si l’intense activité relationnelle soutenue par la messagerie électronique contribue aux premiers succès d’Ecrits...vains ?, elle est également le préalable à la constitution d’E-critures3 qui voit le jour deux années plus tard. En effet, le programmeur Éric Sérandour crée Ecriordi4 au mois d’octobre 1999 en invitant directement les personnes (auteurs, universitaires) qu’il a sélectionnées à discuter de la thématique « écriture et ordinateur » ; un groupe5 qui deviendra bientôt la première liste de diffusion française sur ces pratiques électroniques d’écriture.

11Cette liste de diffusion portée sur le Web dure de novembre 1999 à décembre 2000, date à laquelle elle change de nom mais conserve la même finalité, à savoir le regroupement de ceux qui s’intéressent à la « littérature informatique », comme l’indique l’intitulé de « Description » du groupe qui reste inchangé :

« Liste de diffusion dédiée à la littérature informatique. Elle regroupe des auteurs, des universitaires et de simples lecteurs. Chaque nouvel inscrit est invité à se présenter de lui-même à l’ensemble du groupe surtout s’il a une pratique littéraire ou artistique affirmée; également si son champ de recherche recoupe ce qui nous regroupe ici. Ceci n’a bien sûr pas un caractère obligatoire mais est apprécié. »

  • 6 Créée le 27 avril 2001, l’association porte le même nom que le site et la liste mais ses activités (...)

12Alors que les activités d’Ecrits...vains ? restent centrées autour de ce qui va devenir très vite une véritable revue, le groupe de discussion E-critures – dont les membres vont créer ultérieurement et de manière collective un site web et une association6 – n’apparaît que comme un point d’ancrage dans un environnement électronique beaucoup plus large pour des individus à l’activité créatrice démultipliée sur le réseau. En effet, la liste de discussion est un moyen pour ses membres de faire reconnaître des pratiques dans un univers créatif qui s’installe aux frontières du connu, comme l’indiquent les métadonnées de la dernière version du site web : « Vise à faire connaître l’e-criture. Point de vue des auteurs et des lecteurs, créations, théorie. »

13Notons ici qu’E-critures expérimentera aussi une revue puis un blog, autant d’expériences faisant l’objet d’installations techniques indépendantes les unes des autres. Cette organisation décentralisée sur le réseau, qui est la caractéristique morphologique première d’E-critures, nous laisse envisager cette figure technique comme un dispositif distribué.

14Observons ce qui est aujourd’hui directement visible sur le Web : les interfaces d’accueil et la structuration des deux sites.

15L’interface d’e-critures.org est sobre, parfaitement lisible, et l’accès à l’ensemble des rubriques se concentre dans une barre de navigation en haut de l’écran. E-critures.org se présente comme un site « minimaliste » et fonctionnel exploitant les fonds noirs, dans lequel chaque rubrique se voit attribuer une couleur parfois vive.

Figure 1. Les rubriques de la barre de navigation du site e-critures.org.

  • 7 Cf. lexique en annexe.

16Mais ce dépouillement souligne aussi une volonté esthétique, celle des adeptes du graphisme numérique. E-critures.org s’ouvre en effet sur une version (par défaut) en Flash7 et à partir d’une page qui occupe toute la surface de l’écran (supprimant ainsi l’accès aux outils standard du navigateur). La culture de la page-écran sur le Web relève des mêmes principes que ceux qui guident le développement d’un CD-Rom et de la plupart des applications à vocation multimédia : l’internaute doit avoir accès à tout à partir de l’écran affiché (quitte parfois à superposer les fenêtres) plutôt que d’avoir à faire apparaître des informations ou des documents « mal cadrés » parcourus à l’aide des barres de défilement.

17L’architecture du site repose elle aussi sur des principes d’économie et d’efficacité. Trois rubriques importantes concentrent l’information : les membres (liste des membres -devenez un membre -modifiez votre profil), les œuvres (œuvres par artiste -œuvres par titre -soumettez une œuvre -modifiez une œuvre) et les textes (textes par auteur – par titre – soumettez un texte – modifiez un texte). Notons ici une première ambiguïté car les seuls « textes » de la rubrique « Les textes » sont des propositions théoriques et un pastiche. Des noms sont bien évoqués dans « Le comité de lecture » mais aucune explication n’est donnée sur les procédures d’évaluation ni sur la distribution des tâches. Si l’interface ne souligne pas qu’il faut s’inscrire pour pouvoir soumettre une œuvre, déposer une annonce ou un texte, l’inscription se révèle cependant aisée et non vérifiée : n’importe quel internaute peut s’inscrire en tant que membre.

Figure 2. Lors de l’étape de « soumission » d’une œuvre, un message d’avertissement prévient que cette procédure est réservée aux membres d’e-critures.org.

18Une fois inscrit, chaque membre d’e-critures.org a la possibilité de soumettre au comité de lecture une œuvre pour qu’elle soit référencée par le site dans la rubrique « Les œuvres ». Cette étape révèle aussi qu’aucune œuvre n’est stockée sur e-critures.org; il s’agit, en quelque sorte, d’un site fédératif où l’on est invité à participer en listant ses œuvres publiées sur le Web, plus qu’un site « médiateur » de contenu. Il faut noter ici que nombre de membres d’e-critures.org contournent la procédure de filtrage en inscrivant directement dans l’espace « Biographie » les adresses électroniques où sont déposées les œuvres ou simplement l’adresse du site web qui les contient.

19La rubrique la plus riche en références est ainsi celle intitulée « Les membres » où s’affichent, par ordre alphabétique, des noms, des adresses de courrier électronique et des liens hypertextes vers des sites externes. Il s’agit donc d’un travail public de recensement pour une communauté qui cherche à identifier et à compter ses membres.

Figure 3. Liste des membres, liste des œuvres, liste des textes de réflexion.

  • 8 Lire à ce sujet le chapitre 10 de La Raison graphique de Jack Goody [Goody, 1979].

20C’est en effet la fonction essentielle de ces listes de noms, affichées seulement par ordre alphabétique -tout comme les listes d’« œuvres » et de « textes ». Les trois listes principales n’ont donc pas de vocation hiérarchique, ni même chronologique. On retrouve ainsi la fonction première de la liste comme outil graphique : identification et dénombrement. Tout en réfléchissant à sa forme, la communauté se dénombre elle-même8.

21La mention d’une version en anglais (non encore effective fin 2006) vient confirmer cette volonté de recensement et de fédération des acteurs d’une communauté, même s’il n’est pas évident pour un néophyte de comprendre dès l’abord du site ce qui en fait la spécificité. Contrairement à un site comme ecrits-vains.com qui pourrait être qualifié d’« hébergeur de contenu », le modèle d’e-critures.org consiste à rassembler des références.

22On passe assurément plus de temps à lire la page d’accueil d’ecrits-vains.com (figure 4). Le contenu y est roi et les fonctionnalités de communication ou d’échange, si essentielles à e-critures.org, apparaissent secondaires au regard de la place que prend le titre de la revue (« Numéro du 14 juillet 2006 ») et des trois rubriques à gauche : « Écriture », « Littérature », « Culture ». En haut à droite, un pavé de texte présente la nature d’ecrits-vains.com (« un site éditeur et une revue littéraire »), le forum de discussion et l’atelier d’écriture. Enfin, le principe d’une chaîne éditoriale apparaît puisqu’il est proposé aux lecteurs de « participer à la rubrique Théma » ou bien de soumettre des textes aux « comités de lecture prose et poésie » qui pourront être adoptés par la « librairie ».

Figure 4. Les rubriques du site ecrits-vains.com.

23À l’espace dépouillé d’e-critures.org, ecrits-vains.com oppose un principe d’occupation et de concentration de l’information, distribué en plusieurs rubriques très distinctes et hiérarchisé autour de l’affichage du numéro en cours sur une photographie en arrière-plan. On peut accéder aux nombreuses rubriques du site via le numéro en cours ou bien via les trois sous-rubriques de gauche. La navigation dans Ecrits...vains ? est d’ailleurs beaucoup plus « thématique » que graphique (contrairement à e-critures.org et à ses codes couleur), et il vaut mieux savoir « où l’on est » dans l’arborescence si l’on veut maîtriser l’organisation du site. Cette prolifération du contenu est caractéristique d’ecrits-vains.com, tant en nombre de rubriques que de sous-rubriques et de thèmes traités. C’est aussi la caractéristique d’une gestion rhizomatique du contenu qui, si elle laisse plus de liberté aux créateurs non techniciens, est plus difficile à gérer en termes d’organisation de l’archivage des anciens numéros.

24L’observation des interfaces met ainsi en évidence une structuration différente : alors que l’internaute est amené, avec e-critures.org, à sortir du site pour consulter des œuvres, il est d’emblée immergé dans la production littéraire avec la revue Ecrits...vains ? En outre, et contrairement à e-critures.org, le site d’Ecrits...vains ? est construit, pour ce qui est de la navigation, sur le modèle d’un circuit éditorial classique : il privilégie le parcours d’auteur et la soumission des œuvres aux comités de lecture.

Positionnements sur le Web

25Le parcours des deux sites permet de relever des différences manifestes non seulement au niveau du contenu diffusé, mais aussi de l’architecture et de l’ergonomie des interfaces. Ces différences tiennent évidemment au fait que les deux « objets » web n’ont pas la même histoire. Mais elles indiquent aussi deux types différents de positionnement sur le Web en termes de projet éditorial et de pratique de l’écriture.

26Pour comprendre les objectifs et l’organisation de ce « positionnement », nous avons récolté une première série d’indices réunis dans le tableau « Critères techniques », ce qui nous permet de caractériser et de comparer la forme et les fonctionnalités techniques d’e-critures.org et d’ecrits-vains.com (interface, structuration des données, dispositifs de communication et d’échange), sans oublier les informations associées aux visées différentes des deux sites.

27Le positionnement de ces deux sites sur le Web est profondément lié à leur histoire et à leurs origines. Le caractère de « vitrine » du site web d’E-critures tient à la volonté de rassemblement et de recensement d’une communauté en train de « se compter », tandis qu’Ecrits...vains ? est une revue née d’un effort personnel de publication d’un contenu littéraire « traditionnel ». Chaque élément du dispositif E-critures fonctionne en autonomie : ainsi l’inscription en tant que membre sur le site n’implique pas l’inscription sur la liste de discussion Yahoo !, ce qui implique une démarche supplémentaire, de même pour le blog hébergé par Blogger. Ce caractère ouvert et distribué du dispositif E-critures se vérifie dans les discussions sur les œuvres où les critères s’élaborent en collectif. Au contraire, Ecrits...vains ? est bâti comme un instrument de diffusion de contenus préalablement identifiés et évalués selon des canaux, des procédures et, au moins, deux comités de lecture clairement affichés9.

Tableau 1. Critères techniques favorisant le positionnement des sites web.

28À parcourir les deux sites, on peut se focaliser sur les éléments les plus apparents de ce qui apparaît comme de véritables circuits éditoriaux. Hormis l’accès aux contenus ou aux informations sur les acteurs et les membres des deux communautés, les pages et les fonctionnalités les plus importantes sont relatives à la production (par exemple l’atelier d’écriture d’ecrits-vains.com), aux procédures de soumission et d’évaluation (format technique des documents, comités de lecture, délai d’évaluation, etc.) et aux modes de diffusion et d’accès aux productions. Ces deux « chaînes » éditoriales n’ont pas la même complexité ni la même rigueur : le site e-critures.org apparaît plus « ouvert » aux contributions spontanées qu’ecrits-vains.com, avec ses deux comités de lecture et ses (longs) délais de publication. L’important ici est peut-être de concevoir la chaîne éditoriale comme un principe intégrateur tout à la fois de la circulation technique des documents (en ligne, mais pas uniquement) et de la distribution des rôles des différents acteurs ou des moments de leur intervention.

29Le relevé des indices comparatifs entre les deux sites (tableau « Chaîne éditoriale ») comprend des informations liées à l’organisation des acteurs, ne serait-ce que parce que l’on a affaire à des activités d’écriture ouvertes au public dans les deux cas. Ainsi, la description d’un site web doit aussi intégrer la façon dont se définissent les rôles, les acteurs et éventuellement qui ils sont à travers les informations explicitement affichées sur l’organisation du groupe mais aussi à travers les fonctionnalités associées au site. Ces indices permettent souvent de comprendre comment, au-delà de l’architecture des documents et des fonctionnalités du site, s’organisent l’activité collective et, en quelque sorte, la« raison sociale » des acteurs sur le Web. À cet égard, ecrits-vains.com leur offre une lisibilité plus grande et plus souple que ne le fait e-critures.org : là où e-critures.org propose une fiche descriptive standard10 de ses membres, réduite pour certains à une adresse de site ou de courrier électronique et/ou à une liste d’œuvres, ecrits-vains.com offre un espace personnalisable aux divers contributeurs de la revue11.

30On le voit, une description organisée des deux sites permet déjà de comprendre comment des fonctionnalités techniques s’associent à des modes d’organisation sociale autour de la mise en place de ce qui apparaîtra comme des circuits éditoriaux.

Tableau 2. Déploiement de la chaine éditoriale au sein des dispositifs.

Déconstruction et recomposition des chaînes éditoriales

31Rappelons ici que l’objectif de la fonction éditoriale est d’articuler les opérations de création, d’édition et de diffusion pour produire des biens culturels et informationnels. Cela se déroule classiquement dans un mouvement chronologique – illustré par le terme « chaîne » – alliant des étapes récursives (par exemple : lecture, correction, relecture) et séquentielles (par exemple, lorsqu’on est à l’étape de la mise en forme d’un produit, on ne revient pas en arrière pour réécrire un chapitre).

32Les trois étapes de création, d’édition et de diffusion intéressent de manière traditionnelle des acteurs différents dont les contours des métiers sont repérables et étanches dans un contexte de biens matériels.

33La création concerne a priori les auteurs, dont le rôle principal est de transformer de manière créative ce qui était déjà là, la « matière première ».

34S’inscrivant entre création et diffusion, l’édition ou chaîne éditoriale a pour but de sélectionner et de mettre en forme l’information en deux étapes principales (liées historiquement par les technologies de la reproduction imprimée) :

  • le processus de sélection éditoriale (editing) consiste à collecter, à filtrer, à réécrire et à assembler l’information selon des critères d’adéquation à des genres rédactionnels, des styles, des thématiques, des collections, des séries, et en fonction des niveaux de connaissance du lectorat ou de l’audience visée (vulgarisation, expertise, initiation, etc.) ;
  • le processus de publication (publishing) entendu comme « processus de mise en forme d’un contenu préalablement sélectionné en vue de sa diffusion collective12 » concerne habituellement la forme finale de la production stabilisée de manière définitive sur un support.
  • 13 Il faut noter ici que lorsque l’on pratique l’autoédition (menant à des publications) dans le mond (...)

35Bien entendu, ces deux processus s’influencent mutuellement13 : un genre rédactionnel s’inscrit souvent dans une forme reconnaissable qui concerne aussi bien la présentation visuelle (un titre de magazine ne peut pas être une phrase ni être écrit comme une note de bas de page) que le support lui-même (on n’imprime pas un magazine sous forme de livre).

36Enfin, la diffusion concerne habituellement la distribution des contenus publiés ou portés à la connaissance du public lorsque les produits ont atteint un état finalisé.

37D’une manière générale, l’espace documentaire du Web et ses façons totalement nouvelles d’initier les phases de création, de publication et de diffusion bouleversent cet ordre hiérarchique des opérations grâce auquel on reconnaît une chaîne éditoriale, en mettant à la disposition de tous des produits qui n’ont pas toujours pour vocation d’être « finis ». Nous verrons que ces trois étapes principales sont interprétées et adaptées de manière différente dans les deux cas étudiés ici. En particulier, nous remarquerons que les étapes d’édition et de publication sont renversées dans le cas d’E-critures.

38Revenons un instant sur le processus d’édition décrit ci-dessus pour souligner qu’il consiste en une série d’opérations de différentes natures, distribuées selon des scénarios ou des modèles dont certains nous sont depuis longtemps familiers et d’autres plus inédits. Ces « opérations » peuvent s’envisager selon trois dimensions constitutives :

  • des opérations « logiques » liées à l’élaboration de l’ « information » ou du « sens » : écriture, analyse critique, évaluation ... Il faudrait d’ailleurs trouver là un vocabulaire pertinent pour décrire aussi, par-delà le texte, des productions graphiques, vidéographiques ou encore musicales;
  • des opérations « techniques » liées à la construction des formats de production : modelage des supports, mise en forme, mais aussi circulation des documents ou des produits d’un « lieu » à un autre et leurs transformations techniques successives;
  • des opérations « sociales » de validation, d’inscription dans des traditions, des mouvements ou des genres : organisation sociale des agents en hiérarchies ou en communautés d’acteurs, distribution des rôles et des responsabilités, définition des objectifs, délimitation d’un champ de pratiques.

39Dans le cas d’e-critures.org et ecrits-vains.com, les deux chaînes éditoriales fonctionnent de manière relativement autonome sur le Web. Les opérations de soumission, d’évaluation et de diffusion des productions s’y concentrent de façon intégrée ou distribuée. D’une certaine manière, les deux sites web en donnent en quelques pages un aperçu relativement synthétique, ce qui aurait pu rester plus opaque et ! ou dispersé dans le cadre d’une édition imprimée. Les rouages du mécanisme éditorial sont d’autant plus « visibles » que l’on a affaire à deux communautés qui cherchent, entre autres, à élargir leur public et leur audience sur le Web. Si les deux sites mettent à disposition du public ou des membres de leur communauté les outils ou les fonctionnalités dédiés à la gestion de cette chaîne, ils associent aussi les informations nécessaires à leur utilisation, comme de véritables « modes d’emploi éditoriaux ». C’est donc l’occasion de comprendre comment s’associent dans la composition, par exemple, d’un « comité de lecture » ou d’un « atelier d’écriture » les modes de circulation technique de produits et la construction de leur format, les types intellectuels de travail de création ou d’activité critique et les r6les endossés par les acteurs d’une communauté.

40Hormis les éléments proprement dédiés à l’exercice de l’édition, il faut remarquer que les deux dispositifs intègrent aussi des fonctionnalités avancées de consultation des produits (œuvres et textes classés par auteurs et par titres pour E-critures, rubriques thématiques d’Ecrits...vains ? et sa revue proprement dite). Concernant Ecrits...vains ?, on peut ranger la revue elle-même et ses archives (près de 90 numéros consultables) à titre de « produit », en admettant qu’il s’agit là aussi d’une publication effectivement diffusée. La « librairie » d’Ecrits...vains ? en particulier, avec ses six catégories (poésies, nouvelles, romans, théâtre, contes, essais), se présente comme un vaste lieu de consultation. Sur e-critures.org, les modalités d’accès aux produits ne reposent pas sur une répartition en genres (on y distingue seulement « textes » et « œuvres », réservant ainsi explicitement une place à des contributions théoriques), mais seulement sur des classements par auteurs et par titres de type alphabétique. En d’autres termes, le site e-critures.org ne permet pas la consultation directe des œuvres qu’il liste, dans la mesure où il faut sortir du site pour y accéder (via les adresses électroniques de sites d’auteurs référencées). Cette mise à disposition différenciée des œuvres sur les deux sites rend ainsi déjà perceptible l’opposition entre e-critures.org, site davantage dédié au recensement d’œuvres et d’auteurs, et ecrits-vains.com, dont la structuration est centrée sur la publication de la revue. Enfin les deux sites comprennent des outils de communication et d’échange d’informations laissant présager la mise en place de formes de communication entre différents types d’acteurs et selon des modalités plus ou moins participatives.

41C’est ici que l’on peut remarquer l’entrée du public en tant qu’acteur majeur de la « diffusion » réservée jusque-là aux professionnels patentés comme les distributeurs auxquels les éditeurs sont quelquefois soumis.

Tableau 3. Public-auteurs-produits.

42Le tableau « Public-auteurs-produits » synthétise ces trois types de « propriétés » d’un site web dédié à l’édition en ligne, du moins si l’on suit le double exemple d’e-critures.org et ecrits-vains.com. Il y aurait, évidemment, à multiplier les cas pour valider cette répartition. Ce type de synthèse visuelle permet du moins, dans notre approche comparative, de pointer quelques-unes des particularités qui distinguent les deux sites, par-delà les principes similaires d’organisation. Parmi celles-ci figure la présence pour ecrits-vains.com d’un « atelier d’écriture » que l’on a situé à mi-chemin des fonctionnalités de « connexion sociale » avec le public et du principe de la « chaîne éditoriale ».

43Dans le cadre des objectifs littéraires associés à la communauté des acteurs d’ecrits-vains.com, il s’agit en somme de « faire passer » des usagers du site du statut de lecteur à celui d’auteur potentiel en les initiant à des pratiques littéraires spécifiques. Cet apprentissage peut s’effectuer dans la mesure où les pratiques d’écriture (ou de production) s’inscrivent dans des formats éditoriaux déjà définis, éventuellement en « genres » reconnus, et qui servent d’étalon aux différentes formes d’évaluation (voir l’atelier d’écriture d’Ecrits...vains ?).

44Du côté d’e-critures.org, on notera, en revanche, la possibilité offerte aux auteurs membres de la communauté de modifier la référence à leur « texte » ou à leur « œuvre ». Celle de compléter, d’amender ou de restructurer une « œuvre » est le fruit d’une décision prise à la suite d’une discussion collective sur le groupe Yahoo ! (comme, après tout, cela peut aussi se concevoir ailleurs que sur le réseau), surtout dans un domaine où les canons ne fixent pas encore des genres établis, par tradition ou par positionnement théorique. Mais, comme le remarquent eux-mêmes certains des acteurs, cette potentialité d’évolution permanente des œuvres et des textes tient aussi dans la volonté d’exploiter les propriétés du réseau et sa plasticité technique. Ainsi, les versions peuvent se succéder (principe du versioning), les œuvres être abritées dans différents endroits à différents moments (ce que montrent les changements de nom de domaine, dans certains cas, pour les mêmes textes), voire réparties et construites par différents participants.

45Il est nécessaire de remarquer ici que le processus de « publication » en tant que mise en forme finale de la production stabilisée de manière définitive est particulièrement mis à l’épreuve sur le support électronique. La publication web est tout sauf définitive et ce n’est que parce qu’Ecrits...vains ? vise la fréquence régulière de parution que cette revue en ligne réussit à stabiliser les œuvres à un niveau de qualité qu’elle estime correct.

46On touche aussi du doigt l’une des principales difficultés, technique mais aussi intellectuelle, du Web comme système hypertexte ouvert et dynamique : comment archiver le domaine de la littérature numérique, le travail de ses acteurs, la modification de ses produits ? Ce domaine, comme d’autres sur le Web, indique combien la Toile n’est pas dédiée seulement à la capitalisation d’une mémoire documentaire. Il s’agit aussi d’un espace intrinsèquement dynamique, associant support numérique et principe du réseau, et qui peut donc ouvrir, dans le cas des pratiques de la littérature comme dans d’autres domaines de l’expression, sur des arts de la transformation.

47Équipés des fonctionnalités nécessaires à l’exercice d’une chaîne éditoriale relativement complète (soumission, évaluation, publication), à la consultation des produits et aux différentes formes d’échange d’informations entre deux ou plusieurs acteurs (auteur, public, membre, animateur, modérateur, fondateur ...), les deux sites peuvent être considérés comme relativement autonomes et suffisants pour accompagner la constitution d’une communauté, manifester son organisation et accueillir ses pratiques. Ils représentent, en quelque sorte, des « lieux » où l’on s’informe, où l’on échange (parfois de manière polémique, comme on le verra plus loin dans l’étude), où chacun (même implicitement) se voit assigner un r6le et où l’on se rend plus ou moins régulièrement. Des analyses des pratiques de navigation pourraient probablement nous renseigner sur la richesse des activités des usagers sur ces deux sites. Lanalyse de la morphologie technique des deux dispositifs nous indique toutefois déjà que le Web n’est pas seulement un « système d’information » et que l’activité qui s’y développe à travers un site renvoie aussi à des formes d’interaction sociale, particulièrement organisées dans le cas d’Ecrits...vains ?, plus ouvertes dans le cas d’E-critures. Mais les deux dispositifs montrent aussi, d’un autre côté, qu’ils fonctionnent de façon relativement autonome, comme des « îlots », en intégrant en quelques rubriques toutes les fonctionnalités techniques essentielles à l’exercice de leur « raison sociale », l’édition de formes (différentes) de littérature.

48Examinons maintenant à la loupe l’organisation de nos dispositifs éditoriaux et l’historique de leur constitution. Ecrits...vains ? est assurément une revue en ligne d’une certaine ampleur : elle compte entre 1 200 et 2 600 visites par jour et est alimentée chaque quinzaine par des contributeurs issus d’horizons et de pays différents. Soulignons la richesse de cette revue qui mêle les genres, les types d’articles (articles de fond, billets d’humeur, chroniques), mais qui a aussi son ton propre (chaleureux, presque « communautaire ») et une ligne éditoriale assez précise.

49La revue publie ainsi, selon un rythme bimensuel alternant les sélections « prose » et les sélections « poésie » :

  • des œuvres littéraires (prose et poésie) ;
  • un éditorial (« le mot de l’équipe ») justifiant les choix effectués par les comités de lecture ;
  • des articles critiques et théoriques portant sur l’écriture, la littérature et l’actualité culturelle;
  • des entretiens avec des écrivains;
  • des rubriques consacrées aux autres revues littéraires (électroniques et papier) ;
  • des articles consacrés aux nouveautés dans le domaine de la prose, de la poésie, du théâtre, de la BD, de la chanson, des arts plastiques, de la littérature pour la jeunesse et de la photographie.

50Avec en moyenne deux numéros par mois, le contenu proposé est donc très fourni pour une revue qui tente d’occuper non seulement l’horizon de la littérature (prose, poésie, théâtre), mais qui aborde aussi celui de la bande dessinée, de l’image, du cinéma ou de la chanson. Sans compter, évidemment, la masse conséquente d’informations contenue dans les archives des numéros précédents (depuis août 2001).

  • 14 Contenu du numéro du 24 janvier 2005.

51La liste des thèmes figurant dans un numéro donne une idée du foisonnement des productions14 :

revue
Mots... dits : 2004 : Une année comme tant d’autres, par Lise Willar.
Point de vue sur l’écriture : Y a-t-il un avenir du roman ? par Marc Alpozzo.
Littérature étrangère : Haïkus aux quatre vents, de Jacques Gauthier, par Lysette Brochu.
Théâtre : Hedda Gabier, de Henrik Ibsen, par Théothéa.
Cinéma : La Chute, d’Olivier Hirschbiegel, par Catherine Raucy.
Les revues en revue : Les dernières parutions en revue (14) : (Friches n° 88, Décharge n° 124, Verso n° 119, Gong n°5, La Page blanche n° 33, Traces n° 156), par Jean-Pierre Lesieur.
Bande dessinée : Voir le dossier « Angoulême 2005 » de notre partenaire Univers BD.
La Dernière Cigarette, de Nikolavitch et Botta, un article de Didier Pasamonik.
Boîte à chansons : « Tortuga » Lo Glasman, par Rob.
Dernières nouvelles du site... et d’ailleurs : Contes en jeux, Galerie sur l’expo « Illustration policière », Littératures insulaires, par Jacques Teissier.
Anthologie 2004 à l’occasion du Marché de la poésie.

52À la rubrique « Revue » proprement dite sont aussi associées les deux rubriques « Théma » et « Textes ». Cette dernière rubrique propose l’accès à la sélection opérée par les comités de lecture :

textes
Sélection du comité prose du mois de janvier 2005 : quatre nouvelles de Dominique Charpentier, Jean-Sébastien Loygue, Christine Simon et Julie Turconi.
Sélection du comité poésie du mois de décembre 2004 : douze textes de Philippe Bray, Sylvaine Roussel, Yvon Krob, Charles Colonna-Césari.

53La rubrique « Théma » regroupe des textes écrits par des auteurs autour d’un sujet précis, proposé par la responsable de la rubrique, comme « enfances », « liberté » ou « la fuite », et semble être renouvelée trois à quatre fois par an.

théma
Enfances (décembre 2004)
19 auteurs, 28 textes : Micheline Boland, Lysette Brochu, Guy Chaty, Lionel Courson, Chantal Cudel, Alain Drouillet, Élisabeth Dumont, Michel Escale, Paul Fenouillet, Sylvie Freytag, Grou, Philippe Grün, Lauwers, Michel, Bernard Morens, Philippe Nollet, Philippe Rousseau, Agnès Schnell, Marie-Françoise Vandenberghe, Marie-France Voulot.

Figure 5. Organisation des rubriques de la revue Ecrits...vains ? sur la page d’accueil.

54Comme le montre la figure 5, les articles critiques, les chroniques et les productions littéraires publiés par la revue sont aussi accessibles via les trois rubriques générales « Écriture », « Littérature » et « Culture » dès la page d’accueil. Il est d’ailleurs bien difficile à première vue de distinguer leurs contenus de celui qui est accessible par un clic sur l’image principale de la page d’accueil, où figure le numéro courant de la revue.

Tableau 4. Organisation des acteurs.

55À partir du tableau 4 qui récapitule le fonctionnement des deux sites et pose les jalons principaux de la constitution d’e-critures.org et d’ecrits-vains.com, revenons à présent sur les étapes qui ont marqué l’évolution des deux dispositifs.

56À l’aventure personnelle qui caractérise les débuts d’Ecrit…vains ? succède une phase d’apports successifs de contributions. La revue s’enrichit de contributeurs extérieurs – à la fois auteurs, lecteurs et critiques – rencontrés dans les forums ou les listes de discussion littéraires, ou issus de l’entourage des fondateurs. La constitution de l’équipe éditoriale s’ancre ainsi dans une pratique commune de l’écriture et souligne l’idée que le Web autorise et facilite la démultiplication des rôles. Petit à petit, les fonctions éditoriales se précisent par distribution de rôles définis où chaque acteur, en retour, se voit attribuer une responsabilité collective. C’est ainsi, par exemple, qu’Anita Beldiman-Moore, inscrite à la liste poesie.fr et, par cette voie, en contact avec Marie Bataille, prend en charge la rubrique « Théma », puis se voit confier par cette dernière et Jacques Tessier la responsabilité éditoriale de la revue en 2002.

57La fortune d’E-critures sur le réseau s’enracine elle aussi historiquement dans une série de trajectoires personnelles, même si le premier dispositif à avoir été mis en place est une liste de discussion et non un site web. On peut considérer, évidemment, qu’au regard d’un outil de diffusion comme un site web, la liste de discussion se prête plutôt aux débats d’une communauté qui cherche avant tout au départ à se recenser.

58Il s’agit donc d’un groupe de discussion axé sur l’échange de propos ayant trait à la littérature informatique. Cette première liste de diffusion portée sur le Web dure de novembre 1999 à décembre 2000. Le dispositif permet très rapidement d’agréger des contributions diverses et fonctionne comme une sorte de club sélectif puisque les futurs membres doivent justifier leurs motivations pour en faire partie. On peut y entrer de différentes façons : en présence, à l’occasion d’événements liés à la « littérature numérique » ou plus généralement aux « arts numériques » (performances, installations, festivals, lectures et projections publiques ou simples réunions), par la sollicitation directe du ou d’un des modérateur(s) à partir du site Yahoo !, par la cooptation d’un membre de la liste, par le relais d’une médiation éditoriale (revues imprimées et/ou électroniques, échanges par courrier électronique à partir de sites d’auteurs, d’autres forums, etc.), par le biais d’une médiation technique (moteurs de recherche, surf, etc.).

59Au final, le processus est le même que pour Ecrits...vains ? : la construction sur le réseau d’un dispositif dédié à l’action collective -de type éditorial dans notre cas -semble d’abord passer par une accumulation de contributions (posts, documents et textes, mails ou toute autre forme de traces de l’activité) qui finit par déboucher sur une forme de territoire social et technique. Dans le cas d’Ecrits...vains ?, il faut remarquer que, dès les premières années, le mode d’élaboration de la revue fonctionnant par agrégation permanente de nouveaux contenus éditoriaux, discursifs et iconiques a contribué à complexifier l’interface. Larrivée régulière de contributeurs extérieurs et l’introduction de nouvelles rubriques ne sont pas étrangères à la forme complexe du dispositif présenté en ligne. L’impression de profusion dans les contenus et la structuration du site s’expliquent en effet par la juxtaposition de couches éditoriales successives.

60Dans le cas d’E-critures, en cinq ans, le dispositif a connu très distinctement deux périodes matérialisées par des appellations différentes. D’abord dénommée Ecriordi avec Éric Sérandour, la liste se mue en E-critures avec Xavier Malbreil qui sera le premier modérateur d’E-critures jusqu’en février 2003. Julien d’Abrigeon reprend temporairement ce rôle de février à juin 2003 -il vient de lancer Tapinblabla, un groupe Yahoo ! sur la poésie. Depuis, BlueScreen modère la liste. Fin 2006, le groupe E-critures compte plus de cent cinquante membres et plus de quatre mille messages depuis son lancement. Et l’une de ses principales fonctions reste d’être utilisée par des auteurs pour présenter des œuvres à la discussion critique. C’est à partir de la liste que sera discuté puis lancé en 2001 le site web associé (e-critures.org) avec, au départ, son espace éditorial dédié, puis son « comité de sélection ».

  • 15 Cf. lexique en annexe.

61D’ecrits-vains.com à e-critures.org, on voit donc comment se succèdent, à partir d’une initiative personnelle, des phases d’agrégation de contenus et de contributions collectives jusqu’à l’émergence d’un dispositif que l’on peut qualifier d’éditorial. L'avènement d’un tel outil de régulation collective incarne, en quelque sorte, la dimension instituée d’une communauté d’acteurs sur le réseau. S’agit-il d’un scénario type d’évolution sur le Web ? La multiplication d’études longitudinales sur l’histoire de sites web collectifs ou des outils d’échange ou de partage d’information en ligne (peer to peer, wiki15) pourrait permettre d’apercevoir des scénarios types d’évolution. Mais il faudrait aussi, pour cela, mobiliser les archives des différentes versions des dispositifs, ce qui est encore aujourd’hui loin d’être aisé à l’échelle du réseau.

Hybridation des dispositifs et des pratiques

62Le principe de la chaîne éditoriale permet de comprendre à quel point les circuits sociotechniques de l’imprimé peuvent s’associer à ceux mis en place sur le Web. C’est le cas, par exemple, d’une série d’acteurs participant de près à E-critures qui associent publications en ligne et revue imprimée. Ainsi le collectif boxon édite une revue papier du même nom (« format A4 de 32 pages photocopiées et remplies sans gaspillage aucun par son initiateur Gilles Cabut ») et organise aussi par l’intermédiaire de Julien d’Abrigeon l’édition d’une revue en ligne, t.a.p.i.n. (http://tapin.free.fr/​boxon.htm).

63À l’évidence, les deux communautés se sont créées dans un cercle englobant leurs activités sur les réseaux. Mais, dans les deux cas, des principes de complémentarité forte s’exercent entre les activités pratiquées sur et hors du Web. Beaucoup d’e-crituriens se connaissent par des contacts qui nourrissent la liste de discussion, noués par exemple lors des « Mardis numériques » déjà évoqués dans le chapitre précédent.

64L’hybridation des dispositifs sociotechniques d’édition en ligne et hors ligne est ainsi plus profonde qu’à première vue. Dans le cas d’Ecrits...vains ?, pour commencer, il est vrai que l’essentiel du dispositif d’édition se déploie sur le Web : chaque mois, la revue se construit uniquement via le médium numérique. La responsable du site centralise via Internet les articles et les chroniques des contributeurs extérieurs; les comités de lecture font la sélection des textes uniquement par listes de diffusion interposées -autrement dit sans se rencontrer -jusqu’au forum de discussion qui est le vecteur d’échanges littéraires importants moins formalisés, et presque en marge de la revue elle-même. En se concentrant sur l’organisation interne du processus éditorial, on comprend à quel point l’élaboration de chaque numéro génère une intense correspondance réticulaire, ainsi que des échanges importants de textes, d’articles, d’œuvres qui sont rationalisés par la création de trois listes de diffusion thématiques et internes16 Mais, en même temps, les membres d’Ecrits...vains ? ont tissé des liens en dehors des réseaux (Printemps des poètes, Salon du livre, Salon de la revue, etc.) et la communauté a développé un partenariat avec la LibrairieGalerie Racine17 qui prend diverses formes : à la suite d’un concours de poésie organisé dans le cadre du Printemps des poètes, la publication papier des textes du recueil Visages en 2000 et la publication du recueil Éros en poésie en 2001 ont été l’occasion de rencontres entre les auteurs de la Librairie-Galerie Racine et des auteurs publiés par Ecrits...vains (. Récemment, un projet de publication trimestrielle des meilleures pages de la revue a vu le jour. N’oublions pas non plus les liens forts qu’entretiennent plusieurs des acteurs du site avec le monde de l’édition imprimée.

65Il en va de même pour E-critures, quoique dans un contexte différent. E-critures n’a jamais eu a priori pour objectif la publication imprimée. Bien au contraire, les auteurs d’E-critures revendiquent une littérature hors livre, une littérature non imprimable dont la lecture se déroule uniquement sur écran informatique. De plus, la liste de discussion E-critures est orientée vers la communication entre acteurs de « littérature informatique » et cherche à récolter l’écho des pairs; son objectif premier n’est donc pas de se confronter à la critique des intermédiaires éditoriaux traditionnels. Mais, là aussi, des liens forts hors réseau ont été noués : les Mardis numériques ont aidé par exemple Jacques Tramu à bâtir une association autour de son wiki echolaliste18;Les trajectoires personnelles de certains membres d’E-critures contribuent également à nourrir le principe d’hybridation : dans sa présentation, Lucie de Boutiny précise que, dès l’apparition d’Internet en France, elle a utilisé le Web comme un instrument de diffusion de ses nouvelles éditées. Même si, par ailleurs, elle signale que le Web l’intéresse surtout comme un outil de création, elle rappelle aussi que son intérêt croissant pour

« l’émergence de nouvelles littératures électroniques » n’est pas exclusif puisqu’elle continue à publier « en format papier des fictions courtes, une vingtaine au total à ce jour, et N’IMPORTAWAQUE, un roman aux éditions Fleuve Noir ».
(Message du 24 novembre 1999.)

66Nombre d’auteurs mènent ainsi en parallèle des expérimentations liées au support numérique et à ses modes de diffusion et de publication, et une carrière éditoriale bien inscrite dans la tradition imprimée.

Diversité des modèles éditoriaux

67Les trois phases (production, évaluation, publication) que traverse un produit pour se transformer en « œuvre » impliquent une distribution des tâches éditoriales entre un ou des acteurs, une circulation des produits et un espace de diffusion pour les rendre publics. Ce polissage des œuvres par circulation n’est donc pas séparable des cadres sociaux (acteurs et communautés), techniques (dispositifs matériels) ou critiques (théories, arguments) qui fondent la valeur du travail éditorial, et sa relativité. Les différentes manières dont le dispositif E-critures (liste + site) et celui d’Ecrits...vains ? assurent ce type de fonction sur le Web nous permettent de profiler des modèles émergents.

68Le premier constat concerne la pluralité des circulations possibles des textes et des espaces de publication sur le Web. Dans un premier temps, l’ensemble des rouages du processus éditorial classique de sélection des textes apparaît nettement sur ecrits-vains.com. Les textes soumis par les auteurs sont catalogués, anonymisés et redistribués à l’un des deux comités de lecture en fonction de son genre (prose ou poésie). Ils sont lus puis jugés par chacun des membres et font l’objet d’un vote qui détermine la sélection de chaque quinzaine. L’auteur reçoit une réponse globale motivée et émaillée des commentaires que les membres des comités de lecture sont obligés d’émettre sur chaque texte lu. La hiérarchisation de la distribution des tâches autour de la sélection des textes et de l’alimentation des rubriques est significative du caractère centralisé de ce dispositif à emboîtement, chapeauté par un comité de rédaction.

69Cependant, la rubrique « Théma » et un forum viennent apporter un début de diversification à ce schéma traditionnel d’édition. Alimentée par un choix directement opéré par sa responsable Anita Beldiman-Moore, la rubrique propose en effet aux lecteurs de la revue et visiteurs du site l’écriture de textes à partir d’un thème, à un rythme trimestriel. La responsable de la rubrique effectue une sélection parmi les propositions reçues et les publie dans la revue dans le délai d’un à trois mois. Selon un principe éditorial identique à celui des comités de lecture, elle envoie des commentaires précis aux auteurs de textes refusés. Si la rubrique « Théma » constitue une première alternative au processus éditorial classique de soumission aux comités de lecture puisque la sélection est ici réalisée par un chef de rubrique à partir d’un « appel d’offres », la rubrique « Vos textes » du forum en est une seconde.

  • 19 « Atelier d’écriture » à thèmes, « Forum général » orienté plutôt vers des réflexions littéraires, (...)
  • 20 La responsable de la revue précise que « Vos textes » visait au départ à répondre aux attentes de (...)
  • 21 Dénommé Web 2.0 et constitué de logiciels « sociaux » de partage de médias et de ressources.

70Décliné en de multiples rubriques19, le forum n’avait pas pour vocation à l’origine de recevoir des textes poétiques ou littéraires. De fait, cependant, il a été rapidement et massivement investi par un public de lecteurs et de participants soucieux d’obtenir un écho immédiat de sa production, obligeant les responsables à créer une nouvelle rubrique destinée à les recueillir20 Cette possibilité pour les acteurs d’Ecrits...vains ? de faire connaître leurs textes sur le forum, sans filtre ni sélection d’un tiers, et d’en recevoir des commentaires en provenance de leurs pairs est significative de l’orientation actuelle prise actuellement par le Web21 Nous pouvons assimiler ces pratiques à de l’édition, dans la mesure où le texte proposé peut subir des modifications destinées à son amélioration; cependant, nous ne pouvons pas l’assimiler à de la « publication » puisque aucune mise en forme spécifique n’intervient à ce stade.

Tableau 5. Répartition des messages postés sur les rubriques du forum d’ecrits-vains.com jusqu’en 2005.

71L’originalité du dispositif que constitue ecrits-vains.com réside dans la gestion diversifiée de ses espaces de publication. Il faut noter encore une fois que ces différences correspondent à des pratiques et à des demandes différentes de la part des auteurs, mais que l’ensemble du dispositif éditorial, qui inclut donc la revue et le site, demeure bien encadré.

72Dans le dispositif distribué d’E-critures, on a du mal, en revanche, à saisir un cadre éditorial unique que se seraient donné les e-crituriens. En effet, les trajets possibles d’édition et de publication y sont multiples et hétérogènes, remettant même en question les pratiques éditoriales classiques. Un auteur peut demander à faire référencer ses « œuvres » sur le site e-critures.org sans être inscrit sur la liste de discussion : un membre du comité de lecture peut (in)valider cette action sans avoir besoin de le justifier ni à l’auteur ni aux autres membres. De la même manière, un inscrit de la liste peut provoquer une discussion sur une de ses œuvres sans avoir été « labellisé » par le site web.

73La raison essentielle pour laquelle il n’existe pas de lieu commun de publication tient au fait que pratiquement tous les membres d’E-critures ont choisi l’autopublication; les acteurs d’E-critures possèdent leurs propres espaces individuels ou collectifs de monstration d’œuvres, à la différence des acteurs d’Ecrits...vains ?

74La quête d’une forme éditoriale stable chez les e-crituriens marque cependant fortement les échanges entre les membres de la communauté sur la liste de discussion, et les projets ont été nombreux, non pour rassembler uniquement des productions, mais pour leur construire un cadre d’où elles font « collection » :

« Que représente E-critures ?
1 – Un collectif informel ? Auquel cas il est difficile de l’envisager comme interlocuteur.
2 – Un collectif qui se dit informel mais est malgré tout représenté par quelques personnes ? Auquel cas les cartes sont biaisées et l’adhésion devient loin d’être évidente.
3 – Un collectif qui s’assume ? Auquel cas il n’attend rien des autres et il ne compte que sur lui-même pour avancer. Personnellement, je pense que cette liste doit rester dans la première catégorie, aussi il me semble important que le modérateur change régulièrement (disons chaque année) et que cette liste ne soit affiliée à aucun site. En revanche, le site E-critures gagnerait à passer dans la troisième catégorie »
(Message du 7 octobre 2002.)

75Cette remarque d’Éric Sérandour dans un fil de messages concernant la refonte du site web d’E-critures illustre le principe de cette quête d’une forme d’organisation entre les acteurs de la communauté sur laquelle pourraient s’adosser des pratiques, considérées d’emblée comme hétérogènes. L’option adoptée d’un « collectif informel » sauvegarde, certes, un « espace de liberté » assurant une garantie d’égalité dans la distribution de la parole à tous. Mais elle ne constitue par pour autant ce cadre éditorial d’où émergent des productions dont on aura explicité la spécificité, identifié les points communs, assuré théoriquement l’articulation et situé l’originalité parmi les biens culturels disponibles en ligne. C’est pourquoi, plus qu’au rabotage exercé par le circuit éditorial d’Ecrits...vains ?, E-critures renvoie plutôt au principe d’agglomération d’œuvres et de productions dont les points communs semblent se concentrer sur la question du support numérique, malgré une diversité parfois désorientante pour un néophyte.

Faire revue

76Pourtant, les tentatives pour dépasser les simples discussions sur les œuvres et créer un réel outil de promotion reconnu par la sphère culturelle ont été régulières au sein du groupe E-critures. Le « faire revue » s’affirme comme un objectif régulièrement relancé tout au long de l’expérience du groupe et cette volonté qui s’exprime de manière individuelle, quelquefois « à deux » ou « à trois », se laisse observer dès les premiers messages des membres. C’est ainsi qu’à peine le groupe de discussion lancé, Éric Sérandour, le fondateur, lance un « appel à contribution » :

« Appel à contribution. Lit&ratique : autre revue, autre concept. Lit&ratique est une revue de poésie informatique à l’état de projet. Elle envisage l’écran comme une surface de rencontre entre des œuvres traditionnelles non programmées proposées par des poètes ou artistes (vous ?) et un programmeur (moi). Les travaux envoyés pourront être soumis à rude épreuve et ne seront pas tous utilisés. En devenant "ingénieur" de mes propres lectures, je souhaite contribuer au renversement de la notion d’auteur par celle de lecteur averti »
(Message du 11 novembre 1999.)

77Hormis les conséquences théoriques indiscutables de la démarche, on s’aperçoit ici du rôle majeur que peut jouer une sorte d’ingénierie de la transformation de la production littéraire ou artistique, elle-même largement rendue possible (voire suscitée) par les supports numériques (transformation ou œuvre « en mouvement » sous l’angle de l’editing des différentes versions jamais achevées) et la technologie du réseau ouvert (écriture collective, collaborative, distribuée). Éric Sérandour propose ici plus qu’une « simple revue », un « autre concept » en se focalisant sur la (re)programmation des œuvres dites « de surface ».

78Qu’un auteur fonde une revue n’est pas étonnant en soi. C’est souvent même le signe de l’émergence d’un courant, d’un mouvement d’auteurs qui, à un moment donné, se sont regroupés et ont décidé de « faire date » en s’imposant à travers un recueil de formes littéraires ou artistiques et d’éventuels articles critiques, comme mouvement littéraire ou comme avant-garde. Mais l’auteur-éditeur n’hésite pas à indiquer que sa propre lecture des œuvres soumises sera modifiante, en s’inscrivant explicitement dans un courant de« renversement de la notion d’auteur ». L’édition, ici, n’est plus polissage mais re-création, avec tous les dangers que d’autres acteurs de la communauté peuvent lui supposer à titre de ré-appropriation personnelle du produit. Les tentatives de ce type ont été nombreuses : citons Gérard Dalmon qui pousse l’expérience jusqu’à proposer à des tiers de modifier son propre site de poésie en leur communiquant les codes d’accès techniques.

79Mais le principe d’une revue en ligne aux allures de publication plus classique, dédiée aux différentes formes de la « scripture informatique » (selon l’expression de Philippe Bootz) séduit aussi les e-crituriens, dont Xavier Malbreil :

« Ah oui, cela me semble une bonne idée, il faudrait y réfléchir. Ce qui m’aurait aussi paru intéressant, c’est de s’organiser pour donner une périodicité à une partie du site. Faire une partie magazine qui se renouvellerait toutes les x semaines, par exemple. Quoi de mieux pour faire vivre un site que de proposer le numéro du mois, les archives, etc. [...] Un peu comme nos amis québécois de la revue Archée, avec des articles payés, mais peut-être plus orientés vers des problèmes d’esthétique »
Message du 7 juin 2002.)

80Alors que la nouvelle version du site e-critures.org est sur le point d’être mise en ligne, Gérard Dalmon propose de s’occuper d’une revue imprimable, dans un message adressé au comité de lecture :

« L’idée d’une revue “designée” avec du texte, illustration... me séduit beaucoup. Je suggère que cette revue soit en format pdf. Je suis prêt à m’occuper de sa réalisation. Ce serait une revue en ligne qui pourrait être imprimée par le lecteur. La page de couverture remplacerait l’illustration de la section E-critures. Elle serait ainsi toujours visible à un visiteur du site. Le côté gauche de l’écran serait une liste chrono des anciens numéros. Pas besoin de php pour gérer cette liste. Trouvons un titre pour la revue et le contenu du premier numéro »
(Message du 19 novembre 2003.)

  • 22 Portable desktop format, format propriétaire d’Adobe utile aux imprimeurs.

81Cette démarche permettrait d’assurer une certaine régularité de sélection et de diffusion d’œuvres filtrées sur des critères en partie reconnus, d’imprimer une forme fixe de référence (quitte à utiliser le « pdf22 »), de constituer des archives comme mémoire d’un champ de pratiques. Reste à savoir quels cadres éditoriaux se fixeront les acteurs, autrement dit comment initier le processus de soumission des œuvres et organiser des productions dont l’édition devrait manifester les caractères spécifiques et originaux.

82C’est en octobre 2002 qu’est lancé le projet de revue électronique le plus abouti avec « Si loin, si proche » autour d’un appel à création initié par Xavier Malbreil. Les réponses sont nombreuses et hétérogènes tant du point de vue de leur format technique que de leur contenu : images animées, filmées, dispositifs communicationnels d’observation à distance par webcams interposées, sites web, objets informatiques sur CD-Rom. Peu de réponses concernent le seul texte littéraire informatique; celui-ci, lorsqu’il est présent, est hybridé avec d’autres médias. Bien qu’ayant collecté et trié un nombre considérable d’œuvres, l’initiative éditoriale, faute de réglages fins de la structuration du contenu et en raison de la faiblesse d’un « comité de rédaction » bâti dans l’improvisation, tourne court. On peut donc dire que si le projet de « faire revue » a parfaitement fonctionné dans la communauté, le point d’achoppement en a été l’édition. En fait, dans la version d’ecritures.org mise en ligne, un espace « Revue » a subsisté pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un blog dont l’utilisation a rapidement tourné court.

83On peut invoquer de nombreuses raisons pour expliquer cet échec relatif, mais il faut reconnaître qu’ont souvent fait défaut ce temps et cet espace dédiés à l’organisation sociotechnique d’un processus éditorial, fondé notamment sur la délimitation des frontières de l’œuvre et d’un champ de production identifié et reconnu. Ce sont ces cadres, a contrario, qui rendent possible la constitution d’archives comme c’est le cas sur ecrits-vains.com. On peut y consulter un répertoire des auteurs publiés, une « librairie » donnant accès à tous les textes. Ecrits-vains.com met ainsi à la disposition des lecteurs sur une page spéciale l’ensemble des textes parus et des œuvres dans leur intégralité (poésie, nouvelles, romans, théâtre, contes, essais). Éditer des productions, éventuellement « faire revue » régulièrement, suppose que soit rassemblée de façon critique une collection, par intégration raisonnée (par genres, par exemple, comme sur ecrits-vains.com), et qu’elle soit publiée.

84Avec e-critures.org, on est plutôt du côté de la juxtaposition (que de l’intégration), de la diffusion (que de la publication), de l’accès (que de la sélection). Parmi les arguments que l’on peut invoquer pour expliquer cet état de fait, il est indéniable que les pratiques modifiantes des œuvres, effectivement réalisées ou simplement affichées à titre théorique, n’aident pas à inscrire certaines œuvres électroniques dans des cadres à partir desquels on peut les saisir de façon stable, figées en quelque sorte à l’état de produit circonscrit.

85Il est cependant vrai que permettre l’agrégation de ressources en ligne n’est pas « faire collection » – travail qui réclame que soient capitalisés des produits ou des œuvres selon un ou plusieurs points de vue. Et certains e-crituriens ne manquent pas de rappeler sur la liste leurs réticences à voir les œuvres « filtrées » par des évaluateurs, comme ici Xavier Malbreil, de façon très directe :

« Quand on a suivi la trajectoire d’un livre avant l’édition, on pourrait la comparer à une castration, ou un limage d’ongles, jusqu’à faire du guépard un agneau, du bouc un mulet »
« C’est ce qui fait pour moi tout le prix de la littérature sur le Net : parfois elle pue de la gueule, mais au moins elle sent quelque chose ! »
(Message du 24 octobre 2002.)

86La communauté des e-crituriens a donc cherché davantage à construire un ou des lieux d’où saisir l’activité de création qu’à anticiper sur d’autres étapes de l’édition comme l’évaluation (ce qui supposerait l’explicitation de critères difficiles à établir de façon consensuelle) ou la publication (ce qui supposerait un territoire artistique marqué avec ses frontières de genres, par exemple). C’est là tout le projet du site e-critures.org, tel qu’il a été longuement discuté sur la liste de discussion : proposer l’ouverture d’un « espace » sur le réseau pour accueillir des formes variées de production électronique :

« Peut-être vous rappelez-vous qu’en juillet dernier je proposais de mettre rapidement en place un site ouvert à chacun. J’avais sous-estimé le temps que je pourrais consacrer à ce projet. Je viens de terminer de bâtir ce site qui peut donc fonctionner dès aujourd’hui. Ce site a pour vocation de fournir à chacun un lieu de création dont le contenu n’est pas a priori défini. Il n’est donc pas littéraire ou poétique, même si la littérature pourrait y apparaître. C’est au départ un espace vide dont le contenu et la forme changeront en fonction des pratiques de chacun. Ces pratiques ne sont pas statiques, il ne s’agit pas de montrer aux autres son “œuvre”. Au contraire ces pratiques sont interactives : on abandonne un morceau de son “œuvre”, à d’autres d’y œuvrer et ainsi de suite. C’est donc un espace utopique : Un Ouvroir de Liens Potentiels. L’adresse du site est http://www.neogejo.com »
(Message du 21 octobre 2000.)

87Le message de Gérard Dalmon annonce un objectif et résume une philosophie largement partagée par les membres de la liste E-critures : invitation à coloniser un lieu, vide a priori de tout contenu, s’alimentant des pratiques de chacun et des interactions entre tous, hybridant en quelque sorte création et édition, et mêlant dans la même figure auteur et lecteur en pariant sur le développement de relations transversales entre les pairs. La production est d’abord mouvement (aspect non figé), interaction (collective) et sans « contenu défini » (éventuellement littéraire).

88Ce projet original d’édition s’est pourtant transformé au cours du temps avec la deuxième version du site d’E-critures publiée en 2002. Il s’agissait d’un véritable changement d’orientation éditoriale puisque s’offrait à tous la possibilité de s’inscrire dans l’objectif d’autoréférencer des œuvres publiées ou autopubliées par ailleurs. Cependant, bien qu’assujettie à une procédure de filtrage, l’ouverture de cet espace d’auto référencement a provoqué sur le site un afflux de nouveaux « adhérents », qui ne s’inscrivaient pas obligatoirement sur la liste de discussion. Du reste, les œuvres inscrites automatiquement ne sont que très rarement commentées, en tant que telles, par le groupe de discussion. Celui-ci continue de fonctionner selon son principe premier : les auteurs proposent eux-mêmes leurs œuvres à la critique.

89L’indétermination de ce que l’on peut appeler « œuvre électronique » (plastique et/ou littéraire) pèse sur un espace qui n’a pas trouvé ses marques autrement que comme dispositif de regroupement. Bien que ses fonctions soient restées floues et le processus de sélection des œuvres peu explicité (leur référencement peut donc être refusé sans justification), le principe d’œuvres approuvées par un comité de lecture a quasiment disparu.

90Il n’est pas anodin, non plus, de constater la diversité des « courants » auxquels se rattachent les différents animateurs de la liste, dessinant ainsi déjà la diversité du champ de la littérature numérique : Éric Sérandour propose au téléchargement des œuvres-programmes multimédias s’exécutant sur l’ordinateur de ses lecteurs, Xavier Malbreil autoédite des œuvres narratives hypertextuelles lisibles en ligne, Julien d’Abrigeon est un représentant de la poésie sonore dont la pratique informatique vient compléter et transformer les performances publiques, enfin le Net art de BlueScreen consiste à détourner de manière créative les caractéristiques techniques communicationnelles du réseau informatique. De la déstabilisation provoquée par le mélange du code informatique avec la symbolique des images et des textes aux pièces poétiques sonores, s’ouvre un éventail parfois difficile à synthétiser tant l’« œuvre électronique » semble échapper aux définitions explicites, ce qu’auraient manifesté assurément des cadres sociotechniques d’édition élaborés.

Autopublication de « revues »

  • 23 CMS (Content Management System) : système de gestion de contenu.

91Les entretiens ont montré que les auteurs d’Ecrits...vains ? étaient globalement assez peu intéressés par les dispositifs techniques de publication et, bien souvent, n’avaient pas manifesté l’envie d’acquérir la culture informatique nécessaire à la construction d’un site personnel -bien que des dispositifs d’aide à la publication comme les cms23 (auxquels les blogs appartiennent) facilitent actuellement, d’une certaine façon, les procédures. Ils préfèrent en effet découvrir des sites littéraires, intervenir dans des forums et proposer leurs textes à des revues ou à des sites collectifs. « Je ne suis pas un internaute, et je ne pense pas que je le deviendrai », dit cet auteur plusieurs fois publié par Ecrits…vains ? et qui limite son utilisation d’Internet à la visite régulière de certains sites poétiques, à celui du Loto et au courrier électronique. Le besoin de légitimation et de reconnaissance en tant qu’auteur se focalise par conséquent davantage sur l’assentiment des pairs via un processus éditorial que sur des autopublications successives. On retrouve ici encore la persistance d’une culture éditoriale fondée sur le caractère sélectif d’un comité de lecture, l’autopublication électronique favorisant moins la légitimation que la visibilité.

  • 24 Comme les CMS, les blogs ou les wikis.

92Sous le terme « autopublication », nous entendons la mise en forme, par l’auteur individuel ou collectif, d’un contenu (ici multimédia) dans l’espace électronique du Web. Il s’agit donc véritablement d’un modelage technico-communicationnel unique dont l’objectif est double : « faire œuvre » et être diffusé sur le réseau. En cela, produire un contenu sur une plate-forme de publication logicielle24 n’est pas assimilable à de l’autopublication puisque le dispositif est préexistant au texte ou à l’œuvre; il s’agit plutôt d’une sorte d’autoédition.

93La hiérarchisation de l’accès aux espaces de publication caractéristique d’une organisation éditoriale classique s’observe donc sur E-critures de manière différente. En effet, chaque auteur d’E-critures s’autopublie sur un espace indépendant du dispositif de discussion-référencement à partir duquel il va s’exprimer et tenter de faire connaître ses œuvres.

94Ainsi, pour être précis quant à la distribution des rôles chez les acteurs, il faut distinguer entre auteur autopublié, auteur-éditeur et éditeur-auteur, sans oublier l’auteur édité sur papier. Si un auteur autopublié est celui qui fabrique un dispositif de publication seul sur le Web, un auteur-éditeur est celui qui ouvre son espace d’autopublication à d’autres individus ou collectifs, et un éditeur-auteur est celui qui publie une revue dans laquelle il effectue des travaux d’édition (évaluation des textes puis préparation pour la publication) tout en y prenant place en tant qu’auteur. Si l’on prend en compte l’« édition » de l’auteur au sens plus classique, on comprend comment se déclinent différents modèles éditoriaux dont la diversité paraît caractéristique du Web. Il ne s’agit donc plus d’opposer « autoédition » et « édition » mais de les envisager comme les deux pôles extrêmes d’une échelle par où se trouvent institués collectivement les cadres sociaux, techniques et théoriques qui fondent un genre artistique, une pratique reconnaissable et d’où il est alors possible de « faire revue » ou de circonscrire une « collection ».

95Si l’on tient compte du principe d’hybridation de supports imprimés et numériques et de celui de la mixité des modèles éditoriaux, il devient alors possible de rendre plus finement compte de la situation réelle de nombreux acteurs d’E-critures quant aux statuts des projets de « revues » et des pratiques éditoriales (tableau « Types et acteurs des revues »).

Tableau 6. Types et acteurs des revues.

96Il faut ici reconnaître une situation classique du monde littéraire où nombre d’auteurs ont fondé des revues qui sont un moyen pour eux de se regrouper, de construire sur le Web des espaces d’expression mettant en commun des œuvres et des écrits. Un réseau dense et discret de relations par petits groupes se crée, et parfois se recompose au cours du temps. C’est cette dynamique que concrétise un ensemble de projets éditoriaux, plus ou moins pérennes, mais qui constituent autant de « cadres » émergents. Complémentarité imprimé-numérique, diversité des modèles éditoriaux, et maintenant constitution de microréseaux multiples : il se joue donc plus, et autre chose, autour d’e-critures.org qu’un simple principe d’« autoréférencement ». Cela explique, entre autres, le soin apporté à la publication des sites personnels, présentés pour certains comme partie de leur production artistique. Si l’on considère non seulement le site e-critures.org mais aussi le riche réseau de relations entre les différents sites qui y sont rattachés ainsi que leurs acteurs (et le fait, par exemple, qu’ils puissent être partagés à plusieurs), il émerge un contexte ou un environnement qui dépasse le principe d’amalgame d’espaces puisque chacun, à sa façon, se rend visible et accessible aux autres. Et c’est là, peut-être, le rôle essentiel d’e-critures.org : recenser mais aussi rendre sensible sur le Web ce contexte riche de création d’œuvres numériques.

97On ne peut dissimuler par conséquent le contraste entre nos deux sites en termes d’organisation éditoriale, à tel point qu’il peut paraître abusif de parler d’« édition » dans le cas d’e-critures.org tant le principe du site ouvert à l’autoréférencement des œuvres, de l’autopublication des projets ou des auteurs masque le travail d’évaluation se déroulant a posteriori. En effet, lorsque l’œuvre autoréférencée par un auteur inconnu attire l’attention, elle est mentionnée dans les propos des acteurs d’E-critures et la règle adoptée de manière tacite qui structure les messages les plus nombreux repose sur la soumission à la discussion des œuvres autopubliées. On assiste bien à un renversement du modèle d’édition puisqu’il n’est plus question de « filtrer puis publier », mais bien de « publier puis filtrer » et donc de corriger et d’améliorer. Ce modèle de publication est en outre amplifié par la médiatisation exercée par les moteurs d’indexation du Web.

98Cette attitude d’auto publication suppose des actes d’engagement et de médiatisation sur les différents supports de connexion et de communication fournis par le réseau. Ainsi, des auteurs comme Julien d’Abrigeon soulignent la nécessité pour les auteurs autopubliés en ligne de s’engager dans des sites collectifs où ils auront plus de chances de se faire connaître ou re-connaître :

« Mais le pb reste le même que ds l’édition... un site perso-perso est aussi visible ou presque (proportionnellement) qu’une autoédition... d’où l’importance des sites collectifs comme E-critures... »
(Message du Il janvier 2003.)

99La liste de discussion a également servi de tremplin pour la constitution de « sous-groupes » qui deviennent rapidement des groupes à part entière, comme Transitoire observable ou Tapinblabla, dont l’activité ressemble à celle de mouvements artistiques. Lannonce de la création de Transitoire observable a lieu sur la liste elle-même, dans un message de Philippe Bootz :

« Alexandre, Tibor et moi sommes en train de mettre en place un nouveau “groupe” avant-ou-pas-garde, de réflexion-production, expérimental-ou-pas, enfin quelque-chose qui se veut un pavé dans la marre consensuelle. Notre position consiste à affirmer que la littérature électronique n’est pas, fondamentalement, une littérature de l’écran mais avant tout une aventure (ou un ensemble de démarches) programmatique littéraire dont le statut remet profondément en cause la notion d’objet textuel héritée des siècles passés. [...] Le nom du groupe n’est pas définitivement arrêté. Il tourne pour l’heure autour de l’expression “transitoire observable” »
(Message du 11 janvier 2003.)

100Tapinblabla est de la même façon annoncée à E-critures par son promoteur, Julien d’Abrigeon :

« J’ai lancé une autre liste de discussion, sur la poésie contemporaine en général : Tapinblabla. Si ça en intéresse certains tout est expliqué dans la section “Contacts” de Tapin (on est déjà 60 dont pas mal de poètes présents sur Tapin ... dont une vieille connaissance d’E-critures...) »
(Message du 2 juin 2003.)

101Le Web n’échappe donc pas aux principes de l’organisation éditoriale comme dispositif sociotechnique : il a une forme, et pas seulement technique et/ou de « contenu ». S’il peut ainsi apparaître dans un premier temps comme un espace massivement « ouvert » aux pratiques de diffusion, il se révèle aussi comme un vaste atelier de construction, de comparaison et de discussion autour des œuvres, susceptible en outre d’abriter de nombreux modèles éditoriaux. On pourrait aussi parler d’un « environnement éditorial », tant cette diversité semble aussi à l’œuvre dans d’autres domaines (comme l’édition scientifique, par exemple). Considérer le Web comme un « atelier éditorial » permet alors d’interpréter l’histoire de la liste et du site E-critures autrement que comme un échec à faire émerger une véritable édition d’œuvres numériques, et à y voir plutôt un champ expérimental riche de projets éditoriaux. Aboutis ou non, pérennes ou non, ils auront constitué la vie du groupe à bien des égards.

Positions et trajectoires d’auteurs

102Cheville ouvrière des deux dispositifs, l’acteur qui justifie l’existence d’E-critures et d’Ecrits...vains ? est bien l’auteur à de multiples degrés : un auteur réticulaire qui distribue sa responsabilité entre la fabrication des créations, leur présentation, leur justification et leur circulation.

103Comment par ces deux dispositifs passe-t-on de l’état de scripteur à celui d’auteur ? Rappelons que la fonction auteur telle qu’elle perdure aujourd’hui, focalisée sur l’individu, apparaît avec l’édition imprimée au xviiie siècle. Elle reste indissociable des techniques de reproduction et de diffusion des œuvres, tout en se diversifiant selon les catégories de discours, de textes et de types de production. Mais qu’en est-il lorsque cette production est publiée sur support électronique ? Nous admettrons qu’un auteur appartenant à ces galaxies littéraires -qui ne s’identifie pas systématiquement comme écrivain ou artiste -revendique en tout cas une production esthétique comme étant celle d’une création dont le caractère sémiotique est à même de varier (création textuelle, iconique, sonore, etc.).

  • 25 [Foucault, 1994]

104Nous chercherons ici à déterminer l’influence du mode de publication choisi et le rôle des dispositifs technico-communicationnels dans la construction identitaire de l’auteur et sa reconnaissance. La fonction auctoriale sera abordée du point de vue de la construction individuelle du créateur en tant qu’auteur, de son positionnement au sein d’une famille d’appartenance et des influences que subit en retour sa production. Car, comme le soulignait Michel Foucault25, la fonction auteur c’est aussi le traitement que l’on fait subir au texte, la série d’opérations spécifiques et complexes qui va produire l’œuvre ou le texte; et c’est cette spécificité de l’écriture sur support électronique qui est justement revendiquée par E-critures. Par ailleurs, la fonction auteur ne renvoie pas simplement à un individu réel, à l’attribution d’un texte à un individu, mais à la fragmentation de son identité en plusieurs ego, plusieurs positions-sujets qui peuvent évoluer au sein d’une vie ou d’une œuvre. Et cette scission entre auteur réel et figures imaginées prend sur le réseau une tonalité particulière.

« Devenir auteur »

105Dans le cas d’Ecrits...vains ?, le processus d’amélioration d’un texte (qui peut passer par une publication sur le forum, ou dans la rubrique « Théma ») conduit celui-ci à une forme stabilisée et publiée dans une des rubriques du site. C’est précisément ce choix de publication par l’éditeur qui fabrique ici l’auteur en tant qu’acteur majeur de la fonction éditoriale. Reconnu par le système comme une de ses parties susceptibles de contribuer à renforcer le « faire autorité » de la fonction éditoriale, le scripteur devenu auteur peut être appelé à rejoindre les comités de lecture « prose » et « poésie » d’Ecrits...vains ?

106Qu’est-ce qui différencie un acteur d’E-critures d’un acteur d’Ecrits...vains ? dans le parcours qui le mènera à sa reconnaissance en tant qu’auteur au sein de sa communauté ? Nous avons vu qu’une première réponse se trouvait dans le dispositif éditorial mis en place par Ecrits...vains ?, qui s’oppose à la profusion de sites de publication personnelle des membres d’E-critures. Cette différence nous permet de faire la distinction entre deux fonctions différentes attribuées aux dispositifs : tandis que les premiers cherchent un lectorat par l’intermédiaire d’un processus de sélection des textes, les seconds ont pour objectif de s’insérer dans une communauté de pratiques, un réseau de créateurs, un cercle d’initiés à la littérature numérique.

107Les premiers seront donc attentifs aux processus d’édition leur permettant d’améliorer des textes, tandis que les seconds seront exigeants quant aux prises de position théoriques sur les œuvres, la visibilité des créations publiées sur le Web, leur lisibilité, leur maniabilité et leur « jouabilité ». Les premiers auront tendance à privilégier les soins apportés au texte linguistique, tandis que les seconds accorderont la préférence aux formes technico-communicationnelles prises par l’inscription du texte sur les supports numériques.

108Dans le cas du groupe de discussion E-critures, un créateur qui se présente aux autres membres peut se positionner de deux façons différentes : soit en proposant un travail de création de façon à se faire reconnaître par le groupe (« devenir auteur »), soit en affirmant une position d’auteur déjà instituée dans un autre cadre (« faire autorité »). On peut ainsi distinguer l’auteur se construisant à l’aide du groupe de discussion de l’auteur venant renforcer son autorité.

109Ainsi, Nicolas Baudouin propose aux e-crituriens de découvrir son travail :

« Ayant récemment rejoint votre groupe, je me permets de me présenter en vous présentant mon travail sur le site http://perso.wanadoo.fr/​nicolas.baudouin »
(Message du 7 mai 2005.)

110D’autres, à l’inverse, reconnus par ailleurs, viennent sur la liste pour signaler leurs propres revues en ligne :

« Postillons est une revue perpétuelle numérique qui soutient les formes courtes et incisives : brèves, aphorismes, poèmes, miettes, friandises conceptuelles, injonctions, micro-manifestes, mini-entretiens, nano-essais, post-it expérimentaux, collages et citations, etc., guidée par une exigence d’originalité, de qualité et d’impertinence »
(Message de Benoît Pereira Da Silva du 17 octobre 2003.)

111Ils peuvent également chercher à faire valoir leurs démarches ainsi que leurs positions artistiques et théoriques, traduisant leur « autorité » au sein de l’espace de la création numérique et littéraire :

« Il faut à l’auteur un peu plus de générosité à l’égard de son lecteur, que celle qui consiste à dire “j’ai travaillé le texte, et voilà où est ma légitimité, et si vous ne comprenez pas que vous devez vous limiter à cette approche superficielle, c’est que vous êtes idiot”. Je crois qu’il faut en finir avec cette vision archaïque qui ne représente plus rien du tout dans le domaine des e-critures et du Net art »
(Message de Claire Garcia du 26 janvier 2004.)

Nouvelles figures d’auteurs

112Devenir auteur sur E-critures, c’est se reconnaître dans des pratiques d’écriture spécifiques. L’étude des premiers messages de la liste montre que les auteurs proviennent en majorité de la nébuleuse poétique mais qu’ils ont souvent quitté les pratiques « papier » pour s’exercer sur d’autres médias : voix de la poésie sonore, présence corporelle de la poésie performance, poésie vidéo et poésie visuelle. L’animation du texte, rendue possible par la programmation informatique, contribue au fait que, depuis plus de vingt ans, des auteurs revendiquent une pratique poétique de l’informatique. Même si celle-ci n’est pas toujours consciente, comme le signale Annie Abrahams :

« J’ai commencé à travailler sur le Web il y a deux ans. Ce sont des poètes anglophones (Miekal And, Ted Warner, Reiner Strasser) qui m’ont fait comprendre que ce que je faisais était considéré comme de la poésie visuelle »
(Message du 17 novembre 1999.)

113Philippe Bootz rappelle volontiers qu’il programmait « à la main » ses textes, et ce bien avant l’arrivée du micro-ordinateur :

« Je réalise des textes programmes depuis 1978 (à titre de comparaison, l’invention du pc date de 1981) mais j’ai également réalisé des textes visuels et des installations, notamment avec lasers. Certaines d’entre elles l’ont été avec Jean-Marie Durey, compagnon de création depuis longtemps. Ma rencontre avec Tibor Papp en 1987 a permis de fédérer les auteurs (à l’exception de Claude Faure) qui venaient de réaliser les premiers poèmes sonores ou visuels sur ordinateur au sein de laire : Tibor Papp, Frederic Develay, Durey, Claude Maillard et moi-même. Cette équipe a créé alire en 1989. J’ai programmé beaucoup de choses dans la revue (en ce qui concerne le standard pc) et j’en suis l’éditeur (dans le cadre de “Mots Voir”) depuis 1994 »
(Message du 20 novembre 1999.)

  • 26 Cf. la composition de la liste E-critures en annexe.

114On voit ainsi émerger une nouvelle figure d’auteur, celle de l’auteur-programmeur doté de compétences qui ne sont pas celles attendues traditionnellement d’un écrivain. Le travail de programmation exige en effet des qualités spécifiques et, s’il faut se garder de conclure qu’il est réservé aux férus de logique, il faut cependant constater que les premiers à créer et à s’emparer d’E-critures sont issus des sciences : Annie Abrahams est docteur en biologie, Philippe Bootz est agrégé de physique et docteur sur les lasers, Gérard Dalmon est ingénieur-chimiste et informaticien, Éric Sérandour est programmeur26 Ce dernier explique :

  • 27 Une vision de la littérature informatique de « a » « h » et au-delà, texte déposé sur le site e-cr (...)

« Mon travail consiste à construire des systèmes autonomes à l’aide d’algorithmes, ou encore à implémenter des poèmes automates. Jusqu’à un niveau très fin de perception, mon recours au hasard vise essentiellement à introduire du bruit au sein d’un processus qui se manifeste de manière visuelle ou sonore : à une logique combinatoire s’adjoint une gestion du flux informationnel jusqu’à s’y substituer parfois entièrement27 »

  • 28 Est considéré traditionnellement comme auteur celui qui « augmente » qualitativement et quantitati (...)

115Le fait de programmer une œuvre consiste à mettre au point des règles qui vont conditionner l’émergence, la durée de vie et le comportement à l’écran de textes, d’images, d’éléments sonores s’agençant en une séquence qui peut faire sens et donc œuvre pour un lecteur donné. Ce travail spécifique entremêlant code et texte entraîne un déplacement de la notion d’augmentation28 vers le support informatique. Le modelage informatique de communication de l’œuvre en brouille les frontières : où commence l’œuvre, où se termine-t-elle, quels sont les repères qui lui donnent une forme ? Par ailleurs, alors que l’auteur explore ces nouveaux territoires, il lui arrive quelquefois de quitter le sien propre lorsqu’il abandonne ses responsabilités quant à la qualité du contenu produit. En renvoyant l’interprétation du texte à la subjectivité du lecteur dont les interférences sont à même de modifier des textes « machines », l’auteur masque ses intentions, déplace son rôle et cède un peu sa place, il n’est plus totalement « à l’origine de ».

116On remarque donc que cette écriture spécifique fait apparaître de nouvelles figures d’auteurs s’éloignant des modèles « classiques » par la nature des œuvres produites, les procédés d’écriture employés et les compétences mises en œuvre.

Autopublication et autoritativité

117Avec ces nouvelles figures d’auteurs apparaissent également des pratiques d’autopublication. Au sens strict, l’autopublication désigne la mise à disposition publique d’une œuvre au moyen d’un dispositif de publication fabriqué par l’auteur lui-même. Dans un sens plus large [Chartron et Rebillard, 2004], l’autopublication peut être définie comme la « mise en forme d’un contenu préalablement sélectionné, en vue de sa diffusion collective », faisant appel à l’autoproduction (création du contenu, mise en page), à l’autosélection (évaluation du contenu, anticipation sur sa pertinence pour autrui) ou encore à l’autodiffusion (mise en ligne, référencement, etc.).

118Se lancer dans l’autopublication pour les acteurs d’Ecrits...vains ? (une petite minorité) et ceux d’E-critures (une large majorité), c’est aussi accepter de se passer d’intermédiaire pour recevoir les louanges et les critiques, justifiées ou non, des lecteurs. Loin d’être une position confortable, cette attitude entraîne une prise de risque, une surexposition que l’auteur à la recherche de contacts directs doit apprendre à gérer. En choisissant de ne pas se laisser enfermer par des critères de collections, de public-cible, de dépendance à l’égard de réseaux de distribution, les auteurs rejettent volontairement l’écran protecteur qu’assure l’autorité de l’éditeur. Ce peut être aussi le résultat de conduites créatrices singulières.

119Lorsque l’auteur s’autopublie, c’est-à-dire lorsqu’il choisit de mettre en forme lui-même le résultat final de son œuvre directement accessible par le lecteur, son travail se diversifie et empiète sur d’autres domaines. Pourtant, si le dispositif technique de communication est une notion centrale dans la création littéraire numérique, l’auteur n’est pas toujours tenu de le créer, instrumentalisant alors le « déjà-là » technique. C’est ainsi que David Christoffel s’est servi du courrier électronique pour faire parvenir chaque semaine à E-critures des « lettres-œuvres » qui se composent de textes en partie générés informatiquement :

« J’aime beaucoup l’idée qu’un texte ait les “signes internes” d’un texte “littéraire”, c’est proprement absurde, j’aime beaucoup et moins le fait que ce soit absurde que ce le soit bien proprement. Vous le dites, c’est un texte et comme je vous l’ai fait parvenir, vous avez bien compris que ce n’est pas seulement une lettre »
(Message du 15 novembre 2003.)

  • 29 [Broudoux, 2003]
  • 30 Si le terme« autoritativité » a une acception anglaise commune (authoritative), son emploi en fran (...)

120Ces pratiques créatives résultant de dispositions acquises à s’affirmer auteur en dehors des autorités établies ont été nommées pratiques « autoritatives29 », ce qui nous permet de distinguer l’auteur« traditionnel », qui cherche à s’inscrire dans un dispositif éditorial classique pratiquant le filtrage en amont de la chose publiée, de l’auteur « autoritatif », qui s’autopublie et construit lui-même les conditions de sa reconnaissance dans l’univers électronique. L’autoritativité30 est donc une modalité de l’auctorialité, une forme du « devenir auteur » qui concerne non seulement les phases de conception, mais aussi celles de la légitimation du travail accompli.

121Le Web, en tant que système ouvert à la publication protéiforme, constitue précisément une matrice sociotechnique autoritative car ce sont les caractéristiques du support technique qui fournissent aux auteurs d’E-critures le prétexte à la création. En l’absence de canons stabilisateurs partagés, chaque e-criturien prenant pied sur le Web produit un espace de publication unique qui ne ressemble qu’à son auteur. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles la tentative d’écrire dans un blog a tourné court pour les e-crituriens. Investir un espace de publication préformaté comme le blog suppose de s’inscrire dans une relation auteur-lecteur précise, via le commentaire. Il faut noter du reste que l’appropriation du blog par les e-crituriens a consisté à en détourner les propriétés, à fixer leurs propres règles d’écriture sans se soucier de son genre éditorial porté par la rencontre du billet et l’automatisme de la chronologie inversée.

122L’autoritativité en ligne est donc une forme du « devenir auteur » qui rend publiques des œuvres sans passer par l’assentiment des instances traditionnelles de référence. Elle n’hésite pas non plus à défaire tout formatage technique ressenti comme enfermant ou à en détourner la fonction communicationnelle.

123Nous retiendrons trois notions engagées par l’autoritativité : celle de production (des pratiques créatrices sont hors cadre et les instances traditionnelles de référence ne peuvent plus les légitimer), celle d’autopublication (l’auteur construisant lui-même son dispositif [interface graphique paratextuelle] de présentation d’œuvres) et celle du filtrage a posteriori (l’auteur choisit de rendre publiques des œuvres en cours de création et s’appuie sur la critique de ses pairs pour les améliorer).

Visibilité et gestion des traces

124Gravitant autour d’Ecrits...vains ? ou d’autres revues électroniques littéraires, se trouvent des figures d’auteurs autoritatifs. Penchons-nous sur un exemple se situant à la croisée d’une tradition éditoriale traditionnelle et d’un régime original de présence sur le réseau.

125Jean-Michel Niger, qui intervient de temps à autre comme critique sur Ecrits...vains ? dans la rubrique « Littérature étrangère », a également collaboré à La Page blanche. Féru de poésie, il a découvert le monde littéraire électronique parce qu’il était à la recherche de revues en ligne, « avec l’idée éventuellement de lire et de publier des textes ». C’est ainsi qu’il s’est mis à consulter régulièrement des revues comme La Page blanche, Pages libres, Pleut-il ?, Inventaire-invention, ou des listes de discussion comme Francopolis ou Dégaine ta rime. Pour diffuser ses poèmes, Jean-Michel Niger a trouvé une alternative à la construction d’un site personnel en utilisant plusieurs types de dispositifs électroniques (sites personnels d’amis, revues littéraires, listes de discussion). Par ailleurs, afin de « sortir la poésie de son ghetto en utilisant le multimédia », cet auteur a développé avec Éric Bertomeu31 un format original de poésie qui s’appuie sur la complémentarité entre des animations d’image et de texte et une lecture audio des poèmes. Jean-Michel Niger propose ainsi des enregistrements audio de ses propres textes, lus par une amie rencontrée sur le forum d’Ecrits...vains ? Il envoie régulièrement à des proches des poèmes, sous différents formats (texte, son), via une liste de diffusion personnelle. La figure d’auteur qui émerge de la trajectoire individuelle de Jean-Michel Niger, entre édition papier et multiplication des formats et des canaux de diffusion sur le Web, est complexe. Elle montre bien néanmoins que ces auteurs perçoivent comme nécessairement complémentaires le relais informationnel et éditorial que constituent aussi bien les revues électroniques que les forums de discussion, et une publication par une grande maison d’édition.

126Le « devenir auteur » a pour première condition une certaine visibilité. Derrière le recours à différents formats et canaux de publication, on retrouve cette question de la visibilité chez les auteurs numériques. Sur le Web, elle passe par une gestion du référencement des œuvres et des traces, volontaires ou involontaires, laissées dans l’espace électronique.

  • 32 [Kleinberg, 1998] Cf. lexique en annexe.
  • 33 [Beaudoin, 2002]

127L’observation de la dernière version du site web d’E-critures fait apparaître l’absence de rubrique « Liens », de sorte que ce site de référencement se positionne d’emblée comme authority32 vers laquelle les autres sites doivent pointer. Il fait office d’instance de légitimation des œuvres liées de près ou de loin à la littérature numérique. Néanmoins, la rubrique « Membres », comme il a été mentionné ci-avant, fonctionne comme une sorte de hub qui se construit grâce aux liens posés par les usagers vers leurs propres sites (contrairement au travail d’édition de Nina Siget sur Ecrits...vains ?). On a donc bien là une gestion des traces par l’instrumentation du collectif que l’on retrouve dans nos deux dispositifs. Les moyens de visibilité sur le Web sont donc multiples, mais ressortissent tous à un processus de circulation de traces, de commentaires et de gloses. Accéder au statut d’auteur sur le réseau, c’est en effet être cité, comme le souligne Valérie Beaudouin33 :

« S’il est aisé d’écrire, il est difficile d’être entendu dans un espace électronique. L’enjeu devient alors d’être référencé par des sources anonymes comme les moteurs de recherche ou les annuaires et par le réseau des pairs. Accéder au statut d’auteur, c’est être cité sur le réseau. [...] Dans ces sociétés d’auteurs, la circulation des commentaires, qui passe par les échanges interpersonnels, les rubriques de liens vers des sites ou les pages de commentaires, permet de s’orienter au sein de l’ensemble des productions. »

128En fait, la grande majorité de ces auteurs bataillent difficilement pour une reconnaissance, une visibilité dans l’univers saturé des productions culturelles industrialisées. Face à ce silence médiatique, il leur reste ... Google. Les e-crituriens utilisent de façon continue ce moteur de recherche pour vérifier leur autoréférencement sur le Web et leur position sur l’échelle du « genre numérique ». Ici, BlueScreen :

« J’ouvre juste une petite parenthèse pour signaler que je me suis fait inexplicablement (enfin presque) virer de Google la semaine dernière. En effet, alors que j’ai arrêté ce genre d’expérimentation depuis qq temps, et que cela fait plus d’un an que je suis entre la deuxième et la quatrième position pour les requêtes “net art” et “art net”, j’ai découvert il y’a qq jours que je n’y figure absolument plus (même pas en l0e page)… »
(Message du 23 novembre 2004.)

  • 34 Pour une première approche des problèmes liés aux moteurs de recherche, voir les débats sur « Les (...)

129Le problème pointé par BlueScreen apparaît comme récurrent pour nombre de responsables de site qui ne parviennent pas à maintenir une visibilité stable sur le réseau. Au-delà, cet exemple décrit bien l’ambivalence liée aux moteurs de recherche, lesquels peuvent tantôt être instrumentés par des collectifs de sites actifs dans le but de modifier l’ordre des réponses proposées, tantôt rester totalement opaques dans leur fonctionnement et dans leur mode d’indexation de pages web34

130Lorsqu’il s’agit de créer le site web d’E-critures, Philippe Castellin rappelle la nécessité d’une discussion collective au sujet de l’intitulé du site, de ses métadonnées et de son adresse, en vue de son indexation par les moteurs. Maîtriser la « raison sociale » du groupe de discussion E-critures ouvrant son espace de publication est donc d’un intérêt majeur pour les e-crituriens, qui ont compris très tôt les enjeux médiatiques du Web :

« Ceci dit j’en profite également pour dire à Gérard Dalmon que je suis enchanté de son initiative qui rejoint absolument certaines de mes propositions et pratiques et fantasmes de toujours (cf. notamment les derniers échanges sur cette liste) -quant à la question de l’implantation du site, elle est simplement liée à la disponibilité du fai (le mien aussi serait d’accord). Par contre il est à mes yeux absolument impératif que l’intitulé, les metas et l’adresse soient collectivement décidés, sinon d’emblée les dés sont pipés. Ça coûte 500 francs l’achat d’un nom de domaine… » (Message du 21 octobre 2000.)

131Dès lors, l’enjeu réside, pour les auteurs d’E-critures comme pour ceux d’Ecrits...vains ?, dans la recherche d’une visibilité dans l’espace électronique, à travers un régime de traces et de présence sur différents canaux. On observe en effet que les écrits de nombre d’auteurs sont publiés sur plusieurs types de dispositifs : sites personnels, sites littéraires (revues, webzines), sites collectifs (rassemblant les productions de différents auteurs) ou encore forums, autant de relais littéraires et de signes du « devenir auteur ».

132Si le devenir auteur sur Internet passe, comme nous l’avons vu, par un régime de visibilité et par un jeu de renvois de liens hypertextuels, de circulation de gloses et de commentaires, les exemples d’auteurs « autoritatifs » soulignent la densité des réseaux de sociabilité qui émergent du Web et s’agrègent autour de revues, de listes de discussion et de sites personnels. La diversité des pratiques de lecture, d’écriture et de communication sur le Web au service de la littérature contribue, dans le même sens que l’éparpillement des textes et les citations multiples, à construire la figure de l’auteur. Soulignons enfin que cette construction est intertextuelle par les renvois, les échos qui se répondent d’un dispositif à l’autre, d’une revue à l’autre. Chacun de ces énoncés polyphoniques (interventions dans des espaces de discussion, articles critiques, sites personnels, publications dans des revues) contribue enfin à construire une figure d’auteur en mouvement.

Constructions et déconstructions identitaires

133L’enquête a d’autre part montré que, autant sur Ecrits...vains ? que sur E-critures, les auteurs s’autopubliant de manière individuelle sur le Web agissent aussi, de fait, dans des espaces collectifs pour se faire reconnaître et partager avec d’autres des espaces de discussion et de publication électroniques. Par exemple, le poète e-criturien Philippe Boisnard a créé une œuvre participative poétiK-politik35 dont l’enjeu était de « créer peu à peu une carte poétiko-électorale de la parole politique non soumise aux pouvoirs hégémoniques médiatiques » ; cette œuvre a rassemblé une dizaine de contributions en images fixes et animées ainsi qu’en poésie sonore sur le thème des élections régionales de mars 2004.

  • 36 Auteur du site 0ml.com.

134Cette intrication du collectif dans les actes individuels des e-crituriens se laisse observer dès la constitution du groupe E-critures, au moment où ses membres ressentent le besoin de partager le même espace et créent l’œuvre collective WC Field toujours référencée sur e-critures.org. ridée d’un site qui serait une œuvre collective est reprise par Xavier Malbreip36 qui lui attribue alors un auteur imaginaire :

« … Et le site-faussaire, y avez-vous pensé ?
Une chose que j’aimerais bien faire, c’est une œuvre collective qui inventerait un auteur fictif.
Plusieurs intervenants prenant en charge chacun une partie de cette construction, pour produire une trajectoire unique dont l’auteur serait purement imaginaire.
Cela recouperait une des caractéristiques du Web qui est ce flou autour de l’identification. (sauf à l’observer! !) »
(Message du 16 octobre 2000.)

135Il est possible d’interpréter cet auteur collectif anonyme comme emblématique d’un univers à venir où les places d’auteurs et de lecteurs seraient redéfinies par leur participation.

136Mais participer suppose aussi de se positionner au sein d’un collectif en adoptant différentes postures, voire, de manière de plus en plus fréquente, de porter un masque. L’auteur étant une personne autonome qui assume la responsabilité de ses actes devant elle-même et devant autrui, le « devenir auteur » est bâti autour de jeux sur les manifestations autoritatives de soi, autant de conduites indiquant une instabilité subjective caractéristique de la construction de l’auteur.

137Par exemple, la possibilité pour les membres du groupe Yahoo ! de gérer plusieurs adresses électroniques et le fait d’appartenir à un cercle d’initiés vont provoquer des complicités dans les multi-inscriptions d’un même membre sous des pseudos différents.

  • 37 http://davidstill.org
  • 38 On peut même dire que les pratiques d’anonymisation sur le réseau sont de plus en plus fréquentes.

138C’est ainsi qu’un mystérieux intervenant sur la liste E-critures, David Still37, proposait aux e-crituriens le 23 juin 2002 d’utiliser son identité pour envoyer des courriers électroniques rendus anonymes. Le procédé d’anonymisation n’est certes pas nouveau sur le Web : certains sites s’en sont fait une spécialité38 En envoyant des messages à partir de formulaires installés sur de tels sites, le rédacteur de mails est assuré de ne laisser aucune trace visible de son identité au destinataire du message.

« De toute façon, ce que fait Madre en infiltrant la liste de cette manière-là, tout le monde peut le faire, c’est pas sorcier… Allez voir sur le site par vous-même ! Il a pas inventé la net.poudre, notre cher Frédéric. Et il veut vous faire croire que c’est lui qui tire les ficelles de David Still... Allons donc! »
(Message du 23 juin 2002.)

139Mais David Still fait œuvre, au sens où ce personnage de fiction qui prête son masque à tout internaute a pris la place de son auteur dans ses actions de représentation (nominé au concours des Webby Awards de 200339).

140Dans la fiction-réseau de David Still, ce qui est problématique, c’est la sortie définitive d’un personnage fictionnel de l’espace traditionnel du récit. Délivré des marges des pages-écran, celui-ci va conduire des actions médiatiques sur d’autres espaces de communication, élargissant ainsi son terrain d’action. Cette déconstruction est indicatrice de la complexité identitaire plus que jamais à l’œuvre sur les réseaux. De même l’artiste Mouchetté40, éternelle adolescente de 14 ans, est en fait une œuvre anonyme façonnée à plusieurs mains. Mais alors que Mouchette produit des œuvres de Web art, David Still se fait le prisonnier volontaire de jeux de faux électroniques.

141La possibilité d’user de masques dans les échanges électroniques est devenue triviale; n’importe qui pouvant se faire passer pour quelqu’un d’autre, n’importe qui peut également endosser une identité illusoire. Les jeux identitaires se sont donc démultipliés sans cependant influencer de façon durable le contenu des messages de la liste E-critures.

142Le dispositif autorise en effet une certaine « latitude identitaire » liée au médium – l’écriture sur support numérique –, à la nature de la communication qu’il met en place – à distance, asynchrone – et à la « sémiotisation de toute pratique qu’il impose, muant toujours, à quelque degré, le corps en ses indices -ses symptômes – en icônes et symboles41 ». On observe ainsi des jeux de masques et de dévoilement, les internautes s’amusant parfois à démasquer tel ou tel habitué du forum dont ils ont découvert la double identité. Ainsi en est-il de cet internaute, très fidèle du forum d’Ecrits...vains ? et de celui lié au site de Benoît Duteurtre42, qui dit ne pas avoir démenti les suppositions de ceux qui, sur ce forum, l’avaient pris pour l’écrivain : « Le jeu des masques est, à certains égards, un moyen de reprendre la main sur le dispositif et de s’y réinscrire à partir de ce que l’on veut paraître, de ce qu’on veut bien montrer »

143L’identité réticulaire est le fruit d’une combinaison savante de codes sociaux ainsi que d’une poétique des signes médiatisée par la technique. Certes, l’identité des internautes est métonymique, car sur Internet l’écrit est la personne et, ajoutons, la personne n’est que ce qu’elle écrit. Mais la profusion des pseudos et les jeux incessants des auteurs dans leurs présentations indiquent que les frontières délimitant l’identité se dilatent et que se construisent des identités de réseau pouvant être dissociées de la vie réelle des individus.

Construction d’une critique

144Alors que nous avons précédemment décrit la structuration globale des dispositifs et les modes d’organisation qu’ils recouvrent, la pluralité des circulations possibles des textes et le positionnement des auteurs au sein des chaines éditoriales, c’est aux modalités et aux critères d’évaluation sollicités par les différentes instances éditoriales que nous nous attacherons ici. Des types différents d’organisation se jouent dans les principes (théoriques, techniques, sociaux) qui guident la formalisation d’un espace de production, d’évaluation et de diffusion faisant passer le produit au statut d’« œuvre ». À l’amélioration progressive des textes publiés par la revue Ecrits...vains ? s’opposent les principes d’autopublication et d’agglutination des œuvres qui règlent la vie du dispositif E-critures. Là encore, l’auteur « autoritatif » peut ajouter à son profil celui de critique lorsqu’il adopte tour à tour les rôles d’éditeur de revue, de critique, de journaliste ou d’attaché de presse, dans ses discussions et ses actes autour de la vie des œuvres.

145La distinction des espaces sociotechniques et des étapes du circuit éditorial que recouvrent E-critures et Ecrits...vains ? est essentielle à la compréhension des modalités de la critique en termes de critères d’évaluation, d’acteurs, et d’interactions entre les dispositifs.

Principes externes de la soumission des œuvres

« Auteurs, vous êtes invités à envoyer un choix de vos textes, trois nouvelles au maximum à la fois (chacune longue d’au maximum 10 pages format Times New Roman taille 10 ou équivalent) à l’adresse indiquée »
(Consigne donnée sur ecrits-vains.com.)

146Les productions littéraires adressées à la revue Ecrits...vains ?, ainsi mises au format, entament leur parcours éditorial dans un circuit bien huilé. Avant toute évaluation critique quant à la « qualité » d’une œuvre, le rôle des comités de lecture d’Ecrits...vains ?, et plus généralement de tous les filtrages éditoriaux, est d’abord de rappeler les règles qui doivent gouverner l’exercice de production et de soumission des œuvres. La pratique littéraire, à titre d’astreinte personnelle, suppose un effort sur soi visant la mise au format des productions. Pourtant, les fautes d’orthographe, les incohérences, ou encore l’aspect encore trop « brouillon » de certains textes stigmatisés par les évaluateurs montrent que les auteurs ne songent pas assez à la mauvaise impression que peut produire un texte inachevé. La soumission suppose donc elle aussi une « révision » et il est expressément demandé aux « auteurs » de s’autodiscipliner. Les principes d’une soumission régulée s’étendent donc jusqu’à ses cadres techniques qui doivent manifester, par eux-mêmes, les choix réalisés par les producteurs.

  • 43 Il est aussi responsable de la rubrique « Les revues en revue ».
  • 44 Notons, en filigrane dans le discours de la responsable de la revue, la pression exercée par les a (...)

147Michel Ostertag, l’un des membres du comité de lecture poésie d’Ecrits...vains ?, fait à cet égard le même constat que Jean-Pierre Lesieur43, qui dirige la revue de poésie trimestrielle (papier) Comme en poésie. Tous deux déplorent la tendance des auteurs, quel que soit le support de la revue, à envoyer un paquet de textes sans sélection préalable, voire à n’indiquer que l’adresse de leur site personnel-dans le cas des revues électroniques. Selon eux, il serait plus profitable aux auteurs d’opérer un choix réfléchi et préalable dans leurs textes avant de les envoyer aux comités de lecture, d’une part parce que cette étape leur permettrait de proposer des textes plus aboutis, et d’autre part parce que ce processus s’inscrirait davantage dans une réelle démarche éditoriale. En ce sens, on n’est pas surpris de constater que l’injonction aux auteurs de n’envoyer qu’un choix de textes apparaisse comme un leitmotiv de la lettre bimensuelle d’Ecrits…vains ? En février 2003, elle indique : « Ne nous adressez pas de recueil (trop long) mais plutôt un à trois textes -parfois plus si vous ne pouvez vous en empêcher -, ne nous proposez pas l’adresse de votre site afin que nous y sélectionnions vos meilleures productions : nous sommes un comité de lecture et non pas des chasseurs de te(x)tes », et en janvier 2005, le ton est identique : « Surtout n’envoyez pas l’adresse de votre site en nous invitant à aller à la pêche : nous manquons de temps et le tri parmi ses œuvres est un exercice fort salutaire pour un auteur en herbe (tout comme pour les confirmés d’ailleurs), c’est une occasion en or pour se relire44 » Bien qu’Ecrits...vains ? soit une revue électronique, les usages du Web comme médium technique sont aussi eux-mêmes sujets à discipline éditoriale.

148On le voit, la sélection éditoriale commence avant tout par une autosélection, autrement dit par le respect de cadres dont on s’est imprégné soi-même (tant et si bien qu’ils peuvent apparaître « naturels »).

149L’étape d’évaluation des œuvres manifeste là encore avec acuité les différences qui peuvent caractériser les deux communautés et qui concernent au premier chef la chaîne éditoriale. Du côté d’Ecrit...vains ?, les cadres du « texte » s’imposent aux acteurs, lequel est formaté par la tradition de l’imprimé et poli par les référents génériques. Une certaine idée de la littérature est manifestement à l’œuvre sur Ecrit...vains ? et l’on perçoit combien la fonction éditoriale joue un rôle clé en articulant le pôle de la création et celui de la diffusion, à l’image d’un dispositif efficient de légitimation de l’auteur comme de l’œuvre, mais aussi des instances qui, finalement, les gouvernent tous les deux. Parler de« poésie » comme de « prose » – puisque ce sont les termes qui différencient les deux comités de lecture –, c’est déjà évidemment borner l’exercice de production à des cadres et des traditions historiques précis, sans compter qu’Ecrits...vains ? impose aussi ses règles propres. Le parcours de filtrage analysé précédemment repose sur des critères reconnus ou, du moins, partagés implicitement par l’ensemble des acteurs. À observer la stabilité des cadres qui régulent l’évaluation des œuvres sur Ecrits…vains  ?, il faut toutefois convenir que du côté d’E-critures, la procédure critique ne s’est pas réellement dotée de formes ou d’institutions pérennes. Dans le prolongement du dispositif distribué d’E-critures et de l’éclatement de son cadre éditorial-que nous avons décrit précédemment –, le processus d’évaluation (ses instances ainsi que ses critères) y apparaît moins stable et volontiers discuté.

150A priori, l’évaluation dépend d’une appréciation subjective et relative de l’examinateur et, à cet égard, Ecrits…vains ? assume, voire revendique la subjectivité de ses publications; celle-ci affleure dans l’éditorial qui apparaît comme une synthèse de l’activité critique réalisée par les membres des comités de lecture. Le « mot de l’équipe » conforte donc à la fois la nature subjective de toute lecture – fût-elle critique – et la dimension collective des critères d’évaluation qui encadrent la chaîne éditoriale. Seuil de chaque nouveau numéro de la revue, l’éditorial présente les sélections et cite précisément chacun des membres des comités. On peut observer que le lecteur y prend parfois le pas sur le critique. Par exemple, le tri se fait « très à fleur de peau », explique l’un des membres du comité poésie; il faut que le texte plaise immédiatement, « ça passe ou ça casse », ajoute ce dernier; « fauk’ça m’plaise », dit un autre tout en précisant :

  • 45 Extrait d’un questionnaire par mail.

« J’aime les textes qui disent beaucoup, et fortement, avec peu de mots. Qui émeuvent. Font rire. Ou pleurer. Qui troublent. J’aime les styles bien dégraissés et que le petit mot qui bouleverse surgisse au bon moment... tellement exact et précis qu’on ne l’oubliera jamais45… »

151La subjectivité des choix de chaque évaluateur est également perceptible dans les discussions internes par lesquelles l’ensemble du comité de lecture détermine les textes à publier. Comme le souligne un membre du comité poésie :

  • 46 Ibid.

« Je pense que nous sommes de milieux intellectuels fort divers. Je suis prêt à parier que la plupart des autres membres ne partagent pas du tout mes goûts littéraires. À titre d’exemple, une dame qui fait partie comme moi du comité poésie rejette systématiquement tout texte en prose au motif que ce n’est “pas un poème”. Ce sont souvent ces textes-là que je trouve les plus réussis46… »

  • 47 Ibid.

152Mais, ajoute-t-il, « ... la seule chose que nous ayons en commun, c’est l’amour de la bonne écriture47 ». De sorte que si les membres des comités de lecture viennent d’horizons géographiques et intellectuels divers, ils ont tous en commun ce que certains appellent la « passion de la lecture », et parfois celle de l’« écriture ». Et lorsque l’un d’entre eux défend un texte contre l’ensemble du comité, alors celui-ci est publié séparément dans la rubrique « Coup de cœur » de la revue. La plupart du temps donc, les membres des comités s’entendent tacitement :

  • 48 Ibid.

« [...] pour la sélection de septembre, sur 46 textes, 3 ont été notés entre 3 et 5 par tous les membres du comité [...], sans concertation préalable. De même, lorsqu’un texte est noté 0 par un membre, il n’arrive jamais qu’un autre lui mette une bonne note48 »

  • 49 Ibid.

153Une certaine homogénéité semble donc régler l’évaluation fixant les cadres stylistiques des œuvres, en prose comme en poésie. « D’un certain point de vue, il y a une ligne éditoriale en négatif : une ligne jaune de la médiocrité, en deçà de laquelle un texte est impubliable49 ! », dit ce membre du comité de lecture prose.

154Ce caractère partagé, et parfois implicite, des critères d’évaluation provient en partie de la tradition des pratiques littéraires liées à l’imprimé, à ses genres et à ses auteurs de référence. Les « conseils » donnés aux candidats à la publication par les membres des comités de lecture sont ainsi nombreux et révèlent la prégnance des référents littéraires et d’une culture commune.

« À tel qui écrit des poèmes en prose trop plats rythmiquement mais avec une certaine audace dans les images, je conseillerai Aloysius Bertrand et les poèmes en prose de Huysmans, par exemple. À tel autre qui maltraite l’alexandrin sans en avoir conscience mais laisse entrevoir quelques dons, je suggérerai de (re)lire Les Fleurs du mal. Je me risque même à des conseils plus osés : Bonnefoy, Jaccottet, Lionel Ray... Quand il n’y a rien à sauver (ce qui arrive souvent), je fais les remarques formelles qui s’imposent mais sans conseils de lecture »

155Cet héritage assure donc au dispositif collectif ses rouages essentiels et une homogénéité dans la conception du travail de lecture comme d’écriture.

156La pérennité des modèles critiques et de la ligne éditoriale de la revue est d’une certaine manière assurée par une politique d’ouverture à l’égard de son public. L’équipe rédactionnelle n’est jamais fermée ni figée : certains lecteurs sont devenus responsables de rubriques après avoir proposé un ou deux articles (chroniques, critiques littéraires...). De même on peut apercevoir le cheminement de certains acteurs entrés au comité de lecture après avoir été eux-mêmes « auteurs » et évalués par leurs pairs, reconduisant ainsi les cadres stables des pratiques par-delà le passage ou la « rotation » des membres. Cette « plasticité » organisationnelle des comités de lecture ou plus largement de l’équipe rédactionnelle, ouverts à l’intégration d’acteurs émérites, s’observe bien entendu ailleurs sur le Web littéraire. Par exemple, Isabelle Aveline la fondatrice de Zazieweb50, a rapidement occupé, outre son travail rédactionnel initial, un r6le de médiation auprès des internautes. Nombre de lecteurs de Zazieweb contribuent à actualiser le site, fournissent des comptes rendus d’ouvrages, des informations sur l’actualité littéraire, etc.

  • 51 [Ghitalla et alii, 2004]
  • 52 [Chartron et Rebillard, 2004]

157Pour autant, le rôle de l’éditeur n’est pas remis en question dans la mesure où toutes les contributions sont évaluées et éventuellement modérées, toujours dans les mêmes cadres éditoriaux stables. C’est aussi ce caractère qui assure à Ecrits...vains ? sa réussite sur le Web car le site, la communauté et ses pratiques réglées offrent un contexte d’activité identifié par le public sensible à la création littéraire. Dans un milieu comme le Web où règne souvent pour les usagers une incertitude irréductible liée à la navigation hypertexte51, Ecrits...vains ? constitue un pôle « lisible » d’activité et d’organisation des contenus. Adossée à ces cadres sociotechniques hérités, la communauté peut ainsi occuper le réseau tout en restant sensible aux possibilités de réaménagement des modèles antérieurs. C’est ce que montreraient aisément, entre autres, la proximité avec le public permise par le principe du forum ouvert, l’accès en ligne aux contenus édités, la distribution des procédures de soumission des œuvres en ligne, etc. C’est ce caractère à la fois traditionnel et renouvelé du processus éditorial sur le réseau qu’ont souligné Ghislaine Chartron et Franck Rebillard : celui-ci « n’est donc pas fondamentalement transformé, mais aménagé en ce sens que le public intervient davantage dans la production de contenu, médiée par le site fédératif52 ».

158On aurait bien des difficultés à trouver du côté d’E-critures l’équivalent du processus d’évaluation des « œuvres » organisé et argumenté tel qu’il est pratiqué par Ecrits...vains ? Cette différence tient aux spécificités éditoriales du site, que nous avons déjà évoquées, à l’activité des membres qui y sont inscrits et aux pratiques d’auto publication, préalables à toute procédure critique sur la liste E-critures. L’évaluation des œuvres représente pourtant un élément clé pour comprendre l’originalité de la démarche associée à l’histoire de la liste puis du site e-critures.org et, au-delà, au r6le que joue le Web pour un groupe d’acteurs qui tente d’y développer une autre forme de socialité à travers ses pratiques artistiques. Ce n’est en effet qu’après l’autopublication de ses premières versions que l’œuvre numérique est évaluée par un processus engageant la discussion (via la liste) et l’expérimentation (via les accès proposés par le site ou les liens associés aux messages), et aussi largement partagée via le réseau. Tout, dans les données recueillies, montre que l’on a affaire d’abord à un laboratoire en ligne, laboratoire technique (tester et repérer des formats techniques spécifiques), théorique (comment justifier et éclairer les pratiques), social (comment s’organiser, y compris pour « éditer »), voire axiologique (sur quelles valeurs s’appuie cette forme éventuelle d’art). Selon un processus semblable aux tests d’utilisation de logiciels par les utilisateurs, les œuvres sont adaptées, corrigées, améliorées ou remises en forme par leurs auteurs en fonction des retours des membres de la liste. Chaque œuvre peut donc se nourrir des réflexions du groupe et même s’ouvrir à des contributions, comme ici pour Annie Abrahams :

« Bonjour à tous
Je prépare un travail
SolitudeS
http://www.bram.org/​solitude/​index.php
je vous demande de le tester, oui, comme pour AttentionS
je ne vous cache pas que j’aimerais bien aussi l’alimenter avec vos paroles,
avant de le mettre en ligne pour de bon
merci d’avance pour vos paroles et remarques (même sur des trucs comme police illisible, etc.) »
(Message du 22 octobre 2004.)

159Contrairement à l’évaluation esthétique qui prévaut dans la chaîne éditoriale d’Ecrits...vains ?, c’est bien l’aspect technique qui retient en premier lieu l’attention des acteurs de la liste E-critures :

« J’ai fait le parcours proposé par Annie, et tout a bien fonctionné. [...]
Les images se chargent avec un temps correct (adsl 1 000 k) et elles restent avec un temps suffisant »
(Message de Patrick-Henri Burgaud du 26 janvier 2004.)

160Le premier critère d’évaluation d’une œuvre numérique mobilise donc son opérabilité et son ergonomie, la dimension technique et fonctionnelle de l’œuvre faisant dès lors office de filtre liminaire. Les échanges de la liste portent par conséquent massivement sur les formes techniques des œuvres, du côté de leur efficience « mécanique » (un lien fonctionne-t-il correctement ? La séquence programmée se déroule-t-elle bien ?) comme dans leurs rapports multiples et féconds avec le « contenu » (poétique, narratif, linguistique, conceptuel). Par exemple, lorsqu’un auteur comme e-troubadour marco annonce la mise en ligne d’un nouveau travail sur son site, il attend qu’on lui signale « les erreurs éventuelles, les configs qui ne passeraient pas, les choses qui pourraient être améliorées » ; c’est un véritable débogage collectif qui se déroule alors, où chacun donne des indications sur le déroulement de sa lecture. Ici, la critique adressée par Lucie de Boutiny concerne un choix technique :

« Je me souviens que pour découvrir des liens secrets, ma rouerie féminine me faisait soulever des écrans, c’est-à-dire ouvrir du petit doigt (clic droit) le code source, ce qui me permettait de copier-coller les liens cachés de la source vers la barre adresse. Le php a tout gâché »
(Message du 30 mai 2002.)

161À ce titre, la naissance du collectif E-critures sur une liste de diffusion paraît symptomatique. Il va sans dire que le principe du groupe de discussion ainsi mobilisé et soucieux de recenser les pratiques, les auteurs et les œuvres s’accorde aussi, en parallèle, avec le sentiment chez certains d’appartenir à une communauté limitée et sélective d’innovateurs.

162Parfois, les échanges peuvent prendre un caractère franchement polémique. Ainsi, le fil intitulé « un outil de plus » lancé par Dahu, qui vient de mettre au point un « système d’écriture de dialogues interactifs », reçoit un accueil mitigé et va provoquer une discussion s’étalant sur 57 messages :

« Bien... En dehors de la remarquable indigence du résultat et du panier de coquilles que représente ce tissu de niaiseries, en quoi c’est “amusant”, et mieux que quoi que ce soit ? C’est censé nous faire régresser jusqu’à quel seuil, exactement, dans l’art de broder un dialogue ? »
(Message du Lièvre de Mars -lldm -du 18 octobre 2002.)

  • 53 Jeu informatique en deux dimensions imitant le principe du ping-pong où le joueur déplace une barr (...)

163On le voit, le dispositif E-critures doit d’abord être considéré comme un lieu d’expérimentation technique, mais la portée théorique des échanges apparaît récurrente dans la discussion collective. Les auteurs et les acteurs de la liste cherchent ainsi souvent à éprouver l’originalité d’une démarche, à borner les frontières d’une pratique (est-elle encore « littéraire » ?), à spécifier des critères d’évaluation. Il ne s’agit donc pas seulement d’un atelier de débogage mais aussi, dans le même mouvement, d’un laboratoire d’où émergent de nombreuses questions sur l’appareil critique dont doit se doter la communauté pour affirmer son existence et se situer dans un paysage littéraire moderne rendu plus complexe et incertain avec l’arrivée des technologies numériques. Dans un message de présentation de l’œuvre Q.Q.A.3, jeu de« pong53 conversationnel » dans lequel le lecteur joueur fait défiler des mots selon un principe en deux temps, Xavier Malbreil traduit bien l’hésitation interprétative à donner à ce qui peut apparaître comme du technico-littéraire :

« Pour revenir sur le pong dialogique, http://lucdall.free.fr/​disposit/​qqa3.html, l’idée intéressante là-dedans, c’est que le texte soit difficile à lire, quand on s’astreint à faire la partie de pong tout en lisant le texte. Il y a une tentation toujours de quitter l’un pour aller à l’autre, et l’appétit de lire est maintenu en éveil par ce jeu d’aller-retour où l’on perdra certainement quelque chose quand on prendra une décision. La déception intervient quand on se rend compte que lâcher la partie n’a aucune incidence sur la lecture et sur le déroulement de l’œuvre »
(Message du 25 octobre 2004.)

164Les discussions techniques portent bien souvent le débat des acteurs de la liste E-critures vers la théorisation de leur pratique et des œuvres qu’ils soumettent à la critique des membres. Avant de construire un « public », ou même un processus éditorial organisé hiérarchiquement, il s’agit de coconstruire les cadres sociotechniques des pratiques et l’appareil argumentatif qui les légitiment. À ce stade, c’est tout l’intérêt d’une liste de discussion qui permet d’articuler transversalement les interactions entre les membres cooptés de la communauté et de lier les messages à des productions par des liens hypertextes.

Modalités de la critique dans les deux dispositifs

165Compte tenu des procédures d’évaluation et de circulation des œuvres évoquées précédemment, tributaires de l’héritage du texte et d’une chaîne éditoriale classique, on ne sera pas surpris de constater que la critique s’effectue, sur Ecrits…vains ?, en référence à une tradition littéraire éprouvée. Mais, là encore, il convient de nuancer notre propos en soulignant que la multiplication des espaces de publication que le dispositif propose recouvre des lieux, des acteurs, et par conséquent des modalités différentes de la critique. De même, il serait hâtif de ne conclure qu’au caractère inédit ou subversif des formes et des thèmes d’une posture critique dédiée à la littérature numérique. Si celle-ci recherche des cadres qui restent pour le moment parcellaires et qui tiennent à la nature émergente du champ que la littérature numérique balise, conformément à l’esprit de la liste E-critures, ses acteurs tentent néanmoins -mais non sans contradictions internes -de se donner une grille de lecture commune propre à la littérature numérique. Pour autant, là encore, la prégnance d’une culture imprimée commune s’impose en dernière instance pour évaluer une œuvre qui suscite la polémique et les passions.

166Sur Ecrit…vains ?, la critique littéraire s’effectue selon diverses formes rédactionnelles et par différents acteurs :

  • dans les pages de la revue : une critique littéraire des parutions récentes, par des chroniqueurs attitrés ;
  • au sein des comités de lecture dans le cadre des sélections bimensuelles : une critique argumentée qui, pour être parfois subjective, n’en réfère pas moins aux canons littéraires ;
  • dans l’atelier d’écriture, par Jean Barbé : une posture critique individuelle et à but pédagogique ;
  • dans la rubrique « Théma », par sa responsable, Anita Beldiman Moore : une critique là aussi individuelle et subjective mais argumentée, appliquée à un exercice de style ;
  • sur le forum de discussion, par les membres : une critique immédiate et directe de textes inédits.

167Les modalités formelles de la critique découlent du statut des textes soumis à évaluation, ainsi que du support technique et éditorial qui les accueille. Par exemple, avec les romans publiés par l’édition imprimée qui font l’objet de chroniques dans les pages de la revue, la critique s’apparente au modèle journalistique et littéraire de l’exercice. A contrario, la critique qui prévaut dans la rubrique « Vos textes », réalisée par les acteurs du forum -auteurs et lecteurs les uns des autres pour la plupart –, est nettement plus spontanée et directe du fait de la régularité des échanges qui lient les participants.

168La critique sur Ecrits...vains ? est par conséquent modulée entre deux types d’acteurs : d’une part, ceux qui ressortissent à l’instance éditoriale du site et de la revue et, d’autre part, ceux qui constituent un public de pairs (lecteurs-auteurs). Dans les deux cas toutefois, au-delà du plaisir d’être lu, la critique est, pour les auteurs, un vecteur de reconnaissance et de motivation. Quel que soit l’espace sociotechnique investi (revue, site, forum), les évaluateurs s’appuient sur une culture littéraire et théorique qui tient lieu de référent dès lors qu’il s’agit de formuler un jugement sur un texte.

169Louverture de nos deux dispositifs, E-critures et Ecrits...vains ? à un public divers, invité à participer aux comités de rédaction et aux échanges électroniques, influe nécessairement sur les types de critiques qui y sont faites. De l’un à l’autre, mais surtout sur E-critures, on retrouve les trois familles de critiques distinguées par Albert Thibaudet [Thibaudet, 1939]. La liste de diffusion accueillant en effet des auteurs, mais aussi des journalistes et des universitaires, on relève aisément des traces de critique académique, journalistique et d’auteur dans les messages échangés. Ces trois types s’alimentent mutuellement sur la liste, mais le mélange n’est pas sans poser parfois des problèmes, certains malentendus naissant de la confrontation de critiques ne se situant pas sur le même plan.

  • 54 Association pour la promotion de l’écriture et la lecture sur support électronique, http://www.ape (...)

170La littérature numérique souffre d’un déficit de légitimité, notamment parce que la constitution d’une critique qui pourrait la promouvoir tarde à se dessiner; on constate néanmoins sur la liste des tentatives pour faire émerger une critique spécifique à l’écriture numérique. Contrairement à Ecrits…vains ? dont nous avons souligné la prégnance des formes classiques sur l’instrument critique et dont le discours n’en renouvelle aucunement les formes, la liste E-critures joue le r6le d’un laboratoire pour la construction d’une critique propre à la création numérique dans lequel les critères d’évaluation des œuvres sont discutés collectivement. Par exemple, si l’attachement au texte se lit en filigrane de certaines critiques sur la liste, la qualité des textes ne constitue pas un critère d’évaluation en soi. C’est dans ce cadre que l’on peut situer l’initiative de Bruno Courtet, membre d’E-critures et fondateur de l’apelse54, qui lance sur la liste un jeu-concours (« Testez vos talents de chroniqueur multimédia ») dont l’objet est la rédaction d’un article critique sur une œuvre de création numérique.

171Il est pourtant symptomatique que les critiques -au sens journalistique du terme -présents sur E-critures participent assez peu au débat sur la liste. C’est le cas de Marlène Duretz, responsable d’une chronique sur l’Internet littéraire au Monde, qui, bien que peu active sur la liste, est néanmoins attentive à ce qui s’y joue et signe notamment « Marlène, un œil qui vous veut du bien… » (message du 18 octobre 2001). Mais, au fond, que l’activité de veille prenne le pas sur la posture critique reflète l’idée que le domaine de la littérature numérique éprouve des difficultés à se constituer, en dépit des efforts et de l’intense production artistique et théorique de certains membres de la liste. Pour autant, les commentaires de ces articles du Monde que les autres membres font sur E-critures mettent en exergue une boucle de rétroaction entre le débat interne sur la liste et l’exposition extérieure donnée par les articles critiques. Les débats en ligne nourrissent la critique journalistique, et cette dernière relance en retour les échanges. On a pu observer un processus similaire concernant le travail de la critique d’art numérique Annick Bureaud, plus active55 sur la liste que Marlène Duretz : la réflexion terminologique (sur les termes « multimédia », « interactivité », « interface » ...) qu’elle a publiée sur le site olats.org56 a été longuement commentée par les membres de la liste E-critures. On perçoit donc le rôle stratégique -sinon de levier – que peut jouer la critique dans la définition d’un champ d’œuvre, d’acteurs et de pratiques.

172Il faut bien constater cependant l’hétérogénéité des critères qui sont convoqués par les acteurs d’E-critures. Certains arguments viennent de la littérature (analyse stylistique, narratologique, thématique), tandis que d’autres sont exogènes (critères techniques, modes d’action, intersémiotisation des médias) et s’apparentent plus au monde de la création numérique et multimédia. Partant, la spécificité de la critique qui se déploie sur la liste E-critures tient à la récurrence de certains critères qui, hormis ceux relatifs à la « forme », ne sont jamais invoqués par les acteurs d’Ecrits-vains ?.

173Après l’évaluation technique qui constitue, ainsi que nous l’avons vu, le premier filtre critique, le critère sémiotique est généralement le deuxième à être mentionné : s’agit-il d’une œuvre faisant intervenir plusieurs formes sémiotiques (texte, image, son, vidéo), d’une œuvre multimédia ? Comment fonctionne l’intersémiotisation des médias, autrement dit comment ces formes sémiotiques font-elles signe et sens ensemble ? E-troubadour marco répond dans le mail ci-dessous à une question de la bibliothécaire et e-criturienne Marie Lissart :

« Comment s’opère la validation des œuvres ?
pour coller aux termes “littérature numérique” : [...]
– c’est numérique si l’œuvre anime le texte ou le sertit d’autres médias [...] néanmoins, je préférerais toujours mettre en avant les œuvres :
– mindhacking (cf.http://e-troubadourz.org/​marco/​teknoosterr/​teknoosterr.htm)
– interactives
– originales – lettrisme et rhyzomes bienvenus [...]
(Message d’e-troubadour marco du 11 décembre 2004.)

174Vient ensuite le critère de l’interactivité : quels modes d’action sont proposés au lecteur ?

« Ce qui change – non pas un progrès, mais une mutation technique – c’est que maintenant nous devons agir aussi sur l’écran pour générer notre lecture »
(Message de Patrick-Henri Burgaud du 23 février 2002.)

« En tant que lecteur (explorateur) d’œuvres sur ordinateur, je supporte difficilement que l’œuvre une fois lancée me dénie tout pouvoir d’agir dessus, ne serait-ce qu’en cliquant sur un lien pour retrouver le sommaire, pour me diriger, etc. Cela me donne l’impression de regarder la télé, mais une télé plus petite, plus moche, moins performante... [...] Pour moi, ce qui fait la spécificité des œuvres produites sur ordinateur, c’est :
1 – d’y rester, car il n’est pas honteux d’y être ;

2 – d’être interactives. »
(Message de Xavier Malbreil du 4 novembre 2002.)

175Ce n’est en général que dans un troisième temps que les commentateurs font appel à des critères plus traditionnels de l’analyse littéraire, tels que des critères formels et stylistiques. Certains s’attachent ainsi à mettre en valeur le « travail de la forme » qui passe en l’occurrence par un détournement à visée esthétique de programmes logiciels ou informatiques :

« Ce travail de la forme, qui s’accomplit collectivement, autant sous la poussée des avancées techniques que grâce aux créateurs qui s’emparent d’outils que personne ne leur destinait – tel logiciel conçu pour gérer des bases de données et permettre de remplir des bons de commande devenant l’instrument d’un jeu littéraire inédit, tel autre prévu pour animer des images de pin-up servant à dévoiler le sens caché d’un mot – nous conduira vers quelque chose que nous ne faisons qu’entrevoir. Une stylistique nouvelle va naître. Les uns peuvent déjà en observer les prémices. Les autres en expérimenter les pièges, en découvrir les joies »
(Message de Xavier Malbreil du 19 février 2002.)

  • 57 Titre de son message du 4 octobre 2003.

176Loin de vouloir s’en tenir à une démarche de définition des œuvres par un écart formel ou à une pétition de principe, certains acteurs de la liste, tel Luc Dall’Armellina, voient dans ce travail d’appropriation artistique et ces motifs formels les prémices d’une « nouvelle esthétique57 ». Déceler des critères esthétiques propres à l’e-criture, c’est en effet pointer du doigt sa spécificité, et dans le même temps favoriser son autonomisation à l’égard de l’écriture sur papier. Car c’est bien au service d’une nouvelle esthétique que sont placées les analyses formelles, rhétoriques et stylistiques sur la liste E-critures. Les commentaires des œuvres sont souvent sous-tendus par un discours de prospective :

« Mais est-ce que ce sont des figures de style ? Est-ce que l’on pourrait écrire l’équivalent du Traité des Tropes de Du Marsais ? »
(Message de Xavier Malbreil du 3 mai 2002.)

177De même, la volonté de jeter les bases d’une esthétique nouvelle et le jeu d’appropriation formel et technique des formes ne se suffisent pas à eux-mêmes et ne souffrent pas l’absence de contenu intellectuel ou idéologique :

« Qui donne de la valeur à la forme littéraire placera vraisemblablement une poésie lyrique au-dessus d’une poésie didactique, et un roman symbolique au-dessus d’un roman à thèse. Mais qui insiste pour que l’œuvre d’art ait un contenu humain jugera sans doute que l’art pour l’art, ou l’art “pur”, ou la littérature sous contraintes (Oulipo), inférieurs à une œuvre dense du point de vue de l’expérience qu’elle renferme » [Compagnon, 1998]

178Cette tension est perceptible sur la liste E-critures, et certains e-crituriens tentent de la résoudre en mettant en avant un critère thématique pour décider de la valeur d’une œuvre. Celle-ci doit non seulement délivrer un message, souvent politique, mais aussi être appréciée comme une action. Ainsi le poète Philippe Boisnard souligne la portée politique de son travail :

« Je fais depuis un mois une spam-hacktion sur le Net, autour du politique, et ceci avec le même protocole que war-z et Passage à tabac »
(Message de Philippe Boisnard du 25 mars 2004.)

179Certains voudraient voir en effet un lien étroit entre idéologie politique et littérature numérique. Jean Clément rappelle que ce lien a existé pour la littérature hypertextuelle :

« L’hypertexte, en effet, est d’abord apparu comme une tentative de déconstruction du texte, comme une libération des contraintes et des artifices de la rhétorique classique subordonnée à la linéarité du discours. Dans la culture américaine qui l’a vu naître, il a accompagné le mouvement libertaire et servi d’étendard à une contestation de l’ordre littéraire établi. Dans ce contexte, le lien est apparu comme la délégation au lecteur d’une partie des pouvoirs de l’auteur. La désorganisation du discours linéaire ouvrait la voie à un transfert des privilèges de l’énonciation vers le lecteur » [Clément, 2003]

180Dans le souci constant de constituer une grille de lecture propre aux formes et aux supports de la littérature numérique, les e-crituriens en viennent ainsi à privilégier le dispositif plutôt que l’œuvre, même si « deux grands courants » s’expriment, selon Philippe Bootz, sur la liste : « des démarches axées sur le dispositif de communication et des démarches axées sur le seul produit figé » (message du 22 mars 2003). De même que ce dernier accorde implicitement plus de crédit et de valeur aux démarches axées sur le dispositif, Luc Dall’Armellina suggère la primauté du dispositif sur l’œuvre :

« L’œuvre est encore pleine de l’aura (supposée) d’un auteur, d’une vision de l’auteur romantique et inspiré. On peut avoir la nostalgie de cette vision mais le monde a changé au point où il devient difficile même aux “spécialistes” de faire le repérage des frontières de l’art et des technologies »
(Message de Luc Dall’Armellina du 5 septembre 2003.)

181Les échanges d’ordre critique qui prennent place sur la liste E-critures montrent ainsi le recours à des critères qui s’inspirent d’une tradition esthétique héritée, mais qui font par ailleurs intervenir des critères technico-sémiotiques nouveaux – en particulier liés au fonctionnement de l’œuvre. Au contraire d’Ecrits...vains ?, la critique d’œuvres numériques mobilise des référents et des critères en phase d’émergence. Aussi les jugements liés à l’esthétique d’une œuvre prennent-ils souvent sur la liste une coloration théorique et passionnée sur les formes et les enjeux d’un champ d’œuvres, de pratiques et de modèles théoriques en cours de constitution.

Qu’est-ce qu’une « bonne » œuvre, un « bon » auteur ?

182À partir de ces critères, on peut se demander comment une valeur est attribuée à une œuvre. Autrement dit, comment les acteurs d’E-critures et d’Ecrits...vains ? distinguent-ils les bonnes œuvres et les bons auteurs ? Mais qu’est-ce qu’une bonne œuvre ? Nelson Goodman avance que

  • 58 [Goodman, 1984]

« nous devons distinguer très nettement [...] la question "Qu’est-ce que l’art ?" et la question “Qu’est-ce que le bon art ?”. Si nous commençons par définir ce qu’est une œuvre d’art en termes de ce qu’est le bon art, nous sommes définitivement perdus. Car, malheureusement, la plupart des œuvres d’art sont mauvaises58 ».

183Pourtant, affirmer que « la plupart des œuvres d’art sont mauvaises », c’est déjà dire quelque chose du bon art, dans une perspective essentialiste. Si la notion de « bon art » n’a pas de pertinence, la notion de « mauvais art » ne devrait pas en avoir non plus. Faisant fi de la mise en garde de Nelson Goodman contre le danger de mélanger la nature d’une œuvre et sa valeur, la question « qu’est-ce que la littérature numérique ? » est souvent identifiée à « qu’est-ce que la bonne littérature numérique ? » sur la liste E-critures. Ainsi, les échanges sur la valeur d’une œuvre prennent facilement sur E-critures une tournure théorique et provoquent des controverses animées -qui ne vont pas sans positionnement stratégique et idéologique -entre les membres : le lien entre théorie et création y apparaît en effet assez étroit, au contraire d’Ecrits...vains ? Dans leur revue en effet, le ton de l’éditorial qui présente la sélection bimensuelle se fait lui aussi parfois prescripteur, reflétant ainsi les critiques qu’ont pu formuler les comités à la lecture des textes qui leur ont été soumis. Mais ces commentaires théoriques demeurent volontiers l’apanage des comités de lecture, là où les acteurs de la liste E-critures sont nombreux à s’impliquer dans les débats de la liste.

  • 59 Éditorial accompagnant la sélection poésie de mars 2002.

184Sur Ecrits...vains ?, la question de la valeur est posée à travers le processus de sélection des œuvres destinées à être publiées par la revue. D’une manière générale, sa responsable, Anita Beldiman-Moore, souligne que nombre de textes reçus participent encore trop d’une écriture exutoire. S’il est un conseil donné aux auteurs, c’est celui de dire que la catharsis, le sentiment brut ne constituent en réalité que l’antichambre du poème, que toute écriture est avant tout travail et non pas prétexte. Nombre de membres du comité éditorial insistent en effet sur ces deux écueils à éviter que sont, d’un côté, les effusions personnelles et, de l’autre, les arrangements verbaux trop formels. Le polissage du style poétique commence donc par le respect de cet entre-deux et par la volonté d’en rabattre avec le mythe romantique du poète s’écriant : « Ah ! frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie » « On oublie trop souvent qu’à l’origine le poète est un artisan. Aussi, avant d’exceller dans son art, de devenir un "artiste", le poète doit-il être rigoureux, intransigeant et minutieux dans son travail », écrit Dan Leutenegger, ancien président du comité poésie dans un éditorial59.

  • 60 Extrait d’entretien.

185Travailler donc la matière poétique avec rigueur et précision, et en évitant aussi de tomber dans le travers qui consiste à masquer l’absence de substance poétique par un respect trop servile des règles classiques spécifiques à la surface imprimée ou à la présentation graphique de la poésie. Là encore, les comités de lecture relèvent des problèmes récurrents de forme, de structure et de réflexion réelle sur la poésie : « Ce n’est pas parce que l’on va à la ligne tous les deux mots qu’on écrit un poème60 », commente à ce propos Anita Beldiman-Moore.

186Compte tenu de ce refus unanime d’une écriture cathartique et de conseils formulés en aval de la lecture d’un grand nombre de textes chaque mois – « Je m’ennuie », avoue un membre du comité poésie dans un entretien –, il arrive que la sélection bimensuelle soit bien maigre. Celle de mars 2002, par exemple, est accompagnée d’un long éditorial signé par certains membres du comité de lecture, soulignant la difficulté qu’ils ont eue à sélectionner des textes :

« Allez, avouons-le, nous avons quand même eu bien du mal à trouver quelque chose de quelque texte pouvant faire unanimité immédiate sur l’envie de le qualifier de “publiable”, c’est-à-dire le donner à lire au plus grand nombre en espérant que le plus grand nombre s’y retrouve un instant pour un partage durable et inexplicable, quand bien même et bien qu’assez éclectique en ses personnalités le “comité poésie” ne se sent jamais détenteur de la “vérité” en la matière. »

187En mai 2004, de même, la revue ne publiait qu’un texte et deux « coups de cœur ». Fait encore plus significatif, la responsable de la revue ajoutait en forme d’éditorial :

  • 61 P. 22 de l’édition Labor, précisait la responsable du site.

« À nos lecteurs qui attendent de nous soumettre de nouveaux textes, je voudrais citer ces mots de Confidences de Gargouille61 de Béatrix Beck que Lucie Petit nous a envoyé :
“Elle (mon écriture) n’est tendue que vers elle-même, sur le fil du rasoir – éviter d’écrire plat tout en se méfiant des dangers de la préciosité – jusqu’à l’obtention de la qualité. Si l’écriture sent l’huile (au sens de la lampe à huile, du travail) et l’effort, elle en manque. Il faut chercher plus loin.” »

188Dans la même veine, les comités de lecture blâment les auteurs qui s’indignent du refus de publication auquel ils se heurtent et qui arguent que leur texte a été « écrit avec le cœur ». Dan Leutenegger ne mâche pas ses mots :

« Ce genre de réaction épidermique, suite à mes refus de publication, témoigne d’une formidable confusion du sens que l’on attribue à la poésie. [...] Écrire “avec le cœur”, avec les “tripes”, voilà bien des propos d’adolescents “poéticœurs”, qui éliminent déjà le talent.
Il n’est certes pas question d’écrire froidement, avec le souci permanent de la forme au détriment du fond, je dirais plus justement que l’émotion ne préexiste pas à la poésie, contrairement à ce qu’en pensent nos poéticœurs : d’abord il y a l’image, image qui a pour base la réalité. [...] »

189La suite de l’éditorial est dans le même ton, soulignant la vulgarité de l’idée selon laquelle un poème serait l’« enfant de son auteur ». Le même Dan Leutenenegger ajoute : « Les poéticœurs entretiennent bien souvent des relations incestueuses avec leurs textes » Enfin, le comité souligne que la poésie n’échappe pas aux effets de mode, à la « tendance », et cite les mots d’Aragon :

« Nous ne sommes pas seuls au monde à chanter et le drame est l’ensemble des chants
Le drame il faut savoir y tenir sa partie et même qu’une voix se taise
Sachez-le toujours le chœur profond reprend la phrase interrompue
Du moment que jusqu’au bout de lui-même le chanteur a fait ce qu’il a pu… »
(Louis Aragon, dans « Épilogue », Les Poètes, 1960.)

  • 62 Ainsi que l’indique la lettre d’information qui accompagne le n° 2 de la 8e année de la revue (24 (...)

190Des modalités de la critique aux critères de valeur d’un texte, nos deux dispositifs révèlent une difficulté commune à spécifier ce qui est publiable et qui se démarque « des sentiers déjà battus par l’édition classique des textes62 » ou qui est digne d’être estampillé comme de la bonne littérature numérique. Dans les deux cas, la posture critique – qu’elle soit le fait des comités de lecture, des participants au forum d’Ecrits...vains ? ou encore des auteurs de la liste E-critures – propose un discours qui manifeste bien plus de facilités à exprimer ce qu’il ne faut pas faire qu’à donner des recommandations opératoires d’écriture. Pour être récurrente sur Ecrits...vains ?, la stigmatisation d’une écriture cathartique ou d’un style qui manque de maturité apparaît également sur la liste E-critures, à propos notamment du travail de Konsstrukt. Nouveau venu sur la liste, ce dernier envoie à un rythme très soutenu, en juillet 2003, huit extraits d’un roman en cours d’écriture.

« Elle est modérée cette liste ? Parce que ça fait quelques jours que je reçois des spam essayant de me fourguer une puberté difficile pour de la littérature rebelle, c’est assez ennuyeux… »
(Message du Lièvre de Mars.)

191Les textes en eux-mêmes, mais aussi le mode de diffusion utilisé par Konsstrukt, qui s’apparente à du spam, ne sont guère appréciés par les autres membres de la liste. Le modérateur l’en exclut au bout d’un mois.

192Si les acteurs de la liste E-critures peinent à dire ce que devrait être une œuvre de littérature numérique, du moins affirment-ils unanimement qu’elle doit tirer parti des propriétés du support numérique. Par exemple, un des arguments avancés par Julien d’Abrigeon pour exclure Konsstrukt de la liste est qu’il n’exploite pas le support numérique dans son travail d’écriture. Celle-ci est qualifiée de « traditionnelle » : pas de dimension multimédia, interactive ou générative, pas d’exploitation de la dimension réseau... Les auteurs de la liste avancent ainsi qu’un bon auteur est un auteur qui exploite intelligemment les spécificités du support numérique et joue avec le dispositif. De sorte que l’« e-criture » est définie peu à peu à la faveur de contre-exemples qui permettent d’en délimiter le champ : « Je ne vois pas le rapport avec l’e-criture du tout », écrit Philippe Boisnard, et « en quoi ce que tu nous envoies a un rapport, même vague, avec une quelconque forme d’e-criture ? », demande Myriam Bernardi au même Konsstrukt.

193Dès lors que l’on se situe dans l’ordre axiologique, il est intéressant de s’interroger sur le point de vue et sur la fonction des instances qui formulent un jugement de valeur. Dans la rubrique « Vos textes » du forum d’Ecrits…vains ? comme sur la liste E-critures, les auteurs commentent les œuvres d’autres auteurs, dans un cercle très restreint, en nourrissant l’espoir de trouver un jour un public plus large.

« Lors de la première réception, les “bons” écrivains n’ont souvent pas d’autres lecteurs que les autres “bons” écrivains, leurs concurrents, et il faut de plus en plus de temps pour que les œuvres, d’abord ésotériques, trouvent un public, c’est-à-dire lui imposent les normes de leur propre évaluation » [Compagnon, 1998]

  • 63 [Malbreil, 2005]

194Là où, comme nous l’avons déjà dit, le dispositif Ecrits...vains ? propose plusieurs alternatives à la publication par les comités de lecture, la liste E-critures et le site e-critures.org constituent un lieu de résonance unique – et dans une certaine mesure clos sur lui-même – des œuvres de littérature numérique. Alors que les comités de lecture se posent – même modestement – en évaluateurs des œuvres sur Ecrits...vains ?, E-critures est avant tout une liste d’auteurs. Dès lors, le risque est qu’un auteur soit fabriqué par ses pairs, sans retentissement ni reconnaissance à l’extérieur du groupe. L’exemple de Myriam Bernardi sur lequel s’appuie Xavier Malbreil63 est à cet égard intéressant. Le 18 avril 2002, Myriam Bernardi se présente et propose dans le même temps à l’ensemble des participants son récit interactif Ce qui me passe par la tête :

« Bonjour,
Je suis nouvelle dans cette liste. Un peu impressionnée d’arriver dans ce lieu où je ne connais personne. Je suis très intéressée par la littérature web et interactive.
J’ai commencé, avec mes faibles moyens techniques, un site (http://www.cequimepasseparlatete.com) qui se veut une sorte d’autoportrait (évolutif) multilinéaire, et qui utilise beaucoup les liens hypertextes. »

195Neuf membres, tous créateurs, répondront à ce message de présentation dans les deux jours qui suivent. Myriam Bernardi acquiert du jour au lendemain un statut d’auteur aux yeux des membres de la liste. Dans les commentaires, l’accent est mis sur la dimension technique de la réalisation (liens hypertextuels, accumulation de fenêtres), mais la valeur de la production est passée sous silence. Julien d’Abrigeon note que certains textes sont « bons », sans expliciter quels sont les critères de valeur d’un texte. Lucie de Boutiny, auteur qui écrit aussi pour l’imprimé, donne une impression de lectrice plus précise :

« Vous racontez les “jolis petits moments” de la vie présente et passée, on sourit, retrouvant ses propres moments d’enfance… »

196En fait, le critère de valeur qui va introniser Myriam Bernardi en tant qu’auteur, c’est l’exploitation signifiante du dispositif de la publication en ligne (deux sites en miroir, l’un consacré à la création hypertextuelle, l’autre à la présentation de son auteur) et des propriétés du support (la technologie hypertexte). « Les liens ne semblent pas plaqués artificiellement; ils ont au contraire une réelle signification », note François Coulon. C’est l’adéquation forme-fond, l’utilisation raisonnée des formats techniques qui joue ici comme critère de valeur. Quelques mois plus tard, c’est en tant qu’auteur, afin de présenter sa création, que François Coulon invite Myriam Bernardi lors d’une soirée des Mardis numériques : l’auteur est bien né sur la liste E-critures. C’est aussi en vertu de ce critère d’utilisation raisonnée des spécificités du support numérique et du dispositif technique que d’autres membres ne sont pas considérés comme de bons auteurs par le groupe. Ils n’obtiennent pas la reconnaissance de leurs pairs sur la liste.

197Enfin, étant donné le nombre important d’« auteurs-chercheurs » sur la liste E-critures, on peut se demander si, pour certains, un bon auteur ne doit pas également être un bon théoricien. D’où l’importance de la critique « académique » [Thibaudet, 1939] sur la liste E-critures, ainsi que la présence de textes théoriques sur le site e-critures.org. Les contributions de Philippe Bootz sur la liste E-critures sont une bonne illustration du lien entre création et théorie. À Xavier Malbreil qui écrit :

« Pour moi, ce que j’essaie de faire, c’est une œuvre qui avancerait sur ses deux fronts : se produisant comme œuvre elle donnerait en même temps son soubassement théorique, qu’elle exprimerait implicitement, et dont elle resterait infirme si jamais on devait l’en séparer. [...] Que la théorie serve de moteur interne à ma création, et je pourrai m’estimer non pas satisfait – parce que seuls les inconscients peuvent être satisfaits – mais en accord avec mon désir. »

198Philippe Bootz répond :

« Voilà qui énonce de façon très juste, et très “poétique”, la position de tous les auteurs-théoriciens que je connais. Car œuvre et théorie sont excroissances d’une même pulsion »
(Message du 26 mai 2002.)

199La « critique académique », sur E-critures, est souvent difficilement dissociable d’une « critique d’auteur ». Xavier Malbreil, l’un des plus importants auteurs de la littérature numérique et l’un des animateurs les plus actifs de la liste E-critures, a d’ailleurs choisi d’entamer un travail de recherche précisément sur la « critique de la littérature informatique » [Malbreil, 2005]. Ce qui se passe dans le dispositif E-critures est une bonne illustration de cette coconstitution des œuvres et des modèles théoriques, laquelle est spécifique à la littérature numérique. À maintes reprises nous avons souligné qu’E-critures fonctionnait comme un laboratoire d’œuvres et de pratiques, comme un espace de construction d’un champ littéraire que ses acteurs voudraient voir reconnu. Là se situe une grande différence avec Ecrits…vains ? qui n’a pas besoin de construire ses propres fondements théoriques et ses référents culturels.

200En renonçant aux traditions historiques du « texte », la communauté des e-crituriens cherche à adopter d’autres cadres communs d’évaluation dont l’avènement apparaît rapidement problématique. C’est ici, peut-être, que l’observation des pratiques, l’analyse du dispositif ou les enquêtes menées auprès des acteurs basculent massivement vers la question essentielle de la nature (ou des natures possibles) de l’œuvre numérique, de ses traits intrinsèques par comparaison (ou non) avec les cadres historiques de la production littéraire imprimée et de ses genres.

Notes

1 Rappelons que cette fonction médiatrice [Rieusset-Lemarié, 1999] a traditionnellement pour but d’articuler le pôle créatif (conception) et le pôle commercial (diffusion) [Rebillard et Chartron, 2004].

2 http://mailhost.diffusion.diplomatie.gouv.fr/wws/info/poesie-fr.liste

3 Liste de discussion : http://fr.groups.yahoo.com/group/e-crirures. Site web : http://www.e-critures.org

4 Bien que disparue du Web, la liste Ecriordi était accessible à l’adresse suivante : http://www.egroup.com/group/ecriordi

5 Plus exactement un « e-group » de l’entreprise Yahoo ! Il faut noter ici que le « groupe de discussion » se distingue de la « liste de diffusion » par le stockage des messages sur un site web et non plus sur les ordinateurs des abonnés.

6 Créée le 27 avril 2001, l’association porte le même nom que le site et la liste mais ses activités sont restées limitées. Elle a pour objectif d’agir le cas échéant sur des institutions; son siège social se trouve à Paris.

7 Cf. lexique en annexe.

8 Lire à ce sujet le chapitre 10 de La Raison graphique de Jack Goody [Goody, 1979].

9 http://www.ecrits-vains.com/divers/comites.html

10 Voir la « liste des membres » : http://www.e-critures.org/2003-2/index2.html

11 Voir la présentation de l’équipe : http://www.ecrits-vains.com/divers/contacts.html

12 [Chartron et Rebillard, 2004]

13 Il faut noter ici que lorsque l’on pratique l’autoédition (menant à des publications) dans le monde francophone, on pratique – simplement – l’autopublication dans le monde anglo-saxon. Là où en français on utilise un seul terme, celui d’« éditeur » pour qualifier les opérations de sélection et de fabrication menées par la profession, on utilise en anglais soit le terme editor, soit le terme publisher. Est distinguée ici la responsabilité juridique de l’editor qui n’incombe pas au publisher. Outre le fait que les phases d’édition et de publication ne recouvrent pas les mêmes opérations mais sont extrêmement dépendantes les unes des autres, cette ambiguïté dans la traduction linguistique des métiers est susceptible de provoquer des contresens et d’aplatir aussi toute une gamme d’usages.

14 Contenu du numéro du 24 janvier 2005.

15 Cf. lexique en annexe.

16 Deux pour les comités de lecture, une pour le comité de rédaction (réunissant en fait tous les membres des comités, les chefs de rubrique ainsi que ceux – lecteurs et auteurs – qui s’investissent le plus dans ces rubriques, soit une trentaine de personnes).

17 http://www.librairie-galerie-racine.com/

18 http://mapage.noos.fr/echolalie/

19 « Atelier d’écriture » à thèmes, « Forum général » orienté plutôt vers des réflexions littéraires, « Boîte à chansons » aux discussions sur les chansons publiées en ligne par leurs auteurs, etc.

20 La responsable de la revue précise que « Vos textes » visait au départ à répondre aux attentes de certains auteurs, « éternels mécontents » qui « vous envoient un texte pour la publication, mais ne supportent pas d’être jugés ». Au reste, il faut préciser que, pour être spontanés et rapides, les critiques et les commentaires faits par les autres participants au forum et à cette rubrique ne sont pas, loin s’en faut, complaisants.

21 Dénommé Web 2.0 et constitué de logiciels « sociaux » de partage de médias et de ressources.

22 Portable desktop format, format propriétaire d’Adobe utile aux imprimeurs.

23 CMS (Content Management System) : système de gestion de contenu.

24 Comme les CMS, les blogs ou les wikis.

25 [Foucault, 1994]

26 Cf. la composition de la liste E-critures en annexe.

27 Une vision de la littérature informatique de « a » « h » et au-delà, texte déposé sur le site e-critures.org. http://www.serandour.com/download/EricSerandour2 000.pdf

28 Est considéré traditionnellement comme auteur celui qui « augmente » qualitativement et quantitativement un corpus d’œuvres référencées. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert propose une origine latine du terme « auteur » : la traduction d’auctus par le participe d’augeo (« j’accrois ») est reprise et discutée encore aujourd’hui. Le travail de programmation informatique, la plupart du temps invisible par le lecteur, représente une diversification de la notion d’augmentation car c’est la matière de l’œuvre qui doit être prise en compte dans son évaluation.

29 [Broudoux, 2003]

30 Si le terme« autoritativité » a une acception anglaise commune (authoritative), son emploi en français est restreint. C’est lors d’une controverse qu’on le rencontre pour la première fois dans un ouvrage du philosophe Paul Audi intitulé L’Autorité de la pensée. La thématique explorée par ce livre est l’autorité de l’auteur, c’est-à-dire cette capacité à devenir auteur de textes émanant de « soi-même », en sachant qu’il n’y a pas de textes totalement inventés, mais un recyclage permanent de textes préexistants.

31 http://bertomeu.eric.free.fr/

32 [Kleinberg, 1998] Cf. lexique en annexe.

33 [Beaudoin, 2002]

34 Pour une première approche des problèmes liés aux moteurs de recherche, voir les débats sur « Les enjeux culturels des moteurs de recherche » : http://debarvirtuel.bpi.fr/moteurs

35 http://homepage.mac.com/philemon11artides/Personal39.html

36 Auteur du site 0ml.com.

37 http://davidstill.org

38 On peut même dire que les pratiques d’anonymisation sur le réseau sont de plus en plus fréquentes.

39 http://www.webbyawards.com/main/webby_awards/nominees.html#personal_web_site

40 http://www.mouchette.org

41 [Souchier et alii, 2003], p. 219.

42 http://duteurtre.free.fr/guppy

43 Il est aussi responsable de la rubrique « Les revues en revue ».

44 Notons, en filigrane dans le discours de la responsable de la revue, la pression exercée par les auteurs – la force de la demande des auteurs pour être publiés – et, son pendant, la présélection que l’instance éditoriale exige.

45 Extrait d’un questionnaire par mail.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 http://www.zazieweb.fr/

51 [Ghitalla et alii, 2004]

52 [Chartron et Rebillard, 2004]

53 Jeu informatique en deux dimensions imitant le principe du ping-pong où le joueur déplace une barre de droite à gauche dans le but d’éviter la chute d’une balle qui lui est envoyée et qu’il fait rebondir.

54 Association pour la promotion de l’écriture et la lecture sur support électronique, http://www.apelse.asso.fr/

55 Huit messages en 2003, 10 en 2004, 12 en 2005, 16 de janvier à mai 2006.

56 http://www.olats.org/livresetudes/basiques/basiques.php#sommaire

57 Titre de son message du 4 octobre 2003.

58 [Goodman, 1984]

59 Éditorial accompagnant la sélection poésie de mars 2002.

60 Extrait d’entretien.

61 P. 22 de l’édition Labor, précisait la responsable du site.

62 Ainsi que l’indique la lettre d’information qui accompagne le n° 2 de la 8e année de la revue (24 janvier 2005).

63 [Malbreil, 2005]

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les rubriques de la barre de navigation du site e-critures.org.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 2. Lors de l’étape de « soumission » d’une œuvre, un message d’avertissement prévient que cette procédure est réservée aux membres d’e-critures.org.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Figure 3. Liste des membres, liste des œuvres, liste des textes de réflexion.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Figure 4. Les rubriques du site ecrits-vains.com.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Tableau 1. Critères techniques favorisant le positionnement des sites web.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Tableau 2. Déploiement de la chaine éditoriale au sein des dispositifs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau 3. Public-auteurs-produits.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Figure 5. Organisation des rubriques de la revue Ecrits...vains ? sur la page d’accueil.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Tableau 4. Organisation des acteurs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Légende Tableau 5. Répartition des messages postés sur les rubriques du forum d’ecrits-vains.com jusqu’en 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Tableau 6. Types et acteurs des revues.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/231/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 572k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access