Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un laboratoire de littératures

 | 
Serge Bouchardon

Chapitre I. À La recherche d'un domaine

Texte intégral

1Message sur la liste de discussion E-critures1, posté en septembre 2003 :

2« Subject : Re : [e-critures] Littérature ?

3Ce à quoi cette question amène [...], en la retournant (c’est-à-dire en partant du postulat que les e-critures sont une littérature), c’est à se poser des questions sur la définition même de la littérature. Si les e-critures sont une littérature, comment définir la littérature de la façon la plus large.

4La littérature ne peut pas être uniquement ce que les éditeurs éditent (sinon, ce serait trop désespérant). La littérature n’est pas uniquement ce qui est écrit (voir l’Odyssée).

5Si la littérature est constituée a minima d’un ensemble de phrases chaînées, qui s’échangent, qui servent de lien, qui créent le sentiment du beau, ET qui perdurent, on peut considérer que la première littérature sur réseau a été faite par minitel. Bref, ce que la question amène, pour moi, c’est “qu’est-ce que la littérature ?”

6C’est une question qui est peut-être oiseuse (c’est ce que m’a prétendu un éditeur, qui participait à une manif où je causais), mais pourtant, c’est une question que je me pose souvent, et peut-être surtout ces jours-ci, jours de rentrée littéraire, où l’on peut se demander où est notre place. Peut-être nulle part, va savoir.

7Pourtant des projets (plusieurs) existent, de créer des espaces critiques réguliers (avec agents récurrents) uniquement dédiés aux e-critures. Quand ils verront le jour (mais je veux parler de vrais espaces critiques, faits par des journalistes ayant un regard objectif sur la question), un grand pas sera fait. »

8Où est « notre place » ? Voilà peut-être la question la plus récurrente d’une étude sur la littérature numérique. Et elle l’est aussi bien pour les acteurs de la communauté de la littérature numérique que pour leurs observateurs qui cherchent à cerner le domaine sur le réseau. Même pour le public, l’« entrée » n’est pas fléchée si l’on se renseigne via les moteurs de recherche, les annuaires ou les portails dédiés à la littérature. Mais elle n’est sûrement pas non plus « nulle part », comme le redoute notre participant à la liste de discussion. Certes, elle n’est pas largement reconnue, du moins peut-être pas encore, et les ressources disponibles sur le sujet sont assez réduites sur le Web (notamment dans le domaine francophone). À vrai dire, sa place serait plutôt comme en « périphérie », à mi-chemin entre cet amour des mots et de la textualité, qu’elle partage avec les pratiques traditionnelles de la littérature, et le vaste champ de la création numérique et multimédia qui s’épanouit aujourd’hui sur les réseaux.

9Les questions de « place », de « lieu », de « situation » ou d’« espace » ont eu une grande importance au cours de l’étude. Pour les acteurs du domaine tout d’abord, comme s'ils cherchaient d’abord à positionner leurs pratiques, à organiser leur communauté, à identifier les nœuds problématiques de leurs réflexions. Pour le chercheur ensuite, qui a souvent été condamné à cette gymnastique intellectuelle qui nous permet de nous représenter les différents champs de pratique les uns par rapport aux autres, notamment dans le domaine des arts et de la culture. Avec la « littérature numérique », les choses ne sont pas simples : s’agit-il de recherche ou de pratique de la littérature ? S’agit-il, d’ailleurs, de « littérature » ou d’« informatique » ? Se trouve-t-on dans le domaine des « arts », d’une forme organisée d’édition en ligne ou tout simplement face à une série d’expérimentations techniques ?

  • 2 Zazieweb : http://www.zazieweb.fr/
  • 3 Message de Philippe Bootz adressé à la liste E-critures le 5 juin 2003.

10Les clés d’entrée dans le domaine de la littérature numérique ne sont pas données d’emblée et il paraît bien difficile, à un certain niveau, d’en cerner les contours. Par exemple, dans les bases des moteurs de recherche qui archivent le Web en permanence, elle y est confondue avec de nombreux thèmes connexes, comme les « ateliers d’écriture » qui ont pignon sur rue ou l’édition électronique d’œuvres imprimées. Il faudrait, en outre, « oublier » tous les résultats qui la masquent, notamment les portails dédiés à la littérature comme Zazieweb2 ou les sites collectifs beaucoup plus visibles que ceux associés à la littérature numérique, tel fabula.org. D’ailleurs, le vocabulaire pour la qualifier« flotte » : littérature numérique, littérature électronique, e-littérature, littérature informatique, littérature en réseau, cyberlittérature... Que doit-on saisir au juste dans un moteur de recherche pour en trouver la trace ? Pour Philippe Bootz, cette « question de la terminologie [...] ne peut être stabilisée que lorsque le champ est bien balisé et connu3 ». En quelque sorte, la « littérature numérique » désigne un ensemble de pratiques plus ou moins homogènes, sans pour autant être un label.

11Les noms des artistes, des théoriciens ou des critiques livrent assurément une clé d’entrée plus pertinente sur le Web et les moteurs de recherche. À condition toutefois d’accepter d’adopter une loupe de taille supérieure, comme si la « littérature numérique » n’était visible sur le Web qu’à un certain niveau de précision. On trouvera là les noms de Xavier Malbreil, Lucie de Boutiny, Jean-Pierre Balpe, Philippe Bootz, Jean Clément et d’autres encore. C’est d’abord à partir de ce réseau d’acteurs « visibles » que sont accessibles les débats autour de la spécificité des pratiques littéraires sur support numérique, comme si les concepts ou les problématiques n’étaient pas encore suffisamment partagés par le plus grand nombre pour devenir des éléments communs d’une culture générale sur la littérature numérique. Car nous n’en sommes pas, comme le remarque l’intervenant de la liste de discussion, au stade où le domaine serait légitimé par des « espaces critiques réguliers » organisés par des tiers (neutres ou objectifs). Pour accéder au « cœur » supposé du domaine de la littérature numérique, il faut donc en quelque sorte l’appréhender comme « de l’intérieur », à partir des multiples façons dont ses acteurs identifiables le construisent, ou croient le construire.

  • 4 Cf. annexe 3, « Quelques sites et listes de discussion ».

12D’où la nécessité de conduire l’enquête à propos de ces outils d’échange, de communication, voire d’édition où pourrait s’observer la construction d’espaces communs sur les réseaux. On rencontrera ainsi des sites à vocation collective, comme e-critures.org que nous avons choisi d’explorer en détail, mais aussi Chaoïd, Eclarts, t.a.p.i.n.-boxon, Inventaire-invention, Sitaudis ou encore Transitoire observable4 Tous ces sites et leurs acteurs ne sont pas concernés au même degré par la question de la littérature numérique, mais ils participent tous du paysage dans lequel la question littéraire est abordée sur les réseaux. Comme s’il s’agissait de positionner le domaine à partir de points de repère. Leur caractère collectif de « revue » ou de « liste de discussion », les projets fédérateurs qui les portent ou tout simplement les lieux de rencontre qu’ils représentent en font des références incontournables pour comprendre la situation et les enjeux de la littérature numérique. Et c’est parmi eux qu’il faut choisir des points d’entrée pour procéder à différentes formes de sondage.

13En choisissant e-critures.org et ecrits-vains.com, nous avons entrepris de sonder le paysage des pratiques de la littérature sur réseaux en deux points que nous supposions suffisamment éloignés pour tenter de faire apparaître ces fameuses différences qui permettent d’identifier à coup sûr un domaine. En effet, le « contenu » même des pratiques y apparaît bien différent, renvoyant du coup à deux conceptions opposées mais aussi complémentaires de la littérature. Mais l’enquête nous a aussi conduits à essayer de comprendre comment circulent les « textes » ou les « produits », dans quels types de cadres « éditoriaux », sur quels critères ils peuvent être évalués. En somme, comment on y fabrique des auteurs, des œuvres, un public, voire une critique. C’est donc sur la « forme » d’une communauté tout autant que sur le « contenu » qu’elle produit que s’est portée l’étude.

14Deux sites, deux groupes d’acteurs, deux formes a priori distinctes de pratiques littéraires : en somme, deux objets à décrire et à analyser, mais aussi, dans un espace aussi transversalement relié que le Web, deux points de départ pour une exploration de leurs contextes respectifs, de leurs différences comme de leurs points communs. D’e-critures.org à ecrits-vains.com, il s’agit donc de découvrir ce coin du Web francophone où émergent la question littéraire et celle de la diversité de ses pratiques.

Deux localités thématiques sur le Web

15Sur ecrits-vains.com, Nina Siget construit avec patience la rubrique « Liens littéraires » où s’accumulent les références web qui nous conduisent hors du site. Elle présente sous forme de fiches chacun des sites qu’elle considère comme « pertinents » pour Ecrits…vains ? et son public. Près d’une cinquantaine d’entre elles sont maintenant accessibles et rendent compte d’un véritable travail éditorial précieux pour l’internaute car elles lui fournissent expertise et aide à la navigation dans un univers aussi peu structuré que le Web.

Figure 1. Les « fiches » de Nina Siget. La rubrique « Liens littéraires » n’est pas seulement une liste de liens hypertextes. C’est un travail éditorial de qualité présenté sous forme de « fiches » dans lesquelles figurent les commentaires de la responsable de la rubrique et, en fin de document, le lien hypertexte qui nous conduit hors du site ecrits-vains.com. Il s’agit là d’un véritable travail de sélection et de mise en forme.

16Ces fiches représentent un lent travail d’analyse et d’évaluation qui contribue à construire, de proche en proche, l’environnement hypertextuel d’ecrits-vains.com ou, si l’on veut, une forme de proximité thématique, en liant entre elles différentes ressources web. Les documentalistes, les veilleurs ou les bibliothécaires sont aujourd’hui habitués à ce type de travail qui ne relève peut-être déjà plus d’un niveau « méta-éditorial » (comme dans l’univers d’une bibliothèque où les ouvrages ont déjà été préalablement évalués et mis en forme), mais d’une authentique édition. Ainsi, les liens d’un site qui pointent vers des ressources qui lui sont externes représentent autant d’indices du contexte documentaire dans lequel il s’inscrit, et qu’il contribue aussi à construire en y développant ce que l’on appelle sa « connectivité ». Ces liens hypertextes externes peuvent être concentrés en quelques pages ou disséminés sur l’ensemble du site. Sur e-critures.org, ils apparaissent en nombre dans la rubrique « Liste des membres » où chacun peut indiquer, par exemple, l’adresse de son site personnel. Sur ecrits-vains.com, ils se concentrent surtout dans la rubrique « Nos liens » avec cinq sous-catégories (les sites de nos rédacteurs, les sites éditeurs, les sites de poésie et de littérature, les sites culturels, les sites sur les auteurs). La rubrique animée par Nina Siget joue également son rôle dans la construction du contexte hypertextuel du site, mais on peut en trouver aussi dans des rubriques comme « Les revues en revue ».

17Les propriétés attachées à ce principe des contextes documentaires sur le Web peuvent contribuer au travail détaillé qui suivra sur la question de l’existence et de la nature d’un domaine consacré à la littérature numérique. Mais, avant de chausser les lunettes de l’expertise et de se focaliser sur l’analyse des documents et du rôle des acteurs dans chacune des deux communautés, on peut aussi essayer de comprendre comment ces dernières s’insèrent elles-mêmes dans un contexte plus vaste sur le réseau. L’étude des formes de la connectivité hypertexte et des types de contenus qu’elle associe nous révèle qu’une page, un site ou une liste de discussion ne représentent pas seulement des cadres desquels on peut extraire un « contenu », mais qu’ils participent aussi d’un système documentaire plus vaste qu’il faut pouvoir décrire. Si l’on accepte donc de se doter non pas d’une loupe mais d’une sorte de « zoom arrière », on s’aperçoit rapidement que nos objets d’étude sur le Web sont reliés à des univers avec lesquels, en quelque sorte, ils entrent en résonance.

18L’étude de ce contexte documentaire s’est révélée riche d’indices pour l’enquête, bien que techniquement délicate. Sur le Web, elle passe évidemment en premier lieu par l’observation de la façon dont les liens hypertextes sont distribués. Ce sont eux qui assurent les liaisons techniques (ou « physiques ») dans cet univers où tout semble relié à tout, directement ou indirectement. Se dessinent ainsi au sein d’un ensemble de documents des relations de proximité ou d’éloignement, de concentration ou de dispersion en termes quantitatifs mais aussi d’organisation ou de hiérarchie en termes qualitatifs. À cet égard, les différences entre les contextes respectifs d’E-critures et d’Ecrits...vains ? sont nombreuses. Mais pas seulement : les deux univers s’insèrent dans celui plus général de la thématique de la littérature, dans lequel ils n’ont pas le même r6le ni, pour ainsi dire, la même visibilité.

  • 5 De février 2003 à mai 2004 se sont déroulées chaque mois les rencontres Mardis numériques, au café (...)

Figure 2. Ci-dessus, une partie de la page présentant les « Mardis numériques5 » de François Coulon. Les noms de nombreux participants apparaissent sur la page, associés à des liens hypertextes renvoyant pour la plupart sur des sites personnels.

19Ci-dessous, le texte de Jean Clément, « Hypertexte et fiction : la question du lien », est cité par 17 pages web dans notre travail d’indexation du domaine. Ce texte de réflexion renvoie pour sa part à seulement trois autres documents web. Le caractère d’authority d’un document web (le fuit qu’il soit pointé par de nombreux autres documents) peut servir d’indicateur sur l’autorité morale ou intellectuelle de son auteur ou de ses arguments. En termes de Web mining, la page de F. Coulon a, au contraire, un caractère de hub (nombreux liens sortants, cf lexique en annexe). Dans un corpus donné, hubs et authorities ont tendance à se renforcer selon J. Kleinberg [KLEINBERG, 1998].

  • 6 Sous la forme d’une url (cf. lexique).

20Ces relations, en tant que telles, pourraient n’intéresser que le spécialiste des réseaux, si ce n’est qu’elles révèlent aussi bien souvent des relations de « contenu » thématique, voire peut-être, comme dans notre cas, des relations entre communautés d’acteurs regroupés autour de pratiques spécifiques. Les indices présentés ici concourent à alimenter les hypothèses génériques de l’enquête mais restent relatifs, notamment pour des raisons méthodologiques et techniques car le Web représente un univers documentaire relativement inédit, et les outils comme les procédures de son exploration en sont encore à leurs balbutiements. Ils indiquent, en tous les cas, combien la diffusion d’un document ne se limite pas à déposer une information sous la forme d’une adresse6 : son contexte sur le Web contribue à le construire en l’insérant dans un ou plusieurs ensembles organiques, et ainsi à le valider. Il s’agit là, peut-être, de l’une des clés qui permet de comprendre les mécanismes de l’édition sur le réseau.

Des documents et des liens

  • 7 Cf. Ghitalla (Franck) (dir.), « La navigation », Les Cahiers du numérique, Hermes Science Publicat (...)

21La source la plus riche d’indices sur le contexte d’un site réside dans la distribution des liens hypertextes entre documents sur le Web. D’une certaine façon, tout document contribue à construire la toile, comme il s’y trouve pris. On peut réaliser l’étude de cette distribution « manuellement » en explorant les liens les uns après les autres à partir d’un, de deux ou de plusieurs documents. On peut aussi s’aider d’outils logiciels ou en développer à dessein comme nous l’avons fait. Mais il faut surtout être capable de construire ces cartes logiques que sont les graphes, d’interroger leurs propriétés statistiques et visuelles pour exploiter des informations chiffrées souvent volumineuses. Sur le Web, il existe en moyenne sept liens par page et la plupart des aspects de notre approche ont réclamé l’analyse au minimum de centaines de pages, des milliers le plus souvent. C’est ce travail à partir de graphes qui permet de dessiner les linéaments d’une topologie locale du réseau, installant ainsi les documents visés dans une sorte de « géographie de l’information » où chaque « contenu » se trouve relié à d’autres par des arcs, orientés ou non. Cette « géographie » n’est pas celle des territoires physiques, mais celle, toute relative suivant les échelles, des relations fonctionnelles ou organiques entre une série identifiée d’éléments (les nœuds). Ce n’est pas celle, non plus, des parcours de navigation effectivement réalisés et que l’on peut reconstruire après coup en suivant pas à pas des usagers réels7 C’est celle des distances estimées en termes de « liens » ou de « clics » et des chemins possibles entre documents sur le Web, de leur concentration, de leur dispersion ou de leur absence et qui, représentés sous forme de graphes, dessinent parfois de remarquables patterns. On n’oubliera pas non plus que cette topologie hypertextuelle est orientée ou « vectorisée » : un lien d’un document A vers un document B n’implique pas la réciproque. Certains documents semblent donc ainsi plus « visibles » que d’autres, voire « reconnus » par d’autres. Et cette propriété génère aussi à grande échelle des rapports de subordination dont il faut tenir compte, pour peu que les graphes permettent de les isoler statistiquement à l’échelle d’un corpus étendu.

Figure 3. À gauche, l’évolution schématique d’un graphe où les nœuds s’agrègent au fur et à mesure de l’exploration de l’espace hypertexte. À droite, le résultat final (robot-crawler Orlinski et visualisation sous Pajek). À cette échelle, on aperçoit le principe de la modélisation à base de graphes. Ces graphes ont des propriétés statistiques et mathématiques mais leur visualisation peut aussi beaucoup apporter au travail d’analyse, ne serait-ce qu’à titre d’outil d’exploration.

  • 8 Au moins depuis le mathématicien suisse Euler au xviiie siècle.
  • 9 Barabasi (Albert-Laszo), Linked: the New Science of Network, Addison-Wesley, 2003.
  • 10 [Kleinberg, 1998]

22On connaît d’ailleurs depuis longtemps l’intérêt des graphes et la théorie qui les accompagne8 pour réduire, en partie, la complexité de certains phénomènes. En épidémiologie, par exemple, où ces outils logiques et graphiques sont mobilisés dans l’étude des phénomènes de propagation des virus, en sociologie des réseaux d’acteurs pour l’analyse des interactions complexes, sans oublier les mathématiques, la physique ou encore l’ingénierie des systèmes industriels9 C’est peut-être aux techniques de bibliométrie ou de scientométrie que s’apparente le plus l’approche présentée ici pour contextualiser nos objets d’étude. Les liens hypertextes sur le Web peuvent en effet se comparer dans une certaine mesure aux pratiques intertextuelles de cocitation ou de coréférencement ; l’analyse de leur distribution fait aussi apparaître des degrés de « proximité » entre documents ou encore des phénomènes de hiérarchisation. J. Kleinberg10, d’ailleurs, reprend le terme authority dans ses modèles à base de graphes pour qualifier les nœuds pointés par de nombreux autres, comme des références dans les communautés de savoirs présentes sur le Web.

23La méthode pour recueillir sur le Web les données qui serviront à construire les graphes de notre étude paraît simple techniquement : il faut « lâcher » un robot-crawler (autrement dit, un petit programme) à partir d’un ou de plusieurs points d’entrée (des adresses web choisies en général dans le domaine que l’on cherche à explorer) ; celui-ci va alors se déplacer de lien hypertexte en lien hypertexte sur le réseau en envoyant le résultat de ses pérégrinations à une base de données où sont stockées, a minima, les adresses des nœuds rencontrés et leurs liens respectifs. C’est ce que nous avons réalisé en « partant » des pages d’e-critures.org et ecrits-vains.com, mais aussi d’autres sites de types différents mais tous consacrés à la pratique littéraire, voire aux arts en général.

24Ensuite, à partir de la base de données, nous plaçons sur un plan les nœuds représentant les documents web (pages ou sites, au choix) et les arcs indiquant la présence de liens (et éventuellement leur direction orientée). Nous voyons ainsi apparaître (rapidement ou non selon la « distance » des points d’entrée) un graphe unique (ou connexe) densément peuplé de nœuds dont le nombre moyen de liens pour chacun est d’environ cinq (2,7 liens entrants et 2,1 sortants en moyenne sur le Web). Certes, les méthodes d’extraction des données, les types de projections ou de calculs appliqués aux données peuvent être très complexes et varier grandement. Dans notre cas, plusieurs méthodes ont été mobilisées, mais l’étude reste limitée du point de vue quantitatif, comparativement aux expérimentations menées ces dernières années par des équipes de spécialistes en informatique des réseaux. Cette variété dans les méthodes de construction et d’analyse des graphes n’est pourtant pas un signe de faiblesse ou d’incertitude : chaque mode de calcul appliqué aux données recueillies par le robot enrichit la description du Web et de son organisation complexe, y compris en procédant seulement localement comme nous l’avons fait pour le domaine de la littérature numérique.

  • 11 Il existe au moins plusieurs milliards de documents accessibles, mais les estimations varient enco (...)
  • 12 Sur le premier modèle d’organisation du Web, lire en particulier: Maghoul (E), Raghavan (P.), Raja (...)
  • 13 Et son fameux algorithme de Page Rank.
    Pour plus de précisions, Brin (Sergey) et Page (Lawrence), “ (...)

25Dans le cadre des études récentes sur ce vaste ensemble de documents électroniques que représente le Web11, la théorie des graphes a été l’outil privilégié pour comprendre certains aspects de son organisation générale, certaines de ses particularités « locales » ou de son évolution temporelle12 En particulier, les utilisateurs du Web sont maintenant familiers avec un moteur comme Google, qui associe aux techniques traditionnelles d’analyse de contenu textuelles données issues d’une modélisation à base de graphes13 Les graphes représentent en effet un moyen relativement pertinent pour synthétiser des informations sur ce réseau aussi dynamique et complexe qu’est le Web, dont les données sont peu structurées par rapport à d’autres systèmes d’information. Si l’on se dote d’outils et de méthodes adéquats, il est alors envisageable d’obtenir une série de « radiographies » locales du réseau où apparaît le voisinage immédiat des objets d’étude.

26Les techniques exploratoires du Web à base de graphes ont en outre l’avantage de nous faire échapper à la vision restreinte que nous imposent les moteurs de recherche et les navigateurs. Les premiers, avec leurs listes à plat, ne fournissent que peu d’éléments sur les relations de voisinage d’une information ou d’un document. Ce sont surtout des applications industrielles dédiées à l’indexation et à différentes formes de catégorisations hiérarchiques des documents web. Orientés vers l’exhaustivité des corpus et/ou la qualité de l’information indexée, les moteurs de recherche ont une exploitation qui repose essentiellement sur des annuaires préconstruits ou sur des requêtes linguistiques. Ils sont donc de peu d’utilité dans un processus exploratoire comme le nôtre et, surtout, masquent l’ensemble des relations transversales qui tissent le Web comme une toile. Quant aux navigateurs, ils sont surtout des outils d’affichage du contenu des documents et, malgré de nombreuses fonctionnalités associées pour des tâches individuelles de navigation et de lecture, ils ne restituent pas non plus d’indications significatives sur l’organisation de l’espace parcouru.

27Les graphes, au contraire, donnent à différentes échelles une idée synthétique du Web, comme « vu du dessus », sans compter les propriétés statistiques que l’on peut en tirer pour l’étude d’un contexte documentaire. C’est la raison qui justifie la place importante réservée dans cette partie de l’étude aux graphes et aux différentes formes de topographies hypertexruelles. Il est ainsi important, à notre sens, d’insister sur le rôle des outils non seulement statistiques mais aussi visuels d’investigation du Web.

Figure 4. Dans un premier temps, il faut extraire du Web avec un crawler les données liées à la distribution des liens hypertextes entre les pages et aussi éventuellement à leur contenu (ce que l’on appelle l’indexation full-text). Une fois stockées dans une base, ces données peuvent être traitées et affichées sous forme de graphe, selon plusieurs modalités. Ici, à gauche, un graphe préliminaire (assez complexe) a été réduit pour faire apparaître les liaisons hypertextes entre un ensemble réduit de sites, en l’occurrence ceux qui dans un domaine diffusent le plus de liens entre eux et vers des ressources associées (ce que l’on appelle des hubs). Nous avons développé à droite des modules d’exploration visuelle et statistique du graphe, intégrés à une plate-forme expérimentale (tarente). Ces modules permettent d’explorer en se déplaçant un graphe général (en fond) ou une de ses parties seulement, ou encore d’afficher le contenu des nœuds (fenêtre au premier plan où s’affichent les pages web). Nous y avons ajouté une table d’occurrence statistique des mots les plus fréquents dans le corpus, ou dans une partie du corpus, de façon à essayer de comprendre quel « contenu » se concentre dans le territoire exploré.

28Pour faire apparaître un graphe centré sur une thématique, il faut pouvoir concentrer le travail d’extraction sur des données « pertinentes ». Par exemple, tous les liens et toutes les pages trouvés par le crawler ne sont pas utiles. Certains sont même à considérer comme des obstacles, tels tous ces liens qui pointent sur les sites de Google, de Yahoo !, de Netscape, Microsoft ou Macromedia. Nous les éliminons donc (principe du « black-listage ») car ces données, intégrées dans un graphe, masquent en grande partie la structure originale du domaine étudié. On peut aussi, comme nous l’avons fait, lancer des campagnes de recueil de données à partir d’adresses que des acteurs d’un domaine aiment à fréquenter : leurs « favoris » représentent souvent des éléments de référence dans une communauté d’expertise. On peut enfin, d’une autre façon, « filtrer » les documents considérés comme non pertinents et construire ainsi un « focus sémantique » dynamique. Pour des raisons techniques, ce type de procédure n’a pas été déployé. En revanche, ce filtrage peut être réalisé a posteriori dans notre système en faisant porter des requêtes linguistiques sur la base où sont stockées les données. On peut ainsi avoir une idée du type de « mots-clés » les plus représentés statistiquement dans un ensemble de plusieurs milliers de pages web, mais aussi faire apparaître les documents qui se singularisent des autres par la présence, ou non, de termes choisis par avance. Ces précautions méthodologiques suffisent en général à faire émerger un lot significatif de documents pertinents, sauf si les ressources recherchées sont trop restreintes en nombre ou trop diffuses sur le Web. Et, dans un premier temps, cela s’est révélé être le cas pour le domaine francophone consacré à la littérature numérique, à moins de pouvoir le situer finalement dans cette périphérie incertaine où se mêlent, d’un côté, la culture littéraire du texte et des mots et, de l’autre, le foisonnement plastique des praticiens des arts électroniques.

  • 14 Les références sur la théorie des agrégats sont nombreuses depuis la parution du premier article e (...)
  • 15 Chakrabarti (Soumen), Mining the Web, Discovering Knowledge from Hypertext Data, Morga Kaufmann Ed (...)
  • 16 L’un des articles fondateurs: Gibson (David), Kleinberg (Jon M.) et Raghavan (Prabhakar), “Inferri (...)

29Cependant l’étude du contexte documentaire d’e-critures.org et ecrits-vains.com ne s’arrête pas à la topologie des liens hypertextes. Celle-ci n’a d’intérêt, dans notre cas, que si elle peut être reliée à des indicateurs de contenu, voire à des indices qui permettent de comprendre des logiques de comportement d’acteurs. Il est donc nécessaire, en premier lieu, d’essayer d’associer aux données hypertextuelles de l’analyse de « contenu ». D’une certaine façon, il s’agit de comprendre comment des mots ou des concepts se trouvent eux aussi distribués sur le Web, et selon quels chemins on peut passer à d’autres mots ou à d’autres concepts. C’est là tout le principe de ce que l’on appelle sur le Web les topical localities ou localités thématiques. L’expression est née de l’hypothèse selon laquelle les proximités en termes de topologie hypertexte indiquent aussi des similarités en termes de contenu, et vice versa. C’est un des principes forts de l’organisation du Web14 : les pages et les sites que nous visitons intègrent des ensembles plus vastes que l’on désigne en termes de Web mining par agrégats (cf. lexique en annexe) et qui sont eux-mêmes susceptibles d’être analysés en termes de voisinage à un niveau plus général. Mais il faut insister sur le fait que la géographie documentaire du Web réserve en général quelques surprises. En particulier, tous les thèmes présents dans un annuaire (ou même n’importe quelle thématique à laquelle un usager pourrait penser) ne figurent pas forcément sur le Web à titre d’agrégats. Et inversement, l’exploration du Web en termes d’agrégation de documents, même à une échelle limitée, peut révéler la présence de thématiques assez surprenantes. D’où l’idée, de plus en plus partagée, que la théorie des agrégats en particulier, ou même que toute tentative de description de la structure générale du Web renvoie moins à la façon dont peut être structuré explicitement un système d’information qu’à la façon dont différentes communautés de pratiques y éditant des documents s’y positionnent, le plus souvent implicitement. Et l’on comprend mieux comment aujourd’hui apparaît aux côtés du data mining et du Web minin15 le champ de recherche du social data minin16 où les computer sciences rencontrent, en particulier, les concepts et les méthodes de la sociologie des réseaux ou des organisations.

30On peut donc entreprendre une exploration du domaine de la littérature numérique à différentes échelles, comme autant de niveaux de contextualisation. Tout d’abord en décrivant la structure de voisinage immédiat d’e-critures.org et ecrits-vains.com, autrement dit tous les sites vers lesquels ils pointent, et ce sans oublier les sites (identifiables) qui les pointent. Il s’agit donc d’une exploration de « profondeur 1 » de deux sites qui ont une vocation collective affichée et peut être pourra-t-on ainsi qualifier le type de communauté d’où ils émergent. À un niveau plus général, on peut aussi essayer de déterminer le positionnement réciproque des deux sites l’un par rapport à l’autre, en termes topologiques mais aussi de contenu. Ce sondage de niveau moyen (à des profondeurs de 2 ou 3 à partir des points d’entrée) oblige à prendre en compte plusieurs milliers de pages. Mais, au-delà de la complexité des graphes générés, on voit comment les deux univers de référence d’e-critures.org et ecrits-vains.com sont proches mais aussi hiérarchiquement subordonnés. Ce sera là l’occasion de montrer que les chemins statistiquement possibles entre les deux sites révèlent des indications sur l’organisation locale du Web où se côtoient, dans le domaine français, les pratiques les plus classiques de la littérature et les univers les plus « avant-gardistes » du Net art et des arts numériques. De l’un à l’autre, les frontières ne sont pas tranchées mais distribuées en stades. Enfin, au dernier niveau, il s’agira d’estimer la taille et, éventuellement, le type de structuration du domaine de la littérature numérique. Autrement dit, le thème fait-il l’objet d’un agrégat organisé de ressources ? Si la comparaison avec d’autres agrégats extraits avec la même méthode fait apparaître des ressources réduites, il est en revanche possible d’isoler un « cœur » documentaire représentatif du domaine. En bien des points, les indices relevés ici anticipent remarquablement les hypothèses qui seront développées dans le reste de l’étude.

De lien en lien, le voisinage immédiat

31« Dis-moi qui est ton voisin et je te dirai qui tu es... » La formule, très réductrice, a pourtant constitué le premier objectif que l’on s’est donné en découvrant les premières visualisations de graphes de la topologie hypertexte. Qu’y a-t-il comme ressources associées au site ecrits-vains.com au niveau le plus immédiat, à la « distance » la plus courte, autrement dit « en un seul clic » ? Ce que l’on découvre, c’est d’abord un voisinage immédiat très dense, une constellation de près de 150 sites. Dès ce niveau, on a un aperçu de la « densité hypertextuelle » du Web et de la morphologie des liaisons techniques qui relient les documents entre eux. Cela donne aussi un aperçu de la « position » centrale du site dans un espace qu’il contribue à fédérer en le recensant. Il s’agit là d’ailleurs souvent de l’un des caractères techniques d’un site à vocation « collective » ou « collaborative » : ce n’est pas seulement un lieu où s’agrègent des contenus issus du travail d’une communauté d’acteurs, c’est aussi un centre qui rayonne hypertextuellement sur un environnement qu’il construit de proche en proche. Et cela paraît d’autant plus manifeste concernant le voisinage d’ecrits-vains.com que l’on a évacué méthodologiquement tous les liens « fonctionnels » qui participent de la structuration du Web mais qui ne sont pas « pertinents » du point de vue du contenu (Google, Voila, Microsoft, Adobe...).

Figure 5. Graphe du voisinage « immédiat » d’ecrits-vains.com. Par « immédiat », il faut entendre les nœuds (ici représentés en sites) accessibles depuis ecrits-vains.com en un seul clic. Pour avoir une idée de la nature de ce voisinage immédiat, tous les liens sortants du site ont été indexés dans une base (hormis ceux de la rubrique « Nos liens », instructifs pour caractériser le domaine littéraire dans lequel Ecrits…vains ? évolue, mais peu pertinents pour comprendre la nature du contexte documentaire dans lequel s’inscrit le site). On voit ainsi dans des cartouches surmontés d’un rond les sites « personnels », surmontés d’une croix les portails, surmontés d’un V les sites à caractère collectif (les autres étant des sites « institutionnels » comme celui du ministère de la Culture avec http://www.lire-en-fete.culture.fr ou des sites commerciaux).

32En termes de contenu, l’exploration du voisinage d’ecrits-vains.com montre que l’on se situe bien dans une région du Web dédiée à l’expression littéraire (avec ses genres, ses références, ses métiers), voire plus largement à l’expression artistique (arts plastiques, musique, danse...). En termes de genres : l’expression poétique, presque générique à un degré ou à un autre pour tous les éléments du corpus (avec, par exemple, www.lisiere.com et ses nombreuses rubriques ou www.poesie.org consacré aussi en partie à la musique), le roman et les nouvelles (entre autres, le site de Claude Thomas, http://users.skynet.be/​thomas, cet « îlot sauvage perdu au bout du monde virtuel », où l’on trouvera plus de 140 nouvelles fantastiques, de science-fiction, humoristiques, surréalistes et policières), le théâtre (le site de En coulisses, le magazine du théâtre parisien http://www.theothea.com). mais aussi la bande dessinée (http://www.universbd.com) ou le roman policier et la science-fiction (http://www.mauvaisgenres.com). On trouve aussi des ressources consacrées essentiellement à des figures d’auteurs « classiques », comme Baudelaire (baudelaire.zy-va.com) et nombre d’autres, notamment via la rubrique « Sites littéraires » d’ecrits-vains.com animée par Nina Siget (Molière, Céline, Cervantès, Queneau, Brecht...).

Figure 6. L’horizon culturel dans lequel s’inscrit ecrits-vains.com sur le Web se nourrit de la littérature et de ses pratiques, mais aussi d’autres formes d’expression artistique. À gauche, la page d’accueil du site http://www.artotal.com, un portail généraliste sur presque toutes les formes d’art et leurs marchés respectifs : littérature mais aussi architecture, danse, musique, design, décoration, multimédia... À droite, le site de La République des Lettres (http://www.republique-des-lettres.com). Issu d’une édition papier éditée jusqu’en 1998, la République est aujourd’hui « l’une des plus importantes sources gratuites d’information et de documentation en français sur le monde des livres et l’actualité culturelle ». Un index alphabétique très fourni permet l’accès à de très nombreuses ressources sur des auteurs, des personnalités ou des mouvements issus de la culture contemporaine.

33Hors littérature hexagonale, ecrits-vains.com ouvre aussi sur les antipodes avec http://www.blocosonline.com, un portail de littérature et de culture brésilien, ou http://www.ecrivains-nc.org, le site de l’Association des écrivains de Nouvelle-Calédonie. Mais, en termes de types de contenus accessibles à partir d’ecrits-vains.com, la littérature, le « texte » ne sont pas seuls concernés : les arts plastiques, par exemple, font partie de l’environnement documentaire immédiat du site, avec entre autres le dispositif très « design » http://www.zonezero.com dédié à la photographie d’art ou, dans une perspective plus large, http://www.cofrase.com, un site généraliste consacré au marché de l’art européen.

34Au-delà de la description thématique des contenus associés au site ecrits-vains.com, l’analyse de cet environnement immédiat renseigne aussi sur le réseau de relations « organiques » que manifeste la distribution des liens hypertextes. Les liens que nous avons parcourus depuis ecrits-vains.com n’ont pas tous la même vocation et ne se limitent pas à de pures similarités thématiques. Ainsi, les liens nous menant hors d’ecrits-vains.com issus de la rubrique « Sites littéraires » ou les « sites de poésie et de littérature » permettent massivement d’associer des contenus littéraires et artistiques à titre de ressources mais ceux qui proviennent de rubriques comme « Les sites de nos rédacteurs », « Les sites éditeurs » ou « Les sites sur les auteurs » renseignent aussi souvent sur la nature et le type d’organisation liés à Ecrits...vains ? Leur fonction n’est plus seulement thématique mais aussi, en quelque sorte, organique. Ils peuvent indiquer, par exemple, le rôle important d’un acteur parce que son site personnel est pointé par ecrits-vains.com (comme une forme de reconnaissance), le site personnel pointant à son tour sur ecrits-vains.com pour afficher une forme de contribution. Ce type de « cocitation », dans un graphe, permet souvent de comprendre comment un site à vocation collective ou fédérative est topologiquement alimenté par un réseau de « sites personnels » où figurent des données (auto)biographiques, des œuvres ou des documents qui dessinent les contours d’un portrait. On reconnaîtra volontiers qu’une typologie de type « sites personnels/sites collectifs » mérite d’être discutée, et surtout assise sur une classification des critères techniques, sémiotiques de mise en page ou sémantique en termes d’analyse de contenu. Mais elle permet de cerner l’un des principes forts de la structure du Web au niveau local: l’agrégation de sites personnels autour de sites à vocation collective (groupes, associations, collectivités, pratiques communes...).

Figure 7. À gauche, la page d’accueil du site d’Emmanuel Bing (http://perso.club-internet.fr/​bing), responsable de la rubrique « Doxa ». À droite, celui de Lise Willar (http://www.lisewillar.coml), responsable de la rubrique « Mots...dits ». Le site ecrits-vains.com pointe vers des sites personnels qui nous introduisent, d’une certaine façon, dans l’univers personnel des acteurs qui participent au projet. Les liens hypertextes sont distribués sur le Web entre des ressources documentaires similaires ou complémentaires du point de vue du contenu mais aussi souvent selon les types de relations sociales qui peuvent unir des acteurs.

35Dans une première « cartographie » de l’environnement immédiat d’ecrits-vains.com, 35 sites « personnels » ont été dénombrés mais aussi 17 sites à « vocation collective ». Dans ce dernier ensemble, on trouve aussi bien des maisons d’édition (http://www.webiscript.com. par exemple) que des collectifs regroupés autour de pratiques spécifiques ou des revues, des ateliers d’écriture (comme http://www.studio-ecriture.com). des associations ou des événements. C’est le cas, par exemple, de http://www.textes-et-voix.asso.fr, une association qui propose des soirées consacrées à la lecture, par des acteurs et en présence des auteurs, de textes littéraires en liaison avec l’actualité éditoriale. Parfois, un lien nous mène d’ecrits-vains.com vers un site qui le reconnaît à son tour comme « site ami », tel celui animé par Élie Duvivier et ses collaborateurs, http://users.swing.be/​anplus où l’on trouve une revue consacrée à la poésie. Tous ces liens hypertextes peuvent être considérés comme organiques puisqu’ils permettent de dessiner sur le réseau un paysage où se déclinent les « métiers » ou « raisons sociales » associés à l’exercice de la littérature.

36Ecrits-vains.com se situe donc dans un environnement web relativement riche et complexe, même s’il faut admettre que les données produites par ce type d’approche et d’observation sont encore très faibles aujourd’hui pour pouvoir établir une échelle de comparaison pertinente. On peut cependant proposer une vue synthétique des types de relations hypertextes qui lient le site à son environnement immédiat.

37Du côté d’e-critures.org, les relations organiques avec le réseau de sites voisins paraissent moins évidentes. Il s’agit moins de complémentarités que d’un travail de recensement, effectué essentiellement pour une invitation à soumission ou à déclaration volontaire de ressources associées. Le voisinage d’e-critures.org n’est pas le fruit d’un filtrage, mais résulte de l’agrégation d’un ensemble de ressources web. Ainsi, 40 adresses ont été relevées à partir de la liste des membres, en général des sites « personnels » où se mêlent éléments biographiques, œuvres et documents de réflexion. Ces documents révèlent certaines parentés de pratiques, de parcours ou même de « forme » mais ces dernières sont parfois difficiles à isoler.

38Le résultat le plus frappant de l’exploration des 40 sites qui constituent le voisinage immédiat d’e-critures.org réside surtout dans la nature des contenus édités sur le Web. En premier lieu, on relève une étonnante diversité, un véritable foisonnement. Allons voir http://www.bram.org/​ ou http://www.bbp-online.com/​ pour nous rendre compte de l’exubérance technique de concepteurs-créateurs qui font de leurs sites des formes plastiques autonomes, et non de simples vecteurs de « contenus ». Ou encore http://pleine-peau.com/​mange/​index.html et les « Formes libres » de Xavier Malbreil (http://www.0ml.com/​). L’univers recensé à partir d’e-critures.org n’est pourtant pas sans repères pour un néophyte du domaine : on note la présence des genres littéraires, comme le théâtre et l’activité dramatique, un projet de recherche sur le drame interactif (http://www.idtension.com/​) ou encore EcriTHea, une liste de discussion sur l’écriture dramatique (à partir du site http://homeusers.brutele.be/​ecrire/​). Sans oublier le site d’une compagnie et de ses projets (http://www.incidentsmemorables.org/). La catégorie « roman » est aussi représentée (par exemple un RoMan à modifier en ligne sur http://www.vaimoana.cafewiki.orgl), tout comme l’écriture poétique avec le travail de Patrick-Henri Burgaud (http://www.aquoisarime.net/​) ou la « Zone d’activité poétique » http://marelle.cafewiki.org/​. Certes, mais, d’un autre côté, voilà que le roman ou l’œuvre s’écrit en ligne de façon collective (notamment le projet e-criturien d’une œuvre collective et anonyme wc field, http://www.e-critures.org/​_col/​wc_field/​wc_field.html), que les pièces poétiques sont aussi « sonores » ou encore associées à la vidéo (http://homepage.mac.com/​philemonl/​Menul.html), et l’activité théâtrale nourrie de passerelles avec les arts électroniques et des installations numériques.

Figure 8. À gauche, la page d’accueil d’Annie Abrahams, http://www.bram.org/​ et, à droite, celle d’Éric Choisi, http://www.bbp-online.com. Les deux sites sont ouverts à différentes thématiques, comme l’art sonore, la vidéo, le Web design et la recherche plastique. Ils sont assez représentatifs du voisinage d’ecritures.org pour la « fusion » sémiotique du texte et de l’image, mais aussi, à titre de « sites personnels », pour l’effacement remarquable des frontières (très marquées dans l’environnement d’ecritsvains.com) entre données autobiographiques et « œuvres ». Ces sites personnels sont déjà, en soi, des manifestes artistiques.

39Les frontières de « genres », qui ouvraient dans ecrits-vains.com sur des rubriques où classer avec certitude des « produits » ou des « œuvres », sont plus aléatoires dans l’environnement immédiat d’e-critures.org. Ils y apparaissent certes plus « ouverts » à d’autres formes d’art, mais aussi et surtout à la dynamique des pratiques, en quelque sorte en train de se faire via des sites web qui s’affichent d’emblée, pour la plupart, comme leur manifestation à l’écran. C’est aussi dans ce sens qu’il faut comprendre l’appel à l’« imagination » créatrice et à l’« intuition des mutations » dans l’argumentaire de présentation du site de l’APELSE (Association pour la promotion de l’écriture et de la lecture sur support électronique, http://apelse.asso.fr).

40Parmi les autres caractéristiques des sites situés dans le voisinage immédiat d’e-critures.org, outre cette dilution des cadres des genres, il faut aussi noter la place prépondérante qu’occupe la lettre, par sa typographie, ses modes plastiques d'apparition ou les fonctionnalités interactives dont elle est chargée. À ce titre, dans le contexte restreint de notre exploration, le numérique et le réseau ne voient pas forcément l’« explosion de l'image » au détriment du texte, mais plutôt le déploiement systématique de formes originales d'écriture. On peut parler d'« écriture » au sens de contenu linguistique ou de message, on peut aussi en parler comme d'un mode de structuration discursif (au sens, par exemple, d'« écriture multimédia »), mais les sites que nous avons explorés se distinguent d'abord par l'exploitation de sa dimension technique et graphique. L’écriture soutient l’expression poétique ou la manifestation verbale du « sens », mais elle semble aussi représenter un mode plastique d’occupation de l’espace de la « page », un espace souvent subordonné à la distribution visuelle des « mots ». Regroupées, ces pages pourraient constituer les produits curieux et surprenants d’une sorte de laboratoire expérimental du graphisme signifiant. On comprend ainsi pourquoi, quand on cherche à recenser les ressources sur la « littérature numérique » du domaine français du Web, les documents sont en partie nourris de références aux différents mouvements qui, depuis Mallarmé, ont marqué la modernité littéraire de leurs trouvailles graphiques, notamment Dada ou Queneau.

41Un deuxième aspect manifeste du corpus concerne l’utilisation du fenêtrage qui, à titre esthétique ou discursif, constitue souvent le pivot de la navigation dans la majorité des sites. Le site Confettis de Xavier Leton17 ou celui de Myriam Bernardi18 en sont assez représentatifs : la fameuse « page web » (dans laquelle la fenêtre, souvent unique, encadre discrètement un contenu) disparaît au profit d’un jeu de superposition par accumulation ou de succession par disparition, l’effort de création portant d’abord sur l’affichage lui-même. Le fenêtrage, au moins sur le Web, apparaît donc comme l’une des grandes unités formelles de mesure du rythme ou de l’organisation esthétique. Si l’on y ajoute le souci rypographique et matériel accordé à la lettre, on comprend ce qu’un site web peut apporter à l’expression poétique ou littéraire à titre de matière de l’expression. Lun et l’autre contribuent à nourrir cette différence manifeste avec ecrits-vains.com : l’œuvre ou le texte, avant tout déchiffrement, s’incarne d’abord comme le fruit d’une apparition à l’écran. Ces deux caractéristiques participent, avec d’autres, de la description plus générale des produits et des œuvres à laquelle est consacrée la troisième partie de cet ouvrage. On notera cependant que l’environnement informatique (l’écran, le support numérique) qui se distingue par ses contraintes (dans le cadre, par exemple, de l’édition électronique de produits conçus d’abord pour être imprimés) ou par ses vertus instrumentales (le réseau comme vecteur de diffusion) semble aussi ouvrir sur une série de possibles en termes de création dont le voisinage immédiat d’e-critures.org rend déjà compte.

42L’exploration du type d’agrégation documentaire autour du site ecrits-vains.com semble révéler une organisation plus élaborée que l’environnement d’e-critures.org, qui est d’abord le résultat d’un autorecensement. S’agit-il donc de deux types différents d’organisation, intrinsèquement liés à chacun des domaines de pratiques et/ou à chacune des communautés d’acteurs ? La transposition sur le Web de cadres et de pratiques hérités pour la plupart de l’édition imprimée règle en partie pour ecrits-vains.com la richesse et la diversité de l’environnement immédiat. Mais cette différence peut aussi tenir au « degré » d’ancienneté sur le Web, le travail de recensement réalisé à partir d’e-critures.org étant alors à considérer comme une étape d’émergence où la communauté se compte avant de s’organiser collectivement.

Figure 9. à gauche, le site de Valérie Bert, http://osmos.free.fr/​. Une fois passé le premier clic de la page d’accueil s’ouvre un univers où les labels des rubriques, outre leur aspect poétique, dérivent sur l’écran comme des bulles. La navigation dans le site est aussi rythmée par des formes originales d’énigmes. A droite, le site de Julien d’Abrigeon, http://tapin.&ee.fr/​. On voit comment, dès la page d’accueil, la composition de l’espace réserve une grande place aux jeux typographiques et à la distribution des « mots ». Julien d’Abrigeon est aussi membre de boxon.

Une « traversée documentaire »

43Deux URL, deux sites, deux voisinages immédiats : l’idée d’explorer les chemins hypertextes possibles entre les deux paraît d’autant plus naturelle que la prise en compte de la topologie hypertexte incite à entrevoir le Web comme un territoire. Ces parcours, dont l’étalon reste évidemment le lien hypertexte, peuvent aussi renseigner le « paysage sémantique » traversé si l’on est également attentif au contenu des documents rencontrés. C’est ici, sûrement, que l’on découvre le mieux cette dimension transversale du Web qui semble le caractériser comme système d’information. Il s’agit seulement pour le moment d’une collection d’indices, mais le principe de cette exploration transversale du Web nous aura ouvert des pistes nouvelles pour caractériser le contexte d’un document ou d’un groupe de documents sur la Toile. Ces indices contribuent déjà à esquisser l’environnement du domaine de la littérature numérique, localisant ainsi sur le réseau ces lieux d’activité que sont en général les sites, et e-critures.org en particulier.

Parcours topologiques

44Avec un niveau de « zoom arrière » supplémentaire par rapport à l’exploration de leurs contextes immédiats, on peut aussi chercher les chemins qui mènent d’e-critures.org à ecrits-vains.com, et vice versa, puisque l’on se situe dans un espace orienté par la direction des liens. Statistiquement, il en existe de nombreux, mais seulement certains ont paru significatifs. En effet, toute une série de sites très interconnectés au reste du Web forment un ensemble qui attire de nombreux liens et que suivent les robots d’extraction. Des sites comme xiti.com, Microsoft ou Macromedia en sont des exemples, sans oublier les moteurs de recherche. Ces sites sont apparus de nombreuses fois dans nos statistiques de chemins possibles entre ecrits-vains.com et e-critures.org, rendant l’analyse difficile. Nous en avons cependant trouvé plusieurs, indiquant au passage le rôle de relais que jouent certains sites comme Oml.com. C’est en les parcourant que l’on se rend compte combien le Web est tissé transversalement de liens organiques qui unissent les ressources, tel ce « cheminement poétique » qui nous conduit d’ecrits-vains.com à e-critures.org en passant successivement par poesie.org, exfolie.net, darksite.ch puis dugogh.ch.

45Ce type de chemin local permet d’apercevoir des éléments contextuels plus généraux et, pour la systématicité de leur apparition dans nos graphes tout comme dans les moteurs de recherche, peuvent éclairer le domaine de la littérature numérique.

46Si l’on a déjà noté le rôle « pivot » de 0m1.com, on s’aperçoit aussi de la présence de http://www.uoc.edu, le site de l’université « ouverte » de Catalogne qui abrite le groupe de recherche Hermeneia, ainsi que de selbyslist.com, le « méta-hub » du domaine anglo-saxon de la poésie, des arts visuels et de la visual poetry qui recense sous une longue liste toutes les revues et tous les groupes consacrés à ces domaines et est édité par Spencer Selby.

  • 19 Cf. lexique en annexe.

47Il y aurait beaucoup à tirer de ce principe pour dresser la cartographie exhaustive d’un domaine en termes de voisinages successifs (ce que font les webmestres quand ils s’associent en ring19) ou encore, en termes de « parcours initiatique », pour faire découvrir à des « novices » l’organisation et la richesse de ressources que les moteurs masquent par principe.

Figure 10. Graphe d’un réseau de revues et de sites collectifs à caractère littéraire et/ou artistique. Avec de telles représentations, on s’aperçoit que le domaine consacré aux pratiques littéraires et à leurs revues est constitué d’un système de relations transversales, et non d’une arborescence hiérarchique et thématique. Ce niveau du réseau, incluant e-critures.org et ecrits-vains.com, est constitué d’éléments connexes qui contribuent à faire émerger une sorte de « localisation thématique ». Ces sites, très connectés au reste du Web, sont aussi des « relais » pour accéder à un vaste réseau de sites « secondaires », comme les sites d’artistes, personnels ou événementiels.

48Ces chemins possibles renseignent aussi sur la position « centrale » de ces hubs que constituent les sites de revues ou les sites à caractère collectif, comme Zazieweb, t.a.p.i.n. ou Sitaudis. Ils sont topologiquement incontournables comme « lieu » de recensement des nombreuses ressources web liées au domaine (notamment les sites personnels d’auteurs ou de créateurs). Plusieurs graphes nous ont montré le réseau spécifique qui les unit et les lie pour donner « corps » au domaine exploré.

49Les pages de ces sites (notamment celles où se concentrent les liens externes) constituent souvent des points d’entrée très pertinents pour explorer un domaine ou, comme nous l’avons fait, pour lancer des crawls à grande échelle afin d’extraire de façon « exhaustive » les documents pertinents liés à un domaine éditorial sur le Web.

« Paysage » éditorial

  • 20 Logiciel d’animation d’Adobe (auparavant Macromedia) pour le Web.

50En explorant nos graphes d’e-critures.org à ecrits-vains.com, puis au niveau des sites à vocation collective ou de revue, nous avons souvent eu l’impression de passer d’un univers éditorial dominé techniquement par les jeux sur le fenêtrage, les formats Flash20 ou les animations à des univers plus « statiques » où règnent en maîtres les mots et leur mise en page fixe (prose ou pièces poétiques essentiellement). C’est ce type d’expériences subjectives liées au processus d’exploration des graphes qui a fait germer l’hypothèse selon laquelle on pouvait aussi qualifier certaines « zones » documentaires en fonction de l’absence et/ou de la concentration de certains formats techniques ou sémiotiques. Nous avons donc sélectionné sept sites relativement visibles (comme les revues en ligne) et analysé toutes les pages des sites voisins vers lesquels ils pointent pour mesurer des variations en termes de formats techniques de publication.

51Plusieurs critères ont été retenus (nombre de caractères affichés par page et/ou par site, nombre et types d’images par page et/ou par site, nombre de liens sortants par page et/ou par site, etc.). Les mesures mériteraient d’être détaillées et discutées mais, en ce qui concerne le paramètre de mesure « présence et densité » d’objets Flash pour les sept groupes de sites, les résultats montrent qu’il existerait bien, a priori, une corrélation entre la présence de certains formats techniques et le positionnement (en termes de contenu comme de topologie hypertexte) des revues et des sites collectifs à vocation littéraire.

52Dans nos graphes, mais aussi selon des « experts » du domaine des pratiques littéraires en ligne, lireecrire.free.fr, ecrits-vains.com et fabula.org sont des sites plutôt orientés vers les cadres et les pratiques de la littérature hérités de l’imprimé (« classiques », si l’on veut), alors que e-critures.org, sitaudis.com et tapin.free.fr sont plutôt orientés vers des formes plus originales (et/ou numériques) d’expression littéraire. Ce type d’indice, associé à ceux issus de l’analyse de la topologie hypertexte et du contenu des documents, contribue un peu plus à asseoir e-critures.org et ecrits-vains.com dans des univers de référence que l’on peut commencer à qualifier, nourrissant ainsi une forme d’exploration du Web encore peu développée.

Figure 11. Nombre moyen d’objets Flash par page pour chaque groupe de sites. Il est cinq fois supérieur d’un extrême à l’autre, e-critures.org et lireecrire.free.fr.

À l’échelle des agrégats

53Au niveau le plus général de contextualisation, on peut essayer d’esquisser, au-delà des chemins, les linéaments d’une géographie documentaire centrée sur le domaine de la littérature numérique. Il s’agit d’extraire et de comprendre comment s’organisent les ressources web sur le sujet. Les pages et les sites, nous l’avons dit, intègrent des ensembles plus vastes que l’on désigne en termes de Web mining par agrégats. On peut tenter d’extraire du Web ces vastes ensembles de ressources sémantiquement proches organisées autour de « cœurs » très denses topologiquement, à condition de ne pas se limiter aux seules thématiques présentes dans un annuaire qui ne reflète pas la richesse et la complexité de la géographie de l’information sur le réseau. Techniquement, il s’agit de générer un graphe à partir de plusieurs URL de départ en déployant des robots qui crawlent le Web en rapatriant les données à indexer dans une base. Plusieurs crawls ont été réalisés au printemps 2004 sur le domaine de la littérature numérique, dont un en particulier, le plus « large », de 25 590 pages web. Ce chiffre peut paraître conséquent, mais il reste modeste puisque l’extraction d’un agrégat suppose bien souvent l’indexation de plusieurs centaines de milliers de pages (soit quelques milliers de sites seulement). Certaines propriétés de ces crawls à grande échelle confirment le positionnement périphérique du domaine de la littérature numérique au regard de la « galaxie » consacrée à la littérature imprimée sur le réseau ou encore aux arts visuels et plastiques, en particulier sur support numérique.

Extraction et dérive vers la littérature traditionnelle

  • 21 C’est ce que montre, par d’autres voies, le mémoire pour le diplôme de conservateur de bibliothèqu (...)

Les points d’entrée pour extraire un corpus ont été choisis parmi ceux que nous ont livrés des acteurs du domaine, d’autres extraits des moteurs de recherche et d’autres enfin sélectionnés pour leur « visibilité » ou leur rôle central en termes de distribution des liens hypertextes. En effet, les crawls ont été lancés à partir d’une sélection d’url qui ont pour propriété commune d’être reliées entre elles dans un premier « petit » graphe réalisé dans le but d’identifier les meilleurs points d’entrée pour les crawls finaux d’extraction des ressources. À ce titre, il faut signaler que lors de cette phase les url de documents à « vocation théorique » (livrés par un acteur du domaine) sont apparues comme peu reliées au reste des autres url sélectionnées comme points d’entrée, et donc la plupart ont été écartées. En second lieu, à partir des moteurs de recherche, il est très difficile d’obtenir des résultats pertinents quand on se focalise sur de possibles « genres » associés à la littérature numérique comme « poésie animée », « récit collectif » ou « écriture multimédia ». Deux éléments constitutifs d’un possible champ original où émergent des pratiques littéraires (documents à vocation théorique et genres permettant de classer les produits ou les œuvres) apparaissent peu « visibles » manifestement dès le départ des procédures d’extraction21.

  • 22 Cf. Chakrabarti (Soumen) et Kaufmann (Morgan), Mining the WebDiscovering Knowledge from Hyperte (...)

54Nombre de documents prélevés sur le Web appartiennent plus à différentes formes de pratique de la littérature « traditionnelle » ou imprimée qu’à la littérature numérique. On trouve ainsi de nombreuses pages consacrées à des banques de données textuelles en ligne, des textes théoriques sur la littérature moderne et contemporaine (Oulipo, le surréalisme, Queneau, Prévert...), des thématiques originales (le thème du labyrinthe, psychanalyse et littérature...), des éditions imprimées, des institutions (centres culturels à Paris ou en région) et des ministères (Culture), des événements (« Lire en fête », Semaine de la presse à l’école...). Ce type de « dérive » est un phénomène relativement connu dans le champ scientifique du Web mining : alors que l’on cherche à se focaliser sur un type de ressources, le robot crawler a tendance à se déporter sur un thème connexe, plus vaste et plus dense en termes de ressources. En d’autres termes, ce fameux topical drifting22 est dû au fait que la distribution des liens hypertextes à partir des url sélectionnées comme points d’entrée conduit immanquablement vers un cœur voisin de ressources plus interconnectées, comme par aimantation. Ce phénomène peut être interprété comme un indice quant au positionnement hiérarchique d’un corps de document dans son environnement sur le Web et, à ce titre, le domaine de la littérature numérique apparaît ainsi comme satellisé en périphérie d’un domaine plus vaste et plus structuré dont il dépend.

Un domaine de « faible densité »

55La description des types de documents sélectionnés figure au point suivant, mais il faut insister sur la « faiblesse » de l’agrégat consacré à la littérature numérique comparativement à d’autres expérimentations menées sur d’autres thématiques. Dans le tableau suivant figurent les données associées à l’extraction et à l’analyse de trois agrégats différents : la « littérature numérique », les « sciences cognitives » et l’« Église de scientologie ». Les trois domaines ont été crawlés selon la même procédure (neuf url de départ à des distances de deux clics pour chacune).

  • 23 Ghitalla (E), Diemert (E.), Maussang (C), Pfaender (E), « tarente: an Experimental Tool for Extrac (...)

56Les trois graphes illustrent dans une certaine mesure des différences massives en termes de densité de documents pertinents. Suivant différentes procédures23, on a tenté d’isoler ces fameux « cœurs » constitués de ressources aux contenus « proches » et denses topologiquement. Si seulement 91 liens relient les unes aux autres les 108 pages du cœur de l’agrégat « littérature numérique », on en trouve 618 pour les 265 pages associées au domaine des sciences cognitives et près de 5 925 pour les 397 pages associées à l’Église de scientologie ! Il faut admettre que ces différences sont en partie dues aux instruments logiciels et aux statistiques utilisés ici et qui restent expérimentaux. Cependant, ces informations constituent un ensemble d’indices qui illustrent la difficulté à cerner le domaine étudié sur le Web. On insistera sur le fait que la même méthodologie devrait être déployée dans le temps pour voir éventuellement grandir et se développer un domaine que l’on peut supposer « en émergence ».

Un micro-univers hétérogène

  • 24 Le site Hermeneia apparait comme une référence pour de nombreux sites francophones, d’où le nombre (...)

57Après avoir effectué le crawl et identifié le phénomène de « dérive thématique » puis calculé un « cœur » faiblement dense de ressources, nous nous sommes enfin attachés à explorer manuellement ce dernier pour comprendre la nature des documents ainsi considérés comme centraux dans notre méthodologie. Présentes comme partie du cœur du domaine, 20 % des ressources sont en anglais et en catalan, bien que nos extractions aient été focalisées en premier lieu sur le champ francophone24. Le contingent le plus important est cependant constitué d’abord de pages issues de sites du monde de la recherche (30 %), avec des sites universitaires (essentiellement parisiens : MSH Paris-Nord, Sorbonne, Paris III et Paris VIII...), des sites dédiés à la littérature moderne et contemporaine (Oulipo, le surréalisme) ou à la question de la modernité en littérature. Viennent ensuite des sites à caractère collectif (16 % : revues, associations déclarées ou non, groupes...), certains orientés vers des pratiques et des formes issues de la littérature imprimée, d’autres vers la littérature numérique ou les arts plastiques (dans ces deux cas, il peut y avoir ou non édition en ligne). Un nombre important de sites personnels apparaissent aussi (8,5 %), que l’on peut répartir de la même façon entre les deux orientations littéraires. Signalons que l’on peut aussi les classer en trois catégories : sites autobiographiques, sites autobiographiques avec œuvres éditées en ligne, sites n’offrant que des œuvres en ligne (et, quand c’est le cas, elles sont issues du domaine de la littérature numérique). On trouve ensuite des ensembles de sites de différentes catégories tenant aux outils de recherche ou d’archivage associés à la littérature (8,5 %), comme les banques de données en ligne d’auteurs et d’œuvres (essentiellement textuels) ou des sites issus du travail de « promotion » institutionnelle (14 % : ministères, journées de la lecture, événements locaux...), ou encore quelques « petits » éditeurs en ligne (3 % : MotaMot, Hache, Éclat...). Enfin, quelques « inclassables » (5,5 %) prennent place dans ce cœur de ressource, tel Labyrinthe (http://perso.wanadoo.fr/​labyrinthe/​accueil.html).

Géographie documentaire du domaine

  • 25 Le vocabulaire descriptif des agrégats de documents web paraît relever de la métaphore cosmologiqu (...)

58Constituer un corpus de documents pertinents sur le thème de la littérature numérique est, avouons-le, une gageure. Y compris en mêlant, comme nous l’avons fait, de nombreuses interventions manuelles pour monitorer les outils de crawl et d’indexation utilisés. D’un c6té, les pages et les sites qui y sont consacrés semblent assez disparates et, pour beaucoup, attachés au domaine de la littérature imprimée, à ses genres et à ses pratiques éditoriales, en y incluant les références à la modernité littéraire. D’un autre c6té, nous avons aussi trouvé de nombreuses références aux arts numériques en général, au Net art, au domaine du design des interfaces mais aussi aux arts plastiques, directement rattachées aux sites que nous avons sélectionnés comme représentatifs de la littérature numérique. Sur le Web, le domaine de la littérature numérique semble se situer dans cet « entre-deux » : que l’on parcoure les url avec son navigateur depuis des points d’entrée pertinents pour le domaine ou que l’on crawle à grande échelle les sites qui y sont rattachés, le positionnement du domaine serait au final à considérer comme à cheval, ou plutôt en périphérie, de deux ensembles de ressources plus densément fournis et plus fortement organisés que sont, d’un c6té, la « galaxie25 » des documents web consacrés à la littérature « imprimée », à ses canons et à ses pratiques, et, de l’autre, cette galaxie consacrée aux arts numériques et plastiques, sur réseau ou non. En somme comme à mi-chemin entre cet amour des mots et de la textualité qu’elle partage avec les pratiques traditionnelles de la littérature et le vaste champ de la création numérique et multimédia qui s’épanouit aujourd’hui sur les réseaux.

Figure 12. Le microterritoire exploré à partir de crawls, ou en naviguant d’url en url, laisse apercevoir la « topologie sémantique » des voisinages immédiats d’e-critures.org et d’ecrits-vains.com et, en quelque sorte, le paysage théorique dans lequel les deux sites s’inscrivent.

59D’un côté, l’univers réduit de l’écriture numérique partage avec ses différents voisins des pratiques littéraires un espace où ce que l’on pourrait appeler l’« amour des mots » et/ou la volonté de construire du récit joue un rôle de première importance. Se poser la question (théoriquement dans des textes comme pratiquement à partir d’œuvres) du renouvellement ou non des figures de style dans le récit numérique, de la place et de la forme du processus d’édition des œuvres électroniques, de leurs spécificités mais aussi et surtout leurs points communs avec le « récit imprimé » fournit autant d’indices du positionnement d’un domaine périphérique (en émergence ?) de la littérature « traditionnelle ». C’est l’ensemble de ces points communs qui constituent, par ailleurs, des différences notables avec un autre ensemble de sites plutôt liés au design (surtout visuel) et aux arts plastiques déclinés sur support numérique et/ou en réseau où les mots et le récit représentent des aspects secondaires des pratiques et des contenus identifiables.

60D’un autre côté, la communauté des praticiens et/ou des théoriciens de la littérature numérique partage avec ce dernier ensemble des préoccupations communes comme la réflexion sur les spécificités des supports (électroniques ou imprimés) ou le statut à accorder aux différentes formes d’interactivité dans la construction d’œuvres ou de connaissances.

61Entre deux agrégats voisins plus « volumineux » et plus structurés, ce que la communauté des théoriciens/praticiens de la littérature numérique partage avec l’un sert donc de marque de frontière avec l’autre, qu’il s’agisse de théorie ou de pratiques. C’est toute la question du statut du support numérique qui est ainsi posée puisqu’il semble se décliner, à différents degrés d’une échelle à construire, du simple vecteur (auxiliaire de l’imprimé) à un objet qui est lui-même l’objet des pratiques. Un indice paraît particulièrement révélateur de ce passage de l’un à l’autre : des agrégats associés à la présence de la littérature imprimée sur le Web jusqu’à ceux associés au Web design se dessine un parcours où les formats du type Flash, JavaScript, vrml sont de plus en plus nombreux statistiquement et où l’on accorde de plus en plus un nom de domaine à des œuvres ou des productions disponibles en ligne et conçues comme telles.

62L’ensemble des indices présentés ici entre singulièrement en résonance avec certaines observations, certaines analyses d’œuvres, certains entretiens ou encore une certaine étude des messages de listes de discussion, comme nous allons le voir. Car cet « entre-deux » semble aussi nourrir la réflexion des acteurs du domaine, comme s’ils cherchaient d’abord à positionner leurs pratiques, à organiser leur communauté, à identifier les nœuds problématiques de leurs réflexions. La question de la place qu’ils occupent dans le paysage de la littérature reste encore à trouver, dans un « champ balisé et connu » à venir, comme le remarque Philippe Bootz sur la liste E-critures. Balisage social et topologique, qui fait encore défaut pour isoler de façon précise le domaine sur le réseau.

Notes

1 Message de Xavier Malbreil posté sur la liste de discussion E-critures (http://fr.groups.yahoo.com/group/e-critures/).

2 Zazieweb : http://www.zazieweb.fr/

3 Message de Philippe Bootz adressé à la liste E-critures le 5 juin 2003.

4 Cf. annexe 3, « Quelques sites et listes de discussion ».

5 De février 2003 à mai 2004 se sont déroulées chaque mois les rencontres Mardis numériques, au café Lou Pascalou à Paris (http://www.francoiscoulon.com/rencontres). Ces rencontres se proposaient de « rassembler autour d’un verre les acteurs de la création numérique ».

6 Sous la forme d’une url (cf. lexique).

7 Cf. Ghitalla (Franck) (dir.), « La navigation », Les Cahiers du numérique, Hermes Science Publications, Paris, 2004.

8 Au moins depuis le mathématicien suisse Euler au xviiie siècle.

9 Barabasi (Albert-Laszo), Linked: the New Science of Network, Addison-Wesley, 2003.

10 [Kleinberg, 1998]

11 Il existe au moins plusieurs milliards de documents accessibles, mais les estimations varient encore beaucoup. Lire en particulier les travaux de Steve Lawrence et Lee Giles. Par exemple : Lawrence (Steve) et Giles (C. Lee), “Searching the Web: General and Scientific Information Access”, IEEE Communications, 37(1): 116-122, 1999.

12 Sur le premier modèle d’organisation du Web, lire en particulier: Maghoul (E), Raghavan (P.), Rajagopalan (S.), Stata (R.), Tomkins (A.), Broder (A.), Kumar (R.) et Wiener O.), Graph Structure in the Web: Experiments and Models, 9th International World Wide Web Conference, 2000.

13 Et son fameux algorithme de Page Rank.
Pour plus de précisions, Brin (Sergey) et Page (Lawrence), “The anatomy of a largescale hypertextual Web search engine”, Computer Networks and ISDN Systems, 30(1-7): 107-117, 1998.

14 Les références sur la théorie des agrégats sont nombreuses depuis la parution du premier article explicite, peut-être, sur la question : [Botafogo, 1991].

15 Chakrabarti (Soumen), Mining the Web, Discovering Knowledge from Hypertext Data, Morga Kaufmann Eds., Elsevier Science, New York, 2003.

16 L’un des articles fondateurs: Gibson (David), Kleinberg (Jon M.) et Raghavan (Prabhakar), “Inferring Web Communities from Link Topology”, in Proceedings of the 9th ACM Conference on Hypertext and Hypermedia, p. 225-234, Pittsburgh, Pennsylvanie, juin 1998.

17 http://www.confettis.org/perdre/index.html

18 http://www.cequimepasseparlatete.com/

19 Cf. lexique en annexe.

20 Logiciel d’animation d’Adobe (auparavant Macromedia) pour le Web.

21 C’est ce que montre, par d’autres voies, le mémoire pour le diplôme de conservateur de bibliothèque « Repérage et sélection de sites de littérature contemporaine par une bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines », réalisé par Pierre Chagny, Anne Lejeune, Marie Lissart et Cécile Tardy sous la direction de Marianne Pernoo, enssib, 2004 [Lissart et alii, 2004].

22 Cf. Chakrabarti (Soumen) et Kaufmann (Morgan), Mining the WebDiscovering Knowledge from Hypertext Data, San Francisco, 2003.

23 Ghitalla (E), Diemert (E.), Maussang (C), Pfaender (E), « tarente: an Experimental Tool for Extracting and Exploring Web Aggregates », in Proceedings of ieee Conférence iccta, Damas, Syrie, mars 2004.

24 Le site Hermeneia apparait comme une référence pour de nombreux sites francophones, d’où le nombre significatif de ses pages qui ont de bons scores de hub et d’authority et la présence importante de mots catalans dans la liste des mots-clés du domaine. La « dérive » vers le domaine anglo-saxon s’explique elle aussi par le nombre de sites canadiens ou américains dédiés au domaine, très fournis et exemplaires du rayonnement de l’e-littérature en termes de recherche mais aussi et surtout d’enseignement. Voir en particulier: http://www.eastgate.com/, http://www.uottawa.ca/academie/arts/astrolabe/, http://www.er.uqam.ca/nobel/mts123/siteweb.html ou encore http://www.eliterature.org.

25 Le vocabulaire descriptif des agrégats de documents web paraît relever de la métaphore cosmologique (« galaxie », « agrégat », « satellite »…), mais l’emprunt à la cosmologie de ses modèles de naissance et d’évolution de l’univers pour expliquer la structure du Web comme espace documentaire relève pourtant de l’hypothèse scientifique (cf. [Bennouas et alii, 2003]).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les « fiches » de Nina Siget. La rubrique « Liens littéraires » n’est pas seulement une liste de liens hypertextes. C’est un travail éditorial de qualité présenté sous forme de « fiches » dans lesquelles figurent les commentaires de la responsable de la rubrique et, en fin de document, le lien hypertexte qui nous conduit hors du site ecrits-vains.com. Il s’agit là d’un véritable travail de sélection et de mise en forme.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Figure 2. Ci-dessus, une partie de la page présentant les « Mardis numériques5 » de François Coulon. Les noms de nombreux participants apparaissent sur la page, associés à des liens hypertextes renvoyant pour la plupart sur des sites personnels.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Figure 3. À gauche, l’évolution schématique d’un graphe où les nœuds s’agrègent au fur et à mesure de l’exploration de l’espace hypertexte. À droite, le résultat final (robot-crawler Orlinski et visualisation sous Pajek). À cette échelle, on aperçoit le principe de la modélisation à base de graphes. Ces graphes ont des propriétés statistiques et mathématiques mais leur visualisation peut aussi beaucoup apporter au travail d’analyse, ne serait-ce qu’à titre d’outil d’exploration.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Légende Figure 4. Dans un premier temps, il faut extraire du Web avec un crawler les données liées à la distribution des liens hypertextes entre les pages et aussi éventuellement à leur contenu (ce que l’on appelle l’indexation full-text). Une fois stockées dans une base, ces données peuvent être traitées et affichées sous forme de graphe, selon plusieurs modalités. Ici, à gauche, un graphe préliminaire (assez complexe) a été réduit pour faire apparaître les liaisons hypertextes entre un ensemble réduit de sites, en l’occurrence ceux qui dans un domaine diffusent le plus de liens entre eux et vers des ressources associées (ce que l’on appelle des hubs). Nous avons développé à droite des modules d’exploration visuelle et statistique du graphe, intégrés à une plate-forme expérimentale (tarente). Ces modules permettent d’explorer en se déplaçant un graphe général (en fond) ou une de ses parties seulement, ou encore d’afficher le contenu des nœuds (fenêtre au premier plan où s’affichent les pages web). Nous y avons ajouté une table d’occurrence statistique des mots les plus fréquents dans le corpus, ou dans une partie du corpus, de façon à essayer de comprendre quel « contenu » se concentre dans le territoire exploré.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 5. Graphe du voisinage « immédiat » d’ecrits-vains.com. Par « immédiat », il faut entendre les nœuds (ici représentés en sites) accessibles depuis ecrits-vains.com en un seul clic. Pour avoir une idée de la nature de ce voisinage immédiat, tous les liens sortants du site ont été indexés dans une base (hormis ceux de la rubrique « Nos liens », instructifs pour caractériser le domaine littéraire dans lequel Ecrits…vains ? évolue, mais peu pertinents pour comprendre la nature du contexte documentaire dans lequel s’inscrit le site). On voit ainsi dans des cartouches surmontés d’un rond les sites « personnels », surmontés d’une croix les portails, surmontés d’un V les sites à caractère collectif (les autres étant des sites « institutionnels » comme celui du ministère de la Culture avec http://www.lire-en-fete.culture.fr ou des sites commerciaux).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Légende Figure 6. L’horizon culturel dans lequel s’inscrit ecrits-vains.com sur le Web se nourrit de la littérature et de ses pratiques, mais aussi d’autres formes d’expression artistique. À gauche, la page d’accueil du site http://www.artotal.com, un portail généraliste sur presque toutes les formes d’art et leurs marchés respectifs : littérature mais aussi architecture, danse, musique, design, décoration, multimédia... À droite, le site de La République des Lettres (http://www.republique-des-lettres.com). Issu d’une édition papier éditée jusqu’en 1998, la République est aujourd’hui « l’une des plus importantes sources gratuites d’information et de documentation en français sur le monde des livres et l’actualité culturelle ». Un index alphabétique très fourni permet l’accès à de très nombreuses ressources sur des auteurs, des personnalités ou des mouvements issus de la culture contemporaine.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 7. À gauche, la page d’accueil du site d’Emmanuel Bing (http://perso.club-internet.fr/​bing), responsable de la rubrique « Doxa ». À droite, celui de Lise Willar (http://www.lisewillar.coml), responsable de la rubrique « Mots...dits ». Le site ecrits-vains.com pointe vers des sites personnels qui nous introduisent, d’une certaine façon, dans l’univers personnel des acteurs qui participent au projet. Les liens hypertextes sont distribués sur le Web entre des ressources documentaires similaires ou complémentaires du point de vue du contenu mais aussi souvent selon les types de relations sociales qui peuvent unir des acteurs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Légende Figure 8. À gauche, la page d’accueil d’Annie Abrahams, http://www.bram.org/​ et, à droite, celle d’Éric Choisi, http://www.bbp-online.com. Les deux sites sont ouverts à différentes thématiques, comme l’art sonore, la vidéo, le Web design et la recherche plastique. Ils sont assez représentatifs du voisinage d’ecritures.org pour la « fusion » sémiotique du texte et de l’image, mais aussi, à titre de « sites personnels », pour l’effacement remarquable des frontières (très marquées dans l’environnement d’ecritsvains.com) entre données autobiographiques et « œuvres ». Ces sites personnels sont déjà, en soi, des manifestes artistiques.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
Légende Figure 9. à gauche, le site de Valérie Bert, http://osmos.free.fr/​. Une fois passé le premier clic de la page d’accueil s’ouvre un univers où les labels des rubriques, outre leur aspect poétique, dérivent sur l’écran comme des bulles. La navigation dans le site est aussi rythmée par des formes originales d’énigmes. A droite, le site de Julien d’Abrigeon, http://tapin.&ee.fr/​. On voit comment, dès la page d’accueil, la composition de l’espace réserve une grande place aux jeux typographiques et à la distribution des « mots ». Julien d’Abrigeon est aussi membre de boxon.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Figure 10. Graphe d’un réseau de revues et de sites collectifs à caractère littéraire et/ou artistique. Avec de telles représentations, on s’aperçoit que le domaine consacré aux pratiques littéraires et à leurs revues est constitué d’un système de relations transversales, et non d’une arborescence hiérarchique et thématique. Ce niveau du réseau, incluant e-critures.org et ecrits-vains.com, est constitué d’éléments connexes qui contribuent à faire émerger une sorte de « localisation thématique ». Ces sites, très connectés au reste du Web, sont aussi des « relais » pour accéder à un vaste réseau de sites « secondaires », comme les sites d’artistes, personnels ou événementiels.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Figure 11. Nombre moyen d’objets Flash par page pour chaque groupe de sites. Il est cinq fois supérieur d’un extrême à l’autre, e-critures.org et lireecrire.free.fr.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Légende Figure 12. Le microterritoire exploré à partir de crawls, ou en naviguant d’url en url, laisse apercevoir la « topologie sémantique » des voisinages immédiats d’e-critures.org et d’ecrits-vains.com et, en quelque sorte, le paysage théorique dans lequel les deux sites s’inscrivent.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/230/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 933k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access