Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un laboratoire de littératures

 | 
Serge Bouchardon

Préface. Une Littérature problématique

Jean Clément

Texte intégral

1Découvrant le titre de cet ouvrage, le lecteur croira sans doute que la littérature numérique n’est qu’un produit de laboratoire, qu’elle n’est pas encore sortie de sa phase expérimentale, qu’elle reste aux mains d’un petit groupe de spécialistes, de chercheurs, d’universitaires qui ne se soucient guère du public et poursuivent leurs chimères dans des cénacles fermés. Adopter ce point de vue serait rejoindre une opinion largement répandue parmi les acteurs du domaine du livre, qu’ils soient auteurs, éditeurs, journalistes, critiques, libraires ou enseignants. Pour la majorité d’entre eux, comme pour le public, toute littérature doit aboutir à un livre. Certes la chaîne de production du livre est aujourd’hui presque entièrement numérique, de son écriture sur traitement de texte à sa distribution dans les librairies en ligne, en passant par sa mise en page et son maquettage chez l’éditeur. Mais le produit final – celui que le lecteur a entre les mains – est un objet de papier, fait de pages imprimées, numérotées et reliées sous une couverture. Cet objet semble irremplaçable.

Un livre électronique ?

2Les tentatives pour substituer l’écran au papier ont jusqu’à présent échoué. Il y a quelques années encore, certains pensaient pouvoir proposer aux lecteurs branchés des livres électroniques, des e-books1 qui auraient remplacé le livre, tout en reprenant certaines de ses propriétés afin de ne pas trop dérouter les lecteurs. Au format d’un ouvrage de poche, le e-book tenait dans la main, on pouvait l’emporter avec soi dans le métro, on en tournait les pages d’une pression sur un bouton, un stylet ad hoc permettait d’accéder à des fonctions de recherche ou de marquage des pages. Des éditeurs et des libraires s’étaient lancés dans son commerce, tandis que d’autres, tenants de l’édition traditionnelle, se demandaient comment allumer des contre-feux face à cet objet menaçant les savoir-faire de leur profession2. L’avenir dira si cet échec est définitif. Depuis un certain temps déjà, des ingénieurs planchent sur de nouvelles technologies comme l’e-ink3 pour relancer le livre électronique. L’industriel Sony a été le premier à tirer parti de cette nouveauté en lançant en septembre 2006 son « Sony portable reader ». L’informatique n’a pas encore dit son dernier mot dans le domaine de la lecture.

Lectures numériques

  • 4 Jeanneney (Jean-Noël), Quand Google défie l’Europe: plaidoyer pour un sursaut, Mille et Une Nuits, (...)

3Si, à moyen terme, la destination finale de la littérature semble bien rester massivement le livre, il y a bien longtemps que l’informatique est apparue comme un auxiliaire de lecture précieux. L’édition du Coran sur cartes perforées remonte aux années 1950. Elle a ouvert la voie aux éditions numériques. Le codage des caractères en nombres binaires permet à l’ordinateur de manipuler le texte. Grâce à sa puissance de calcul, il peut effectuer des opérations qui, sans lui, seraient fastidieuses. Parmi les nouveaux usages rendus possibles, des tâches « cléricales », comme la recherche d’occurrences de mots ou d’expressions, la sélection de contextes d’apparition de vocables dans de vastes corpus et bien d’autres opérations de lexicométrie s’effectuent désormais dans des temps très brefs. Ces nouvelles lectures assistées par la machine sont devenues aujourd’hui indispensables. Elles ont fini par venir à bout des réticences manifestées dans les débuts par les universitaires. Aujourd’hui, l’entreprise de numérisation de la totalité du patrimoine littéraire mondial est en marche et fait l’objet d’une concurrence entre des entreprises privées comme Google et des entreprises publiques nationales ou européennes, moins armées financièrement, mais culturellement plus exigeantes4. Les bibliothèques numériques ainsi constituées s’inscrivent dans le vaste mouvement de numérisation qui touche tous les secteurs de la culture, à commencer par la musique et l’audiovisuel.

Littératures sur le Web 2.0

  • 5 Bobin (Frédéric), « La cyberlittérature, un nouvel espace florissant », Le Monde des livres du 18 m (...)
  • 6 La Malédiction du parasol, d’Anne-Cécile Brandenbourger, paru aux Éditions Florence Massot en 2000, (...)

4Internet n’est pas seulement en passe de devenir la plus grande bibliothèque du monde. Ce que certains appellent déjà le Web 2.0 n’est plus seulement un réservoir d’informations qui fonctionnerait à sens unique. Nous sommes passés d’une logique de stockage à une logique de flux, d’un dispositif de diffusion à un dispositif d’échange. La production d’informations et de connaissances est continue, elle n’est plus le privilège de quelques-uns seulement, mais l’œuvre d’une multitude de contributeurs. Internet est plus que jamais un réseau humain tout autant que technique, un lieu de partage et d’échange. Le courrier électronique, les listes de discussion, les forums, les blogs, les wikis, les sites personnels ou les portails tissent en permanence des liens entre ceux qui écrivent et ceux qui lisent, chacun pouvant à tout moment échanger sa position dans le réseau. Cette dimension sociale de l’informatique touche tous les secteurs de la vie et de la culture, elle produit aussi ses effets dans l’univers de la littérature. Dès 1997 parut, sur papier, un petit ouvrage québécois intitulé La Littérature sur Internet, votre guide des ressources littéraires en français sur la Grande Toile. L’auteur y recensait déjà plusieurs centaines de sites dont une vingtaine de revues littéraires. Depuis, les sites littéraires ont proliféré au point qu’il est difficile à l’internaute de se repérer dans ce réseau dense. Aujourd’hui, par exemple, le site Zazieweb propose un annuaire de 5 000 sites littéraires francophones sélectionnés et faisant l’objet d’une chronique. Pour tous ceux qui écrivent ou s’essaient à écrire, Internet offre un espace illimité d’écriture, d’édition et de publication. Certains choisissent de publier leurs œuvres sur un site personnel ou un blog, d’autres se regroupent en communautés, d’autres enfin proposent leurs écrits à des revues avec comité de lecture. Ce qui caractérise ce vaste mouvement, c’est l’opportunité qu’offre le Web pour les internautes de passer du statut de lecteur à celui de producteur de texte, avec l’espoir d’être lu par le plus grand nombre. Par comparaison avec l’édition à compte d’auteur ou avec la publication dans des revues confidentielles, le changement est considérable. Le Web est à même de jouer le rôle d’un laboratoire de littérature, d’un incubateur de talents. Non pas comme dans l’édition traditionnelle dans un rapport entre un auteur et un éditeur capable d’accompagner la naissance d’une écriture, mais dans un réseau multiforme qui permet la publication, la critique, l’échange à travers le courrier électronique, les blogs, les forums. Le Web sert de tremplin pour les nouveaux écrivains. En Chine, par exemple, des éditeurs traditionnels attendent le succès d’une publication en ligne pour proposer à son auteur une édition papiers5. Le cas est encore rare en France, mais il s’est déjà produit6. On trouvera dans cet ouvrage une analyse détaillée et passionnante de cette « fabrique d’auteurs » et de ces nouveaux modes de publication à l’œuvre dans les sites ecrits-vains.com et e-critures.org.

Écrits d’écran

5Cependant, si ces deux sites ont pour vocation commune de favoriser l’éclosion de talents, la publicité et la publication d’œuvres contemporaines, la création de communautés d’auteurs et de lecteurs sur le Web, ils divergent radicalement dans leur rapport au numérique. Pour Ecrits... vains ?, le support numérique est un simple vecteur de communication qui ouvre des perspectives nouvelles à l’édition papier par la création d’un réseau d’écrivains et de lecteurs. Pour les membres d’E-critures, l’informatique est davantage qu’un nouveau support, c’est un outil d’expression et de création. Afin de clarifier cette différence, il convient de distinguer entre la littérature numérisée et la littérature numérique. On appellera donc littérature numérisée celle qui, bien qu’étant inscrite sur un support numérique, a d’abord connu une existence sur le papier ou qui a vocation à être publiée sur ce support. On réservera l’appellation de littérature numérique à celle qui ne peut pas être imprimée sur papier sous peine de perdre les caractéristiques qui constituent sa raison d’être.

  • 7 Les surréalistes se sont ainsi amusés à transformer en poèmes des articles de faits divers parus da (...)
  • 8 Dans le vocabulaire du numérique, le format « paysage », plus large que haut, s’oppose au format «  (...)
  • 9 [Souchier et alii, 2003]

6Le texte numérisé, malgré sa parenté avec le texte imprimé, n’en est pas pour autant la simple reproduction. Dès lors qu’il est affiché à l’écran, le texte donné à lire n’est plus le même, il subit une métamorphose. Dans l’opération de lecture, la dimension lexico-grammaticale d’un texte n’est pas séparable de sa dimension sémiotique. La mise en page, la typographie, le support de lecture lui-même contribuent à la construction du sens par le lecteur7. En changeant de dispositif, la lecture sur écran met encore plus en évidence cette dimension sémiotique du texte. Installé devant un écran au format « paysage8 », le lecteur est dans la posture du spectateur qui regarde plus qu’il ne lit  les mots sont pour lui avant tout des images. Le texte à l’écran se situe d’ailleurs de plus en plus dans un environnement de signes graphiques, d’images fixes ou animées, voire de sons. Il n’est souvent qu’un des éléments d’un dispositif multimédia. L’écrit d’écran n’est pas l’écrit du livre. Il ne peut être reçu et interprété indépendamment de son support technique. Il forme avec lui un nouvel objet, à la fois texte et technique, un « textiel » selon le néologisme forgé par Emmanuël Souchier et Yves Jeanneret9.

Naissance de la littérature numérique

7Cette nouvelle écologie du texte à l’écran a conduit tout naturellement les créateurs à renouer avec des pratiques avant-gardistes et à les porter plus loin. La littérature numérique peut être envisagée comme la rencontre de courants littéraires marginaux parfois anciens et du multimédia. Poèmes à chanter, à crier, à danser, poésie sonore, poésie spatialiste, poésie concrète trouvent dans l’informatique un nouvel espace de création. La littérature fragmentaire, l’anti-roman, les littératures à contraintes, entre autres, ont donné naissance à l’hypertexte et aux œuvres programmées. Les deux caractéristiques les plus novatrices de la littérature numérique sont l’introduction du mouvement et la programmation.

  • 10 Laufer (Roger), Le Texte en mouvement, Presses universitaires de Vincennes, 1987.

8Le texte en mouvement10 ou texte animé est un texte dont les mots apparaissent, disparaissent, circulent, se transforment à l’écran. La situation du lecteur s’en trouve complètement changée. En tranchant le lien qui depuis des siècles l’attachait à la page, la littérature en mouvement soumet l’œuvre au temps de sa consommation, elle se « produit » dans un espace-temps qui n’est plus celui de la lecture mais celui du spectacle. Ce faisant, elle renoue avec la poésie orale, mais sans bénéficier toutefois de la coprésence de l’énonciation orale. Sans doute est-ce pour cette raison que les œuvres de poésie numérique donnent souvent lieu à des installations ou à des manifestations publiques.

9Le texte en mouvement est aussi un texte programmé. Le programme règle le comportement des mots à l’écran et tient éventuellement compte des interactions du lecteur dans le déroulement de l’œuvre. Dès lors, pour les auteurs, l’essentiel du temps de la création n’est plus dans l’écriture des mots, mais dans la programmation de leur comportement à l’écran. Pour quelques phrases de texte, ce sont des centaines de lignes de code informatique qu’il leur faut produire. Même si aujourd’hui des logiciels comme Flash ou Dreamweaver permettent à certains auteurs de s’affranchir des difficultés de la programmation, nombreux sont ceux qui ont dû acquérir des compétences de programmeur.

Du texte au programme

  • 11 Valéry (Paul), Ego scriptor, Gallimard, Paris, 1973.

10Cet investissement dans la programmation conduit inéluctablement à un déplacement de l’activité créatrice, qui ne réside plus pour l’essentiel dans l’écriture des mots, mais dans la conception des programmes qui produiront le texte à l’écran. Si l’on considère en outre le fait que les choix aléatoires de la machine et ceux de l’interacteur privent l’auteur de la maîtrise complète du texte affiché à l’écran, il apparaît clairement que la littérature numérique relève pour une large part d’une esthétique de la programmation. Pour les auteurs, c’est le programme qui fait œuvre, en amont des énoncés proposés à la lecture. De ce point de vue, la littérature numérique se situe dans la filiation de la poétique d’un Paul Valéry qui écrivait  « C’est une révolution, un changement immense, qui était au fond de mon histoire  c’est de reporter l’art que l’on met dans l’œuvre à la fabrication de l’œuvre. Considérer la composition même comme le principal, ou la traiter comme œuvre, comme danse, comme escrime, comme construction d’actes et d’attentes. Faire un poème est un poème11. »

  • 12 Ainsi, on peut lire au dos de la jaquette du dernier numéro de la revue alire, qui a longtemps rass (...)

11Fabrique de mots, ingénierie textuelle, programmation, autant de compétences qui entraînent les auteurs numériques loin de la culture littéraire classique et les amènent à s’interroger sur leur identité. Si certains continuent de se réclamer de la littérature, d’autres sont tentés de prendre le large pour fréquenter d’autres rives. Un des intérêts de l’étude menée ici sur la liste E-critures réside dans les discussions animées à propos de l’appartenance des membres de la liste au domaine littéraire. Nombre d’entre eux se définissent plutôt comme des artistes multimédias, au même titre que les musiciens, plasticiens, développeurs et autres adeptes du Net art ou de l’esthétique de la communication qui explorent aujourd’hui les nouveaux espaces numériques12. Particulièrement intéressante à cet égard est la création, par trois poètes numériques, du mouvement Transitoire observable qui regroupe des littéraires, des musiciens et des plasticiens s’intéressant plus au dispositif informatique qu’à la seule production de formes de surface observables à l’écran.

12La littérature numérique, on le voit, est une littérature problématique. En passant du papier au numérique, elle oblige à reconsidérer la question de son support, à tenir compte de son dispositif de réception. Le texte n’est plus séparable de son environnement technique, il est contaminé par les médias avec lesquels il partage son espace, il n’est plus que le résultat, la partie visible d’un ensemble de programmes et de processus. La littérature numérique détrône le texte de sa place centrale et, à la limite, est tentée de s’en débarrasser.

Y a-t-il un lecteur ?

13Pour le lecteur, la situation est devenue inconfortable. L’interactivité comme promesse de liberté et de prise en main du déroulement de l’œuvre, comme coproduction du texte avec l’auteur n’est le plus souvent qu’une illusion. Le texte programmé conduit à la programmation du lecteur : sans accès aux algorithmes conçus par l’auteur, l’interacteur n’est plus qu’un élément du système, il est réduit à la fonction de déclencheur, de fournisseur malgré lui d’informations dont il ignore ce que l’auteur a prévu de faire. Certes les productions hypertextuelles paraissent offrir un espace de libre circulation dans les textes. Elles fournissent au lecteur l’opportunité de créer son propre parcours, d’être dans une situation de coénonciation. Mais, même dans ce cas, le plaisir de la lecture est moins dans la découverte du texte que dans la construction ludique d’une cartographie cachée, d’un jeu dont l’issue incertaine est le principal enjeu. L’avenir de la littérature numérique, son succès ou sa disparition, tient sans nul doute à la relation qu’elle saura entretenir avec ses lecteurs. Si elle reste au stade de l’expérimentation en laboratoire, si elle considère le texte affiché à l’écran comme un élément secondaire, simple résultat d’un processus caché au lecteur, elle n’intéressera que le petit groupe des spécialistes. Pour trouver son public, il lui faudra réfléchir à la place du lecteur dans les dispositifs qu’elle propose.

L’avenir du cyberespace littéraire

  • 13 Le rôle de diffusion et d’animation joué par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) (...)

14L’ébranlement produit par le numérique dans le champ littéraire est le signe d’une mutation en cours dont il est difficile de prévoir les conséquences à long terme. Mais dès maintenant le numérique produit ses effets dans tous les domaines de la littérature et opère entre eux un mouvement de rapprochement. Dans l’ouvrage qu’on va lire, les auteurs analysent deux sites qui sont l’expression de deux communautés se trouvant a priori très éloignées l’une de l’autre dans leur rapport au numérique, l’une l’utilisant comme un outil de communication et de publication, l’autre s’en saisissant comme matériau de création. Ce choix se justifie par ses vertus contrastives. Mais, au-delà des différences, l’informatique les réunit dans un même ensemble, celui de la cyberlittérature. Celle-ci se caractérise d’abord par son rapport à la cybernétique, qui, dans son acception étymologique, est d’abord l’art de gouverner au sein d’un système homme-machine. Que ces machines abritent des programmes de création littéraire, comme dans la cyberpoésie ou dans les hyperfictions, ou qu’elles organisent la communication en réseau dans le cyberespace littéraire, elles forment un environnement, une culture commune qui autorise les rapprochements. Si le spectre de la littérature numérique est large, il comporte des zones où peut s’opérer le passage entre les différentes familles. Les discussions sur les listes et les liens qui se tissent entre sites en témoignent. Des passages existent entre les auteurs numériques qui se risquent à publier aussi sur papier, y apportant parfois leur culture informatique et les auteurs de la littérature classique qui s’essaient aux nouvelles technologies. Il n’est pas jusqu’à l’enseignement de la littérature dans les classes qui ne commence à prendre en considération la création numérique comme en témoignent des CD-Rom ou des ouvrages pédagogiques13.

Un territoire à explorer

15C’est un des mérites des auteurs que d’avoir pris en considération le Web comme un territoire et d’en avoir mené l’exploration à partir des sites qu’ils ont choisis. Au-delà de l’analyse minutieuse et pertinente de ces sites, il faut souligner l’originalité des outils et des méthodes qu’ils ont mis en œuvre dans leur étude. En adéquation avec le sujet de leur recherche, ils ont fait appel à des outils informatiques. Dans l’utilisation des listes de discussion d’abord. Le recueil systématique de ce corpus sur plusieurs années ainsi que sa mise en forme informatique à l’aide d’outils ad hoc à des fins d’exploitation statistique constitue un modèle exemplaire qui pourra être repris sur d’autres corpus par d’autres chercheurs. Dans l’utilisation d’outils, de méthodes documentaires et de cartographies du Web ensuite. Les techniques de social data mining appliquées au Web littéraire font apparaître des réseaux que la simple observation de pages web, aussi poussée soit-elle, est incapable de faire apparaître. La méthode des agrégats, l’approche topologique, l’identification des hubs et des authorities dessinent des configurations souvent inattendues, une géographie documentaire, une e-cologie qui est immédiatement parlante et suscite le commentaire.

  • 14 En témoigne, par exemple, le festival E-poetry qui se tient en 2007 à Paris du 20 au 23 mai.

16Dans le vaste continent de la littérature sur le Web, la littérature numérique francophone n’est qu’un petit archipel, mais qui fait réseau avec les littératures numériques du monde. Derrière la production anglo-saxonne, elle n’a pas à rougir de sa place, reconnue par les plus grands. Elle est une des plus inventives et des plus diversifiées. Elle a joué et continue de jouer un rôle de premier plan dans son domaine. Elle a produit des CD-Rom, des sites, des revues, des livres. Elle a organisé des rencontres, des expositions, des manifestations14. Elle est présente à l’Université, dans des cours, des centres de recherche. Ses productions sont cataloguées, répertoriées, archivées dans les bibliothèques. Un de ses meilleurs connaisseurs, Jacques Donguy, prédisait que « pour tirer toutes les conséquences du passage de l’imprimerie à l’informatique, il faudra au moins cinquante ans ». En faisant mieux connaître cette nouvelle littérature, cet ouvrage lui donnera un sérieux coup de pouce et devrait contribuer à raccourcir ce délai.

Notes

1 Sur le livre électronique, on lira avec intérêt Gutenberg 2.0 de Constance Krebs et Lorenzo Soccavo à paraître chez MM2 Éditions en mars 2007.

2 Rapport Cordier sur le livre numérique, http://www.culture.gouv.frlculture/actualites/rapports/cordier/intro.htm

3 Ce procédé, imaginé par Xerox dès 1977, utilise des microcapsules insérées dans une fine feuille de plastique. Il permet un affichage aussi lisible que le papier sans nécessiter aucun rétro-éclairage.

4 Jeanneney (Jean-Noël), Quand Google défie l’Europe: plaidoyer pour un sursaut, Mille et Une Nuits, Paris, 2006.

5 Bobin (Frédéric), « La cyberlittérature, un nouvel espace florissant », Le Monde des livres du 18 mars 2004.

6 La Malédiction du parasol, d’Anne-Cécile Brandenbourger, paru aux Éditions Florence Massot en 2000, a d’abord été publié sur le site Anacoluthe (http://www.anacoluthe.com) pendant les deux années précédentes, sous la forme d’un feuilleton intitulé Apparitions inquiétantes. Par ailleurs, les Éditions POL publient régulièrement sur le Web des œuvres en feuilleton avant de les éditer en livre.

7 Les surréalistes se sont ainsi amusés à transformer en poèmes des articles de faits divers parus dans les journaux en modifiant simplement leur mise en page par des retours à la ligne.

8 Dans le vocabulaire du numérique, le format « paysage », plus large que haut, s’oppose au format « portrait », qui est plus haut que large.

9 [Souchier et alii, 2003]

10 Laufer (Roger), Le Texte en mouvement, Presses universitaires de Vincennes, 1987.

11 Valéry (Paul), Ego scriptor, Gallimard, Paris, 1973.

12 Ainsi, on peut lire au dos de la jaquette du dernier numéro de la revue alire, qui a longtemps rassemblé les pionniers de la poésie numérique en France: « [...] au revoir à nos amis auteurs qui se sont engagés dans des voies de la littérature numérique qui ne sont plus les nôtres et [...] “bienvenue” aux auteurs ou artistes qui traitent de façon rigoureuse la question de l’art programmé aujourd’hui. » alire, n° 12, février 2004.

13 Le rôle de diffusion et d’animation joué par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) est particulièrement intéressant à cet égard. On lui doit entre autres un CD-Rom sur la poésie contemporaine qui fait une très large place aux œuvres numériques et un ouvrage sur ce thème est en préparation dans la collection Web.

14 En témoigne, par exemple, le festival E-poetry qui se tient en 2007 à Paris du 20 au 23 mai.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication au département Hypermédias de l’université Paris VIII, directeur de l’équipe Écritures hypertextuelles du laboratoire Paragraphe et codirecteur du master Création et édition numérique.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access