Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Internet et la sociabilité littéraire

 | 
Jean-Marc Leveratto
, 
Mary Leontsini

Chapitre III. Sociabilité littéraire et communication numérique

Texte intégral

1L’observation sociologique de la communication numérique pose un problème d’angle d’attaque : selon qu’il privilégie la singularité technique de l’échange ou l’appartenance sociale de l’usager, le sociologue propose une vision différente d’Internet. Perçu, dans le premier cas, comme le support d’un nouveau type d’échange social et de rapport à autrui, Internet sera, dans le second cas, traité comme un simple équipement technique, utilisable ou non par les individus, selon les ressources sociales et culturelles dont ils disposent.

  • 1 Andreas Wittel, « Toward a network sociality », Theory, Culture and Society, 2001, vol. 18, n° 6, (...)
  • 2 Ibid.

2Étudier la sociabilité littéraire sur Internet consiste, en ce sens, à passer de l’étude de la « communauté virtuelle » per se à l’observation de la « sociabilité de réseau1 », à voir comment celle-ci s’articule avec les formes de sociabilité déjà existantes ou bien les concurrence. Internet est un instrument de « fabrication de réseaux2 ». Nous voulons l’appréhender comme un équipement de sociabilité littéraire et étudier de quelle manière la Toile rapproche les personnes et comment les personnes utilisent ce pouvoir de rapprochement pour entretenir des liens déjà existants, ou nouer de nouveaux liens, à travers des événements de sociabilité littéraire.

3De ce point de vue, Internet constitue en effet tout autant un équipement culturel, puisqu’il est un moyen de discuter de livres choisis avec des personnes qui les connaissent, un équipement de sociabilité, puisqu’il permet de « sympathiser », d’éprouver une commune sensibilité avec les personnes rencontrées, qu’une occasion de parler en son nom propre, un instrument de mise à l’épreuve de sa propre identité.

4Il est, en effet, tout autant le moyen d’incorporer un lien que de le rendre public. Le dispositif sociotechnique d’Internet n’apporte pas seulement un degré d’interactivité plus fort entre l’acteur et le spectateur que la télévision; il autorise aussi une réversibilité technique de l’acteur et du spectateur. Il ne permet pas seulement de recevoir des messages littéraires, mais également d’en produire soi-même, de représenter individuellement ou collectivement son opinion sur un livre, de s’exprimer en personne et de faire reconnaître sa compétence culturelle. L’observation de la sociabilité littéraire sur Internet confirme l’importance, pour les individus, de cette réversibilité.

Internet, innovation technique et sociabilité littéraire

  • 3 Erving Goffman, Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit, 1981.
  • 4 Geneviève-Dominique de Salins (Une introduction à l’ethnographie de la communication, Paris, Didie (...)

5La sociologie de l’interaction est l’outil privilégié d’analyse de la sociabilité littéraire sur Internet. Elle nous fournit à la fois les catégories d’observation ethnographique de la conversation en public – cet « objet fluctuant et souvent évanescent qui se signale par des arrivées et s’efface au moment du départ des participants3 » – et les outils d’interprétation de ce qui se passe, en fonction des relations structurelles, des rapports catégoriels et des positions personnelles dont la conversation est l’occasion4.

  • 5 Erving Goffman, Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit, 1982. Le terme de « cadres  (...)
  • 6 La modalisation désigne, selon Les Cadres de l’expérience, le « processus de transcription » d’une (...)

6Dans le vocabulaire de cette sociologie, Internet constitue un nouveau cadre de l’expérience, c’est-à-dire une forme inédite d’organisation collective de l’expérience5. La participation à ce nouveau cadre d’échange social impose la remodalisation6 d’activités de communication qui se déroulaient dans des cadres de coprésence physique, qu’il s’agisse de la conversation littéraire dans les lieux privés, dans les lieux publics ou dans les lieux marchands.

  • 7 Cf., par exemple, Laurent Chasset, « sms, mails, chat… Restons polis ! » dans Femme Actuelle, n° 1 (...)

7Cette remodalisation suppose une initiation technique, et un effort de mobilisation de soi qui est fonction de l’intensité et de la qualité de l’échange littéraire que l’on désire développer. Comme on l’a vu précédemment, la recherche d’information et l’achat de livres récents ou rares par Internet sont des conduites faciles à intégrer, y compris par un public âgé et inexpérimenté, du fait de leur continuité avec des gestes familiers : « se renseigner » sur l’actualité culturelle (par le bouche-à-oreille et la lecture de journaux) et « commander » ce qui m’intéresse particulièrement (la vente par correspondance et la réservation par téléphone). En revanche, la participation à un salon sur Internet est une conduite à la fois technique et sociale dont l’appropriation suppose une formation personnelle, comme nous le rappellent les rubriques pratiques des journaux et magazines consacrées aux règles de courtoisie sur Internet7. Une anticipation négative de l’expérience, en termes de confort de l’échange ou d’intercompréhension, peut facilement détourner, comme on l’a vu, les personnes âgées de son exploration. Inversement, l’incorporation précoce de l’usage d’Internet facilite l’appropriation d’une conduite qui donne accès à un lieu de sociabilité adapté à sa personnalité propre.

  • 8 Jack Goody, La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1986.

8L’analyse de la sociabilité littéraire sur Internet est inséparable d’une réflexion sur la « raison graphique8 ». Pour le moment, en effet, la communication sur Internet passe par l’écriture. L’analyse doit tenir compte, du même coup, des deux aspects de l’efficacité de l’écriture sur Internet : celui de la représentation de soi dans un lieu de sociabilité littéraire et celui de la production publique de son propre jugement littéraire. Ces deux aspects sont indissociables. Leur différence ne résulte, en effet, que de l’accent mis par la situation tantôt sur la présentation de soi, à travers la production d’un discours personnel sur le livre, tantôt sur la proposition au public d’une opinion personnelle, à travers la « publicisation » de cette production. Le lieu de sociabilité fondé sur l’écriture, lieu que je peux habiter, est en même temps un espace de publication d’un discours individuel ou collectif, un moyen d’agir sur le public en le mobilisant.

9La production de la présence personnelle à distance est, du fait de son caractère « magique », l’aspect de l’efficacité de l’écriture numérique qui a été le plus valorisé. Elle montre, en effet, que l’identité personnelle est attachée à la situation et non à l’individu, et met en lumière la capacité des individus à se créer de nouvelles relations sociales. La mobilisation du public par l’écriture reste, à l’inverse, une évidence sociologique souvent oubliée en raison de son caractère désenchanteur, du fait de la distinction prévisible, dans la future société des réseaux, entre ceux qui interagissent et ceux qui sont interagis.

10La construction d’une relation de sociabilité littéraire sur Internet est la résultante, cependant, de ces deux types d’efficacité. Et les formes de sociabilité littéraire vont varier en fonction, à la fois, de l’importance de la mobilisation de soi requise par la communication numérique et du mode de mobilisation d’autrui qu’elle représente. En première analyse, la sociabilité littéraire sera d’autant plus intense qu’elle impose un travail de présentation de soi plus important et parvient, ce faisant, à justifier l’attention du public visé et, le cas échéant, sa contribution.

11La présence du public que l’usage d’Internet permet à chacun de mobiliser ne doit donc pas être oubliée lorsque l’on s’intéresse à la sociabilité littéraire sur Internet. Il est des situations de sociabilité littéraire qui ne prennent pas la forme de la conversation convergente, mais – comme nous l’avons vu à travers le cas du bouche-à-oreille –, celle de la simple communication d’informations littéraires de consommateurs à consommateurs. La fréquentation des salons littéraires n’est donc pas la seule forme de sociabilité littéraire sur Internet, même si elle en constitue une réalisation exemplaire. Pour mieux comprendre cette diversité, nous commencerons par examiner le moyen de sociabilité que constitue le mél. Il nous permettra de préciser l’innovation technique que représente Internet et la manière dont elle peut bénéficier à la sociabilité littéraire.

Présence à distance et mobilisation sociale : mél et sociabilité littéraire

12Le mél offre à tout individu connecté le moyen d’entretenir à distance d’anciens liens ou d’établir de nouvelles relations au sein des différentes communautés sociales auxquelles il appartient. Je peux ainsi conserver à distance une relation de proximité affective – par exemple, communiquer régulièrement avec mon épouse et mes enfants depuis l’étranger – ou nouer un lien professionnel avec un inconnu, en prenant contact avec un collègue étranger que je n’ai jamais rencontré.

13Le mél peut compléter ponctuellement des conversations en face à face, comme c’est le cas dans nombre d’entreprises aujourd’hui. Il pourra, au contraire, constituer une forme d’échange per se, permettant de faire l’économie totale d’une relation de face à face, coûteuse en temps et en argent. Dans tous les cas, le mél possède, en tant que situation d’interaction, une double dimension. L’engagement personnel dans l’échange lui confère une fonction rituelle et une valeur affective. En même temps, l’écriture du mél constitue une action pratique, un moyen de mobiliser l’attention de celui auquel on s’adresse et d’obtenir sa coopération.

  • 9 Le débat philosophique sur les risques de barbarie inhérents à l’expansion de la « technique » a t (...)

14Ce pouvoir se trouve renforcé par la possibilité qu’offrent les messageries d’expédier concomitamment le même message à plusieurs destinataires et, ainsi, d’impliquer ceux-ci dans cet échange interindividuel. Cette reproductibilité, au sens de Walter Benjamin9, du mél procure la capacité de toucher, avec le même message et au même moment, des personnes différentes dans des lieux différents. En adressant à plusieurs personnes ce que l’on écrit à quelqu’un, on fait participer à la discussion toutes les personnes de son carnet d’adresses que l’on estime concernées par ce que l’on écrit. On active alors le lien collectif qui nous unit à ces personnes et qui les unit entre elles pour les intéresser à la conversation. L’activation de ce lien, dès lors qu’elle est explicite, et non dissimulée (comme lorsqu’on utilise pour prendre à témoin ces personnes et se prémunir contre un compte rendu inexact ou mensonger de l’échange auquel on les associe), permet de fabriquer une situation d’échange collectif, de faire exister une assemblée convoquée au titre du lien social qui unit les individus et en raison de l’intérêt général de l’objet de l’échange.

15Ce sont ces deux formes d’activation d’un lien social qu’autorise le courrier électronique, celle d’un lien porté par les personnes et incorporé par l’expérience (la connaissance mutuelle), et celle d’un lien porté par l’objet technique, inscrit dans la machine, enregistré (le carnet d’adresses). Les deux s’articulent dès lors que l’on connaît bien la personne dont on utilise l’adresse électronique. Dans ce cas, lorsque l’on communique par messagerie électronique avec un ou des individus proches, notre message constitue une confirmation rituelle et une traduction technique du lien noué offline entre « nous ». En même temps, que l’on ait déjà rencontré physiquement ou non les personnes auxquelles on s’adresse par Internet, l’activation du lien électronique est le moyen de sa concrétisation sociale puisque l’on s’adresse à elles, à « toi » et à « lui » et que l’on enclenche une situation d’échange.

Mél et production de la présence : l’exemple de Katell

16Le message électronique peut donc contribuer à l’entretien d’une sociabilité littéraire en prolongeant la conversation qui s’est établie offline. Le groupe de lecture Voix au chapitre offre un bon terrain d’observation de cette pratique. Le groupe, qui s’est doté en 2000 d’un site internet, rassemble une vingtaine de personnes, essentiellement des femmes, le webmestre du site étant cependant un homme, un participant de longue date.

17Claire, l’une des fondatrices du groupe de lecture et son animatrice – même si elle refuse cette appellation –, héberge les réunions dans son appartement depuis 1987. C’est elle qui recopie et met en forme les minutes tenues lors de la séance par un des membres, différent à chaque fois, minutes qui seront ensuite publiées sur le site.

18Internet constitue un moyen d’échange entre les membres du groupe mais aussi avec les visiteurs du site, qui peuvent suivre à distance les discussions et même y participer en adressant leurs propres critiques des livres discutés. Les avis expédiés par mél sont intégrés dans le déroulement de la réunion puisqu’ils sont lus aux membres présents. L’absent(e) coopère ainsi réellement à l’évaluation collective du livre. La participation à distance conserve cependant un statut différent de la participation directe : les avis délivrés par message électronique sont entendus, mais ne sont pas débattus, l’auteur de l’avis ne pouvant pas répondre en direct. Cela serait en effet contraire au « respect » du participant, notion à laquelle les membres du groupe sont très sensibles, et qui désigne à la fois la considération à laquelle la personne a droit – critiquer son opinion sur un livre revient à l’attaquer en son absence – et l’attention à l’équité de l’échange – il est facile de critiquer un discours que son auteur n’a pas la possibilité de défendre.

19Grâce au mél, la participation à distance n’est pas « virtuelle » puisqu’elle est matérialisée et authentifiée par la lecture à haute voix et l’écoute collective de l’avis expédié par la personne absente. Symétriquement, la familiarité qui s’est nouée au fur et à mesure des séances permet au membre éloigné de s’impliquer à distance dans le déroulement de la séance et de ressentir physiquement, outre le plaisir de prendre connaissance de l’opinion de chacun, le plaisir de retrouver, par la médiation de l’écrit, l’accent et le style de jugement propres à chacun. L’interview de Katell, 38 ans, membre de longue date de Voix au chapitre, illustre ce phénomène :

« Ah! oui, ça aussi, il faut que je raconte, c’est un peu mon aventure personnelle, comme je ne peux pas venir j’envoie mon avis le vendredi, je sais que dans la journée il faut forcément que j’écrive mon avis, j’en suis très contente, je me prends un temps pour travailler un peu, et alors le samedi matin ou le dimanche matin j’allume mon ordinateur et je guette si Claire a travaillé et elle envoie tout. Mais ça c’est un pur plaisir, surtout le dimanche matin, je prends mon petit déjeuner avec café et je découvre dans la boîte mél tous les avis, quand j’ai ça je suis supercontente, c’est comme lire des lettres d’amis, c’est comme autrefois dans les familles aristocratiques : le matin, ils avaient leur courrier, leurs journaux, c’est le même plaisir. Devant mon ordinateur, le matin, avoir les messages de Claire, les avis, les lire et moi-même je me marre, je connais les gens et je vois comment ils ont dit les choses et j’adore… » (24 avril 2004).

20Le message électronique constitue ici un moyen d’échange littéraire efficace et commode, un geste plus aisé que la lettre du fait de sa rapidité et d’une forme moins contraignante, tout en étant rituellement consistant puisqu’il combine le sérieux de l’écrit et du discours élaboré, et assure à la parole de Katell la dignité de l’opinion réfléchie. Le mél lu par une personne présente se rapproche, de ce point de vue, de la chronique téléphonée en direct à la radio. Katell y trouve donc la possibilité de réparer son absence physique. Le message électronique lui permet également de prendre connaissance en différé, mais dans un laps de temps très court, de tout ce qui s’est dit sur le livre en son absence et donc de tirer plaisir de la présence des autres grâce au mode de fonctionnement du groupe, qui prévoit d’enregistrer par écrit les discussions et de les mettre en ligne.

21L’efficacité émotionnelle de l’interaction ne tient pas seulement au désir de Katell de participer, et à sa familiarité personnelle avec les gens dont elle anticipe, puis reconnaît, le style affectif. Du point de vue de la jeune femme, la sociabilité littéraire à distance est authentifiée par le cadre rituel – « c’est comme lire des lettres d’amis, c’est comme autrefois dans les familles aristocratiques : le matin, ils avaient leur courrier, leurs journaux, c’est le même plaisir » – dans lequel elle insère la lecture de la minute de la réunion à laquelle elle n’a pas pu participer, et par la façon dont elle incorpore ce qu’elle lit – « avoir les messages de Claire [la fondatrice du groupe], les avis, les lire, et moi-même je me marre, je connais les gens et je vois comment ils ont dit les choses et j’adore ». Du point de vue du groupe de lecture, cette authentification s’effectue par la lecture à haute voix de l’avis de Katell, l’écoute collective de cet avis et son intégration dans la minute de la réunion qui sera ensuite numérisée et communiquée. La numérisation, en autorisant à jouer avec le temps (la rapidité de la transmission) et l’espace (la reproductibilité de la minute), permet donc à une forme de sociabilité littéraire organisée et régulière – les membres de Voix au chapitre se réunissent tous les quinze jours pour discuter d’un livre – de dépasser les frontières physiques dans lesquelles elle était enfermée jusqu’alors.

22Bien entendu, l’ubiquité de Katell d’un côté, et celle du groupe de lecture de l’autre, dépend tout autant de l’expérience partagée des membres du groupe que de l’efficacité technique d’Internet. La familiarité qui s’est nouée au fur et à mesure des séances permet au membre momentanément éloigné, bien qu’il soit absent, d’être écouté par le groupe, et à l’absent de ressentir physiquement, bien qu’il soit éloigné et que la réunion ait déjà eu lieu, le plaisir de participer à l’événement.

  • 10 C’est-à-dire « un circuit d’actions interdépendantes, relativement fermé, contrôlant de lui-même s (...)

23Voix au chapitre fournit un bon exemple de la façon dont le mél contribue au fonctionnement d’un « système d’activité situé10 » en permettant à des personnes d’y tenir par procuration un rôle auquel elles sont attachées affectivement. La constitution, au sein de Voix au chapitre, d’un statut de « membre en ligne » confirme cette effectivité de la communication et le rôle qu’y joue Internet. Ce statut hybride est confirmé dès la page d’accueil du site, où il est précisé que, parmi les membres, « quelques-uns vivent provisoirement ou non en province ou à l’étranger et continuent de participer par courrier électronique ». Une « mère de deux enfants » installée loin de Paris, un responsable de « formations en communication après vingt années de réalisation audiovisuelle » retiré en province, une « Irlandaise, 30 ans, enseignante à Dublin » se signalent ainsi à l’attention du visiteur du site, confirmant leur statut de « membre activement passif » et leur participation à distance, grâce à Internet et à leur familiarité avec les membres du groupe, à l’échange qui se déroule en leur absence.

24On voit bien, dans leur cas, que le mél permet à ces internautes de bénéficier de la parole d’un groupe qu’ils ne rencontrent plus depuis longtemps, de neutraliser la distance pour continuer à profiter de ce qui se dit. Chaque « membre en ligne » peut ainsi continuer à bénéficier des ressources de critique littéraire que le groupe d’amis met à sa disposition. Leur situation permet de prendre la mesure de l’utilité culturelle du message électronique alors que le discours de Katell valorise surtout son efficacité affective.

25L’observation d’une liste de diffusion (mailing list) professionnelle va nous permettre de préciser cette utilité culturelle à travers sa fonction de documentation.

26Mél et mobilisation sociale : le cas de Dramatica

27La liste de diffusion est d’abord une liste d’adresses électroniques regroupées sous un seul nom, ce qui permet d’adresser le même message au groupe de destinataires identifiés sous ce nom. C’est un objet aujourd’hui facile à manipuler, puisque les carnets d’adresses des systèmes de messagerie intègrent une rubrique « groupe ».

  • 11 Alors que les dictionnaires français ne retiennent que la dimension collective et l’usage spéciali (...)

28Il faut cependant distinguer cette liste personnelle d’adresses, constituée par un usager pour ses besoins propres, de la liste de diffusion à laquelle l’internaute peut s’abonner en expédiant son adresse électronique à un serveur, en s’inscrivant donc sur une liste de destinataires gérée par un groupement11.

29Dans ce cas, il s’agit d’un service, généralement appelé « lettre d’information » (newsletter), qui permet à l’abonné de recevoir dans sa boîte aux lettres électronique de l’information ciblée sur un centre d’intérêt particulier. Ce service d’information, gratuit ou payant, peut se doubler également de la possibilité pour chaque abonné d’utiliser la liste de diffusion pour poster des messages à destination de tous les autres abonnés, et de contribuer par les informations qu’il apporte à la réalisation du service.

30Dramatica est un service gratuit, accessible par le simple renvoi d’un mél d’inscription. La présentation, dans l’ordre de leur réception, d’une suite de messages reçus par les abonnés permet de reconnaître le type d’échange de savoirs littéraires que cette liste de diffusion cherche à développer.

31Objet : [Dramatica] Parodie de reconnaissance

32Date : dimanche 5 septembre 2004, 02:43

33De : T. P.

34« Chers collègues,

35Je me permets de faire appel à votre science de la chose théâtrale.

36Je suis à la recherche de transgressions de l’anagnorisis aristotélicienne (Poétique, chap. X, 52a29), comme les retrouvailles insolites de Monsieur et Madame Martin dans La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco (scène 4).

37Avez-vous connaissance de textes antérieurs à 1950 qui parodieraient le topos comique de la reconnaissance de deux personnages ignorant les liens qui les unissent ?

38D’avance merci de vos suggestions.

39Cordialement. »

40Date : dimanche 5 septembre 2004, 12:07

41De : H O.

42« Je pense à Molière, dans Les Fourberies de Scapin, qui parodie par la surenchère la facilité dramatique de ces “agnitions”.

43Bonne rentrée. »

44Date : dimanche 5 septembre 2004, 21:28

45De : J. B.

46« Il me semble que la scène 16 de l’acte III du Mariage de Figaro (Figaro y découvre l’identité de ses deux parents) offre un matériau de travail intéressant… Parodie ou traitement comique de la scène de reconnaissance, on est en tout cas en plein dans le topos

47Bonnes recherches. »

  • 12 L’intérêt particulier de l’échange observé est qu’il est initié par le créateur de la liste.

48« Liste de discussion pour les études théâtrales », Dramatica est un bon exemple de création d’un réseau impersonnel grâce à l’activation d’un lien social autour de textes partagés par l’ensemble des abonnés. Le message électronique n’est pas ici un moyen de prolonger une relation interpersonnelle nouée dans le cadre d’une communauté offline, mais de créer ex nihilo un lieu d’échange online intéressant des chercheurs professionnels et des étudiants – les « études théâtrales » sont un domaine d’enseignement et de recherche universitaire – qui, dans leur grande majorité, ne se sont jamais rencontrés, ne se connaissent pas, mais dont l’abonnement à la liste certifie qu’ils partagent le même intérêt pour la littérature théâtrale. Cette communauté d’intérêt, de même que la demande initiatrice de la série de méls citée12, a été générée historiquement par la lecture de la Poétique d’Aristote, à partir de sa redécouverte par des érudits au xviie siècle. Ce texte, qui constitue le fondement traditionnel de la conversation lettrée sur le texte dramatique, sert, dans notre exemple, de critère de mobilisation des destinataires (qui sont supposés connaître le texte de référence) et de dispositif d’intéressement à la conversation. Il s’agit, en effet, de trouver des parodies de l’anagnorisis, ce qui suppose, outre une familiarité avec le texte d’Aristote, une connaissance intime des textes dramatiques que la réponse sur Internet est l’occasion de démontrer. La capacité à manier la « langue spéciale » – les termes grecs (anagnorisis) et les expressions savantes (« agnition » ou « en plein dans le topos ») – donne la mesure de la nature ésotérique et de la valeur culturelle de l’échange.

49Ici, le lien établi avec le texte dramatique est la raison suffisante d’une communication susceptible d’augmenter la capacité de chacun à le domestiquer. En tant que lieu commun, il justifie le rapprochement à l’aveugle, la coopération entre des inconnus et le développement d’une économie du don. En offrant des informations difficiles d’accès à autrui, le rédacteur du message peut recevoir des informations précieuses pour lui. Cette mise à disposition gratuite par chacun d’un savoir littéraire coûteux à accumuler sert en même temps l’intérêt du texte dramatique lui-même, en contribuant à la reconnaissance de sa valeur collective.

50L’usage du courrier électronique par Katell prolonge les relations de face à face qu’elle a nouées avec des personnes qu’elle appelle par leur prénom. Il se fonde sur son intégration à une communauté « en chair et en os » à laquelle elle est attachée, une communauté affective constituée de personnes qui se sont choisies mutuellement, et dont elle retrouve, grâce au mél, le visage familier. Le courrier électronique, dans le cas de Dramatica, est le créateur d’une communauté numérique entre des individus qui, pour la plupart, ne se connaissent pas, mais que le message électronique met automatiquement en rapport. En choisissant de s’abonner à la liste de diffusion, ils ont choisi de communiquer personnellement, si « ce qui se passe » le justifie. La fonction officielle de la liste et les indices apportés par les locuteurs permettent facilement d’identifier leur statut professionnel, comme en témoignent, par exemple, les termes courtois de « bonne rentrée » ou « bonnes recherches » qui concluent rituellement de nombreuses contributions. De fait, cependant, le principe générateur de l’échange en question n’est pas la personne mais l’objet littéraire ; c’est lui qui définit le cadre participationnel. Dans le premier cas, l’échange s’ancre dans la parole de Katell qu’il transporte et relie à d’autres paroles. Dans le cas de Dramatica, il s’ancre dans l’objet et permet de le relier à d’autres objets.

51La confrontation de l’exemple de Katell et du cas de Dramatica nous montre la double dimension de l’apport d’Internet à la sociabilité littéraire. D’un côté, le groupe intègre la communication numérique à ses échanges littéraires. De l’autre, l’individu s’approprie Internet en l’intégrant à sa conduite littéraire. L’expérience de la sociabilité numérique ne peut être séparée du même coup ni des relations sociales, ni des techniques de communication, ni du lien social que la personne active au moyen de l’objet technique, ni de la liaison entre les objets techniques (le livre et Internet) que permet d’établir la relation sociale. C’est ce qui explique la difficulté à faire la part de ce qui est technique et de ce qui est social dans la communication numérique. Avec Dramatica, par exemple, le texte dramatique est tout autant que le mél une condition de la communication numérique. Dans l’exemple de Katell, le message électronique est tout autant un objet technique (un « non-humain ») qu’un acteur social, puisqu’il peut réparer l’absence.

  • 13 Le terme de position désigne ici « très grossièrement », selon Goffman, « la posture, l’attitude, (...)

52C’est donc l’ancrage dans des réseaux sociotechniques que les individus effectuent en activant des liens les unissant à des choses et à des personnes qui fixe à la fois la valeur rituelle de l’échange et son utilité culturelle pour ces individus. Caractériser cet échange indépendamment de cette opération d’ancrage social conduit en effet à méconnaître soit la dimension affective – « personnelle », « sociale » ou « rituelle » – de la sociabilité littéraire observée, soit sa dimension rationnelle – « technique », « utilitaire », « culturelle », en opposant, par exemple, sociabilité affective et sociabilité professionnelle. Comme on a pu le constater, on ne peut séparer la sociabilité littéraire d’Internet de l’implication de soi aussi bien dans la situation de communication que dans l’objet dont on parle. Son intensité affective et sa consistance sociale varieront, évidemment, en fonction de la position que l’individu va adopter dans le cadre d’Internet13, compte tenu du tissu de relations et d’affiliations qui constituent son monde vécu.

La position de l’usager : affiliation, absorption et engagement personnel

53L’écriture peut être utilisée comme un simple « signe du lien », un moyen de concrétiser un état de parole et un désir de communiquer avec autrui. Le caractère ludique de la communication, le caractère peu absorbant de l’activité, l’absence d’affiliation à une communauté numérique, s’accompagnent alors d’un faible engagement personnel et d’un certain détachement par rapport aux conséquences de l’écriture. De manière plus sérieuse, la communication offre l’opportunité de s’informer mutuellement sur des objets qui nous intéressent particulièrement et constitue une ressource cognitive. L’absorption dans cette activité produit alors un sentiment d’affiliation, même si le degré d’engagement personnel est faible. L’écriture sur Internet, enfin, peut nous impliquer personnellement en révélant notre intimité.

54Observer la conversation littéraire sur Internet revient donc à analyser une configuration dont la signification varie selon l’implication personnelle de chacun en fonction de son degré d’immobilisation physique, de son attention à l’échange, de l’intensité de sa concentration, des objets personnels qu’il injecte dans la conversation et du contrôle qu’il exerce sur l’expression de son affectivité, par le moyen de l’écriture. La conversation littéraire sur Internet entremêle ainsi trois types d’efficacité : l’efficacité sociale du groupe qui nous demande de parler, l’efficacité technique de l’écriture qui nous permet de parler et l’efficacité esthétique de l’objet qui nous fait parler.

La communication ludique : l’écriture comme signe du lien

  • 14 Il s’agit d’un article de Vanessa Franklin intitulé « Ces ados techno addicts », paru dans Elle le (...)

55Les témoignages d’adolescents qui suivent, rapportés par une journaliste14, fournissent un exemple intéressant d’utilisation de la messagerie instantanée.

« Les trucs importants, c’est quand on se voit. »

« Je préfère la messagerie instantanée au téléphone parce qu’on peut parler à plusieurs, et je peux en même temps jouer à un jeu sur mon ordi ou sur le Web. On se raconte la journée, ce qu’on n’a pas eu trop le temps de se dire au lycée. Entre mecs, on parle de foot, de trucs comme ça. Et avec les filles, c’est moins intimidant que le téléphone, parce qu’il n’y a pas de blancs, tu as le temps de réfléchir à ce que tu veux dire. Mais, de toute façon, on n’y a que des conversations légères, assez superficielles. msn, c’est fait pour délirer.
Lorsqu’on a des trucs importants à se dire, on le fait par le téléphone ou quand on se voit. Quand au chat avec des anonymes, c’est plutôt quand on a 14-15 ans. C’est complètement bidon, tout le monde se crée un personnage. À en croire les descriptions des chatteurs, ils mesureraient tous 1,80 m et seraient tous supermusclés » (Félix, 17 ans).

« Je peux communiquer facilement avec mes copains ou mes cousins. »

« Mon téléphone, je ne l’emporte pas à l’école, il me sert pour mes loisirs ou pour le soir. Mais je préfère msn. J’ai l’accès internet depuis peu de temps dans ma chambre et je chatte tous les jours en rentrant du collège, au lieu de regarder la télé. Ça va de trois heures à beaucoup plus… parfois le soir. Ce qui me plaît, c’est que je peux communiquer facilement avec mes copains ou mes cousins. On y parle un peu de tout. Les jours où on n’a pas cours, on se demande ce qu’on a fait, on parle de nos jeux vidéo. »

  • 15 Jack Goody, La Raison graphique…, op. cit.

56L’écriture sur Internet permet alors d’établir, du fait de sa particularité technique, un « état de parole » plaisant entre des adolescents prisonniers de leur foyer et de leur travail scolaire. L’interaction est « divergente », elle dépend de la présence à éclipses de chacun, de sa réaction au gré de son humeur et de sa disponibilité. La « raison graphique », telle qu’elle a été analysée par Jack Goody15 – le contrôle qu’autorise la visualisation, par le moyen de l’écriture, de mon expression verbale –, se met ainsi, en temps réel, au service de la « culture du sentiment » et de l’exploration ludique des rapports de sexe. L’écriture permet à la fois de stabiliser un échange verbal et de neutraliser la communication non verbale, la stabilisation autorisant une gestion désinvolte de l’interaction, la neutralisation offrant la possibilité de mieux maîtriser sa présentation de soi dans la rencontre avec l’autre sexe. En dédramatisant tant la prise de contact que l’échange entre les sexes, et en débarrassant chacun des obligations rituelles inhérentes à la conversation verbale, Internet donne l’opportunité d’importer, au sein du foyer, des conversations amicales et de les y prolonger, tout en facilitant le contact avec des personnes que l’on connaît mal.

57Cette dépense de temps sur Internet pour le plaisir de parler de tout et de rien est un loisir acceptable tant qu’il reste compatible avec la discipline du travail scolaire et le respect d’une certaine hygiène de vie. L’investissement personnel devient anormal lorsque le « territoire du moi » se trouve en permanence ouvert à autrui.

« Il m’est arrivé d’y passer mes nuits. »

  • 16 Vanessa Franklin, « Ces ados techno addicts », op. cit.

« Au début, quand tu vas sur msn, que tu as dix contacts, c’est nouveau, génial, excitant. Il m’est arrivé d’y passer mes nuits. Je pouvais attendre des heures que quelqu’un se connecte, tout en faisant autre chose. Je dépassais les bornes… Mes parents ont dit “stop” et aujourd’hui je me suis calmée. MSN, c’est plus facile que de se parler en face et, en même temps, ça fausse un peu les rapports. Pourtant il m’est arrivé de chatter avec des gens à qui je n’ai jamais parlé au lycée, qui sont devenus des amis » (Johanna, 16 ans)16.

  • 17 Erving Goffman appelle « analyse des cadres » (frame analysis) la compétence de l’individu qui lui (...)
  • 18 Sur ces questions, cf. Erving Goffman sur la conversation et sur les rites d’interaction.

58Ces témoignages lycéens confirment l’importance de l’« analyse des cadres de l’expérience17 » pour comprendre la sociabilité numérique. Il existe bien une facilité de la conversation sur Internet, due à la médiation de l’écriture, qui autorise du même coup, d’un côté, un détachement social réservé normalement aux échanges entre familiers et, de l’autre, une attitude intrusive à l’égard de l’espace personnel d’autrui, habituellement impossible entre des inconnus18.

59Par là même, Internet se prête au « délire » collégien, à un échange dans lequel les participants refusent de prendre les choses au sérieux, ou à la « drague » adulte, conversation où chacun accepte de prêter sa personne au jeu de la séduction. Cette forme de communication interpersonnelle, où l’écriture concrétise le lien et où elle représente les personnes, se distingue significativement d’autres formes de communication où l’écriture représente des objets qui justifient la participation à la conversation avec des inconnus. De ce point de vue, Internet offre aux individus la possibilité, au seul motif de leur intimité avec des objets, de converser sur ces objets – littéraires, musicaux, cinématographiques – auxquels ils sont personnellement attachés, et d’éprouver la valeur collective de cet attachement personnel.

La communication utile : l’écriture comme ressource cognitive

60La liste de diffusion de Dramatica est un bon exemple, on l’a vu, d’échange d’informations médiatisé et modernisé par Internet. La liste touche une communauté universitaire et suppose un certain sérieux de la part de ses adhérents, tant en ce qui regarde le but poursuivi (il s’agit de capitaliser un savoir difficile d’accès et coûteux à constituer) qu’en ce qui concerne la conduite à adopter pour participer à l’échange.

61L’inscription, qui s’effectue en envoyant un message à mailto:dramatica-suscribe@fabula.org, correspond en fait à une décision d’affiliation. Cette affiliation à une communauté intéressée par le texte dramatique, dans sa dimension matérielle (type d’édition, localisation, mode de consultation, etc.) et immatérielle (attribution, signification, fonction, filiation, parenté, etc.) est ratifiée lorsque l’abonné intervient dans le débat. Il remplit ainsi l’engagement à coopérer qu’il avait implicitement souscrit en s’abonnant.

62L’abonné reçoit tous les messages adressés à la liste dans sa boîte aux lettres, questions sur un texte ou réponses aux questions :

« Les membres de la liste pourraient-ils me donner des orientations bibliographiques à propos de l’utilisation politique qui a été faite au xixe siècle de Tartuffe ? Je vous remercie » (16 décembre 2002, Chr. C.-S., université Paul-Sabatier).

« Je me tourne vers vous pour une allusion des plus obscures à ce qui semble bien être une pièce de théâtre. Elle se trouve dans une correspondance de Paul Valéry […]: “Il y a là dedans une pièce La Momie de mon grand-père qui, outre la farce énorme, est un prototype de la conversation avec une momie.” Poe lisait beaucoup le xviiie français » (16 décembre 2002, P. M., University of Sheffield).

63L’envoi d’un message est donc ici un geste de publication à l’intention des membres de la communauté, qui équivaut à l’affichage d’une petite annonce sur un tableau. Le caractère utilitaire de l’échange et la désinvolture autorisée par son caractère collectif ne permettent pas pour autant de faire l’économie de l’implication personnelle qui est au principe de la lecture comme de l’écriture. En dehors du fait que la spécialisation de l’information recherchée incite à décliner son identité personnelle (« Chr. C.-S., université Paul-Sabatier »), en gage de qualité professionnelle, un certain degré d’incorporation personnelle du texte dramatique justifie, comme on l’on vu, la dépense de temps requise par la participation à la liste. Un habitus de lecteur d’œuvres littéraires et théâtrales – au sens d’une habitude de lecture de ces textes, de la capitalisation du savoir apporté par cette expérience et du plaisir particulier qu’elle procure – est le présupposé de la situation de communication et la condition de sa réussite. Il est probable en effet qu’un excès de questions naïves, révélatrices de l’ignorance de certains interlocuteurs, menacerait l’existence même de la liste en provoquant la désaffection des vrais connaisseurs. C’est bien le débat autour de questions savantes, occasion pour ces experts d’éprouver la réalité de leur savoir et d’acquérir de nouvelles connaissances, qui constitue la véritable motivation de leur investissement, en leur procurant un plaisir du même ordre que celui offert, dans un autre domaine, par les jeux télévisés.

64On voit, par exemple, un usager de Dramatica intervenir pour dénoncer l’intrusion de personnes incompétentes, telles que des lycéens désireux d’obtenir à bon compte des informations utiles à leurs besoins scolaires.

65De : P. M.

66Date : vendredi 2 juillet 2004, 23:29

67Objet : [Dramatica] théâtre japonais

68« Bonsoir,

69Connaissez-vous des théoriciens du théâtre ou des dramaturges, mis à part Claudel et Brecht, qui se sont intéressés au théâtre japonais, notamment au  ? Merci. »

70De : F. B.

71Date : samedi 3 juillet 2004, 07:07

72Objet : Re: [Dramatica] théâtre japonais

73« Mon propre engagement théâtral fait que je ne saurais me passer de la liste Dramatica.

74Mais la naïveté ou l’inculture de telles demandes font qu’on se passerait bien de les recevoir dans sa boîte aux lettres.

75Et merci à T. P. [le créateur et gestionnaire de la liste] d’avoir proposé qu’on réponde directement aux demandeurs, moyennant engagement de ceux-ci de présenter une synthèse des réponses à la liste. Ne pourrait-on généraliser? »

  • 19 Erving Goffman, Les Cadres de l’expérience, op. cit., 1992, p. 266.

76La protestation de cet usager valorise son implication subjective dans un réseau sociotechnique – « mon propre engagement théâtral » – pour objectiver le lien objectif et la motivation subjective qui l’attachent – « je ne saurais m’en passer » – à Dramatica. Il confirme ainsi, en mobilisant des « aspects de soi-même pertinents pour l’activité en cours », la dimension affective de cette communication numérique, malgré les limites imposées à l’expression personnelle de chacun. Un autocontrôle est exigible de chacun, afin d’éviter que « le rôle laisse place à la personne19 », d’être attentif, par exemple, à ne pas envoyer une réflexion intime à tous les abonnés, en croyant s’adresser parmi eux à la personne que l’on connaît depuis longtemps. Le statut de membre du public limite ainsi l’expression de l’intimité en la subordonnant à l’enjeu collectif que constitue la capitalisation de savoirs sur le texte dramatique.

77La familiarité personnelle avec les textes dramatiques conditionne donc la félicité de la situation. L’attention portée à la demande d’autrui favorise des transferts de compétence entre participants ; la mise en commun de l’érudition nécessairement limitée de chacun augmente ainsi la capacité cognitive de tous et permet, par exemple, d’opérer des liens inédits entre les textes. Le plaisir familier que me procure le texte dramatique s’augmente alors de la satisfaction que je tire de la lecture régulière de la liste de diffusion et des découvertes que j’y fait, ce qui légitime le sentiment d’appartenir à une même communauté et suscite le désir d’une rencontre en chair et en os. Il en va ainsi de F. B., l’amateur de théâtre soucieux de préserver, on l’a vu, la qualité de l’échange dont Dramatica lui offre l’occasion :

« Merci et bonnes vacances, et mettez un badge Dramatica si on se croise en Avignon ! »

La communication esthétique : l’écriture comme expression de soi

78Le Yahoo group We read diaries nous offre un exemple de niveau d’engagement personnel dans la conversation beaucoup plus élevé que celui observé sur la liste Dramatica. Il s’agit d’un groupe de lecture anglophone, dont les participants choisissent chaque mois un texte autobiographique pour en débattre en ligne. Le choix du texte s’effectue par vote. Pour adhérer au groupe (join in), il faut s’inscrire en ligne, remplir une fiche d’identification, recevoir un numéro d’identification attribué par l’opérateur Yahoo et se doter d’un mot de passe. Il est possible de découvrir le site sans être membre, mais non de participer à la discussion20.

79Le groupe de lecture initial, fondé en 1997, fonctionnait sur la base de réunions régulières à Middletown, dans le Connecticut. La création du Yahoo group en octobre 2001 a mis fin à ces séances au profit de la discussion en ligne. La page d’accueil du site, à l’image d’un site commercial, présente les différents services proposés. Le plus immédiatement accessible sans adhésion est celui intitulé Most recent messages qui permet d’avoir un aperçu, à travers la lecture des derniers courriers, du sens et du style de l’échange. En dehors des messages concernant la vie du site, on y trouve les commentaires des différents participants sur le livre en cours de discussion et leurs réactions aux commentaires des autres membres. La forme rédactionnelle des messages, qui intègrent tous des citations, donne la mesure du degré d’approfondissement de la lecture :

80« Ce mois-ci (août-septembre) nous lirons et discuterons Alors, arriva la sorcière : un journal des années 1960 d’Helen Bevington.

81Laurie modérera la discussion.

82L’emploi du temps de la discussion est le suivant :

8327-8-2005 : discussion jusqu’à la page 74 : 1960-1962.

845-9-2005 : pages 75-150 : 1963-1965.

8512-9-2005 : pages 151-223 : 1966-1969.

8619 au 23 septembre 2005 : discussion jusqu’à la fin. »

87Connaître intimement le texte discuté est, on le voit, la motivation et la condition de félicité technique de l’échange. L’inscription présuppose du même coup un goût particulier pour le genre de textes lus, c’est-à-dire un attachement personnel à l’autobiographie, voire, au-delà, à un type de relation intime :

« Je préfère aussi les journaux de femmes aux journaux d’hommes, mais c’est encore parce que je peux plus facilement me relier à eux » (2 novembre 2002).

88Le niveau de lecture requis entraîne un certain coût personnel pour les participants. Il impose un degré d’investissement élevé et un effort de domestication du texte, qui peuvent, dans certains cas, sembler excessifs. La fondatrice du groupe de lecture initial et du site, Hollie Rose, rend bien compte de cette situation :

« Jessica voulait commencer à diriger le débat sur Virginia Woolf, mais cela paraît tombé à l’eau. Virginia Woolf est un auteur de journaux très durs à lire et à discuter, pleins de références à des personnages historiques, et ça peut être une corvée que de lire toutes ces annotations. Je me bats encore avec le premier volume de ses journaux que j’espère terminer pendant cet été (il ne me reste plus que 70 ou 80 pages !).

“Jessica, où en es-tu ? J’ai eu peur que tu ne te sois découragée suite à mon silence et celui de tout le monde ! Il y a tout simplement des livres qui ne se prêtent pas à discussion facilement.” »

89L’échange, compte tenu du niveau d’engagement qu’il requiert, exige du même coup un effort de coordination des affects des participants :

« On a peut-être besoin de lire des livres qui ne sont pas tellement denses. Je me demandais s’il ne fallait pas lire Go Ask Alice (“Demande à Alice”) ? Tout comme Jan, j’avais lu ça, quand j’étais ado. Des commentaires ? Cela ferait une sacrée différence par rapport à Virginia Woolf. Est-ce que quelqu’un d’autre aurait des idées de journaux intimes qui se prêteraient à une discussion intéressante ? Par rapport au style de l’auteur ou à l’époque à laquelle l’auteur a vécu ? »
« Je projette d’avancer les journaux intimes de Virginia Woolf doucement mais solidement – je pense que le groupe devrait peut-être choisir de la mettre de côté et essayer quelque chose de plus léger en tant que lecture principale. Qu’en pensent ceux et celles qui sont présent-e-s et y font attention ? »

90Cet effort de coordination des affects explique que la lecture de prédilection du groupe soit devenue « naturellement » non plus simplement le journal intime, mais principalement le journal intime féminin.

91L’écriture du commentaire, l’effort de formulation par chacun des impressions ressenties à la lecture, constitue en effet une écriture de soi. La nature des textes lus, des journaux intimes, favorise la mise en relation par chacun de ce qu’il lit avec ce qu’il vit. L’écriture du message établit ainsi un lien entre le monde du texte et celui de l’expérience quotidienne de chacune. Ce désir d’ancrer l’échange dans le quotidien, qui tient peut-être à la composition féminine du groupe, n’est pas sans répercussion sur le choix des textes lus, majoritairement de langue anglaise et sélectionnés avec une grande liberté par rapport au statut littéraire de l’auteur, le texte retenu pouvant être celui d’un auteur consacré, Virginia Woolf ou Sylvia Plath, ou d’un écrivain peu connu.

92L’investissement de soi dans l’échange est donc le moyen d’articuler un régime de plaisir et un régime d’apprentissage :

« J’aime l’approche personnelle inédite – La Chose que les gens choisissent d’enregistrer et la manière dont ils la présentent à eux-mêmes » (2 novembre 2002).

« J’ai aimé A Trial Through the Leaves. Je n’avais jamais pensé à ajouter des dessins dans mon journal intime avant. J’aime dessiner, ce n’est pas dans le but de dessiner, mais pour mieux voir. Et ce journal intime est plein d’idées à propos de comment voir et faire attention au détail. Je le recommande vivement à tous les auteurs » (Barbara, 10 février 2004).

  • 21 C’est ce que beaucoup déclarent, dans le cadre de leur présentation, lors de leur arrivée dans le (...)

93En participant à l’échange, les membres de We read diaries écrivent donc leur vie, dans le double sens où ils écrivent sur le journal intime qu’ils sont en train de lire et où ils tiennent eux-mêmes souvent un journal21. Le sens de l’échange est donc celui d’un « travail sur soi » qui permet à la fois de penser la technique de l’écriture littéraire et de dialoguer avec soi-même, d’interroger son propre vécu, de faire le point sur sa propre vie, et du rôle qu’y joue la littérature. L’enchâssement de l’échange dans la vie privée confère du même coup au livre lu la fonction d’un instrument de mesure de son propre développement personnel, apprécié à la fois en termes de technique d’écriture de ses émotions et de capacité à s’assumer soi-même en public, à devenir ce que l’on est.

« J’écris à propos de mes succès, de mes frustrations, de mes coups d’intuition, de mes réflexions, à propos des livres qui me plaisent ou d’autres choses qui m’excitent ou qui me hantent » (Barbara, 26 février 2004).

94C’est ainsi que Hollie Rose, la fondatrice, exprime le soulagement qui suit la découverte du caractère fictionnel des journaux intimes d’Anaïs Nin :

« Je dois dire que lorsque je les ai lus, c’était la seule fois où je me suis sentie réprimée dans mon écriture à moi. En voyant qu’elle était tellement forte, elle m’a étouffée et je ne pouvais plus me porter moi-même dans l’acte d’écrire. J’ai juré de ne plus la lire. Ensuite, j’ai découvert qu’ils étaient romancés et je me suis sentie soulagée que personne ne puisse être tellement fort de par sa tête seulement.
Il se peut que j’essaie à nouveau à la lumière de ce savoir.
Diaristes, dites-nous les raisons pour lesquelles vous les aimez tant !
Elle est toujours très appréciée et aimée grâce à ses journaux (je crois néanmoins qu’elle a dû mettre en colère certains types de femmes de pouvoir lorsqu’elles ont appris qu’elle les avait déçues).
Un de ces quatre, je vais peut-être essayer de lire des bouts de sa littérature.
Ses textes érotiques sont délicieux… » (20 avril 2002).

  • 22 Cf. à ce sujet H. Porter Abbott, Diary Fiction: Writing as Action, Ithaca, Cornell University Pres (...)
  • 23 À propos du projet de vérité, cf. W. L. Howarth, « Some principles of autobiography », New Literar (...)

95La contribution de Hollie explicite l’accord tacite qui règle au sein du groupe tant le rapport des membres entre eux que leur rapport à la littérature. Elle rappelle que c’est le goût pour le genre autobiographique, c’est-à-dire des textes écrits « spontanément », sans éléments fictionnels, en respectant la « réalité » des faits narrés22, qui rapproche les membres du groupe ; elle signale également que l’authenticité de l’expression de soi est une préoccupation qu’ils poursuivent à travers leurs lectures et leur échange23.

96Le fonctionnement de We read diaries se rapproche par là même de celui d’un groupe de parole réunissant des spécialistes d’un genre littéraire, d’un séminaire où chacun peut rendre compte de ses lectures en cours et du bénéfice qu’il en tire pour son travail d’écriture personnel.

« J’ai fini de lire le livre. Malgré le fait que c’est un livre auquel je me référerai à nouveau, j’ai l’impression que ce n’est pas terminé pour moi. J’ai trouvé que les chapitres étaient à la fois utiles et pas tellement utiles. Utile : le parcours personnel de Hannah. Pas tellement utile : à la fin il n’y avait pas autant de suggestions sur la façon d’être créatif qu’au début et au milieu. J’ai besoin de suggestions/directions/instructions plus spécifiques » (Laurie, 23 février 2004).

97L’ambiguïté du propos, pour quelqu’un d’extérieur à la situation – utilité du point de vue du savoir-faire littéraire ou du point de vue de la « technique de soi » ? –, résulte de l’incorporation du discours littéraire qu’autorise l’écriture sur Internet. Moyen de partager son expérience intime d’un texte avec d’autres, l’écriture sur Internet est tout à la fois une façon de s’approprier un texte et de trouver sa voie. La position du lecteur devient alors celle d’un auteur, le cercle constitué par les autres usagers lui permettant de passer de la lecture de la vie des autres à l’écriture de sa propre vie. We read diaries est ainsi un lieu de sociabilité exemplaire des conséquences de la reproductibilité dans un contexte de démocratisation de l’échange culturel, conséquences analysées par Walter Benjamin dès les années 1930 :

  • 24 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (dernière version) », (...)

« Pendant des siècles, un petit nombre d’écrivains se trouvaient confrontés à plusieurs milliers de lecteurs. Cette situation a commencé à changer à la fin du siècle dernier […]. La chose commença lorsque les journaux ouvrirent leurs colonnes à un “courrier des lecteurs” et il n’existe guère d’Européen qui, tant qu’il garde sa place dans le processus de travail, ne soit assuré en principe de trouver quand il le veut une tribune pour raconter son expérience professionnelle, pour exposer ses doléances, pour publier un reportage ou autre texte du même genre. Entre l’auteur et le public, la différence est en voie, par conséquent, de devenir de moins en moins fondamentale. Elle n’est plus que fonctionnelle et peut varier d’un cas à l’autre. À tout moment, le lecteur est prêt à devenir écrivain […]. La compétence littéraire ne repose plus sur une compétence spécialisée, mais sur une formation polytechnique, et elle devient, de la sorte, un bien commun24

Internet, plaisir de lire et technique du corps

98Appréhendé du point de vue de l’engagement personnel, l’échange littéraire sur Internet dépend donc tout à la fois d’un attachement à des lectures et d’un degré d’absorption dans l’échange qui garantit le sérieux de l’investissement et justifie la réciprocité qu’exige, comme toute conversation, la communication numérique. L’observation ethnographique révèle le double sens, de ce point de vue, de l’incorporation de la lecture au principe de la sociabilité littéraire numérique.

99Dans un premier sens, en effet, valorisé par Pierre Bourdieu, l’incorporation de la lecture désigne l’instauration d’une habitude de consommation littéraire, telle qu’elle entraîne une dépendance à l’égard de certains objets et d’une tendance à les consommer. Le terme d’« incorporation » est alors utilisé pour désigner le modelage affectif, l’empreinte laissée par certains livres, qui va orienter les choix de l’individu et le pousser à communiquer avec ceux chez lesquels il reconnaît les mêmes choix.

100Dans un second sens, l’incorporation désigne précisément le geste conscient d’intériorisation par le lecteur de ce dont parle le livre. Ce lecteur fait l’effort de ressentir ce qui est dit, de prêter son corps aux personnages, d’éprouver les émotions décrites par l’auteur en les rapprochant de celles qu’il a lui-même éprouvées. Dans ce second sens, ce geste d’incorporation est la construction d’une « expérience par procuration » qui donne un sens personnel à la lecture du livre et pousse à la communiquer à autrui.

101C’est ce geste d’incorporation que l’écriture sur Internet permet de renforcer, en lui offrant des occasions de stimulation cognitive (à l’exemple de Dramatica) et des lieux de conversation littéraire (à l’exemple de We read diaries). La médiation de l’écriture renforce l’efficacité esthétique de la lecture, la mise en forme littéraire par chacun de ses émotions faisant de la transmission du plaisir littéraire un moyen d’expression de soi et une occasion d’interroger sa propre sensibilité.

  • 25 Cf. Marcel Mauss, « Les techniques du corps », dans Sociologie et anthropologie, Paris, puf, 1964.

102La lecture d’un roman considérée d’un point de vue anthropologique est un fait social total, qui repose sur une « technique du corps ». Tout loisir culturel est, en tant que plaisir à la fois naturel et artificiel, fondé sur « une manière de savoir se servir de son corps », selon la formule de Marcel Mauss25. Cet usage du terme de « techniques du corps » est parfaitement légitime puisque le terme sert à rendre compte de la transmission, par le moyen de l’éducation et de l’apprentissage pratique, de savoirs du corps ayant une importance collective pour les individus, de « rites traditionnels efficaces ». Il n’est pas fréquent, les commentateurs ayant privilégié une interprétation sémiologique (les techniques du corps comme langage du corps) plutôt qu’écologique.

  • 26 Andreas Wittel, “Toward a network sociability”, op. cit., p. 69.
  • 27 Cf. Erving Goffman, « Le lieu de l’action », dans Les Rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

103C’est l’engagement corporel dont le livre est l’occasion qui authentifie, pour les membres de We read diaries, le sérieux de la conversation qu’ils tiennent et la force du lien qui les unit. Le travail de lecture et d’écriture exigé de chacun est inséparable du plaisir qu’il procure de cultiver sa sensibilité esthétique. Le cadre de la communication et l’effort de mise en forme de son vécu qu’il impose, une fois qu’on l’a intériorisé, augmentent l’efficacité de la technique de soi que constitue toute lecture de roman dès lors que le lecteur s’implique sérieusement dans cette activité ludique. Dans ce cas, loin de signifier « l’invasion du royaume du jeu par le travail26 », la numérisation contribue plutôt à faire ressentir la lecture comme un « lieu de l’action » et à augmenter sa valeur d’« expérience par procuration27 ».

Construction de l’usage d’Internet et consommation littéraire

104Nous avons abordé l’usage littéraire d’Internet du point de vue de l’investissement personnel de l’individu dans une relation de sociabilité littéraire. Il convient, maintenant, de nous intéresser aux cadres de sociabilité littéraire offerts par le réseau et à la manière dont ils sollicitent l’expression de l’individu.

105Ainsi que nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la consommation littéraire est un cadre sociocognitif particulièrement structurant pour la construction d’un usage d’Internet. Parmi les lecteurs interviewés au sein des cercles littéraires, par exemple, nombreux sont ceux qui ont intégré l’achat de livres en ligne, prolongement « naturel » de la commande par correspondance, alors même qu’ils résistent à la discussion littéraire sur Internet, voire la refusent par principe.

106Mais la structuration de l’usage individuel d’Internet opérée par le commerce ne se borne pas à la facilitation de l’achat. Elle s’effectue également par le biais de l’activation de la parole du consommateur, facilement observable au travers de l’usage qu’en font les sites littéraires commerciaux. Le « bouche-à-oreille » d’Amazon constitue ainsi, nous l’avons vu, tout à la fois un instrument de fidélisation de celui qui écrit et un dispositif d’intéressement des acheteurs potentiels qui visitent le site. Télévisions, radios, journaux et périodiques nationaux entretiennent eux aussi des sites afin de renforcer l’étendue de leur audience et l’intérêt du public pour les services qu’ils proposent.

Du courrier des lecteurs au lieu d’expression des usagers

  • 28 Andreas Wittel, “Toward a network sociability”, op. cit., p. 65.

107En dehors de la possibilité de diffuser sous forme numérique l’information sur l’actualité littéraire, ces médias trouvent dans le site internet un moyen d’intéressement de leurs usagers par l’intégration de compléments d’information graphique ou audiovisuelle, mais aussi, à l’instar des librairies en ligne, par l’ouverture au public d’espaces d’expression personnelle. Ainsi que l’observe Andreas Wittel, la « nouvelle industrie du média » utilise Internet pour construire des « relations très étroites avec leurs clients », pouvant aller jusqu’à une « réelle collaboration28 ».

  • 29 Selon Médiamétrie-eStat, qui mesure la fréquentation d’environ 750 sites, Télérama occupait en 200 (...)

108Le site internet telerama.fr est un exemple intéressant de ce phénomène. Comme la version papier, qui reste payante, ce site d’accès gratuit présente, commente et évalue au bénéfice du public la qualité de productions musicales, cinématographiques, littéraires, télévisuelles récentes, sélectionnées au sein du marché (livres, disques, dvd…) ou des événements culturels29.

109Télérama est la figure exemplaire du consumérisme culturel français. Il est en effet l’aboutissement contemporain d’une organisation des consommateurs français, organisation dont l’initiative revient à des militants catholiques désireux de contrôler la qualité du loisir cinématographique. Émanation de La Vie catholique, liée à la Centrale catholique du cinéma, la revue a été créée en 1950 (sous le nom de Radio-Télévision-Cinéma) pour mettre à disposition des ménages un guide des loisirs hebdomadaires, sorties au cinéma et émissions de radio d’abord, des soirées télévisées ensuite. Si la laïcisation de l’hebdomadaire a entraîné la rupture avec l’ancrage confessionnel, elle a confirmé en revanche son utilité sociale, au point de caractériser un type de consommation culturelle, qui est en même temps un style de discours critique, produit par l’affiliation aux « lecteurs de Télérama ».

110Sous sa forme actuelle, la revue s’adresse à deux types d’usagers différents, bien qu’ils soient liés : les parents des classes moyennes d’un côté, et la jeunesse lycéenne et universitaire engagée dans des études « littéraires » de l’autre, laquelle y trouve des outils d’intégration professionnelle (la rubrique « Talents », qui propose essentiellement des emplois culturels).

  • 30 Le Guide de la presse, ofup, édition 1990, p. 1 082.

111L’ouverture du site s’inscrit dans la continuité du processus engagé dans les années 1980, en poursuivant l’« effort de modernisation […] entrepris pour gommer l’aspect vieillot et austère qui donnait à Télérama l’image d’un magazine sérieux et triste30 ». La proposition d’un code-barres permettant de programmer le magnétoscope familial par lecture optique, considérée à l’époque comme révolutionnaire, témoigne de ce souci de s’attacher le lecteur en intégrant rapidement les possibilités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

112Outil indispensable, au départ, « à tous ceux qui sélectionnent soigneusement leurs émissions et leurs sorties », Télérama est devenu progressivement un magazine culturel, proposant, au-delà du cinéma, des sélections commerciales de disques et de livres, ainsi que d’événements culturels, théâtre et arts plastiques notamment.

113Une première exploration du site fait apparaître trois différences significatives pour le consommateur entre l’édition papier et l’offre numérique : les liens commerciaux, le multimédia et les forums.

  • Le lien commercial : il permet aux lecteurs de passer de la découverte de l’actualité littéraire à l’achat d’ouvrages en ligne, grâce au signet « Acheter des livres ».
  • Le multimédia : la rubrique « Flash-back » du site exploite les nouvelles possibilités sonores et visuelles offertes par la computer-mediated communication (cmc) permettant d’entrer en contact physique avec l’auteur, à travers des entretiens sonores réalisés par l’équipe de Télérama (Nancy Huston, Julia Kristeva, John Le Carré, Salman Rushdie… par exemple). Il est possible d’approfondir cette personnalisation du rapport à l’auteur grâce à des liens avec des documents visuels (photographies, films) et des sites de lecteurs passionnés par l’écrivain.

114La mise à disposition d’outils biographiques (dates, lieux, biographie de l’interviewé) et pédagogiques (dossiers), intéressant au-delà des consommateurs tous les intermédiaires culturels (enseignants, libraires, chargés de communication, critiques), s’associe ici à la proposition d’un guide d’achat et d’un espace de vente numérique. Les ouvrages peuvent, là aussi, être commandés par les lecteurs du site. L’exploitation du multimédia permet de valoriser conjointement la « formule esthétique » de l’auteur, le désir d’en savoir plus et d’en parler avec d’autres, et l’achat direct en ligne.

115– Les forums : ils constituent un nouveau moyen d’expression offert aux lecteurs, spécifique au site dont il utilise les possibilités techniques.

  • 31 Au sens d’un instrument de mobilisation des acteurs pour les intéresser à une activité ou un objet (...)

116Dans l’édition papier, les compétences de l’usager, ses capacités d’écriture, d’imagination poétique et littéraire et d’exercice de son jugement critique en matière d’art et de littérature sont prises en compte et valorisées de deux manières : le courrier des lecteurs (« Ça va mieux en le disant ») et les concours. Il s’agit de dispositifs d’intéressement31 du lecteur, que la numérisation facilite : les lettres, comme les réponses aux concours, peuvent en effet se transmettre par mél. Par rapport à la revue papier, le site se particularise, cependant, en offrant aux lecteurs des lieux permanents d’expression, qui constituent du même coup un espace public de rencontre.

117L’espace intitulé « Atelier d’écriture » est un endroit réservé à la rédaction de textes et à la réalisation de projets artistiques (photographies, dessins, peintures…) par les internautes. Les sujets sont définis par les membres du site telerama. À la clôture des ateliers, des prix sont remis aux gagnants des concours (dvd, livres…). Les participations des anciens ateliers et les réalisations sélectionnées par le site sont archivées et consultables.

118La rubrique « Forum » donne elle aussi accès aux ateliers mais également aux forums du site. Définis comme des « espaces de discussion et de convivialité », « sur lesquels toutes formes de promotions sont interdites », ils sont classés par genres de loisirs : « Autour des livres », « Ces petits riens », « Politique », « Débats en tous genres », « Musique », « La radio que vous aimez », « Télévision », « Cinéma ».

119Ces deux services témoignent de la contribution de Télérama à la démocratisation de l’expression littéraire et artistique (l’atelier d’expression), ainsi qu’au développement de l’espace public, au sens d’Habermas, d’un espace où les citoyens peuvent exercer leur droit de parler et de juger des biens culturels : les forums rendent possible, en effet, à la seule condition d’être inscrit sur le site, l’échange d’opinions sur l’actualité artistique et littéraire.

La participation à la dispute littéraire

120À la différence de l’écriture d’un avis sur le site d’Amazon, c’est la pratique régulière de la lecture, le « métier » de lecteur, qui constitue le « format de production » de l’énonciation dans les forums de Télérama. La communication y prend la forme d’une véritable conversation sur les livres lus, même si cette conversation ne s’effectue pas en temps réel. Elle est, en effet, asynchrone, et chaque tour de parole prend parfois le même temps qu’une réponse épistolaire irl (in the real life). L’étalement dans le temps de la discussion est un signe de sa réussite et du plaisir que les participants anonymes trouvent à confronter leurs opinions personnelles sur les mêmes livres. L’échange suivant, dont on a respecté la présentation initiale (fautes d’orthographe, etc.), en est un bon exemple.

121Freddie free jazz, un habitué du forum, ouvre la querelle en exprimant ironiquement son dégoût (« berk ! ! ! ! ! ») pour les livres de Paulo Coelho. Il reçoit immédiatement le soutien de familiers (2) (3) (4) qui lui confirment la disqualification personnelle (2) et le discrédit institutionnel qu’aurait entraînés aux yeux du groupe la révélation de son attachement à ces livres (3) et (4) :

1221. Titre : Paulo Coelho

123Auteur : freddie free jazz

124« mon auteur préféré, la quintessence de la littérature, pas vrai ?

125Depuis Flaubert et Stendhal, on n’a pas fait mieux. Écriture limpide, belle.

126Et puis il sait raconter. Quel style ! ! ! Magnifique ! ! ! !

127Berk ! ! ! ! ! !

128Hé hé. »

129Message posté le 24 octobre 2004, 01:17.

1302. Auteur : shama19

131« OUF! »

132Message posté le 26 octobre 2004, 15:32.

1333. Auteur : Le Grand Thô

  • 32 Allusion au Prix des forums de Télérama (pft), dont il sera question au chapitre IV.

134« Pfffiiiioooooouuuuuu de la part d’un ministre du PFT c’était risqué32. »

135Message posté le 27 octobre 2004, 13:17.

1364. Auteur : rebi

137« Tu nous as fait peur, boudiou ! »

138Message posté le 28 octobre 2004, 11:00.

1394 bis. Auteur : rebi

140« “aS”, scusez ma faute… c’est l’émotion. »

141Message posté le 28 octobre 2004, 11:01.

142Ce jugement péremptoire est contesté cependant par Clochette (5). Elle lui oppose le réconfort qu’elle a tiré d’un livre de Coelho, et laisse entendre qu’elle juge superficielle et mondaine cette dénonciation sans nuances. Sa défense de l’auteur suscite à son tour des contestations :

1435. Auteur : Clochette

144« Je vous souhaite juste qu’un livre comme Veronika décide de mourir ne vous “parle” jamais…

145… parce que s’il vous parle, c’est que vous serez passé par des périodes difficiles. Et ça, on ne peut le souhaiter à personne, et surtout pas à des gens qu’on aime bien, hein ? »

146Message posté le 28 octobre 2004, 23:50.

1476. Auteur : rebi

148« Je l’ai lu, Véronika décide de mourir… et deux autres de lui. Indépendamment du contenu, je n’aime pas son écriture à Coelho. Bises Clochette :o) »

149Message posté le 29 octobre 2004, 12:53.

1507. Auteur : Gafas

151« Ne nous moquons pas de Paulo Coelho, c’est l’avant-garde de la littérature brésilienne.

152Sa prose est époustouflante malgré la traduction.

153Ce passage n’est-il pas digne des plus grands ?

154“Le jeune homme sentit un pincement au cœur, en pensant à la fille du commerçant. Dans la ville où elle vivait, il y avait sûrement un marchand de pop-corn.”

155Vous ne me contredirez pas si je vous dis que “ça fait réfléchir.” »

156Message posté le 29 octobre 2004, 13:08.

1578. Auteur : Le Grand Thô

158« Je ne suis pas d’accord. On parle de littérature.

159Je respecte infiniment le fait que le livre t’ait parlé mais je pense qu’il s’agit donc de redire encore, et avec plus de vigueur même que ce n’est pas de la littérature… du moins ce que j’en ai lu (peu j’en conviens) et entendu de l’auteur lui-même (trop).

160Ainsi, selon ce que l’on a vécu, le petit bouquin que les scientologues m’ont refilé dans la rue pourrait “parler” trop. C’est fait pour.

161Je ne crois pas qu’il soit difficile de toucher.

162C’est pour ça que je me méfie tant des philosophies du bonheur et des religions en général.

163Pour moi Coelho et trop d’autres sont des usurpateurs. »

164Message posté le 2 novembre 2004, 10:18.

165Une nouvelle personne entre dans la discussion pour contester l’élimination du vécu personnel dans la discussion de la qualité d’un livre, position qui reçoit le soutien d’un sixième arrivant (11), lequel confirme son attachement à Paulo Coehlo.

1669. Auteur : la Dame du Lac

167« Mais, sans prétention aucune… c’est quoi, d’après toi, la “littérature” ?…

168Je ne suis pas inconditionnelle de Coelho, mais j’ai aimé certains de ses livres (pas tous) comme par exemple Sur le bord de la rivière Piedra, je me suis assise… et j’ai lu d’autres livres qualifiés de chefs-d’œuvre qui m’ont laissé de marbre…

169À quoi se mesure donc la qualité d’un livre ?.… »

170Message posté le 2 novembre 2004, 20:33.

17110. Auteur : Le Grand Thô

172« C’est une bonne question.

173J’aurais dû mieux dire que je ne fais part que de ma seule opinion. »

174Message posté le 3 novembre 2004, 13:38.

17511. Auteur : gateausec

176« Il me semble très difficile de juger de la qualité d’un livre. Peut-être est-ce parce que je suis encore loin d’avoir lu tous les livres que vous allez lus ?

177En tout cas, je peux vous dire que j’ai adoré L’Alchimiste ; il m’a mis du baume au cœur. À la même époque, je devais lire un classique : Le Vieil Homme et la Mer ; et bien, ce vieil homme et son satané poisson m’ont bien ennuyé. Peut-être que si je relisais ces deux livres maintenant, je trouverais le premier complètement gnangnan et j’apprécierais le second. Bref, pour l’instant j’aime toujours Coelho. »

178Message posté le 4 novembre 2004, 09:11.

179L’initiateur du débat, freddie free jazz, essaie du coup de retourner la discussion à son avantage en demandant le soutien de Gafas (12) (14), et en exprimant comiquement, sur le modèle des bandes dessinées, son désespoir devant l’obstination de Clochette (13).

18012. Auteur : freddie free jazz

181« J’aime l’humour de Gafas !

182Gafas, toujours là ? »

183Message posté le 4 novembre 2004, 13:44.

18413. Auteur : Clochette

185« J’ai beaucoup aimé Veronika

186Le Manuel du guerrier de la lumière m’a parlé un temps, puis je n’ai jamais pu remettre le nez dedans – jamais pu le finir.

187L’Alchimiste m’a laissée perplexe – perplexe peut-être aussi parce que j’avais du mal à comprendre qu’il ait eu un tel succès.

188Mais il m’a quand même laissé des images très finement dessinées, composées et même agencées, et pour ça il faut quand même des phrases bien faites. Après, littérature ou pas, à l’époque je ne me rendais pas compte si un bouquin était bien écrit ou pas, et puis juger une traduction… »

189Message posté le 4 novembre 2004, 22:16.

19014. Auteur : freddie free jazz

191« gaaaaaaaaaffffaaaaaaaaaaassss ! ! ! ! ! !

192Gafas ?

193Une autre citation stp ! ! ! ! !

194Enfin quelqu’un qui est d’accord avec moi ! »

195Message posté le 8 novembre 2004, 14:33.

196Comme on le voit, un temps important peut s’écouler entre l’envoi de la « bouteille à la mer », le message initial, et les réactions qu’il va susciter, parfois plus de soixante-douze heures. Pourtant, le ton de l’échange est proche de celui d’une conversation en face à face où chacun réagit avec une certaine intensité affective aux prises de position de l’autre. L’intensité, positive ou négative, de l’expérience personnelle du livre ou de l’auteur dont on parle « porte » la conversation, en motivant son ouverture, la réaction d’autres personnes, le constat d’accord ou de désaccord, la relance du débat, etc. L’examen attentif révèle une grande familiarité entre certains participants, qui se reconnaissent et s’interpellent familièrement (« Gaaaaffaaass ! »), et jouent avec leur intimité, laquelle permet à freddie free jazz d’exprimer par antiphrase son aversion pour Paolo Coelho, à ses frères en littérature de faire chorus, et à tous de se moquer gentiment de la Dame du Lac qui prend la chose trop au sérieux. Il est intéressant de signaler le plaisir que procure au sociologue lui-même le fait de reconnaître l’auteur du message initial – freddie free jazz – déjà rencontré à propos du livre de Roth, La Tache, dans la rubrique « Bouche-à-oreille » d’amazon.fr.

  • 33 Joseph B. Walther, « CMC: impersonal, interpersonal and hyperpersonal interaction », Communication (...)
  • 34 Jeanine W. Turner, Jean A. Crube et Jennifer Myers, « Developing an optimal match within online co (...)

197La construction de l’usage dans le forum de Télérama est cependant fort différente de celle qui caractérise cette rubrique. Sur Amazon, les lecteurs ne communiquent pas entre eux, ils ne peuvent que se lire et déposer un compte rendu de leur lecture. Ici, chacun contribue à la construction d’une dispute littéraire, par la production d’un jugement qui l’engage personnellement et qui appelle confirmation de ceux qui s’y reconnaissent émotionnellement. Selon Joseph B. Walther, cette forme de cmc (computer-mediated communication) asynchrone se caractérise par la création d’un « environnement hypersonnel ». Prenant le contre-pied de chercheurs qui appréhendaient la communication numérique asynchrone comme un médium impersonnel, cet auteur a démontré, en effet, que « les environnements de la communication numérique peuvent être impersonnels, interpersonnels, et hyperpersonnels33 ». Il distingue ainsi l’interaction « impersonnelle », « principalement orientée vers une tâche et exigeant peu d’interaction sociale », de l’interaction « interpersonnelle », qui correspond à des « échanges socialement orientés entre usagers » ; il crée par ailleurs le néologisme « hyperpersonnel » « pour décrire et approfondir notre compréhension de la profondeur des échanges interpersonnels dans la cmc34 ». Selon lui, la communication numérique hyperpersonnelle « est le type de cmc le plus désirable, que nous tendons à rechercher en parallèle avec les interactions de face à face ». Elle est favorisée par « quatre caractéristiques de l’environnement médiatisé » :

  • une perception idéalisée du récepteur ;
  • une présentation de soi optimisée de l’émetteur ;
  • des canaux asynchrones favorisant la gestion de l’information ;
  • une boucle de feed-back autorisant l’intensification magnifiée d’une interaction à indices minimaux (intensification magnified in minimal-cue interaction). En effet, Walther suggère qu’une communication hyperpersonnelle peut survenir au sein d’une cmc basée sur la « construction réciproque et hyperbolique par chacun de l’autre et de la relation qu’ils entretiennent dans un environnement où les indices sont minimaux ».
  • 35 Ibid, p. 233.
  • 36 Joseph B. Walther (1996), “cmc impersonal…”, op. cit.

198L’échange des forums littéraires de Télérama nous confronte à ce « sens exagéré de la relation » qu’éclaire la « théorie de la dés individuation de l’identité sociale ». La théorie du side (social identity des individuation) « prédit qu’en l’absence d’indices liés à l’interaction de face-à-face et de savoir relationnel antécédent, les indices sociaux présents dans la cmc prennent une valeur particulière et peuvent conduire à une sur attribution de similarité35 ». Walther avance que la cmc est hyperpersonnelle quand « les usagers font l’expérience de la communalité et en sont conscients, physiquement séparés, et communiquant par un canal de communication à faibles indices qui leur permet de sélectionner les éléments de leur présentation de soi et leur expression publique, de construire et de retourner des représentations de leurs partenaires et de leurs relations, sans l’interférence de l’environnement réel36 ».

199Le forum littéraire nous confronte donc au paradoxe apparent d’une sociabilité hyperpersonnelle bien qu’anonyme, d’un échange hyperpersonnel parce qu’anonyme. L’inscription sur le forum littéraire et l’anonymat favorisent la construction de disputes littéraires entre étrangers en offrant la possibilité de dire ce que l’on pense sans craindre le regard de l’autre. Le goût pour la littérature constituant le lieu commun qui unit tous les participants, il autorise la réduction de l’autocontrôle et l’expression sans fausse honte de sa sensibilité. Ainsi, la Dame du Lac, affectée par la critique de Paolo Coehlo, réagit conformément à son autoportrait, où elle se présente comme suit :

« Qui est la Dame du Lac ?.…

Alors, voilà : J’aime… l’odeur de l’herbe coupée, le sourire craquant de mes bébés quand ils n’avaient pas encore de dents, la voix de Whitney Houston, les romans de Boris Vian, les couchers de soleil du Petit Prince quand je suis triste, le silence des églises, les tableaux de Marie Laurencin, et à la folie, la tarte aux mirabelles… Mettre des draps tout frais lavés et repassés dans le grand lit avant de me coucher, m’allonger dans un hamac avec un livre et ne pas dépasser la page 7, ouvrir en grand toutes les fenêtres pour faire entrer le soleil, me moquer des courants d’air, et éclater de rire pour des bêtises… Penser en rentrant du travail que quelqu’un m’attend à la maison, marcher un peu plus vite pour arriver un peu plus tôt, laisser sur le papier des petites taches de couleur, les trouver belles quelquefois, puis quand les couleurs ne suffisent plus, écrire, écrire des textes pas trop sérieux, joliment insouciants et très tendres… »

200La communication qui s’établit ainsi entre égaux permet à chacun d’être soi-même et de s’exprimer sans contrainte sur ce qu’il aime. Cette valorisation de soi offerte par un espace où chacun peut exposer sans crainte son intimité rapproche le forum de Télérama des groupes d’échange, en face à face ou en ligne, qui permettent à des personnes stigmatisées de se comprendre mutuellement. Par sa gratuité et sa futilité, le forum de Télérama se distingue évidemment de ce genre de groupes, même s’il peut rendre éventuellement un service psychologique du même type à celui que son handicap ou son stigmate prive de sociabilité littéraire. Il s’en distingue également par l’incorporation affective de l’objet littéraire qui constitue l’enjeu et l’intérêt de l’échange…

  • 37 Cf. Bruno Latour et Peter Weibel (dir.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge (...)
  • 38 Il atteignait 1 286 messages en avril 2004.

201Cette forme démocratique de l’espace public, « cette figure idéale de l’assemblée permettant aux personnes de débattre de leurs désaccords37 », explique certainement le succès d’un forum intitulé « Au fait vous lisez quoi 38? ». De toute évidence, le caractère éclectique et ouvert de l’échange favorise la participation, l’intitulé du forum invitant à parler de tous les genres de livres, sans exclusive.

La rencontre de consommateurs avertis

202La conversation numérique offre donc l’occasion de sympathiser avec un interlocuteur dont le désir s’ajuste au sien propre puisque c’est l’objet de notre passion qui nous choisit. Nadine Julie – pseudonyme d’une « forumeuse » du site telerama.fr – exprime parfaitement l’intérêt de cette coordination des affects à l’aveugle qui permet de s’intégrer dans une communauté culturelle dont les relations internes sont purifiées, parce que les personnes sont détachées des enjeux affectifs locaux.

  • 39 Cet extrait des archives des forums de Télérama, comme tous ceux qui suivent, proviennent du rappo (...)

203Elle confie qu’elle est une « grande lectrice depuis toujours… J’ai toujours aimé partager mes émotions littéraires, la meilleure façon étant d’offrir ou de prêter. Après, on échange les ressentis et, des fois, c’est très dur : j’ai tellement parlé de ce bouquin que mes amis ont l’impression de l’avoir déjà lu ! Sur les forums, c’est différent, forcément, chacun est disponible quand il lit ou écrit; en plus on est là pour parler de ça, ce sujet qui nous passionne… Mais c’est génial de pouvoir échanger avec toi que je ne connais pas39 ».

204Cette proximité distante avec l’étranger – au sens ordinaire, pour paraphraser Georg Simmel, du visiteur « qui arrive aujourd’hui et qui repartira demain », qui arrive sur le site et en repartira tout à l’heure – favorise la réflexivité, le « retour sur soi », de l’internaute :

Odeyus. – On parle de littérature sur ce forum, sous toutes ses formes on s’attache au texte mais j’aimerais parler ici du livre, de l’objet. Qu’est-ce que pour vous un livre, sans référence aucune à son contenu ? À quoi ressemble-t-il et quel sort lui réservez-vous ? Moi, les livres que je possède, je les choisis d’abord pour leur contenu, j’aime les beaux livres. Un beau livre est d’abord pour moi un livre relié, non pas broché, ensuite un livre imprimé avec soin et gainé de cuir noble. J’achète surtout des livres à La Pléiade. Pour les nouveautés, je me penche toujours sur la Blanche de Gallimard.
Le Grand Thô. – Moi, j’achète que des Poche : des Points, des 10/18. D’abord parce que j’ai un budget limité. J’aime qu’un livre soit torturé, il n’est jamais aussi vivant que salopé par vingt-cinq mains… J’aime ne pas hésiter à écrire ou à souligner.
Pélagie F. – Je suis à l’exact opposé d’Odeyus. J’aime pas le cuir et j’aime pas non plus les livres abîmés mais je tolère un certain degré d’usure, d’usage, devrais-je dire… La possession ne m’intéresse guère, j’emprunte à la bibliothèque. J’achète beaucoup chez les bouquinistes…
Pot de fleurs. – J’aimerais moi aussi avoir des livres de La Pléiade pour les raisons que tu as dites, Odeyus. Le problème c’est que le choix est limité aux classiques et aux écrivains pour lesquels Gallimard possède les droits d’auteur…

  • 40 Confirmant ainsi que le goût est un « faire », selon l’expression d’Antoine Hennion.

205Internet m’entraîne, du fait de l’efficacité technique de l’écriture – elle permet de visualiser ce qui est dit – et sociale – elle permet à autrui de ratifier ce que je dis –, à m’observer moi-même en train de goûter le plaisir de la lecture40.

206Cette « objectivation du rapport à l’objet » fait surgir la figure d’un amateur soucieux de maîtriser son plaisir, d’ajouter au plaisir esthétique que procure la satisfaction d’un besoin de cultiver la conscience de sa relativité.

207Internet constitue ainsi l’argument et l’instrument d’une valorisation anthropologique de l’objet-livre sans considérations sociologiques de genre de consommation culturelle. Le débat, dans le forum « Prix des téléranautes », suscite, par exemple, cette prise de position :

Le Grand Thô. – Je pense qu’il faut absolument éviter de cloisonner. Ce prix n’interdit ni la bd, ni la sf, ni le polar. Chacun met ce qu’il veut sans question de taille, d’actualité, de tarif ou même d’édition. Le tout est de se battre pour que ce petit objet précieux qui a fait battre notre cœur, exploser notre cerveau, sortir nos larmes… (cf. à ce sujet le chapitre IV).

  • 41 On paraphrase évidemment ici la leçon qu’Alain Girard tire de son enquête sur Le Choix du conjoint(...)

208Cette vision anthropologique de la lecture comme « acte traditionnel efficace », c’est-à-dire comme transmission rationnelle d’un savoir magique, se traduit « naturellement » dans la promotion du corps comme instrument de mesure. La littérature est ce qui se teste, ce qui s’éprouve méthodiquement avec son corps, et ce qui est une bonne raison de rejeter un livre est aussi une bonne raison d’accepter de le lire. La tension entre tradition et modernité – la fameuse « tradition du nouveau », l’idée de l’obligation pour chacun d’éprouver sa liberté de jugement esthétique – se résout ainsi dans la reconnaissance du sens pratique de la lecture qui n’est pas seulement de choisir le juste, mais de trouver ce qui nous convient41.

Herlocksholmes. – Mais si, c’est vachement bien la littérature contemporaine. Et en plus, il y a autant d’auteurs que de styles différents. Les contemporains ne sont pas plus durs que les classiques, loin de là. Le mieux, c’est de goûter… Faut pas avoir peur, c’est comme tout, si tu aimes, tu continues, si tu n’aimes pas, tu vas ailleurs. Bon, et pour Kundera, c’est pas moi qui vais te dire de ne pas le lire. Bonne lecture!

209Internet offre ainsi un moyen de renforcer l’efficacité du bouche-à-oreille, en augmentant significativement les chances d’entendre des consommateurs parler de leurs coups de foudre littéraires, en échappant aux cloisonnements sociaux qu’entraîne nécessairement l’attachement à un certain type d’objet.

210Taline nous confie :

« Oui, je parle de lecture dans le réel et souvent aussi par associations d’idées. Comme ici, une situation me renvoie à un livre. J’ai la chance de partager la responsabilité de la bibliothèque du ce. Il n’y a pas beaucoup de bons livres mais à une époque, quand les grands lecteurs la fréquentaient pour les trouver, je me suis créé un réseau et nous partageons des coups de foudre. J’ai d’ailleurs réussi à faire mordre à l’hameçon plusieurs petits lecteurs et c’est plutôt gratifiant… Mais, dans ce cas, je suis prescripteur et ne découvre pas grand-chose… Le Web offre du temps, fait se rencontrer un public plutôt varié que l’on ne connaîtrait pas forcément… »

211Le forum internet offre donc au lecteur passionné un lieu de renouvellement de son goût. L’objectivation de son propre plaisir favorise la découverte et l’ouverture à d’autres types de consommation, le forum constituant l’équivalent d’un banc d’essai puisque l’on peut y observer des personnes qui parlent de leurs propres découvertes. Dans cette situation, comme dans les groupes de lecture offline, chacun peut voir en même temps ce que fait dire le livre à la personne, et ce que la personne fait dire au livre. L’internaute devient ainsi capable de conseiller :

« Je voulais justement te recommander le livre que tu lis !
– À moi ?
– Ben oui, à toi… Je commence à connaître les goûts des uns et des autres… C’est marrant ce forum quand même! On connaît les gens sans les connaître. »

212Mais Internet lui donne également la possibilité de choisir des conseils et des conseillers qui conviennent à ses besoins propres. Camaron sollicite ainsi Le Grand Thô :

  • 42 La suite de la conversation mêlera plusieurs participants qui présentent des auteurs et des ouvrag (...)

Le Grand Thô. – Pourquoi je préfère les Anglo-Saxons aux Français? Oui, pourquoi? Et aussi les Japonais que j’aime beaucoup. Murakami Ischiguro. Extraordinaire. Je n’arrive plus à lire des romans contemporains français. Pourquoi ?
Camaron. – Sans doute parce que la plupart des auteurs contemporains français sont recrutés dans un petit cercle surprotégé qui s’auto célèbre et se congratule. Plus de souffle, plus de liberté. La loi du rendement et des supermarchés de la littérature. Nos petites pointures viennent mourir au pied des grandes colères du monde.
J’ai très envie de découvrir les auteurs japonais que vous citez. Que me conseillez-vous pour commencer42 ?

  • 43 Abram de Swaan, Sous l’aile protectrice de l’État, Paris, puf, 1995, p. 325-327.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.

213Abram De Swaan définit la proto-professionnalisation comme un processus d’acquisition d’une « attitude plus raisonnée, plus prévoyante » accompagnée d’une « certaine distance mentale » à l’égard des relations humaines, capacité qui résulte de la transmission par les professionnels d’« une version du savoir professionnel » à leurs clients ou patients. Ainsi, « les individus s’orientent de plus en plus, dans leur vie quotidienne, vers les notions fondamentales des spécialistes […] et en adoptent les règles de conduite43  ». L’auteur souligne que cette proto-professionnalisation « s’étend à des cercles toujours plus vastes » car elle est transmise « par les clients des professions libérales, dans le “programme caché” de l’enseignement, et de plus en plus à travers les mass media qui en adoptent les catégories dans leur traitement des problèmes humains44 ». De ce point de vue, la fréquentation des forums de Télérama augmente « le degré de proto-professionnalisation du réseau personnel qui permet à chacun de faciliter son accès aux services adéquats45 ».

214L’observation du forum « Science-fiction » montre bien comment la situation constitue un « dispositif de formation » pour des néophytes qui peuvent s’approprier, à travers le discours d’autrui, l’aptitude à traduire en mots l’expérience du roman, à manipuler les classifications, à opérer des comparaisons en rapprochant les produits contemporains, à produire des interprétations du sens de l’évolution de la technique littéraire par une mise en perspective historique, et finalement à argumenter une opinion personnelle.

215Herlocksholmes, qui vient de commencer à lire de la science-fiction, demande à ses camarades où « se situe la frontière entre un roman normal et un roman de science-fiction » :

Arthur Shepherd. – Que voilà une question essentielle! Un roman de fiction consiste en un récit imaginaire dont la réalité est plausible, c’est-àdire que son univers est de l’ordre de l’existant même si les protagonistes et les événements sont imaginés. La littérature fantastique possède un sens plus large qui consiste à accepter comme littérature toutes les fictions, c’est-à-dire les œuvres d’imagination les plus débridées…
Enee. – C’est l’idée imaginaire et inexistante dans le temps présent créée par un auteur inventif pour illustrer une réalité à venir ou parallèle avec de la technologie (sf) et de la magie (fantasy).
Seoman. – « La sf, autant que la fantasy, relève du domaine de l’imaginaire. Avant, dans la fantasy dite classique, il y avait du merveilleux. Personnellement, je pense qu’il y a de la SF ou de la fantasy dans tous les bouquins. Avant, de nombreux auteurs contournaient la censure avec l’utilisation de l’imaginaire…

  • 46 Ibid.

216Le forum donne la possibilité de s’approprier le savoir qui alimente la dispute artistique, mais aussi le pouvoir de défendre son propre point de vue, à l’image des exercices qui se déroulaient dans les classes de rhétorique des collèges jésuites. Les participants y trouvent l’occasion de se rapprocher des professionnels de la littérature, en appliquant « les positions de base qu’ils attribuent aux professions concernées46 », comme l’illustre ce débat sur la technique littéraire, qui mobilise savoir littéraire, savoir historique et savoir sociologique :

Cyclic. – Pour moi, la littérature est la seule chose qui peut avoir tous les droits ou devrait les avoir. La virtualité de l’écriture permet toutes les possibilités et tous les excès… Oui, la littérature est là comme un jeu dont la règle est de détruire toutes les règles, dont la loi est de détruire toutes les lois, parce qu’elle peut ériger en principe le fait de ne pas en avoir. Il n’y a qu’à lire Sade pour comprendre ce qu’est la littérature.
Di-angelo. – Pour moi, tu confonds littérature et écriture. Tu as le droit d’écrire ce que bon te semble de tes cris intérieurs, ça ne produira pas forcément de la littérature. La littérature, c’est peut-être quand l’écrit de l’un prend valeur d’universel.
Lucian. – La comparaison avec Sade me semble totalement oiseuse… Autre temps, autre contexte. À l’époque, Sade a assumé les responsabilités de ce qu’il écrivait une paire d’années en taule, c’est pas le cas de nos transgressistes d’aujourd’hui !
Cyclic. – Poser le problème du temps avec Sade ne semble pas juste : le temps littéraire n’est pas le temps historique, c’est un espace sans lieu ni durée qui est le même à toutes les époques.
Lucian. – Ben il y a le temps du livre qui n’appartient qu’au livre et aussi le temps où l’auteur écrit et à mon sens, c’est dans le second que le premier prend toute sa saveur…

217La proto-professionnalisation du goût littéraire facilite une appropriation de la rhétorique de l’expert, gratifiante pour ceux qui participent à la conversation dans le but d’acquérir une position de lecteur compétent. La culture du goût produit avec le temps des connaisseurs du livre, auxquels Internet offre l’occasion de rencontrer d’autres connaisseurs, des individus capables et disposés, à la différence des parents, des amis et des proches, à converser sérieusement de littérature.

218Ce type de sociabilité littéraire sur Internet se situe ainsi au point de rencontre d’une consommation littéraire personnelle et d’une action professionnelle pour capter la parole du consommateur. Parole anonyme qui n’exige pour être légitimée que le plaisir pris au livre dont je parle, lieu public qui n’impose que des passages réguliers et m’offre une sociabilité d’occasion. Dans le forum littéraire, l’expression d’une opinion, sur un titre, sur un auteur, sur un événement littéraire est le prétexte d’une conversation éphémère et à l’aveugle qui n’engage pas ses participants au-delà de l’expression de leur propre opinion. Sur cette base, comme on l’a vu à travers l’exemple du forum de Télérama, une familiarité littéraire peut cependant s’établir, des habitudes de rencontre se former et le sentiment d’appartenance à un même groupe se dégager de l’expérience.

Sociabilité numérique et technique de soi

219Au-delà des échanges portés par les livres, le rythme des sorties littéraires et les formes rituelles d’admiration propres à un genre de consommation, Internet offre aussi des lieux de sociabilité qui constituent, comme on l’a vu dans le cas de We read diaries, des moyens d’explorer et d’analyser sa propre subjectivité. La participation à ce groupe se distingue de celle du forum de Télérama, « Au fait vous lisez quoi? », à la fois par une mobilisation de soi plus importante et par l’organisation de la conversation, sa programmation et le choix de textes autobiographiques qui facilitent la réflexivité du geste de lecture. Le site de Voix au chapitre offre également un bel exemple de ce cadre participationnel.

La ritualisation de la lecture

220Tout en offrant aux membres de Voix au chapitre, comme nous l’avons vu, un nouveau canal de communication, le site est un moyen d’intéressement du visiteur aux séances du groupe, d’élargissement d’une participation jusqu’alors limitée aux seuls habitués de l’appartement de l’animatrice.

La mise en forme de l’échange avec le visiteur

221La page d’accueil du site de voixauchapitre.com indique d’emblée la règle du jeu qui régit le groupe :

222Le principe est simple : chacun a lu le même livre […]. La seule règle de fonctionnement est la suivante : chacun prend la parole à son tour; ensuite, seulement, on parle à bâtons rompus. Il ne s’agit pas de faire une étude littéraire de l’ouvrage, mais de raconter son voyage avec ce livre, d’exprimer et d’analyser ses réactions entièrement subjectives et de découvrir celles des autres.

223Ce mode de fonctionnement facilite, par sa simplicité, la participation à distance.

224« Amis surfeurs, envoyez-nous votre avis sur le livre en discussion cette semaine. »

  • 47 Erving Goffman, Façons de parler, op. cit., p. 205-271.

225Indépendante du statut social de chacun, fondée sur le seul plaisir de lire, la relation écrite, fidèle et sincère de ses impressions suffit à intégrer la personne à part entière dans la discussion, le fonctionnement de l’échange imposant à chacun de n’occuper qu’un seul tour de parole. La position de l’usager à distance est, en ce sens, parfaitement équivalente à celle de la position de membre dans la conversation de face à face47.

  • 48 Cf. Erving Goffman, « Les équipes », dans La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions (...)
  • 49 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992 (...)

226Le site manifeste aussi son ouverture au visiteur à travers la présentation que les membres de l’équipe des lecteurs font d’eux-mêmes48. Il s’agit d’un groupe d’amateurs de romans, toujours désireux de prendre connaissance du jugement d’expérience porté par d’autres passionnés, disposés à transformer la conversation littéraire « en skholé, situation socialement instituée de loisir studieux dans laquelle on peut jouer sérieusement (spoudaiôs paizein, comme disait Platon) et prendre au sérieux des choses ludiques49 ». Cette mise en scène valorise une attitude exemplaire de l’illusio littéraire, au sens

  • 50 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 151-152.

227spécifique que Pierre Bourdieu donne à ce terme d’illusio, « le fait d’accorder à un jeu social qu’il est important que ce qui s’y passe importe à ceux qui sont engagés, qui en sont […]. C’est le fait d’être investi, d’investir dans les enjeux qui existent dans un certain jeu, […] qui, à l’inverse, apparaissent comme dépourvus d’intérêt du point de vue qui n’est pas pris à ce jeu, et le laissent indifférent50 ». Le groupe constitue un lieu où l’on prend au sérieux le plaisir littéraire et où l’on respecte la conduite que mérite la lecture.

La ritualisation du plaisir personnel : l’expression obligatoire des émotions

  • 51 Julian Huxley (dir.), Le Comportement rituel chez l’homme et l’animal, Paris, Gallimard, 1971.
  • 52 Rappelons que la notion de modalisation est effectivement empruntée par Erving Goffman à l’observa (...)

228Le site est donc un moyen, dans cette perspective, de partager une conduite de ritualisation, au sens éthologique, du plaisir littéraire. « Éthologiquement, la ritualisation peut être définie comme la formalisation ou la canalisation d’un comportement à motivation émotionnelle. » Elle sert alors, selon l’éthologue, au moins trois buts : « assurer une plus grande efficacité de la fonction d’avertissement », c’est-à-dire d’information d’autrui sur les propres émotions d’un sujet, « fournir des stimulants ou des déclencheurs de schèmes d’action plus efficaces aux autres individus » et « servir de mécanismes de liaison sexuelle ou sociale »51. La ritualisation de l’échange, dans le cas de Voix au chapitre, en fixant les obligations de comportement de chacun par rapport à autrui et par rapport au livre, permet de canaliser ses émotions et de passer de la conversation informelle à un jeu organisé et formalisé (un phénomène de modalisation bien décrit par Goffman), un signal indiquant le changement du cadre de l’activité52.

« Mais concrètement, comment cela se passe-t-il ?

  • 53 Page d’accueil du site Voix au chapître. Une participante commente : « On commence à manger et on (...)

Ça commence à 20 heures le vendredi, métro Saint-Michel à Paris, cinquième étage… On apporte des cacahuètes, du jus d’orange ou du bordeaux, du chocolat et des olives. Une règle rarement suivie veut que ces amuse-gueules aient un rapport avec le livre (blinis pour Gogol, sushis pour Tanizaki, bière pour Schnitzler…). Mais on ne mange pas ! On grignote en échangeant quelques recommandations concernant films, pièces, expos ou autres livres lus. Au signal, que personne ne donne, on commence53…»

229L’écriture sur Internet prolonge et conforte cette ritualisation, en transformant en écrit la parole tenue par l’individu en situation. Tout en suscitant chez certains participants la crainte que le désir de séduire le visiteur ne réduise l’authenticité de l’expression personnelle, cette fixation permet au groupe de valoriser le profit à la fois personnel et collectif qu’apporte la participation à ces échanges. La présentation d’autoportraits concrétise sur le site cette efficacité positive de l’échange au sein du groupe et vise à la faire ressentir au visiteur.

L’authentification de la liberté de parole : l’autoportrait

230L’autoportrait est la technique utilisée sur le site de Voix au chapitre pour combattre la prévention éventuelle du visiteur à l’égard de l’échange littéraire organisé. La liberté de ton des autoportraits de la rubrique « Membres » prouve qu’il est loisible à chacun d’exprimer son ressenti personnel et que le groupe respecte le droit de juger avec sa sensibilité propre le roman en discussion.

« Moi, c’est très “j’aime, j’aime pas” (rires). Enfin, c’est plutôt “j’ai détesté, j’ai adoré”. J’ai beau dire “je vais faire différemment”, je trouve qu’il y a tellement de groupes où on ne peut pas dire ce qu’on pense que quand même sur un livre, dans ce cadre-là, si on ne peut pas, ce serait… Ça se voit aussi que je n’ai pas un avis très élaboré, il y en a qui ont des avis fondés, étayés, travaillés, enfin je crois qu’il y en a qui prennent ça très… C’est pas de prendre plus au sérieux, ou moins au sérieux, mais c’est prendre très au sérieux de vouloir que ce soit simplement effectif et fugitif, c’est pas moins sérieux. Mais je n’ai pas envie que ça devienne scolaire. Je ne veux pas que mon avis soit circonstancié, je revendique la mauvaise foi la plus absolue, enfin ce que je dis est ce que je pense à ce moment-là » (R., 58 ans, chercheuse) (27 avril 2004).

231On trouve ainsi onze autoportraits parfois, mais rarement accompagnés d’une photographie. Leur découverte s’effectue sous une forme ludique. Le dispositif visuel, d’une grande qualité graphique, figure une bibliothèque enfermant des livres reliés et propose au visiteur de faire apparaître les autoportraits que les pages des livres de la bibliothèque sont censées dissimuler, en explorant les étagères à l’aide du curseur (qui tient alors le rôle du doigt lorsqu’on cherche un livre sur les rayons d’une bibliothèque ou d’une librairie). La rédaction est personnalisée, chacun formulant, sur un mode sérieux ou ludique, développé ou succinct, sceptique (« je me demande si j’aime lire ») ou lyrique ses goûts littéraires, célébrant le rôle de la lecture dans sa vie, racontant les circonstances de sa rencontre avec le groupe, etc. L’autoportrait de Madeleine est très caractéristique de la composition esthétique d’un « moi » littéraire qui la détourne de l’usage d’Internet.

Madeleine. – J’adore quand Don Quichotte part à la recherche du temps perdu avec Gilgamesh, quand la Dame de pique écoute les confessions impudiques d’un roi sans divertissement, quand Oblomov attend Godot sur le rivage des Syrtes, et quand les âmes mortes vont cueillir les Fioretti sur l’herbe, pour faire l’éloge de l’ombre.
J’adore quand Notre-Dame des Fleurs lit à rebours les notes de chevet de ses liaisons dangereuses à Candide et au Petit Prince, quand l’apiculteur, qui meurt, essaie de prendre son parti des choses, même si la solitude est trop bruyante, surtout dans la maison des autres, et qu’il part en promenade au phare avec quelques récits dans la paume de sa main pour trouver enfin, peut-être, l’usage du monde.
Mais je n’ai(me) pas Internet.

232L’autoportrait de Françoise campe une amoureuse du roman, boulimique et passionnée, et qui ne craint pas d’affirmer sa différence :

Françoise. – Bonjour, moi c’est Françoise.
Je suis une petite nouvelle par rapport aux vétérans du groupe.
Quand un livre m’emballe, je pense que tout le monde va l’aimer et ce n’est jamais le cas, mais finalement c’est génial, ça discute ferme dans le groupe et c’est un vrai ballon d’oxygène !
Voici en vrac quelques-uns de mes auteurs préférés :
Cohen, Proust, Cendrars, Conrad, Miller, Primo Levi, Genet, Duras, Yourcenar, Süskind.
Mais aussi : Styron, Himes, Hammett, Selby, Lawrence (d.h.).
Mes manques : Joyce, Musil (et d’autres, hélas !).
Et puis, le succès de certains livres me laisse perplexe, comme Au-dessous du volcan, La Montagne magique ? ? ?
Comprends pas… Si quelqu’un voulait m’expliquer…
Mon dernier coup de cœur : Louis-René des Forêts. Je vous le recommande chaudement.

  • 54 Cf. Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Pari (...)

233Dans tous les cas, la présentation de soi consiste à personnifier54 l’acte de lire, à l’incorporer à son identité personnelle au point de réduire cette présentation de soi à la conduite littéraire, suggérant ainsi au visiteur du site la contamination par les livres manipulés, le phénomène de prise de possession par l’objet possédé, la transformation du lecteur en « homme-livre » : « Tous des fous de lecture, des maniaques de la littérature, des intoxiqués du texte », comme le souligne la page d’accueil.

234Cette attitude ne lie aucunement l’accès au loisir littéraire à la condition sociale. Le texte de la page d’accueil n’hésite pas à regretter implicitement l’homogamie sociale et culturelle du groupe qui résulte de sa composition actuelle, puisqu’il réunit des membres de professions intellectuelles, cadres d’entreprise, enseignants, journalistes, plutôt que des travailleurs de services :

« Nous avons connu dans ce groupe une infirmière qui lisait beaucoup la nuit quand elle était de garde et un employé des postes qui travaillait au tri. Actuellement, on manque d’originalité : on bosse dans une entreprise, dans l’Éducation nationale, dans la presse… »

235La personnalisation du site par des autoportraits de lecteurs passionnés garantit au visiteur la neutralisation, dans le fonctionnement de l’échange, de tout ce qui n’est pas de l’ordre de l’expérience littéraire et du plaisir qu’elle peut procurer. Elle légitime l’effort qu’exigent le discours sur soi-même, la révélation publique de son intimité, l’expression sincère de ses émotions devant un étranger. Cette parole contrainte prend le sens tout à la fois d’une conquête d’une parole personnelle et de la production d’un témoignage littéraire au profit de la littérature, d’un don de soi en faveur du livre.

236Internet permet ainsi, par la proximité distante à l’égard de soi-même qu’autorise le dialogue avec l’étranger, de concilier culture de soi et plaisir de lire, le passage par l’écriture renforçant le sentiment pour l’usager de la conquête d’une attitude à la fois plus littéraire et plus réfléchie.

Sociabilité numérique et renforcement du pouvoir du lecteur

237Qu’elle s’inscrive dans le cadre de la librairie numérique, des sites ouverts pour les consommateurs ou des sites portés par les consommateurs, la sociabilité littéraire qui se développe sur Internet doit son succès au fait qu’elle prolonge et qu’elle accentue les vertus de la sociabilité littéraire offline. La numérisation de la conversation littéraire organisée renforce sa capacité à rapprocher les individus par-delà les barrières qu’érigent le foyer et le milieu social, et son pouvoir de formation personnelle, grâce au renforcement qu’elle opère de la capacité de l’individu de juger de ce qui lui convient.

  • 55 Cf. Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, “Online reading practices and reading pleasure in a tra (...)

238Lieu de prise de parole sur ce qu’on a lu, lieu d’échange d’opinions sur les mêmes livres entre des personnes séparées par des obstacles physiques ou sociaux, Internet est aussi un lieu de publication d’une parole individualisée, qu’exploitent en tant que telle, comme nous l’avons vu, les e-librairies55.

239En lui donnant aux yeux de tous la valeur d’une opinion digne d’être enregistrée, celles-ci confèrent à cette parole une valeur équivalente à celle de la critique journalistique, une valeur d’expertise.

240Internet participe donc conjointement à une individualisation du jugement esthétique et à une valorisation de l’expression personnelle du consommateur. En même temps qu’il assure son intégration à la communauté « universelle » des lecteurs, Internet permet à l’individu, comme nous l’avons vu dans le cas de We read diaries, de prendre la parole en son nom personnel.

  • 56 Cf. Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, « Internet et la construction du goût littéraire : le c (...)

241C’est cette conduite qui donne tout son sens au passage à l’acte d’écrire ses critiques sur Internet56, à l’usage de son pouvoir de lecteur, à l’action de rendre sa critique publique, de s’exprimer en tant que représentant du public.

242Il importe donc d’examiner, après avoir considéré les cadres de sociabilité littéraire offerts par Internet, les formes de publication du jugement littéraire profane qu’il autorise. Le plaisir qu’apporte le partage de l’expérience littéraire, la gratification esthétique que procure la sociabilité littéraire ne représentent que la dimension subjective de l’écriture sur Internet. Celui de se donner la parole en tant que lecteur « ordinaire », de transmettre son expérience à autrui et de lui conférer la valeur d’une expertise publique représente sa dimension objective. L’écriture sur Internet qui offre, d’un point de vue esthétique, un moyen d’ancrer son jugement dans l’exercice corporel de la lecture et de renforcer le plaisir qu’elle procure, apporte au lecteur, d’un point de vue éthique, un moyen de faire connaître à tous son propre jugement littéraire et d’en faire bénéficier le public.

Notes

1 Andreas Wittel, « Toward a network sociality », Theory, Culture and Society, 2001, vol. 18, n° 6, p. 51-76.

2 Ibid.

3 Erving Goffman, Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

4 Geneviève-Dominique de Salins (Une introduction à l’ethnographie de la communication, Paris, Didier, 1982) rappelle ainsi la nécessité de distinguer, dans l’observation des situations d’échange, « les relations structurelles (c’est-à-dire les relations symétriques entre participants de même statut et les relations asymétriques entre participants de statuts différents) des relations catégorielles (qui tiennent compte du sexe, de l’âge, des fonctions des participants) et des relations personnelles observées en contexte » (p. 14).

5 Erving Goffman, Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit, 1982. Le terme de « cadres » désigne, dans une interaction sociale, les « principes d’organisation qui structurent les événements – du moins ceux qui ont un caractère social – et notre propre engagement subjectif » (p. 19).

6 La modalisation désigne, selon Les Cadres de l’expérience, le « processus de transcription » d’une activité qui la fait passer d’un cadre à un autre, par exemple le match et le match télévisé ou la réunion et son compte rendu. Le mode désigne « l’ensemble des conventions par lesquelles une activité donnée, déjà pourvue de sens par l’application d’un cadre primaire se transforme en une autre activité qui prend la première pour modèle, mais que les participants considèrent comme sensiblement différente ». La conversation sur Internet, dans les termes de Goffman, représente précisément la remodalisation d’une conversation littéraire en face à face (p. 52-53).

7 Cf., par exemple, Laurent Chasset, « sms, mails, chat… Restons polis ! » dans Femme Actuelle, n° 1 157, 27-30 décembre 2006, p. 68. L’auteur conseille d’éviter, sur Internet, le « transfert systématique des blagues », les « mails écrits en langage texto », d’utiliser la fonction « envoyer en copies cachées » (pour préserver l’intimité des correspondants) et de contrôler soigneusement la fonction « répondre à tous » (pour la même raison), de ne pas diffuser le mél personnel de ses amis, d’éviter l’usage excessif des émoticones (ou smileys) qui « polluent » les messages.

8 Jack Goody, La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1986.

9 Le débat philosophique sur les risques de barbarie inhérents à l’expansion de la « technique » a troublé la compréhension de cette notion de Walter Benjamin. La reproductibilité désigne la configuration technique particulière qui permet d’associer l’authenticité de l’expérience (puisque la vision de l’original – manuscrit du roman, négatif de la photographie ou copie de travail du film – n’est pas ce dont il est question), l’ubiquité de l’objet et l’accessibilité sociale d’une forme de consommation culturelle.

10 C’est-à-dire « un circuit d’actions interdépendantes, relativement fermé, contrôlant de lui-même son équilibre et sa clôture », dans Erving Goffman, Encounters. Two Studies in the Sociology of Interaction, Indianapolis-New York, Bobbs-Merill Company Inc., 1961, p. 95-96.

11 Alors que les dictionnaires français ne retiennent que la dimension collective et l’usage spécialisé de la liste de diffusion, la lettre d’information, les dictionnaires anglais reconnaissent sa dualité pragmatique, son usage individuel (e-mail client) et collectif (group of users) : « Quand un e-mail est envoyé à un nom de la mailing list, il est automatiquement adressé à l’ensemble des abonnés de la liste. La plupart des utilisateurs d’e-mail entretiennent des mailing lists, qui leur permettent d’expédier des messages à un groupe déterminé. Il existe, par ailleurs, des serveurs de mailing-list qui gérent des mailings centralisés pour des groupes d’usagers » (Dictionnaire Webopedia, http://www.webopedia.com/TERM/m/mailing_list.htm).

12 L’intérêt particulier de l’échange observé est qu’il est initié par le créateur de la liste.

13 Le terme de position désigne ici « très grossièrement », selon Goffman, « la posture, l’attitude, la disposition, le moi projeté » des participants à un échange. Erving Goffman, « La position » (footing), dans Façons de parler, op. cit., p. 137.

14 Il s’agit d’un article de Vanessa Franklin intitulé « Ces ados techno addicts », paru dans Elle le 5 septembre 2005. Tout comme le feuilleton télévisé, le magazine féminin apporte un témoignage intéressant puisqu’il participe à la domestication de l’usage d’Internet et à sa mise en forme culturelle. Cet article, par exemple, contribue à constituer une expertise éducative en présentant des témoignages d’experts.

15 Jack Goody, La Raison graphique…, op. cit.

16 Vanessa Franklin, « Ces ados techno addicts », op. cit.

17 Erving Goffman appelle « analyse des cadres » (frame analysis) la compétence de l’individu qui lui permet de s’ajuster à la situation et à son évolution, en tenant compte des présupposés des cadres activés par les autres participants (Les Cadres de l’expérience, op. cit.).

18 Sur ces questions, cf. Erving Goffman sur la conversation et sur les rites d’interaction.

19 Erving Goffman, Les Cadres de l’expérience, op. cit., 1992, p. 266.

20 http://groups.yahoo.com/group/We_Read_Diaries/

21 C’est ce que beaucoup déclarent, dans le cadre de leur présentation, lors de leur arrivée dans le groupe.

22 Cf. à ce sujet H. Porter Abbott, Diary Fiction: Writing as Action, Ithaca, Cornell University Press, 1984.

23 À propos du projet de vérité, cf. W. L. Howarth, « Some principles of autobiography », New Literary History, vol. V, n° 2, 1972, p. 363-381, B. J. Mandell, « Full of life now », dans J. Olney (éd.)., Autobiography: Essays Theoretical and Critical, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 49-72.

24 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (dernière version) », dans Œuvres, Paris, Folio, 2000, t. III, p. 296-297.

25 Cf. Marcel Mauss, « Les techniques du corps », dans Sociologie et anthropologie, Paris, puf, 1964.

26 Andreas Wittel, “Toward a network sociability”, op. cit., p. 69.

27 Cf. Erving Goffman, « Le lieu de l’action », dans Les Rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

28 Andreas Wittel, “Toward a network sociability”, op. cit., p. 65.

29 Selon Médiamétrie-eStat, qui mesure la fréquentation d’environ 750 sites, Télérama occupait en 2004 la 38e place dans le classement des 55 sites cybereStat, qui regroupe la plupart des sites ouverts par les grands journaux et magazines nationaux, avec près d’un million de visites en moyenne par mois et une durée moyenne de visite de 4 min 45 sec (à titre de comparaison, Le Nouvel Observateur, avec la 16e place, approche les 3 millions et demi de visites par mois, avec une durée moyenne de 14 min 38 sec). La durée moyenne des visites sur l’ensemble des sites est de 10 min.

30 Le Guide de la presse, ofup, édition 1990, p. 1 082.

31 Au sens d’un instrument de mobilisation des acteurs pour les intéresser à une activité ou un objet. Cf. la « sociologie de la traduction » proposée par Michel Callon, « La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », op. cit.

32 Allusion au Prix des forums de Télérama (pft), dont il sera question au chapitre IV.

33 Joseph B. Walther, « CMC: impersonal, interpersonal and hyperpersonal interaction », Communication Research, 1996, vol. 23, p. 3-43.

34 Jeanine W. Turner, Jean A. Crube et Jennifer Myers, « Developing an optimal match within online communities: an exploration of cmc support communities and traditional support », Journal of Communication, 2001, vol. 51, n° 2, p. 232.

35 Ibid, p. 233.

36 Joseph B. Walther (1996), “cmc impersonal…”, op. cit.

37 Cf. Bruno Latour et Peter Weibel (dir.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge, Massachusetts, mit Press, zkm Karlsruhe, 2005.

38 Il atteignait 1 286 messages en avril 2004.

39 Cet extrait des archives des forums de Télérama, comme tous ceux qui suivent, proviennent du rapport d’observation de Thibaut Gorius sur le site de Télérama de janvier à juin 2004.

40 Confirmant ainsi que le goût est un « faire », selon l’expression d’Antoine Hennion.

41 On paraphrase évidemment ici la leçon qu’Alain Girard tire de son enquête sur Le Choix du conjoint, Paris, puf, 1964, p. 19 : « La possibilité du choix implique la possibilité de la rencontre. »

42 La suite de la conversation mêlera plusieurs participants qui présentent des auteurs et des ouvrages japonais qu’ils ont aimés.

43 Abram de Swaan, Sous l’aile protectrice de l’État, Paris, puf, 1995, p. 325-327.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Erving Goffman, Façons de parler, op. cit., p. 205-271.

48 Cf. Erving Goffman, « Les équipes », dans La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1973, t. 1, p. 79-103.

49 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 420.

50 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 151-152.

51 Julian Huxley (dir.), Le Comportement rituel chez l’homme et l’animal, Paris, Gallimard, 1971.

52 Rappelons que la notion de modalisation est effectivement empruntée par Erving Goffman à l’observation de Bateson sur les loutres du zoo de Berlin, qui, « dès qu’elles perçoivent un signal », jouent à se battre. Johan Huizinga montre, dans son Homo ludens (Paris, Gallimard, 1951), l’utilité de l’approche éthologique pour l’histoire et la sociologie de la culture.

53 Page d’accueil du site Voix au chapître. Une participante commente : « On commence à manger et on échange des nouvelles, des petites nouvelles avec les autres. Et puis en fait, on arrête plus ou moins de manger, pas de boire, mais en tout cas, plus ou moins de manger pendant tout le temps de la discussion. Et puis, quand la discussion se termine, en règle générale, ça se termine, je dirais plutôt vers dix heures, dix heures et quart, après il y a de nouveau… Alors, de nouveau on mange, et là, on discute… Il y a toujours quelqu’un, l’animatrice souvent, pour lancer le débat avec un “qu’est-ce que vous avez vu comme film ?” ou “qu’est-ce que vous avez vu comme pièce de théâtre ?”, voilà… » (G., 50 ans, documentaliste).

54 Cf. Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2005, p. 138-139.

55 Cf. Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, “Online reading practices and reading pleasure in a transnational context: the reception of Coetzee’s Disgrace on Amazon sites”, dans Anna Guttman, Michel Hockx et George Paizis (eds), The Global Literary Field, Cambridge, Cambridge Scholars Press, 2006, p. 163-178.

56 Cf. Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, « Internet et la construction du goût littéraire : le cas de critiqueslibres.com », Sociologie de l’art, n° 7, 2005, p. 63-89.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable