Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Internet et la sociabilité littéraire

 | 
Jean-Marc Leveratto
, 
Mary Leontsini

Chapitre I. La normalisation d’Internet et le loisir littéraire : le cas de la France

Texte intégral

  • 1 Enquête mensuelle Médiamétrie, « L’audience de l’Internet en France », mai 2007.
  • 2 Régis Bigot, La Diffusion des technologies de l’information dans la société française, Paris, créd (...)
  • 3 Ibid.

1On assiste aujourd’hui, en France, à une généralisation de l’usage d’Internet. En 2007, 57,6 % de la population âgée de 11 ans et plus (soit 30 296 000 personnes) se sont connectés au cours du premier trimestre, tous lieux de connexion confondus1. La pratique devient quotidienne : pour les adultes, elle a progressé de 9 points entre 2005 et 2006, selon les résultats d’une enquête récemment menée par le crédoc2. Par ailleurs, elle se développe considérablement à domicile : depuis 1999, le taux de pénétration d’Internet dans les foyers français progresse d’environ 5 points par an, soit environ 2 millions de personnes de plus équipées chaque année3.

  • 4 82 % des cadres sont connectés, contre 38 % des ouvriers. Néanmoins, l’évolution des connexions en (...)
  • 5 95 % des 12-17 ans sont internautes, de même que 81 % des 18-25 ans et 74 % des 25-40 ans ; la pro (...)

2Cette normalisation de l’usage d’Internet désigne cependant une réalité différente selon les milieux, les professions, les générations et les genres. Comme le montrent les statistiques récentes sur le degré d’équipement informatique des ménages français et leur utilisation d’Internet, la Toile est plus accessible à certaines catégories socioprofessionnelles qu’à d’autres4 et elle constitue une pratique beaucoup plus répandue chez les jeunes générations que parmi les seniors5.

  • 6 61 % des hommes et 50 % des femmes sont internautes, ibid.

3La question de la supériorité relative de la pratique masculine ou de la pratique féminine d’Internet nous situe, quant à elle, au cœur de notre recherche sur la sociabilité littéraire. Si, en effet, les observateurs considèrent qu’Internet, du moins à ses débuts, est un instrument de communication surtout masculin, ils s’accordent pour constater une féminisation d’Internet, dans le sens d’un accroissement du nombre des femmes utilisatrices6. L’accès à Internet n’est plus réservé à un groupe de personnes disposant du savoir technique et du statut professionnel justifiant son acquisition et son usage ; le cercle des utilisateurs réguliers s’élargit, même si le revenu ou le degré de formation scolaire restent discriminants.

Approche sociotechnique de l’usage domestique du Net

4Les raisons avancées pour justifier l’investissement financier que représente l’acquisition d’Internet offrent un premier moyen d’analyser les motivations des usagers du Net. Dans un contexte où cet équipement n’est pas encore présent dans toutes les familles mais devient d’usage courant dans certains secteurs professionnels, l’expérience de ses avantages par rapport à d’autres formes de communication et la familiarisation technique acquise dans le cadre de l’activité professionnelle facilitent son introduction au foyer et, au-delà, l’usage régulier d’Internet à domicile. Ce lien apparaît bien, par exemple, dans certains des entretiens effectués.

Internet comme moyen de communication écrite

5Pour Gelsolmina (50 ans) et Mathilda (25 ans), l’équipement au titre de l’emploi exercé a été un vecteur d’acquisition d’une compétence technique et une stimulation pour équiper leur foyer. Cette stimulation professionnelle est d’autant plus efficace que l’équipement dans le cadre du bureau permet d’utiliser les pores de la journée de travail pour se documenter et échanger sur le Net pour son propre compte, et dans des conditions de confort technique relativement coûteuses (adsl, par exemple) pour un simple particulier. Ainsi, Gelsomina, en charge d’un secrétariat à l’université de Metz, reconnaît consulter systématiquement le quotidien régional et un ou deux quotidiens nationaux pendant son temps de travail, grâce à Internet. Quant à Mathilda, animatrice dans une mjc, elle reste « branchée en permanence » sur le réseau pendant tout le temps qu’elle passe au bureau. Cette familiarisation acquise dans le cadre du travail rend acceptable le coût financier que représentent l’achat d’un ordinateur et une liaison internet à domicile, en même temps qu’elle attache l’usager à certains services fournis par le réseau.

  • 7 79 % des internautes ont utilisé un système de messagerie électronique pour envoyer des courriels (...)

6Le phénomène s’observe particulièrement dans le cadre de professions intellectuelles, par exemple chez les enseignants universitaires qui utilisent à domicile ce nouveau moyen de correspondance constitué par le mél, du fait de sa supériorité sur le courrier classique : sûr, presque instantané, d’un coût infime, simple à utiliser, il permet d’expédier des textes et des images à n’importe quelle distance et à n’importe quel moment, et de communiquer avec les administrations et les entreprises. Cette utilité reconnue à un équipement qui facilite la communication professionnelle et offre, en sus, l’accès à des ressources multimédias justifie l’investissement domestique dans Internet, indépendamment de toute considération professionnelle7. Moyen d’échanger en permanence avec des proches éloignés dans l’espace, Internet permet en même temps un accès aisé, rapide et gratuit à des informations et à des produits culturels qui intéressent particulièrement son utilisateur. La gratuité de l’accès s’entend dans un double sens puisqu’il est possible à l’internaute de s’approprier des produits culturels par ailleurs vendus sur le marché sans les payer et d’utiliser Internet en échappant au contrôle social qui pèse sur de nombreuses communications en face à face, désignées en anglais par le sigle irl (in the real life). Cette absence de contrôle social résulte de l’anonymat, effectif dès lors que les usagers utilisent des pseudonymes, mais aussi plus simplement, comme le relève Annette N. Markham, du fait que la plupart du temps « personne ne s’en préoccupe vraiment ». Elle précise ironiquement cette idée :

  • 8 Annette N. Markham, Life on Line. Researching Real Experience in Virtual Space, London–New Delhi, (...)

« Plus je passe de temps à interagir avec des personnes en ligne, plus je réalise que bien que les autres utilisateurs soient (probablement) des personnes réelles, ils ne semblent pas investis autant que je le suis dans tout ce que je dis. Pour moi, aussi ironique que cela puisse paraître, c’est une grosse révélation8. »

7Il est notable que l’observatrice signale, ce faisant, les limites mêmes du constat qu’elle vient d’émettre. Il ne reste pas moins que la gratuité, non seulement marchande (une fois le forfait acquitté), mais aussi sociale (due à l’anonymat), est le régime de perception ordinaire d’Internet, qui le rend particulièrement attrayant.

  • 9 Flore Vasseur, Nouvelles Tendances, Internet et les femmes, eurostaf, Paris, Dupli-Print, 2000, p. (...)

8Une confirmation de cette gratuité sociale de la communication sur Internet nous est apportée par le fait que, selon un comptage effectué par voila.com, les cent mots requêtes (inscrits par les utilisateurs dans les moteurs de recherche) les plus utilisés en 1999 avaient trait à la pornographie9. Il s’agit également d’une indication de la normalisation d’Internet en tant qu’équipement du loisir masculin, même si (ce que confirment certains scandales récents), d’une part, la consultation de sites pornographiques peut s’effectuer dans le cadre du temps de travail et, d’autre part, on assiste au développement d’un commerce érotique féminin.

9De ce point de vue, la féminisation du Web, dont témoignent tant l’accroissement du nombre d’usagers féminins d’Internet que l’augmentation de l’offre de produits et de services destinés non seulement aux femmes mais aussi aux ménages, constitue un meilleur indicateur de la pénétration du Web dans la vie familiale.

Internet comme équipement domestique

  • 10 L’expression est empruntée à Flore Vasseur, ibid., p. 7.

10En tant que « tendance de fond » mondiale10, cette féminisation du Web confirme la normalisation sociotechnique d’un instrument d’abord lié à l’activité militaire, puis à la production scientifique, qui, à partir du début des années 1990, est tombé dans le domaine public en devenant un hobby d’amateurs férus de nouvelles technologies. L’outil scientifique s’est alors métamorphosé au fur et à mesure de l’élargissement de son audience, passant du statut de gadget intellectuel masculin à celui d’équipement domestique accessible à tous grâce à son élaboration technique (simplification des interfaces et développement de l’accès à l’audiovisuel notamment).

  • 11 Le partage traditionnel des rôles et des tâches domestiques au sein du foyer est encore très répan (...)

11Cette évolution fait donc surgir des usages plus centrés sur la vie domestique et sur le loisir que sur le travail. Cette situation s’explique en partie par l’utilisation d’Internet pour traiter le faisceau de tâches ménagères qui reviennent traditionnellement aux femmes11. Cette féminisation atteste ainsi de la « familialisation » d’Internet qui sert désormais à la gestion du foyer. C’est dire que la fonction « économique », au sens antique de la gestion de la maison, constitue une puissante motivation pour faire installer une connexion chez soi.

  • 12 ceo (chief executive officer) est l’équivalent de p-dg. Hosehold ceo se traduirait approximativeme (...)
  • 13 Flore Vasseur, Nouvelles tendances…, op. cit., p. 14.

12Internet n’est cependant pas tant un équipement du travail ménager qu’un outil pour agir à distance et économiser le temps perdu à l’extérieur du foyer. En ce sens, il autorise effectivement un gain de temps et une économie d’énergie appréciables en termes d’achat de produits domestiques et d’obtention d’informations nécessaires au bien-être et à la vie des membres de la maisonnée. La santé de l’enfant, sa prise en charge, son accompagnement – ce que les Anglais appellent le care – constituent, selon les enquêtes de marketing américaines, une motivation première de l’utilisation du Net. Dans une étude sur le comportement des femmes sur Internet, NetSmart Research dégageait ainsi quatre types d’utilisatrices du Web : « Dr Mom » (la mère attentionnée qui veut apprendre à s’occuper de ses enfants le mieux possible, soit en collectant des informations, soit par des discussions avec d’autres parents), « Household ceo12 » (celle qui, chargée des dépenses d’achat et d’investissement du foyer, utilise la Toile pour comparer rapidement les prix, se renseigner sur les produits, voire acheter), « Midnight Shopper » (l’acheteuse en ligne qui fait ses emplettes après avoir achevé ses tâches ménagères), « Time Out For Me » (la femme moderne qui prend du temps pour s’évader, se faire plaisir et prendre soin d’elle)13.

  • 14 Régis bigot, La Diffusion des technologies…, op. cit.

13Les usages du Net non centrés sur le maternage, mais sur les achats de biens de consommation et de services pour les adultes, ne sont évidemment pas réservés aux femmes. En France, 29 % des hommes et 24 % des femmes déclarent avoir effectué un achat en ligne en 2006, soit 27 % des Français âgés de plus de 12 ans, contre 17 % en 2004. On notera que la commande de produits culturels est aujourd’hui, sur le Web francophone, la première opération marchande par ordre d’importance (51 %), devant la réservation de billets de train (45 %) et l’achat de produits informatiques (43 %)14.

14La féminisation d’Internet ne se résume pas à la possibilité offerte ainsi aux femmes d’économiser du temps ou de mieux gérer leurs tâches domestiques. Le Web leur permet en même temps de se dégager, de « sortir » du foyer, d’où cet important taux d’équipement chez les femmes qui exercent une activité professionnelle et sa corrélation avec un statut professionnel élevé des femmes.

Internet comme moyen de sociabilité

15Le portrait de la pratiquante fervente qu’est Gelsomina, 50 ans, illustre cette forme de libération du cadre du foyer qu’apporte Internet à une femme indépendante, dynamique et attachée à son activité professionnelle.

16Gelsomina s’exprime avec plaisir sur son activité d’internaute. Elle déclare y consacrer près de « deux heures par jour », le plus souvent après un « rituel » film regardé à la télévision avec son fils, aujourd’hui élève de terminale. Après l’acquisition d’un premier ordinateur familial essentiellement pour utilité scolaire, « confisqué » par son fils, elle s’est dotée il y a deux ans de sa propre « machine » qu’elle peut utiliser à sa guise. Elle est inscrite dans plusieurs forums de discussion, des forums fermés réservés à des membres possédant un identifiant, une formule qui permet d’échapper aux chats ordinaires, fréquentés, selon elle, surtout pour des « motifs sexuels ». Elle accepte de montrer le fonctionnement de ces forums synchrones, où le détour par l’écriture et le caractère collectif de l’échange autorisent une participation équivalente à celle requise par la conversation qui accompagne la réalisation d’un travail manuel collectif. Cette participation à éclipses, avec un faible degré d’engagement, permet d’abandonner la conversation et d’y revenir, en fonction des nécessités inhérentes à la tâche. L’accès au forum qu’elle a sélectionné l’introduit au milieu d’une conversation en cours, dans laquelle elle se glisse, signalant qu’elle est en train de répondre aux questions d’un sociologue enquêtant sur l’usage du Net. Même si elle lie l’usage d’Internet et sa passion littéraire, les romans policiers, il apparaît que cet usage se fonde prioritairement sur le besoin affectif et la recherche d’une sociabilité compensant l’absence de compagnon (Gelsomina est séparée de son mari et a élevé seule son enfant). Elle compare elle-même Internet à un café où elle peut se rendre en fin de soirée pour retrouver ses amis, sans crainte des mauvaises rencontres.

17Gelsomina trouve un plaisir particulier à pouvoir parler des choses de la vie avec des gens qu’elle ne connaît pas. À l’enrichissement que constitue la conversation avec des personnes cultivées ou exerçant des métiers très qualifiés se superpose l’idée d’une compréhension mutuelle, voire d’une aide que peuvent s’apporter des gens d’une même génération confrontés aux difficultés de l’existence. L’exemple de la compensation de la surdité qu’autorise Internet (qui permet à un ami malentendant de participer à des conversations dont il serait normalement exclu) et une allusion, à mots couverts, aux éventuels conseils et au réconfort que peuvent trouver les femmes victimes de violence conjugale (situation à laquelle elle est particulièrement sensible) lui servent à illustrer le bénéfice affectif qu’apporte la fréquentation d’Internet.

18La promotion par Gelsomina de cette forme de sociabilité à distance, qui aboutit parfois à des rencontres en face à face, dénote à la fois son attachement à ce mode original de conversation et son engagement sur ce lieu de communication que constitue Internet. Elle confirme la satisfaction qu’elle retire de sa participation à un espace qu’elle a domestiqué et dans lequel elle s’investit corporellement.

  • 15 Annette N. Marckham, Life on Line…, op. cit., p. 24.

19De ce point de vue, rencontrer sur le Net des personnes étrangères au foyer nécessite un apprentissage complet, sur lequel insistent particulièrement les ethnographes d’Internet. Ainsi, explique Annette M. Markham, « aller sur le Net m’a pris beaucoup de temps et impliqué beaucoup plus que le fait d’allumer l’ordinateur, de taper des mots sur le clavier, et de presser le bouton “envoyer” ou “ouvrir” […]. Pour simplement comprendre ce qu’il se passait online, ou pour communiquer avec d’autres usagers, j’ai dû apprendre comment bouger, regarder et parler […]. Il est crucial de souligner ce point : être présent dans le cyberespace est apprendre comment s’y incarner (to be embodied there). S’y incarner est participer. Participer est en savoir assez sur les règles concernant l’interaction et le mouvement de telle sorte que le mouvement et l’interaction avec et à l’intérieur de cet espace soient possibles15 ».

  • 16 Rebecca (séparée, 45 ans) confirme dans un entretien le rôle du célibat dans l’usage intensif d’In (...)

20Le portrait de pratiquante fervente qui apparaît quand Gelsomina présente son usage d’Internet éclaire par sa singularité le sens général du processus de domestication du Net. En effet, il rend visibles la disposition technique et la disponibilité sociale qui conditionnent généralement l’investissement personnel dans Internet et son usage intensif. La compétence professionnelle de Gelsomina, d’un côté, et sa liberté de célibataire, de l’autre, facilitent sa pratique régulière d’Internet en tant que lieu de conversation et la singularise, l’usage quotidien d’Internet étant encore généralement plus le fait des hommes que des femmes, des enfants que des parents16.

  • 17 Dans le vocabulaire des internautes, une prise de bec.
  • 18 Alessandra Guigoni, Internet per l’antropologia. Risorse e strumenti per la ricerca etnografica ne (...)
  • 19 Cf. Laurence Le Douarin, « Le micro-ordinateur dans l’espace conjugal », Cahiers internationaux de (...)

21L’accès encore inégal à la technique et la persistance d’une division traditionnelle des rôles dans la pratique d’Internet sont, en effet, confirmés par les observateurs. Par exemple, dans la création et l’entretien des sites, si la division « est beaucoup plus floue que dans la vie réelle […], elle est loin d’avoir été abolie. En fait, et de façon caractéristique, les techniciens de la communauté sont encore plus souvent des hommes que des femmes, et aux femmes reviennent seulement les tâches traditionnellement féminines, liées à une disposition naturelle présupposée à la communication : de la secrétaire de rédaction à la modératrice, à la correctrice d’épreuves, etc. Certains disent, le software est féminin, l’hardware est masculin (il software è donna, l’hardware è uomo), entendant par là qu’aux hommes reviennent la conception et la mise en œuvre des systèmes et la structure informatique, aux femmes le “remplissage” des contenus de la structure. Un membre de la communauté a déclaré une fois pendant une flame17 : “Les femmes doivent avoir soin de la communication, les hommes de la technologie de la communication”18. » De ce point de vue, les époux ou les conjoints jouent un rôle déterminant dans la décision d’équipement du foyer, même si celle-ci se prend à deux19. Et ils se rendent disponibles plus facilement, s’abstraient sans grande difficulté de la vie familiale, alors que les femmes sont généralement plus préoccupées par les enfants et leur éducation.

Internet comme équipement éducatif

  • 20 Cf. insee première, n°1 011, mars 2005 : « Un ménage sur deux possède un ordinateur, un sur trois (...)

22Les enfants jouent un rôle important dans la domestication d’Internet, c’est pourquoi ils en bénéficient le plus. Comme l’indique Gelsomina, qui s’est équipée initialement du fait de l’utilité d’Internet pour les devoirs scolaires, la responsabilité familiale des adultes et le souci de l’éducation de leurs enfants motivent fortement les parents – ou le parent isolé – à investir financièrement dans un instrument qui présente un intérêt éducatif20. C’est à ce souci parental que Mathilda, 35 ans, pratiquante fervente du Net, doit sa maîtrise précoce de l’ordinateur et, à travers elle, son appropriation immédiate d’Internet et de ses possibilités. Cette maîtrise qu’elle a pu valoriser dans le cadre de son activité professionnelle d’éducatrice – en prenant en charge le site d’accueil du service qui l’emploie – tient au fait que, dès la sixième, elle a eu accès à un ordinateur, cadeau d’un grand-père désireux de contribuer au succès des études de sa petite-fille. Depuis cet Armstrad initial, qui lui a donné le goût de l’informatique, elle a suivi l’évolution qui a fait passer l’ordinateur domestique de l’époque héroïque, où il n’était qu’un instrument de programmation, à son statut contemporain d’équipement multimédia permettant de communiquer à distance, et à volonté, paroles, musique et images par simple branchement sur une prise téléphonique.

23La justification éducative de l’ordinateur en tant qu’outil intelligent qui, par sa conjonction avec Internet, donne accès à une documentation et à des échanges précieux pour la réussite scolaire favorise donc aujourd’hui son introduction au domicile et la domestication d’Internet par les enfants et les adolescents. Cet usage privilégié – du fait du temps dont disposent les enfants, de l’initiation à l’usage de l’ordinateur dont ils bénéficient dans le cadre scolaire et de leur curiosité – pose aujourd’hui problème pour l’opinion publique, en raison de l’espace de sociabilité que constitue Internet et du risque inhérent pour les enfants à l’exploration d’un espace de sociabilité que leurs parents ne contrôlent pas et qui les exposent au contact d’adultes extérieurs à la famille et anonymes.

24En effet, on ne peut pas séparer l’usage éducatif d’Internet – comme moyen de documentation scolaire, pour la dissertation littéraire, le devoir d’histoire ou de géographie, par exemple – de son usage ludique ou social. Du fait qu’elle est anonyme, la communication graphique, photographique et cinématographique dont Internet est le support n’expose pas seulement les enfants au risque d’être confrontés à des images et des paroles obscènes et racistes, mais aussi à d’éventuelles rencontres avec des adultes porteurs de sollicitations sexuelles.

25L’expression de cette inquiétude des parents dans les médias francophones rend bien compte, parallèlement au choc causé en Europe par une série de crimes pédophiliques, du statut d’équipement de loisir familial qu’a acquis Internet. Comme pour la radio, le cinéma et, plus récemment, la télévision, le souci de contrôle parental souligne la façon dont les adolescents investissent la Toile, tant pour réduire le temps consacré aux devoirs, grâce au plagiat de textes récupérés sur le réseau, que pour le plaisir de converser ou de s’approprier des objets culturels qui les intéressent particulièrement.

Internet comme équipement de loisir

26Le journal de bord de la jeune Sara – collégienne dont la mère, aujourd’hui célibataire, est enseignante – témoigne de cette appropriation qui échappe partiellement, sinon totalement, au regard des parents et qui est l’occasion de pratiques de téléchargement dénoncées par les industries culturelles. Internet permet à Sara de chatter quotidiennement avec des amies, de télécharger des albums musicaux récemment sortis, de rechercher des paroles de chansons ou des motifs pour décorer ses tee-shirts, de programmer une soirée cinéma ou télévision, d’acheter des vêtements, etc. (« Je passe environ une à deux heures par jour sur le Net, mais ça peut varier. »)

« Lundi
11 h à 11 h 30:je suis allée regarder mes mails sur msn Messenger et j’ai discuté avec 1 ou 2 personnes (http://www.msn.com pour télécharger la messagerie).
15 h à15 h 15:je suis allée sur le site du ciné pour voir les films qui passent en ce moment (http://www.commeaucinema.com).
18 h : j’ai regardé le programme tv (http://www.programme-tv.net). 21 h à 22 h : retour sur msn Messenger.

Mardi
12 h : un coup d’œil sur msn Messenger.
18 h à 18 h 30 : je suis allée regarder le prix de quelques cd sur Amazon.
20 h à 20 h 30 : je télécharge de la musique avec Emule (http://emule-project.net/ pour télécharger le logiciel Emule).

Mercredi
14 h : coup d’œil à msn, discussion avec quelques personnes (des contacts que je connais, des copines).
20 h à 21 heures : je cherche des paroles de chansons (http://www.paroles-de-chansons.com).

Jeudi
16 h à 16 h 30 : msn.
18 h 30 à 19 h 30 : je commande des vêtements sur le site de La Redoute (http://www.laredoute.fr).
22 heures : téléchargement musique avec Emule.

Vendredi
14 h : msn.
15 h à 16 h : recherche d’images avec Google (des modèles de transferts pour mes tee-shirts).

Samedi
(Je n’ai pas eu vraiment le temps d’aller sur le Net le matin ni l’après-midi.)
18 h 30 à 19 h : msn.
Je regarde aussi le suivi de commande de mes fringues sur La Redoute.

Dimanche
15 h : msn.
16 h à 16 h 15 : je télécharge des films avec Emule.
19 h : je regarde le programme tv.
20 h à 20 h 30 : je discute sur msn avec une copine. »

27Le journal rend bien compte des trois dimensions de l’équipement de loisir par Internet : l’acquisition de produits culturels, l’information culturelle et la conversation culturelle, la Toile offrant la possibilité d’une liaison permanente entre tous les membres d’un groupe de pairs qui peuvent discuter, sans quitter leur domicile, de tout ce qu’ils apprécient particulièrement.

28Le portrait de Gelsomina nous confirme cette valeur culturelle d’Internet pour les adultes. C’est pour elle un moyen de renforcer la qualité de son loisir. Cinéphile, Gelsomina consulte sur le site d’AlloCiné ou de Télérama les cotes des films qui composent l’actualité cinématographique et les critiques déposées par les spectateurs. Passionnée par les romans policiers, elle se procure par Internet les dernières parutions, sans hésiter à payer par carte de crédit. Fière d’avoir domestiqué un équipement culturel dont la manipulation peut effrayer ou rebuter, elle rapporte avec jubilation l’étonnement d’un professeur ignare en la matière devant la façon « magique », dont elle savait télécharger une version numérisée des Fleurs du Mal dont celui-ci avait justement besoin. Comme pour les adolescents, Internet lui sert à s’informer (en priorité sur les programmes culturels de la localité et les films), à s’approprier des biens (il s’agit ici d’actes légaux, de téléchargements autorisés ou d’achats de livres motivés par la facilité, le meilleur coût et la rapidité d’acquisition des dernières parutions). Il lui permet également de discuter, tout comme les adolescents, des qualités des objets de plaisir qui l’ont particulièrement marquée. Elle relate ainsi longuement un échange de méls avec une collègue sur La Passion du Christ, méls où elle confrontait leurs impressions respectives sur ce film que son interdiction par l’Église catholique les avait poussées à aller voir.

  • 21 Jenny Hartley, Reading Groups: a Survey Conducted in Association with Sarah Turvey, New York, Oxfo (...)

29Cette conversation esthétique est une dimension importante de l’utilisation d’Internet en tant qu’équipement de loisir. Les sociologues britanniques soulignent, par exemple, l’importance de la conversation littéraire sur Internet, de ce qu’ils appellent les reading groups. Jenny Hartley note que « les groupes de conversation littéraire sur Internet sont légion, éphémères, et divers, ils forment des communautés de parole excitées et instables. Ils peuvent surgir de groupes cultivant un genre particulier tel le Brit/Aussies Mystery Reading Group ou bien de fans échangeant un obscur savoir sur un auteur culte comme Neil Gaiman. Parfois un lecteur solitaire veut nous faire partager son dernier enthousiasme : “Je me suis éclaté avec Catch 22”, nous dit Keith (Wolverhampton), tandis qu’Amazon convie chacun à chroniquer son ouvrage21 ».

  • 22 Josua Meyrowitz, No Sense of Place: the Impact of Electronic Media on Social Behavior, New York, O (...)

30Internet favorise la communication internationale, comme l’indique le caractère hybride, britannique et australien du groupe de conversation sur le polar cité par Jenny Hartley. Mais il n’y a pas que des lecteurs masculins qui peuvent s’y exprimer. La forte proportion des femmes qui sont des lectrices confirmées et les caractéristiques sociales de ces lectrices favorisent le développement de la conversation littéraire sur le Net. De ce point de vue, Internet prolonge le rôle de la télévision tel que l’envisage Josua Meyrowitz, cette dernière contribuant pour lui à briser « la division privé/public en introduisant le monde extérieur dans le foyer ». Son premier et plus grand impact tient à cette communication avec l’extérieur, qui aiguise la perception que les femmes ont du monde des hommes et de la place – ou du manque de place – qui leur revient. En conséquence, « la télévision est une force particulièrement puissante pour l’intégration des femmes car la télévision apporte l’espace public (public domain) aux femmes via les préoccupations traditionnellement soulignées des femmes pour l’expression personnelle, les émotions et les sentiments22 ».

  • 23 Patrick Rebollar, Les salons littéraires sont sur Internet, Paris, PUF, 2002, p. 167-170.

31Ce type d’approche sociotechnique de l’impact des nouvelles technologies de la communication sur le loisir domestique reste encore peu développé en France. L’usage culturel d’Internet est observé surtout dans la perspective généreuse d’une politique de démocratisation culturelle visant à faire communiquer « tous les genres et tous les âges » dans la « communauté universelle » des « e-lettrés »23. Le contexte républicain conduit à valoriser, plutôt que la signification domestique de l’usage culturel d’Internet, le sens critique et la signification politique de la parole littéraire qui s’y déploie :

  • 24 Ibid., p. 169.

« Comme les cercles des bibliothèques municipales, comme les théâtres, Internet peut être le lieu où “l’écrit se vit dans la communauté”. Il suffit de voir le nombre de sites et de revues en ligne où l’internaute discute de ses goûts littéraires, recommande les livres qui lui tiennent à cœur, dresse l’inventaire de sa bibliothèque idéale… Ainsi, la littérature n’est plus assimilée à une “actualité culturelle” et commerciale que l’on subit, que l’on consomme passivement24. »

32Cette vision patrimoniale et républicaine de la culture littéraire reconnaît le caractère actif du consommateur. Elle a cependant le défaut d’introduire une séparation entre le commerce et la culture, ce qui ne correspond pas à notre approche sociologique du loisir littéraire.

Internet et la sociologie du loisir littéraire

  • 25 Cf., par exemple, Laura Sartori, Il divario digitale. Internet e le nuove disaguanlianze sociali [ (...)

33Si on la compare à la même littérature en langue anglaise, la littérature sociologique consacrée, en France, à Internet est encore peu développée. Cette situation s’explique partiellement, bien entendu, du fait que les ménages français se sont équipés bien plus tardivement que les familles américaines. Mais, comme le montrent les publications disponibles dans d’autres pays européens25, elle correspond aussi à un déficit de la recherche sociologique française en matière de consommation culturelle. En effet, le dispositif d’observation des Pratiques culturelles des Français, mis en place dans les années 1970 par le ministère de la Culture, ne favorise pas l’observation individualisée des loisirs culturels domestiques, de la culture de la chambre et de la salle à manger, du fait de son mode de construction et de son orientation privilégiée vers l’observation de la culture de sortie.

Une vision dissymétrique du loisir

  • 26 Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, 2005, p. 31.

34Par exemple, il y a peu de temps que l’on considère et explore la télévision sous un angle de pratique culturelle. Ce loisir domestique a longtemps souffert d’un très grand discrédit sur le plan intellectuel, particulièrement renforcé en France par l’action des institutions culturelles publiques que la télévision concurrence. La reconnaissance sociologique de son importance sociale et l’observation concrète de son usage confirment aujourd’hui sa fonction culturelle et permettent de corriger certains préjugés des sociologues eux-mêmes. Philippe Coulangeon relève ainsi que « les programmes culturels les plus élitistes diffusés par la télévision (les plus regardés chez les cadres et les diplômés de l’enseignement supérieur) comptent néanmoins dans leur public plus de non-diplômés que de diplômés de l’enseignement supérieur ou même de simples bacheliers et beaucoup plus d’ouvriers et d’employés que de cadres. Cette caractéristique, qui passe plus souvent inaperçue chez les sociologues que chez les chargés d’étude marketing, distingue très nettement la situation de la culture à la télévision d’autres types de productions culturelles qui sont non seulement plus prisées des cadres et des diplômés de l’enseignement supérieur, mais dans le public desquelles ceux-ci sont aussi très nettement surreprésentés comme c’est le cas pour la fréquentation des théâtres, des concerts et des musées notamment26 ».

  • 27 Ibid, p. 53.

35Une attention plus grande portée au loisir domestique et à son inscription dans un « temps résiduel » fortement encadré « par les contraintes de temps de travail professionnel et des tâches domestiques » renouvelle partiellement, de ce point de vue, la vision des pratiques culturelles induite par La Distinction de Pierre Bourdieu, devenue aujourd’hui une forme de vulgate intellectuelle. Outre la fonction culturelle de la télévision, cette approche du loisir domestique révèle en effet le poids, dans la différenciation des loisirs, « des contraintes de localisation (à travers l’opposition Paris/province) et de la division sexuelle des loisirs : la propension aux loisirs culturels est plus affirmée chez les femmes, tandis que la propension aux loisirs non culturels est plus marquée chez les hommes ». Elle confirme par ailleurs que « le revenu disponible affecte très significativement la propension aux loisirs » et que cette dimension financière « manifeste une composante spécifiquement économique de l’inégalité d’accès aux loisirs culturels, dont il n’est généralement pas fait grand cas dans la sociologie des pratiques culturelles27 ».

  • 28 Alain Chenu et Nicolas Herpin, « Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs ? », Éc (...)
  • 29 Philippe Coulangeon, Pierre-Michel Menger et Ionela Roharik, « Les loisirs des actifs : un reflet (...)

36L’étude de l’usage d’Internet ne peut que contribuer à cette réactualisation du regard sociologique sur les pratiques culturelles, qui se caractérise par une plus grande attention portée à la localisation et à la dimension sexuée de l’exercice d’un loisir. L’équipement ménager, l’achat des produits prêts à consommer et la sous-traitance entraînent, en effet, « l’allègement du travail domestique des femmes et l’augmentation concomitante de leurs loisirs28 », et l’accès féminin à des diplômes plus élevés se traduit dans l’élévation de « la participation à la vie associative » en même temps qu’elle confirme la propension féminine à la lecture qui « apparaît comme le plus “extérieur” des loisirs d’intérieur, comme le plus enclin à extraire des loisirs quotidiens des frontières de l’espace domestique29 ».

37Cette réactualisation est immédiatement sensible lorsque l’on considère le loisir littéraire.

  • 30 Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture [1989], Paris, Payot, 2003 et Robert Bonfil, Guglie (...)
  • 31 Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, op. cit., p. 9.

38Les approches sociologiques de la lecture sont, en France, particulièrement riches. La maîtrise de la lecture constitue un instrument de mesure traditionnel de l’instruction, et la lecture régulière a été longtemps érigée en un modèle du loisir cultivé. Les travaux des sociologues de l’éducation ont ainsi stimulé, et stimulent encore, les études entreprises par les bibliothèques publiques pour mieux s’ajuster aux attentes de leurs usagers. L’appropriation de l’expertise sociologique par les enseignants et les conservateurs a renforcé, à partir des années 1980, la qualité des enquêtes sur les pratiques lectorales qui se sont multipliées en France, apportant ainsi une meilleure compréhension de l’expérience de la lecture. La contribution de l’historien du livre a été, en la matière, décisive. De Pratiques de la lecture à Histoire de la lecture dans le monde occidental30, la coopération des chercheurs a permis que se développe une anthropologie culturelle de la lecture attentive à prendre en compte le « hors-texte » du livre, soit la manière dont « chaque lecteur, à partir de ses propres références, individuelles ou sociales, historiques ou existentielles, donne un sens plus ou moins singulier, plus ou moins partagé, aux textes qu’il s’approprie31 ».

39La connaissance sociologique du loisir littéraire a ainsi échappé, en France, aux effets de la valorisation de la « culture de sortie » et des « loisirs d’exception » par la sociologie des pratiques culturelles, et de l’objectivation professionnelle du public comme produit de l’offre culturelle. Elle souffre cependant des limites inhérentes à l’observation du geste de lire, de la difficulté à analyser d’un point de vue dynamique la position du lecteur. Cette observation pose le même problème que celui auquel doit faire face la physique quantique. Observer le geste du lecteur suppose en effet de l’immobiliser, de telle sorte que cette démarche fige l’observé en une position qui rend impossible l’observation du mouvement, en l’occurrence de l’activité de partage avec autrui, qui lui donne sens. Du même coup, l’étude de la sociabilité littéraire reste encore peu développée dans l’Hexagone.

Livre et lien social

  • 32 Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, Sociabilité du livre et communautés de lecteurs, (...)

40Dans l’une des rares études françaises consacrées à la sociabilité littéraire, Christophe Evans rappelle les limites d’une sociologie de la lecture centrée sur l’observation de la seule consommation individuelle. En effet, « à travers la possibilité qu’il procure aux lecteurs de fabriquer du lien social », le livre crée des relations sociales, d’étendue et de consistance variables, qui vont « de la discussion à bâtons rompus à propos d’une lecture, d’un auteur, d’un fait livresque quel qu’il soit, en passant par la circulation interindividuelle des livres, jusqu’aux regroupements moins éphémères de lecteurs au sein de clubs de lecture, cercles ou salons littéraires, associations des amis de tel ou tel auteur32 ». Cette circulation du livre éclaire sa magie particulière, qui ne se réduit pas à l’efficacité du texte. En effet, « le livre n’est pas, par essence, un fétiche ou un objet magique » car « ce sont les individus eux-mêmes » qui lui accordent ce statut particulier. La forme de lien social qu’instaure la circulation des livres, « informelle (circuit prête-main occasionnel) ou plus formalisée (groupements de lecteurs constitués autour d’un fonds commun de livres appelés à circuler entre eux, surnommés “tournantes”), clubs eux-mêmes plus ou moins formalisés, officialisés, sous forme d’associations ou non », authentifie donc pour chacun cette efficacité magique du livre et renforce son plaisir à le fréquenter. Pour les individus qui désirent se rapprocher socialement d’étrangers, de personnes qu’ils ne connaissent pas, le livre est le moyen de nouer un contact, de stabiliser ce contact et de retirer du plaisir de la relation qu’ils engagent avec d’autres lecteurs via le livre et la lecture.

  • 33 Ibid., p. 27.
  • 34 Ibid. : « Ici apparaît la figure d’un lecteur sociable, c’est-à-dire capable et désireux d’échange (...)
  • 35 Le loisir littéraire est bien reconnu, du même coup, comme un équipement de sociabilité. Christoph (...)
  • 36 « La lecture, lieu du familier et de l’inconnu, du solitaire et du partagé », dans Jean-Marie Priv (...)

41Observer la sociabilité littéraire permet ainsi de dépasser une vision trop individualiste de la lecture, où le livre est « considéré en lui-même et pour lui-même », sans tenir compte de « la possibilité qu’il procure aux lecteurs de fabriquer du lien social (le livre ou la lecture comme rapport social)33 ». L’adoption de cette perspective fait sortir la lecture du seul cadre domestique et redonne au lecteur une part de son humanité, la parole34. Inversement, elle permet de redonner au plaisir généré par la lecture dans le cadre domestique toute sa force sociale, à travers l’expérience du rapprochement à distance avec l’étranger qu’elle permet d’éprouver35. C’est ce que souligne Martine Burgos en rappelant que « c’est bien dans l’échange, même minimal, même proche de l’invisible et non revendiqué que prend sens la lecture. On lit seul. Mais on sait qu’on partage avec d’autres du sens, des émotions, des refus, des plaisirs36 ».

  • 37 Elizabeth long, Women and the Uses of Reading in Everyday Life, Chicago–Londres, The University of (...)
  • 38 Jenny Hartley, Reading Groups…, op. cit., p. 26.

42À la différence de la sociologie française, la sociologie de la lecture anglo-saxonne prend en compte ce phénomène de la sociabilité littéraire, comme le montrent les ouvrages consacrés à l’observation des groupes de lecture, ou reading groups, rappelant le fondement anthropologique de la sociabilité littéraire – « lire en groupe est une pratique qui existe (has been around) depuis aussi longtemps que la lecture existe » car cette pratique résulte simplement du fait que « neuf personnes sur dix prennent du plaisir à parler avec des amis ». Le reading group désigne, en ce sens, tout « groupe de gens qui se rencontrent de façon régulière pour discuter sur des livres ». En l’observant, on voit la manière dont il s’ancre dans le cadre domestique. Elizabeth Long considère ainsi qu’à l’origine des reading groups américains contemporains se trouve le « besoin des femmes de négocier des choix de vie et des identités qui sont à la fois significativement plus ouvertes et moins réglementées que dans le passé mais qui cependant ne sont pas réellement reconnues et soutenues par les institutions fondamentales de notre société37 ». Cette valeur réparatrice de l’échange et sa fonction psychologique expliquent sa dimension identitaire et le fait que « les groupes de lecture sont souvent considérés, aujourd’hui, avec dédain comme un “truc de femmes”38 ».

43Ce type de jugement négatif souligne combien il est important d’observer sociologiquement les situations de sociabilité littéraire. Cela permet, en effet, de compenser une autre limite des études françaises de la pratique de lecture, celle d’une vision déterministe du goût littéraire, qui le réduit à l’effet d’un conditionnement éducatif.

Livre et identité culturelle

44Si l’observation du lecteur individuel ne permet guère de rendre compte de la circulation du livre entre les individus, la construction par le chercheur de genres de consommation littéraire rend difficile, à l’inverse, l’appréhension de la position individuelle du lecteur. Cette approche revient en effet à attacher le lecteur à des dispositions esthétiques propres au milieu social où il a appris à lire.

45Dire que « nous ne lisons jamais seuls » ne signifie pas uniquement que notre lecture est orientée vers autrui. Cela signifie que la lecture nous est donnée en héritage, qu’elle nous a été transmise par autrui, auquel elle nous lie ainsi secrètement :

  • 39 Roger Chartier cité dans Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, Sociabilités du livre…, (...)

« Il y a toujours une communauté qui lit en nous et par qui nous lisons. Lire s’apprend au sein d’un groupe, d’une culture qui conditionne nos choix et notre accès au texte. Nous lisons en fonction de nos compétences, de nos habitudes, de pratiques de lecture acquises au sein d’une communauté39. »

  • 40 Christophe Evans, dans Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, ibid., p. 25.
  • 41 Gérard Mauger, Claude Fossé-Poliak et Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.
  • 42 Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, op. cit., p. 54-55.

46La reconnaissance de cet héritage, si elle éclaire la conduite de l’individu, comporte cependant le risque d’enfermer le jugement du lecteur dans un cadre social. En effet, l’approche par les genres, de lectures ou de lecteurs, tend à réduire l’échange généré par la lecture à un moyen de reproduction sociale d’une identité, et le discours sur le livre à un discours représentant un certain goût littéraire et l’attachement du locuteur à ce goût. La parole individuelle du lecteur est alors ancrée dans un genre de lecture et comprise comme un geste de promotion par les individus d’une identité collective, un geste d’« édification de leur soi-lecteur, de l’image qu’ils s’en font, et qu’ils souhaitent donner à voir40 ». On distinguera ainsi, par exemple, quatre types de « rapport à la lecture » – le rapport de divertissement, le rapport didactique, le rapport de salut et le rapport esthète – illustrant la différence des dispositions mises en œuvre dans la lecture selon le milieu social et les caractéristiques personnelles (âge, sexe, carrière professionnelle, etc.)41. Ou bien l’on opposera des « lectures “internes”, indexées sur le texte », caractéristiques des lecteurs savants et cultivés, et des « lectures “externes”, plus sensibles au contexte de l’œuvre et du lecteur », propres aux lecteurs populaires de l’autre42.

  • 43 Ibid, p. 56.

47Cette psychologie sociale de la lecture reconnaît la diversité des motivations que satisfait l’acte de lire selon les humeurs et les circonstances. Elle sacrifie cependant l’expertise personnelle du lecteur au présupposé d’une « lecture prisonnière des cadres sociaux de sa réalisation43 ».

  • 44 « Le goût est un faire » est une expression empruntée à Antoine Hennion.
  • 45 Ibid., p. 55.

48L’exercice du goût littéraire ne peut être appréhendé uniquement, en effet, sous l’angle de la représentation d’une identité sociale. Cette vision abstraite du goût oublie que le goût avant d’être un indicateur d’un genre de consommation, est un « faire » et l’occasion pour les individus de cultiver à leur gré leur plaisir littéraire44. Par ailleurs, elle s’appuie sur une fiction idéal-typique, celle d’un goût littéraire pur, un goût débarrassé du point d’ancrage que constitue dans toute lecture « l’expérience vécue du lecteur, de son environnement45 ».

  • 46 Les fictions littéraires contemporaines occupent en effet la première place dans la liste des livr (...)
  • 47 Ibid., p. 62.
  • 48 Ibid., p. 137.

49L’observation empirique des groupes de lecture effectuée par les sociologues anglo-saxons confirme l’intérêt d’avoir une vision pragmatique sur la construction du goût littéraire. Elle nous confronte à des personnes que réunissent le plaisir de parler des derniers romans parus46, le plaisir de confronter leurs opinions sur la qualité des œuvres qu’elles viennent de lire et de les comparer à celle des critiques. La conversation est orientée et motivée par le souci qu’ont les participants de soumettre à la critique d’autrui leur jugement littéraire, afin de ne pas se tromper sur la qualité des romans qu’ils vont acheter et de tirer le meilleur profit de ce qu’ils viennent de lire. L’enquête de Jenny Hartley sur les groupes de lecture britanniques montre bien, à travers les tensions que suscitent par le choix des livres à discuter, la singularité irréductible du goût de chaque participant et son refus de l’aligner sur celui des autres. C’est cette singularité qui fait l’intérêt de l’échange, le groupe de lecture permettant à chacun de mieux comprendre son propre goût en le confrontant à celui d’autrui et d’assurer la qualité de sa consommation en élargissant son information et en améliorant sa vision personnelle des plaisirs littéraires. On peut considérer, en ce sens, ces groupes de lecture comme des « arènes » où l’on vient pour disputer de la qualité d’un livre, afin d’améliorer sa compétence personnelle de lecteur et de contrôler sa conduite sociale de consommateur. De ce point de vue, l’objectif des groupes de lecture est bien « purement » littéraire, au sens où les participants ont pour moteur le plaisir de parler littérature et d’évaluer la qualité de ce qu’ils lisent. Le groupe de lecture n’est pas que la réalisation d’un simple désir de sociabilité lié à l’âge, au sexe ou au milieu social de ses acteurs. Son fonctionnement s’inscrit bien dans le champ littéraire. « La totalité des groupes confirment qu’ils sont guidés dans leurs choix par les prix et les sélections47. » En même temps, dans la mesure où cette sociabilité littéraire est inséparable de l’engagement personnel des participants et de leur sensibilité propre, les situations auxquelles elle donne lieu mélangent littérature et société, écriture littéraire et expérience personnelle, rapport à la littérature et rapport au monde. Ainsi, note Jenny Hartley, « on pourrait dire que le groupe de lecture est un forum où règne le type d’échange associé aux femmes, coopération plutôt que compétition, le modèle de “compétence émotionnelle” qui valorise l’équipe de travail, l’écoute et le partage, plutôt que l’affirmation de soi et le désir d’imposer son point de vue. Les groupes de lecture pourraient ainsi être considérés comme contribuant à la féminisation de la culture, bien qu’ils ne soient pas pour autant privés d’enjeux : les membres doivent se défendre et se justifier, ils doivent argumenter leurs points de vue. Si l’absence de consensus est acceptable, ce n’est pas une raison pour accepter n’importe quoi48 ». La reconnaissance de ce caractère hybride du groupe de lecture organisé autorise une meilleure compréhension de la sociabilité littéraire et de la manière dont elle contribue à la construction de l’identité culturelle.

La notion de sociabilité littéraire

  • 49 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise 1810-1848 : étude d’une mutation de sociabili (...)
  • 50 Maurice Agulhon et Maryvonne Bodiguel, Les Associations au village, Le Paradou, Actes Sud, 1981, p (...)

50Si la sociabilité littéraire a été très peu explorée en France, en dehors du cadre de l’histoire des salons littéraires de l’âge classique, ce n’est pas seulement parce qu’une certaine vision sociologique du lecteur rend difficile sa prise en compte empirique. C’est aussi parce que le terme de « sociabilité » est difficile à manipuler sociologiquement, comme le signale Maurice Agulhon, spécialiste français de son histoire. Il s’agit d’abord, en effet, d’« une notion psychologique du sens commun » qui désigne une aptitude affective, la capacité à nouer des relations avec autrui. Dans la recherche sociologique, la sociabilité reste du même coup une « notion ambiguë ou trop complexe, puisqu’on y trouve à la fois l’étude des modes d’interaction dans la vie quotidienne (cf. le courant interactionniste de la sociologie américaine) et celle des formes du groupement permanent ou mode de “sociation”, dont l’association volontaire est un aspect49 ». Pratiquement, cependant, on peut noter une normalisation contemporaine de l’usage sociologique de la notion à travers « la tendance à étudier, sous le nom de sociabilité, la vie des groupes intermédiaires, ceux qui s’insèrent entre l’intimité du groupe familial et le niveau déjà abstrait de l’instance politique50 ». Cette normalisation de l’étude sociologique des formes de sociabilité extérieures à la famille et aux partis n’a pas néanmoins profité à la sociologie de la consommation culturelle en France, focalisée sur l’analyse des différences d’accès aux biens culturels selon les milieux sociaux.

  • 51 Maurice Agulhon, Le Cercle…, op. cit., p. 79.

51L’analyse pionnière proposée par Maurice Agulhon lui-même de la sociabilité littéraire au xixe siècle, son étude historique de la genèse du cercle dans la France bourgeoise, est restée, en effet, sans postérité. Les chercheurs ont surtout retenu, conformément aux présupposés de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, sa démonstration de la « correspondance entre les cadres de sociabilité et les niveaux sociaux » entraînant déjà, selon les propres termes de l’auteur, « un étagement des “cultures” au sens ethnologique du mot ». La distinction entre une « sociabilité aristocratique » correspondant « au niveau où on lit des livres », une « sociabilité bourgeoise » où « on lit le journal » et une sociabilité inférieure où « on ne lit pas »51 confirme, dans cette perspective, le poids des styles de vie dans la consommation culturelle et la fonction de reproduction culturelle de la lecture. Le modèle d’approche dynamique de la sociabilité littéraire proposée par Agulhon est ainsi passé inaperçu.

  • 52 Ibid.

52Anticipant sur la sociologie contemporaine de l’acteur-réseau, son analyse de « la vie culturelle des cercles » de la Restauration rend pourtant compte de la manière dont ceux-ci contribuaient à l’éducation littéraire de leurs participants. Leur dénomination de cercles ou de sociétés « littéraires » signalait, en effet, non leur création par des « hommes de lettres », mais le rôle qu’y jouait « le fait de lire » à une « époque de confusion initiale entre lecture et culture ». Dans une « période caractérisée par deux grandes réalités intellectuelles, l’avènement de la presse périodique et l’apogée de la littérature d’amateur », où le « journal, rare, cher, faisait un peu office de “magazine” » et « signalait les livres nouveaux (qui étaient eux-mêmes rares et donc aisément connus et discutés de tous) », alors « la distance n’était pas si grande entre l’homme-qui-lit-le-journal et l’homme-au-courant-de-l’actualité-littéraire […], le groupement-d’achat-en-commun-de-journaux et le cercle-visant-au-petit-cénacle, le “cercle littéraire” et la réunion d’hommes de lettres52 ».

  • 53 Antoine Hennion propose, dans La Passion musicale (Paris, Métailié, 1993), une modélisation théori (...)

53Cette approche sociotechnique53 du cercle littéraire, qui fait reposer son existence tout à la fois sur le plaisir procuré par l’interaction verbale entre les personnes, sur la conversation et sur l’efficacité propre des objets culturels (journaux et livres) qui l’alimentent, constitue un modèle d’analyse de la sociabilité littéraire et des situations par lesquelles elle s’établit :

  • Ce sont des situations d’échange verbal.
  • Ce sont des moments de loisir, c’est-à-dire des occasions d’éprouver du plaisir et de cultiver une certaine conduite esthétique en partageant une expérience des mêmes objets culturels.
  • Ce sont des rapprochements volontaires entre des étrangers.
  • Ces situations sont générées par la rencontre dans des lieux publics.
  • Elles génèrent elles-mêmes des collectifs plus ou moins stabilisés et formalisés.

54La notion de sociabilité élaborée par Agulhon a ceci d’utile qu’elle nous invite à un autre type d’observation sociologique de la lecture que celle qui l’appréhende comme une habitude individuelle, générée par la pratique d’un plaisir solitaire, ou comme un habitus collectif représenté par un certain genre de consommation littéraire. Il s’agit d’une observation de la dynamique conversationnelle portée par le plaisir de la lecture et qui fait passer, incessamment, de l’individu au collectif et du collectif à l’individu. Elle consiste à aborder la lecture par le biais de l’échange littéraire, plutôt qu’à travers l’identification sociologique de classes de consommateurs ou de genres de produits littéraires.

  • 54 Laura Mulvey, « Visual pleasure and narrative cinema » (1975), dans Charles Harrison et Paul Wood, (...)
  • 55 Maryvonne Bodiguel relève ainsi, à travers l’observation de la campagne contemporaine, l’ambivalen (...)

55Cette approche a le mérite de ne pas enfermer le lecteur dans une communauté d’interprétation qui permet d’analyser son plaisir à sa place et donc, pour reprendre le mot célèbre de Laura Mulvey, de le détruire54. Ce plaisir est en effet inséparable du passage de l’individuel au collectif que le livre permet d’éprouver personnellement, du sentiment d’affiliation qu’il procure au cas par cas, et qui ne se laisse pas réduire à l’attachement à une communauté, y compris à une communauté de lecteurs. C’est en ce sens que la fonction de reconnaissance mutuelle du livre, à travers le sentiment de sympathie personnelle que révèle sa lecture, permet d’échapper aux cadres sociaux conventionnels55.

  • 56 Le terme de « tissus de signification » (webs of signifiance) que constitue la culture est une for (...)

56Appréhender la lecture à travers l’observation directe de l’échange littéraire, sans autre forme de procès, permet d’éviter le durcissement du regard sociologique et l’appauvrissement de la vision de la lecture qu’il entraîne ; de redonner au livre son rôle d’acteur social sans le réduire à une fonction de porte-parole politique ou de démonstration professionnelle ; de prendre au sérieux le tissu de significations personnelles dans lequel le livre est pris et l’entrecroisement de cercles sociaux qu’il produit56. La perte des points de repère habituels de la sociologie de la consommation littéraire a pour contrepartie la possibilité d’étudier la culture littéraire en tant que savoir pratique de ce que le livre « fait » aux individus et de ce que ceux-ci font avec les livres qu’ils lisent pour leur plaisir personnel, qui est en même temps le plaisir de cultiver le plaisir littéraire.

57La posture cognitive adoptée par Agulhon possède, à cet égard, un grand intérêt méthodologique et épistémologique pour observer l’échange littéraire. L’historien nous invite à reconnaître l’instabilité sociale inhérente au « cercle littéraire », qui peut aller du simple échange régulier résultant de la fréquentation du même lieu au « cercle organisé, déclaré », la sociabilité littéraire dépendant dans tous les cas du libre désir des personnes de la porter et, le cas échéant, de s’y investir au-delà de la simple participation à un moment.

  • 57 Maurice Agulhon, Le Cercle…, op. cit., p. 83.

58Maurice Agulhon nous invite également à tenir compte de toute l’étendue du spectre de la sociabilité littéraire, étendue que concrétisent tant les « liens de proximité, de parenté, de filiation » du cercle littéraire « avec le café et secondairement avec d’autres commerces à habitués tels que librairies ou cabinets de lecture » que ses « liens de confusion partielle, puis de spécialisation mais parfois aussi d’association avec les sociétés spécialisées, savantes ou militantes57 ». Il nous rend attentifs, en ce sens, à la diversité des cadres de sociabilité littéraire, du fait des différents intérêts collectifs qu’elle peut servir à satisfaire.

  • 58 Cette généralisation du cercle « bourgeois » matérialise, selon Agulhon, sa « désidéologisation » (...)
  • 59 Maurice Agulhon, op. cit., p. 74. Il rappelle également, en se référant à Anatole France, « la soc (...)

59Il nous confirme enfin le lien entre la normalisation de la sociabilité littéraire, son appropriation progressive par toutes les classes de la société à partir de la fin du xixe siècle et le phénomène de l’accroissement du « public » au sens de Tarde, à savoir l’apparition de la masse des consommateurs de médias58. L’intérêt majeur, pour l’approche sociologique d’Internet, de l’étude d’Agulhon est qu’elle révèle l’importance fondamentale du marché du livre et des moyens d’information pour le développement de la sociabilité littéraire. Il nous rappelle notamment que les cabinets de lecture du xixe siècle « étaient des commerces où le client, moyennant un abonnement, venait lire les journaux et les livres nouveaux. Bien entendu, il pouvait arriver, surtout quand le cabinet de lecture était confondu avec une boutique de librairie, qu’un groupe de clients s’y attarde pour converser, et constitue ainsi un cercle informel59 ». En tant que lieu de rencontre et d’échange avec des étrangers, le commerce du livre est un vecteur de sociabilité, comme les conversations que font surgir spontanément les prix littéraires de l’année ne manquent pas de nous le rappeler. La sociabilité littéraire est, en ce sens, inséparable de l’industrie culturelle et la lecture, du marché.

  • 60 Gabriel Tarde, « L’opinion et la conversation » (1899), dans L’Opinion et la Foule, op. cit., p. 1 (...)

60L’étude que fait Maurice Agulhon du « phénomène cercle » en tant qu’exemplaire d’« un type de sociabilité ouvert sur la modernité et sur la société globale » nous invite donc à prendre en compte les effets des dispositifs techniques d’information qui accompagnent le développement du marché littéraire. De son côté, Gabriel Tarde, en analysant la fonction économique de la conversation qui, relayée par le journal et le relayant, « uniformise les jugements sur l’utilité des diverses richesses, crée et précise l’idée de valeur, établit une échelle et un système de valeurs60 », avait signalé dès la fin du xixe siècle la manière dont la culture littéraire s’équipe et intègre une culture du marché, autorisant ainsi l’exercice d’un savoir pratique de consommateur.

Internet comme outil d’observation de la sociabilité littéraire

  • 61 Guido Di Fraia (dir.), e-Research. Internet per la ricerca sociale e di mercato [e-recherche : Int (...)

61L’observation permet tout à la fois de resituer l’étude de la lecture dans le cadre du marché littéraire et d’étudier directement la sociabilité littéraire dans un des lieux où elle se déploie. Regrettant que les communautés virtuelles et les groupes de discussion online aient été appréhendés « comme objet d’étude plutôt que comme instrument d’étude par eux-mêmes », un manuel italien récent, entièrement consacré à la recherche par Internet, souligne l’intérêt particulier du contexte d’observation que le Web offre au sociologue61. Internet permet d’observer des échanges naturels entre des individus qui vont s’exprimer sans crainte de révéler leur intimité.

  • 62 Ibid, p. 191.

« La liberté d’expression typique des forums en ligne facilite l’émergence d’opinions difficilement généralisables dans des contextes moins naturels et plus contrôlés, où la présence du chercheur peut être inhibante et freiner la spontanéité de la conversation62. »

  • 63 Ibid.

62Ce contexte, il est vrai, prive le chercheur de la possibilité de visualiser les personnes qui communiquent entre elles. Mais la communion sociale – « au sens de proximité (vicinanza), partage (condivisione) et relation (relazione) » – avec les autres membres « implique les participants au plan émotionnel et cette implication se traduit, à son tour, par une grande disponibilité de chacun à s’ouvrir et à affronter en profondeur des thématiques mêmes complexes dans un climat communicatif et relationnel qui rend de tels milieux virtuels extrêmement intéressants comme lieux d’observation et de recherche63 ».

  • 64 Anna Manzato et Elisa Soncini, « Le tecniche basate sull’osservazione : l’etnografia della rete [L (...)
  • 65 Ibid., p. 203.

63Il offre du même coup un moyen d’observation ethnographique de la consommation culturelle. Certes, comme le rappellent Anna Manzato et Elisa Soncini, la notion d’observation ethnographique par Internet peut apparaître comme une alliance de mots dépourvue de sens si l’on réduit l’observation ethnographique à un contact direct, reposant sur des interactions de face-à-face, avec une population64. Mais l’évolution des sciences sociales et l’interrogation épistémologique par les ethnologues eux-mêmes du sens de l’observation ethnographique ont permis d’élargir sa compréhension. Comprise comme la « combinaison de techniques et d’instruments qui permettent d’analyser un phénomène de l’intérieur ou in vivo », l’observation est une méthode – commune à l’anthropologie, à la sociologie et aux media studies – de « description dense » d’une conduite65. En ce sens, la navigation sur Internet permet de recueillir des données précieuses pour la sociologie de la consommation littéraire, puisqu’elle nous fait entrer en contact avec des lecteurs et observer leurs échanges.

  • 66 Ibid., p. 224.
  • 67 Pour comprendre qu’Internet puisse représenter un lieu d’observation privilégié de la consommation (...)

64Dès lors que le chercheur ne s’enferme pas, en effet, dans le cadre de réflexion imposé par l’affirmation du caractère innovant de la communication par Internet, il peut utiliser la conversation sur le réseau pour observer une consommation culturelle traditionnelle comme la consommation littéraire. La conversation spontanément suscitée par la consommation d’un objet culturel constitue un moyen d’accès privilégié à « l’esperienza viva del consumo66 », l’expérience vivante de la consommation culturelle, dont elle est tout à la fois l’expression et la réalisation. En ce sens, ce phénomène nouveau qu’est l’échange par Internet permet au sociologue de prendre la juste mesure de la consommation littéraire en observant, grâce à lui, ce phénomène polymorphe qu’est la sociabilité littéraire67.

  • 68 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1993, distingue la publizität en tant qu’ « exerci (...)
  • 69 Bruce A. Jacobs appelle contingent ties (liens faibles) une forme de l’association « relativement (...)

65Considéré de ce point de vue, Internet offre l’opportunité de mieux comprendre le phénomène de la sociabilité littéraire. Le partage et la transmission d’émotions esthétiques s’y effectuent, sous nos yeux, selon une double modalité : par l’intermédiaire de personnes qui témoignent avec leurs mots de la qualité des objets culturels qui les ont touchées et par l’intermédiaire des objets qui témoignent, à travers leur représentation sur Internet, du plaisir ressenti par ceux qui les ont consommés. La « publicité » culturelle, au sens spécifique donné par Jürgen Habermas à ce terme68, faite par les individus à ces objets désigne précisément ce phénomène : l’engagement des individus dans une action de communication publique de leur expérience personnelle, qui est en même temps une démonstration du pouvoir de l’objet par leur conduite et l’occasion de partager un lien « fortement ressenti » avec d’autres. Le ton particulier adopté par les personnes engagées dans cette transmission et la ritualisation esthétique de leur comportement constituent des manières de revendiquer une affiliation à un monde de l’art porté par une série d’objets emblématiques, dont la fréquentation est satisfaisante esthétiquement et génératrice de « liens faibles69 ».

Le lecteur, Internet et le marché

66L’observation de la sociabilité littéraire au moyen d’Internet est, en ce sens, un moyen de se rapprocher du consommateur et de rétablir le rôle du bouche-à-oreille dans la consommation culturelle.

67Méconnu par la sociologie de la domination culturelle, le bouche-à-oreille illustre la capacité de l’objet culturel à déjouer les tentatives des industries de la culture pour rendre son succès prévisible. Grâce à lui, par l’intermédiaire de la transmission de consommateur à consommateur, l’objet conquiert une audience imprévue.

68Le e-commerce du livre se caractérise par l’usage de cette expertise personnelle du consommateur comme moyen de promotion commerciale. On voit ici les limites des modèles d’interprétation sociologique qui rendent les consommateurs inexorablement prisonniers de leur éducation familiale et des prescripteurs de goût institutionnels. La force de ces modèles est qu’ils reconnaissent l’importance de l’information sur la qualité pour la maîtrise de la consommation culturelle. Leur faiblesse, c’est qu’ils sous-estiment la capacité des consommateurs à s’informer mutuellement par le bouche-à-oreille pour réduire les effets négatifs du monopole publicitaire.

  • 70 La rubrique française n’est que l’adaptation de la rubrique américaine. Cf. Mary Leontsini et Jean (...)

69« Le bouche-à-oreille » est, de fait, le titre choisi pour la rubrique regroupant les avis des lecteurs sur Amazon France (amazon.fr), un des sites internationaux d’amazon.com. Le vendeur y propose à ses visiteurs, dans un esprit caractéristique de la culture américaine, d’exprimer en toute liberté leur opinion (voice an opinion) sur les livres achetés et de partager leur sentiment (share their thought)70. Cette libre expression n’est pas conditionnée par l’achat de livres, mais par une simple inscription et le respect d’une charte éthique d’expression.

70Des internautes français qui ont lu La Tache de Philip Roth manifestent ainsi leur souci de contribuer à la carrière de ce livre en affirmant publiquement sa qualité, tout en valorisant leur expertise personnelle.

71On trouvait, au 1er janvier 2005, seulement 14 critiques de La Tache sur le site amazon.fr, contre 144 sur amazon.com. La différence s’explique facilement par le degré d’usage d’Internet, les Français et les Belges étant des tard-venus par rapport aux Américains et le e-commerce étant moins développé en Europe qu’aux États-Unis, ainsi que par la faible pénétration générale de la littérature étrangère sur le marché français, en dehors de genres comme le roman policier ou de classiques de la littérature universelle. La différence traduit aussi la moindre audience remportée par un auteur de grande qualité, mais encore mal connu du lectorat français.

72Cette situation explique le mode de positionnement des consommateurs français et les deux procédés mobilisés par les locuteurs : la personnalisation du jugement littéraire et l’inscription de l’expérience de la lecture dans le monde réel. La personnalisation du jugement authentifie personnellement le talent du romancier, consacre le talent de l’auteur en le labellisant comme tel. En revanche, le second mode de positionnement, que l’on peut appeler l’ancrage de la fiction, valorise l’inscription de la lecture dans le monde vécu. La critique souligne alors la référence faite par l’auteur à une expérience partagée de la vie et elle identifie les problèmes dont on reconnaît à l’auteur le mérite de les avoir traités, confirmant ainsi une sympathie affective entre l’auteur et le lecteur.

  • 71 Bruce A. Jacobs, “Contingent Ties…”, op. cit.

73Ces deux modes de positionnement consistent à authentifier, en les énonçant, les « liens faibles71 » que la lecture de Roth donne l’occasion de nouer ou de confirmer.

La labellisation de l’auteur72

  • 72 La labellisation désigne l’« opération d’étiquetage », particulièrement étudiée par les sociologue (...)

74Toutes les critiques, à l’exception d’une seule, sont positives. Les plus positives mettent en scène la révélation du savoir-faire d’un auteur connu seulement par son nom et le plaisir éprouvé à le lire :

  • 73 On a indiqué par H (homme) ou F (femme) l’identité sexuelle du locuteur, telle qu’elle est signalé (...)

« Peut-être parce qu’il s’agit de ma première rencontre avec Philip Roth, je ne mettrai aucun bémol à cette belle leçon d’humanité qu’est La Tache. Les lectures pénétrantes n’étant pas légion, s’enthousiasmer pour un auteur, un vrai, c’est délicieux […]. Comme c’est uniquement de cette littérature-là que j’ai faim, j’entame ce soir Pastorale américaine » (17 mai 2004, F, Fr73).

« J’avoue que c’est le premier livre de Philip Roth que je lis. Et il est excellent » (7 janvier 2004, H, Fr).

75Quant à ceux qui connaissent l’auteur, ils apportent le témoignage de la qualité « Roth » du livre :

« Ce livre est sublime, peut-être le meilleur de Philip Roth avec Le Professeur de désir » (5 novembre 2003, H, Fr).

« Portnoy dressait un bilan douloureux – malgré le ton jouissif du roman éponyme – et se bornait aux incompréhensions et contradictions levées par sa vie. Trente ans plus tard, Nathan Zuckerman, narrateur homodiégétique, a plus de recul sur le monde, comprend les choses et se permet de garder des mystères tels quels quand ils ont la nécessité d’être mystères. Zuckerman, la voix de Roth, a mûri, a vu grandir la force des absurdités, de la contrainte sociale, et s’élève par rapport à celle-ci dans une sagesse indiscutable » (2 janvier 2004, H, Fr).

76Certains témoignages s’appuient sur des critiques formulées contre le traducteur, lesquelles confirment à la fois la qualité d’un livre dont le pouvoir résiste à une aussi mauvaise traduction et la maîtrise de l’anglais revendiquée par l’auteur du message :

« Dernier petit bémol cependant, la traduction n’est pas à la hauteur : certaines expressions sont mal traduites et d’autres retranscrivent assez mal l’effet voulu par l’auteur » (7 janvier 2004, H, Fr).

« Mais si vous lisez l’anglais, achetez la version originale. La traduction est bâclée et indigne d’un auteur nobélisable comme Roth » (5 novembre 2003, H, Fr).

L’ancrage de la fiction dans le monde réel

77Les lecteurs francophones s’accordent pour signaler l’intérêt de la mise en scènepar l’auteur de problèmes de société propres aux États-Unis. Les titres qu’ils choisissent de donner à leurs messages rendent bien compte de ce souci :

78« Un certain regard de l’Amérique sur les années Clinton », 13 juin 2004.

79« Autopsie d’une nouvelle Amérique », 16 septembre 2004.

80« Plongée en apnée aux USA », 23 juillet 2003.

81« Ah, ces vétérans américains… », 10 mars 2003.

82Et la plupart des critiques se focalisent sur l’aspect documentaire du

83livre et sur la manière dont il contribue à une meilleure connaissance des États-Unis et de la société française :

« On y trouve des passages jubilatoires, parce qu’ils soulèvent des “sujets de société” sans se soucier des modes ou du politiquement correct, parce qu’ils fustigent même ce politiquement correct. On y trouve une analyse acide-amère sur la société américaine d’aujourd’hui, sans complaisance, mais non sans une certaine tendresse aussi, teintée de regret » (27 octobre 2004, F, Belge).

« Pêle-mêle s’y trouvent des critiques parfois subtiles, parfois violentes, de la société américaine mais aussi – par le biais de Delphine Roux, personnage pas si secondaire du livre – de la société française. » (8 janvier 2004, H, Fr [résidant à New York]).

« Une fois de plus, Roth nous emmène dans une analyse pertinente et percutante des États-Unis, cette fois-ci il mêle l’actualité (le récent Monica Gate) et le parcours d’un professeur d’université qui doit affronter les bien-pensants. Il ne s’agit pas seulement d’une radioscopie cinglante d’un pays mais d’une réflexion sur l’identité à travers le cas très particulier de Coleman Silk, Noir à la peau très claire » (23 juillet 2003, F, Fr).

84Cet exemple nous montre bien en quoi Internet constitue un vecteur de sociabilité littéraire et comment il contribue, à travers elle, à une évolution conjointe tout à la fois de la consommation littéraire et du consommateur.

Internet, lecture et modernité

  • 74 Christine Detrez, « Nous sommes tous des “Roméo et Juliette”… La réception d’adaptations d’œuvres (...)

85Christine Detrez a étudié la participation active de certains adolescents à l’animation d’un site (personnel ou commercial) consacré à un artiste ou à un spectacle. Ils y expriment leur admiration et échangent des informations et des images sur leurs artistes préférés. Elle remarque que « ces nouvelles possibilités offertes par Internet » constituent partiellement le prolongement des « techniques plus anciennes du book ou scrapbook qui consistent à coller dans des dossiers les photos ou articles découpés, selon des principes d’organisation et de classification extrêmement élaborés74 ».

  • 75 Empruntées, en fait, au star system théâtral du xixe siècle. Cf. Richard Butsch, The Making of Ame (...)
  • 76 Cf. Edgar Morin, Les Stars, Paris, Seuil, 1957. David Bordwell, Janet Staiger et Kristin Thompson, (...)

86Cette continuité entre l’usage d’Internet et la pratique traditionnelle du fandom rend compte du maintien sur Internet des techniques de marketing forgées par les entreprises cinématographiques75. La stimulation à exprimer publiquement son admiration dans la presse nationale et, ce faisant, à la communiquer à d’autres, est au principe des fan-clubs lancés par les magazines spécialisés de cinéma dès les années 192076. La sociabilité online des adolescents pérennise, par le moyen des nouvelles technologies, cette sociabilité offline organisée, au moyen de la presse, par l’industrie cinématographique.

87Les effets conjoints de l’écriture sur Internet et de la puissance émotionnelle des objets cinématographiques sur le contenu de la sociabilité numérique sont bien analysés par Christine Detrez. Les films et les comédies musicales auxquels ils sont particulièrement attachés stimulent l’expression écrite des adolescents. Elle a découvert ainsi des « dizaines de poèmes sur le site de Roméo et Juliette (la comédie musicale), des centaines sur les deux sites du Seigneur des Anneaux (le film) » et même l’existence d’une liste de discussion sur un de ces sites, sous forme de correspondance rimée. Rencontrer des garçons s’investissant, sans honte, dans des conduites traditionnellement attribuées aux jeunes filles, l’écriture de poèmes et l’écriture intime, est rare. Ces événements obligent le chercheur, selon ses propres termes, à réinterroger des « attributions classiquement admises en sociologie de la culture » qui réservent aux femmes, par exemple, le désir et le plaisir d’exprimer à autrui des préoccupations intimes.

  • 77 Alessandra Guigoni, Internet per l’antropologia…, op. cit., p. 17 : « La scrittura al computer è d (...)
  • 78 Herbert Zettl, « Contextual media aesthetics as the basis for media literacy », Journal of Communi (...)
  • 79 Cf., pour toute cette question des effets cognitifs et affectifs de l’écriture sur celui qui l’uti (...)
  • 80 Alessandra Guigoni, op. cit., p. 20-21.

88L’exemple révèle l’efficacité sociale que confèrent au médium ses particularités techniques. En effet, dans la communication numérique, la computer-mediated communication (cmc), « l’écriture est centrale77 » et constitutive du geste de la communication. Si la cmc, comme l’échange par sms, est faite de va-et-vient entre la lecture et l’écriture, son apprentissage est l’occasion d’éprouver que, comme le souligne Herbert Zettl, « la culture des médias (media literacy) ne signifie pas simplement une plus grande compétence en matière de “lecture”, c’est-à-dire de décodage des messages, mais aussi en matière d’“écriture”, c’est-à-dire d’encodage d’un message78 ». Ce geste d’écriture, s’il est l’occasion de visualiser sa propre pensée et d’objectiver son propre style affectif79, fait aussi pénétrer dans un environnement sociotechnique dont la particularité réside « dans le fait que les personnes entrent en contact et nouent des relations en fonction des intérêts qu’elles partagent indépendamment de la distance qui les sépare et souvent des traditionnels marqueurs culturels d’ethnie, de sexe, et d’âge80 ». La magie d’Internet tient non seulement à la possibilité de communiquer, mais aussi à son pouvoir de susciter chez l’usager un sentiment d’émancipation des marqueurs culturels traditionnels, le sentiment de devenir membre d’une communauté de personnes avec lesquelles il partage la même affectivité. Il est compréhensible, de ce point de vue, que certains internautes puissent contribuer avec enthousiasme à la valorisation de la figure d’un nouveau type de consommateur culturel, libéré des contraintes sociales et techniques qui interdisent son expression personnelle, et capable de ce fait de participer à la création littéraire et artistique.

  • 81 Ce faisant, « on mêle les genres, on perd la belle stabilité que le livre et la bibliothèque avaie (...)

89Cette libération du consommateur est relative ; il faut en effet tenir compte du cadrage et du formatage de la cmc par les entreprises culturelles. L’observation sociologique de la communication culturelle sur le réseau confirme cependant la déterritorialisation de la consommation culturelle inhérente à Internet. Ce terme ne désigne pas seulement le détachement par rapport à de l’offre culturelle locale – dont l’exemple le plus significatif est l’achat de livres à distance –, mais aussi le franchissement des limites matérielles et symboliques entre les techniques artistiques que facilite le multimédia. L’ordinateur permet de passer du texte téléchargé au film téléchargé, à la chanson téléchargée, et son principe de fonctionnement associe et fait communiquer automatiquement des objets appartenant à des mondes différents : le livre, le film ou les arts plastiques81. C’est ce qui peut justifier l’attribution d’un rôle éducatif à l’industrie culturelle dès lors que celle-ci favorise, par l’intermédiaire des objets techniques, la découverte d’œuvres de qualité, Shakespeare au cinéma, Notre-Dame de Paris au concert, la poésie dans Le Seigneur des Anneaux.

90L’observation sociologique par Internet permet ainsi de recontextualiser la consommation de l’objet livre, de prendre en compte l’agency du lecteur – c’est-à-dire son investissement personnel et sa réflexivité. Elle offre la possibilité d’échapper aux routines de l’interprétation sociologique de la consommation littéraire fondée sur la correspondance du livre et du lecteur, sur une pseudo-sympathie automatique entre l’identité sociale du livre (littérature « populaire » ou « de gare », « grande » littérature) et une identité littéraire du lecteur (lecteurs moyens, lecteurs confirmés, etc.). Elle oblige du même coup le sociologue à prendre en compte l’interpénétration du cadre scolaire et du cadre du marché, dont sont issus tous les objets culturels qui servent d’instruments de mesure et d’interprétation de la qualité de la consommation culturelle en raison de l’émotion collective qu’ils ont suscitée.

91Comme le montre Internet, la sociabilité culturelle observable sur les sites ne peut pas, en effet, être séparée des objets qui motivent l’échange. Il faut en passer par l’objet culturel, car c’est lui qui génère, par son efficacité émotionnelle propre, une sociabilité entre des personnes qui ne se connaissent pas. C’est lui qui constitue un lien affectif entre des étrangers qui vont accepter de communiquer sur la base du plaisir commun qu’il leur procure.

92Observer Internet offre donc au sociologue de la culture l’opportunité non seulement de rompre avec une vision trop objectiviste de la consommation culturelle, mais aussi de dépasser les limites institutionnelles de l’observation sociologique de la culture. Internet rend visible aussi bien la transmission du patrimoine littéraire, rendue possible par la réunion littéraire, que la domestication de la nouveauté littéraire qui la justifie aux yeux des individus. Il fait communiquer des espaces de sociabilité littéraire, la bibliothèque et le marché, trop souvent mis en tension dans les analyses sociologiques qui distinguent culture et industrie, art et commerce, valeur d’authenticité et valeur de nouveauté, et dénient, au nom du conditionnement social, toute compétence littéraire au lecteur « ordinaire ».

  • 82 Jean-Marc Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2 (...)

93C’est cette disqualification systématique de l’expérience quotidienne du consommateur, entretenue par une vision élitiste de l’expertise culturelle, qui gêne tout à la fois la bonne compréhension de la sociabilité littéraire et la juste mesure des usages littéraires d’Internet. En effet, la vision top/down, qui constitue le présupposé de la politique de démocratisation culturelle portée par un État centralisé, prive le simple consommateur de toute participation à l’action culturelle, conçue comme une qualité exclusive du professionnel. Cette vision facilite, du même coup, la définition du consommateur comme une simple victime de la technologie culturelle82.

  • 83 Anna Manzato et Elisa Soncini, « Le tecniche basate sull’osservazione : l’etnografia della rete », (...)

94Bien comprendre les usages littéraires d’Internet nous demande donc de partir d’une observation de la sociabilité littéraire offline. Rétablir une vision équitable du consommateur, respectueuse de son libre choix et également attentive aux contraintes économiques et sociales auxquelles il se soumet, exige en effet de « ne pas considérer on-et off-line comme deux réalités séparées et en même temps de ne pas penser l’usage d’Internet comme un phénomène isolable par rapport au contexte communicationnel, social, économique et politique dans lequel il s’insère83 ».

Notes

1 Enquête mensuelle Médiamétrie, « L’audience de l’Internet en France », mai 2007.

2 Régis Bigot, La Diffusion des technologies de l’information dans la société française, Paris, crédoc, 2006, http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-credoc2006.pdf

3 Ibid.

4 82 % des cadres sont connectés, contre 38 % des ouvriers. Néanmoins, l’évolution des connexions entre 2005 et 2006 permet d’envisager une réduction des inégalités : les employés (+ 9 points), les ouvriers (+ 7 points) et les personnes aux revenus modestes (+ 9 points) sont plus dynamiques que les personnes vivant dans un ménage aux revenus les plus élevés (-2 points), les diplômés du supérieur (+ 2 points) et les cadres (+ 3 points), ibid.

5 95 % des 12-17 ans sont internautes, de même que 81 % des 18-25 ans et 74 % des 25-40 ans ; la proportion chute à 20 % parmi les sexagénaires et à 5 % au-delà des 70 ans, ibid.

6 61 % des hommes et 50 % des femmes sont internautes, ibid.

7 79 % des internautes ont utilisé un système de messagerie électronique pour envoyer des courriels au cours des douze derniers mois. Rapportée à l’ensemble de la population, la proportion atteint 45 %, soit plus de 23 millions de personnes en France, ibid.

8 Annette N. Markham, Life on Line. Researching Real Experience in Virtual Space, London–New Delhi, Walnut Creek, 1998, p. 25. L’auteure donne une explication du détachement qui caractérise souvent le fonctionnement des chats ouverts, dans lesquels « la simple somme des informations que chaque usager doit recevoir et assimiler signifie que beaucoup sont laissées pour compte » (p. 26).

9 Flore Vasseur, Nouvelles Tendances, Internet et les femmes, eurostaf, Paris, Dupli-Print, 2000, p. 5.

10 L’expression est empruntée à Flore Vasseur, ibid., p. 7.

11 Le partage traditionnel des rôles et des tâches domestiques au sein du foyer est encore très répandu aujourd’hui. Parmi les nombreuses enquêtes qui confirment ce constat, cf. l’enquête Emploi du temps, insee, 1999, ou encore M. A. Barrère-Maurisson (dir.), Partage des temps et des tâches dans les ménages, Paris, La Documentation française, 2001.

12 ceo (chief executive officer) est l’équivalent de p-dg. Hosehold ceo se traduirait approximativement par « le p-dg de la maison ».

13 Flore Vasseur, Nouvelles tendances…, op. cit., p. 14.

14 Régis bigot, La Diffusion des technologies…, op. cit.

15 Annette N. Marckham, Life on Line…, op. cit., p. 24.

16 Rebecca (séparée, 45 ans) confirme dans un entretien le rôle du célibat dans l’usage intensif d’Internet par les femmes, en répondant du tac au tac à la question posée : « Est-ce que tu te sers beaucoup d’Internet ? », sur un ton provoquant : « Bien sûr, qu’est-ce que tu crois ! Pour les sites de rencontre, évidemment ! ». L’entretien confirme également l’utilité ménagère du Net en tant que guide qui permet, par l’intermédiaire de Google, de « trouver des informations sur n’importe quoi », d’« acheter un médicament difficile d’accès pour mon père », de « connaître les prix et comparer avec le commerce local ». L’usage culturel du Net chez Rebecca se répartit en un usage majoritaire pour son loisir – pour 1°) « trouver plus d’informations sur un roman dont j’ai entendu parler », 2°) « consulter les critiques sur des films qui viennent de sortir » – et un usage très ponctuel pour son travail – « Je m’en suis servi pour acheter des ouvrages techniques pour mes cours de fle, des ouvrages que je peux difficilement trouver ici ou qu’il faut commander. Sinon, je ne veux pas acheter des livres sur le Net, je préfère aller chez Géronimo » (entretien du 30 septembre 2004).

17 Dans le vocabulaire des internautes, une prise de bec.

18 Alessandra Guigoni, Internet per l’antropologia. Risorse e strumenti per la ricerca etnografica nel cyberspazio [Internet au service de l’anthologie : ressources et outils de la recherche ethnographique dans le cyberespace], Gênes, Name, 2001, p. 49. Le cas de voixauchapitre.com apporte, comme on le verra, une confirmation de cette division du travail, la responsabilité de la création et de la gestion du site revenant à un homme. La formation scolaire – le savoir mis en œuvre a été acquis au lycée – explique partiellement, cependant, cette situation et permet de prévoir son évolution.

19 Cf. Laurence Le Douarin, « Le micro-ordinateur dans l’espace conjugal », Cahiers internationaux de sociologie, Paris, puf, vol. CXII, janvier-juin 2002.

20 Cf. insee première, n°1 011, mars 2005 : « Un ménage sur deux possède un ordinateur, un sur trois a accès à Internet. » L’auteur, Yves Frydel, note que ce sont « surtout les couples ayant des enfants [qui] sont aujourd’hui les mieux équipés en outils informatiques ».

21 Jenny Hartley, Reading Groups: a Survey Conducted in Association with Sarah Turvey, New York, Oxford University Press Inc., 2001. Le British/Australian Mystery Reading Group se consacre au polar, l’Anglais Neil Gaiman est un scénariste culte de bd devenu un auteur à succès.

22 Josua Meyrowitz, No Sense of Place: the Impact of Electronic Media on Social Behavior, New York, Oxford University Press, 1985, p. 224.

23 Patrick Rebollar, Les salons littéraires sont sur Internet, Paris, PUF, 2002, p. 167-170.

24 Ibid., p. 169.

25 Cf., par exemple, Laura Sartori, Il divario digitale. Internet e le nuove disaguanlianze sociali [La fracture digitale. Internet et les nouvelles inégalités sociales], Milan, Il Mulino, 2006. L’auteur propose, à l’intention des étudiants, une synthèse sociologique des données statistiques sur le degré d’équipement des ménages dans le monde en s’appuyant sur les cinq indicateurs d’usage proposés par Di Maggio et Hargittai : les moyens techniques à disposition, la compétence digitale, l’entretien de réseaux sociaux, l’autonomie d’utilisation et la variété des usages (en tant que directement dépendante de l’expérience) (p. 39).

26 Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, 2005, p. 31.

27 Ibid, p. 53.

28 Alain Chenu et Nicolas Herpin, « Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs ? », Économie et Statistique, nos 352-353, 2002, p. 25.

29 Philippe Coulangeon, Pierre-Michel Menger et Ionela Roharik, « Les loisirs des actifs : un reflet de la stratification sociale », Économie et Statistique, nos 352-353, 2002, p. 45.

30 Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture [1989], Paris, Payot, 2003 et Robert Bonfil, Guglielmo Cavallo, Roger Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 2001.

31 Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, op. cit., p. 9.

32 Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, Sociabilité du livre et communautés de lecteurs, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 1996, p. 25 et 27.

33 Ibid., p. 27.

34 Ibid. : « Ici apparaît la figure d’un lecteur sociable, c’est-à-dire capable et désireux d’échanger impressions, jugements et ouvrages eux-mêmes » (p. 43).

35 Le loisir littéraire est bien reconnu, du même coup, comme un équipement de sociabilité. Christophe Evans souligne justement que « le fait d’incorporer puis de partager les lectures avec autrui » est constitutif de la sociabilité littéraire (p. 55) comme, inversement, le fait d’objectiver, par un discours « sur les auteurs et les lectures, en dehors parfois de toute référence explicite à une lecture précise ou à un livre précis des “expériences lectorales” » (note 60, p. 55).

36 « La lecture, lieu du familier et de l’inconnu, du solitaire et du partagé », dans Jean-Marie Privat et Yves Reuter, Lectures et médiations culturelles, Lyon, pul, 1990, cité par Christophe Evans.

37 Elizabeth long, Women and the Uses of Reading in Everyday Life, Chicago–Londres, The University of Chicago Press, 2003, p. 68.

38 Jenny Hartley, Reading Groups…, op. cit., p. 26.

39 Roger Chartier cité dans Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, Sociabilités du livre…, op. cit.

40 Christophe Evans, dans Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch, ibid., p. 25.

41 Gérard Mauger, Claude Fossé-Poliak et Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.

42 Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, op. cit., p. 54-55.

43 Ibid, p. 56.

44 « Le goût est un faire » est une expression empruntée à Antoine Hennion.

45 Ibid., p. 55.

46 Les fictions littéraires contemporaines occupent en effet la première place dans la liste des livres choisis par les groupes de lecture, Jenny Hartley, Reading Groups…, op. cit., p. 63.

47 Ibid., p. 62.

48 Ibid., p. 137.

49 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise 1810-1848 : étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, 1977, p. 88, note 34. Maurice Agulhon signale qu’il restitue le point de vue de « Pierre Bourdieu, qui a bien voulu nous faire part de ses observations ».

50 Maurice Agulhon et Maryvonne Bodiguel, Les Associations au village, Le Paradou, Actes Sud, 1981, p. 11.

51 Maurice Agulhon, Le Cercle…, op. cit., p. 79.

52 Ibid.

53 Antoine Hennion propose, dans La Passion musicale (Paris, Métailié, 1993), une modélisation théorique de cette approche « sociotechnique » appliquée au domaine musical.

54 Laura Mulvey, « Visual pleasure and narrative cinema » (1975), dans Charles Harrison et Paul Wood, Art in Theory, 1900-2000. An Anthology of Changing Ideas, Oxford, Blackwell Publishing, 2003, p. 984 : « On dit qu’analyser le plaisir, ou la beauté, les détruit. C’est bien l’objectif de cet essai. »

55 Maryvonne Bodiguel relève ainsi, à travers l’observation de la campagne contemporaine, l’ambivalence de la « fonction d’intégration » de la sociabilité de loisir. La vie du village combine une sociabilité horizontale héritée du passé et la « sociabilité verticale » autorisée par des clubs sportifs, les réunions organisées par les foyers familiaux, etc., ce qui « permet de briser le carcan des formes de sociabilité traditionnelles héritées d’un autre âge mais toujours vivaces ; il y a trente ans encore le code des fréquentations essentiellement fondé sur le statut social et la parenté faisait loi », Les Associations…, op. cit., p. 93.

56 Le terme de « tissus de signification » (webs of signifiance) que constitue la culture est une formule de l’anthropologue américain contemporain Clifford Geertz. Pour sa part, le sociologue allemand Georg Simmel (1858-1918) a signalé le premier l’importance de l’« entrecroisement des cercles sociaux » (die kreuzung soziale kreis), qui participe à la construction de la personnalité de l’individu moderne.

57 Maurice Agulhon, Le Cercle…, op. cit., p. 83.

58 Cette généralisation du cercle « bourgeois » matérialise, selon Agulhon, sa « désidéologisation » (Le Cercle…, op. cit., p. 82), du fait de sa diffusion par imitation. Il est notable que Maurice Agulhon, conformément à la tradition durkheimienne, ne cite pas les travaux de Gabriel Tarde, mais exprime les réserves d’usage sur l’explication par l’imitation et la tendance à « généraliser ce processus aux dépens de facteurs sociologiques moins conscients » (ibid., p. 83). Tarde est, en dehors des historiens de la littérature, le premier sociologue français à avoir attiré l’attention sur la féminisation de la consommation culturelle et la reconnaissance sociale des « publics féminins composés de lectrices de romans ou de poésies à la mode, de journaux de mode, de revues féministes, etc. ». Cf. Gabriel Tarde, « Le public et la foule » (1898), dans L’Opinion et la Foule, Paris, puf, 1989, p. 50.

59 Maurice Agulhon, op. cit., p. 74. Il rappelle également, en se référant à Anatole France, « la sociabilité informelle des bourgeois cultivés de la fin du xxe siècle chez leur commerçant favori, le libraire » (Le Cercle…, op. cit., p. 83).

60 Gabriel Tarde, « L’opinion et la conversation » (1899), dans L’Opinion et la Foule, op. cit., p. 116.

61 Guido Di Fraia (dir.), e-Research. Internet per la ricerca sociale e di mercato [e-recherche : Internet au service de la recherche sur le social et sur le marché], Rome, Laterza, 2004. La remarque est tirée du chapitre écrit par Elisa Bartoccini et Guido Di Fraia, « Le comunita virtuali come ambienti di rilevazione [Les communautés virtuelles en tant que milieux d’observation] », p. 193.

62 Ibid, p. 191.

63 Ibid.

64 Anna Manzato et Elisa Soncini, « Le tecniche basate sull’osservazione : l’etnografia della rete [Les techniques basées sur l’observation : l’ethnographie de la Toile] », dans Guido Di Fraia (dir.), e-Research…, op. cit., p. 202.

65 Ibid., p. 203.

66 Ibid., p. 224.

67 Pour comprendre qu’Internet puisse représenter un lieu d’observation privilégié de la consommation culturelle, il suffit donc, rappellent Anna Manzato et Elisa Soncini, de « ne pas considérer on et off-line comme deux réalités séparées et en même temps de ne pas penser l’usage d’Internet comme un phénomène isolable par rapport au contexte communicationnel, social, économique et politique dans lequel il s’insère ».

68 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1993, distingue la publizität en tant qu’ « exercice public de la raison » (p. 240) par les citoyens – c’est-à-dire en tant que « publicité critique » (p. 247) – de la publicité au sens de réclame, « de la “publicité” de démonstration et de manipulation, vantant des biens de consommation, des programmes politiques, des institutions ou des personnalités » (p. 246). Il s’agit d’un outil d’analyse sociologique fondamental pour la compréhension de la sociabilité littéraire sur Internet.

69 Bruce A. Jacobs appelle contingent ties (liens faibles) une forme de l’association « relativement “incontrôlable” (unoperationalizable). Elle se réfère simplement au degré auquel deux acteurs s’identifient l’un à l’autre, degré auquel il existe une compréhension partagée entre eux indépendamment de la forcedu lien. Peu importe la faiblesse d’un lien au sens objectif du mot, il peut être ressenti fortement auniveau subjectif. La manière dont les acteurs font l’expérience d’une relation détermine la force de cette connexion. La connexion est seulement phénoménologique et seules certaines situations peuvent la déclencher », “Contingent Ties: Undercover Drug Officer’s Use of Informants”, British Journal of Sociology, vol. 48, n° 1, march 1997.

70 La rubrique française n’est que l’adaptation de la rubrique américaine. Cf. Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, « La Littérature et le Marché. Internet et la sociologie de la réception littéraire », dans 20 ans de sociologie de l’art : bilan et perspectives, sous la direction de Pierre Le Queau, Paris, L’Harmattan, tome I (Logiques sociales : Sociologie des arts), p. 48-69.

71 Bruce A. Jacobs, “Contingent Ties…”, op. cit.

72 La labellisation désigne l’« opération d’étiquetage », particulièrement étudiée par les sociologues américains de la déviance. Elle postule que « l’étiquette appliquée à l’acte influence les comportements de chacun, acteur et public ». L’étiquetage crée « un espace de propriété à quatre cases : accomplissement ou non d’un acte donné et définition de cet acte comme déviant ou non déviant » (dans Howard Becker, Outsiders, Paris, Métailié, p. 204, et sur les problèmes de traduction de la notion de label, p. 28). La politique culturelle française a favorisé, à travers la « politique des auteurs », l’étiquetage culturel reposant sur la distinction création/non-création, et auteur/non-auteur.

73 On a indiqué par H (homme) ou F (femme) l’identité sexuelle du locuteur, telle qu’elle est signalée explicitement par le prénom ou implicitement par les marqueurs grammaticaux, tel l’accord du féminin. Le signe ( ?) indique l’absence totale d’indicateurs. La nationalité est signalée en toutes lettres lorsque le scripteur n’est pas Fr (français).

74 Christine Detrez, « Nous sommes tous des “Roméo et Juliette”… La réception d’adaptations d’œuvres littéraires », dans Isabelle Charpentier (dir.), Comment sont reçues les œuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris, Éditions Creaphis, 2006.

75 Empruntées, en fait, au star system théâtral du xixe siècle. Cf. Richard Butsch, The Making of American Audiences: from Stage to Television, 1750-1990, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 2000.

76 Cf. Edgar Morin, Les Stars, Paris, Seuil, 1957. David Bordwell, Janet Staiger et Kristin Thompson, dans The Classical Hollywood Cinema: Film Style and Mode of Production to 1960, Londres, Routledge, 1985, p. 99, rappellent que c’est dès 1910 qu’est née, avec le Motion Picture Story Magazine, la promotion des fan materials dans le domaine du cinéma.

77 Alessandra Guigoni, Internet per l’antropologia…, op. cit., p. 17 : « La scrittura al computer è dunque centrale nella communicazione in Internet. »

78 Herbert Zettl, « Contextual media aesthetics as the basis for media literacy », Journal of Communication, 1998, vol. 48, n°1 : « La maîtrise personnelle de l’usage du média [Media literacy] ne se traduit pas seulement par l’acquisition d’une plus grande compétence en matière de “lecture” [reading], c’est-à-dire de déchiffrement de messages, mais aussi en matière d’“écriture” [writting], de production de message. »

79 Cf., pour toute cette question des effets cognitifs et affectifs de l’écriture sur celui qui l’utilise, Jack Goody, La Raison graphique, Paris, Minuit, 1979. Il s’agit d’une dimension importante de l’investissement dans la sociabilité littéraire, comme on le verra dans les chapitres III et IV.

80 Alessandra Guigoni, op. cit., p. 20-21.

81 Ce faisant, « on mêle les genres, on perd la belle stabilité que le livre et la bibliothèque avaient instaurée » : Gérard Chazal, « La mise en réseau des savoirs », dans Pierre Musso, Réseaux et Société, Paris, puf, 2003, p. 130.

82 Jean-Marc Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000.

83 Anna Manzato et Elisa Soncini, « Le tecniche basate sull’osservazione : l’etnografia della rete », op. cit., p. 222.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable