Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Conclusion : Regards rétrospectif et prospectif sur la fréquentation des bibliothèques municipales

Texte intégral

1L’enquête conduite en 2005 par le crédoc à la demande de la dll est intervenue à une période charnière marquée d’un côté par des évolutions positives, la diversification des pratiques en bibliothèque, l’autre par quelques incertitudes préoccupantes, notamment le tassement de l’emprunt.

2Grâce aux comparaisons que l’on peut établir avec l’enquête antérieure de la dll de 1997 et, plus loin dans le temps, avec les enquêtes Pratiques culturelles des Français du ministère de la Culture, il a été possible de mettre en évidence la croissance continue de la fréquentation des bibliothèques municipales au cours des trente dernières années. Cette perspective sur une longue période permet d’esquisser des hypothèses prospectives pour l’avenir, en se fondant sur les facteurs les plus déterminants des évolutions en cours.

La hausse de la fréquentation des bibliothèques municipales depuis trente ans

Une hausse du volume de fréquentation de 41 % entre 1997 et 2005

3La comparaison avec les résultats de l’enquête de 1997 montre que la part des non-usagers des bibliothèques municipales dans la population française a décru sensiblement en huit ans, de 74 % à 65 %. La concurrence des supports culturels autres que le livre et le développement d’Internet ont vraisemblablement contribué au tassement de la proportion des inscrits par rapport aux non-inscrits, mais pas au point d’entraîner un renversement dans l’attractivité des bibliothèques municipales. Les investissements des collectivités territoriales ont conduit à la multiplication des établissements de type médiathèque qui, à l’évidence, jouent comme des locomotives pour accroître l’intérêt porté aux bibliothèques de lecture publique.

4La hausse de la fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales enregistrée entre 1997 et 2005 résulte principalement de l’augmentation de la fréquentation hors inscription, qui a doublé en huit ans, de 7 % à 14 %, signe d’une évolution très significative des pratiques. En regard, la proportion d’usagers inscrits n’a progressé que de trois points, de 18 % à 21 %.

  • 1 Rappelons qu’en effectifs d’usagers, les bibliothèques municipales représentent 81 % de l’ensemble (...)

5En projetant ces taux de pénétration sur le nombre de Français de plus de 15 ans habitant l’Hexagone, on peut estimer le nombre des usagers des bibliothèques et médiathèques municipales à 12 millions d’individus en 1997 et 17 millions en 2005, soit une progression de 41 % entre ces deux dates. En 2005, le nombre d’inscrits peut être estimé à 10 millions d’individus et celui des non-inscrits à 7 millions1.

Tableau 6-1. Estimation de la fréquentation et du nombre d’inscrits dans les bibliothèques municipales en 1997 et 2005.

Tableau 6-1. Estimation de la fréquentation et du nombre d’inscrits dans les bibliothèques municipales en 1997 et 2005.

Source : dll-crédoc 2005 et dll-sofres 1997.

Le nombre d’usagers des bibliothèques municipales a triplé en trente ans

  • 2 Les enquêtes Pratiques culturelles des Français du ministère de la Culture ont été réalisées aux da (...)
  • 3 Sofres 1997 et crédoc 2005.

6À partir des enquêtes Pratiques culturelles des Français du ministère de la Culture, il est possible d’établir la progression du nombre de Français inscrits en bibliothèque depuis 19732. Si l’on ajoute à ces données les résultats des enquêtes commanditées par la Direction du livre et de la lecture en 1997 et 20053, on peut esquisser la courbe générale d’évolution de la fréquentation des bibliothèques publiques au cours des trente dernières années.

  • 4 Français fait référence ici aux personnes habitant en France, quelle que soit leur nationalité. Tou (...)

7Cette courbe rend compte, plus clairement que les pourcentages, de l’expansion du nombre de Français4 fréquentant les bibliothèques. La fréquentation a été continûment à la hausse depuis 1973, du fait de trois phénomènes imbriqués : l’accroissement de la population française, lent mais continu, la multiplication du nombre de bibliothèques et le progrès de l’attractivité des médiathèques.

Graphique 6-2. Progression des effectifs de fréquentation des Français de 15 ans et plus.

Graphique 6-2. Progression des effectifs de fréquentation des Français de 15 ans et plus.

Source : dll-crédoc 2005 et pcf 1993 à 1997.

8Les courbes du graphique ci-dessus attestent de l’évolution à la hausse de la fréquentation des bibliothèques publiques depuis trente ans. Qui plus est, cette croissance a manifestement connu des phases d’accélération, au cours des années quatre-vingt, puis des années quatre-vingt-dix. Bien que l’on ne dispose pas des données chiffrées qui permettraient d’établir avec précision, sur la même période, la progression du nombre des mètres carrés de bibliothèques ouverts et/ou rénovés dans les communes françaises, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que l’élévation de la fréquentation est le résultat direct de l’effort d’équipement des collectivités territoriales aidées par l’État.

9Au-delà de ce constat général, les courbes de fréquentation révèlent, dans la période récente, des phénomènes particulièrement importants. Le premier se manifeste par l’écart qui se creuse entre le volume d’usagers (les Français qui déclarent être allés dans une bibliothèque au moins une fois dans l’année) et le volume d’inscrits (ceux qui ont fait établir une carte à leur nom). Il apparaît clairement que le nombre total des usagers augmente plus vite que celui des inscrits, ce qui traduit la montée en puissance d’usages plus diversifiés ne se limitant pas à l’emprunt, qui sont favorisés par l’offre plus riche des médiathèques. Amorcé dans la décennie quatre-vingt-dix, ce processus s’est nettement renforcé depuis 1997.

10Ce phénomène est d’autant plus marqué pour les bibliothèques municipales que la croissance du nombre des inscrits s’est manifestement ralentie au cours des années récentes. Entre les deux courbes – nombre total d’usagers et nombre d’inscrits – le ciseau s’ouvre. Il faut donc admettre que si l’attractivité des bibliothèques ne se dément pas, l’intérêt pour l’emprunt de livres, de cd de musique et de films vidéo semble se tasser. Ce second constat va dans le sens des inquiétudes des bibliothécaires qui observent, dans un certain nombre d’établissements, une baisse du nombre des inscrits. Les données sur les bibliothèques municipales collectées par la dll confirment cette évolution et permettent de préciser que ce tassement date d’une dizaine d’années (cf. ci-dessous, graphique 6-4.). Faisant suite à une croissance régulière jusqu’en 1996, cette tendance est particulièrement sensible depuis 2001.

  • 5 Ces valeurs ont été estimées par interpolation, en se fondant sur les rythmes de croissance observé (...)

11Les chiffres des enquêtes antérieures permettent de proposer des estimations de la progression du nombre total d’usagers dans les bibliothèques municipales depuis 19735. Si l’on se fie à ces estimations, il apparaît que le nombre des usagers des bibliothèques dans l’Hexagone a été multiplié par trois en trente ans (entre 1976 et 2005).

Tableau 6-3. Évolution du nombre d’usagers des bibliothèques municipales (inscrits et non-inscrits) de 1973 à 2005.

Tableau 6-3. Évolution du nombre d’usagers des bibliothèques municipales (inscrits et non-inscrits) de 1973 à 2005.
  • 1 En millions, estimation crédoc.

Note *1

Source : dll-crédoc 2005.

12L’enquête de 2005 permet donc d’affirmer que les changements structurels qui ont eu lieu au cours des années quatre-vingt-dix n’ont pas conduit à l’érosion de la fréquentation que redoutaient les bibliothécaires. Bien que certaines bibliothèques enregistrent des tassements dans leur fréquentation, du moins en ce qui concerne le nombre des inscrits (cf. ci-dessous) la tendance générale est à la croissance et rend compte d’une attractivité accrue de l’ensemble du réseau des bibliothèques municipales.

Des surfaces de bibliothèques plus importantes

13Les bibliothèques municipales qui sont suivies par la dll (2000 en 1993, 3000 en 2003) attestent de la croissance des mètres carrés par établissement au fil du temps : 690 m2 en moyenne par bibliothèque en 1992, 720 m2 en 2003. Parallèlement, le nombre des inscrits dans les bibliothèques qui répondent à l’enquête de la dll montre un net ralentissement de la progression des inscriptions depuis le début des années 2000. Il en résulte une diminution du nombre des usagers inscrits par mètre carré dans les bibliothèques municipales, de quatre par mètre carré en 1992 à trois par mètre carré en 2003.

Graphique 6-4. Évolution du nombre de bibliothèques et d’inscrits selon les données de la dll 1992-2003.

Graphique 6-4. Évolution du nombre de bibliothèques et d’inscrits selon les données de la dll 1992-2003.

Source : dll-crédoc 2005.

Base : Ensemble des bibliothèques de la base d’information de la dll.

14Bien que le nombre des usagers non-inscrits se soit accru au fil du temps, il est vraisemblable que le nombre moyen d’usagers par mètre carré de bibliothèque soit aujourd’hui un peu plus faible qu’il y a dix ans. Finalement, on peut comprendre les paradoxes de l’évolution de la fréquentation des bibliothèques municipales depuis dix ans – hausse globale du nombre de Français usagers de 15 ans et plus d’un côté, stagnation voire baisse de la fréquentation dans certains établissements de l’autre – en combinant les explications suivantes :

  • la modernisation des bibliothèques municipales, notamment par la création de grandes médiathèques, a nettement accru les surfaces ouvertes au public ;

  • ce mouvement de modernisation a élargi la fréquentation à de nouveaux publics qui, plus souvent que par le passé, sont des usagers ne pratiquant pas l’emprunt ;

  • cet élargissement se répartit inégalement entre les établissements, les médiathèques récentes de centre-ville attirant plus d’usagers, en particulier non-inscrits, que les bibliothèques plus traditionnelles de quartier ;

  • il en résulte des évolutions contrastées de la fréquentation, une partie des établissements enregistrant une diminution du nombre de leurs inscrits alors que d’autres voient ce nombre augmenter.

15Alors que les bibliothécaires ont tendance à interpréter la baisse du nombre d’inscrits par établissement comme le signe du recul du rayonnement de la lecture publique sous l’effet des progrès de l’usage d’Internet, une autre explication est possible : ce phénomène peut traduire un accroissement des processus de concurrence entre établissements très attractifs et établissements qui le sont moins, processus qui se développent à l’insu des gestionnaires des bibliothèques.

  • 6 De nombreuses études de public conduites par la BnF, la Bpi, mais aussi les bibliothèques interuniv (...)

16Ce phénomène est surtout sensible dans les grandes villes et agglomérations où les grandes médiathèques coexistent avec des bibliothèques de quartier beaucoup plus modestes, mais aussi avec des bibliothèques universitaires ou de recherche aux collections plus spécialisées. En la matière, l’agglomération parisienne offre un cas d’école : les études sur la fréquentation des nombreux établissements franciliens révèlent que leurs utilisateurs et, en particulier, les jeunes générations, sont de véritables nomades des salles de lecture et des lieux d’emprunt6.

Des évolutions contrastées au niveau local

17En dépit de la hausse de la fréquentation globale, toutes les bibliothèques n’ont pas vu s’accroître le nombre de leurs usagers au cours des dix dernières années. En réalité, la tendance globale est la résultante d’évolutions très diverses selon les établissements, et on ne peut nier que certains d’entre eux ont vu leur fréquentation s’éroder, comme l’atteste la base d’informations établie par la dll.

18L’analyse statistique de la base de la dll réalisée par le crédoc a permis de construire une typologie des bibliothèques (pour le millier qui est renseigné depuis 1995) en fonction des courbes d’évolution de leur nombre d’inscrits. On peut tenter d’expliquer la tendance que dessinent ces courbes en fonction de facteurs structurels.

19Depuis 1995, le nombre de bibliothèques municipales sur le territoire métropolitain et le nombre des usagers qui s’inscrivent dans ces bibliothèques ont connu une évolution paradoxale : 1°) le nombre des bibliothèques, l’investissement financier et le nombre d’emplois dans ces établissements sont en croissance continue, plus vigoureusement depuis 1998 ; 2°) dans le même temps, le nombre moyen d’inscrits par bibliothèque et la proportion de ces inscrits dans la population desservie sont orientés à la baisse, là aussi plus nettement depuis 1998.

20Dans les communes de l’Hexagone de plus de 5 000 habitants pour lesquelles la dll dispose d’informations depuis 1995, 40 % des bibliothèques ont connu, ces dernières années, une évolution du nombre d’inscrits globalement à la hausse, alors que 60 % des bibliothèques ont eu une évolution plus ou moins stable ou plutôt à la baisse. Les causes qui influent sur ces évolutions sont à la fois structurelles – accroissement de l’offre et de l’équipement des bibliothèques, démographie des communes concernées – et comportementales – part des individus en affinité avec les bibliothèques, évolution des usages en fonction de l’offre...

21Le premier des facteurs explicatifs (celui qui est le mieux corrélé avec le phénomène de hausse ou de baisse) est la croissance des établissements : l’extension de la surface de la bibliothèque et l’accroissement des dépenses en personnel ont un impact clairement positif sur l’évolution du nombre d’inscrits.

22Le deuxième facteur explicatif est la dynamique démographique et économique du territoire dans lequel rayonne la bibliothèque : les communes dont la population croît gagnent des inscrits, ainsi que les communes dont la part des individus ayant un emploi est en progression. Dans les communes en crise économique et/ou démographique, la fréquentation des bibliothèques a plus de chance de stagner ou de régresser.

23Le troisième facteur est relatif à l’offre des bibliothèques : quand le fonds se diversifie (plus de vidéogrammes et de phonogrammes) et se modernise (postes de consultation connectés à Internet), le nombre d’inscrits tend à augmenter (toutes choses égales par ailleurs).

24L’analyse typologique suggère une hypothèse qui peut aider à comprendre le mécanisme dynamique qui affecte l’évolution de la fréquentation.

  • Quand une bibliothèque est en croissance, elle gagne de nouveaux usagers qui sont plutôt peu emprunteurs ou pas emprunteurs du tout (usagers ne s’inscrivant pas) : dans ce cas, la fréquentation s’élargit à des publics moins assidus, mais sociologiquement plus diversifiés.

  • Quand une bibliothèque est à la baisse, les inscrits qui restent fidèles sont plutôt ceux qui empruntent le plus : dans ce cas, la fréquentation se rétracte sur le noyau des individus les plus assidus, qui sont aussi de plus grands lecteurs que la moyenne des usagers.

Graphique 6-5. Évolution en indice du nombre d’inscrits des bibliothèques des communes de plus de 5 000 habitants entre 1996 et 2003 (base 100 = 1996).

Graphique 6-5. Évolution en indice du nombre d’inscrits des bibliothèques des communes de plus de 5 000 habitants entre 1996 et 2003 (base 100 = 1996).

Source : dll-crédoc 2005.

Base : 1 042 bibliothèques de communes de plus de 5 000 habitants dont on connaît l’évolution de la fréquentation en 1996 et 2003.

Tableau 6-6. Variables dont l’influence est significative sur l’évolution du nombre d’inscrits (communes de plus de 5 000 habitants).

Tableau 6-6. Variables dont l’influence est significative sur l’évolution du nombre d’inscrits (communes de plus de 5 000 habitants).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : (variables classées par ordre décroissant de significativité)
- portent le nombre d’inscrits à la hausse les variables affectées du signe +
- portent le nombre d’inscrits à la baisse les variables affectées du signe –

La fréquentation des bibliothèques municipales va-t’elle continuer à s’élargir ?

25Après une période de croissance continue pendant plus de trente ans, la fréquentation des bibliothèques municipales va-t’elle continuer à progresser au même rythme, et les moteurs de la fréquentation sont-ils de nature à se prolonger dans la décennie à venir ? Faut-il plutôt anticiper que la progression de la fréquentation va ralentir dans la mesure où les nouveaux équipements vont être moins nombreux au fil du temps ? Ou bien doit-on penser que la fréquentation peut connaître une érosion significative du fait de la multiplication des accès virtuels aux ressources documentaires et, dans un avenir proche, de la numérisation du livre ?

  • 7 Commissariat Général au Plan, La France dans l’économie du savoir : pour une dynamique collective, (...)

26En réalité, bien que l’avenir des bibliothèques de proximité ne soit pas totalement prévisible, il serait abusif de le lier entièrement aux mutations qui peuvent, à moyen terme, faire évoluer le rapport au livre et à la lecture. Au cours des trente dernières années, on a déjà annoncé, à plusieurs reprises, le déclin de la lecture et de l’économie du livre, irrémédiablement concurrencés par la culture de l’image puis du numérique. C’est pourtant au cours de cette période que les bibliothèques ont connu, en France, une expansion sans précédent et que s’est forgé le modèle original de la médiathèque à la française. L’avenir de cet établissement culturel de proximité dépend pour beaucoup de son utilité sociale à venir. Bien qu’il soit en phase avec une époque qui imbrique tous les médias et les canaux de diffusion des œuvres culturelles, il pourrait connaître un cycle de vie limité dans le temps, comme cela a été le cas pour les maisons de la culture qui avaient vocation à ouvrir à tous les registres de la création vivante. Sans exclure une telle hypothèse, on peut augurer que l’utilité sociale des bibliothèques et médiathèques leur permettront de perdurer plus longtemps. Il ne faut pas sous estimer l’importance que revêtent ces équipements en tant que vecteurs de diffusion du savoir et de la culture au service des mutations sociales actuelles. Ils accompagnent, en effet, le progrès d’une économie de l’immatériel, dans laquelle le potentiel compétitif de la société toute entière repose avant tout sur la dynamique du savoir et des compétences et sur la capacité à développer des organisations qui soient, en permanence, dans une dynamique apprenante7.

Les actifs plus que les jeunes sont l’avenir des bibliothèques municipales.

27Si l’on considère les déterminants sociologiques, la progression de la fréquentation peut encore progresser mécaniquement sous le double effet de l’allongement des études, combiné à la progression de la formation tout au long de la vie, et de la multiplication des médiathèques dans les petites villes. S’agira-t-il néanmoins d’une fréquentation de même nature qu’aujourd’hui ? Un nombre plus important d’usagers ira-t-il de pair avec une fréquentation régulière ou plus erratique ? De ces évolutions dépendra la progression ou le reflux de l’affluence dans les établissements gérés par les collectivités locales.

28L’élévation du niveau des études initiales bénéficie globalement à la fréquentation des bibliothèques, même si le développement des nouveaux vecteurs de la recherche documentaire à distance peut peser sur la fréquentation des jeunes. Comme on l’a montré plus haut, les effets de cycle de vie revêtent une grande importance dans la fréquentation des bibliothèques municipales : à chaque âge correspond un usage spécifique, découverte de la lecture d’évasion chez les enfants, découverte du savoir chez les adolescents, transmission de la culture par les parents, occupation du temps libre pour les plus âgés.

29La tendance des bibliothécaires à penser que les jeunes sont l’alpha et l’oméga du succès de leurs établissements ne rend pas vraiment compte de ce qui fera l’importance des bibliothèques municipales dans le futur. Les jeunes en cours de scolarité ont déjà, et auront de plus en plus, l’obligation de travailler dans les salles de lecture. Ils ne reviendront de leur plein gré dans les bibliothèques municipales qu’une fois entrés dans la vie active, par désir de se cultiver, de transmettre le goût de la lecture à leurs enfants, mais aussi par souci de s’autoformer au rythme de la progression de leur vie professionnelle.

30Rappelons que les usagers sont d’autant plus intéressés par le service de prêt des bibliothèques municipales qu’ils travaillent dans l’économie des services et que leur niveau de compétences est plus élevé. Nous faisons l’hypothèse que c’est la dynamique de l’accroissement de la culture générale qui sera le moteur de l’attrait futur des médiathèques.

Des facteurs d’incertitude

31Un certain nombre d’incertitudes pèsent néanmoins sur le rapport à la lecture du grand public et l’attractivité des bibliothèques de proximité.

32Le premier des facteurs d’incertitude concerne l’avenir du livre dont la dématérialisation est en marche. Il faut noter toutefois que le livre est moins directement touché par l’expansion des nouvelles technologies que la musique et le film. Dans la période récente, les lieux de diffusion du livre se sont multipliés ; les librairies ne paraissent pas menacées de disparition et, dans les médiathèques ouvertes à tous les supports culturels, le livre reste, on l’a montré, omniprésent.

33Pour anticiper l’avenir du livre, il faut néanmoins distinguer entre les livres que l’on a « envie de lire », que l’on désire le plus souvent acquérir, et les livres que l’on a « besoin de lire », pour toutes sortes d’obligations. L’attachement à ces derniers est moindre : on les emprunte quand on peut, on en copie des extraits et, demain, on les téléchargera si c’est possible.

  • 8 Postel-Vinay (Olivier), « Les étudiants lisent-ils encore ? », L’Histoire, n° 312, sept. 2006, p. 7 (...)

34En réalité, ce n’est pas la lecture de loisir qui est menacée de régression mais plutôt la lecture utilitaire de livres. Les données de l’Observatoire de la vie étudiante montrent, en particulier, que chez les étudiants la lecture de divertissement est plutôt en progrès alors que la lecture studieuse de livres et de revues tend à régresser8.

35Il est peu probable que la consommation des livres de fiction, des livres d’art ou des livres pour enfants connaisse un recul dans la décennie à venir et menace, par contrecoup, la fréquentation des bibliothèques municipales. On peut même penser que des évolutions lentes, mais significatives, pourraient contribuer à redonner plus de place au temps passé à lire : c’est ainsi que l’écoute de la télévision subit un certain recul dans les classes supérieures, qui aspirent à des loisirs moins passifs et plus enrichissants.

36Le deuxième des facteurs d’incertitude concerne le ressort qui va, dans les années à venir, motiver la fréquentation du grand public dans les bibliothèques. S’agira t-il de l’aspiration ludique à trouver des supports de consommation pour satisfaire le besoin d’imaginaire et d’évasion ou bien de la quête des savoirs pour la maîtrise de connaissances et de compétences nouvelles ? Dans les bibliothèques municipales, il semble bien que la dimension récréative et de culture générale l’emporte sur la fonction documentaire. Pour la majorité des Français, on l’a vu, les bibliothèques sont des espaces pour le loisir et des lieux de convivialité plutôt que des lieux d’études.

37Toutefois, aussi longtemps que les exigences scolaires associeront l’acquisition du savoir à la lecture ardue et solitaire du livre savant ou de la culture des humanités, les jeunes accèderont difficilement à l’épanouissement d’un rapport ludique au livre. Le savoir déporte le livre dans le champ des besoins documentaires, là où les nouvelles technologies règnent aujourd’hui en maître.

38Le troisième facteur d’incertitude, enfin, réside dans la dynamique des usages. Dans les demandes des usagers que ne satisfont pas suffisamment les bibliothèques municipales reviennent souvent la demande de conseils de lecture, le désir d’échanges entre lecteurs via des forums et des débats, la mise en valeur par les bibliothécaires des nouveautés et des collections sur des thèmes d’actualité. Les bibliothèques pourraient devenir, plus qu’elles ne le sont aujourd’hui, des lieux de parole et d’animation culturelle, cultivant la langue et la culture dans leurs dimensions vivantes, orale et collective. À l’inverse, si les bibliothèques continuent de fonctionner traditionnellement comme des lieux plutôt austères, offrant surtout des rayonnages d’ouvrages, dans lesquels le silence est de rigueur et qui maintiennent le lecteur dans l’isolement, une part importante du grand public continuera de ne pas s’y trouver en affinité.

Ce que le modèle explicatif de la fréquentation des bibliothèques municipales permet d’anticiper

39Les perspectives évoquées précédemment maintiennent un certain degré d’incertitude quant à l’évolution que peut connaître la fréquentation des bibliothèques municipales au cours de la décennie à venir.

40Une première approche consiste à prolonger simplement les tendances constatées ces dernières années. En admettant que les dynamiques en cours se prolongent, la fréquentation des bibliothèques tous types confondus (bibliothèques municipales, scolaires et universitaires, spécialisées, associatives) pourrait atteindre en 2010 la barre symbolique des 50 % d’usagers dans la population des plus de 15 ans, ce qui ferait de la fréquentation des bibliothèques une pratique culturelle aussi répandue que celle du cinéma.

Graphique 6-7. Estimation de la fréquentation des bibliothèques tous types confondus, à l’horizon 2010, par prolongement de tendance.

Graphique 6-7. Estimation de la fréquentation des bibliothèques tous types confondus, à l’horizon 2010, par prolongement de tendance.

Source : dll-crédoc 2005.

41Cette approche ne vaut qu’à un horizon temporel proche, dans la mesure où elle présuppose qu’aucune des tendances déterminant la fréquentation n’est amenée à évoluer différemment de ce qui a été observé dans la période antérieure.

42Une seconde approche, assez différente, consiste à éclairer l’avenir en mesurant l’impact de scénarios très contrastés. Dans ce cas, on ne cherche pas à prolonger la courbe de la fréquentation, mais plutôt à faire varier chaque facteur explicatif pour en mesurer l’impact sur le taux de fréquentation. On s’appuie pour cela sur le modèle explicatif de la fréquentation des bibliothèques municipales développé plus haut (cf. chapitre V). Deux scénarios opposés ont été formulés : le premier correspond à une anticipation résolument optimiste pour tous les facteurs explicatifs de la fréquentation, tandis que le second adopte un point de vue nettement moins favorable.

43Ces deux approches ont pour objectif de cerner la fourchette dans laquelle pourrait se situer la fréquentation dans les années à venir, selon que les facteurs explicatifs de la fréquentation se révèleront favorables ou défavorables.

Tableau 6-8. Estimation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction de deux scénarios contrastés, optimiste et pessimiste.

Tableau 6-8. Estimation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction de deux scénarios contrastés, optimiste et pessimiste.
  • 2 Ces valeurs sont estimées à l’aide du modèle explicatif de la fréquentation des bm. Cf. chapitre V.

Note *2

Une hypothèse haussière : progression de la fréquentation des bm jusqu’à 45 %

44Le scénario optimiste prévoit que les tendances suivantes, toutes facteurs de progression de la fréquentation dans les bibliothèques municipales, pourraient se conjuguer (cf. tableau) :

  • l’élargissement du nombre de Français s’adonnant à la lecture des livres et des magazines ;

  • l’élévation continue du niveau d’études moyen de la population ;

  • la progression du nombre de collégiens et lycéens se rendant dans les bibliothèques municipales pour étudier ;

  • le maintien à un niveau élevé de la fécondité des Français ;

  • la poursuite de l’urbanisation et la progression du nombre des urbains ;

  • la perception des bibliothèques municipales comme des lieux de loisir et de convivialité ;

  • le sentiment partagé par tous, quelles que soient les classes d’âges et les catégories sociales, qu’il s’agit de lieux attractifs.

45Si l’ensemble de ces conditions étaient réalisées simultanément, la fréquentation des Français de plus de 15 ans pourrait progresser jusqu’à 45,5 %, soit dix points de plus qu’en 2005.

46Soulignons toutefois qu’on ne rattraperait pas, pour autant, les proportions d’emprunteurs dans les bibliothèques publiques des Britanniques et des Scandinaves, qui atteignent au moins 50 %, voire 60 % de la population.

Une hypothèse baissière : régression de la fréquentation des bm jusqu’à 30 %

47Le scénario pessimiste fait l’hypothèse que les facteurs évoqués précédemment auraient des évolutions beaucoup moins favorables :

  • la pratique de la lecture connaîtrait un certain recul, déjà observé au cours des années quatre-vingt ;

  • le niveau d’études moyen des Français cesserait de progresser et le nombre de collégiens et lycéens se rendant dans les bibliothèques municipales diminuerait du fait du développement des cdi ;

  • la proportion de la classe d’âge 15-25 ans dans la population s’amenuiserait ;

  • la part de la population habitant des communes rurales recommencerait à croître ;

  • et, surtout, les bibliothèques municipales seraient perçues, de plus en plus, comme des lieux dévolus aux savoirs et aux nouvelles technologies, utiles surtout à ceux qui poursuivent des études ou bien à ceux qui ont des besoins professionnels ;

  • il en résulterait une image d’austérité, ou de sérieux, éloignée de l’idée d’un lieu consacré au loisir et aux rencontres autour d’animations culturelles.

48Si toutes ces tendances peu favorables se combinaient, la fréquentation pourrait chuter à 29,7 %, soit cinq points de moins qu’en 2005. Un tel scénario n’est pas aberrant et, localement, certaines bibliothèques municipales sont confrontées à ce type de spirale régressive. Dans ce scénario, la question de l’image est centrale : c’est elle qui exerce le frein le plus puissant sur les possibilités d’élargissement de la fréquentation dans le grand public. Ce facteur joue à coup sûr dans des grands établissements comme la Bpi ou la BnF qui ont de la difficulté à élargir leur public au-delà des étudiants et des scolaires devenus très largement majoritaires.

L’avenir des bibliothèques municipales

49Rappelons que les incertitudes évoquées plus haut sont bien illustrées par les évolutions que connaissent actuellement les pays dont le réseau de la lecture publique est le plus ancien, la Grande-Bretagne, les Étas-Unis ou bien les pays nordiques. Après avoir subi, au cours des années quatre-vingt-dix, une baisse du nombre des emprunteurs, ceux-ci paraissent observer depuis peu une inversion de tendance.

50Entre les deux voies que dessinent les scénarios optimiste et pessimiste présentés ci-dessus, la dynamique propre des médiathèques comptera pour beaucoup, c’est-à-dire, en dernier ressort, la capacité des collectivités locales à faire de ces établissements des centres de la vie culturelle de proximité.

51En effet, plusieurs formes d’utilisation de la bibliothèque sont aujourd’hui envisageables, et leur combinaison paraît indispensable pour faire évoluer positivement l’image que le citoyen et le consommateur de culture se font des lieux de la lecture publique. Les médiathèques doivent devenir des lieux attractifs pour le plus grand nombre et se garder d’une évolution monofonctionnelle vers le schéma de la bibliothèque d’étude. De grands établissements comme la Bpi ou le Haut-de-Jardin de la BnF ont vu croître, à leur corps défendant, la part des étudiants et des scolaires qui transforment les espaces de lecture en salles de bibliothèques interuniversitaires : une telle évolution ne correspond pas aux projets initiaux, qui ciblaient au départ l’honnête homme du xxe siècle et non les étudiants.

52Les médiathèques municipales pourraient connaître une évolution similaire, en devenant de nouveaux lieux d’étude au centre des villes, que les étudiants auront tendance à préférer aux bibliothèques de leurs campus généralement éloignés.

53Pourtant, les missions de la médiathèque municipale la portent à remplir des fonctions bien différentes. Tout d’abord, dans le champ de la diffusion des savoirs, elle a vocation à développer les ressources d’autoformation au bénéfice de ceux qui sont sortis de la formation initiale, quel que soit le niveau de leurs études. Cette perspective est celle qu’adoptent les pays anglo-saxons et nordiques pour qui la bibliothèque publique est indissociable d’un ensemble de services que le citoyen a utilité à trouver dans la proximité : accès public à Internet, aux services administratifs en ligne, aux offres d’emploi et annonces diverses. Si cet utilitarisme n’est pas d’emblée ancré dans la culture française, il est en cohérence avec les missions d’un établissement s’adressant aux citoyens engagés dans la vie active.

54Il serait néanmoins très réducteur de limiter le projet de la médiathèque à la fonction de centre d’informations, sur le modèle des centres d’information pour la jeunesse. En France, les nouveaux établissements que construisent les collectivités locales ont vocation à renouveler le modèle du centre culturel.

55Contribuer à dépasser le modèle élitiste de la culture fondé sur la relation personnelle et individualiste à l’œuvre, modèle hérité du xixe siècle, pourrait être l’ambition centrale des médiathèques. Redonner de l’importance à la transmission orale et interpersonnelle, favoriser les échanges intergénérationnels, inscrire la relation avec les livres dans des activités socialisées, comme les lectures publiques, les débats, les prix attribués par le public, etc., sont autant de perspectives qui s’expérimentent déjà, au jour le jour, à travers les animations culturelles que produisent les bibliothèques municipales. Les collectivités territoriales auront de plus en plus vocation à donner à la population des moyens pour s’initier à des savoirs nouveaux, à faire vivre des espaces culturels ouverts, brassant les générations et la diversité des origines, tout en donnant de l’importance à la dimension ludique et au besoin d’évasion qui stimulent le désir de culture.

56Ces perspectives sont de nature à infléchir les orientations de la lecture publique en lui donnant des objectifs plus diversifiés et une ambition plus collective. L’enjeu est moins aujourd’hui de faire œuvre éducative, sous la forme de l’éveil des enfants ou de l’éducation populaire, et beaucoup plus de stimuler l’appropriation par le plus grand nombre d’une culture de plus en plus encyclopédique et multiforme. Il s’agit rien moins que de s’affranchir du modèle de la bibliothèque des humanités, pour donner réalité, au cœur de chaque ville, à une vision contemporaine, et démocratisée, de la bibliothèque d’Alexandrie.

Notes

1 Rappelons qu’en effectifs d’usagers, les bibliothèques municipales représentent 81 % de l’ensemble des bibliothèques de l’Hexagone, tous types confondus.

2 Les enquêtes Pratiques culturelles des Français du ministère de la Culture ont été réalisées aux dates suivantes : 1973, 1981, 1989 et 1997. Une nouvelle enquête est prévue fin 2007.

3 Sofres 1997 et crédoc 2005.

4 Français fait référence ici aux personnes habitant en France, quelle que soit leur nationalité. Toutefois, compte tenu des conditions de réalisation de l’enquête, Français ne désigne que des individus âgés de 15 ans et plus : les enfants et les jeunes jusqu’à 14 ans ne sont pas pris en compte.

5 Ces valeurs ont été estimées par interpolation, en se fondant sur les rythmes de croissance observés pour les inscrits depuis 1973 et pour les usagers totaux depuis 1997.

6 De nombreuses études de public conduites par la BnF, la Bpi, mais aussi les bibliothèques interuniversitaires (Sainte-Geneviève, Jussieu, Nanterre, Orsay…), démontrent le zapping des lecteurs entre les différents établissements en fonction des plages d’ouverture et des périodes d’affluence.

7 Commissariat Général au Plan, La France dans l’économie du savoir : pour une dynamique collective, La Documentation française, 2003.

8 Postel-Vinay (Olivier), « Les étudiants lisent-ils encore ? », L’Histoire, n° 312, sept. 2006, p. 71-82.

Notes de fin

1 En millions, estimation crédoc.

2 Ces valeurs sont estimées à l’aide du modèle explicatif de la fréquentation des bm. Cf. chapitre V.

Table des illustrations

Titre Tableau 6-1. Estimation de la fréquentation et du nombre d’inscrits dans les bibliothèques municipales en 1997 et 2005.
Légende Source : dll-crédoc 2005 et dll-sofres 1997.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Graphique 6-2. Progression des effectifs de fréquentation des Français de 15 ans et plus.
Légende Source : dll-crédoc 2005 et pcf 1993 à 1997.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 6-3. Évolution du nombre d’usagers des bibliothèques municipales (inscrits et non-inscrits) de 1973 à 2005.
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 6-4. Évolution du nombre de bibliothèques et d’inscrits selon les données de la dll 1992-2003.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Graphique 6-5. Évolution en indice du nombre d’inscrits des bibliothèques des communes de plus de 5 000 habitants entre 1996 et 2003 (base 100 = 1996).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 6-6. Variables dont l’influence est significative sur l’évolution du nombre d’inscrits (communes de plus de 5 000 habitants).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : (variables classées par ordre décroissant de significativité)- portent le nombre d’inscrits à la hausse les variables affectées du signe +- portent le nombre d’inscrits à la baisse les variables affectées du signe –
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Graphique 6-7. Estimation de la fréquentation des bibliothèques tous types confondus, à l’horizon 2010, par prolongement de tendance.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 6-8. Estimation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction de deux scénarios contrastés, optimiste et pessimiste.
Légende Note *2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/191/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable