Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment est née la Bpi

 | 
Jean-Pierre Seguin

Réflexions faites peu de temps après l’ouverture

Texte intégral

1Au cours des premiers mois de l’ouverture, j’avais esquissé, pour mon compte personnel, un bilan très sommaire de l’opération que j’avais eu la charge de conduire. Il me revient aujourd’hui fortuitement sous les yeux. Après avoir hésité, j’ai estimé qu’il pouvait être utilement évoqué en fin de ce travail, en dépit de ces lacunes, de la subjectivité des appréciations portées et de leur caractère aléatoire.

2À l’actif, j’inscrivais en tout premier lieu le succès de la politique d’ouverture de la bibliothèque et de la salle d’actualité à tous les genres de publics, ceux des visiteurs occasionnels comme ceux des usagers, et l’accès libre à la quasi-totalité des collections, dont l’importance numérique était convenable, quoique inférieure aux premières prévisions. J’estimais bon le parti pris d’un fonds encyclopédique et d’un niveau moyen élevé, ainsi que le voisinage, dans chaque ensemble de travail, des divers médias, concourant à une information globale. Je jugeais aussi très prometteur pour l’avenir le fonctionnement de la médiathèque de langues, encore inachevée et celui du service de réponses par téléphone, bien qu’il fût alors peu connu du public.

3Quoique un peu abasourdi par l’ampleur de la fréquentation, j’en retenais surtout l’aspect positif : la constatation d’un immense besoin d’information et de culture. Et, si l’énorme affluence quotidienne posait des problèmes d’ordre, de sécurité... et de reclassement des collections d’une dimension imprévue, j’observais que dans la grande majorité, les simples visiteurs de tous âges et la quasi-totalité des usagers se comportaient de façon très libre certes, mais respectueuse de la finalité des lieux, et révélatrice d’une satisfaction générale. « On ne s’est pas moqué de nous », entendait-on souvent dire. En dépit d’une signalétique notoirement insuffisante et quoique l’on eût volontairement évité de compartimenter les espaces d’une façon rigide et de regrouper systématiquement les collections d’un côté et les sièges et tables de travail de l’autre, cette foule paraissait prendre très vite la mesure des espaces, tracer des cheminements et comprendre le principe du classement méthodique sur les rayons. Elle ne semblait pas même remarquer l’appareil technologique pourtant si visible, notamment aux plafonds.

4J’étais enfin convaincu que, quelles qu’aient été les difficultés entraînées par cette décision, l’on avait eu raison de renoncer d’emblée aux fichiers traditionnels, et je ne doutais pas que, progressivement, l’on parviendrait à obtenir des catalogues complets et consultables sous une autre forme que celle du papier. J’estimais que ç’avait été aussi une bonne chose que de concevoir un catalogue unique pour tous les types de documents et je me félicitais des premiers résultats de l’adoption du catalogue matières de l’Université Laval.

5Les problèmes soulevés par ces lacunes, les inachèvements et les carences de fonctionnement de toutes sortes qui s’étaient révélés à l’ouverture, notamment en matière d’audiovisuel et de sécurité, - et je pense aussi au reclassement quotidien des livres et des carrousels de diapositives et à l’inconfort du personnel dans un espace meublé de bric et de broc - pour autant qu’ils fussent dommageables et irritants, devaient être progressivement résolus. Par contre, l’on ne pourrait rien changer à la mauvaise implantation de la salle d’actualité, qui ne serait jamais assez visible, ni de la piazza, ni dans le grand hall ; sa hauteur sous plafond demeurerait insuffisante et les bureaux de son personnel à tout le moins peu agréables. Il y avait d’autre part fort peu de chances pour que l’on mît un jour en place des mezzanines dans la bibliothèque.

6Parviendrait-on jamais à instaurer le système d’enregistrement des données et de consultation « en ligne » sur écran auquel l’on avait dû renoncer en 1974 ? J’en doutais fort au moment de l’ouverture et, je ne me consolais pas d’autre part que l’on eût dû renoncer à des actions documentaires telles que l’automatisation du répertoire des bibliothèques et des centres de documentation et à la publication des listes sélectives thématiques.

7Surtout, je ressentais comme un échec majeur le fait d’avoir dû abandonner la conception d’un système de recherche documentaire basé sur la combinaison d’un vocabulaire emprunté au langage naturel et des descripteurs de la classification décimale universelle. J’enrageais à la pensée que cet abandon était intervenu avant que l’on eût pu vérifier si cette expérience, qui eût donné à la BPI et, par voie de conséquence, à l’ensemble des bibliothèques françaises, une avance considérable sur celles des autres pays, avait ou non des chances d’aboutir.

8Mon principal regret était d’ailleurs à ce moment-là de n’être pas parvenu à ce que la BPI jouât dans le concert des bibliothèques le rôle dont j’avais rêvé pour elle. Ses liens avec la Nationale s’étaient progressivement relâchés, puis coupés, cela était dans la nature des choses, mais deux projets concrets : celui d’une association avec « La Joie par les les livres » pour la bibliothèque des enfants et surtout d’une collaboration avec la Ville de Paris pour le prêt, avaient tourné court. La seule proposition sérieuse de collaboration était venue du Bureau pour l’automatisation des bibliothèques, mais avancée de telle manière qu’elle eût étouffé notre projet, au lieu d’en tirer profit.

9J’avais à cette occasion fait réflexion sur l’association de la bibliothèque avec le Centre Pompidou. Le contrat de ce « mariage », forcé par les circonstances mais raisonnable en son principe, me semblait avoir été établi sur des bases qui laissaient présager une union durable et profitable pour les deux parties. Nous assurions au Centre une « clientèle » considérable et assidue ; il nous garantissait des moyens, un prestige et une ouverture que sans doute nous n’eussions jamais facilement obtenus. Je rêvais qu’un jour il en irait de même entre la BPI et l’ensemble des bibliothèques, sa famille naturelle.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access