Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Chapitre V. Les déterminants de la fréquentation

Texte intégral

1L’analyse des freins à la fréquentation développée dans le chapitre précédent éclaire une partie des enjeux auxquels sont confrontées les bibliothèques. Ceux-ci sont au moins de trois ordres : l’organisation du service de prêt, l’enrichissement des collections et l’élargissement des publics. Faciliter le fonctionnement du prêt peut avoir un impact sur le nombre des emprunteurs dans la mesure où bon nombre d’usagers ne se réinscrivent pas, estimant que le rapport entre contraintes, coût et profit n’est pas positif.

2Par ailleurs, une insatisfaction, au moins relative, peut résulter de l’insuffisance de la diversité et du renouvellement des collections. Toutefois, celle-ci est surtout le fait des inscrits gros emprunteurs. L’enrichissement régulier des collections contribue à fidéliser ceux-ci mais n’est pas de nature à élargir significativement les publics. L’élargissement des horaires d’ouverture irait dans le même sens : il satisferait essentiellement le souhait qu’exprime le public régulier, à savoir une plus grande commodité.

3La conquête de nouveaux publics ne peut procéder que d’actions de médiation volontaristes, susceptibles d’accroître le rayonnement de la bibliothèque dans la vie locale, en cherchant à lever deux obstacles majeurs : la méconnaissance de ce qu’offre la bibliothèque et la difficulté que peuvent avoir certaines personnes à dépasser leurs premières expériences souvent liées à la contrainte scolaire. La dimension ludique des médiathèques et l’offre de supports de divertissement et d’évasion qu’elles proposent sont sans doute les principaux ressorts qui permettraient d’attirer de nouveaux venus, moins familiers de l’univers du livre et du savoir.

4Pour imaginer des leviers d’action susceptibles d’élargir les publics, il faut avoir une bonne connaissance des facteurs sociologiques qui ont un poids important dans la fréquentation des bibliothèques. Au-delà des représentations sociales des bibliothèques évoquées dans le chapitre précédent et de l’impact majeur des caractéristiques de l’offre, les paramètres sociodémographiques tels que le niveau d’études, la classe d’âge et le statut social des individus restent des facteurs explicatifs déterminants.

Dans les bibliothèques municipales, les actifs sont majoritaires.

5Les actifs ayant un emploi représentent 49 % des usagers des bibliothèques municipales, ce qui est très légèrement supérieur à leur poids dans la population totale (47 %). La fréquentation des bibliothèques, comme beaucoup de pratiques culturelles s’effectuant hors du domicile, n’est donc pas contrariée par une activité professionnelle régulière. Toutefois, s’ils sont nombreux à fréquenter les bibliothèques, les actifs ont un rythme de visite moins soutenu que la moyenne. Alors que 28 % des inactifs et 22 % des chômeurs déclarent être allés au moins une fois par semaine à la bibliothèque municipale au cours des douze derniers mois, ce pourcentage ne s’élève qu’à 16 % pour les actifs. Comme le soulignent certains, « il faut pouvoir venir avant le travail ou en rentrant du travail ». Les actifs n’ont pas toujours un emploi du temps compatible avec les horaires d’ouverture adoptés par les bibliothèques. Ils restent par ailleurs moins longtemps à la bibliothèque municipale que les inactifs parce qu’ils sont moins nombreux à l’utiliser comme lieu de lecture ou de travail.

6Les actifs empruntent aussi souvent que les inactifs (respectivement 72 % et 73 % parmi les usagers), mais leur comportement n’est pas le même au regard des types de documents empruntés. La grande majorité des actifs empruntent à la fois des livres et d’autres supports (65 %), alors que ce n’est le cas que d’une minorité d’inactifs (40 %). Ces derniers se limitent en majorité aux livres, comportement imputable à un effet d’âge : les plus de 65 ans restent peu coutumiers de l’emprunt des nouveaux supports.

Tableau 5-1. Rythme de fréquentation selon l’activité (en %).

Tableau 5-1. Rythme de fréquentation selon l’activité (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Les déterminants sociologiques de la fréquentation

La fréquentation des bibliothèques hors inscription est plus démocratique que la pratique de l’emprunt.

7Pour les bibliothèques et médiathèques municipales, ce n’est pas l’accès aux établissements qui se trouve différencié socialement, mais plutôt la pratique de l’emprunt.

8Les inscrits constituent un sous-ensemble du public dans lequel les cadres supérieurs et les professions libérales sont surreprésentés (13 % parmi les inscrits, contre 8 % au sein de la population), ainsi que les professions intermédiaires et les employés, même si c’est dans une moindre mesure (surreprésentation de 3 % dans les deux cas par rapport à la moyenne de la population). À l’inverse, les ouvriers qualifiés et non qualifiés sont nettement sous-représentés parmi les inscrits, alors qu’ils ne le sont pas parmi les usagers non inscrits (5 % d’ouvriers parmi les inscrits, contre 14 % dans la population française, mais 13 % parmi les non-inscrits).

9Les différences de degré de fréquentation entre les catégories sociales s’expliquent en partie par l’inégale répartition hommes/femmes des catégories professionnelles : en effet, les ouvriers qualifiés sont très majoritairement masculins (16 % de femmes), les employés très majoritairement féminins (77 % de femmes), les cadres plutôt masculins (43 % de femmes), tandis que les professions intermédiaires présentent une composition équilibrée (51 % de femmes). Pour confronter, sur des bases comparables, les niveaux de fréquentation des bibliothèques des différentes catégories sociales, on neutralise l’effet homme/femme qui joue un rôle majeur : en procédant à cette neutralisation, on observe que 50 % des personnes appartenant à des ménages de cadres ont fréquenté les bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois, 44 % des ménages de professions intermédiaires, 39 % chez les employés, 30 % chez les ouvriers et 36 % chez les indépendants (chefs d’entreprise, commerçants, artisans, agriculteurs).

Tableau 5-2. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la profession (effet homme/femme neutralisé, en %).

Tableau 5-2. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la profession (effet homme/femme neutralisé, en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

  • 1 Ces indices ne neutralisent pas l’effet homme/femme qui peut avoir un impact non négligeable dans l (...)

10La comparaison avec la fréquentation d’autres établissements culturels (cinéma, concert, musée, théâtre) montre que les écarts de taux de pénétration selon les catégories sociales sont à l’avantage des bibliothèques : comparée à la moyenne, ramenée à 100, la fréquentation des bibliothèques est de 140 chez les cadres contre 60 pour les ouvriers ; pour la fréquentation du cinéma, l’écart se révèle plus grand, ces deux indices étant respectivement de 162 et 74, l’écart maximal étant observé pour le théâtre (225 et 38)1. Toutefois, le taux de pénétration en bibliothèque pour les ouvriers (60) est moins bon que pour le cinéma et le spectacle vivant, ce qui montre que pour les catégories populaires, l’accès à la bibliothèque municipale n’est pas plus évident que l’accès au musée.

Tableau 5-3. Comparaison des taux de pratique par catégories sociales pour les sorties culturelles, en 2005 (en %).

Tableau 5-3. Comparaison des taux de pratique par catégories sociales pour les sorties culturelles, en 2005 (en %).

Champ : personnes de 15 ans et plus.

Source : * crédoc-dll 2005, ** insee, enquête permanente sur les conditions de vie (epcv, 2005).

11Du point de vue de la démocratisation, le bilan de la fréquentation des bibliothèques est donc plutôt favorable mais paradoxal : l’accès à l’emprunt est nettement différencié socialement, à l’image de toutes les pratiques culturelles ; en revanche, le libre accès aux espaces des bibliothèques, c’est-à-dire la fréquentation hors inscription, n’exerce pas de filtrage sociologique marqué. En effet, la répartition des catégories socioprofessionnelles des usagers sans carte ne diffère pas beaucoup de la composition de l’ensemble de la population. Il en va de même pour le groupe des anciens usagers qui, sur le critère de la profession, présente un profil similaire à celui des usagers non inscrits.

12Le processus de l’inscription exerce donc un filtre important, que l’on ne peut pas imputer simplement au montant des droits financiers, la surreprésentation des cadres parmi les emprunteurs s’observant également dans les bibliothèques qui pratiquent le prêt gratuit. La différenciation sociale doit plus au degré d’intérêt porté à l’emprunt de supports culturels, notamment de livres, pour un usage personnel : les catégories les plus consommatrices de livres, de magazines, de musique et de films ont, à l’égard de la lecture publique, un réflexe consumériste induit par l’effet d’aubaine qu’offre la possibilité d’emprunter pour un coût modéré.

Niveau de revenus et inégalités de fréquentation vont de pair.

  • 2 Les revenus pris en compte sont les revenus mensuels nets du foyer incluant toutes les sources de r (...)

13Le niveau de revenus des ménages rend bien compte des différences d’intensité de fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales en fonction de la condition sociale2. Parmi les inscrits, la proportion des personnes dont les revenus du ménage sont supérieurs à 3 000 euros net par mois est nettement plus élevée que dans l’ensemble de la population (21 % contre 13 %). Parmi ceux qui n’ont jamais fréquenté de bibliothèque, c’est la part des bas revenus qui est surreprésentée (36 % en dessous de 1 500 euros net par mois, contre 28 % pour l’ensemble de la population).

  • 3 Les résultats de cette classe sont moins fiables que les autres dans la mesure où ils sont établis (...)

14L’impact du niveau de ressources du foyer sur le niveau de fréquentation s’exerce de manière continue le long de l’échelle des revenus : les individus ayant les plus bas revenus (inférieurs à 750 euros net par mois) sont deux fois moins nombreux à fréquenter les bibliothèques que les individus à revenus élevés (26 %, contre 53 % pour les revenus élevés). Le taux d’inscription, en particulier, s’accroît du simple au double en fonction du niveau de ressources du ménage (de 16 à 35 %). Pour les hauts revenus, c’est dans la tranche de 3 800 à 4 500 € que l’on observe le taux de fréquentation le plus élevé, soit plus d’un individu sur deux (53 %) : la part d’inscrits comme celle des non-inscrits atteignent leur maximum (35 % et 18 % respectivement). En revanche, dans la tranche de revenus maximale (plus de 4 500 euros net par mois), les comportements seraient différents : le taux d’inscription beaucoup plus faible (20 %) laisse penser qu’à ce niveau de revenus l’effet d’aubaine associé au prêt devient moins incitatif3.

15Finalement, l’analyse de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction du capital social et économique des individus autorise à penser que la différenciation sociale des usages dans les bibliothèques tient davantage à la dynamique consumériste du cumul des pratiques culturelles qu’à une dynamique élitiste qui serait consubstantielle à l’univers du livre.

Graphique 5-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de revenus (en %).

Graphique 5-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de revenus (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

Le niveau de diplôme est le facteur sociodémographique le plus discriminant.

16Le baccalauréat partage aujourd’hui la population hexagonale en deux : la moitié des Français de 15 ans et plus ont un niveau d’études inférieur au bac (53 %), près de la moitié ont le bac ou un diplôme d’études supérieures (47 %). Les personnes qui déclarent n’être jamais allées dans une bibliothèque municipale sont pour les trois quarts faiblement diplômées : 37 % n’ont pas de diplôme et 39 % ont un diplôme inférieur au bac. En revanche, parmi les usagers des bibliothèques municipales, les inscrits n’ayant pas le bac ne sont qu’un tiers (34 %), les usagers non inscrits 43 % et les anciens usagers 50 %.

17Même en excluant les sans-diplôme, qui comptent parmi eux une forte proportion de personnes âgées, le niveau d’études se révèle fortement discriminant sur le taux de fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales. La relation entre les deux est quasi linéaire : le taux de fréquentation, inférieur à 30 % pour les plus faiblement diplômés, atteint près de 40 % pour les bacheliers, puis 50 % pour les diplômés du supérieur entre bac + 1 et bac + 4, et quasiment 60 % pour ceux qui ont atteint bac + 5. Même si ces écarts sont un peu moins marqués que pour d’autres pratiques culturelles, la fréquentation des bibliothèques municipales n’échappe pas à la barrière discriminante du bagage culturel acquis, ou conforté, par les études.

Graphique 5-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de diplôme de l’individu (en %).

Graphique 5-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de diplôme de l’individu (en %).

Source : dll-crédoc 2005. (n = 2001)

18Toutefois, comme on l’a noté pour les catégories sociales, les écarts concernent surtout les inscrits et plus faiblement les usagers non inscrits. Le libre accès aux établissements, qui s’est généralisé avec le modèle des grandes médiathèques, serait plus démocratique que l’accès au service de prêt via l’inscription : avec le niveau de diplôme, le mode de consommation utilitariste de la bibliothèque et de son service principal (le prêt de documents) a tendance à augmenter. Ce constat est encore plus accusé si l’on prend en compte le nombre d’inscrits par foyer. Plus le niveau d’études de l’individu est élevé, plus celui-ci a des chances de vivre dans un foyer dont d’autres membres possèdent une carte permettant d’emprunter, les individus diplômés du supérieur étant majoritairement dans ce cas. Cette tendance est un indice supplémentaire des comportements consuméristes.

Graphique 5-6. Pourcentage d’individus dont un membre au moins du foyer possède une carte, selon le niveau d’études (en %).

Graphique 5-6. Pourcentage d’individus dont un membre au moins du foyer possède une carte, selon le niveau d’études (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

L’impact de l’ascension sociale

  • 4 La comparaison des taux de fréquentation selon le diplôme du père et celui de l’individu ne s’inter (...)

19L’héritage culturel de l’individu, appréhendé à travers le niveau d’études du père, apparaît moins discriminant que le niveau acquis par l’individu à travers son propre parcours scolaire. Dans les facteurs considérés comme déterminants pour les pratiques culturelles, on admet habituellement que le niveau d’études des parents est cardinal, dans la mesure où il structure l’habitus de l’individu et commande l’importance des transmissions culturelles dont il bénéficie dès la naissance. Les résultats de l’enquête n’illustrent que partiellement ces mécanismes. Bien qu’en partie explicatif, le niveau de diplôme du père se révèle en effet moins déterminant que celui qui a été acquis par l’individu. On peut donc estimer que la fréquentation de la bibliothèque n’est qu’en partie la conséquence mécanique d’un bagage culturel hérité et qu’elle est, de manière au moins équivalente, l’effet du statut social acquis via l’investissement personnel dans les études. Le processus de l’héritage ne fait pas tout, vraisemblablement parce que le rapport au livre et la familiarité à l’égard des bibliothèques sont puissamment orientés par l’investissement scolaire4.

L’origine étrangère n’est pas un frein à la fréquentation.

20Il est possible d’analyser la fréquentation des personnes d’origine étrangère ou issues de l’immigration en s’appuyant sur des questions concernant la nationalité et les langues parlées dans le milieu social d’origine (langue autre que le français parlée avec les parents). Dans l’échantillon de l’enquête, 7,5 % des personnes interrogées sont d’origine étrangère : soit elles sont de nationalité étrangère, soit elles ont acquis la nationalité française. Moins souvent inscrits que la moyenne (15 %, contre une moyenne de 21 %), les étrangers ont un taux de fréquentation hors inscription supérieur (19 %, contre une moyenne de 15 %), ce qui, au final, les situe au niveau de la moyenne pour le chiffre de fréquentation globale (34 % contre 35 %). Les Français par acquisition ont un niveau de pratique proche (31 % contre 34 %). Le seul effet discriminant notable est, là encore, la pratique de l’emprunt.

21L’effet de la langue parlée avec les parents se révèle plus discriminant. L’enquête montre que 21 % des Français de 15 ans et plus parlent (ou ont parlé) avec leurs parents une autre langue que le français :

  • 5 %, une langue régionale du territoire français, en y intégrant le créole ;

    • 5 Dans l’échantillon des 2001 personnes interrogées, 427 ont déclaré parler ou avoir parlé une langue (...)

    16 %, une langue étrangère5.

22Les personnes parlant ou ayant parlé une langue étrangère avec leurs parents présentent un niveau de fréquentation très proche de la moyenne (36 % contre 35 %) : leur plus faible propension à l’inscription (19 % contre 21 %) est compensée par un taux de fréquentation hors inscription plus élevé (17 %). Le taux de fréquentation varie selon la langue étrangère pratiquée avec les parents : 32 % pour les langues d’Europe du Sud (espagnol, italien et portugais) et 33 % pour l’arabe ; mais 57 % pour l’anglais, chiffre qui correspond à une immigration de personnes plus diplômées ou à une pratique de milieu aisé.

23On retiendra que les personnes issues de l’immigration, selon le critère de la langue parlée avec les parents, ont globalement une fréquentation équivalente à celle de la moyenne des Français. C’est un indice important de l’ouverture démocratique des bibliothèques municipales.

Tableau 5-7. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la langue parlée avec les parents (en %).

Tableau 5-7. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la langue parlée avec les parents (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

Tableau 5-8. Tableau récapitulatif : fréquentation selon le sexe, l’âge, la PCS, la taille de l’agglomération et le niveau d’études (en %).

Tableau 5-8. Tableau récapitulatif : fréquentation selon le sexe, l’âge, la PCS, la taille de l’agglomération et le niveau d’études (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Variables sociodémographiques et freins à la fréquentation

Les hommes sont moins en affinité, les femmes manquent de temps.

24Les différences de comportement entre hommes et femmes se trouvent bien éclairées par leurs manières respectives de justifier ce qui freine leur fréquentation. Par rapport à la moyenne des jugements émis, les hommes mettent un peu plus souvent en avant le manque d’habitude et le manque d’intérêt, c’est-à-dire les deux raisons qui traduisent le faible niveau d’attractivité des bibliothèques pour une partie de la population. Les femmes insistent un peu plus sur le manque de temps et les contraintes du service de prêt. Cela s’explique par leur rôle spécifique au sein des foyers : assumant fréquemment la fonction de pourvoyeuses de livres, de disques et de films pour l’ensemble de la famille, elles se voient confier la charge matérielle de la gestion des emprunts plus souvent que les hommes.

Les freins selon la classe d’âge

  • 6 Voir « Les contraintes de l’emprunt », in « Droits d’usages. Les usagers non inscrits des bibliothè (...)

25Les jeunes adultes font preuve d’un comportement spécifique que l’on peut expliquer par le fait qu’ils s’adaptent mal au mode de fonctionnement des bibliothèques municipales et, en particulier, aux contraintes du système de l’emprunt. L’hyperactivité culturelle des jeunes associée à leur réticence à l’égard des activités perçues comme trop encadrées permet de comprendre les motifs qui les détournent des bibliothèques : plus de 50 % des moins de 35 ans déclarent manquer de temps, 21 % des 21-24 ans trouvent contraignantes les conditions de l’emprunt de documents ; ce sont aussi les plus nombreux à mentionner les formalités et le coût de l’inscription6.

26Quant à ceux, minoritaires, qui mettent en avant le cadre peu attractif des bibliothèques, on peut penser qu’ils jugent ces dernières à l’aune des grandes médiathèques que l’on trouve aujourd’hui dans de nombreuses grandes villes.

  • 7 Voir notamment Rouet (François), op. cit.

27Les Français en âge d’être à la retraite sont, on l’a évoqué plus haut, les moins réceptifs à l’offre de lecture publique. Dans leur cas, d’autres freins s’ajoutent, en particulier leur moindre mobilité, mais aussi, probablement, le fait que la bibliothèque municipale soit aujourd’hui, à leurs yeux, un espace dans lequel les jeunes et les enfants tiennent beaucoup de place. En vingt ans, les bibliothèques ont ainsi vu reculer la fréquentation des inactifs âgés au profit des jeunes, de plus en plus nombreux à occuper les espaces rénovés7.

Du déficit d’intérêt aux insatisfactions à l’égard de l’offre de collections

28Entre le haut et le bas de l’échelle des catégories sociales, les freins à la fréquentation diffèrent sensiblement. Le seul qui est mis en avant par tous les actifs, quel que soit leur niveau de qualification, est le manque de temps (cité par 50 %). Les ouvriers, qui sont les moins attirés par les bibliothèques, justifient aussi leur faible fréquentation par le manque d’habitude et d’intérêt (près de la moitié d’entre eux). Ils évoquent, enfin, plus que la moyenne, le déficit de collections adaptées à leurs goûts, notamment en matière de disques et de films.

29À l’opposé, les cadres supérieurs évoquent surtout des contraintes qui limitent leur propension à profiter au maximum de l’opportunité du service de prêt. Les horaires d’ouverture sont pour eux une contrainte tout comme, pour certains, l’éloignement de la bibliothèque. Ils évoquent également, plus que la moyenne, les limites des collections n’offrant pas suffisamment de choix. À la différence des ouvriers, c’est le manque de diversité et d’abondance de l’offre qui est en cause plus que l’absence de registres correspondant à leurs goûts.

La prééminence de l’âge, du niveau de diplôme et de l’intensité de lecture

  • 8 On recourt à des programmes informatiques qui permettent de hiérarchiser le poids des différentes v (...)

30Beaucoup des facteurs sociodémographiques qui caractérisent les individus ont une incidence notable sur la fréquentation : l’âge, le sexe, le niveau de diplôme, la condition sociale. Ont-ils des impacts comparables ou certains pèsent-ils plus que d’autres ? Sont-ils à eux seuls suffisants pour expliquer les différences de niveaux de fréquentation déclarés par les individus ? Pour répondre à ces questions, il faut être en mesure de raisonner « toutes choses égales par ailleurs », par le biais d’analyses statistiques recourant aux méthodes économétriques8. C’est la démarche qui a été adoptée ici pour expliquer la propension à fréquenter ou non les bibliothèques et médiathèques municipales au moins une fois dans l’année.

Les déterminants sociodémographiques

  • 9 Les deux dimensions du niveau de diplôme et de la catégorie socioprofessionnelle de l’individu étan (...)

31On adopte, dans un premier temps, le modèle explicatif classique de la sociologie des pratiques culturelles développé par Pierre Bourdieu qui retient comme facteurs explicatifs cardinaux le capital social et le capital culturel des individus. On intègre à ce modèle toutes les variables de statut qui caractérisent la position sociale : l’âge, le sexe, le fait d’avoir des enfants, le lieu de résidence et le niveau de diplôme9.

32Si l’on s’en tient à ces dimensions, toutes se révèlent explicatives à l’exception du niveau de revenus du ménage : toutefois, le niveau de diplôme apparaît nettement plus déterminant que les autres pour expliquer la fréquentation des bibliothèques municipales. Le deuxième facteur explicatif est celui du genre, croisé avec le fait d’avoir ou non des enfants à charge : les femmes mères de famille ont une probabilité d’aller en bibliothèque deux fois supérieure à celle des hommes ayant des enfants à charge, mais aussi près de deux fois supérieure à celle des femmes sans enfants.

33Les autres facteurs pris en compte, l’âge et le lieu de résidence, contribuent également à expliquer la fréquentation, mais dans une moindre mesure. Pour l’âge, on constate chez les jeunes de moins de 20 ans une fréquentation significativement supérieure à celle des adultes de 35-54 ans, tandis qu’elle est significativement plus faible chez les 20-24 ans car ils fréquentent d’autres types de bibliothèques (bibliothèques d’étude, bibliothèques universitaires). En ce qui concerne les lieux de résidence, on confirme l’importance du seuil des 20 000 habitants, la probabilité de fréquentation étant nettement accrue dans les communes de taille plus importante. Rappelons que ce critère amalgame deux dimensions : l’effet du mode de vie – les citadins des grandes villes n’occupent pas leurs loisirs sur le même mode que les habitants des petites villes – et l’effet d’offre – les grandes médiathèques sont plus attractives que les bibliothèques petites ou moyennes.

Tableau 5-9. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères sociodémographiques.

Tableau 5-9. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères sociodémographiques.

Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.
Si le niveau d’études augmente, l’effet sur la fréquentation est positif, toutes choses égales par ailleurs ; si l’âge augmente, l’effet sur la fréquentation est négatif.

La dimension de l’offre

34La taille des établissements a un impact significatif sur la fréquentation, que celle-ci soit exprimée en superficie des locaux ou en effectif de personnel, notamment de catégories A et B. Sur la base des ajustements statistiques, la surface de la bibliothèque se révèle être le critère de taille le mieux corrélé à la fréquentation. L’importance des bibliothèques recoupant très étroitement le nombre d’habitants du lieu d’implantation, ces variables ont des pouvoirs explicatifs quasi équivalents. Toutes choses égales par ailleurs, la probabilité de fréquentation dans les communes dotées d’une grande bibliothèque de plus de 2 400 m2 est quatre fois supérieure à celle observée dans les communes dont la bibliothèque compte moins de 100 m2.

Les dimensions comportementales

  • 10 Compte tenu du profil des individus interrogés, le modèle recalcule s’ils sont usagers ou non-usage (...)
  • 11 Nous avons montré les limites des interprétations quand elles sont réduites aux critères de la csp (...)

35Le modèle fondé uniquement sur les caractéristiques de position sociale a une capacité prédictive peu élevée10. On doit en conclure que le pur déterminisme social, appréhendé à travers les variables sociodémographiques classiques, telles que la catégorie socioprofessionnelle, le revenu, la classe d’âge, ne parvient pas, à lui seul, à expliquer les pratiques de fréquentation des bibliothèques. Ce constat remet en question le primat de l’explication par la position sociale, du moins sous la forme stéréotypée qu’adoptent généralement les commentaires des enquêtes quantitatives11.

La dimension des pratiques : l’impact des centres d’intérêt

36Pour compléter le système explicatif, on s’intéresse à d’autres dimensions, notamment les facteurs comportementaux et les représentations. Il s’agit de tester si des caractéristiques comme le goût pour le livre, le fait d’avoir fréquenté des bibliothèques dans l’enfance ou encore l’image que l’on a des bibliothèques peuvent aider à prédire la fréquentation ou la non-fréquentation actuelle.

37Pour les dimensions comportementales, on retient comme facteurs explicatifs l’intensité de lecture (nombre de livres lus dans l’année), l’intensité d’écoute de la télévision (nombre d’heures d’écoute par semaine), l’intensité d’utilisation d’Internet (nombre d’heures de connexion par semaine), le goût pour la lecture de magazines, ainsi que la préférence donnée à des activités de loisir comme « s’occuper de son logement », « s’occuper de sa famille », « rencontrer des amis » ou « ne rien faire en particulier ». Toutes ces variables révèlent un lien significatif avec la fréquentation. Le facteur explicatif qui domine tous les autres est l’intensité de lecture : la fréquentation des bibliothèques municipales reste fortement dépendante du goût pour le livre. Un très grand lecteur (plus de 25 livres lus par an) a deux fois plus de chances qu’un faible lecteur (un ou deux livres par an) de fréquenter une bibliothèque municipale. Les autres facteurs explicatifs sont notamment le temps passé devant la télévision et devant l’ordinateur, deux activités particulièrement chronophages. Les Français qui regardent peu la télévision (moins de 7 heures par semaine) ont plus de chances de fréquenter les bibliothèques que ceux qui la regardent beaucoup (plus de 30 heures). Pour Internet, le constat est inversé : ceux qui utilisent Internet ont une probabilité plus grande d’aller en bibliothèque que ceux qui n’en n’ont pas l’usage. Toutefois, quand le temps passé devant l’ordinateur devient très important (plus de 15 heures par semaine), la probabilité de se rendre en bibliothèque régresse.

Tableau 5-10. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères de centres d’intérêt des individus.

Tableau 5-10. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères de centres d’intérêt des individus.

Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.

La dimension des représentations : l’impact de l’image des bibliothèques

38Les représentations que les Français se font des bibliothèques municipales ont un impact très déterminant sur la fréquentation. Ce modèle conforte les conclusions dégagées dans le chapitre précédent. Les images de grande librairie, d’espace de détente, d’espace culturel, d’espace multimédia sont des représentations proches qui nourrissent l’image que la majorité des Français se font de la médiathèque. Par rapport à ce cœur des représentations, les Français qui considèrent les bibliothèques comme un lieu pour étudier ont moins de chances de les fréquenter, de même que ceux qui retiennent les images d’un lieu de rencontre et d’un lieu pour les accros de la lecture.

39Ceux qui voient les bibliothèques comme des lieux plutôt austères ont, toutes choses égales par ailleurs, deux fois moins de chances de les fréquenter que ceux qui les voient comme des lieux plutôt attirants. Bien qu’il soit logique, ce déterminant n’est pas automatique : nombre de jeunes qui fréquentent assidûment les bibliothèques pour leurs études en parlent comme de lieux austères. Enfin, l’image spontanée, telle qu’elle apparaît au travers des réponses à la question ouverte, a également un impact significatif sur la fréquentation, principalement à travers l’opposition entre la dimension loisir et distraction et la dimension espace éducatif et recherche documentaire.

Tableau 5-11. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères d’image des bibliothèques.

Tableau 5-11. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères d’image des bibliothèques.

Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.

Un modèle synthétique de la fréquentation des bibliothèques municipales

  • 12 Taux de bons classements de 75 %, au lieu de 68 % (cf. supra).

40Un modèle réunissant les trois dimensions explorées – caractéristiques des personnes, centres d’intérêt et image des bibliothèques – montre que celles-ci s’imbriquent pour expliquer la fréquentation. Le pouvoir prédictif de ce modèle est plus élevé que celui du modèle fondé uniquement sur les caractéristiques sociodémographiques des individus12. On vérifie, par là même, que la fréquentation des bibliothèques municipales n’est pas qu’une question de capital social et culturel acquis via le milieu d’origine, les études et la position sociale, mais qu’elle est aussi, et pour beaucoup, une question d’affinité avec l’univers du savoir et de la culture proposé par les collections des établissements de la lecture publique.

41Toutes choses égales par ailleurs, l’intensité de lecture est bien le facteur le plus déterminant de la fréquentation des bibliothèques municipales. Ces dernières restent ancrées dans la tradition de la lecture pour tous. Le deuxième facteur explicatif tient à l’image que les Français se font des bibliothèques. Ceux qui les voient comme des espaces culturels inscrits dans l’univers du loisir ont plus de chance de les fréquenter que ceux qui ne se les représentent que comme l’univers du livre et du rapport studieux au savoir. Les dimensions structurelles ne viennent qu’au troisième rang, que ce soit la taille des communes ou des établissements, le sexe ou le niveau d’études. Les individus qui ont des enfants, les femmes plus particulièrement, risquent plus de fréquenter les bibliothèques, tout comme les habitants de communes de plus de 20 000 individus et ceux qui ont fait des études supérieures au moins égales à bac + 3. Enfin, quelques dimensions complémentaires reflétant les centres d’intérêt et l’expérience des bibliothèques acquise au cours de la scolarité exercent également une influence, bien que plus modeste. Une fois toutes ces dimensions prises en compte, il apparaît que les autres variables structurelles comme le revenu ou la catégorie sociale n’ont pas une influence aussi déterminante qu’on le pense habituellement. La question de la fréquentation est d’abord une question de niveau culturel et de centres d’intérêt avant d’être une question de classe sociale.

Tableau 5-12. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en mêlant les trois registres de critères.

Tableau 5-12. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en mêlant les trois registres de critères.

Guide de lecture : en gras, variables sociodémographiques ; en souligné, variables de centres d’intérêt ; en italique, variables d’image.
+ = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.

L’incidence des centres d’intérêt et des goûts des Français

42Le mode privilégié d’occupation des loisirs, la propension à se définir comme un « gros consommateur » de produits culturels et les préférences en matière de genres de livres, de musique et de films permettent d’approfondir la relation qui existe entre les centres d’intérêt des individus et les chances qu’ils ont de trouver un intérêt à la fréquentation des établissements de la lecture publique.

Les personnes qui privilégient les occupations domestiques ont moins de chance de fréquenter les bibliothèques.

43Pour un grand nombre d’usagers, la fréquentation des bibliothèques et médiathèques municipales est vécue avant tout comme une pratique de loisir. La dimension récréative des bibliothèques municipales est apparue souvent dans les entretiens qualitatifs préalables à la réalisation de l’enquête.

« La bibliothèque, c’est un loisir. »

« C’est une détente, je viens pour emprunter et lire des magazines sur place. J’emprunte surtout de la musique, j’aime bien être là pour feuilleter, bouquiner. Toutes les semaines je lis L’Auto-Journal : c’est un moment de tranquillité. »

« C’est lié à l’humeur du moment. »

44En confrontant les loisirs préférés des individus interrogés et l’habitude de fréquentation des bibliothèques, on voit se dessiner des tendances qui améliorent la compréhension des différences entre les Français usagers des bibliothèques municipales et ceux qui ne les fréquentent pas.

45C’est avec le goût pour l’étude que la fréquentation des bibliothèques municipales entretient le rapport le plus étroit (68 % des Français qui disent « aimer travailler ou étudier chez soi » fréquentent les bm).

46Vient ensuite le goût pour la culture qui se traduit par une relation forte entre le taux de fréquentation et l’ensemble des pratiques culturelles, soit, dans l’ordre : aimer visiter une exposition, un musée (65 % des Français qui privilégient ce type de loisir fréquentent les bm), aimer la lecture (53 %), aimer aller au cinéma et au spectacle (51 %).

47À l’inverse, le fait de privilégier des loisirs domestiques comme le bricolage et le jardinage va de pair avec un faible intérêt pour les bibliothèques municipales (parmi les Français qui mettent en avant ce type de loisir, seuls 24 % fréquentent les bm). Il en va de même chez ceux qui privilégient la télévision (seuls 26 % fréquentent les bm). D’une manière générale, les Français qui préfèrent consacrer leur temps libre à leur famille ou à se reposer sont moins enclins à fréquenter les bibliothèques (moins de 30 % fréquentent les bm).

48À travers la manière d’occuper le temps de loisir, se confirme une dimension déjà mise en évidence précédemment : la fréquentation des bibliothèques est une occupation d’actifs.

Tableau 5-13. Activité de loisir privilégiée et fréquentation des bibliothèques municipales (en %).

Tableau 5-13. Activité de loisir privilégiée et fréquentation des bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Les gros consommateurs de livres et d’Internet sont les plus grands utilisateurs des bibliothèques municipales.

49Les Français qui ne vont pas dans les bibliothèques municipales se caractérisent par des niveaux de consommation nettement plus faibles que la moyenne dans tous les registres de la culture à l’exception, notable, de la télévision. Les individus qui se définissent comme gros consommateurs de télévision ont une fréquentation des bibliothèques inférieure à la moyenne (32 % d’usagers, 19 % d’inscrits).

Tableau 5-14. Déclare être un gros consommateur de… (en %).

Tableau 5-14. Déclare être un gros consommateur de… (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 5-15. Déclare être un gros consommateur de…, selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 5-15. Déclare être un gros consommateur de…, selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

50Les résultats présentés dans le tableau confortent une conclusion déjà établie par l’enquête dll-sofres de 1997. Parmi les consommations culturelles, c’est bien la grande consommation de livres qui est la plus en affinité avec la fréquentation des bibliothèques municipales, alors que la grande consommation de télévision apparaît plutôt comme un frein. Parmi les individus qui se déclarent gros consommateurs de livres, plus d’un sur deux est allé dans une bibliothèque au cours des douze derniers mois (55 %), plus d’un sur trois est inscrit (38 %). Ce qui est plus nouveau, en revanche, c’est de constater que les internautes assidus ont également des taux de fréquentation élevés (45 % sont usagers, 24 % inscrits). Les craintes qu’a nourries le développement d’Internet ne sont pas véritablement fondées : comme on l’a déjà noté, l’univers encyclopédique que propose le réseau des réseaux fonctionne, à une échelle démultipliée, sur les mêmes principes que l’offre des médiathèques contemporaines.

51À l’opposé, le déficit de fréquentation le plus marqué (22 %) s’observe pour les individus qui ne privilégient aucune des consommations culturelles évoquées.

Le goût des inscrits pour le roman contemporain et la littérature

52En matière de livres, les Français interrogés dans le cadre de cette enquête plébiscitent d’abord les romans policiers ou d’espionnage (17 %) et les romans contemporains (16 %), puis, dans une moindre mesure, les livres d’histoire (13 %) et les romans de science-fiction ou fantastiques (8 %).

53Les goûts des usagers des bibliothèques municipales ne sont typés que sur quelques genres d’ouvrages. Les inscrits apprécient nettement plus que la moyenne les romans contemporains : 26 % privilégient ce genre en premier choix contre une moyenne de 16 %, soit un écart de dix points. Ils aiment également plus que la moyenne, mais dans une moindre mesure, la littérature classique (8 % contre 5 %) et les essais de sciences humaines (4 % contre 2 %). Cette attirance des inscrits pour les romans contemporains avait déjà été enregistrée en 1997 par l’enquête dll-sofres. Les usagers non inscrits et les anciens usagers montrent une grande proximité de goûts et expriment des préférences proches de la moyenne des Français. Quant aux non-usagers qui n’ont jamais fréquenté les bibliothèques et médiathèques municipales, ils ont un penchant plus prononcé pour les livres pratiques de cuisine, de bricolage ou de jardinage. Et une minorité significative, 17 % contre 7 % seulement en moyenne, ne préfère aucun genre de livres.

  • 13 Dans Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, il est noté que les « 27 % des lecteurs cit (...)

54La comparaison avec la liste des genres de livres préférés des Français telle que l’a établie l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997 permet d’apprécier, à huit ans d’écart, l’évolution des goûts. Si les Français lisent toujours, la lecture « noble », c’est-à-dire le goût pour les romans, régresse sensiblement (15,5 % en 2005, contre 19 % en 1997 et 21 % en 1989). Ce recul se trouve compensé par le succès des romans policiers ou d’espionnage (17 %), les livres sur l’histoire (12,5 %), les bandes dessinées (6,4 %). Il est particulièrement significatif de constater que les usagers inscrits des bibliothèques survalorisent le roman récent13 et la littérature classique, et que les anciens usagers sont ceux qui apprécient le plus les genres qui progressent – romans policiers, romans fantastiques, bandes dessinées. On pourrait en conclure que les anciens usagers ne trouvent pas suffisamment ce qu’ils aiment, tandis que les inscrits sont les plus en affinité avec les collections actuelles des bibliothèques.

Tableau 5-16. Genres de livres préférés (en %).

Tableau 5-16. Genres de livres préférés (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 5-17. Genres de livres préférés : l’évolution des goûts entre 1989 et 2005 (en %).

Tableau 5-17. Genres de livres préférés : l’évolution des goûts entre 1989 et 2005 (en %).

Source : Pratiques culturelles des Français (pcf) et dll-crédoc 2005.

55Les Français qui sont les plus attirés par les bibliothèques et que l’on peut donc considérer comme le plus en affinité avec leur offre, sont ceux qui apprécient particulièrement les essais, le roman contemporain, la littérature classique, les livres d’art. À l’évidence, ces goûts sont en phase avec l’orientation traditionnelle des collections des bibliothèques municipales. En revanche, les Français qui préfèrent les albums de bandes dessinées ou les livres pratiques et techniques sont moins portés à fréquenter les bibliothèques. Ces documents y sont pourtant présents de manière non négligeable, du moins dans les grands établissements, mais il faut admettre que l’image des bibliothèques reste traditionnellement attachée aux humanités. Comme l’a montré l’approche qualitative préalable à l’enquête, une large part de la population, en particulier celle dont les goûts va vers des lectures ancrées dans le divertissement, la détente et l’utilité au quotidien, n’appréhende pas clairement l’éventail de ce qu’offrent les bibliothèques municipales d’aujourd’hui. Le poids de la culture sérieuse et savante occulte encore très largement l’effort d’ouverture auquel s’attachent les bibliothécaires.

Tableau 5-18. Genres de livres préférés selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 5-18. Genres de livres préférés selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Le goût des usagers pour les musiques du monde, le jazz, la musique classique

56En matière de musique, les Français de 15 ans et plus aiment avant tout les chansons et les variétés françaises (38 % les citent en premier). Ce goût est plus affirmé encore chez les non-usagers qui n’ont jamais fréquenté les bibliothèques municipales (42 %). Ces derniers ont une attirance un peu plus forte pour la musique folklorique ou traditionnelle (5 %, contre 2,5 % en moyenne). Les anciens usagers montrent une proximité très grande avec la moyenne des goûts des Français et ne survalorisent aucun genre en particulier.

Tableau 5-19. Genres de musique préférés (en %).

Tableau 5-19. Genres de musique préférés (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

57Tout en restant en premier lieu amateurs de chansons et variétés françaises, les usagers inscrits ont des goûts musicaux un peu plus affirmés que la moyenne pour les musiques du monde, la musique classique et le rock. En revanche, les inscrits apprécient moins les variétés internationales, le rap, le hard-rock. Quant aux usagers non inscrits, ils ont une attirance pour les musiques du monde (13 %, contre une moyenne de 9 %), mais également pour le jazz (9 %, contre une moyenne de 4 %).

58L’enquête révèle que ce sont les amateurs de jazz, de musique du monde, de rock, ainsi que de musique classique qui sont le plus en affinité avec l’offre des bibliothèques municipales.

59En revanche, les Français qui aiment surtout la musique de variété, française et étrangère, le hard rock et les genres voisins, les musiques de films ou d’ambiance, ou la musique folklorique, sont beaucoup plus éloignés de la fréquentation des bibliothèques. Les oppositions entre ces registres paraissent déterminées par deux dimensions différentes : l’opposition entre musique savante et musique populaire d’une part, les différences générationnelles d’autre part entre le public plus âgé (amateur de jazz, de rock notamment) et le public jeune (porté vers les genres nouveaux de la « world music »).

60On peut se demander si l’offre des bibliothèques municipales ne privilégie pas les genres musicaux qui sont en phase avec les goûts des plus de trente ans : de là les critiques récurrentes des jeunes publics, évoquées plus haut, sur l’insuffisance de l’offre de cd de musique.

Tableau 5-20. Genres de musique préférés selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 5-20. Genres de musique préférés selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Le goût des usagers pour les films d’auteur

  • 14 Toutefois, les listes utilisées diffèrent sur un point : l’ajout en 2005 du genre du film documenta (...)

61Enfin, en ce qui concerne les films, les Français apprécient en priorité les films comiques (21 % d’entre eux), les films d’action (16 %), les films documentaires (16 %), notamment animaliers, et les films policiers (11 %). La comparaison avec la liste des genres de films préférés utilisée par l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997 montre que les évolutions sont minimes, en dehors du moindre intérêt pour les films comiques (21 % d’entre eux en 2005, contre 29 % en 1997)14.

62Les goûts des usagers inscrits se focalisent sur les films d’auteur (10 % privilégient ce genre en premier choix, contre 5 % pour la moyenne des Français) et les films ou comédies dramatiques (10 % contre 5 %). Ils apprécient moins que la moyenne les films d’action et les films policiers. Les usagers non inscrits aiment eux aussi les films d’auteur ainsi que les films de science-fiction et les films d’aventure, au détriment des films documentaires : ces goûts vont de pair avec un public plus jeune. Enfin, les anciens usagers se différencient par un goût plus affirmé pour les films documentaires (18 %) et les films d’action (17 %) : ils sont, par ailleurs, plus rétifs que la moyenne aux films d’auteur (seuls 3 % les citent).

Tableau 5-21. Genres de films préférés.

Tableau 5-21. Genres de films préférés.

Source : dll-crédoc 2005.

63Les Français qui apprécient avant tout la dimension créatrice du cinéma (films d’auteur) et les films traitant de sujets graves ou sérieux (comédies dramatiques, drames) sont ceux qui sont le plus portés à fréquenter les bibliothèques. Il serait exagéré, néanmoins, d’en conclure qu’ils vont dans ces dernières principalement pour y trouver et emprunter ce type d’œuvre.

64À l’opposé, les individus qui dans la production cinématographique recherchent principalement les films d’action, les films policiers ou d’espionnage, ont des goûts culturels qui les portent moins vers les bibliothèques. Au stade actuel de développement des collections de vidéogrammes, ils ont, de fait, peu de chance de trouver une offre importante dans ce registre de films.

65Plus globalement, ces résultats permettent de cerner le degré d’adéquation qui existe entre les goûts culturels et l’offre des bibliothèques municipales. Il apparaît clairement que tout l’éventail des goûts n’est pas satisfait par les établissements de lecture publique. Il y a à cela au moins deux raisons : pour une part, le contenu des collections est insuffisamment connu, plus particulièrement dans les fonds d’ouvrage ; mais, pour une autre part, les choix de collections des établissements réservent, de fait, une place mineure à un certain nombre de genres qui relèvent de la culture de divertissement, de la culture populaire et de la culture jeune.

66Cette situation est, pour une large part, le résultat d’options fondées sur des exigences de qualité dans les acquisitions auxquelles procèdent les établissements. Il est propable, néanmoins, que ce processus contribue à refermer la fréquentation sur la fraction de la population la plus en phase avec les canons classiques de la culture.

Tableau 5-22. Genres de films préférés selon le type de fréquentation.

Tableau 5-22. Genres de films préférés selon le type de fréquentation.

Source : dll-crédoc 2005.

67Au terme de ce chapitre se confirme un constat qui a déjà été établi par de nombreuses enquêtes sur les pratiques culturelles : la non-fréquentation des bibliothèques municipales au cours de la vie est associée à une consommation importante de télévision et à un déficit d’équipement et de consommation de produits culturels (livres, magazines, musique, films, Internet…). Ces caractéristiques sont plus nettement accusées dans les milieux sociaux ouvriers. La non-fréquentation va de pair avec des goûts plus populaires, tels que les livres sur l’histoire, la variété française, la musique folklorique, les films d’action. Elle est plus fréquente dans les classes d’âge les plus élevées du fait des différences générationnelles. Toutefois, la fréquentation parmi les Français de plus de 65 ans devrait progresser à mesure du renouvellement générationnel.

68Les Français qui sont d’anciens usagers des bibliothèques ont un profil sociologique et comportemental « moyen », en particulier un niveau d’équipement domestique et des formes de loisir conformes à la moyenne de la population française de plus de 15 ans. Néanmoins, leur consommation de télévision est un peu supérieure à la moyenne, leur intensité de lecture un peu plus faible, et leurs goûts les éloignent de la culture élitaire (le roman, le film d’auteur). Ils privilégient des genres plus accessibles (romans policiers, bandes dessinées, films d’action et documentaires). Par rapport à ces derniers, les Français qui s’inscrivent pour emprunter dans les bibliothèques municipales ont un profil en tout point opposé. Leur forte attirance pour la lecture et leur grande consommation de livres vont de pair avec une moins grande consommation de télévision. Leur système de goûts en matière de livres, de musiques et de films traduit leur attachement à la création artistique et à la culture la plus reconnue. De ce fait, les usagers inscrits sont les plus en phase avec le contenu des collections constituées par les bibliothèques municipales.

69Enfin, contrairement à ceux qui acquièrent une carte pour emprunter, les usagers non inscrits sont moins axés sur la lecture et consomment moins de livres. Mais leur taux d’équipement domestique est aussi important et ils préfèrent, pour leurs achats culturels, les librairies et les grandes surfaces spécialisées aux hypermarchés. Les usagers non inscrits se distinguent, par ailleurs, par leur forte consommation de magazines et leur attrait pour Internet. À la musique classique, ils préfèrent le jazz ou encore le rap. Ces goûts sont plus en phase avec l’offre des grandes médiathèques récentes où au même endroit « on peut avoir une bibliothèque, une discothèque et une cinémathèque et tout ça fait une médiathèque ». Cette attractivité les pousse à fréquenter les grands établissements plutôt que les bibliothèques de proximité aux collections plus limitées et à l’ambiance souvent plus traditionnelle.

70L’avenir des médiathèques se situe-t-il du côté des registres privilégiés par les inscrits ou du côté des goûts plus populaires et plus éclectiques des usagers non inscrits ? Dans leur ensemble, les usagers sont bien conscients que l’enrichissement des collections doit pouvoir répondre à des attentes très diverses et que cela oblige les bibliothécaires à maintenir un relatif équilibre entre offre de savoir et offre de divertissement. Le plus souvent, les usagers appellent de leurs vœux un large éventail de genres différents qui donne le sentiment que la bibliothèque municipale permet une liberté de choix, sans volonté de prescription particulière, entre « des romans légers et d’autres moins légers », entre « Lorie et Berlioz », bref, « un bon mix entre les classiques et les nouveautés ».

« On doit trouver de tout. Peu importe qui demande, il faut acquérir ce que les gens demandent. »

71Une éthique de la neutralité doit pouvoir s’exprimer dans la constitution des collections.

« La bibliothèque se veut apolitique et neutre. »

« On n’a pas tous les mêmes centres d’intérêt : ce qui est bien dans une bibliothèque, c’est que toutes les opinions s’expriment. »

72L’usager attend des bibliothécaires qu’ils tiennent leur rôle d’aiguilleur.

« L’intérêt, c’est la connaissance : la bibliothèque doit avoir un rôle d’ouverture, même sans l’assentiment de tout le monde. »

73Pour autant, l’abondance de l’offre ne doit pas devenir synonyme de collections dormantes.

« Les jeunes ne savent pas qu’il y a des livres sur le hip-hop, des livres pour faire des exposés, des livres sur la peinture, sur le foot, le vélo... »

74Que la bibliothèque fasse connaître ce qu’elle acquiert, à travers des présentations attrayantes, constitue une forte attente.

« Il faut valoriser les acquisitions : on ne sait même pas ce qu’ils achètent. »

75De même, « il faut dire qu’il y a des bd, des cd, des dvd », et il faut éviter de faire perdurer « la discrimination entre les livres et le reste ».

« On fait venir des enfants et des ados dans ce lieu où il y a beaucoup de choses, et tout le monde ne leur parle que du livre. Pourquoi, alors qu’il y a aussi des vidéos, de la musique ? »

« En quoi le livre serait supérieur à la vidéo ? Le film c’est de la culture aussi ! »

« Dans médiathèque il y a le mot “média”, ça veut dire plus “information”. C’est plus de possibilités, alors que la bibliothèque c’est juste le livre. »

« La médiathèque, ce n’est pas centré sur les livres : c’est la culture dans sa diversité. »

76La grande mutation des bibliothèques n’est manifestement pas achevée. L’enquête réalisée en 2005 met clairement en évidence la permanence du caractère central du livre dans l’offre de culture des bibliothèques municipales. Le livre reste un repère déterminant dans la structuration de la représentation sociale de la bibliothèque. Mais l’enquête pointe aussi la permanence du caractère fortement élitaire de la culture livresque. Pourtant, dans ce paysage, la mutation que représente le modèle de la médiathèque sème les germes d’une relation plus large et plus ouverte socialement à la culture. Cet élargissement, les usagers l’appellent de leurs vœux. Pour le public, les bibliothèques municipales se doivent d’œuvrer à « désacraliser la culture » et à construire des lieux où son accès est « plus adapté à la société d’aujourd’hui ». Très souvent encore, pour une majorité de Français, la bibliothèque, « c’est facile d’accès, mais il faut être initié ».

Notes

1 Ces indices ne neutralisent pas l’effet homme/femme qui peut avoir un impact non négligeable dans la comparaison avec les publics des cinémas et des concerts, proches de la parité. En effet, les publics des bibliothèques, comme ceux des théâtres et des musées, sont plus fortement féminins. Or, indépendamment du taux de pratique, la proportion de femmes est plus faible que celle des hommes parmi les cadres, et parmi les ouvriers. Un redressement des données pour neutraliser l’effet homme/femme aurait pour effet, pour les bibliothèques, d’élever fortement l’indice ouvrier versus moyenne et un peu l’indice cadre versus moyenne.

2 Les revenus pris en compte sont les revenus mensuels nets du foyer incluant toutes les sources de revenus, y compris les prestations sociales.

3 Les résultats de cette classe sont moins fiables que les autres dans la mesure où ils sont établis sur un très petit effectif (45).

4 La comparaison des taux de fréquentation selon le diplôme du père et celui de l’individu ne s’interprète pas aisément. Il faut en effet prendre en considération l’élévation du niveau scolaire d’une génération à l’autre, processus qui a été très puissant au cours des trente dernières années. De ce fait, on ne peut placer sur le même plan le niveau d’études du père et celui de l’individu : un individu qui a arrêté ses études après avoir obtenu le bac a moins de chances de fréquenter les bibliothèques qu’un individu dont le père avait obtenu le bac trente ans plus tôt.

5 Dans l’échantillon des 2001 personnes interrogées, 427 ont déclaré parler ou avoir parlé une langue autre que le français avec leurs parents. Dans 101 cas, la langue mentionnée est une langue régionale des territoires français (alsacien, breton, occitan, créole…). Il reste 326 cas de langues étrangères proprement dites, parmi lesquelles les plus représentées sont l’arabe (84 cas), l’espagnol (46), l’anglais (42), l’allemand (37), le portugais (29), l’italien (27), les autres langues européennes (26), les langues asiatiques (19) et les langues africaines (15).

6 Voir « Les contraintes de l’emprunt », in « Droits d’usages. Les usagers non inscrits des bibliothèques municipales », Les Bibliothèques municipales et leurs publics, op. cit., p. 190-192.

7 Voir notamment Rouet (François), op. cit.

8 On recourt à des programmes informatiques qui permettent de hiérarchiser le poids des différentes variables en partant d’une base neutralisée (comme on l’a fait précédemment, par exemple, pour neutraliser l’incidence des différences homme/femme).

9 Les deux dimensions du niveau de diplôme et de la catégorie socioprofessionnelle de l’individu étant fortement corrélées entre elles, on ne retient que la variable la plus explicative, à savoir le niveau de diplôme.

10 Compte tenu du profil des individus interrogés, le modèle recalcule s’ils sont usagers ou non-usagers : sa prévision est correcte dans 68 % des cas, erronée dans 32 % des cas. Ce pourcentage n’est pas très satisfaisant.

11 Nous avons montré les limites des interprétations quand elles sont réduites aux critères de la csp et du niveau de diplôme dans nos analyses tirées du traitement secondaire des données de l’enquête Pratiques culturelles des Français de 1997. Cf. Maresca (Bruno) et Courel (Jeremy), « Élaboration d’indicateurs de l’offre culturelle par unité urbaine », crédoc, Cahier de recherche, n° 157, mars 2001.

12 Taux de bons classements de 75 %, au lieu de 68 % (cf. supra).

13 Dans Pratiques culturelles des Français : enquête 1997, il est noté que les « 27 % des lecteurs citent en premier les romans autres que policiers et d’espionnage », ce pourcentage étant remarquablement proche de celui des usagers inscrits en bibliothèque municipale pour l’année 2005 (26 %).

14 Toutefois, les listes utilisées diffèrent sur un point : l’ajout en 2005 du genre du film documentaire. Ce genre étant le deuxième retenu après le film comique par 16 % des répondants, il capte manifestement une partie des réponses qui se portaient en 1997 sur le genre majeur.

Table des illustrations

Titre Tableau 5-1. Rythme de fréquentation selon l’activité (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5-2. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la profession (effet homme/femme neutralisé, en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 5-3. Comparaison des taux de pratique par catégories sociales pour les sorties culturelles, en 2005 (en %).
Légende Champ : personnes de 15 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Graphique 5-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de revenus (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 5-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction du niveau de diplôme de l’individu (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005. (n = 2001)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 5-6. Pourcentage d’individus dont un membre au moins du foyer possède une carte, selon le niveau d’études (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 5-7. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la langue parlée avec les parents (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5-8. Tableau récapitulatif : fréquentation selon le sexe, l’âge, la PCS, la taille de l’agglomération et le niveau d’études (en %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 5-9. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères sociodémographiques.
Légende Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.Si le niveau d’études augmente, l’effet sur la fréquentation est positif, toutes choses égales par ailleurs ; si l’âge augmente, l’effet sur la fréquentation est négatif.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 5-10. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères de centres d’intérêt des individus.
Légende Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 5-11. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en fonction des seuls critères d’image des bibliothèques.
Légende Guide de lecture : + = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5-12. Modélisation de la fréquentation des bibliothèques municipales en mêlant les trois registres de critères.
Légende Guide de lecture : en gras, variables sociodémographiques ; en souligné, variables de centres d’intérêt ; en italique, variables d’image.+ = effet positif sur la fréquentation, - = effet négatif, + ou - = effet positif ou négatif selon la modalité de la variable.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 5-13. Activité de loisir privilégiée et fréquentation des bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Tableau 5-14. Déclare être un gros consommateur de… (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5-15. Déclare être un gros consommateur de…, selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 5-16. Genres de livres préférés (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 5-17. Genres de livres préférés : l’évolution des goûts entre 1989 et 2005 (en %).
Légende Source : Pratiques culturelles des Français (pcf) et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 5-18. Genres de livres préférés selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau 5-19. Genres de musique préférés (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 5-20. Genres de musique préférés selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Tableau 5-21. Genres de films préférés.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 5-22. Genres de films préférés selon le type de fréquentation.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/190/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access