Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet

 | 
Bruno Maresca

Chapitre IV. L’impact de l’offre des bibliothèques

Texte intégral

  • 1 Cette vision, qui imprègne le monde professionnel de la culture, se nourrit des publications et des (...)

1Dans la présentation faite jusqu’ici de l’évolution de la fréquentation des bibliothèques, on a peu considéré l’incidence de l’offre et des transformations de celle-ci au fil du temps. En France, on part souvent du principe que le développement des pratiques culturelles procède principalement de la capacité des individus à entretenir par eux-mêmes un commerce avec le monde du savoir et de l’art après avoir été initiés par le cursus éducatif (familial et scolaire)1. L’offre, c’est-à-dire le travail des institutions culturelles pour rendre accessibles et attractifs le savoir et la culture, est rarement considérée comme un déterminant majeur de la pratique. On continue de penser que l’accès à l’œuvre d’art et au savoir est essentiellement le fruit d’une démarche personnelle qui requiert effort et apprentissage, plutôt que l’effet d’une attraction exercée par la mise en scène de l’offre culturelle. À la différence d’autres traditions, notamment anglo-saxonnes, la culture reste fortement dissociée en France du divertissement et on répugne le plus souvent à penser le rapport que le public entretient avec cet univers selon les schémas de la consommation de loisir. La lecture publique n’échappe pas à ce schéma général.

2Les évaluations de la démocratisation de l’accès à la culture ont, en France, quelque chose de paradoxal. On salue le renouveau des musées sans savoir combien il existe d’établissements muséographiques dans l’Hexagone, on s’interroge sur l’économie du spectacle sans être en mesure de préciser si le nombre de salles de théâtre et de concert régresse ou s’élargit, on parle du développement de l’enseignement artistique spécialisé sans parvenir à établir combien la France compte d’écoles de musique, de danse, d’art dramatique et d’arts plastiques... Dernier paradoxe, qui n’est pas le moindre, il n’y a que le cinéma, seul secteur de la culture entièrement marchand, pour contrôler avec précision le nombre de salles et de sièges existants ainsi que le nombre de programmes diffusés annuellement sur l’ensemble du territoire. Or qui pourrait nier aujourd’hui que la fréquentation du cinéma, et donc l’économie de la filière cinématographique, sont directement dépendantes de l’importance et du succès de l’offre de films ?

3Dans l’évolution à la hausse de la fréquentation des bibliothèques, tout porte à penser que le très important processus de modernisation des établissements qui s’est amplifié au cours des années 1990 a joué un rôle déterminant. La diffusion sur tout le territoire du modèle de la médiathèque a opéré une révolution dans l’attractivité que les bibliothèques sont en mesure d’exercer sur le grand public. Pour autant, on ne sait dire au juste combien d’établissements nouveaux ont été créés ni combien de bibliothèques traditionnelles ont été transformées en médiathèques. Dans le débat qui s’est noué en 2003 dans le Bulletin des bibliothèques de France pour tenter d’interpréter l’évolution supposée à la baisse de l’audience des bibliothèques municipales, la question du nombre et du rayonnement des établissements n’est pas vraiment prise en considération. Or, si l’on néglige cette dimension, on conforte l’analyse qui voudrait que les variations de la fréquentation ne soient que la manifestation de phénomènes comportementaux individuels indépendants des mutations de l’offre.

  • 2 Gautier-Gentès (Jean-Luc), « Refonder les bibliothèques municipales : préliminaires », Bulletin des (...)
  • 3 On ne dispose pas du chiffre précis du nombre de bibliothèques existant en France, ni aujourd’hui n (...)

4Il est pourtant indispensable de s’interroger sur l’évolution du nombre de bibliothèques dans l’Hexagone pour évaluer dans quelle mesure la progression de la fréquentation suit ou non l’élargissement du réseau de la lecture publique. Si l’on retient les chiffres publiés par le ministère de la Culture et généralement repris par les professionnels, « le nombre des bibliothèques a plus que triplé depuis 19802 ». Une telle expansion du réseau peut expliquer à elle seule la progression de fréquentation attestée par les résultats de l’enquête dll-crédoc de 2005. Mais est-on vraiment en mesure d’affirmer qu’en 1980 le nombre de bibliothèques ne dépassait pas un millier et que depuis la fin des années 1990 leur nombre a continué de progresser3 ?

L’incidence de l’offre sur la fréquentation

Un lieu culturel accessible à la grande majorité des Français

  • 4 Dans les communes rurales, 28 % des enquêtés indiquent qu’il n’existe pas de bibliothèque dans leur (...)
  • 5 Pour les salles de cinéma, chiffres 2005 tirés de Géographie du cinéma, cnc, septembre 2006. À la d (...)

5Les efforts engagés depuis trois décennies pour multiplier les bibliothèques municipales sur l’ensemble du territoire national font qu’aujourd’hui le lieu de résidence est un facteur moins discriminant en matière de fréquentation que pour d’autres pratiques culturelles, qu’il s’agisse des musées ou des théâtres. Pour mesurer l’importance de la diffusion des bibliothèques municipales, la comparaison avec le cinéma est éclairante. Au-delà de 50 000 habitants, 97 % des villes comptent une ou plusieurs salles de cinéma et, dans la même proportion, au moins une bibliothèque. En revanche, dans les communes de plus petite taille, la bibliothèque est un équipement beaucoup plus fréquent que la salle de cinéma4. De ce fait, la proportion de Français qui déclarent que leur commune possède une bibliothèque municipale atteint 85 %, alors qu’ils ne sont que 50 % à résider dans une commune possédant au moins une salle de cinéma5.

6Toutefois, il existe de grandes disparités de niveau d’équipement, en fonction de l’importance des communes. Les écarts de taux et de types de fréquentation découlent en partie des inégalités de l’offre : les médiathèques qui ont été ouvertes au cours des dix dernières années ont contribué à gonfler le public qui ne s’inscrit pas. Il est vraisemblable qu’elles contribuent aussi à déplacer la fréquentation des petites communes vers les centres, conduisant mécaniquement à accroître la part des usages sans inscription dans les plus gros établissements.

7À ces disparités s’ajoute l’effet du multi-équipement. Au-delà de 20 000 habitants, au moins 30 % des villes combinent aujourd’hui des bibliothèques classiques de quartier et une grande médiathèque centrale. Le seuil des 20 000 habitants sépare très nettement les communes ne bénéficiant que de petites bibliothèques (moins de 500 m2) avec très peu de personnel (moins de trois agents) de celles qui disposent d’un établissement important.

Graphique 4-1. Existence d’une bibliothèque municipale selon les individus interrogés et selon les informations de la dll (en %).

Graphique 4-1. Existence d’une bibliothèque municipale selon les individus interrogés et selon les informations de la dll (en %).

Source : dll-crédoc 2005 et données dll.

8Guide de lecture : 72 % des personnes qui habitent dans une commune de moins de 5 000 habitants ont déclaré qu’il y avait une bm dans leur commune.

9Selon les informations de la dll, 67 % des personnes de l’échantillon qui habitent dans une commune de moins de 5 000 habitants disposent d’une bm dans leur commune.

L’importance de la proximité

10La bibliothèque est un équipement connu de la grande majorité de la population. Les trois quarts des Français de plus de 15 ans savent précisément où se trouve la bibliothèque la plus proche (76 % d’entre eux), y compris dans les communes de moins de 5 000 habitants. Cette proportion est également majoritaire parmi les non-usagers (67 %) et, dans une moindre mesure, parmi les personnes qui ne sont jamais allées dans une bibliothèque municipale (59 %).

  • 6 Il s’agit de durées de trajet tous moyens de locomotion confondus.

11Si la bibliothèque fait partie des équipements de la commune aussi bien identifiés que les écoles, c’est en grande partie parce que c’est un lieu de proximité : 80 % des Français âgés de plus de 15 ans qui déclarent avoir une bibliothèque municipale dans leur commune évaluent à dix minutes au maximum le temps nécessaire pour s’y rendre. La proximité est plus grande dans les petites communes équipées : la majorité des habitants des communes de moins de 20 000 habitants accèdent à la bibliothèque en cinq minutes au maximum, mais plus souvent en voiture qu’à pied. Dans les communes plus grandes, le temps moyen d’accès est supérieur – un quart des habitants l’estiment supérieur à dix minutes6 – mais, en moyenne, l’éloignement ne s’accroît pas beaucoup avec la taille de la ville. Toutefois, le temps d’accès aux plus grandes bibliothèques (celles de plus de 2 400 m2) est significativement plus long, signe que leur rayonnement est plus large.

  • 7 Pour ces derniers, il s’agit, dans 3 % des cas, de la commune du lieu de travail ou d’étude.

12Dans les zones urbaines, il existe souvent une possibilité de choix entre plusieurs bibliothèques dans la même commune, mais aussi entre bibliothèques de communes voisines. Néanmoins, la majorité des usagers des bibliothèques municipales privilégient la proximité géographique : 61 % d’entre eux fréquentent essentiellement la plus proche de leur domicile. Seuls 14 % choisissent une bibliothèque plus éloignée dans leur commune et 23 % celle d’une autre commune7.

13La proximité va de pair avec la facilité d’accès, notamment pour les enfants. Pour la majorité des usagers, la bibliothèque municipale est perçue, à l’égal de l’école, comme un lieu proche et familier dans lequel les collégiens peuvent se rendre sans être accompagnés. En effet, 66 % des Français ayant des enfants de 12 à 14 ans les laissent (ou les laisseraient) aller seuls à la bibliothèque municipale. C’est bien la proximité plutôt que la taille des établissements qui favorise l’autonomie des jeunes. Si la bibliothèque se situe à moins de trois minutes de leur foyer, 85 % des parents sont disposés à laisser leurs enfants y aller seuls, alors qu’ils ne sont que 50 % à le faire si elle se trouve à plus de vingt minutes. On constate que c’est dans les grandes villes de province (plus de 100 000 habitants) et dans les villes de la région parisienne que la proportion de jeunes autonomes (ayant la permission de se rendre seuls à la bibliothèque) est la plus grande.

Tableau 4-2. Connaissance de la localisation de la bibliothèque municipale en fonction de l’âge (en %).

Tableau 4-2. Connaissance de la localisation de la bibliothèque municipale en fonction de l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 4-3. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée selon la taille de la commune de résidence (en %).

Tableau 4-3. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée selon la taille de la commune de résidence (en %).

Source : dll-crédoc 2005. (n = 1606, personnes ayant déclaré qu’il y a une bibliothèque municipale dans leur commune).

L’impact du lieu de résidence sur la fréquentation

14Le lieu de résidence paraît moins discriminant que d’autres caractéristiques socio-démographiques comme le sexe ou l’âge, mais il influe néanmoins sur les taux de fréquentation et d’inscription en bibliothèque. Cet impact s’explique par la conjonction de la présence ou non de bibliothèques dans la commune, par la taille et le nombre de celles-ci quand il en existe, par leur proximité et leur degré d’attractivité. Plus faible dans les communes de moins de 20 000 habitants, la fréquentation est plus élevée que la moyenne dans les communes de l’agglomération parisienne (y compris Paris) : elle y touche 44 % des habitants de plus de 15 ans, contre 28 % dans les communes de moins de 20 000 habitants. Quant à l’inscription, elle varie entre 28 % pour l’agglomération parisienne et 16 % dans les communes de moins de 20 000 habitants.

15Ce seuil de 20 000 habitants a un impact également sensible sur la proportion de Français qui ne sont jamais allés dans une bibliothèque (36 %, contre 22 % dans les communes de plus de 20 000 habitants). On doit imputer cet effet aux caractéristiques de l’offre mais aussi à la moyenne d’âge de la population et à l’éloignement.

Tableau 4-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la catégorie de commune (en %).

Tableau 4-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la catégorie de commune (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

Graphique 4-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la commune en 1997 et 2005 (en %).

Graphique 4-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la commune en 1997 et 2005 (en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

16Comparé à l’enquête dll-sofres de 1997, le taux de fréquentation en fonction de la taille de la commune montre, en huit ans, des évolutions très significatives. Dans les communes de moins de 20 000 habitants, le nombre d’inscrits a stagné et le nombre total d’usagers n’a que légèrement progressé (+ 5 %). En revanche, dans les villes moyennes de 20 000 à 100 000 habitants, la proportion d’usagers s’est notablement accrue (+ 15 %), y compris celle des inscrits (+ 4 %). Cette progression forte des usagers caractérise également les communes de l’agglomération parisienne (+ 14 %). En comparaison, les grandes villes, déjà bien équipées en grandes médiathèques, n’ont pas vu progresser leur nombre d’inscrits, même si le public des non-inscrits s’est élargi (+ 10 %).

  • 8 Cf. Maresca (Bruno), « L’intensité de la consommation culturelle, signe d’urbanité », in Donnat (Ol (...)

17En accusant le trait, la situation observée en 2005 se révèle notablement différente de celle de 1997. Il y a dix ans, on pouvait penser à une progression régulière du taux d’inscrits et d’usagers en fonction de la taille de la commune de résidence. Un tel résultat, fréquemment observé dans les pratiques culturelles, s’interprète comme la combinaison de deux effets : des équipements dont la taille et l’attractivité augmentent tendanciellement avec l’importance des villes et des modes de vie qui tendent à privilégier plus systématiquement les loisirs culturels quand le degré d’urbanité des espaces résidentiels est plus marqué8.

18En 2005, les différences de fréquentation apparaissent plus tranchées entre la France des bourgs et des campagnes et celle des villes, pour reprendre des catégories de classement de la population qui relèvent d’une vision ancienne des différences territoriales. Dans les communes de moins de 20 000 habitants, la fréquentation des bibliothèques municipales concerne moins de 30 % de la population et le nombre d’inscrits dépasse à peine 15 %. Dans les communes urbaines de plus de 20 000 habitants, 40 % au moins de la population utilisent les bibliothèques et 22 % au moins y sont inscrits. Un processus d’homogénéisation du taux de fréquentation paraît être à l’œuvre pour les villes accédant à de grands équipements de type médiathèque. Ce processus risque de défavoriser les populations des petites communes qui n’ont pas les moyens de se doter d’équipements de cette dimension.

  • 9 Les données de ces tableaux ont été fournies par la dll ou par les bibliothèques concernées. Dans q (...)

Les caractéristiques des bibliothèques dans les communes où s’est déroulée l’enquête
Les 2 001 individus interrogés pour l’enquête ont été sélectionnés dans 352 communes, parmi lesquelles sept arrondissements de Paris. La collecte des caractéristiques des bibliothèques de ces 352 communes a été assurée par la dll et le crédoc. Les tableaux ci-dessous livrent les informations pour la plupart des communes à quelques exceptions près9.

Tableau 4-6. Répartition des individus interrogés selon les caractéristiques des bibliothèques municipales (en %).

Tableau 4-6. Répartition des individus interrogés selon les caractéristiques des bibliothèques municipales (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : 21,3 % des personnes enquêtées habitent des communes disposant d’une bibliothèque ou d’une médiathèque de plus de 2 400 m² ; 12,1 % des personnes interrogées habitent des communes dont la (ou les) bibliothèque(s) fonctionne(nt) avec plus de 30 agents de catégories A et B.

Tableau 4-7. Caractéristiques des bibliothèques dans les communes où s’est déroulée l’enquête (données fournies par la dll ou par les bibliothèques concernées).

Tableau 4-7. Caractéristiques des bibliothèques dans les communes où s’est déroulée l’enquête (données fournies par la dll ou par les bibliothèques concernées).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : 13,9 % des bibliothèques, dans les communes où s’est déroulée l’enquête, ont une surface supérieure à 2 400 m2 ; 7 % fonctionnent avec plus de 30 agents.

La taille des établissements

19Pour évaluer l’impact de l’offre sur la fréquentation, il faut tenir compte des caractéristiques des bibliothèques dans les 352 communes où s’est déroulée l’enquête.

L’importance des moyens en personnel

20On apprécie la taille des bibliothèques sur deux critères : la surface des locaux et le nombre d’agents, en distinguant les catégories A, B et C. Le critère de la taille de l’établissement est nettement discriminant : dans les communes dont les bibliothèques disposent de moins de 100 m², la fréquentation est inférieure à 30 % ; cette dernière augmente régulièrement avec la taille, allant jusqu’à près de 42 % pour les communes possédant une bibliothèque de plus de 2 400 m².

21L’investissement des collectivités territoriales dans les bibliothèques s’apprécie encore mieux à travers le nombre d’agents, notamment de cadres et de personnels spécialisés de catégories A et B. Dans les communes ayant les plus petites bibliothèques (absence d’agents A et B), le taux de fréquentation ne dépasse pas 30 %. Toutefois, à l’autre extrême, ce n’est pas dans les communes équipées des plus grandes bibliothèques (comptant plus de 30 agents) que l’on observe les indices de fréquentation les plus élevés. Les meilleurs résultats se rencontrent dans les communes dont les établissements comptent 10 à 30 agents de catégories A et B (49 % de fréquentation totale). Les communes ayant les plus grandes bibliothèques se distinguent des autres par une proportion plus grande d’anciens usagers (43 %) et la proportion la plus faible de Français déclarant ne jamais être venus dans une bibliothèque (20 %).

22Le diagnostic est le même si l’on prend en compte le nombre des agents de catégorie C qui assurent en général le magasinage et la maintenance des équipements. Ces caractéristiques permettent de penser que les grandes médiathèques se distinguent des autres établissements par deux dynamiques propres : d’une part, elles exercent une attractivité plus importante, ce qui accroît la part de la population les ayant fréquentées au moins une fois ; d’autre part, elles connaissent, en contrepartie, un turn-over d’usagers beaucoup plus élevé, qui se répercute sur la part des anciens usagers dans la population.

  • 10 L’existence de plusieurs bibliothèques dans la commune est une information déclarative donnée par l (...)

23Pour finir, le nombre d’établissements dans la commune constitue également un facteur également très favorable à la fréquentation : ce sont les communes comptant plusieurs bibliothèques qui ont le taux d’usagers le plus élevé (48 %)10.

L’incidence de la richesse du fonds

  • 11 La base de données de la dll a permis de récupérer ces informations pour 163 communes sur les 352 o (...)

24Pour la moitié environ des communes concernées par l’enquête, on dispose d’informations complémentaires sur les collections et les dépenses annuelles de fonctionnement11. Cela permet de préciser l’impact de ces deux critères sur les taux de fréquentation. S’agissant des collections de livres, de cd de musique, de cd-rom et de films, on note une progression de la fréquentation jusqu’à des volumes de 200 000 livres, 30 000 cd de musique et 5 000 films. Au-delà, le taux de fréquentation régresse au lieu de continuer à progresser, le maximum étant atteint dans les bibliothèques possédant 80 000 à 200 000 livres.

25Le constat que l’on peut établir en fonction du niveau de dépenses annuelles de fonctionnement est similaire : les communes qui affichent des dépenses annuelles pour la bibliothèque comprises entre 1 et 3 millions d’euros sont celles qui présentent les taux de fréquentation et d’inscription les plus élevés ; au-delà, pour les communes qui dépensent plus de 3 millions, le taux de fréquentation recule.

26La taille des collections et l’effort d’enrichissement contribuent manifestement à accroître l’attractivité des bibliothèques mais confirment la dynamique spécifique des grands établissements. Dans les villes de taille importante, le turn-over plus élevé des usagers de la bibliothèque centrale s’explique par le manque de temps, l’éloignement relatif, la présence d’un grand nombre d’offres culturelles concurrentes. En comparaison, on peut penser que les établissements de taille moyenne, qui bénéficient du taux de fréquentation le plus élevé, incarnent un compromis efficace entre une offre suffisamment riche et une convivialité dans l’accueil qui favorise, sans doute, la personnalisation des relations entre professionnels et usagers.

27Globalement, le va-et-vient au cours de la vie entre les états d’inscrit, d’usager épisodique et d’ancien usager est d’autant plus fréquent que les communes et leurs établissements ont une taille plus importante. Les formes d’usage devenant plus consuméristes et plus « nomades », les grandes bibliothèques doivent, au même titre que les autres établissements culturels, gagner sans cesse de nouveaux usagers pour compenser un turn-over inhérent au fonctionnement des pratiques culturelles dans les grandes villes. Quand ce renouvellement fléchit, la fréquentation se rétracte sur le noyau dur des inscrits, qui sont les plus en phase avec le monde des livres.

Tableau 4-8. Fréquentation en fonction de l’existence (ou non) de bibliothèque municipale dans la commune (en %).

Tableau 4-8. Fréquentation en fonction de l’existence (ou non) de bibliothèque municipale dans la commune (en %).

Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).

Tableau 4-9. Taux de fréquentation selon la taille des bibliothèques (en %).

Tableau 4-9. Taux de fréquentation selon la taille des bibliothèques (en %).
  • 1 Répondants à l’enquête pour les communes qui ont pu être renseignées (existence ou non d’une biblio (...)

Note *1

Source : dll-crédoc 2005.

Les freins à la fréquentation selon la taille des bibliothèques

28Les gestionnaires des bibliothèques municipales savent bien que celles-ci ne sont pas exemptes de critiques. Les insatisfactions du public visent surtout les aspects pratiques du fonctionnement des bibliothèques mais aussi le type de collections proposées. Dans le détail, les freins à la fréquentation évoqués par les personnes interrogées éclairent la diversité des attitudes à l’égard des bibliothèques municipales.

Le manque de familiarité, premier frein à la fréquentation

29Quelles sont les contraintes qui peuvent détourner les Français des bibliothèques municipales ? Le manque de temps est la raison la plus fréquemment invoquée, particulièrement par les usagers non inscrits (47 %) et les anciens usagers (44 %). Mais c’est surtout le manque d’habitude qui représente l’obstacle principal, selon les personnes interrogées : c’est la première explication avancée par les anciens usagers (43 % d’entre eux) et par ceux qui ne sont jamais allés en bibliothèque municipale (44 %). Pour ces derniers, ce manque d’habitude provient souvent d’un manque d’intérêt (évoqué par 25 % d’entre eux).

Tableau 4-10. Freins à la fréquentation selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 4-10. Freins à la fréquentation selon le type de fréquentation (en %).

Source : crédoc 2005.

Au-delà du manque de temps, le manque d’habitude et d’intérêt : principaux freins pour les non-usagers

30Ces résultats confirment les observations livrées par l’exploration qualitative qui a mis en évidence le rôle déterminant de la combinaison du manque d’habitude et du manque d’intérêt.

31Le manque d’habitude renvoie à la non-familiarité et à la conviction de ne pas avoir le profil et le savoir-faire qui conviennent, au sens de l’habitus bourdieusien. On sous-estime considérablement la barrière qu’exerce toujours l’univers du livre et qui s’impose, encore aujourd’hui, aux catégories sociales qui en sont éloignées. Un lieu en apparence aussi ouvert qu’une médiathèque municipale n’est véritablement familier qu’aux classes moyennes et supérieures. Pour une fraction non négligeable de la population, l’expérience scolaire est insuffisante et n’a pas permis d’instaurer une forme de familiarité avec la culture lettrée.

« Dans ma profession [chauffeur-livreur], personne ne va à la bibliothèque, personne. »

« La bibliothèque, c’est pour les intellos, nous on se sent un peu exclus. »

« Il y a le regard sur les gens : un Africain ou une femme voilée dans une bibliothèque va se faire remarquer. C’est la même chose pour un agriculteur. » Pourquoi ? « Parce que le profil du littéraire, c’est le gars avec des petites lunettes. »

32Beaucoup pensent que la bibliothèque, « ça ne correspond pas à leur norme ». Les jeunes disent :

« Oh c’est trop culturel, ça a l’air intellectuel. »

« Souvent, ça ne marche pas parce que c’est associé à l’école, alors que la Fnac n’est pas associée à la contrainte, au scolaire. »

« Ils en ont peur parce qu’ils ne connaissent pas, ça les impressionne. »

« J’ai vu les gens qui rentrent [à la bibliothèque] pour bosser leurs cours, ça déteint sur eux, ils sont austères […]. Nous, on avait l’impression de ne pas avoir le profil, on se sentait différents. »

« Je connais un jeune qui n’a jamais osé y aller. Je lui dis “tu rentres, tu prends un livre, tu t’installes”. Il me dit “oui, mais comment je fais” ? »

« Je connais des personnes âgées qui n’osent pas venir. Elles ont peur de se sentir bêtes, elles ne savent pas quel comportement avoir. »

33Pour dépasser ces blocages, une aide à la redécouverte de la bibliothèque municipale à l’âge adulte serait souvent nécessaire. L’absence de fréquentation entretient les idées fausses et la méconnaissance de ce qu’offrent les médiathèques :

« J’ai visité rapidement la bibliothèque et j’ai été surpris par la diversité de ce qu’on pouvait y trouver. »

« Il n’y en a pas que pour se cultiver, il y en a aussi pour se distraire ! »

34L’image culturelle coupe une partie de la population du bénéfice de ces équipements qui, aujourd’hui, ne devraient pas être moins accessibles qu’un complexe de salles de cinéma ou une grande surface spécialisée dans les produits culturels.

« Il faut désacraliser la bibliothèque. »

« C’est trop sacralisé, c’est la culture qui génère ça. »

35Parmi les freins que les non-usagers avancent pour expliquer leur non-fréquentation, l’éloignement et les difficultés d’accès n’interviennent qu’au septième rang des obstacles évoqués (cités par 7 % seulement des non-usagers), loin derrière le manque de temps (38 %) et le manque d’habitude (33 %). La distance de la bibliothèque ne devient un obstacle significatif que quand elle se trouve à plus de vingt minutes du domicile.

Tableau 4-11. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée (en %).

Tableau 4-11. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée (en %).

Source : dll-crédoc 2005. (n = 1 606, personnes ayant déclaré avoir une bibliothèque municipale dans leur commune et sachant évaluer sa distance).

Les contraintes d’ouverture des bibliothèques et le manque de choix : principaux freins pour les usagers

36Les inscrits sont les plus nombreux à ne pas faire état de freins à leur fréquentation (34 % d’entre eux). Néanmoins, un certain nombre se plaignent de contraintes pratiques et, en particulier, de l’insuffisance des plages d’ouverture de la bibliothèque.

37Les usagers non inscrits sont plus nombreux à évoquer différents registres de contraintes. Leur point de vue se rapproche beaucoup de celui des anciens usagers. Le manque de temps (48 %) et le manque d’habitude (24 %) expliquent la moindre fréquence et l’irrégularité de leurs visites. Mais ce sont plus certainement les contraintes des horaires de la bibliothèque et celles du système de prêt, voire l’éloignement, qui les dissuadent de s’inscrire (ou de se réinscrire) pour emprunter. En comparaison, les tarifs d’inscription ne sont un frein réel que pour une minorité (6 %).

38Pour 25 % des inscrits et pour 18 % des usagers non inscrits, les jours et horaires d’ouverture sont jugés contraignants, compliqués à mémoriser et surtout insuffisants : il n’y a pas assez de plages d’ouverture hors des horaires de travail mais aussi hors des moments consacrés aux obligations domestiques.

« Les horaires [de la bibliothèque], ça correspond aux horaires de travail, ce n’est pas très pratique. »

« Ce n’est pas adapté à la vie professionnelle. »

« Il faut être à la retraite. »

« On devrait pouvoir y aller en amenant les enfants à l’école ou après les avoir amenés, mais c’est fermé. »

« J’aimerais venir plus souvent mais, pour moi, c’est une contrainte de venir le samedi. »

« Les horaires sont trop compliqués : tous les jours à la même heure, ce serait plus simple. »

« Pendant les vacances, je me fais toujours avoir, je ne sais jamais quand on peut venir. »

39Sur ce point, les discours témoignent du fait que la grande majorité des usagers sont des actifs et que, pour eux, la question des moments de disponibilité est déterminante pour toutes les activités relevant du temps libre. L’intérêt d’une ouverture le dimanche est fréquemment évoqué, moins souvent celui d’une nocturne.

« Dans l’idéal, il faudrait que ça soit ouvert le dimanche matin. »

« Les musées sont bien ouverts le dimanche. »

« Le dimanche, on pourrait emmener les enfants, quand on se promène et qu’on n’a pas grand-chose à faire. »

40Les contraintes de l’emprunt sont également un frein pour certains usagers, non-inscrits et anciens usagers (12 % d’entre eux), mais aussi pour des inscrits (11 %). Bien qu’il existe souvent une tolérance qui permet les dépassements par rapport à la date de retour, l’obligation de se déplacer à la bibliothèque en tenant compte des heures d’ouverture pour rendre à temps les documents empruntés est ressentie comme une forte contrainte.

« Il faudrait une boîte à l’extérieur [de la bibliothèque] pour déposer les livres. »

41Par ailleurs, si les lettres de relance sont vécues comme un utile rappel à l’ordre, les amendes sont mal acceptées par les retardataires, d’autant que la bibliothèque n’en bénéficie pas.

« Je m’insurge contre les amendes, ça va à la trésorerie, aux impôts, je préférerais que ça serve à renouveler le fonds. »

42Enfin, pour les inscrits surtout, mais aussi pour les non-inscrits, le manque de choix dans les collections en accès libre et, plus secondairement, le manque de diversité des supports constituent également des freins à une plus grande fréquentation. Le manque de choix, qui renvoie au caractère limité de l’offre, est mis en avant par 15 % des inscrits et 10 % des non-inscrits. Les jeunes qui ont des goûts très ciblés en matière de bandes dessinées, de science-fiction et dans les registres de la musique sont les plus nombreux à évoquer le manque de choix.

« Je souhaiterais que le rayon sf soit plus développé : j’ai épuisé tout le stock. »

« Dans le choix des cd, j’ai regardé, il y a trop de vieilleries : moi j’ai 25 ans. »

Des freins de natures différentes entre petites et grandes bibliothèques

43Les freins ne sont pas de même nature selon qu’il s’agit de petites bibliothèques ou de grands établissements. Pour les Français qui habitent des communes sans équipement ou dont la bibliothèque ne dépasse pas 100 m2, l’éloignement accentue le problème du manque de temps et du manque d’habitude. S’y ajoute le manque de choix et de diversité des collections qui n’incite pas à une fréquentation importante.

44Dans les grandes bibliothèques de plus de 500 m2, les conditions pratiques – plages horaires et conditions d’emprunt – sont plus souvent que la moyenne citées comme des freins. Dans la mesure où il existe un lien direct entre taille des bibliothèques et taille de la commune de résidence, les freins mis en avant par les habitants des petites villes (moins de 20 000 habitants) et par ceux de la région parisienne recoupent les différences constatées entre petits et grands établissements. Dans les petites villes hors Île-de-France, la composition sociale de la population, plus âgée et moins diplômée, explique l’importance donnée au manque d’habitude et au manque d’intérêt pour justifier de ne pas aller en bibliothèque. En Île-de-France, en revanche, les contraintes pratiques de l’emprunt viennent au premier plan. Et, dans le cas de Paris, la concurrence exercée par les grandes bibliothèques telles que la Bpi, la BnF ou la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie exacerbe sans doute les critiques relatives au manque de choix et au cadre peu agréable formulées à l’encontre des bibliothèques municipales.

Tableau 4-12. Freins à la fréquentation selon la taille de la bibliothèque (en %).

Tableau 4-12. Freins à la fréquentation selon la taille de la bibliothèque (en %).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : 40,7 % des individus habitant une commune sans bibliothèque évoquent le manque de temps comme contrainte.

La question des horaires

45Il apparaît que l’élargissement des plages horaires favoriserait essentiellement la fréquentation des actuels usagers. Elle n’aurait sans doute que peu d’effet sur les non-usagers qui ne vont pas en bibliothèque principalement par manque de motivation. Les inscrits sont déjà ceux qui profitent le plus de l’amplitude des horaires proposée par les établissements. La fréquentation des jours de semaine autres que le samedi est une pratique majoritaire parmi les inscrits (62 % d’entre eux), alors qu’elle est minoritaire parmi les usagers sans carte (31 %). Quant aux anciens usagers, ils disposent aussi en majorité (51 %) de temps pendant la semaine, mais ce n’est pas en soi suffisant pour qu’ils se rendent à la bibliothèque. On peut noter, au passage, que les plus nombreux à disposer de temps en semaine, sans profiter pour autant de ce temps libre pour fréquenter la bibliothèque, sont les Français de plus de 55 ans.

46Ainsi, si le temps disponible et, a contrario, le manque de temps sont susceptibles de peser sur l’intensité de la fréquentation (fréquence et durée des visites), ils ne conditionnent pas la fréquentation elle-même. Plus de temps peut permettre plus de visites à la bibliothèque municipale, mais encore faut-il avoir acquis une certaine habitude de cette pratique culturelle. Le déficit de fréquentation dans les générations nées avant 1950 l’illustre particulièrement bien.

L’image des bibliothèques

47Si les bibliothèques publiques comptent parmi les établissements culturels les plus fréquentés, l’image que s’en font les Français est plus complexe qu’il n’y paraît. En effet, en dépit du large consensus dont elles bénéficient quant à leur utilité sociale, les bibliothèques n’apparaissent pas forcément comme des lieux attractifs, et nombreux sont ceux qui les croient surtout destinées aux jeunes. L’image des bibliothèques oscille entre la représentation d’un lieu à l’ambiance sévère dévolu aux activités studieuses et celle d’un centre culturel ouvert au plus grand nombre, invitant à découvrir une multitude de supports d’œuvres culturelles et de formes de savoir. En trente ans, le modèle de la médiathèque a contribué à transformer cette image, mais il n’a pas pour autant balayé le modèle de la bibliothèque d’études. Le nom même de médiathèque, généralement perçu comme plus attrayant, ne s’est pas totalement imposé, on l’a vu. La dualité des fonctions des bibliothèques municipales – l’accès au savoir d’un côté, l’accès à la consommation des productions culturelles de l’autre – est plus forte aujourd’hui que jamais. Préciser l’image des établissements de lecture publique permet d’appréhender plus clairement les besoins que ceux-ci peuvent satisfaire auprès des publics actuels et des publics potentiels.

L’utilité sociale

48Les Français sont unanimes à souligner l’utilité des bibliothèques et médiathèques municipales : pour près de huit Français sur dix, elles sont utiles à tous, pour deux sur dix elles sont utiles seulement à certaines personnes. Sur l’image de la bibliothèque municipale, l’enquête dll-Bpi de 1997 concluait déjà que, « à défaut de démocratisation réelle […], la légitimité sociale de la bibliothèque est saluée, même par ceux qui ne la fréquentent pas ». Les résultats de 2005 montrent que le consensus des Français sur l’utilité des bibliothèques municipales reste pleinement acquis, y compris chez les non-fréquentants (90 % chez les usagers, 69 % chez ceux qui ne sont jamais allés en bibliothèque).

49La conviction de l’utilité sociale des bibliothèques municipales est si fortement ancrée que l’hypothèse de leur fermeture au motif que seule une minorité d’habitants les fréquente suscite des réactions de forte opposition.

  • 12 Dans les groupes de réflexion organisés dans le cadre de la phase qualitative préalable à l’enquête (...)

« Fermer les bibliothèques ? Quoi ? ! Ce n’est pas parce que je n’y vais pas que ce n’est pas important. Il y a un droit à la culture, à la connaissance. Pour les gens qui n’ont pas les moyens d’acheter, c’est impératif12. »

50Cette conviction croît avec la taille des bibliothèques : plus elles sont grandes, plus l’éventail de leur offre satisfait un large public. Cet effet explique que les Franciliens sont les plus nombreux à partager l’idée d’utilité pour tous (85 %). En revanche, les catégories sociales qui ont moins l’habitude de fréquenter une bibliothèque pensent généralement que ces lieux culturels sont certes utiles, mais à certains types de personnes seulement. Ce sentiment est plus affirmé après 65 ans, ainsi que parmi les agriculteurs, les commerçants, les artisans et les ouvriers non spécialisés. La bibliothèque est un lieu qu’ils ne pensent pas fait pour eux, mais qu’ils jugent néanmoins utile à des fins éducatives, avant tout pour les jeunes.

Tableau 4-13. Utilité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 4-13. Utilité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Graphique 4-14. Utilité de la bibliothèque (en 1997 et 2005, en %).

Graphique 4-14. Utilité de la bibliothèque (en 1997 et 2005, en %).

Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.

La valeur de la bibliothèque

51Pour les Français, l’image de la bibliothèque municipale reste très directement associée aux formes les plus hautes de la culture, à l’idéal de l’encyclopédisme et à la mémoire des civilisations. Cela confère d’emblée à tout établissement de ce type, quelle qu’en soit la taille, une très haute valeur. La vision prédominante fait de la bibliothèque un lieu intemporel qui, à travers la permanence du livre, maintient vivantes et accessibles « les racines des sociétés humaines ».

« La bibliothèque, c’est un lieu pour la transmission de la culture : le livre permet de faire ce transfert, essentiel pour l’avenir de la société. »

52À la fois « lieu pour la transmission du savoir » et « lieu pour ouvrir l’esprit », la bibliothèque municipale se présente très concrètement comme « une mine d’or qu’on peut consulter à l’infini ». Ce sont « des livres, des magazines, des journaux, des encyclopédies, des dictionnaires, des livres de voyage, des classiques, des choses qu’on n’a pas les moyens d’avoir chez soi, des cd-rom, des documents vidéo… », tout ça pour un prix jugé « dérisoire ».

« Pendant un an on peut tout avoir pour un prix qui n’est même pas le prix d’un livre. »

53La représentation que les Français se font de la bibliothèque municipale fonctionne ainsi sur deux dimensions : une valeur d’ordre supérieur qui est attribuée à la dimension immatérielle de ce « sanctuaire du savoir » et une valeur d’usage qui dépend de l’intérêt que représente concrètement la bibliothèque pour l’usager.

La gratuité totale est minoritaire dans les bibliothèques municipales.

54Si l’on se fonde sur les déclarations des personnes interrogées, pour les deux tiers des Français, la bibliothèque ou médiathèque municipale qu’ils fréquentent est payante. Le prêt est conditionné par le paiement d’un forfait annuel dont le montant est unique (selon 46 % des usagers interrogés) ou bien différent pour l’emprunt des livres, des cd et des films (pour 21 % des usagers). Il n’existe pas de règles communes au réseau de la lecture publique en matière de tarification. Tous les systèmes se rencontrent, tant en ce qui concerne le montant des forfaits que les règles adoptées pour faire bénéficier certaines catégories de la population de réductions tarifaires ou d’exonérations.

55Seul un tiers des usagers déclarent fréquenter une bibliothèque où est appliqué le principe d’une gratuité complète pour les emprunts. Cette gratuité est fréquente en Île-de-France (41 % des usagers en font état), mais plus rare quand les établissements sont grands (pour 22 % seulement des usagers des bibliothèques de plus de 2 400 m2). La règle la moins bien vécue par les usagers est celle qui fait varier le prix, dans des proportions généralement importantes, selon que l’on habite sur le territoire de la commune où se trouve la bibliothèque ou bien dans une autre commune. Du fait de leur mobilité résidentielle, les usagers font l’expérience de différents systèmes et ils en retirent le sentiment d’une assez grande inégalité selon les communes.

« La bibliothèque municipale, c’est fonction de la municipalité. La taille de la bibliothèque dépend de la taille de la commune : c’est dommage pour les petites villes… »

Tableau 4-15. Coût de l’inscription selon la taille de la commune (en %).

Tableau 4-15. Coût de l’inscription selon la taille de la commune (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

La moitié des Français sont favorables au paiement d’un droit d’inscription.

56Quand la question de la gratuité est explicitement posée, la moitié des personnes interrogées (53 %) se prononcent en faveur d’un service de prêt payant. Toutefois, seuls 20 % optent pour un système obligeant tous les usagers à acquitter un droit d’inscription pour emprunter. Les autres (33 %) estiment qu’une partie du public, tout particulièrement les jeunes, doit bénéficier de la gratuité de l’inscription.

57L’option de la gratuité pour tous est retenue par près d’un Français sur deux (47 %). Cette proportion n’est que de 40 % parmi les cadres, les professions intermédiaires et les indépendants (commerçants, artisans, agriculteurs). Logiquement, les jeunes de moins de 20 ans sont les plus favorables à la gratuité : ils la choisissent à 65 %. À l’opposé, les personnes de plus de 55 ans sont un peu plus nombreuses à adhérer au principe du paiement pour tous (25 %, contre 20 % en moyenne). Le point de vue sur la gratuité paraît commandé par un positionnement d’opinion plus souvent que par une logique d’intérêt : cette question divise la population dans les mêmes proportions, que les individus soient usagers ou non.

58Les tenants de la gratuité en réfèrent à la dimension non marchande de la culture publique mais aussi, plus fréquemment, à la dimension sociale de la gratuité pour les économiquement faibles.

« En France, l’accès à la culture, ça devrait être gratuit. »

« Quand on dit municipal, on pense que c’est gratuit. »

« Pour quelqu’un qui est dans une période de chômage, il faut les sortir les 14 euros : c’est cher. »

« Quand on n’a plus de mari et trois enfants à charge, ce n’est pas facile. »

59Sur cette question, les comparaisons entre villes brouillent la lisibilité et le bien-fondé des règles de tarification.

« À Douai, la bibliothèque est plus grande et c’est gratuit. »

60Toutefois, un grand nombre se range derrière l’idée que payer engage plus l’usager, mais aussi qu’il est indispensable de fixer un prix pour reconnaître la valeur du lieu et contribuer à la qualité de son offre.

« Il ne faut pas que ce soit gratuit, il faut responsabiliser les gens. »

« Gratuit, non, c’est normal de payer, ça responsabilise. »

61Et puis « ça contribue au développement de la bibliothèque ». Le paiement apparaît comme une participation citoyenne en faveur de la « culture pour tous ».

Tableau 4-16. Question de la gratuité selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 4-16. Question de la gratuité selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 4-17. Question de la gratuité selon l’âge (en %).

Tableau 4-17. Question de la gratuité selon l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Le « juste prix » pour emprunter

62L’évaluation du « juste prix », demandée aux personnes interrogées, pour bénéficier de prêts dans les bibliothèques municipales est une approche qui permet de préciser la valeur accordée par les Français à l’offre de la lecture publique. La notion de juste prix doit être interprétée comme le résultat d’un compromis entre ce qu’il paraît normal de payer compte tenu de l’offre, même si l’on n’est pas soi-même concerné – c’est la dimension de la valeur subjective du bien évalué, en l’occurrence le prêt – et ce que l’on ne voudrait pas dépasser financièrement en tant qu’usager – c’est-à-dire le prix raisonnable au-delà duquel le service sera jugé cher. Dans ce type d’approche, il est classique que les non-usagers aient, paradoxalement, une estimation supérieure à celle des usagers. Les non-usagers estiment la valeur sociale d’un bien qui ne les concernent pas vraiment, tandis que les usagers et surtout les inscrits évaluent le prix qu’ils ne sont pas disposés à dépasser pour continuer à être des utilisateurs réguliers du service.

Tableau 4-18. « Juste prix » pour les différents types de documents (en %).

Tableau 4-18. « Juste prix » pour les différents types de documents (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 4-19. « Juste prix » pour les différents types de documents, selon l’âge (en %).

Tableau 4-19. « Juste prix » pour les différents types de documents, selon l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Seul un Français sur cinq fixe le « juste prix » à zéro.

  • 13 Dans le déroulement du questionnaire, la question sur le « juste prix » intervient avant celle sur (...)

63La part des personnes qui fixent spontanément le montant du « juste prix » pour l’emprunt à zéro ne dépasse pas 20 % (21 % pour l’emprunt de livres et de revues, 19 % pour l’emprunt de cd de musique, 18 % pour l’emprunt de films vidéo)13. Logiquement, les usagers inscrits sont un peu plus nombreux à se positionner en faveur de la gratuité (25 %), du moins pour l’emprunt de livres. Le fait que les personnes âgées de plus de 65 ans fixent, plus que la moyenne, le juste prix à zéro (27 % d’entre eux pour le livre, 30 % pour les autres supports) résulte principalement du fait qu’une partie d’entre eux se déclarent incapables de fixer un tarif précis.

Un « juste prix » variant de 16 euros pour les livres à 20 euros pour les films

  • 14 La moyenne des justes prix intègre les valeurs fixées à zéro par les personnes interrogées.

64Le montant moyen du « juste prix » proposé par les personnes interrogées atteint 16 € pour les livres, 18 € pour les cd de musique et 20 € pour les films vidéo14. Comme on l’a souligné plus haut, les usagers « actifs » affichent des consentements à payer sensiblement plus faibles que les non-usagers qui sont moins concernés, parce que les premiers raisonnent en fonction de la fréquence de leurs usages (notamment quand il y a multiplication des cartes dans leur foyer). Ainsi, pour l’emprunt de livres et de revues, 36 % des anciens usagers et 38 % des personnes qui n’ont jamais fréquenté les bibliothèques annoncent un juste prix supérieur à 20 €, contre seulement 22 % des inscrits. Il en va de même pour l’emprunt de cd de musique et de films : 25 % seulement des inscrits proposent un prix supérieur à 20 € pour les cd de musique, contre 43 % des non-usagers ; pour l’emprunt des films, ce sont respectivement 28 % des inscrits, contre 46 % des non-usagers.

65Par intérêt « consumériste » bien compris, la tendance des inscrits est de vouloir que le tarif de l’emprunt des cd de musique et de films soit proche de celui fixé pour l’emprunt des livres. Leur évaluation moyenne se situe entre 12 et 14 € pour les différents supports. L’évaluation des Français ne fréquentant pas les bibliothèques municipales est nettement plus élevée : au moins 18 € pour les livres et plus de 22 € pour les films. Quant à celle des usagers non inscrits, elle se situe entre les deux, mais plus près de celle des inscrits.

  • 15 Il s’agit des communes pour lesquelles il a été possible d’obtenir communication des tarifs, soit u (...)

66La comparaison de ces évaluations avec les tarifs réels d’un échantillon partiel de 170 communes15 où s’est déroulée l’enquête est doublement éclairante. Elle montre tout d’abord que l’éventail des tarifs adopté par les bibliothèques, entre tarif pour l’emprunt d’imprimés et tarif pour l’emprunt de films, est nettement plus large que celui proposé par les personnes interrogées. Pour les Français, le supplément tarifaire pour l’emprunt de cd et de films, par rapport au tarif appliqué pour les livres, devrait être beaucoup plus modéré que ce qu’il est en réalité. Par ailleurs, le « juste prix » évalué par les inscrits est proche du tarif moyen pratiqué par l’échantillon des bibliothèques pour les livres (10 €), alors que le « juste prix » des non-usagers correspond au tarif moyen des bibliothèques pour les films vidéo (22 €). Ce résultat atteste le réalisme des estimations des individus interrogés et se révèle conforme à ce que l’on sait des consentements à payer dans le domaine de la culture : les usagers les plus assidus situent le prix raisonnable au plancher des tarifs habituellement pratiqués, alors que ceux qui ne sont pas directement concernés ont une évaluation qui correspond à la valeur maximale admise. L’estimation basse définit le montant souhaitable pour l’usager pour s’inscrire dans une pratique assidue, l’estimation haute fixe le montant qui peut être légitimement affiché par l’institution au regard de la valeur de son offre.

Graphique 4-20. « Juste prix » moyen, pour les différents types de documents, selon le type de fréquentation (en euros).

Graphique 4-20. « Juste prix » moyen, pour les différents types de documents, selon le type de fréquentation (en euros).

Source : dll-crédoc 2005.

Les tarifs des bibliothèques ne sont pas un frein majeur pour la fréquentation.

67La propension à payer pour bénéficier du prêt relativise l’importance du frein financier comme raison de la non-inscription : cet aspect n’est évoqué que par 6 % des usagers non inscrits et des anciens usagers, et ne vient qu’au huitième rang des obstacles cités, après l’éloignement ou l’insuffisance de l’offre proposée par les établissements.

68La bonne image dont jouissent les bibliothèques municipales et le sentiment de leur utilité sociale trouvent une traduction dans la propension à payer les services qu’elles proposent. Pour les inscrits, le bénéfice du service de prêt est ressenti comme un réel avantage, de même que le libre accès des établissements, opportunité qui n’est manifestement pas connue de tous.

« L’intérêt dans une bibliothèque, c’est qu’on peut prendre n’importe quoi, on ne paie pas, c’est pour ça que c’est intéressant d’être inscrit dans une bibliothèque. »

« Pendant un an, on peut tout avoir pour le prix d’un demi-livre ! »

« Les familles en difficulté pensent que la bibliothèque c’est payant, ils ne savent pas que l’accès est gratuit. »

« Il y a des gens qui pensent qu’il faut être adhérent : je n’ai pas la carte, je ne peux pas entrer. »

69Toutefois, comme cela a été souligné dans les chapitres précédents, le montant du droit d’inscription peut expliquer la tendance à réduire le nombre d’inscriptions au sein du foyer, voire à renoncer à s’inscrire, notamment pour les personnes n’habitant pas la commune dans la mesure où le sentiment de payer plus cher que les autres exerce en effet dissuasif. Quant aux non-usagers, la gratuité n’est manifestement pas un levier décisif pour les inciter à la fréquentation. Pour eux, il est légitime que la reconnaissance de l’utilité sociale de la bibliothèque passe par le paiement d’une contribution assumée par les bénéficiaires directs de ce service.

L’attractivité de l’offre de la lecture publique

70Parmi les Français, les non-usagers sont, autant que les usagers, attachés à l’existence des bibliothèques municipales. Pour autant, il existe une véritable dualité dans les représentations avec, d’un côté, des images franchement rébarbatives et, de l’autre, des visions quasi euphoriques. Les images négatives sont en particulier le fait de ceux qui assimilent cette institution à des souvenirs scolaires peu valorisants ou qui en conservent l’impression de lieux poussiéreux et ennuyeux.

« Pour que je vienne, il faudrait changer l’ambiance. »

« Tu franchis la porte, c’est le silence, ça ne donne pas envie d’entrer. »

« La bibliothèque, c’est austère, c’est froid, c’est déprimant. »

71Il faudrait « un lieu plus gai, moins monotone ». Diamétralement opposées, les visions positives sont associées au cadre lui-même et au plaisir que l’on trouve à la matière mise à la disposition du public.

« La bibliothèque, c’est un plaisir. »

« C’est l’évasion. »

« C’est de la distraction : on vient à la bibliothèque pour se distraire. »

« Les locaux, c’est important : il faut que l’on se sente bien, que ça incite à rester. »

L’impression majoritaire d’une offre attractive

72La majorité des Français de plus de 15 ans considèrent que les bibliothèques municipales sont plutôt attractives (55 %). Moins d’une personne sur trois les jugent plutôt austères (30 %), les 15 % restants n’ayant pas d’avis tranché. L’opposition austérité-attractivité revêt une importance cardinale dans la mesure où il ne s’agit pas simplement de l’évaluation des locaux mais, plus profondément, de la posture à l’égard des lieux dévolus au savoir : il paraît difficile, en effet, de rapprocher le rejet de celui qui est rétif à l’ambiance studieuse de la bibliothèque du plaisir éprouvé par celui pour qui elle offre un espace de calme propice au rêve ou à la découverte.

73Les trois quarts des inscrits ont un avis positif (74 % les trouvent plutôt attirantes) ainsi que 60 % des usagers non inscrits. En revanche, les anciens usagers ne sont que 49 % à trouver les bibliothèques attirantes et ceux qui ne les ont jamais fréquentées encore moins (44 %). Il existe une relation, statistiquement très significative, entre le jugement sur l’attractivité et l’intensité de fréquentation. La probabilité de venir en bibliothèque et la régularité des visites ne sont pas commandées que par la nécessité : l’agrément des lieux et l’attrait de ce qu’ils offrent sont déterminants. Plus des trois quarts de ceux qui viennent en bibliothèque au moins une fois par semaine trouvent l’offre attirante : ce pourcentage s’amenuise à mesure que la fréquence de visite décroît.

Tableau 4-21. Attractivité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).

Tableau 4-21. Attractivité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Tableau 4-22. Attractivité de la bibliothèque selon le rythme de fréquentation (en %).

Tableau 4-22. Attractivité de la bibliothèque selon le rythme de fréquentation (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

Pour une minorité, l’image d’un lieu austère

74L’image d’austérité domine les représentations d’une fraction non négligeable de non-usagers mais aussi celles des usagers dont la fréquentation est épisodique. Un tiers des usagers non inscrits (34 %), en particulier ceux qui s’y rendent moins d’une fois par mois, et 32 % des anciens usagers estiment que la bibliothèque municipale est austère plutôt qu’attirante. Les jeunes de moins de 25 ans sont les plus nombreux à retenir l’image d’austérité (42 % d’entre eux, contre 30 % en moyenne). Pour beaucoup de ceux qui la fréquentent pour des obligations scolaires ou qui l’ont fréquentée dans le passé pour cette raison, la connotation studieuse et la place dominante du livre occultent manifestement la dimension ludique de la bibliothèque municipale. On peut noter que les ouvriers non qualifiés sont les plus nombreux à la voir comme un lieu austère (42 % d’entre eux).

75L’importance des locaux et la diversité de l’offre contribuent significativement à élever l’attractivité des bibliothèques : les établissements de moins de 100 m2 sont jugés austères dans 40 % des cas, contre 22 % seulement pour ceux de plus de 2 400 m2.

76Le jugement sur l’attractivité est complexe, tout comme l’est celui sur le juste prix pour l’offre de prêt. Il amalgame en effet des visions de nature différente : pour les usagers les plus assidus, c’est l’image d’une bibliothèque bien précise, pour les autres une vision plus générale fortement influencée par le degré de familiarité des individus avec les livres.

Graphique 4-23. Proportion de ceux qui jugent la bibliothèque plutôt attirante, selon l’âge (en %).

Graphique 4-23. Proportion de ceux qui jugent la bibliothèque plutôt attirante, selon l’âge (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

La visibilité

77Bien qu’il s’agisse d’équipements de proximité connus du plus grand nombre, les bibliothèques municipales ne sont pas toujours des lieux bien visibles dans le paysage urbain : 42 % des Français estiment qu’elles ne sont pas très visibles (contre 54 % qui les trouvent plutôt visibles). Les usagers les plus assidus sont logiquement les plus nombreux à les trouver suffisamment repérables (65 % des inscrits, contre 50 % des non-inscrits et des anciens usagers). Cette faible visibilité est récurrente, aussi bien dans les grandes villes que dans les petites.

« Le cinéma, on peut pas le manquer, il y a de grandes affiches avec les films qui se jouent, on voit tout de suite que c’est un cinéma. La bibliothèque, on va passer dix fois sans la voir. »

« On peut passer devant, on ne sait pas que c’est une bibliothèque. »

« L’entrée est à l’ombre, derrière un bistrot […]. On ne sait pas si c’est allumé ou pas, c’est caché, il faut vraiment le vouloir pour y aller. »

« Quand on est sur le parking, on voit l’entrée du centre culturel, mais on ne voit même pas si la bibliothèque est ouverte ou non. »

« J’ai discuté avec quelqu’un qui habite à 300 m de la bibliothèque, il ne savait même pas qu’il y avait une bibliothèque à côté de chez lui. »

« Il faudrait une grande enseigne en forme de livre. »

« La Fnac, on la repère tout de suite : il faudrait faire la même chose avec les bibliothèques. »

78En réalité, le jugement sur la visibilité des bibliothèques se révèle étroitement lié à l’appréciation sur leur attractivité, ce qui signifie que le repérage dans l’espace urbain est fortement influencé par l’intérêt porté à l’offre de la lecture publique. Comme l’attractivité, la visibilité des établissements s’accroît avec le nombre de mètres carrés. C’est dans les grandes villes hors Île-de-France que les médiathèques « centrales » de construction récente sont repérées par le plus grand nombre. À Paris, la visibilité des bibliothèques municipales est sensiblement plus faible (jugées plutôt visibles par moins d’un Parisien sur deux), probablement en raison du grand nombre d’établissements de taille plutôt moyenne dont beaucoup sont situés dans des bâtiments peu mis en valeur.

Tableau 4-24. Visibilité de la bibliothèque (en %).

Tableau 4-24. Visibilité de la bibliothèque (en %).

Champ : individus déclarant avoir une bibliothèque municipale dans leur commune.

Source : dll-crédoc 2005.

Graphique 4-25. Visibilité de la bibliothèque selon la taille de la commune (en %).

Graphique 4-25. Visibilité de la bibliothèque selon la taille de la commune (en %).

Source : dll-crédoc 2005.

79Guide de lecture : 44,4 % des habitants des communes de moins de 5 000 habitants équipées d’une bibliothèque estiment que cette dernière est très ou assez visible.

Trois façons de voir les bibliothèques municipales

80Le croisement, avec le type de fréquentation, des jugements sur l’utilité, l’attractivité et la visibilité des bibliothèques met clairement en évidence trois grandes formes de représentation à travers lesquelles on peut cerner le caractère composite de la réception de l’offre de la lecture publique. Ces trois formes sont structurées par le degré d’attractivité d’une part, et l’évaluation de l’utilité sociale d’autre part. À un pôle (côté gauche du graphique ci-dessous), la représentation des usagers est commandée par une forte affinité avec ce que proposent les bibliothèques municipales : plus les usagers sont assidus, plus ils ont de chances de se situer de ce côté des représentations.

Graphique 4-26. Les registres de l’image des bibliothèques municipales.

Graphique 4-26. Les registres de l’image des bibliothèques municipales.

Source : dll-crédoc 2005.

  • 16 Ce graphique est le plan principal (axes 1 et 2) de l’analyse factorielle des correspondances (afc) (...)

Note16

81À l’opposé, les représentations se dissocient entre deux pôles. D’un côté (en haut à droite du graphique), l’idée d’austérité des bibliothèques recoupe une série d’insatisfactions ressenties par ceux qui ne les fréquentent qu’épisodiquement ou qui les ont fréquentées dans le passé. À l’autre pôle (en bas à droite du graphique), les bibliothèques ne sont jugées utiles que pour une fraction limitée de la population et ceux qui partagent cette vision ne se sentent guère concernés. Ces deux représentations ont en commun d’associer à la lecture publique des connotations peu attractives, les obligations scolaires d’une part, l’ambiance studieuse des salles de lecture d’autre part. Toutes les deux s’opposent à l’image d’attractivité des bibliothèques qui, elle, penche résolument vers l’univers du loisir.

Lieu de détente contre espace pour l’étude

82Pour cerner de manière plus précise le système de représentations que les Français associent aux bibliothèques et médiathèques municipales, deux approches complémentaires ont été mobilisées : une question directive qui proposait une série de représentations possibles entre lesquelles les individus interrogés devaient choisir et une question largement ouverte leur permettant d’exprimer, à leur manière, leur vision des bibliothèques municipales.

La dimension du lieu culturel

83La première question proposait les identifications suivantes : grande librairie ou dépôt de livres, espace de détente, lieu culturel, lieu de travail, espace multimédia, lieu de rencontre, club pour les accros de lecture. Parmi ces images de la bibliothèque municipale, celle du lieu culturel l’emporte largement : 63 % des usagers et 59 % des non-usagers la retiennent. Cette unanimité est remarquable et confirme l’unité de l’image des bibliothèques municipales au sein de la population française. La dimension du lieu culturel peut avoir plusieurs connotations : le monde du savoir, le lieu d’institutionnalisation de la culture, mais également, dans certains cas, un lieu de sociabilité.

« C’est un lieu pour la transmission de la culture », « un grand cerveau avec plein de tiroirs ».

« C’est un but de sortie », « ça sert à voir du monde si on est seul ».

Graphique 4-27. Représentations des bibliothèques municipales (en %).

Graphique 4-27. Représentations des bibliothèques municipales (en %).

Représentations de la bibliothèque municipale (somme des 2 réponses).

Source : dll-crédoc 2005.
Guide de lecture : les individus interrogés pouvaient retenir deux images. 63 % des inscrits ont retenu l’image du lieu culturel, 30 % celle de grande librairie, etc.

84Pour les inscrits, au-delà de l’image consensuelle du lieu culturel, trois dimensions ont un poids à peu près équivalent : l’espace de détente, la grande librairie (ou dépôt de livres) et autres (identification qui recouvre essentiellement le service de prêt). Le rapport au livre et l’emprunt sont privilégiés par les inscrits dans une perspective qui relève principalement du loisir.

85Les non-inscrits se répartissent quant à eux selon deux tendances à peu près équivalentes : pour une partie d’entre eux, la bibliothèque est d’abord un lieu de détente ; pour une autre, c’est plutôt un lieu d’étude. Ils sont par ailleurs aussi nombreux que les inscrits à retenir l’image de lieu culturel et celle de grande librairie. Si l’idée de lieu culturel rapproche la médiathèque de la représentation du centre culturel ou de la maison de la culture, l’idée de grande librairie établit une correspondance avec les grandes surfaces spécialisées dans la vente des produits culturels grand public.

86Les anciens usagers ont une vision qui recoupe en grande partie celle des usagers, mais ils retiennent plus souvent l’image de l’espace de travail et du lieu pour les accros de la lecture. Quant à ceux qui n’ont jamais fréquenté de bibliothèque, ils assimilent souvent la bibliothèque à l’univers du livre (grande librairie et club pour accros de lecture), mais dans une perspective repoussoir (les livres, ce n’est pas pour eux). Ils évoquent aussi l’image positive du lieu de rencontre, plus souvent que la moyenne, une dimension retenue surtout par le public âgé.

Graphique 4-28. Lieu de détente versus lieu pour l’étude.

Graphique 4-28. Lieu de détente versus lieu pour l’étude.

Source : dll-crédoc 2005.

87Globalement, si l’on met de côté la dimension consensuelle du lieu culturel partagée par ceux qui ont eu l’occasion de fréquenter les bibliothèques municipales, trois images, qui ont des poids équivalents, éclairent la complexité des représentations et donc des fonctions potentielles des établissements de la lecture publique : la grande surface qui met à disposition tous les supports culturels (la bibliothèque comme lieu de consommation), l’espace de détente qui inscrit la bibliothèque dans les lieux où l’on occupe son temps libre (la bibliothèque comme espace de loisir) et le lieu pour étudier (la bibliothèque comme salle de travail), dimension qui s’oppose à la précédente.

Entre grande surface et lieu de rencontre

88Les jeunes de moins de 25 ans sont les plus nombreux à retenir l’image studieuse. Les 25-44 ans se montrent surtout sensibles aux deux dimensions de lieu culturel et d’espace de détente, vraisemblablement sous l’influence de leurs enfants qui entretiennent avec la bibliothèque un rapport avant tout ludique. Les plus de 55 ans, enfin, préfèrent l’image de grande librairie (pour les médiathèques) ou de lieu de rencontre (plutôt pour les petites bibliothèques).

89La taille des bibliothèques influence significativement ces représentations : une superficie de 500 m2 marque un seuil net entre la vision d’un lieu surtout destiné aux amateurs de livres, mais qui peut aussi fonctionner comme lieu de rencontre (vision qui colle aux petites structures de proximité), et celle d’une grande surface dédiée aux biens de consommation culturels – la médiathèque assimilée aux « médiastores » –, qui offre de la place et des ressources pour étudier.

90Il faut noter, en revanche, une faible assimilation de la médiathèque à l’univers du multimédia. Très peu évoquée (7 % de citations), cette dimension est néanmoins un peu plus présente chez les Franciliens (près de 10 %). Les bibliothèques ont manifestement du chemin à parcourir pour modifier leur image sur ce point et amener leurs publics à exploiter les potentialités de la numérisation des supports culturels.

La dimension ludique plus présente que la dimension utilitariste

  • 17 La question ouverte a été formulée de la façon suivante : « Quand je vous parle des bibliothèques o (...)

91En explorant les réponses à la question totalement ouverte sur l’image des bibliothèques municipales, l’analyse statistique identifie huit principaux types de discours17 que l’on peut regrouper en quatre grandes tendances. Expressions plus spontanées, ces discours apportent une vision en partie différente de celle qui se dégage des questions plus canalisées (cf. précédemment).

92La première vision est peu argumentée et se focalise sur l’offre, c’est-à-dire sur la liste des types de documents que l’on peut trouver et emprunter dans les bibliothèques – livres, presse, cd de musique, films vidéo – (type 1). Elle est mise en avant par une personne sur six (16 % des discours). La deuxième vision privilégie la dimension utilitariste qui justifie l’intérêt social de la bibliothèque pour l’accès au savoir et le potentiel de recherche documentaire (types 2 et 3). Un quart des discours y font référence (27 %). La troisième vision renvoie à l’univers des activités de loisir. Elle valorise le caractère attractif des bibliothèques « accueillantes et pleines de ressources », ainsi que leur rôle pour satisfaire le plaisir de la lecture et de la découverte de la culture, mais aussi leur intérêt pour satisfaire la curiosité et le désir d’évasion (types 4, 5 et 6). Cette vision est majoritaire (52 % des discours). Enfin, la dernière vision est très minoritaire (5 % des discours) mais très cohérente. Elle est structurée par une vision passéiste des bibliothèques, qui insiste soit sur le caractère poussiéreux des rayonnages de livres, soit sur le monde des documents historiques et des vieux ouvrages (types 7 et 8).

Une vision focalisée sur l’offre

Livres, disques, vidéos et autres supports

93La représentation la plus sommaire (16 % des discours analysés) se contente d’énoncer les différents types de documents proposés au public par les bibliothèques municipales. Le livre reste prédominant : il est cité systématiquement le premier. Au-delà du livre, la diversité des supports culturels est généralement passée en revue – disques, films vidéo, cd-rom, bandes dessinées –, preuve que l’évolution des collections des bibliothèques municipales a été perçue par les Français, au moins par ceux qui les ont déjà fréquentées. Ce type de discours est plus souvent le fait d’anciens usagers (dernière fréquentation il y a plus de dix ans), notamment de personnes qui n’ont fréquenté la bibliothèque que pendant leur scolarité.

Réponses types de la classe « Livres, disques, vidéos et autres supports »

« Emprunt de livres, emprunt de disques, de films. »
« Livres, disques de musique, films vidéo. »
« Les livres, l’emprunt de disques, les magazines. »
« Les livres, les films, les disques de musique. »
« Livres, bandes dessinées, revues, emprunts. »
« Livres, bandes dessinées, encyclopédies, vidéos. »
« Livres, revues, bandes dessinées, disques. »
« Les livres, les revues, des documents sur ordinateur. »
« Prêt de livres, prêt de disques, prêt de vidéos. »
« Livres, emprunt de disques, recherches. »

Une vision utilitariste : accès au savoir et à la recherche documentaire

Un lieu pour la recherche documentaire utile aux enfants

94Cette représentation (17 % des discours analysés) introduit la référence aux finalités scolaires : la bibliothèque municipale est un lieu où les enfants peuvent faire des recherches et trouver de la documentation pour faire leurs devoirs, où les jeunes peuvent travailler leurs cours ou préparer des exposés, au collège et au lycée. Cette représentation recoupe l’image du lieu de travail dans la question fermée sur l’image (cf. précédemment). Par extension, ce type de discours intègre les recherches documentaires des adultes, mais de manière marginale. Répondre aux besoins de l’enfant reste la motivation la plus répandue. Il s’agit d’un discours projectif, qui peut faire écho à des expériences de scolarité passées. En effet, les personnes porteuses de cette représentation sont le plus souvent d’anciens usagers. Il n’y a pas de carte d’emprunt dans leur foyer.

Réponses types de la classe « Un lieu pour la recherche documentaire »

« Aide pour les enfants, recherches, apaisant et silence. »
« Emprunt, silence, documentation. »
« Livres, choix de livres, documentation scolaire, recherche pour les enfants. »
« Éveil des enfants, aide à l’apprentissage, aide scolaire. »
« Livres, emprunt pour enfants, scolaire. »
« Emprunt de livres, documentation pour enfants. »
« Emprunt, recherche, lecture de magazines. »
« Livres, disques, emprunt de documents pour exposés. »
« Recherche de photos, documentation. »
« Livres pour enfants, documents bien spécifiques style Code civil pour des études poussées, bandes dessinées. »

Un lieu pour s’instruire

95Par rapport à la précédente, cette représentation est le fait de personnes plutôt âgées, qui ne fréquentent pas les bibliothèques municipales (10 % des discours analysés). L’idée centrale est qu’il s’agit d’un lieu dévolu à l’accès au savoir et, en particulier, à la lecture. À ce titre, la bibliothèque municipale est considérée comme utile principalement aux jeunes et aux étudiants, mais aussi aux adultes qui veulent continuer de s’instruire. Cette image des bibliothèques associées à l’instruction publique est traditionnelle : il s’agit le plus souvent d’un discours convenu porté par des personnes qui ne se sentent pas spécialement concernées. Le fait que ce soit bon pour les jeunes sous-entend généralement que « ce n’est pas pour moi », faute de temps et, plus fondamentalement, par manque d’intérêt pour la lecture. Ces discours sont souvent le fait de non-lecteurs qui n’ont jamais fréquenté les bibliothèques municipales, ou seulement lorsqu’ils étaient à l’école primaire. Les retraités sont surreprésentés dans cette classe.

Réponses types de la classe « Un lieu pour s’instruire »

« Lire, découvrir de nouvelles choses, s’instruire. »
« Ça nous apprend des choses, ça nous instruit, c’est une occupation. »
« Bonne chose pour les jeunes, les écoliers, pour s’instruire. »
« La lecture, s’instruire, apprendre des choses. »
« S’informer, quand on lit on ne pense à rien, apprendre tous les jours à tout âge. »
« Lecture, consultation, s’enrichir, découvrir plein de choses, ouverture. »
« Pour les jeunes, les étudiants, pour lire. »
« C’est très bien pour les jeunes, cela leur permet de s’instruire davantage. »
« Livre, s’instruire, découvrir. »
« Instruction, bien comprendre le français. »
« Je ne connais pas, c’est intéressant pour les jeunes. »
« Je pense que ce n’est plus pour nous, ça ne nous intéresse plus ; on y allait pour se former, mais il y a longtemps que nous sommes formés. »
« C’est très intéressant, c’est bien pour les étudiants, c’est bien pour les retraités qui ont le temps. »
« C’est pour lire, il faut avoir le temps, ça ne m’intéresse pas. »
« C’est pas intéressant, c’est une perte de temps, ça ne m’intéresse pas. »

Une vision qui inscrit la bibliothèque dans les activités de loisir

Un espace accueillant et utile

96L’une des représentations les mieux structurées et les plus répandues (25 % des discours analysés) mêle deux dimensions : l’agrément du cadre des bibliothèques, associé à leur accueil et à leur ambiance, et l’intérêt pratique et financier du service de prêt. Il y a tout d’abord la qualité de l’accueil ainsi que l’ambiance du lieu. Selon les cas, la qualité de l’ambiance résulte soit du calme et du caractère reposant des salles de lecture, soit de la convivialité associée aux lieux où l’on croise du monde. L’idée que l’on s’y sent bien est très présente.

97L’autre dimension est celle de l’intérêt même du service proposé par les bibliothèques municipales qui résulte à la fois de l’abondance de l’offre, focalisée essentiellement sur le livre, et du coût très accessible, si ce n’est gratuit, du système de prêt. À ce niveau, le sentiment de bénéficier d’une aubaine est sous-jacent. Cette représentation donne une bonne définition de la bibliothèque publique de proximité. On notera néanmoins qu’à la différence des visions centrées sur le savoir, la dimension des nouveaux supports culturels – musique, film, multimédia – n’est pas explicitement présente. Cette représentation est portée par des personnes le plus souvent inscrites en bibliothèque et qui associent l’image de celle-ci à l’idée de grande librairie et de lieu culturel. On compte parmi elles un plus grand nombre de personnes hautement diplômées et d’habitants des grandes villes.

Réponses types de la classe « Un espace accueillant et utile »

« À Gonfreville, je sais que c’est sympa. Il y a une bonne ambiance. Vu que c’est gratuit, c’est intéressant. »
« Choix de livres, amabilité des gens qui vous reçoivent, possibilité de voir sur place si les livres sont intéressants, pour les acheter après en librairie. »
« Cadre accueillant, bien structuré, personnes sympathiques. »
« Choix, facilité d’accès, pratique, gratuit pour les enfants. »
« Accès aux livres gratuitement, ambiance studieuse, l’enfance. »
« Pratique, ouvert à tous les publics, à proximité. »
« Facilité d’accès, compétence du personnel, grand choix. »
« Choix des ouvrages, facilité d’emprunter, le coût réduit. »
« Livres à la disposition du public, excellente institution, favorise l’expansion de la culture, permettre à tout le monde de consulter des ouvrages qu’on ne pourrait pas acheter. »
« L’accueil, avec une personne capable de m’orienter, de m’informer sur les nouveautés, la clarté, l’agencement, la facilité à trouver les livres, le côté pratique. »
« Formidable architecture, l’espace, l’ambiance, le choix, convivial, chaleureux, bibliothécaires sympas. »
« J’y suis bien, cadre convivial, on est bien reçu, le choix et la diversité, bonne gestion. »
« Endroit calme, reposant, plein de livres qu’on peut choisir. »
« Le calme, la quantité de livres, les rayonnages, l’avantage de pouvoir emprunter, de ne pas acheter les livres, ni de les stocker. »

Le lieu du plaisir de la lecture et de la culture

98Une partie des répondants (17 %) voient la bibliothèque comme le lieu de la lecture, non pas dans sa relation avec l’instruction, mais comme source de plaisir. Dans cette représentation, l’idée de plaisir renvoie à la satisfaction de plonger dans la culture, tout en étant dans un registre de détente, de curiosité et de rencontres. Cette vision associe la bibliothèque municipale à un espace de loisir, dans le registre des plaisirs de l’esprit. Les personnes qui portent ce discours vivent souvent dans des familles avec enfants, ont plusieurs cartes d’inscription dans le foyer et retiennent plus fréquemment l’image de la bibliothèque comme lieu culturel. Il s’agit, plus souvent que la moyenne, de personnes résidant en Île-de-France.

Réponses types de la classe « Lecture et culture »

« Lecture, culture, lieu de détente. »
« Culture, rencontres, convivialité. »
« Source de culture, mettre en commun, une communauté intellectuelle, pas très cher, lieu de rencontres. »
« Détente, loisirs, connaissances, rencontres, passe-temps. »
« Plaisir, curiosité, découverte, détente. »
« Un lieu de concentration, la découverte, la culture. »
« Culture, apprentissage de la lecture, savoir. »
« Culture, plaisir, partage, espace. »
« Détente, culture, enrichissant, découverte. »
« Lieu de rencontre, enrichissement, échanges. »
« Culture, connaissance, ouverture d’esprit. »
« C’est un lieu de lecture et d’information, c’est un lieu culturel. »
« Culture, lecture, un lieu de travail. »
« Lecture, informations, point culturel, lieu d’animations, détente. »
« Lieu culturel, espace multimédia, lecture et rencontre. »
« C’est une porte ouverte à la lecture, un lieu de rencontre, un espace de détente. »
« Une certaine culture, un loisir, le plaisir. »

Un lieu pour le loisir et l’évasion

99Sur le fond, cette classe (10 % des discours analysés) est peu différente de la précédente dans la mesure où la dimension « loisir » de l’usage de la bibliothèque y est centrale. Dans la formulation, toutefois, des nuances se font sentir. La mise en avant de l’univers de la culture est quasi absente de ces discours. On y trouve, en revanche, les idées d’évasion, de curiosité, de passion, mais aussi le registre des connaissances et des informations utiles. L’assimilation à une grande surface spécialisée dans la culture, dont la visite est source de distraction, illustre bien ce type de discours. Celui-ci est plus fréquent dans les classes moyennes, notamment dans les communes de moins de 5 000 habitants moins équipées en lieux de distribution des produits culturels. Il va de pair avec l’image des bibliothèques perçues comme des clubs pour lecteurs et, secondairement, comme des espaces multimédias.

Réponses types de la classe « Le loisir et l’évasion »

« Évasion, loisir, assouvir votre passion. »
« La passion, découverte, instruction. »
« Découverte, épanouissement, s’évader, loisir. »
« Détente, loisirs, connaissance, rencontres, passe-temps. »
« La curiosité, la connaissance, l’air du temps. »
« Lecture, loisir, imagination. »
« Un peu comme un grand magasin, loisir, curiosité. »
« La distraction, utile, instructif ; connaissance de la nature, des mots croisés. »

Une vision passéiste des bibliothèques

Vieux livres et livres d’histoire

100Nettement marginaux sont les discours qui voient les bibliothèques municipales comme des lieux conservant des collections poussiéreuses qui ont surtout de l’intérêt pour la recherche historique. L’assimilation aux archives est sensible. Pour une minorité de personnes (3 % des discours analysés), le principal intérêt des bibliothèques municipales réside dans la possibilité d’y trouver des livres d’histoire et de géographie, des récits biographiques. Il s’agit de personnes plutôt âgées, de faible niveau de formation initiale, qui associent à la bibliothèque municipale l’image d’un lieu de rencontre.

Réponses types de la classe « Livres d’histoire »

« Livres d’histoire, contes. »
« L’emprunt de livres documentaires historiques, aussi bien les films que les livres et les documents d’archives éventuellement. »
« Archives, livres anciens, grandes ressources documentaires. »
« Géographie, histoire de France, des livres de tricot, ouvrages de cuisine. »
« Regarder les livres sur la déportation, les livres anciens, comment constituer un arbre généalogique. »
« Géographie, histoire, astres. »
« Livres, histoires d’une vie, documentaires. »
« Livres anciens, livres d’histoire, culture. »
« Une ambiance, une odeur de livres, l’histoire en général. »

Les rayonnages de livres, parfois poussiéreux

101Enfin, une petite minorité de personnes (2 % des discours analysés) centrent l’image de la bibliothèque municipale sur la vision de rayonnages de livres. Cette image est, globalement, plutôt associée à une expérience vécue comme rébarbative. Dans une version positive, l’odeur des livres renvoie à une sensation agréable. Sur un versant souvent négatif, prédomine la connotation de la poussière associée à un lieu jugé obsolète. Ces visions sont portées soit par des jeunes de moins de 35 ans ayant un niveau d’études intermédiaire et qui ne sont pas inscrits en bibliothèque, soit par des personnes âgées qui ne sont pas allées en bibliothèque depuis plus de dix ans. Dans les deux cas, il s’agit fréquemment d’habitants de petites villes.

Réponses types de la classe « Rayonnages, pour certains poussiéreux »

« Rangée de livres, odeur du papier, endroit agréable. »
« Livres, fauteuils, tables et chaises. »
« Livres, rayons, tables. »
« Livres, tables et chaises, souvenirs d’école. »
« Odeur agréable du papier et des livres, silence, chaleur des locaux. »
« Odeur de vieux papiers, livres, étagères. »
« Livres, odeurs du papier, silence. »
« Mairie, poussiéreux, pas assez de documents. »
« Trop triste, les odeurs de vieux livres, la lecture. »
« Rangée de livres, poussière, salon de lecture. »
« Livres en piteux état, fichiers, vieux rayonnages. »
« Vieux château, inutile, poussiéreux. »
« Livres abîmés utilisés, poussière, lecture plus ou moins imposée, vieilleries. »
« C’est toujours pareil, les rangées de livres poussiéreux. »
« Ringard, poussiéreux, pas chaleureux. »
« Recueil de livres, poussière, aucune autre image. »

102Globalement, le libre discours des personnes interrogées valide la reconnaissance de l’utilité sociale et les dimensions multiples qui s’attachent aux bibliothèques municipales : lieu de mise à disposition des livres, mais aussi d’autres supports culturels, lieu de recherche documentaire pour les enfants, mais aussi, pour tout un chacun, lieu dévolu à l’instruction, enfin lieu de détente, de loisir et d’évasion. Se trouve également confirmée l’ambivalence de l’image des bibliothèques municipales, attractives pour certains, sensibles à la diversité de l’offre, à son faible coût, à la qualité de l’accueil et à l’agrément des lieux ; austères pour d’autres, car réduites au monde des livres et à l’instruction, ce qui en fait à leurs yeux des lieux poussiéreux, d’un autre âge, en tout cas destinés à d’autres que soi.

103L’analyse des discours identifie une opposition très structurante entre utilitarisme et hédonisme. À l’un des extrêmes, l’intérêt de l’offre des bibliothèques municipales, lié à la diversité des supports et des fonctions proposés, est d’autant plus apprécié que son coût est minime. La vision est facilement consumériste, plus souvent en haut de l’échelle sociale, lorsque l’offre, évaluée sur la balance des coûts et profits, est vue comme une réelle aubaine. À l’autre extrême, l’hédonisme associe aux bibliothèques municipales l’idée de culture, dans le registre du plaisir et de la rencontre. La bibliothèque est un espace de bien-être, de détente, de loisir, de découverte, d’enrichissement. C’est un espace tranquille, mais aussi un lieu de rencontre et de convivialité, un espace protégé où pointe, sous-jacente, l’idée d’un « entre soi », entre amateurs de lecture, passionnés de livres, « une communauté intellectuelle », selon l’expression d’une personne interrogée. À l’opposé des consuméristes, nombre d’hédonistes entretiennent avec leur bibliothèque municipale une relation d’empathie ou, a minima, un rapport de sympathie, notamment avec son personnel.

Graphique 4-29. Lieu accueillant versus lieu austère

Graphique 4-29. Lieu accueillant versus lieu austère

Source : dll-crédoc 2005.

L’impact de l’image sur les freins à la fréquentation

104L’image des bibliothèques municipales telle qu’elle ressort des discours spontanés et des représentations proposées aux personnes interrogées recoupe assez étroitement l’opposition entre les personnes qui ont une image très positive et ceux qui expriment des insatisfactions. Les raisons avancées par les personnes interrogées pour expliquer leur faible fréquentation, voire leur absence de fréquentation des bibliothèques municipales épousent les variations des représentations entre « lieu de loisir » et « lieu studieux ».

105Les personnes qui sont totalement en affinité ne voient aucun frein qui pourrait limiter leur fréquentation : pour eux, la bibliothèque est un lieu attrayant, bien repéré, accueillant et précieux pour nourrir leur consommation culturelle. À l’autre extrême, il y a ceux qui sont en partie insatisfaits de l’offre et des services des bibliothèques municipales. Les insatisfactions, qui sont autant de freins à la fréquentation, sont de deux natures : il y a les contraintes pratiques d’un côté, résultant de l’éloignement des bibliothèques, de leurs horaires d’ouverture malcommodes, des contraintes qu’impose le service de prêt ; il y a, de l’autre, les insuffisances de l’offre de collections, associées soit au manque de choix, soit au manque de diversité (insuffisance de l’offre de cd et de films notamment).

106Les insatisfactions vont de pair avec les images d’austérité, de salles consacrées à l’étude, voire de lieux poussiéreux. Cette vision, que complète l’idée d’une faible visibilité des établissements, indique que, pour un nombre important de Français, l’offre est insuffisamment ouverte aux goûts d’un large public. Les anciens usagers, en particulier, sont nettement déportés du côté des insatisfaits. Ce sont souvent des usagers déçus, tandis que les usagers non inscrits sont en partie des utilisateurs non pleinement satisfaits, voire, parmi les jeunes, des usagers captifs peu enclins à explorer les fonds des bibliothèques municipales. Restent les Français qui ne sont jamais allés en bibliothèque : dans la majeure partie des cas, il s’agit de personnes qui n’éprouvent pas d’affinité avec le monde du livre. Manque d’habitude et, plus fondamentalement, manque d’intérêt sont, comme on l’a déjà souligné, des freins majeurs pour la plupart de ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de se rendre dans une bibliothèque.

Graphique 4-30. Impact de l’image sur les freins à la fréquentation.

Graphique 4-30. Impact de l’image sur les freins à la fréquentation.

Source : dll-crédoc 2005.

107Une typologie synthétique prenant en compte toutes les dimensions de l’image des bibliothèques explorées par l’enquête révèle que 63 % des personnes interrogées sont classées du côté de ceux qui ne trouvent pas les bibliothèques très attirantes. Bien que la fréquentation tende à augmenter et que l’image des bibliothèques municipales soit largement positive dans la population, une part importante des Français ne se sent pas vraiment en affinité avec l’offre de la lecture publique. Il faut donc se garder de tout excès d’optimisme. En dépit de la progression du nombre d’usagers, l’élargissement sociologique des publics reste insuffisant. Il faut sans doute prendre en considération cette perspective dans la politique d’acquisition des bibliothèques municipales, mais également dans leur politique d’animation, de promotion des différents supports et de médiation en direction des publics qui méconnaissent l’offre de la lecture publique.

Notes

1 Cette vision, qui imprègne le monde professionnel de la culture, se nourrit des publications et des commentaires des résultats des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français, dont le système explicatif met surtout l’accent sur l’importance des déterminants socioculturels.

2 Gautier-Gentès (Jean-Luc), « Refonder les bibliothèques municipales : préliminaires », Bulletin des bibliothèques de France, 2003, n° 2. Dans « La grande mutation des bibliothèques municipales » (Développement culturel, n° 126, octobre 1998), un graphique établit la progression du nombre de bibliothèques municipales entre 1980 et 1996 : de près de 1 000 établissements en 1980 à un peu plus de 2 500 en 1996 (d’après chiffres dll). En 2003, la dll a diffusé son enquête annuelle auprès de 4 000 établissements, l’échantillon final des répondants représentant un peu plus de 3 000 bibliothèques.

3 On ne dispose pas du chiffre précis du nombre de bibliothèques existant en France, ni aujourd’hui ni dans le passé, ce qui empêche d’établir un diagnostic solide, au niveau national, sur la progression du réseau de la lecture publique depuis trente ans.

4 Dans les communes rurales, 28 % des enquêtés indiquent qu’il n’existe pas de bibliothèque dans leur localité. Dans l’agglomération parisienne, cette proportion est de 9 %. Notons qu’il s’agit d’une information déclarative qui comporte une part d’imprécision : la notion de bibliothèque municipale recouvre en effet des réalités très diverses qui vont de la salle de mairie à la grande médiathèque de construction récente.

5 Pour les salles de cinéma, chiffres 2005 tirés de Géographie du cinéma, cnc, septembre 2006. À la différence des bibliothèques, on connaît précisément le nombre de salles de cinéma en activité.

6 Il s’agit de durées de trajet tous moyens de locomotion confondus.

7 Pour ces derniers, il s’agit, dans 3 % des cas, de la commune du lieu de travail ou d’étude.

8 Cf. Maresca (Bruno), « L’intensité de la consommation culturelle, signe d’urbanité », in Donnat (Olivier) (dir.), Regards croisés sur les pratiques culturelles, La Documentation française, 2003.

9 Les données de ces tableaux ont été fournies par la dll ou par les bibliothèques concernées. Dans quelques communes, l’existence d’une bibliothèque a été vérifiée, mais il n’a pas été possible d’obtenir de chiffres précis sur leurs caractéristiques.

10 L’existence de plusieurs bibliothèques dans la commune est une information déclarative donnée par les personnes interrogées.

11 La base de données de la dll a permis de récupérer ces informations pour 163 communes sur les 352 où s’est déroulée l’enquête.

12 Dans les groupes de réflexion organisés dans le cadre de la phase qualitative préalable à l’enquête, les participants ont été invités à imaginer les argumentaires qui serviraient à justifier la décision de fermer une bibliothèque municipale. Il est significatif que ce soient les non-usagers qui aient été les plus rétifs à cette perspective.

13 Dans le déroulement du questionnaire, la question sur le « juste prix » intervient avant celle sur la gratuité, de manière à ne pas influencer au départ les réponses sur l’évaluation du tarif jugé raisonnable.

14 La moyenne des justes prix intègre les valeurs fixées à zéro par les personnes interrogées.

15 Il s’agit des communes pour lesquelles il a été possible d’obtenir communication des tarifs, soit une sur deux.

16 Ce graphique est le plan principal (axes 1 et 2) de l’analyse factorielle des correspondances (afc) réalisée pour explorer les corrélations multiples entre les réponses aux questions relatives à l’image des bibliothèques municipales.

17 La question ouverte a été formulée de la façon suivante : « Quand je vous parle des bibliothèques ou médiathèques municipales, quels sont les images ou les mots qui vous viennent spontanément ? » Les réponses à cette question ont été explorées par le biais d’une analyse lexicale (selon la méthodologie du logiciel alceste). Celle-ci propose six principaux types de représentations. Ces représentations se distribuent selon quatre univers dont un, très secondaire, n’est pas représenté sur la projection ci-dessous.

Notes de fin

1 Répondants à l’enquête pour les communes qui ont pu être renseignées (existence ou non d’une bibliothèque, caractéristiques s’il en existe).

Table des illustrations

Titre Graphique 4-1. Existence d’une bibliothèque municipale selon les individus interrogés et selon les informations de la dll (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 et données dll.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 4-2. Connaissance de la localisation de la bibliothèque municipale en fonction de l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4-3. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée selon la taille de la commune de résidence (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005. (n = 1606, personnes ayant déclaré qu’il y a une bibliothèque municipale dans leur commune).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4-4. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la catégorie de commune (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 4-5. Fréquentation des bibliothèques municipales au cours des douze derniers mois en fonction de la commune en 1997 et 2005 (en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4-6. Répartition des individus interrogés selon les caractéristiques des bibliothèques municipales (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : 21,3 % des personnes enquêtées habitent des communes disposant d’une bibliothèque ou d’une médiathèque de plus de 2 400 m² ; 12,1 % des personnes interrogées habitent des communes dont la (ou les) bibliothèque(s) fonctionne(nt) avec plus de 30 agents de catégories A et B.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 4-7. Caractéristiques des bibliothèques dans les communes où s’est déroulée l’enquête (données fournies par la dll ou par les bibliothèques concernées).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : 13,9 % des bibliothèques, dans les communes où s’est déroulée l’enquête, ont une surface supérieure à 2 400 m2 ; 7 % fonctionnent avec plus de 30 agents.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 4-8. Fréquentation en fonction de l’existence (ou non) de bibliothèque municipale dans la commune (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005 (n = 2001).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 4-9. Taux de fréquentation selon la taille des bibliothèques (en %).
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Tableau 4-10. Freins à la fréquentation selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 4-11. Temps pour se rendre à la bibliothèque la plus fréquentée (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005. (n = 1 606, personnes ayant déclaré avoir une bibliothèque municipale dans leur commune et sachant évaluer sa distance).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 4-12. Freins à la fréquentation selon la taille de la bibliothèque (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.Guide de lecture : 40,7 % des individus habitant une commune sans bibliothèque évoquent le manque de temps comme contrainte.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 4-13. Utilité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 4-14. Utilité de la bibliothèque (en 1997 et 2005, en %).
Légende Source : dll-sofres 1997 et dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 4-15. Coût de l’inscription selon la taille de la commune (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 4-16. Question de la gratuité selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 4-17. Question de la gratuité selon l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 4-18. « Juste prix » pour les différents types de documents (en %).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 4-19. « Juste prix » pour les différents types de documents, selon l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Graphique 4-20. « Juste prix » moyen, pour les différents types de documents, selon le type de fréquentation (en euros).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 4-21. Attractivité de la bibliothèque selon le type de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 4-22. Attractivité de la bibliothèque selon le rythme de fréquentation (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 4-23. Proportion de ceux qui jugent la bibliothèque plutôt attirante, selon l’âge (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 4-24. Visibilité de la bibliothèque (en %).
Légende Champ : individus déclarant avoir une bibliothèque municipale dans leur commune.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 4-25. Visibilité de la bibliothèque selon la taille de la commune (en %).
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique 4-26. Les registres de l’image des bibliothèques municipales.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 4-27. Représentations des bibliothèques municipales (en %).
Légende Représentations de la bibliothèque municipale (somme des 2 réponses).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 4-28. Lieu de détente versus lieu pour l’étude.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 4-29. Lieu accueillant versus lieu austère
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 4-30. Impact de l’image sur les freins à la fréquentation.
Légende Source : dll-crédoc 2005.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/189/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access